Un souvenir de Neil Diamond

Je m’étais arrêté un soir à Oceanside sur la côte californienne, dans un restaurant balnéaire qui se trouvait avoir petit orchestre et toute petite chanteuse extrême-orientale. Et ce qui était tout à fait remarquable, c’est qu’elle ne chantait que des chansons du répertoire de Neil Diamond, et qu’au lieu de les « interpréter », elle les reproduisait à l’identique et à la perfection.

Bien entendu, chaque fois que j’entends une chanson de ce bon faiseur, me revient en mémoire la voix qui émergeait de ce corps minuscule de femme asiatique.

Apparemment, les femmes aiment bien chanter Neil Diamond (il faut dire qu’il parle d’elles en termes flatteurs) :

P.S. Le nom historique (mais post-colombien) de « Oceanside » est « San Luis Rey », dont j’ai la faiblesse de considérer que cela a davantage de gueule.

Partager :

Une réponse à “Un souvenir de Neil Diamond

  1. Avatar de François M
    François M

    Effectivement, San Luis Rey est bien plus joli.

    Bon, tout cela m’a donné envie d’aller revoir Pulp Fiction du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta