15 réflexions sur « Robotique – Ça avance »

  1. Certes ça avance et le résultat est confondant . Je commencerais à avoir peur lorsque je verrai un robot humanoïde derrière l’écran d’ordinateur !

    1
    1. Et notamment lorsque ce sera un robot humanoïde qui par visio viendra contrôler l’allocataire de Pôle Emploi après qu’on lui aura suspendu ses droits ; sera-t-il « plus humain » ?
      Poser la question c’est un peu y répondre non ?

      3
      1. Effectivement poser la question c’est un peu y répondre d’autant plus que nous sommes DEJA « humanoisés  » mais chhhuuuutttt faut pas le dire !😈

        1
        1. Philippe, je te le dis tout à fait amicalement, je ne vois pas bien ce que cette bande annonce spectaculaire issue des arts du divertissement a avoir avec Pôle Emploi, avec le vécu d’innombrables chômeurs pris dans la nasse d’une idéologie et d’un système qui leur demande d’être responsables et dynamiques dans leur recherche d’emploi, même à ceux qui en fin de droits n’ont plus pour vivre, avec le RSA ou l’ASS, que quelque 500 euros d’allocations, autant dire qu’ils ont déjà la tête sous l’eau avec tout au plus un tuba pour respirer.
          En ce moment même une armée de contrôleurs (ils ont été multipliés par 3 depuis 2019) mettent en application des directives gouvernementales dont l’objectif affiché est de lutter contre la fraude mais qui en réalité permet surtout d’atomiser toujours plus la société en inoculant le poison de la peur, désamorçant toute révolte contre ce système inique.

          5
      1. Ah bon ? Vous croyez qu’on reconnait les « débiles mentaux » à leur fasciés ? Entre ceux qui veulent laisser crever les non vaccinés et ceux qui font un délit de fasciés on n’est pas sorti de l’auberge !
        Et puis ce serait sortir le pain de la bouche de tous les psychiatres dont en particulier notre maître de séance .😂😂😂😂😂

        2
  2. Progrès certes impressionnants, mais pour quelle finalité ?
    Quitte à singer l’humain, autant se contenter de ses membres supérieurs, cela suffit amplement comme le montrent les robots de l’industrie automobile:

    Marketing pour vendre de vrais outils ?

    1
    1. D’où l’idée défendue par notre hôte de créer une taxe sur les robots . Allez, tiens , si un des candidats en lice pour les prochaines présidentielles propose cette volonté, je vote pour lui ! Et peut-etre aussi l’interdiction de la spéculation ! Bingo!

      2
  3. La mâchoire de Freud (lire George Orwell aujourd’hui)

    « L’homme est devenu une sorte de dieu prothétique, vraiment grandiose quand il porte tous ses organes auxiliaires. » C’est en 1930, dans Malaise dans la civilisation, que Freud s’intéresse aux techniques par lesquelles l’homme cherche à démultiplier ses capacités motrices et cognitives. Il parle du téléphone, des lunettes, de l’appareil photo, et d’autres appareils avec lesquels l’homme entretient l’illusion d’améliorer ses organes moteurs et sensoriels, « dans un idéal de toute puissance et d’omniscience. » Freud précise que ces prothèses nous procurent encore de la gêne parce qu’elles n’ont pas « poussé en même temps que notre corps », mais il prévoit qu’en la matière nous allons faire des progrès considérables.

    Dans ce texte, Freud ne dit pas qu’il porte lui-même une prothèse à la mâchoire. Il souffre d’un cancer, un carcinome verruqueux, qui lui a été diagnostiqué en 1923, quand il avait 67 ans, et qui lui dévore la bouche. Il n’en parle qu’à ses proches ; ainsi en octobre 1925, il écrit à Ferenczi : « Dans l’ensemble, je me trouve assez bien, mais je ne parviens pas à mieux supporter les troubles dus à la prothèse, et, en fait, je parle beaucoup plus mal que l’an dernier. » Et l’année suivante, au même Ferenczi : « Les prothèses me torturent horriblement, de sorte que je peux à peine parler, et en plus je ne sais pas pourquoi. »

    Malgré les conseils de ses médecins, Freud n’arrête pas de fumer ses petits cigares, et va subir jusqu’à sa mort une trentaine d’interventions pour exciser le tissu cancéreux et pour ajuster la prothèse dont sont chargés deux spécialistes. Il surnomme sa prothèse « Le monstre » : cet engin compliqué lui permet de manger par moments, mais il lui provoque une inflammation et des douleurs supplémentaires qui l’empêchent de parler.

    En août 1924, Freud écrit à Max Eitingon : « Je suis accaparé par l’état de tension que provoque la prothèse ».

    Aujourd’hui, nous sommes collectivement accaparés par l’état de tension que nous provoquent nos diverses prothèses. En plus de nos petites machines portatives plus ou moins intelligentes, il est un genre de prothèse que nous utilisons pour nous donner l’illusion de mieux nous entendre : les prothèses verbales. En anglais, verbal false limbs : c’est ainsi que George Orwell qualifiait les expressions toutes faites et répétées mécaniquement. Orwell écrit encore : « L’orateur qui utilise ce type de phraséologie a commencé à se transformer en machine. » On trouve ça dans « Politics and the english langage », un article publié en 1946, quand Orwell commence à s’intéresser aux langages totalitaires. Ces réflexions aboutiront au néologisme newspeak dans son roman 1984 – publié en 1949. (Dans la première traduction française de 1984, newspeak était rendu par « le novlangue », mais le terme est passé au féminin dans le langage courant : on parle de la novlangue).

    Notre mâchoire est bloquée, notre parole est empêchée par des éléments de langage toujours plus envahissants. Nous cohabitons avec ces monstres qui occupent nos bouches et nous donnent l’illusion de mieux communiquer. Nombre de termes ou d’expressions qui appartenaient au jargon des informaticiens il y a encore quelques années sont aujourd’hui passés dans le lange courant : « Ce matin je dois me connecter pour un briefing en distanciel » ; « Je suis déconnecté de ma famille » ; « Notre parti doit changer de logiciel ». « Présentiel » et « distanciel », comme tous les mots qui riment avec logiciel, font fortune. Et le ministère de la Santé parle du DUI, le « dossier de l’usager informatisé » – dans l’ordre de ces termes, c’est l’usager qui se retrouve informatisé.

    Nous nous plaignons tous les jours de tomber sur un automate vocal inefficace au standard d’un hôpital ou d’une administration, nous regrettons que tous les métiers soient saccagés par des algorithmes, mais nous continuons à nous équiper d’appareils aussi brillants qu’handicapants, nous participons à les perfectionner et à les incruster toujours plus dans notre corps.

    « La parole est la forme de cancer dont l’être humain est affligé », disait Lacan le 17 février 1976 au cours du séminaire Le sinthome. Par l’intermédiaire des langages informatiques, le langage machine – ou « code machine » – est-il devenu le nouveau langage universel par lequel l’humanité essaye de se guérir de ce cancer qu’est la parole ?

    Le philologue Victor Klemperer a montré comment la langue et la pensée ont été mécanisées en intégrant des mots de la technique. Aujourd’hui, en intégrant des mots de l’informatique, la langue s’informatise. À partir de nos pratiques, et de la lecture de textes d’Orwell précédant 1984, nous essaierons de préciser jusqu’où la parole est aujourd’hui ravalée à un outil de communication, pour servir au traitement automatique de l’information (c’est la définition du terme Informatik, d’abord forgé en allemand, en 1957). Les innombrables codes que nous « saisissons », et dont nous parlons à longueur de journée – codes secrets, digicodes, QR codes – viennent déséquilibrer la part de message et la part de code qui composent tout langage. À l’hôpital et dans les établissements médico-sociaux, tout accueil de la parole est soumis au « codage des actes ». Qu’en est-il dans la pratique dite « privée » ?

    Lors de la séance du 10 mars 1965 des Problèmes cruciaux pour la psychanalyse, Lacan s’insurgeait contre les analystes à la mode anglo-saxonne qui s’alignent sur une théorie devenant alors à la mode : la théorie de l’information, où il n’est plus question que d’émetteurs et de récepteurs. Je cite Lacan : « Le langage n’est pas un code, précisément parce que, dans son moindre énoncé, il véhicule avec lui le sujet présent dans l’énonciation. Tout langage, et plus encore celui qui nous intéresse, celui de notre patient, s’inscrit, c’est bien évident, dans une épaisseur qui dépasse de beaucoup celle, linéaire, codifiée, de l’information. »

    https://ecole-lacanienne.net/event/la-machoire-de-freud-lire-george-orwell-aujourdhui/
    et
    https://books.openedition.org/editionscnrs/29697?lang=fr

    2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.