Leçon de choses – Combien de fois la Terre a-t-elle inventé l’aile ?

Comme une grosse mouche m’empêchait de faire la sieste, je me suis posé la question suivante : « Combien de fois la Terre a-t-elle inventé l’aile ? »

Au premier essai il m’est venu :

– l’aile de l’insecte
– l’aile du ptérodactyle et du ptéranodon
– l’aile du poisson (nageoire de l’exocet)
– l’aile de l’oiseau
– l’aile du mammifère (chauve-souris)
– l’aile d’avion (par l’intermédiaire de l’être humain)

Un passage rapide sur Wikipédia m’a obligé de distinguer

– l’aile du ptérosaure (ptérodactyle)
– l’aile du reptile (ptéranodon)

Y en a-t-il d’autres ? Seconde question : sont-ce bien des inventions indépendantes ou bien l’une ou l’autre est-elle la descendante d’une précédente ?

Partager :

31 réflexions sur « Leçon de choses – Combien de fois la Terre a-t-elle inventé l’aile ? »

  1. Je me suis posé la question avec l’oeil :

    – du mammifère
    – du reptile
    – de l’octopus
    – de l’insecte

    Sans rien avoir étudié de la question, je me dis :

    le principe de la nageoire, qui est le même que celui de l’aile, ou bien le principe d’un capteur de lumière sont inscrits dans des cellules très anciennes, très primitives, présentes chez tout être vivant.

    Dès lors ces germes d’ailes et d’oeil peuvent se developper et se perfectionner selon des principes différents en fonction des espèces dans lesquelles ils se révèlent utiles.

    Bref, je dirais, le principe de voler, une seule fois, mais avec de nombreux systèmes pas forcément issus les uns des autres.

    1
  2. L’aile ou la cuisse ? Il faut choisir !

    Déjà Pascal en observant les mouches voler dans sa chambre avec les angles des parois et du plafonds en avait déduit le principe de la position d’un point dans l’Espace sur 3 repères, xyz. Ou un truc comme ça. Ou alors c’était pas lui… Bref.

    Ta liste semble exhaustive. Tu ne sous-tend peut-être pas le rapport, mais je ne suis pas certains que l’organe aile ait été « inventé » en tant que moyen pour assurer la fonction de voler, mais la fonction en a découlé physiquement (surface, portance…). Thermo régulation du corps peut-être, et comme chaque corps doit se thermo réguler, ou autres besoins, dérives… ? Ce qui met l’aile d’avion dans un autre catégorie de fait.

  3. Il manque l’écureuil volant ou plutôt planant (une centaine de mètres entre deux arbres) tout comme l’exocet.
    L’oiseau est issu des archosauriens . La Nature à inventé l’aile au moins 4 fois (Insectes, pterosauriens, oiseaux et chauve souris). Plus en comptant ceux qui planent:
    https://www.youtube.com/watch?v=Ln31raI2ezY
    Attention, les reptiles ne sont plus considérés comme un groupe à part entière dans l’évolution.

  4. Pour continuer sur jeanson , le principe c’est l’idée de voler, comme l’idée existe elle se réalise dès qu’ elle le peut. L ‘idee de voler est ce qui réunit toutes les ailes il n’y a besoin de rien d’autre. A priori les insectes étaient les premiers ensuite les durées sont tellement grandes entre toutes ses ailes qu’ un lien matériel est douteux. Combien de fois la terre a t’elle inventée l’aile ? Je n’ai rien a ajouter à votre liste mais la question est bien posée si je prends inventer pour  » a révélée, decouverte , c’est pas contradictoire avec mon premier propos

  5. S’agissant des espèces, les « inventions » sont indépendantes selon le principe de l’homoplasie, l’adaptation particulière à un milieu opérée par sélection naturelle.

    « En biologie on appelle « homologie » toute similitude entre des caractères présents dans deux espèces ou deux phyla différents qui résultent d’une ascendance commune. C’est par exemple le fait que que les membres antérieurs de l’homme, du chat, de la baleine, de la chauve-souris et de tous les autres mammifères se composent des mêmes éléments osseux depuis l’épaule jusqu’au bout des droits (humérus, radius, cubitus et cinq doigts sauf récession à quatre dans le cas de la nageoire de la baleine). Ce fait est d’autant plus remarquable que les fonctions de ces membres sont différentes : préhension, locomotion et activité carnivore, vol ou nage. Cette notion d’homologie, dit « structurale » ( par opposition à fonctionnelle), est une notion clé de la biologie découverte au début du XIXème siècle par Geoffroy Saint-Hilaire….

    On appelle au contraire « homoplasie » une similitude qui ne résulte pas de l’ascendance commune. C’est par exemple, le fait que deux espèces, aussi différentes que le phalanger du sucre (petaurus breviceps ), petit marsupial arboricole d’Australie, ressemblent à l’écureuil volant (glaucoma’s Volans), mammifère placentaire des forêts d’Amérique du Nord, par leur commune capacité à planer, qui leur vient de leur étonnante morphologie ; or le premier étant un marsupial et le second, un placentaire, ils ne viennent pas d’un ancêtre commun qui aurait eu cette même capacité ; c’est simplement qu’ils ont, chacun de son coté, et sur ces continents différents, développé cette faculté comme une adaptation particulière à leur milieu…. » cf. Avant l’histoire, Alain Testart.

    3
  6. Mais ou est donc la tapette à mouche?

    Intéressante question du vol qui n’est en fait qu’une chute volontairement freinée,
    Pour éloigner de la verticale, l’ennuyeuse trajectoire menant du point de départ au crash final …
    On ne saurait toutefois se limiter aux seules espèces animales pour dresser la liste des créations ailées de la nature…
    Ce qui complique un peu les choses pour connaitre la date de naissance de l’inventeur de l’aile,
    Tant on sait bien que les meilleures idées sont toujours celles qui sont le plus imitées.
    Mais l’aile n’est certes pas le seul moyen de parvenir à voler, même si il a fallu attendre,
    Je crois, l’invention des avions pour une parfaite mise au point du parachute…
    Il n’en demeure pas moins que la nature, avant l’arrivée de l’homme sur Terre,
    En avait déjà développé le prototype, en vue du transport aérien de semences printanières,
    Comme celles de l’ancêtre de nos pissenlits et certainement aussi de bien d’autres variétés,
    Jusqu’à celles à l’origine des fameux pince-nez de notre enfance,
    Ces graines de tilleul qui préfigurent par leurs deux ailes opposées,
    Les voilures tournantes de nos autogyres!
    Mais sans aucun doute, bien d’autres créations de la nature,
    A toutes les échelles , de toutes les espèces et de tout milieu,
    Pourraient avoir intégré ou développé au cours de leur évolution,
    Des caractéristiques permettant le vol pour s’adapter à des conditions particulières.
    C’est ainsi le cas de quelques espèces d’écureuils, qui se prennent pour des chauves souris!
    Et en définitive, de tout sujet doué de raison qui entend ralentir un tant soit peu sa chute fatale.

    Pour mettre tout le monde d’accord, je dirais que Dieu en inventant les Anges,
    A bêtement omis de déposer un brevet pour l’aile.
    Ce qui vous a encore conduit à imaginer d’improbables probabilités!

    Sinon, écrasez donc cette saloperie de mouche à merde, avant qu’elle ne se présente aux prochaines élections!

    Eric.

  7. J’ai trouvé ça qui m’a paru assez exhaustif , mais je n’ai aucune compétence pour juger de la véracité et de la pertinence de ce qui est écrit :

    https://bionum.univ-paris-diderot.fr/2016/04/15/qui-sont-les-premiers-a-avoir-eu-des-ailes/

    Sinon , d’après un de mes dico , « aile » , en latin  » ala » serait apparenté à « axis » ( axe ) qui aurait désigné plutôt au début l’articulation du membre supérieur ( d’un oiseau ou de l’homme) . Le sens du mot serait passé de l’articulation à l’organe de sustentation.

    De Dédale à Icare ou Léonard de Vinci , l’aile d’organe « naturel » semble passer au statut de rêve de libération de la pesanteur et du réel tout court .

    Bref Liberté ou émancipation :

    https://www.youtube.com/watch?v=Y052xCD-mNU

  8. Certains insectes marchent sur l’eau (tension de surface), des araignées volent, porter par leur fil faisant office de voile.
    Si les pâles de l’hélicoptère utilisent les mêmes principes physiques que l’aile de l’avion, les caractéristiques l’aéronef en fait une catégorie à part entière, à mon avis.

      1. Elles volent s’il y a du vent. En automne, saison des graines, il y a souvent du vent.
        Les banquiers et les premiers de cordées volent sans vent – et souvent en jet privé – mais ils sont dans le vent du progrès. Quant à ce dernier, il va très bientôt s’avérer n’être que du vent.

        1
  9. Tiens ça m’étonne que Timiota n’ait pas réagi à ce billet s’agissant d’aile .

    Il aurait pu me dire si Hermès avec ses ailles au talon allait plus vite et plus surement que Cupidon avec ses ailes dans le dos !

    1
  10. bonjour
    dans le règne végétal il y a toutes les graines anémochores telles les samares d’érables avec les deux ailettes permettant un « vol  » passif au gré des courants d’air et de la gravité. Merci pour votre blog toujours intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.