En attendant la téléportation… questions d’éco-logie politique, par rosebud1871

En 2000, j’avais voulu importer 1 Rickshaw à essence du fabriquant indien Bajaj, (appelé tuk tuk dans d’autres régions), la préfecture consultée m’avait, rigolarde, conseillée d’en importer 10 pour les crash test. Il coûtait moins de 1000 €. Ce petit engin 3 roues m’aurait suffi pour me déplacer dans un rayon de 30 km seul ou avec un passager, ou des courses. Dans une publicité indienne d’époque on voyait cet engin faire du ramassage scolaire avec une dizaine de bambins de petite communale ce qui n’était pas dans nos normes occidentales. Ces rickshaws sont devenus électriques mais font toujours défaut dans notre grandes et moyennes villes. C’est-à-dire là où de gros bus à moitié vides circulent en journée, où de gros taxi ou uber chargent majoritairement des solitaires ou des couples, ou des particuliers sont majoritairement seuls au volant. Bien sûr ces nouveaux rickshaws électriques ne disposent ni de chauffage, ni de climatisation, mais protègent de la pluie, et ne dépassent pas 50 km/h ce qui est devenu rare en ville !

Dans de nombreux pays existent des minibus, de 9 à 12 passagers voire plus… qui en compagnie privées ou auto-entrepreneurs sillonnent des parcours urbains singuliers (comme les autobus) mais partent pleins, s’arrêtent ou chargent sur demande pour des prix accessibles au plus grand nombre. Ces mêmes minibus collectifs desservent les campagnes reculées et avec les smarphones sont vite joignables pour un détour. Certains vont devenirs électriques…

Si je n’ai rien contre la gratuité des transports (c’est-à-dire rémunérée par l’impôt quel qu’il soit) ou laisser à l’initiative privée un maillage défaillant, concurrentiel, peu polluant, pratique et efficient, je m’étonne que ces solutions banales dans certains pays européens et partout dans le monde ne soient toujours pas d’actualité en France.

pour l’exemple :

Meet our range of E-Rickshaw

Lilong Hot Sale Indian Auto électrique passager Rickshaw trois moto taxi de roue

Partager :

62 réflexions sur « En attendant la téléportation… questions d’éco-logie politique, par rosebud1871 »

  1. Vous allez vous faire des amis avec la multitude des chauffeurs de VTC !

    Sur le fond , l’idée me semblait avoir été tentée d’une certaine façon par certaines communes qui ont mis en place des services de navettes assez fréquentes avec des camionnettes équipées pour le transport de 9 personnes ( et souvent avec accès handicapés) ; J’ai pas le sentiment que le succès soit toujours au rendez vous , mais il est vrai que l’on parle alors de circuits fixes comme pour le transport en bus . Les coûts sont bien sur bien supérieurs et le confort aussi .

    Dans votre version l’atout serait sans doute dans le coût d’investissement et la liberté ( conditionnée malgré tout par le fait qu’on transporte un groupe et pas un seul client ) du point de prise en charge et de livraison . Sur la règlementation , voir le guide du transport léger de personnes de la FNTV . Affaire peut être à creuser dans le cadre d’une interdiction de circulation auto dans les villes . Penser au garage , entretien , nuisances éventuelles ( pollutions , bruit , stationnement …)

    1. Le VTC est un avatar et une déviance autant technique qu’humaine.
      Le modèle économique est d’ailleurs fort discutable parce qu’il cherche à gratter autant sur le dos des clients que sur le dos des chauffeurs transformés en jobbers payés à la tâche. Quel progrès social !

      Le rickshaw est bien plus malin et économique.
      Il promeut l’entraide, gratuite ou d’un prix symbolique, et la mutualisation.

      1. ThomBilabong 22 octobre 2021 à 10 h 29 min
        Il y a certainement un effet de proximité du « même » dans la promiscuité du collectif qui borne le chacun pour soi de la solution individuelle, à laquelle notre univers philosophique et celui de nos investissements technologiques poussent.

    2. Juannessy 22 octobre 2021 à 0 h 26 min
      Oui certaines communes…j’en connais une où je vois le gars dans sa fourgonnette attendre le client deux fois par semaine, quoiqu’il en coûte ! Pour les handicapés, je n’y ai pas pensé, on pense rarement aux minorités quand on en fait pas encore partie.

  2. Bonjour,

    Le lobby de la voiture automobile est un monstre bien organisé, dont les pseudopodes colonisent aussi les cerveaux des citoyens.

    Partout les voitures sont
    – trop grandes
    – trop lourdes
    – trop puissantes
    – trop rapides
    pour leurs usages effectifs, qu’ils soient choisis ou imposés comme c’est le cas pour la vitesse, limitée partout, sauf dans la vertueuse Allemagne, tellement écolo, qui continue à offrir quelques milliers de kilomètres d’Autobahn à vitesse libre, on se demande bien pourquoi, n’est-ce pas.

    Le sort fait à la voiture automobile individuelle est un bon marqueur de l’incohérence voire de la nullité des politiques climatiques, et aussi de la difficulté de mise en place de nouvelles règles adaptées aux enjeux du climat ET de l’extinction, deux catastrophes en cours dont les causes sont pour le moment distinctes: CO2 et autres gaz à effet de serre d’un côté, pollutions envahissantes de l’autre.

    L’interdiction immédiate de produire tout véhicule individuel dépassant une sobriété minimale, à définir (par exemple, aucun véhicule à moteur n’est à même de dépasser la vitesse de 50 ou de 130 kilomètres à l’heure selon son usage), serait la moindre des mesures à prendre, conjointement à des projets de détournement massifs des déplacements des personnes vers des modes de transport en commun revitalisés.
    Il faut interdire les véhicules « obèses » et non les taxer, parce que taxer les véhicules gros consommateurs aboutirait simplement à ce que ceux qui en ont les moyens continuent de polluer, juste en payant plus de taxes.

    Mais que provoquerait ce genre de mesure: une opposition syndicale et populaire en raison d’un chômage au moins sectoriel et peut-être transitoire mais potentiellement massif, une opposition des acteurs financiers et des super-riches en raison des pertes de bénéfices et de dividendes sur un marché automobile en forte contraction, des oppositions politiques diverses sous couvert de liberté et de droits fondamentaux.

    Ça fait beaucoup!
    Donc on ne touchera pas résolument ou frontalement à « Ma voiture, ma liberté« , on n’y touchera pas autrement que par petites touches indolores, inconséquentes, étalées dans un temps long, bien trop long, à un rythme qui va se pulvériser sur la falaise climatique. « La nature n’est pas contractuelle« , dit Aurélien Barrau, ajoutant que le capitalisme l’est.

    Les mêmes remarques valent pour l’avion, le transport de marchandises, l’industrie informatisée avec ses besoins en ressources rares et en énergie/bande passante, l’agriculture intensive et chimique, la surpêche, la bétonisation, l’invasion par le plastique jetable, etc.
    Le plan A n’aura pas lieu, le plan A n’a pas eu lieu, disait quelqu’un récemment.

    C’est le Chaos, qui mérite bien ici une majuscule, qui sera le maître du jeu d’une contraction erratique et brutale des productions, laquelle aura tout d’un effondrement par à-coups et par surprises, et sera loin, bien loin, d’une décroissance maîtrisée et soutenable.
    Avec en quelques décennies, un nombre de morts humaines qui devrait se compter en milliards plus qu’en millions.

    * * *

    P.S. : Alain Accardo partage mon optimisme, ou moi le sien. https://qg.media/2021/10/02/le-film-dhorreur-ira-jusquau-paroxysme-final-par-alain-accardo/

    8
    1. Quelques infos:

      Le Royaume Uni interdira à partir de 2030 la vente de véhicule particulier à moteur thermique.
      A partir de 2024 les constructeurs actifs commercialement sur son territoire se verront imposer d’augmenter progressivement, et selon un certain %, leurs ventes de véhicules « 0 émission » avec objectif 100% en 2030.

      En UE on devrait s’orienter vers l’arrêt de la vente en 2035.
      .
      France:
      A partir de mi-2022 : interdiction de vente des chaudières au fioul. Seules les pièces détachées continueront à être vendues pour dépannage.
      L’objectif est l’arrêt de la vente du fioul à partir de 2030 ( à confirmer)
      Cependant les constructeurs développent des bruleurs compatibles bio fioul.
      3 millions de logements et 10 millions de personnes se chauffent au fioul en France

      Suite à la RT2020, les logements neufs ne peuvent plus s’équiper en chaudières gaz
      à partir de mi-2021 pour maisons individuelles et 2024 pour logements collectifs.

      Emballages plastiques jetables et leur suppression

      https://www.economie.gouv.fr/cedef/interdiction-plastique-usage-unique
      Les différentes étapes en cours avec l’objectif de l’arrêt définitif de tout plastique jetable en 2040 ( 2030 aurait été mieux!!!)

      1. ilicitano 22 octobre 2021 à 10 h 21 min
        ( 2030 aurait été mieux!!!) oui on ne peut pas dire que la mobilisation pour la guerre contre le réchauffement climatique soit de l’ordre d’une économie de guerre

    2. Parfait, j’agrée en tout.

      J’ajoute que mettre en cause le poids des véhicules et leur vitesse maximale change très fondamentalement la question de la source d’énergie : des moteurs thermiques modernes, à haut rendement, éventuellement hybridés à l’air comprimé, deviennent très pertinents face aux solutions électriques. Je parle de pertinence écologique globale (infrastructure existante, ressources locales, CO2, etc…).

      On pourrait construire, dès aujourd’hui, des véhicules thermiques 2 ou 3 places consommant moins de 1l aux 100 km. Ce n’est en rien un exploit technique. Mais il faut que la bagnole pèse moins de 250 kg et roule à 80 km/h grand maximum…

      Naturellement, ce n’est pas cela que l’on va faire. On va continuer à fabriquer des tanks suréquipés et surpuissants, dopés à l’IA et aux IoT, mais… électriques !

      8
      1. Mais comment voulez-vous arborer un signe extérieur de richesse avec une pétrolette de 500kg consommant 2 litres au cent -à la portée de n’importe quelle équipe d’ingénieurs en quelques jours- et incapable de dépasser le 110 sur une autoroute limitée à 110? Vous voulez vraiment la ruine de BM, Mercedes, Audi et autres Porsche.

        1
        1. @Michel

          Pas sur que BMW , Mercedes, Audi et même Porsche type Taycan électrique , qui se sont positionnés sur du haut de gamme ,ait un avenir serein dans le contexte à venir.

          Name and shame.

          3
          1. Non bien sûr (en faisant preuve de l’optimisme qui ne m’habite guère). C’était mon ironie à deux balles.
            Ceux qui roulent dans les susdites bagnoles doivent faire partie peu ou prou des dix pour cent les plus riches.
            Qu’il suffirait au fond de supprimer pour résoudre la moitié du problème climatique.
            Reste à savoir comment.
            https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/ces-5-chiffres-qui-montrent-que-les-riches-polluent-plus-que-les-pauvres-1357140#xtor=CS1-60-%5Baudience

    3. Aéronautique:
      Voyager dans l’Hexagone
      L’Assemblée Nationale a voté , en avril 2021, la suppression des vols intérieurs de 2h30 ou moins pouvant être remplacés par un trajet en train.
      Entrée en vigueur mars 2022.
      Les compagnies et aéroports ont lancé un recours à l’UE

      Nos déplacements , nos modes de chauffage, vont basculer progressivement en tout électrique.

      Il va en falloir du vent et du soleil pour alimenter tout ça !!!

      5
    4. bravo a guy leboutte qui pose les bonnes questions.
      Je crois lire qu’il distingue l’extinction (par la disparition de la biodiversité, la pollinisation, etc) due à la pollution,, et l’effondrement (due au réchauffement, à l’épuisement des ressources, etc) .
      Sur la question de la mobilité, outre que son besoin devrait être réduit drastiquement, il faut prendre en compte l’inertie du système A) par l’investissement en bagnoles (durée 15 à 20 ans) et B) par le coût salarial du chauffeur de transport collectif. Le coût salarial individuel s’est alourdi fortement par les assurances sociales, y compris les assurances complémentaires d’entreprise, les assurances accidents, les primes de licenciement, etc.
      En Belgique, sur un salaire nominal de 100, on touche 72 en direct et le patron paye 113. Une partie revient l’an+1 en congés payés. Le reste est collectivisé en salaires de remplacement (chomage et maladie), en pensions de retraite et allocations familiales, principalement. Il y a donc un salaire de 63 % et une charge de 37 %.
      Je parle d’inertie car ce coût salarial amène a chercher à transporter plus de clients par chauffeur, donc à agrandir les voyages en commun, à augmenter les investissements (métros) et à raréfier le service.

      1. @ Chabian, Illicitano, Marc PELTIER et autres

        Les gouvernements déclarent effectivement des mesures pour 2030, 2040 ou 2050. Comme pour la « compensation » par plantage d’arbres qui demanderait de 20 à 40 ans pour déployer ses effets, le suivi ne semble être ni détaillé ni impératif, ce qui augure de perspectives judiciaires gagnantes dans les prétoires, soit plus de délégitimation des élites politiques pour un gain d’efficacité problématique.
        Il faudrait donc examiner en priorité les mesures décidées aujourd’hui et d’application immédiate. Je gage que le lectorat de Paul Jorion va nous aider à un début de liste.

        Pour ma part je note par exemple qu’en Belgique le pouvoir fédéral (national ou central), dans une coalition où sont présents des écologistes des deux langues et des éco-socialistes francophones nouveaux-nés, vient de décider que « La nouvelle taxe sur les vols avion de moins de 500 km devrait faire monter d’environ 20 euros le prix d’un billet« . En tant que taxation bien représentative des impasses du vieux monde, et quoique dérisoire, cette mesure avalise et conforte les inégalités. Cependant des députés non représentatifs de la population générale, payés 6.000 euros nets par mois, dotés de primes de départ (départ d’où ?) et de conditions de retraite hors normes, consacrent du temps, de l’énergie et de la salive à la dispute. https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2021/10/16/taxe-sur-les-vols-de-moins-de-500-km-20-euros-en-moyenne-par-b/?deliveryName=DM159674

      2. @ Chabian

        Je constate que Belgique et France ont les mêmes « méthodes » de calcul et des pourcentages de répartition assez semblables.

        Ce qui permet de dire que vous vous trompez, comme beaucoup. C’est compliqué, d’ac. Mais artificiellement compliqué…

        Partez d’une notion simple: « la rémunération globale du travail » qu’on pourrait appeler le « brut de brut ».
        Ensuite: il faut se convaincre que le patron ne paye rien de lui-même en votre faveur.
        Il vient très logiquement que c’est votre travail qui paye l’ensemble. Tout l’ensemble.
        Certes, le patron ou son service comptable « paye » des trucs attachés à votre salaire, mais il le fait en votre nom, ou plus exactement aux vue et prorata de votre travail. Et parce que la loi l’y oblige. En d’autres lieux, vous pourriez le faire vous-mêmes. La bureaucratie d’Etat préfère naturellement que ces trucs comptables soient assurés par les entreprises.

        Nous avons donc trois notions salariales: le net, le brut et le brut de brut. Aucun n’est un cadeau, ni un octroi ou une libéralité. Tous relèvent de votre travail, uniquement.

        1
    5. Guy Leboutte 22 octobre 2021 à 6 h 04 min
      « L’interdiction immédiate de produire… »
      Vous mettez en cause la liberté d’entreprendre et l’innovation technologique ?

      « Il faut interdire les véhicules « obèses » ….
      Ça ne va pas dans le sens du droit à la différence prôné par la National Association to Advance Fat Acceptance…mais j’entends bien la légitimité de votre proposition, reste à trouver un dictateur ?

      1
      1. « Vous mettez en cause la liberté d’entreprendre et l’innovation technologique ? »

        Mettons les pieds dans le plat : Oui ! Je ne dis pas qu’il faut interdire d’entreprendre ou d’innover, par principe et en généralité, mais mettre en cause la liberté d’entreprendre des abominations sociales, ou d’innover dans le pire, oui, il faut le faire, évidemment !

        Il y a des tabous du XIXème et du XXème siècle que l’on ne peut plus se permettre de respecter comme des tabous, par exemple, la propriété privée, sacrée, quand même se serait celle d’esclaves (cf Piketty), ou la liberté d’entreprendre, quand même ce serait celle d’entreprendre de mettre en dépendance l’ensemble de l’humanité (cf les GAFA).

        Ce que je dis ici n’est qu’une autre façon de dire : « C’est aux humains de décider des choses qui adviennent entre eux, et ce n’est pas aux choses qui adviennent de déterminer le destin des humains ».

        1. Marc PELTIER 22 octobre 2021 à 20 h 05 min
          [Ce que je dis ici n’est qu’une autre façon de dire : « C’est aux humains de décider des choses qui adviennent entre eux, et ce n’est pas aux choses qui adviennent de déterminer le destin des humains »].
          Oui…mais…
          Ce sont ces « choses » produites par les GAFA qui déterminent la puissance de soumission des humains…de l’image, du son, du texte, ça fait tellement plaisir aux oreilles et aux yeux que partout où existent des émetteurs, vous verrez les humains accrocs comme des junkies à leur « chose », qui métonymise virtuellement tout et d’abord la présence des proches fussent-ils aux antipodes.
          Ensuite « que les humains décident entre eux »,
          Oui, mais… ce « eux » s’avère colonisé par ce que les GAFA diffusent de doxa dominante, même si c’est plus discrets qu’un Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda,ou qu’un отдел агитации и пропаганды, ça a le même effet d’inoculer un vaccin qui protègerait par exemple d’être contaminé par la propagande de ce blog !
          Il aura fallu des siècles plus une bascule avec des interdits, pour sortir une partie des humains du destin que les religions posaient comme dogmes inébranlables. Alors, la propriété privée inviolable et sacrée, les frontières, les déficits, le SMI, l’énergie fossile, le capitalisme, la démocratie qui va avec, etc. combien de temps pour sortir de ces dogmes… ?

          1. précision : un dogme installé ça s’appelle « réalité » par ceux qui en sont instruits. Après qu’il existe des réalités qui paraissent plus séduisantes que d’autres laisse augurer que le dogme en vigueur devient fragile…

      2. Rosebud1871

        Il faut sans doute redéfinir la zone d’imposition légitime d’une exigence jugée vitale ou plus ou moins vitale pour le plus grand nombre, contre la volonté de certaines minorités de vivre « sans entraves » en-dehors de toute conception du bien commun.

        S’agissant du climat et de l’extinction, les minorités irresponsables sont les riches et super-riches, les dominants et leurs affidés, ces soldats de la guerre économique qui partent au boulot le matin avec « dans leur besace leur bâton de maréchal » (espéré).
        Il n’y a pas de difficulté éthique ou morale à leur retirer les moyens de s’opposer au bien-être et à l’avenir du plus grand nombre, une fois que la définition de ce bien-être et de cet avenir feraient l’objet d’un large consensus. On n’échappe pas ici à une nécessité de principe d’un « large consensus » si l ‘on veut éviter une dictature, mais on ne renoncera à contraindre certains.

        Le dossier est largement instruit, les arguments de raison sont collectés. Les scientifiques, les intellectuels et les militants doivent maintenant recommander des interdictions, …pour faire descendre le débat vers des réalités sensibles. Il faut interdire les voitures capables d’une vitesse de pointe supérieure à 130 kilomètres à l’heure, il faut interdire les vacances en avion, il faut interdire les revenus nets supérieurs à 3.000 euros (voyez l’émission de CO2 corrélée), il faut interdire les revenus nets inférieurs à 2.000 euros, il faut interdire, interdire, interdire.

        Il nous faut une grande autrice ou un grand auteur qui publie un Éloge de l’Interdiction, au sous-titre En finir avec l’irénisme en politique.
        Pour tirer une ligne de démarcation, distinguer amis et ennemis, sortir de la palabre.
        Il n’y aura pas de nouveau paradigme sans nouveaux interdits, et il serait intéressant d’aborder l’ascension par cette face-là aussi.

        1. Guy Leboutte 23 octobre 2021 à 0 h 07 min « Il n’y aura pas de nouveau paradigme sans nouveaux interdits »

          Bien sûr !

          En 1972 il était question dans un programme commun de gauche de réduire l‘échelle de tous les revenus…j’ai le souvenir de vifs débats entre 3 et 7…aujourd’hui… ?
          Chine ou Russie n’imposent pas la transmission de patrimoine, sont plutôt dans le parti-moine.

          Piketty avec sa https://www.revolution-fiscale.fr/ indiquait le centile entre capital et revenu où chacun se case.
          À la louche les 10 % de nationaux gâtés (soit 0,1% ? à l’échelle mondiale) dont quelques rares spécimens de gauche que je fréquente et dont je suis disent : OK on scalpe, mais qu’on commence par le top du top.

          Je ne vois pas de grande prohibition à l’horizon, trop de plaisirs en jeu !

          1
          1. Vous êtes dans les 10 % ? :)) On pourrait créer le jour du percentile des revenus: ce jour-là, en déposant son commentaire, chacune et chacun indique le percentile du revenu où il se trouve dans son pays. Quelqu’un devrait fournir la distribution.

            Pour « Qu’on commence par le top du top », un slogan nous dit que « Pour nettoyer un escalier, on commence par le haut.« 

            1. Guy Leboutte 24 octobre 2021 à 11 h 53 min
              Vous êtes dans les 10 % ? :))

              Oui à l’époque ça m’avait surpris aussi, puisque je me pensais plutôt dans le bas des 20 ! La plupart des gens à l’aise (mais les pauvres aussi !) n’ont pas d’idée précise la dessus d’où l’intérêt des échelles de Piketty ! Ceci dit, c’était vrai à l’époque, un divorce et la perte d’une rente m’ont fait depuis descendre quelques barreaux. Mais banal, pour ma génération avec un Bac + n c’était 10% de la classe d’âge, que ça se répercute en revenus et pension. Ce n’est plus vrai pour tous aujourd’hui.
              Quand à votre échelle de revenus 2000-3000, que vont devenir les résidences principales et secondaires, les bateaux à entretenir, les grosses cylindrés, (ça c’est peanuts), tous ces gens auxquels les riches donnent du travail… sur le carreau ? 😂

              1. Rosebouteille

                « les riches donnent du travail…  »

                Non, jamais les riches ne donnent du travail.
                On vous fait travailler si on gagne de l’argent sur votre travail, c’est la loi du système, que l’employeur soit un chic type ou un salopard – et c’est vrai aussi au féminin, bien entendu.

                Un indice: avez-vous déjà entendu un riche dire après licenciement ou délocalisation: « Je lui ai volé son travail« ?

                1. « Les riches donnent du travail » c’était de l’humour mais je l’ai entendu, c’est d’ailleurs le fond de commerce du ruissellement. Pourquoi voudriez vous qu’un « riche » dise ça ? C’est la loi du système et de ses représentations idéologiques…

                2. Un vieux commentaire d’octobre 2012 traitant du de la fin du 19 ème siècle en France et en Angleterre .

                   » La bourgeoisie capitaliste , appuyée sur le dogme libéralisme , va finir de déposséder le travailleur de son travail et devenir propriétaire …des travailleurs eux mêmes . Le travail qui pour un » bon libéral » avait une valeur morale , économique et politique, est mort et décédé ; Il n’est plus un « bien » que tout » individu » possède . . Il n’est plus rien , pour autant qu’il existe encore . »

  3. C’est probablement une excellente idée. J’irais regarder dans le rapport sur decarbonner la mobilité du shift project. A Grenoble se développent timidement des ricksaw électrifié ou non en centre ville.

  4. Tuk Tuk Thai

    https://www.bing.com/images/search?q=tuk+tuk+thai&form=HDRSC2&first=1&tsc=ImageBasicHover

    une multitude de photos de tuk tuk très colorés.
    Par contre , pour les normes de sécurité européennes , faut voir : ceintures , air bags,….
    Voir l’impact du poids de la batterie pour son autonomie.
    Dans Paris à 30km/h : pourquoi pas!!!!
    Le modèle en lien dans l’article est à 28km/h maxi et autonomie 60-70km avec une batterie 48V120A et développé et fabriqué en Chine évidemment !!!

    1. Dans nos contrées , plutôt ceci … : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/V%C3%A9lotaxi_dans_le_centre_ville_de_Lyon.jpg/220px-V%C3%A9lotaxi_dans_le_centre_ville_de_Lyon.jpg

      Soumis à réflexion : Un métier d’avenir…  » pédaleur de recharge  » : [à chaque fois (= chaque soir) que le système électrique « sautera » par surcharge , on peut imaginer,par rue/maison/../ , des lieux couverts non chauffés et à peine éclairés (pas nécessaire vu l’effort physique développé…) où pédalent des dizaines/centaines de pédaleurs reliés à des « dynamos » individuelles raccordées aux différentes prises de recharge de véhicules électriques (voire même « tuk-tuk » aménagés) sagement rangés dans leur garage familial.
      Travail en continu de quatre heures consécutives 18-22 ; 22-02; 02-06 h.
      Pas encore de conditions de salaire définies ..compte tenu de la recherche d’intervention de la Sécu. suite aux économies en santé publique relatives aux bienfaits individuels naturels des efforts physiques développés.

      Ceci écrit , une standardisation radicale des véhicules (disons qu’on pourrait choisir trois volumes , deux puissances et cinq couleurs) …une carrosserie unique , une fabrication identiquement standardisée.

      1
      1. Otromeros 22 octobre 2021 à 10 h 50 min
        une standardisation radicale des véhicules (disons qu’on pourrait choisir trois volumes , deux puissances et cinq couleurs)
        La ford T 1908 upgradée techno 2021 ?

        Le pouss pouss au coût dérisoire dans le tiers monde gêne certains riches touristes qui ont l’impression d’exploiter un esclave : j’ai pu rétorquer, payez 10 fois le prix demandé pour soulager votre culpabilité, mais ça n’a pas plu.

        2
  5. Bizarrerie de la marche des affaires : en Chine dans ma petite ville, et ailleurs aussi, où les taxis sont des voitures classiques moyennes (des Yundai en général) à essence ou électriques (ça commence), il y a des taxis-triporteurs électriques pour 2 ou 3 passagers, dont les tarifs sont plus élevés, alors qu’ils ne sont pas spécialement confortables. Goût de l’authenticité ? Il est vrai qu’ils n’ont pas de compteur et qu’on peu discuter, et que mon apparence de personne de l’extérieur fait partir la discussion de plus haut. Mais ça reste vrai avec des passagers ordinaires.

    1. ebolavir 22 octobre 2021 à 10 h 24 min
      Quand un local refuse une offre, c’est qu’il ne meure pas de faim et qu’il estime que vous avez les moyens de payer plus que son voisin.

  6. Loi no 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets

    Titre IER : ATTEINDRE LES OBJECTIFS DE L’ACCORD DE PARIS ET DU PACTE VERT POUR L’EUROPE (Article 1)
    Titre II : CONSOMMER (Articles 2 à 29)
    Titre III : PRODUIRE ET TRAVAILLER (Articles 30 à 102)
    Titre IV : SE DÉPLACER (Articles 103 à 147)
    Titre V : SE LOGER (Articles 148 à 251)
    Titre VI : SE NOURRIR (Articles 252 à 278)
    Titre VII : RENFORCER LA PROTECTION JUDICIAIRE DE L’ENVIRONNEMENT (Articles 279 à 297)
    Titre VIII : DISPOSITIONS RELATIVES À L’ÉVALUATION CLIMATIQUE ET ENVIRONNEMENTALE (Articles 298 à 305)

    Paru au Journal Officiel après adoption par L’Assemblée nationale et le Sénat et vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2021-825 DC du 13 août 2021 ;

    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043956924

    Bonne lecture

    1
    1. Je vous invite à lire cette loi paru au J.O : en gros, la méthode à la française

      Ca prend du temps , il y a 305 articles, et je n’ai pas fini , mais c’est du lourd.

      un exemple ::
      article 103
      La fin de la vente des véhicules lourds neufs affectés au transport de personnes ou de marchandises et utilisant majoritairement des énergies fossiles, d’ici 2040.

      article 130:
      – Pour le gazole routier utilisé pour la propulsion des véhicules lourds de transport de marchandises, il est procédé à une évolution de la fiscalité des carburants dans l’objectif d’atteindre un niveau équivalent au tarif normal d’accise sur le gazole d’ici le 1er janvier 2030, en tenant compte de la disponibilité de l’offre de véhicules et de réseaux d’avitaillement permettant le renouvellement du parc de poids lourds. Cette évolution s’accompagne d’un soutien renforcé à la transition énergétique du secteur du transport routier, notamment par le recours aux biocarburants dont le bilan énergétique et carbone est vertueux, ainsi qu’à l’augmentation des ressources de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France.

      Le système économique et industriel va changer.

      Le changement est acté par la loi.
      Il va falloir s’adapter

      2
  7. Il ne faut pas désespérer.

    Nous avons (re)découvert récemment les vertus de la seconde main et de la réparation. Ce qui était déjà et de longue date l’habitude (la normalité même) dans les pays moins avancés comme on les appelle pudiquement.

    Nous avions également cru que l’innovation c’était uniquement chez nous ; que la Chine et consorts ne faisaient que suivre en copiant, que l’on pouvait bien leur abandonner la fabrication pendant que nous conserverions la partie noble, la conception, l’intelligence (et peut-être le croyons-nous toujours) ; que dès lors que nous supprimerions nos scandaleuses impositions confiscatoires, nous récolterions de ruisselants investissements permettant à nos entreprises de se maintenir à quelques verstes d’innovation devant ces vils suiveurs. Résultats : ces nations ouvrières en bleu de travail, ces copieurs-suiveurs sont en train de prendre des années-lumière d’avance en intelligences artificielle et dans les technologies spatiales (ce n’est pas que je me sente une âme de technolâtre m’enfin il faut bien comparer ce qui s’y prête).

    De même, nous avons inventé la modernité et y sommes installés avec nos solutions, notre organisation sociale – notre système capitaliste qui est incontestablement supérieur à tout autre. Dès lors, nous n’entendons pas nous en laisser compter par ceux qui sont venu plus tard à la modernité (et encore moins par ceux qui ne sont même pas entré dans l’histoire). Leur mode de vie produit nettement moins de CO2 par tête de pipe que nous mais voyez-vous, ils aspirent dans le fond à vivre comme nous et c’est uniquement faute de pouvoir se payer notre confort mécanique, nos SUV et autre Hummer qu’ils s’agglutinent pitoyablement dans leur Rickshaws et jusque sur les toits des minibus qui leur servent de taxi (que dis-je de train) brousse; ce qui n’est peut-être pas si faux. Quel manque du sens de la liberté individuelle tout de même chez ces chinois, indiens et africains, n’est-il pas ?

    Et peut-être faut-il retenir finalement que nous faisons mieux lorsque nous sommes contraints par la nécessité et que pour ce qui est de la nécessité, l’effondrement en cours nous en fournira par brassés entières. Et puisqu’il ne semble pas possible de se mettre d’accord pour anticiper, y a plus qu’à attendre. Ne dit-on d’ailleurs pas « qui vivra verra » – oui c’est drôle, hélas !

  8. 37 ans de scooter et le gamin derrière chaque jour pour l’emmener à l’école de la maternelle jusqu’au bac du premier janvier au 31 décembre.
    C’est vivifiant.
    Jamais un rhume.
    Notre Dame à 22 mn quelque soit l’heure du jour ou de la nuit.
    Mais c’est vrai que ça fait pas très chic à coté d’une belle allemande noire bien chauffée ou bien climatisée avec un chauffeur habillé d’un costume noir et d’une cravate noire qui n’a ni trop chaud ni trop froid.
    Et puis, c’est très dangereux concernant ma sécurité et encore bien davantage si l’on songe à celle du gamin derrière. C’est même vertigineux cette petite peur juste avant de partir, mais aussi très utile.

    (Dans la vidéo ci dessous, Jancovici fait allusion à une voiture qui dépasserait à peine les 1L au 100 et qui ne dépasserait pas les 100km/h.)
    https://www.youtube.com/watch?v=MfqiETonDUE

    2
      1. Si je regarde le monde par des statistiques, je m’achète le SUV le plus lourd du marché pour être certain qu’en cas de collision, se sera toujours « l’autre » qui aura le plus de dégâts. Et chaque année, sort une voiture plus lourde et plus puissante que l’année précédente qui, bien évidemment, bouleverse la statistique précédente et m’oblige à reconsidérer la légèreté de mon SUV devenu bien trop volatile.
        Et puis un jour, sort une statistique qui me dit que si on continue comme ça, du plus léger au plus lourd, tout le monde y passera.

  9. Nous avons notre tuk-tuk français. Il n’a pas eu un succès foudroyant. Pourtant: poids léger, petite batterie, autonomie suffisante pour aller faire ses courses ou aller au travail pour les provinciaux qui aiment les départementales, peu encombrant, rapide à charger…

    2
      1. Dans ces prix là , on a dans la région ( Aix les bains ) depuis au moins deux décennies un des leaders européens de la voiture sans permis ( usine visible depuis l’autoroute A 43 entre Chambéry et Annecy ) .Production d e ‘ordre d e15 000 véhicules par an .

        https://www.aixam.com/

      2. Si on met la Ford T à 500 dollars en 1910 , on doit par être loin des 13 000 dollars en 2021 . ( ou mon calculateur d’inflation déconne ) .

        1. C’est vrai et je comprends bien …l’allusion .

          Mais , par leur taille , leur consommation et l’absence de permis de conduire , elle me paraissent boxer dans la catégorie des rickshaw à la capacité près ( 2 places seulement ) . Mais dans les deux cas ça n’a de sens et ça n’apporte un progrès ( par la place occupée et la consommation et la sécurité vitesse ) que si ça remplace une bagnole poste pour poste .

          1
  10. Le Brexit met en demeure les Britt de résoudre tous ces petits problèmes de vivre ensemble dans des conditions « décroissantiste » ou de revenir à la maison européenne la queue entre les jambes. Observons le génie de la débrouillardise à l’œuvre, peut-être émergera-t-il des solutions solidaires à répliquer.

  11. Le poids des véhicules est un effet de cliquet :
    Les accidents entre véhicule X de poids 1100 kg
    seront quasi toujours au détriment de X.
    Donc une flotte générale avec 30/70 de X/Y ou 50/50, ça fait remonter l’accidentologie létale
    (ou morbide) assez fortement. Ceux qui se rappellent la gueule de la R5 qu’on a tentée de fourguer aux USA vers 1980
    (« LeCar ») pouvait se faire une idée de la quantité de matière qu’il fallait ajouter pour nos amis américains.
    https://www.carjager.com/blog/article/renault-le-car-la-cinq-americaine.html
    Si on passe à des flottes « mixtes en masse » il faut alors s’arranger pour que les légères ne roulent presque jamais sur les « grandes routes » où ne rouleraient quasiment que les lourdes. Les 400cc Diesel Aixam sans permis (cf billet de juannesy) sont interdites sur 4 voies, je crois au sur autoroute au moins. Elles ne sont tolérées que parce que en petite quantité, pour ne pas enfoncer les gens qui ont perdu le permis (ou ne l’ont jamais eu) dans la France « très périphérique ».

    De fait, ce qui n’est pas pensé (surtout pas à Paris, mais beaucoup plus à Strasbourg), c’est un « cercle relais » où on change de véhicule quand on aborde une ville, soit de « lourd » à « léger et électrique », soit à « bus/tram », etc, soit trotinette quoique l’accidentologie piétonne est là aussi un potentiel frein.

    Bon, mais s’il y a un moment Pearl Harbour pour l’environnement, n’oublions pas que FDR (Frankin Delano R) était parvenu à stopper à 0 toute la production automobile des USA de 1942 à 1945; Seul un stock de 500 000 constitué entre décembre 41 et mi février 42 fut « distillé » à des clients aux besoins avérés, les autres gens étant prier de réparer, de ne pas consommer de coco, de préfére les bus, etc. (les trains aux USA, c’est pas ça…).

    Ce qui ne m’étonne plus mais peut-être le devrait, est que pour tester toutes les bonnes ou mauvaises idées pour l’environnement, on n’essaye pas de « commencer à petit échelle », dans une zone géographique définie (un canton par exemple), qu’on agrandit ou rapetisse ensuite…

    1
      1. timiota 23 octobre 2021 à 0 h 33 min
        Oui la sécurité du Y mériterait de se protéger en acquérant un T 34 mais il n’est plus commercialisé…comme la R5
        Cette préoccupation de l’accidentalité létale semble arithmétiquement dérisoire vu d’autres fléaux de masse très bien tolérés (suicides, alcool, cancers divers, cardiopathies. etc., mais vous avez raison les « cercles relais » font défaut de même que les petits pas expérimentaux.

  12. Curieux que personne (ici) ne reconnaisse le caractère dissuasivement repoussant toute consommation abusive de véhicules d’une standardisation stricte de (disons) la production européenne… TOUS en « Trabant » (trois tailles/puissances , identique équipement , choix entre 5 couleurs)…garantie 20 ans pièces&m.o.)
    Gigantesque économie d’échelle , dégoût de « consommation » garanti à court terme….respect de la « liberté » individuelle…

    Même chose pour les « électro-ménagers » décrétés indispensables …etc etc…

    Auto-limitation de surconsommation garantie à peu d frais et sans politique du « knout »..

    2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.