Paul Jorion : Spécial été 2021, par Artisan Anonyme

Dans ma vidéo du 14 juillet, j’ai fait un lapsus qui m’a fait rire moi-même : “délire” pour “désir”. Le contexte c’était mon retour dans la recherche en Intelligence Artificielle dont je cherchais à dire que ç’avait été mon “désir secret”, mais dont j’ai dit – avant de me rattraper – que c’était mon “délire secret”… ce que c’était aussi. Mon lapsus a donc inspiré un Artisan Anonyme, que je remercie pour son affiche !

Partager :

7 réflexions sur « Paul Jorion : Spécial été 2021, par Artisan Anonyme »

  1. Entre “délires et désirs”, qui reste capable de distinguer ce qui dans les secrets des deux, influence ce qui reste à définir entre “déterminisme” et un contraire aux contours indéfinissables, derrière le “libre arbitre”…? Est-ce “Jupiter”…?

    “Miracle à Lourde ?

    Poursuivant le « périlleux cheminement de sa présidence »… e accompagnant les « compétiteurs de la petite reine »… et battant en rase campagne, pour candidater à sa réélection, les « terres saintes »… le « chef de guerre », fêté il y a peu à l’occasion des commémorations « laïques » du 14 juillet…. voulu ne pas paraître inquiété… au sujet « des affaires dans l’affaire », « d’Aquitor »… son Grade des Sceaux personnel…

    Que vous soyez puissants… ou déchus, défaits… dans l’accession au titre « suprême », dans le public comme dans le privé, vous ne pouvez que chercher à ce qu’il vous soit attribué/prêté le titre de « présomption d’innocence », même si vous œuvrez à vous inquiéter aussi… comme les autres endogames, reproducteurs-trices de classe… de comment lutter contre la menace de justice sociale et « sociétale » : menace bien entendu, ne pouvant venir que des plus misérables… et autres citoyennetés impactées par le dérèglement climatique à peine avoué (sauf à déclarer “l’État d’urgence”, euh pardon, de “catastrophes naturelles”, faisant rentrer en jeu les assurances, assureurs, et leurs actionnaires assistés sans contrepartie

    Que les affaires en question, concernent « l’abstentionnisme » d’indépendance du pouvoir de la justice… et voila que « Jupiter » déclara solennellement que la justice n’est pas un pouvoir… Les médias mainstream, et leur subjectivité ne respectant en rien les règles déontologiques, la neutralité et l’impartialité du traitement de l’actu, ni le pluralisme des idées et le droit de savoir de la citoyenneté, du quatrième pouvoir démocratique…. sont moins inquiétants peut être qu’une justice composée de « jurys populistes » faisant de la « télé-réalité »…. ? Qu’elle, la justice, s’appesantit sur l’absentéisme de la séparation des pouvoirs, et voila à nouveau, que le « roi te touche dieu te guérit » dénonce sans en avoir l’air, comme à l’extrême droite et droite extrême : la « DICTATURE » et « gouvernance des juges »…

    Mais qui de celles et ceux, errant.e.s dans les gares – en rêvant non pas d’acheter un costume, de devenir milliardaire… mais l’espoir que parmi les 6 générations qu’il faudra à leurs descendances, pour « évoluer façon darwinisme social », la dernière aura au moins « légalité de chance » de trouver une place dans la file d’attente de « l’escalier social », même s’il est effondré – gardent aux plus profondes de leurs frustrations, colères. ce « ressenti » de n’être « rien », de ne pas avoir assez d’intelligence, pour comprendre toute la subtilité, qui peut exister, même « de l’autre coté de la rue », si « Jupiter »… les « méritant.e.s »… ne t’y accompagnent pas… pour trouver « un travail »…. que seuls les esprits capables de comprendre pareille complexité des « affaires dans l’affaire », sont en capacité de les convaincre … ?

    Et voila que miraculeusement apparu à « l’horizon des évènements »… le spectre des réactions prévues comme réactionnaires, faisant échos aux décisions « royalistes » d’instaurer un régime « d’obligation vaccinale » avec à sa suite, le « pass sanitaire »…

    Alors que la droite extrême et l’extrême droite, politiciennes et des “éditocrates”, “chiens de garde”, “influenceurs”, “donneurs de leçons de morales”… se retrouvent prises entre le marteau incarnant les décisions autoritaristes de “Thor” (reste à savoir ce qui suivra de “l’intendance”, puisqu’il paraît que “Jupiter” a décider de ne plus jouer le rôle du “roi te touche, dieu te guérit”) et l’enclume incarnant des majorités… qui pour l’une, dépasse les 50% de citoyen.e.s votant pour l’extrême droite ayant déclaré souhaiter “l’obligation vaccinale”, quand plus de 70% des citoyen.e.s votant pour la droite extrême (CSP+ compris) souhaitent la même chose… il devient difficile à cette assemblée de paraître contester les mesures du “pass-sanitaire”, qui n’est que la conséquence de ce que “l’obligation vaccinale” induit…

    Hier encore (à l’échelle du temps électoral), combien des “influenceurs”, etc… se bousculaient sur les plateaux télé, juste avant l’allocution présidentielle, pour vendre leurs “éditos” de “bon sens”, en ayant chéri, étreint même, ce qui pouvait causer des “dommages”, des “préjudices moraux”, au pib, aux propriétaires privés d’entreprises (et d’actions, assistés sans contreparties…?) à la liberté des déconfiné.e.s… qui ne supportant plus d’avoir à se reconfiner… ne consentant plus à vivre ensemble avec les plus vulnérables, avec celles et ceux n’ayant pas eu leur chance d’avoir reçu des doses de vaccins insuffisamment disponibles pour toutes et tous “en même temps” depuis le début de la campagne… soit avant ce qui se révèle maintenant être un ultimatum… celui de “l’obligation vaccinale”… étaient prêts à en découdre… à les croire….?

    Combien des “chiens de garde” chérirent des propositions qui articulaient “l’obligation vaccinale” à “géométrie variable”, bien sûr, avec un cortège de sanctions (licenciements, pertes de salaire, etc etc) devant signifier que la fermeté, en cas de manquement au devoir vaccinal… de non respect de “l’autorité…” serait désormais du niveau de “l’acceptabilité” (selon les résultats de la DICTATURE des émotions” sondées)… alors qu’aujourd’hui ce tout, informe, dilué, déresponsabilisé, déplore les conséquences, mais seulement du “pass sanitaire”… ?

    Et même, croyez vous que l’ambiguïté de l’idéologie sous-jacente à ses forces obscures, critiquant en cœur le pitoyable courage macronien osant appliquer une politique de « contrôle social » à la chinoise… déplore les licenciements, et/ou les « discriminations systémiques » à l’embauche… allant exploser avec la quatrième vague, la rentrée mouvementée… les inégalités, la pauvreté, la précarité… licenciement ou « discriminations systémiques » que le non respect de « l’obligation vaccinale » va induire… et déplorent aussi leurs conséquences dramatiques donc pour des familles pauvres, précaires, déjà discriminées (qui risquent en plus de ne pas pouvoir dépenser ce qui restera de leur maigre « pouvoir d’achat », en biens de premières nécessité, en besoin de satisfaire la subsistance de leurs familles)… quand préférant chérir la liberté individualiste des propriétaires privés de cafés, restaurants, commerces, etc.… ce magma confusionniste ne peut s’empêcher d’épouser « en même temps » leur refus “séparatiste” sécessionniste” d’assumer la responsabilité de contrôler le « pass sanitaire » de la clientèle…?

    Qu’il soit déplorable que soit confié la responsabilité à la citoyenneté – voire à des employé.e.s salarié.e.s… – d’avoir à contrôler, à surveiller, s’il est respecté la conformité et bonne présentation du “pass sanitaire”, pour manger au resto, boire un coup, aller faire ses courses de la semaine… permet-il de tolérer “en même temps” que de refuser d’assumer les conséquences des campagnes médiatiques de forcing ayant défendu l’idée de “l’obligation vaccinale” et du “pass sanitaire”… le fait qu’est exempté de « l’obligation vaccinale » le personnel du “monopole de la légitime violence de l’État”, chargé de contrôler ce « pass… », dont plus de 50 % votant pour l’extrême droite, droite extrême, sont chéris par ailleurs par cette idéologie extrêmement droitière… ?

    Pour en revenir à des points de comparaison, plus qu’équivoque, sans défendre non plus la dictature du parti unique chinois, le semblant de démocratie… la population de ce gigantesque pays s’étant retrouvée, pour partie, plus strictement confinée qu’en occident, a manifesté une solidarité d’une toute autre envergure que le coté obscure des forces d’extrême droite, droite extrême, et macronienne… et son soit disant “bon sens”…

    Des contrôles médicaux quotidiens et des distributions gratuites de denrées alimentaires, de biens de premières nécessités (hygiènes, etc) ont permis, des le début de l’application du confinement, aux besoin de subsistance des familles, etc… ne pouvant plus travailler, de retraité.e.s, etc, isolé.e.s… d’être assouvi….

    Alors qu’en France et ailleurs en occident… durant les confinements qui ont fermé les services publics de restaurations (cantines scolaires, universitaires, etc) durant le choix d’une gestion néolibérale de la crise sanitaire qui n’a plus voulu manifester la solidarité de nos valeurs universelles et fondamentales de liberté égalité fraternité en distribuant gratuitement des repas aux enfants de familles pauvres, réfugié.e.s… ce sont l’industrie de l’agroalimentaire, les supermarchés, leurs actionnaires assistés sans contrepartie, la spéculation et les paris sur les stocks gérés en flux tendu et les prix de denrées alimentaires, masques, vaccins médicaments, respirateurs… qui se sont repus sur la misère, la pauvreté, le manque de stocks dans les assoc à but non lucratif, et sur les conséquences tragiques de la crise sanitaire elle même…

    Mais quant à considérer et déplorer les conséquences de ce qui s’est passé en France, sur certains territoires ou explosent les inégalités (dans d’autres il n’y a pas si longtemps que ça des propositions de la “société droitisée” voulaient supprimer la gratuité des cantines scolaires pour les enfants de familles pauvres “pas sages”, difficiles)… au niveau de la privatisation de la solidarité des services publics, et donc de l’intérêt général, de la privation de la distribution de repas gratuits dans les cantines scolaires, université… aux enfants de familles pauvres, discriminées, précaires, et aux réfugié.e.s… lors des confinements, et de ce qui risque de se passer avec cet ultimatum “d’obligation vaccinale” et sa contrepartie, le “pass sanitaire”, dans la même catégorie de population vulnérable (subissant donc les “discriminations systémiques” à l’embauche, dans l’accès aux logement, dans les brutalités… quelque-fois racistes commises lors des contrôles aux faciès, “manifestations interdites”, des NON RECOURS soit de la non redistribution du soit disant “pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent”) … l’extrême droite, la droite extrême jusqu’à la macronie, préfèrent chérir les doutes, incertitudes – des “valeurs actuelles” sûr pour elles – de “temps de cerveaux disponibles” qu’à vouer un “culte féroce” aux “opinions”, “rassurées” par la seule “DICTATURE des émotions” sondées, capable de “réconcilier” leurs “ras le bol fiscaux”, “poujadismes” communs.”

    1
    1. «Hier encore (à l’échelle du temps électoral), combien des “influenceurs”, etc… se bousculaient sur les plateaux télé, juste avant l’allocution présidentielle, pour vendre leurs “éditos” de “bon sens”, en ayant chéri, étreint même, ce qui pouvait causer des “dommages”, des “préjudices moraux”, au pib, aux propriétaires privés d’entreprises (et d’actions, assistés sans contreparties…?) à la liberté des déconfiné.e.s…»

      Le hasard fait que sous mes pattes de Khanard soit tombé un livre que je recommande : “Socioanalyse du journalisme” écrit par Gilles Accardo . Edifiant.

    2. Délire ou désir…?

      Alors que le risque d’avoir à subir une quatrième vague… à cause paraît-il des “antivax prenant en otage les libertés des vacciné.e.s refusant d’être reconfiné…”, pour les uns, et pour les autres, “la peur…” (de la “DICTATURE sanitaire”, des “juges”, mais pas de la “DICTATURE des émotions” sondées…?) “….d’avoir peur” que les services publics hospitaliers soient à nouveau saturés – du “ras le bol… ” de la gestion néolibérale de la crise sanitaire ? et/ou “en même temps” d’avoir à opérer un “tri sélectif” : entre sauver des vies de patient.e.s gravement atteint.e.s de pathologies chroniques mal soignées, de facteurs multiples de comorbidité… et de symptômes sévères et avérés, “probants et concordants” du variant Delta, Epsilon… de la covid-19 – est-ce que suspecter qu’il est peut tenté, dans le mode disruptif macronien ne pouvant se faire réélire que grâce à l’extrême droite/droite extrême et l’abstentionnisme… de transférer le poids moral devenu trop lourd… du “tri sélectif” des vies “méritantes” à sauver (vacciné.e.s… etc, licencié.e.s mais réembauché.e.s après vaccinations… pour les soignant.e.s… les policiers étant exemptés de “l’obligation… ” eux… devant néanmoins accepter d’avoir peut être à payer des tests de dépistage…) au détriment de celles ayant soit disant fait le choix de refuser “l’obligation vaccinale” et sa contrepartie, le “pass sanitaire” en étant nommé.e.s “antivax”, soit en ayant choisi leur mort, de ne pas vivre avec le virus”, ni “la fin justifiant les moyens” d’être vainqueur dans la guerre contre lui [à en croire le philosophe à la mode, Comte-Sponville]… au nom du combat contre les nouvelles “discriminations systémiques” massives (à ne pas confondre avec les discriminations raciales, ethniques, sociales… qui ne sont aucunement “représentées” dans leurs “slogans”, et discours publics et politiques)… est-ce délirant de suspecter que le transfère de ce choix cornélien vers le modèle “des soins ambulatoires”, soit hors les murs du milieu hôpitalier, de sa science suspectée de faire du “scientisme”… exprime la quintessence du désir de certaines “zélites”, cherchant à toujours plus “diviser pour mieux régner”… tout à fait consciente donc… que ce transfert du “tri sélectif” des “vies à sauver”, mené de façon darwinisme “sociétal”, va exacerber plus encore les tensions “sociétales”, et clivages de la nouvelle polarisation (hors du cadre droite/gauche…) idéologique de “la société droitisée”…?

      1
      1. Reste à savoir pendant combien de temps la frange du “monopole de la légitime violence de l’État”, votant pour l’extrême droite… non vaccinée… va trouver désirable que cette exemption “d’obligation vaccinale” lui accordant un privilège, malgré son devoir d’exemplarité à garantir, au nom de la sureté… la paix… sanitaire… la “sécurité” de la société… lui octroyant alors un “passe-droit” d’exception quoi – celui d’avoir un “pass-sanitaire” en règle, à condition d’avoir un test de dépistage négatif, toutes les 72 heures… 48 heures… 24 heurs…? – avant de trouver délirant qu’il lui faille dépenser plus de son “pouvoir d’achat”… que ce que les vacciné.e.s (de leurs collègues, etc) gagneront dans la gratuité vaccinale…? Mais alors est-ce que ça veut dire qu’il est désiré que ce basculement des “positions internes” au sein de ce “monopole de la légitime violence de l’Etat”… ne dépasse pas les limites de propositions électorales délirantes, pouvant trop vite discréditer, décrédibiliser, l’extrême droite et droite extrême… dont la macronie a tant besoin pour entretenir le mythe du mouvement “saveur”…, de “l’Homme providentiel”…?

  2. Longtemps Paul eut le désir secret d’un délire vrai. C’est sans doute le parcours de l’esprit fort, de celui qui prend à contre-pied les autres pour mieux toucher à la réalité. De l’association libre pour mieux dénuder les relations. Pour mieux lutter contre l’aveuglément de ceux qui restent à la surface des choses.
    Là, Paul est retraité, pensionné, en arrêt, en vacance. Il se prend, à l’inverse, au délire de ses désirs secrets. Il revient sur 17 portraits de femmes, qui sont 27 et ce n’est pas fini. Fini de compter, fini de conter, fini de répondre : voici venu le temps de relire sa propre vie dans ses propres mots, de se soumettre enfin à la question de ses fictions.
    Quel travail ! Et d’où viennent ces questions, et pourquoi sont-elles non résolues et pourquoi doivent-elles le rester, dans une “mise en abyme” ? Quel travail d’abstention ! Rien à suçoter sous la dent de quelque relent trumpesque ou texan ? Rien qu’on puisse polir jusqu’à la fascination ?
    Oui, bien sûr, mais à quoi bon ? Aux jeunes d’affronter le réel à leurs frais, à se tromper, à abuser, ou à voir clair. Il n’est plus temps.
    Car vient le temps de la vacance, le temps du déclin, le temps sans enjeu. Le temps de perdre son temps, car on n’est plus dans les temps. A la limite, écouter d’autres en plein travail, pour les relancer et les éclairer. Oui, mais sans aveuglément ?
    Il restera des éclairs de lucidité, il restera des lueurs de reconnaissance (qui s’éloignera, qui trichera, qui trébuchera). Naîtront encore tant de questions, qu’on pourra donc laisser insondables. Il restera des lapsus lumineux. On n’a plus l’âge de chuter de cheval sous l’éclair de la vérité, tel Paul de Tarse.
    Accepter la vacance.
    Bonne retraite !

  3. On sait que pour un roman, il est essentiel d’apporter beaucoup de soin à la première phrase. Car plus que la simple amorce d’un texte, elle ouvre la porte de l’imaginaire en mettant en place un lieu, un personnage, ainsi que la temporalité du récit. Autrement dit, elle symbolise le point de passage entre le monde de l’auteur et celui du lecteur.

    Or, il se trouve que la première phrase du roman “Mes vacances à Morro Bay”, de Paul Jorion commence par ces premiers mots, page 7 :

    1. Le jour d’avant

    Je demande à Nelle :
    — Alors au retour, vous faites pareil qu’à l’aller ?

    Or, sans nous y attendre, d’une manière phonétique,
    nous avons bel et bien prononcé A N E L L A… (à Nelle — A….)

    Aussi, est-ce un délire de ma part ou un désir secret de l’auteur ?
    À moins que, bien sûr, cela ne soit qu’une association phonétique, aboutissement d’une dynamique émotionnelle ou affective opérant dans le cerveau humain.

    2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.