Trends-Tendances : La Chine fait trembler les marchés financiers

La Chine fait trembler les marchés

À propos de la très sérieuse crise de liquidités qui affecte Evergrande, le second promoteur immobilier chinois en taille, un commentateur a utilisé l’excellente image d’une explosion contrôlée. Une explosion du type de celles planifiées effectivement en Chine ces jours-ci pour effacer le cancer de tours inoccupées et à la construction inachevée depuis dix ans et dont la surface totale d’habitation permettrait de loger 90 millions de personnes.

Pourquoi cette gabegie à laquelle il faut maintenant remédier ? Parce que la construction était la locomotive qui tractait le train chinois en représentant 30% du PIB jusque’à récemment. Un rappel : 10,4% de croissance annuelle pour la Chine sur la période 2000 à 2009, et 7,68% les 10 dernières années. Autre mesure du poids de l’immobilier dans l’économie chinoise : une baisse de 60% du prix du minerai de fer sur le marché international des matières premières depuis le changement de politique. 

Et pourquoi remédier maintenant à cette gabegie ? Pour le comprendre, il faut remonter aux paroles du président Deng Xiaoping dans les années 1980 : « Traverser le gué en tâtant une pierre à la fois ». Qu’il faut comprendre comme : tester le capitalisme pour comprendre ce qui en lui est bénéfique et ce qui est nocif. Et dans cette dernière catégorie, la concentration excessive des richesses, la Chine ayant aujourd’hui un coefficient Gini de 42% comme les États-Unis, à comparer aux 28% de la Belgique.

Un coup de semonce avait été donné dès 2017 par le président Xi Jinping quand il avait dit : « Une maison, c’est fait pour y vivre, pas pour spéculer sur son prix ». Il va plus loin aujourd’hui avec deux nouveaux mots d’ordre : « faire émerger l’ordre du chaos » et « prospérité pour tout le monde ». En laissant entendre que la richesse accumulée au cours des vingt dernières années peut s’accommoder même de la décroissance qu’exigera le sauvetage de l’environnement.

Tout cela est-il révolutionnaire ? Un officiel chinois fait observer que le même programme est prôné aux États-Unis par M. Bernie Sanders et Mme Alexandria Ocasio-Cortez, que ceux-ci qualifient aussi de « socialisme ». Pas le communisme donc de l’Union soviétique, ni celui de Mao, mais la social-démocratie à l’Occidentale des années 1950 à 1970 : celle du Plan Marshall, ce qu’on appelle encore keynésianisme en économie.

Mais la Chine est une dictature, dira-t-on. D’abord, est-ce le sentiment de la population ? Difficile de l’affirmer quand en 2005, selon le Pew Research Center basé à Washington, 72% de la population se disait satisfaite, un chiffre que l’Occident pouvait lui envier : 49% aux Pays-Bas, 39% aux États-Unis, à la même époque. 

L’hyper-surveillance ? Les Chinois interrogés la rejettent à 90% quand il s’agit de leur vie quotidienne, mais la plébiscitent comme moyen de contrôle permanent de la corruption à tous les niveaux, de préférence aux échéances électorales. Ils approuvent également la récolte de méga-données permettant de gérer les « villes intelligentes » dont 800 sont en construction ou en projet en Chine, assurant une meilleure sécurité, un trafic plus fluide et une utilisation optimale de l’énergie. Le gouvernement chinois recourt également aux méga-données pour donner un coup de fouet à la concurrence dans les secteurs privilégiés. En 2020, les données ont officiellement été classées « cinquième facteur de production », complétant la main-d’œuvre, la terre, le capital et la technologie.

La persécution des Ouighours ? Comment diriger, à l’époque d’un regain du djihadisme, une province sécessionniste depuis deux mille ans déjà ? Sommes-nous, en Occident, les mieux qualifiés pour donner des leçons en matière de gestion d’une question aussi épineuse ?

Partager :

9 réflexions sur « Trends-Tendances : La Chine fait trembler les marchés financiers »

  1. Xi Jinping a raison quand il dit :« Une maison, c’est fait pour y vivre, pas pour spéculer sur son prix »
    La Chine va-t-elle revenir à une politique plus sociale du logement et de fait, rendre l’État acteur de premier plan en ce qui concerne le logement et les baux à loyer ?
    L’État va-t-il récupérer tous ces appartements invendus afin de les proposer en location ?
    Nous sommes dans l’expectative : la Chine va-t-elle arriver à ‘tuer la spéculation immobilière’ ?

  2. Merci pour cet avis honnête et éclairé, à mon sens en tout cas, sur la situation en Chine et une contre-argumentation sur le Chine-bashing à tire-larigot actuel.
    En France, il est possible de trouver de plus en plus facilement les données sur les montants (ou le plus souvent leur estimation politique 🙂 des prestations sociales, de la fraude sociale, mais aussi des cadeaux fiscaux, des niches fiscales, de la fraude fiscale,
    et d’en tirer des ratios pour déterminer si ce sont les riches ou les pauvres qui sont le plus favorisés par la politique financière menée par le gouvernement en place, s’il y a plutôt lutte ou encouragement aux inégalités.
    En Chine, est-ce que ces données existent, ou surtout sont-elles disponibles et permettent-elles d’en tirer là aussi des ratios ?
    Paul Jorion, peut-être que j’abuse complètement, mais auriez-vous la possibilité d’y accéder et de les publier ? Ou même d’en faire un comparatif avec d’autres pays ?

    Il me semble que cette piste ne serait pas si inintéressante dans le cadre d’une comparaison des efforts écologiques des différentes nations, parce qu’il est évident que la sauvegarde de l’écosystème qui permet aux humains de survivre sur cette planète est intrinsèquement liée aux moyens financiers que chaque humain a à disposition pour mieux et donc moins consommer, donc aux inégalités.
    Je lis de plus en plus que les plus pollueurs sont les ultra-riches et les consommateurs qui n’ont pas beaucoup de moyens, ceux qui achètent du jetable et surtout du peu durable parce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter de la qualité. J’ai conscience que le raisonnement est limite parce qu’il y a aussi tout une problématique liée à l’encouragement à la consommation, mais ce sont surtout les gens qui ont une certaine aisance économique qui peuvent se permettre de prendre du recul et réfléchir à leur mode de vie, à leur empreinte sur la planète.
    Alors, quid ?

    1. Salut mon Trollichon,

      C’est vrai que c’est quand même bien de pouvoir prendre un peu de recul dans sa villa sur la Côte d’Émeraude, dans son domaine de chasse en Sologne ou son chalet à Gstaad, ça aide à gérer les perspectives – on a eu un petit billet de rappel là-dessus dernièrement (The Event).

      Et les pauvres sont de plus en plus nombreux figure-toi. Imagine les dégâts qu’ils sont capables de faire tous ensemble ! Salauds de pauvres…

      Bertrand Ranvard au poteau !

      https://dai.ly/x5lp0j

  3. Pendant ce temps, en France, un président de la république, condamné pour des faits graves, est défendu dans les médias par des candidats à la présidentielle, des ministres, des députés et des journalistes. Un système s’effondre sous nos yeux.

    4
  4. Il ne s’agit pas seulement d’une comparaison entre deux mondes, mais d’une démonstration sur l’efficacité d’un système méconnu, et je pense, en devenir.

    Le plan A est en marche, encore bravo, et merci d’avoir tapé à nouveau là où il faut.

  5. Une fissure , une lézarde..

    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_le-geant-immobilier-chinois-evergrande-suspend-ses-operations-bousiere-a-hong-kong?id=10853710

    … » Evergrande a déjà commencé à se délester de certains actifs. La semaine dernière, le groupe a notamment annoncé qu’elle allait vendre une participation de 1,5 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) dans une banque régionale afin de lever les capitaux dont elle a tant besoin.

    Confronté au risque d’agitation sociale en cas de défaut de paiement d’Evergrande, le gouvernement chinois n’a de son côté pas encore indiqué s’il comptait intervenir ou non pour aider ou restructurer le promoteur.

    Selon des articles de presse, les autorités ont demandé aux gouvernements locaux de se préparer à l’effondrement potentiel d’Evergrande, ce qui suggère qu’un renflouement majeur de l’État est peu probable. « 

Les commentaires sont fermés.