François Ruffin : Seul capable de parler à l’électorat populaire toute tendance, par Guy Leboutte

François Ruffin me paraît le seul à gauche qui pourrait remporter le second tour soit contre Macron, soit contre Le Pen. J’avais deviné il y a quelque temps déjà que Paul Jorion allait rompre des lances en faveur du député reporter, et j’espère qu’il active ses réseaux en-dehors de son blog aussi. Sans doute le fait-il, et quoi qu’il en soit je l’y encourage de toute mon immodestie. Les intellectuels doivent jouer une carte, et il n’est pas utile que cela soit sur la place publique déjà en ce moment.

En vrac :

  • Ruffin respecte trop le mouvement social pour se présenter autrement que poussé/soutenu par le terrain des luttes.
  • Les médias des milliardaires ont fabriqué Macron, qui va sans doute rester leur premier choix jusqu’à l’élection. L’enfumage va être massif et pervers. Pour le moment, c’est porter au crédit du jupitérien le bonheur des déconfinements partiels. Travestir le portrait de l’Éborgneur en Épidémiologiste en chef.
  • En-dehors du champ proprement électoral, un événement accidentel peut chambouler le résultat : accident nucléaire sur le territoire métropolitain, accident Seveso, morts en rue, tensions géopolitiques inattendues et/ou instrumentalisées … On peut, oui, y ajouter un “clown” tardif ou l’autre, ou une affaire judiciaire comme celle qui a touché (si peu !) François Fillon.
  • Ruffin me paraît le seul à gauche à être “conséquent” : il est inimaginable en Tsipras ou en Mitterrand du tournant de la rigueur. Le seul à pouvoir mordre sur l’électorat populaire de toutes tendances, c’est à dire à lui parler, et par là atteindre peu ou prou la cible de Mélenchon que représente l’abstention.
  • La candidature de François Ruffin comme député a mis tous les appareils politiques locaux d’accord, ce qui n’est certes pas une promesse incontournable de réussir le même coup au niveau d’une présidentielle.
  • Les “gauches” sont hétérogènes et une division en deux camps se dessine, l’un autour d’EELV (pas très homogène non plus) tendance Jadot, ce qui reste du PS, Nouvelle Donne, voire le PC qui met l’accent sur la sécurité, etc. c’est le camp méritant les guillemets à “gauche”, et l’autre camp, autour de FI, qui ne manque pas de guillemets non plus. Il est difficile d’imaginer que les appareils de ces partis produisent une candidature unique.
  • Pointons ce qui me paraît une exigence majeure : les gilets jaunes et les banlieues doivent être parties prenantes ! François Boulo, Priscillia Ludosky ?, Comité Adama, …
Partager :

9 réflexions sur « François Ruffin : Seul capable de parler à l’électorat populaire toute tendance, par Guy Leboutte »

  1. Merci.
    Très bonne synthèse. Convaincante.

    Toutes ces contributions, presque toutes positives, avec chacune ses facettes personnelles propres à l’auteur, iront droit au cœur (et plus) de François Ruffin. Je l’espère. J’en presque suis sûr.
    La victoire n’est certes pas assurée, mais il est des luttes qu’on ne peut pas refuser.
    C’est l’heure des Braves.

  2. L’hypothèse Rufin est séduisante.
    Cependant, je lis à la fin Comité Adama ? Cela me choque.
    La famille Traoré, grande donneuse de leçons indigénistes et décolonialistes, devra dire un jour jusqu’à quand elle a possédé des esclaves au Mali. Jusqu’à l’indépendance ? Après l’indépendance ? Elle devra aussi se poser la question de savoir quelle place joue le fait que deux des gendarmes qui ont arrêté Adama sont Antillais, descendant d’esclaves, procédant à l’arrestation d’un descendant d’esclavagistes.
    Le sujet est un piège et beaucoup de Français d’Afrique ou de l’Outre-Mer se posent des questions sur la famille Traoré et sur l’attitude très complaisante à leur égard de gens qui ne savent rien des réalités africaines.
    J’espère me tromper.
    Vous ne devriez pas polluer le débat sur le choix d’un candidat de gauche qui puisse l’emporter à la présidentielle avec cette affaire tordue.
    Bonne continuation dans votre combat.

    4
    1. @Gnahoré
      Assa Traoré aurait-elle des opinions d’esclavagiste?
      On ne peut pas imputer à quelqu’un la faute, supposée ou réelle, de ses parents ou de ses ascendants. Comment considérez-vous alors la jeunesse allemande? Un État, une culture ou une institution, c’est autre chose qu’un lien familial. Et si Assa Traoré partageait la culture de ses aïeux, que je ne connais pas spécialement, je gage qu’elle serait soumise et ne sortirait pas de sa maison pour s’adresser à la société. Ou alors pour plaider en faveur de la polygamie?
      Un fait remarquable avec le Comité Adama, c’est qu’il ne se limite pas à l’affaire qui l’a généré et se lie à d’autres luttes en France. Au moins un président et quelques ministres ne l’ont pas caché: la généralisation de ce rapprochement représente une de leurs grandes frayeurs.

  3. Je suis d’accord.
    Au tour précédant le seul personnage qui avait la possibilité et la carrure pour se présenter efficacement à gauche était Mélenchon, mais il a subit un tir de barrage de tous les côtés. Tant de gens de gauche ont risqué de donner la victoire à la droite plutôt que de voter Mélenchon (et réussi, Macron est passé).
    Il est sans doute trop tard pour lui, mais le travail investi par la F.I. ne devrait pas être perdu.

    Je trouve Ruffin très proche des gens, dans leur grande diversité (cf Gilets Jaunes), il a la jeunesse pour lui et son investissement moral parle pour lui.
    Il faut échapper aux éclatements provoqués par les egos, Ruffin est sans doute le seul fédérateur capable de donner de l’espoir et cristalliser l’attention des 90% qui ont tout à perdre d’un Macron II, mais qui seraient hypnotisés par le Front National (je sais il a changé de nom, mais cela ne change rien).

    1
  4. C’est précisément pour tout ce que vous dites hélas qu’il n’est pour l’instant pas taillé pour la 5 ème. Il serait dommage qu’il s’y brule les ailes alors qu’il pourrait être un premier président du conseil de la 6 ème exceptionnel. A chaque fois qu’un politique participe à une campagne présidentielle dans la 5ème c’est sa personnalité qu’il met en jeu et il se crée des antipathie avec une part de l’électorat (et du fanatisme à l’opposé), de même que tout au long de son exercice du pouvoir s’il gagne (d’ou le fait que les sortant ne sont généralement pas à la fête sauf cohabitation ou front républicain). Si Ruffin participe à une campagne dans le cadre de la 5ème il ne sera précisément plus capable de parler à l’électorat toute tendance à l’issue, il y aura des anti-Ruffin primaires dès qu’il mettra les pieds sur des sujets qu’il a, très finement il faut le reconnaitre, jusqu’ici évité comme la peste. Dans le cadre d’un régime parlementaire ces désaccord sont focalisés (et arbitrés par le poids électoral) sur les partis qui constituent la coalition qui est au pouvoir. Ils ne se cristalisent pas (ou beaucoup moins) sur un individu. Ce serait dommage de perdre le Ruffin que l’on a pour une campagne au résultat plus que hasardeux. Des anti-mélenchonistes qu’il pourrait rallier il en perdrait autant côté Mélenchonistes “fanatisés” se faisant traiter de Brutus par son propre camp avec la droite prête à rebondir dessus. Sans parler d’une certaine gauche abstentionniste radicalisée et ouvertement révolutionnaire issue des GJ (cf Branco et cie ) qui se mettrait à danser la gigue en criant “on vous l’avait bien dit tous des traitres…”

    1
    1. Admettons que vous ayez raison, chose que je ne crois pas.
      La question qui se pose alors est: “Qui fera passer de la 5.ième à la 6.ième République?”
      Qui est l’agneau sacrificiel censé dégager une voie royale à Ruffin?

      Vous avez superbement décrypté un raisonnement circulaire tendant à l’impuissance et voilà que vous en commettez un autre. Avec le même résultat, concernant Ruffin.

      Je redis mon opinion au sujet de la constitution actuelle:
      -Une montagne de papiers n’a aucune valeur en soi. Seuls importent le courage civique et l’éthique de ceux qui l’appliquent.
      -La constitution actuelle est assez souple pour lui faire dire ce qui est désirable, au prix de quelques amendements s’il le faut. Le plus immédiat est la succession des dates entre présidentielle et parlementaire. Elle peut, cette constitution, nous mener à un vrai régime parlementaire sans changements majeurs de son texte. Idem pour des élections proportionnelles. Admettre le RIC est tout aussi faisable. Pour le reste, cette constitution est un costard. Celui qui se glisse dedans à l’aise dans ses baskets, fait, ou pas, la différence.

      François Ruffin est de ceux-là.

      1. Qui ? mais vous l’avez devant le nez et il est candidat. On nous a juste mis dans la tête qu’il n’a aucune chance ( c’est par la qu’on rentre dans la boucle que j’ai décrite) alors on se tortille, à croire qu’on a rien appris de 2017 ni même des 4ans passés qui lui ont donné raison sur toute la ligne.

        1

Les commentaires sont fermés.