Le Monde – « L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker s’inscrit dans une frénésie mémorielle… »

Un article dans Le Monde – « Grandeur » et « héros », mots-clés des célébrations mémorielles macroniennes :

« L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker, le 30 novembre, s’inscrit dans une frénésie mémorielle propre à la présidence d’Emmanuel Macron. »

Mon commentaire (nous verrons s’il saute l’obstacle de la modération) :

Est-ce l’hommage à Joséphine Baker qui suscite tant d’aigreur ? Le Monde, de plus en plus souvent à côté de la plaque. « Pourquoi ? », m’interrogeait un journaliste japonais la semaine dernière. Je lui répondis que je n’en savais rien : peur de quelque chose… ou de quelqu’un ?

Quoi qu’il en soit, « Hubert Beuve-Méry, reviens ! »

Partager :

22 réflexions sur « Le Monde – « L’entrée au Panthéon de Joséphine Baker s’inscrit dans une frénésie mémorielle… » »

    1. Bien sûr, grande dame, mais qui a su naviguer dans l’esprit colonialiste de son temps, sans trop le dénoncer (ce qui j’en conviens, devait être difficile).

      Le Monde ferait bien de demander à Rokhaya Diallo une version française de son article au Washington Post. Il me semble que tout y est : https://www.washingtonpost.com/opinions/2021/11/23/josephine-baker-pantheon-france-colonialism/?pwapi_token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWJpZCI6IjE5MzkzODQ5IiwicmVhc29uIjoiZ2lmdCIsIm5iZiI6MTYzNzcxMDMzNiwiaXNzIjoic3Vic2NyaXB0aW9ucyIsImV4cCI6MTYzODkxOTkzNiwiaWF0IjoxNjM3NzEwMzM2LCJqdGkiOiI1MDgxZTZhYS0zM2QyLTQ5ZGItYTYzNi03YjI1N2U3YmRlZTEiLCJ1cmwiOiJodHRwczovL3d3dy53YXNoaW5ndG9ucG9zdC5jb20vb3BpbmlvbnMvMjAyMS8xMS8yMy9qb3NlcGhpbmUtYmFrZXItcGFudGhlb24tZnJhbmNlLWNvbG9uaWFsaXNtLyJ9.qIoVFBAC4LS0Q3eMOYfN0tiXeyJaeFe9YS8jQivSbRw

      Cette entrée au Panthéon lui fait jouer un dernier rôle qu’elle n’aurait peut-être pas aimé.

      1. Eh bien, je ne suis pas d’accord. J’ai le sentiment qu’elle trouverait ça très bien que soit reconnus – à la manière dont le font les sociétés humaines – les actes extrêmement courageux qu’elle a posés sur de multiples continents.

        8
        1. Vous n’êtes pas d’accord seulement avec moi, ou aussi avec l’article de Rokhaya Diallo ?

          Pour ce qui me concerne, j’ai peut-être trop tendance à suspecter un paternalisme latent dans les intentions de nos gouvernants qui serait assurément un résidu nauséabond de colonialisme…mais après tout, ce que chacun pense n’a pas à entrer en ligne de compte dans cette entrée au Panthéon, il ne faut juger que les actes.

          Je note tout de même que J. Baker elle-même ne voulait plus revoir ces danses en jupe à bananes ni ces grimaces animales qu’elle faisait dans sa jeunesse, toutes ces choses qu’on lui faisait jouer, dont l’époque se délectait, et dont on ne peut pas nier qu’elles véhiculent un paternalisme assez dégueulasse.

          Le tout est maintenant de savoir, si ce paternalisme en question doit être figé dans le marbre du Panthéon

          En toute amitié M Jorion
          (je sens que je vais encore me faire virer du blog !)

          1
          1. Salut Vincent Rey,

            Il ne semble pas que l’article de R. Diallo ne se réjouisse pas que l’entrée au Panthéon de la fameuse J. Baker ! Même au contraire, c’est une juste et bonne récompense. C’est toute la veulerie et l’hypocrisie de la République Française, comme sa récupération à des fins de lavage plus blanc que blanc qu’elle met en accusation !

            1
            1. Ca pour laver plus blanc, le gouvernement lave plus blanc ! J’observe que la Joséphine Baker d’aujourd’hui, ce pourrait bien être Assa Traore, et que les plénipotentiaires du gouvernement n’arrêtent pas de lui taper dessus, en dénonçant le wokisme, l’islamogauchisme, ou toutes sortes de choses sans aucun rapport avec le problème qu’elle soulève.
              L’ennui avec l’entrée de J. Baker au Panthéon, c’est que c’est trop tard pour en discuter. Un ticket Baker/Alimi aurait atténué ce que je disais…mais si on en parle, on ne peut le faire qu’aux dépens de la mémoire de Baker, et ça on n’en a pas envie. Et donc moi aussi je dis un immense OUI pour l’entrée de Baker au Panthéon, pourvu que les relents de colonialisme abject qu’on voit resurgir aujourd’hui dans la bouche de Zemmour n’utilisent pas ces danses de jeunesses pour en rire.

              2
        1. C’est juste.
          Et « en même temps » on peut subodorer une manœuvre politique de Macron qui n’est pas un antiraciste patenté ; mais la raison est que la panthéonisation est une décision présidentielle, et pas une procédure collective raisonnée. On peut se demander pourquoi la force du symbolique est ainsi offerte au pouvoir individuel.
          Le Monde cherche à trouver un litige ailleurs… pour flétrir le symbole !

          1.  » Subodorons donc..!  » : Peut-être qqpart un intérêt de « classe »..??..https://www.closermag.fr/royautes/hommage-a-josephine-baker-cette-raison-personnelle-pour-laquelle-albert-de-monaco-fait-partie-des-invites-1456266

            Quoi qu’il en soit , je ne sais pas qui a « conseillé » l’Emmanuel pour ce choix…mais c’est une « pépite » parfaite.. qui coche toutes les cases (et qui ferme toutes les bouches , même les plus fétides).

        2. Le sujet , sinon la question , est de dire si l’Etat français reconnait ce qui fait tant bien que mal la vocation de ce que nous revendiquons par notre longue histoire , dans la personne de Joséphine Baker et les valeurs qui ont fait une grande part de sa personnalité .

          Pour moi la réponse est clairement oui , avec ou sans Panthéon .

          1
  1. D’un côté il y a Joséphine Baker qui a combattu un régime d’un certain Maréchal , qui était au côté de Martin Luther King pour défendre les droits civiques , qui a adopté douze enfants de toutes origines, et d’un autre côté aujourd’hui on a un Zemmour qui fait la une dans nos médias.
    Comme on dit, cherchez l’erreur.

    4
    1. En fait, Le Monde offre un argument à Zemmour et nous met dans sa logique : « c’est de l’hystérie mémorielle (contre les français « de souche ») ».

    1. « Entre ici, Joséphine! »
      A la même heure ou presque… (Pure coïncidence).
      Ceux à qui elle donne des boutons ne pourront même pas chanter « J’ai deux z’émours… ». Un seul, c’est déjà bien trop.

      1
  2. Osez, osez Joséphine !

    A qui dédie-je mon LIVRE II intitulé, L’Eloge des lies ?, déjà ? Ah ! Oui ! C’est vrai.

    Trop cool ! J’ai donc devancé Emmanuel Macron qui s’en est forcément inspiré !

    En réalité un systémicien est toujours en avance sur toutes les décisions prises !

    En attendant, c’est amplement mérité.

    Bravo, bravo Joséphine !

    Philippe

    ps : je m’en vais maintenant visionner la vidéo relative à l’effondrement… serait-ce ici un changement radical de chorégraphie voulu volontairement par notre hôte ?!

    2
  3. La question d’une éventuelle « frénésie » de panthéonisation, ou pas, ne peut s’apprécier que par rapport à des données concrètes. Les voici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_personnes_transf%C3%A9r%C3%A9es_au_Panth%C3%A9on_de_Paris#Cinqui%C3%A8me_R%C3%A9publique

    Sous la Vème République :
    – De Gaulle a panthéonisé 1 personne
    – Mitterrand 7
    – Chirac 2
    – Hollande 4
    – Macron 4 (Baker incluse)

    On peut remarquer que présidents de gauche et du centre panthéonisent beaucoup plus que les présidents de droite. Reste que le panthéonisateur frénétique ce n’est pas Macron… c’était Mitterrand.

    Deux autres choses que je remarque à la lecture de la liste des enterrés au Panthéon :

    – Ce n’est pas une garantie de survie dans les mémoires. Claude-Louis Petiet, Jean-Frédéric Perregaux, je suis peut-être inculte de ne pas savoir qui ils étaient… mais je ne pense pas être le seul 🙂

    – La panthéonisation est censée marquer la reconnaissance du pays aux grands hommes (enfin s’agissant de Perregaux, il faut voir pourquoi il l’a reçue !) mais être grand ne signifie pas nécessairement qu’on peut servir d’exemple… Si Voltaire est au Panthéon, il est permis d’espérer que ce n’est pas à cause de son racisme antinoir, extrême même pour son époque, ni à cause de sa haine des juifs, équivalente à sa haine de l’Eglise

    1
  4. Comment Joséphine aurait-elle pu accepter sa panthéonisation de gaité de coeur alors que, en même temps, coulent les embarcations de ceux qui fuient notre pays, notre police, notre inhumanité.

    3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.