Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin Suite #1

Parmi les initiatives plus au moins explosives que m’ont recommandées mes petits camarades de l’Assemblée Statutaire de Greenpeace-France, j’ai retenu le grand pique-nique festif de printemps aux couleurs du mouvement et une coordination de mes efforts avec le Groupe national de surveillance des arbres, dont il existe une antenne de par chez moi et que j’ai contacté tout à l’heure.

J’ai reçu l’exploit d’huissier dont voici la dernière page. Si vous souhaitez consulter le document complet, signalez-le moi, je vous le ferai parvenir.

GNSA – Groupe National de Surveillance des Arbres

Partager :

108 réflexions sur « Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin Suite #1 »

  1. 10.000 euros de dommages et intérêts et 5.000 euros de frais. WAOUW !

    Pas de quoi être inquiet: ce sera à votre voisin de prouver le préjudice qu’il dit avoir subi. Et cela va être compliqué à faire pour 4 misérables arbres…

    1
  2. « L’exploit d’huissier »…?
    En tout cas, cela ressemble davantage au langage d’un avocat que ce que l’on trouve habituellement dans un constat d’huissier. Ça sent le bluff à plein nez cette histoire….!

    2
    1. Oui, ça va vite cette partie de poker avec une lettre de l’avocat de Paul du 19 janvier 2022, annonçant un constat d’huissier pour les jours à venir, et un huissier annexant les conclusions l’avocat du voisin le 20 janvier 😏
      Qui bluffe, et qui veut jouer avec Paul 🤔
      Cloclo, mais encore 😏

    2. Effectivement cette page ressemble fort à la dernière des conclusions de l’avocat de la partie adverse qui vous les notifie par voie d’huissier pour que vous ne puissiez pas dire que vous ne les avez pas reçues. C’est peut-être aussi la règle procédurale dans ce genre de conflit.

      En l’occurrence l’huissier sert de facteur.

      (mon expérience de 30 années de pratique des Conseils de Prud’hommes).

      2
      1. @gaston L’huissier semble effectivement jouer le rôle de facteur (super lettre recommandée avec AR) pour dater la communication d’un document.

        La dernière page ressemble plutôt à une décision d’un juge pas un document d’huissier ou d’avocat.

        1. `@ Ruiz,

          Il ne peut pas s’agir de la dernière page d’un jugement car :

          – les verbes sont à l’infinitif (les juges auraient écrit « condamne » et non « condamner » par exemple).
          – la mention « SOUS TOUTES RESERVES » en fin de texte est ajoutée par tout défenseur dans ses conclusions, mais pas dans un jugement.

            1. @ Ruiz,

              C’est exactement cela.

              Nous sommes dans une procédure civile et les règles de cette procédure sont fixées par le ncpc (baptisé à nouveau cpc depuis 2007).
              Pour que le procès soit équitable il est nécessaire que les parties en cause échangent leur moyens (pièces et éventuellement conclusions) dans un délai raisonnable avant l’audience afin que l’adversaire ait le temps de les étudier et éventuellement d’y répliquer.
              C’est à la partie demanderesse (les voisins de Monsieur Jorion) de conclure la première puis à la partie défenderesse d’y répondre dans les délais (ce que ne manquera pas de faire l’avocat de notre hôte).

              La réception du document présentement publié n’est donc que la première étape de cette procédure.
              Ainsi il faut le lire comme la mise en musique de la version des voisins par leur avocat.

              Quant à trouver son discours outrancier ou excessif, il ne faut pas s’en affoler.

              L’outrance du propos peut servir à cacher l’indigence de l’argument de fond, un écran de fumée en quelque sorte. Nous sommes dans une procédure civile pas aux assises !

              Il faut bien aussi que l’avocat des voisins justifie ses honoraires aux yeux de ses clients.

              Je ne doute pas que notre hôte se soit entouré d’un conseiller avisé qui lui sera bien utile, mais compte tenu du caractère teigneux de ses adversaires, la procédure, avec les recours possibles, risque d’être longue et pendant ce temps là ses arbres seront toujours debout.

              Bon courage Monsieur Jorion.

              1
    3. Cela ne s’applique pas au cas actuel de Paul Jorion, mais parmi les procédures médiévales des huissiers de justice appliquant le code de procédure civile, il existe des biais aberrants tels que l’application de l’article 659 du CPC définissant le ‘procès verbal de vaine recherche’, c’est à dire que l’assignation qui n’a pas pu être présentée à l’intéressé en personne, en raison d’un domicile inconnu, sera conservé en l’étude et pourra être opposée et tenir force.
      Un exemple classique : un huissier expulse un locataire, il est donc parfaitement au courant que ce dernier sera à la rue sans domicile, mais pour se couvrir et pouvoir poursuivre d’autres procédures à l’encontre du malheureux, il établira ce fameux PV art. 659 👿

  3. Comme un prix se fixe en fonction du rapport de force entre les parties, est-ce que le prix de la tranquillité avec ses voisins ne se fixe pas de la même manière ?

    Si, par exemple, la propriété de votre voisin ne respectait pas le règlement du lotissement ou pire, si une extension avait été construite sans permis, il y aurait matière, en engageant des recours, à influencer le rapport de force entre vous.

    Peut-être demanderont-il à ce moment là une « taxation » ?

  4. Franchement on dirait du Soubeyrand, ça fait cré cré peur !

    (y va me maudire, mais j’ai pas pu résister,…)

    2
  5. Bonjour à tou(te)s
    Une pétition, que nous serions nombreux à signer.
    Un rassemblement: je suis partant !
    Il faudrait demander à ses huissiers de préciser la gêne occasionnée par ces arbres,
    Ca, se serait véritablement un exploit !

    1. C’est mentionné dans le document complet. N’hésitez pas à me le réclamer, mais je vous préviens que « Massacre à la tronçonneuse » c’est de la bibine à côté de ce que vous lirez là.

    2. Les arbres n’étant pas apparus par l’opération du saint Esprit entre leur achat de leur propriété et maintenant, il n’y a pas augmentation du « trouble » qu’ils pourraient amener. Ils étaient grands et entretenus, ils sont toujours grands et entretenus. Le « trouble », selon leur dénomination, reste le même. En achetant il y a quelques années, ils le connaissaient ce « trouble », Paul n’a pas fat disparaître les dits arbres lors de leurs visites pré-achat. En achetant, ils l’ont donc accepté de fait. C’est peut-être un argument à donner, en changeant bien sûr le mot « trouble » par « situation ».

      1
      1. Bon ça n’est pas là que je voulais mettre cet argumentaire, mais s’il est lu, c’est le principal…

  6. 4 arbres à abattre, mini série à venir
    uniquement sur le blog de PJ😏
    Épisode 1 : les racines du mal
    Épisode 2: le mystère du cèdre bleu
    Épisode 3 : la revanche des pins maritimes
    Épisode 4 : La vérité révélée

    5
  7. @Paul : J’ai depuis longtemps envie de vous saluer en chair et en os, d’échanger un peu sur tout et rien. Un rassemblement ou un déjeuner sur l’herbe sous vos pins serait un honneur pour réaliser mon souhait. J’y apporterais bien volontiers quelques petits zakouskis et l’arrosage qu’ils imposent. Nous risquons d’être un peu nombreux, cela risque de déborder un peu chez votre Lefuneste (j’ai surnommé le mien Gargamel…) mais la Bamboche à Vannes, ça me tente vraiment.

    Ce serait alors l’occasion de faire connaissance avec le fâcheux, de sonder sa bêtise, de tâter son crâne creux, d’étudier ses traits simiesques, de jauger sa détermination de gâte-sauce. J’ai hâte de jouer les Jean Yann (dans le permis de conduire) en allant lui poser quelques questions.

    Je recommande également l’invitation de musiciens amateurs équipés de leur instrument pour égayer la garden party.

    Sans traiter à la légère ses gesticulations, je vous recommanderais bien aussi de faire venir quelques médias clochemerlesques qui pourraient le chauffer à la question. Rien de tel qu’une équipe de tournage en mal de scoop

    2
  8. Si ça devait m’arriver ce genre de truc , je prendrai des renseignements sur la réputation de l’avocat adverse ( il les emmène apparement dans une procédure perdue d’avance ) , la profession des plaignants ainsi que leur éventuelle réputation ( par exemple : on pourrait en déduire qui de connu pourrait les amener à changer leurs pratiques procédurières ) , et un bon avocat pour défendre mes intérêts.

    Plus un rendez vous à la mairie pour partager sa situation , un rendez vous avec la personne chargée de faire respecter les réglementations de la zone pavillonnaire vu que la maison du plaignant ne respecte pas le style globale du lieu : couleur des tuiles ( en l’occurence faîtage refait apparement de couleur orange ) , panneaux de bois pour clôture , conformité de la plaque indiquant le numéro de la maison, etc… et autres anomalies vu que ces voisins n’ont pas l’air très respectueux des règlements de zone pavillonnaire, voir des autres règlements ( à vérifier si possible).

    N’empêche , dans l’idéal , un bouquet de fleurs et une bonne bouteille aux fameux voisins …il s’agit peut être de parents totalement angoissés à l’idée que des arbres tombent sur leur progéniture .Plus une explication circonstanciée sur la non dangerosité établie et vérifiée de ces arbres, plus leurs valeurs écologiques et de mise en valeur de leur propre demeure ( des beaux arbres , c’est rares et magnifique à contempler ) .Tout ça bien sûr SI l’avocat censé défendre mes intérêts n’y voit pas d’objection.
    C’est le problème des procédures : AFFAIRES DE PROFESSIONNELS AVANT TOUT .

    1
  9. Bonsoir monsieur Jorion,
    J’avoue pas bien comprendre le problème généré par ces arbres ? qu’elle est la gène occasionnée ? S’agit-il d’un risque de chute sur leur maison, car ils sont en limite de propriété ? débordent sur leur terrain ? Génèrent-ils des nuisances (feuillage, chute de branches,…) S’agit-il plutôt d’un problème de vue ?
    Sur les lotissements urbains souvent étroits , les nuisances ressenties, sont plus élevées qu’à la campagne, d’où peut-être la crispation du voisin.
    je viens de trouver un article qui précise les dispositions en bordure de propriété :
    https://edito.seloger.com/conseils-d-experts/reglementations/votre-voisin-se-plaint-de-la-hauteur-de-vos-arbres-devez-vous-les-elaguer-article-29344.html
    Il est question de 2 mètres de distance pour les arbres de plus de 2 m ! A vous de mesurer sur place, mais s’ils sont à moins de 2 mètres, vous aurez à payer les frais du procès et l’élagage qui risque de couter aussi cher, comme disait les anciens : dura lex sed lex !
    Bonne soirée

    1
  10. Bonjour monsieur Jorion,

    J’aime beaucoup les arbres et court fréquemment en forêt.. Mais au-delà du bucolique, voici un article qui traite de ce problème :
    https://edito.seloger.com/conseils-d-experts/reglementations/votre-voisin-se-plaint-de-la-hauteur-de-vos-arbres-devez-vous-les-elaguer-article-29344.html
    donc les arbres de plus de 2 m doivent avoir été plantés à au moins 2 mètres de la limite…

    Le risque de ne rien faire est que vous allez perdre le procès, payer les débours et pour finir payer l’élagueur : c’est pas donné, il faut demander l’autorisation au voisin (celui de l’exploit j’imagine) pour passer sur sa parcelle, ensuite souvent travailler avec un élévateur, il peut y avoir des différences de niveau qui compliquent la tache, des fils de téléphone ou d’EDF qui passent au milieu… ça va vite avec l’augmentation du CO2 les arbres croissent plus vite !

    Ensuite le voisin peut perdre en 1ere instance, mais il gagnera en appel qui juge sur le droit uniquement.. Pas sorti de l’auberge !
    Bonne soirée

    1
    1. Après si les arbres font plus de 60 m , va falloir un hélico pour helitreuiller les tronçons vous n’imaginez pas le chantier !

      1. Ne croyez pas qu’un petit hélico genre alouette 2 suffit , il faut des gros porteurs un peu comme ceux qui balançaient du sable sur le réacteur de Tchernobyl !

    1. Vous croyez vraiment que je serais toujours en vie si je n’étais pas prudent ? (voyez mes aventures dans l’Atlantique, en Afrique et en Amérique 😉 ).

  11. Ce sont quand même les plus grands du quartier ! Certaines branches ne dépassent-elles pas au dessus du jardin du voisin?

    1
  12. Charmant réquisitoire, je suppose que l’argumentation est à l’avenant. Vous avez de la chance qu’il n’y ait plus de pilori.
    Je viens de faire une petite ballade sur gogol street (désolé mais c’est difficile de se faire une idée sur papier), jolie quartier.
    Personnellement (je ne suis pas juge) mais de ce que j’ai pu voir ils n’y a rien d’absolument dramatique dans la configuration, le cèdre penche vers chez vous, pas de grosse charpentière en direction du voisin ​et l’arbre est entretenu, donc, comme ça je dirais: rappel de votre devoir d’élagage/entretien et de votre responsabilité en cas de dommages. Après vous prenez le risque en allant au procès de tomber sur une coterie locale qui vous soit défavorable.
    Vu du ciel la photo vous désavantage, la prise n’étant pas parfaitement verticale. Je ne sais pas en bretagne mais dans le midi une cours ombragée vaut de l’or, même si on préfère tilleul ou platane pour profiter du soleil l’hiver.
    Maintenant pour ce qui est des pins maritimes, comme pour le cèdre je ne vois pas vraiment de choses condamnables ; par contre j’en ai tellement vu parterre qu’aux vues des vents dominants je suis plus inquiet pour votre propre maison que celle de votre voisin. C’était, il faut bien l’avouer, un très mauvais choix d’essence de la part du planteur 🙁.
    J’aurais tendance de prime abord à classer vos voisins parmi les casse-pieds procédurier extrêmement jaloux de leur pré carré, mais il ne faut pas exclure que ceci soient authentiquement dendrophobes (à cause d’un drame familial ou autres traumatismes), mais de toute façon, vu la tournure des choses, difficile de discuter. Il vous faudra les conseils d’un bon avocat de confiance pour tenter de juger s’il s’agit d’un dernier bluff ou d’une réelle sommation avant la grosse artillerie.
    Dernier point, à votre place, j’éviterai les rassemblements trop ouvertement pied-de-nez pour l’instant, profiter de vos connaissances associatives et de leurs appuis c’est déjà bien, pas besoins d’aller jeter un bidon de kérosène sur le feu (pour un peu qu’il y ait un ou deux excités dans le tas ça peut tourner au pugilat).
    Bonne Nuit!
    MG

    9
    1. D’accord avec MG, il ne faut pas mettre de l’huile sur le feu.
      Vaut mieux une bonne, une ÉNORME, préparation juridique.
      Quitte même à trop se préparer, même si ça fatigue.
      Après coup, ça ne semblera pas exagéré.

      Et on prend de l’expérience à se frotter à la réalité…

      1. Dans ce genre d’affaire soumise à appréciation, on navigue entre le chaud et le froid ; à un moment persuadé de son bon droit et l’instant d’après affligé par la découverte d’un jugement ou d’une information qui semble contredire la règle, la logique ou son fort sentiment. Une chose est certaine, les conseilleurs ne sont pas les payeurs et ceux qui viendraient vous soutenir ponctuellement ne vivent pas là.

        Dans le midi on donne souvent un nom au maison, un gars du coin à appelé la sienne « Minas Tirith », mon arrière grand-père avait appelé la sienne « La Paix »; la maison Jorion pourrait s’appeler « Le Vieux Cèdre » ou autre (grand jeu concours) si cela se fait localement (même si le cèdre venait à disparaitre il en resterait la mémoire).

        3
    2. Même remarque que MG après promenade Street View.
      Très joli le cèdre qui contribue à l’embellissement de la rue au même titre que les arbres en face du N°8 qui sont sur un terrain communal et près des maisons.
      Il y a d’autres grands arbres de la même hauteur en propriété privée.
      On ne peut pas demander l’arrachage d’un arbre qui a la prescription trentenaire.

      https://www.alexandrevasquez-avocat.fr/fr/actualites/judiciaires/id-59-prescription-trentenaire-et-taille-des-arbres

      Les arbres trentenaires n’ont porté pas préjudice aux anciens voisins.

      Les risques de chutes d’arbres sur leur maisons sont extrêmement limités et ne justifient pas leur abattage ( expert de le Cour d’Appel de Rennes)

      L’abus du droit d’ester en justice
      La contestation judiciaire est de mauvaise foi au départ ou lorsqu’une partie de mauvaise foi multiplie les procédures inutilement et abusivement

      La procédure abusive
      https://justice.ooreka.fr/astuce/voir/442395/procedure-abusive

      https://www.avocats-picovschi.com/procedure-abusive-notion-criteres-et-sanctions_article_803.html

      « De même, celui qui agit en justice uniquement pour assouvir une NEVROSE commet un abus de droit (voir en ce sens Cass. 3ème civ., 12 février 1980). D’autres décisions retiennent que l’abus peut résulter de l’absence de tout fondement à l’action, du caractère malveillant de celle-ci ou encore de la multiplication des procédures engagées. »

      4
  13. Ce dernier document (partiel) et les dates de l’expertise 26 02 2021 et de l’audience 18 / 03 / 21 ? donnent l’impresion que suite à la conciliation non aboutie, un jugement ait déjà bien eu lieu en 2021 en l’absence du défendeur et de son conseil ?
    Si tel est le cas sa lettre récente serait une proposition pour faire éventuellement appel d’une telle décision .
    Il est probable que le délai soit limité (15 jours ? 2 mois ?) à partir de la notification qui viendrait d’avoir lieu.

    1
    1. Important ça ., comme dirait … 😉
      Et typique des documents dans le jargon professionnel des juristes ,
      celui qui n’est pas initié ne comprend rien.

      A part cela , comprend pas pourquoi cette affaire me hante .
      Peut être parce que j’ai chez moi un sapin de noël qui a pris 30 ans dans la tronche .On s’attache à ces petites bestioles , surtout que celui là
      avait gagné le droit d’être redressé dans sa jeunesse .Il nous avait sauvé de la voiture folle d’un pompier qui croyait bien faire à rouler comme un dingue. Avec le frérot du sapeur , on est copain maintenant ( il était tout petit à l’époque et m’avait aidé à remettre l’arbre en place).

      PS : vous êtes vous déjà amusé à vous balader dans les jardins partagés , et d’en déduire le caractère des jardinier de chaque parcelle ? C’est passionnant .

      Dans le cas breton à l’étude , le truc étrange , c’est que les nouveaux proprio ont acheté en connaissance de cause , les arbres étaient déjà là . Est ce l’état de leur toit qui les a fait prendre en grippe les si beaux arbres? Est ce une incompatibilité d’humeur qui les a invité à se barricader chez eux ?Est ce les conséquences d’une ambiance covid qui les rend inamicaux ? Est ce que Mr Jorion a son pass arborifère ?
      Il semblerait que l’ensemble pavillonnaire soit plutôt du style ouvert , pas du style barricadé chacun chez soi comme ça se fait de plus en plus.

      PS : ces tuiles noires toutes pareilles, ça me,fait penser aux obligations liés aux parcs naturels ( exemple des tuiles toutes de couleur rouge dans un parc naturel auvergnat ).
      Après recherches :

      « Pour les boisements du territoire, de nature diverse, les communes s’engagent à préserver ces milieux, notamment au travers de leurs documents d’urbanisme. »( Page 34).

      https://www.parc-golfe-morbihan.bzh/medias/2016/10/La-charte-du-parc.pdf

      En prenant contact avec le parc naturel régional du Morbihan , vu que Vannes à adhérer à leur charte , les choses pourraient s’arranger plus vite que prévue. Sait on jamais ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_naturel_régional_du_Golfe_du_Morbihan

      Nb : A Mr Jorion : en tout cas, c’est sympa de constater qu’autant de gens sont soucieux de votre bien être.

      Bon, je retourne à mes livres dont vous m’avez inspiré la lecture.
      Bonne continuation et un câlin aux grands arbres de ma part .Le mien je peux pas , il est plein de résine .
      A croire qu’Il est comme moi : collant ! 😊
      Mais bon, quand il s’agit de sauver des arbres , le combat vaut la chandelle.

      1
  14. Une étude scientifique américaine a prouvé que sur 4 voisins, 3 sont des imbéciles insupportables.

    1
    1. Cette étude a aussi démontré que cette vérité est vraie du point de vue de chaque observateur.

      Ce qui confirme la règle qu’on est toujours le con de quelqu’un. Les lois humaines sont plus facile a unifier que les lois physiques.

  15. Je n’ai pas vu mention d’une demande de conciliation auprès du conciliateur. Dans ma commune de Lannion, le rôle du conciliateur est justement de tenter un de concilier les parties dans le cas notamment de troubles du voisinage (moi c’est un voisin qui s’est mis a m’insulter et me menacer de mort parce que j’avais fait fonctionner ma perceuse à 8h03 du soir.. ). Il est probable que la même fonction soit pourvue à Vannes. My 2 cents.

  16. Enfin quand même moi je dis que cette histoire serait mieux dans « Veille de l’effondrement ». J’explique :

    Quand tout va s’écouler de manière systémique (spéciale dédicace à PS) ou même localement en cas de sinistre ou catastrophe genre tempête ou inondation, c’est bien sur tous les voisins, tous les gens en local que vont se passer et se produire les gestes d’entre aide et de solidarité active. Il faut absolument cultiver une harmonie minimale et instaurer un climat de confiance minimale afin que les « communautés » de voisinage le jour soit à peu près opérationnelle. Même si on ne peut pas apprécier et aimer tout le monde (et après tout tant mieux) faudra se souder les coudes en local. Quand ça en sera fini des échanges à distances on va se taper tous les gros beaufs qu’on évite soigneusement actuellement… On va en chier !

    1
  17. J’ai déjà fait usage de la  » sommation interpelative  » ( sur un notaire ) Ça permet d’envoyer un huissier chez n’importe qui poser une question, en exposant par cette forme, une dimension assez sérieuse.

    Ce document me fait penser à ça : un message, pas forcément fondé en droit, mais dont la forme est destinée à exercer une pression.

    Un des buts est de faire péter un plomb à Paul. Du coup dans mes réponses quelles qu’elles soient, je continuerai d’afficher une sérénité de Bouddha.

    2
  18. 3 jours de palabres et 146 commentaires pour 4 malheureux arbres ! On a beau dire, les petites préoccupations personnelles du quotidien ont plus d’importance que les grands problèmes qui menacent l’humanité. C’est sans doute pour cette raison qu’ils ne seront pas résolus à l’inverse de la saga dramatique des 4 arbres. En fait, on ne refait pas la nature humaine ni l’autre d’ailleurs par voie de conséquence.

    2
    1. Vous ne voyez pas que ces arbres peuvent nous survivre : nous pouvons décider de nous retirer avec élégance, ou pratiquer la politique de la terre brûlée, qu’il ne reste plus rien (ou presque) quand nous serons éteint.

      8
      1. Il se pourrait que ces voisins, bien intentionnés, ne soient pas des prédateurs, alors dans ce cas, il suffirait d’ installer si ce n’est déjà fait des nichoirs dans vos beaux arbres…

      2. Mais bien sûr que les arbres nous survivront avec ou sans notre bienveillance. D’ailleurs ici même, on a un peu le sentiment que ça sent déjà le sapin.

        1. ah mon pauvre ami , mon pauvre Jean N , vos deux derniers commentaires sont édifiants ! En gros vous désapprouvez le fait qu’il y ait 146 commentaires par vos propres commentaires qui n’apportent rien . Conclusion provisoire : vous parlez pour ne rien dire .
          Et bien au contraire je trouve ces considérations – les commentaires – d’une extrême utilité sociologique , mais je ne suis pas sociologues , peut être anthropologique , mais je ne suis pas anthropologue .
          Je pose le problème différemment : nous sommes dans la cour d’une prison , le directeur et un représentant de la justice . Il y a 4 détenus dont il faut se défaire . Lequel choisir et par quel moyen ?

          1. « nous sommes dans la cour d’une prison , le directeur et un représentant de la justice »

            Déjà c’est sûr, ces deux-là, on les laisse enfermés…

          2. Cher Khanard,
            Vous avez parfaitement raison, je parle pour ne rien dire et j’en suis tout à fait conscient contrairement à d’autres qui ne semblent pas être habité par le moindre doute ou la plus humble modestie.
            Mais lorsque j’avance le fait que les petits soucis personnels passent avant les grands problèmes et qu’en se consacrant aux premiers on ne s’occupent pas des seconds, je pense ne pas être loin de ce que disent les climatologues et les spécialistes en énergie.
            De même, quand j’écris que les arbres nous survivront indépendamment de notre bienveillance, je crois que les biologistes ne me contrediraient pas et cette réalité en vaut bien d’autres que j’ai pu lire ici.

            Bien à vous,
            Jean N.

            PS. Quant à votre question dans la cour de prison, je ne vois pas non plus ce qu’elle apporte, ni l’intérêt supérieur qu’elle pourrait avoir. Mais s’il faut se défaire de quelqu’un, c’est évidemment du directeur ou de celui qui pose la question.

            1. Jean N., souvenez-vous d’un fameux proverbe chinois :

              « Si tu ne veux pas entendre parler des arbres dans le jardin de Zhou, rends-toi plutôt sur le blog de Wang ».

              1
              1. Merci beaucoup, j’ignorais cet aphorisme. Par contre je n’ai pas connaissance d’un proverbe qui dit “si tu veux connaître la vérité va consulter le blog de PJ”.

            2. il n’y a pas de petit problème ou de grand problème . il y a problème . c’est la théorie de l’arbre qui cache la forêt ! 😂🤣😂🤣😂🤣😂🤣😂🤣

              celui qui pose la question est spectateur .

        2. @Jean N.
          « ça sent le sapin « …
          Je ne sais pourquoi, on dirait que cette remarque se veut agressive .

          Jean , entre nous , à combien estimez vous votre RAV ?

          En vrai « Palabrer « , ce sont des discussions qui débouchent sur rien .
          Là , ça m’étonnerait que , de ce brainstorming , ne sortent pas des solutions concrètes , qui ont plus d’importance que vous ne croyez , ne serait ce que par leur nature symbolique.

          Cependant , votre intervention donne des idées : peut être faudrait il inventer un logo évoquant la déforestation du style «  touche pas à mon pote « .
          «  Touche pas à mon arbre ! »: ça a de la gueule .
          Il arrive que les petits badges finissent par faire de grands courants de pensée .
          Une idée , un « palabre « pour certains parfois   , en amenant une autre , le slogan «  touche pas à ma planète ! « 
          pourrait avoir de l’avenir .
          Pourrait même inspirer une dessinatrice de talent ( suivez mon regard ).
          Au cas où , j’achète !

  19. Un arrêt intéressant de la Cour de cassation : https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000043004964?tab_selection=all&searchField=ALL&query=19-23.262&page=1&init=true
    Au contraire de l’avis d’expert mandaté par Paul Jorion, le constat de l’huissier mandaté par les voisins manque singulièrement de rigueur, il laisse ouvertes toutes les interprétations, ainsi, il n’a aucunement évalué avec précision le volume des aiguilles incriminées, le laps de temps qui a été nécessaire pour obtenir ce volume.
    Chose étrange, il constate la présence d’aiguilles sous le capot d’un véhicule stationné sur la propriété, or, le capot moteur d’une voiture obture assez bien l’accès à ce compartiment, il constate également la présence d’aiguilles sur le trottoir qui appartient au domaine public ; à trop vouloir prouver… !
    Vu la géographie de l’implantation de ces arbres, il n’est pas raisonnable de penser qu’un gros volume d’aiguilles ait pu être entraîné par les vents dominants vers la propriété des voisins, l’on peut voir en effet, selon les statistique météo que les vents d’Est, ou plutôt Nord-Est ne se rencontrent que marginalement et aucun vent du Sud ou Sud-Est, susceptible de réaliser la projection vers la propriété adjacente.
    Le volume constaté des aiguilles ne peut donc qu’être le fait direct du phénomène de pesanteur intervenant sur le peu de branches surplombantes lors du renouvellement des aiguilles par cycle typique de 3 ans pour ces essences, donc à priori un volume négligeable en rapport à ce qui peut se retrouver répandu sur la propriété de Paul Jorion.
    En résumé, et compte tenu des vents dominants, l’essentiel des aiguilles de renouvellement se retrouve sur la propriété où ces arbres sont implantés.
    https://fr.windfinder.com/windstatistics/vannes
    https://windy.app/fr/forecast2/spot/489016/Vannes/statistics
    Et dernier argument, pour les arbres trentenaires, l’on ne peut demander l’abattage!
    https://www.elagage.com/arbre-trentenaire-limite-de-propriete/
    Les voisins ont cru trouver un moyen de vous causer tort, mais ce moyen semble inconsistant.

    1. @Tout me hérisse
      Pour les aiguilles et les feuilles mortes sur les voitures, l’avis d’un assureur:
      « Si vous stationnez régulièrement sous des arbres, attention aux feuilles mortes, hélicoptères, aiguilles de pin et brindilles qui tombent et se logent dans la baie de pare-brise (la partie sous le capot ou sont généralement fixés les essuie-glaces).
      C’est à cet endroit que se trouve l’entrée de l’air pour l’habitacle. Si des éléments bouchent les canaux d’écoulement d’eau et pourrissent dans les prises d’air de votre véhicule, vous risquez des odeurs d’humidité désagréables dans l’habitacle.
      De plus, l’eau stagnante dans la baie de pare-brise du fait de l’obstruction, peut griller le moteur d’essuie-glace, voire les éventuels calculateurs qui s’y trouvent. Le coût des réparations est alors assez cher. »

      1. @ arkao
        Certes, il peut être imaginable voir pénétrer quelques aiguilles par l’ouïe d’aération située sur le capot (quel est le modèle de véhicule?), mais il n’est pas pensable que cela puisse en arriver à obturer cette entrée d’air, sauf à considérer que ce véhicule stationne plusieurs semaines au même endroit sans être utilisé…
        En tout état de cause, l’huissier ne précise pas cela, il évoque des aiguilles sous le capot…
        En tout ce qui a trait à un domaine un peu technique, il est nécessaire de bien préciser les choses afin d’éviter les ambiguïtés, il ne me semble donc pas que ce constat soit fondamentalement opposable à Paul Jorion.

        1. Ne serait-ce pas un effet secondaire du Covid et du confinement prolongé, ayant condamné les voisins à rester 2 mois enfermés dans leur propriété sans sortir leur véhicule ?
          Espérons que ce n’est pas un Covid long.

          Le Prozac est peut être indiqué en pareille occurence.

          Un Barnum comme ceux déployés pour les tests devrait pouvoir assurer la fonction de garage couvert.

  20. C’est un peu foldingue cette histoire … presque invraisemblable, avec en sus un aspect comique pour vous qui avait à coeur de soigner les mal-portants et proposez des soins à domicile.
    Est-ce un signe de bonne fortune que vous ayez justement à deux pas de chez vous un égaré de cet acabit qui impromptu se manifeste et pousse le bouchon jusqu’à venir vous défier par huissier ?
    Pas banal comme fait divers.
    Une énigme de plus à éclaircir.
    Vous allez trouver. J’en suis sûr.

    1
  21. @ Paul,

    Elle est épineuse votre histoire !

    Renseignements pris, compte tenu de la jurisprudence relativement abondante (et contradictoire), vos voisins viennent de lancer une pièce en l’air et là c’est un peu la petite lotterie pour savoir si sera pile ou face… voire ne pas exclure que la pièce retombe sur la tranche et que la justice opte pour une décision qui ne fasse que des insatisfaits.

    Bref… Rapprochez-vous de votre avocat, voyez ce qu’il envisage comme option. Procédez peut-être à une nouvelle expertise de l’état sanitaire des arbres dans l’optique d’écarter certains risques avancer par vos voisins (chute d’arbres, …) et circonscrir le trouble anormal de voisinage au strict problème des chutes d’épines.

    2
  22. Vous écrivez:
    « Vous ne voyez pas que les arbres pourraient n’être qu’un prétexte et qu’il s’agirait en réalité simplement de me voir déménager ? Et que si les arbres ne marchent pas, on inventera autre chose ? Et que la raison profonde n’aurait rien à voir avec mes vues en matière de politique ou sur l’avenir de la planète, mais avec quelque de chose de plus profond et élémentaire dans la nature humaine ? »

    Quelle est votre analyse sur le profil psychologique et la personnalité de vos voisins , leurs rapports avec le voisinage , leur histoire ,..?

    Cela peut-il avoir un impact majeur sur leur discernement et leur volonté d’ester en justice avec le risque de procédure judiciaire abusive de leur part ?

    1
    1. Dans le film islandais « Under the tree » passé récemment sur Arte, la perte dramatique d’un enfant et une des causes de la hargne de la voisine.

        1. « un virage à 180°. »….
          Une donnée importante .

          Je reviens dans le rôle de papi mouzo :
          y’a pas un voisin qui les connaît un peu , qui discuterait avec eux , capable d’expliquer ce revirement ?

        2. Après 4 mois de relations courtoises à l’initiative des voisins , il y a eu un virage à 180° .
          Les arbres ou autre chose , avec peut être la volonté de vous voir déménager.

          Comme dit Bernard , peut être y a t-il eu une donnée importante qui aurait pu changer leur comportement vis à vis de vous ?

          « Quelque chose de plus profond et élémentaire dans la nature humaine. »
          Le voisin jaloux ?

          1
          1. Ou bien … les voisins ont reçu un courrier leur intimant l’ordre de virer leur panneaux de bois , et …
            se sont dit que le voisin le plus direct avait dû se plaindre , d’où leur besoin d’évacué leurs nerfs .
            Sans oublier le problème de la vie en communauté où ce que se dit est parfois amplifié , déformé .
            Bref , cette réaction disproportionnée de la menace judiciaire , un vrai schmilblic.

            1
        3. @ Paul,

          Un drame personnel pour vos voisins en lien avec les pins et/ou les cèdres qui rend leur vision dans l’environnement immédiat de leur logement « insoutenable » ?

          1. On pourrait retourner la question à Paul.
            D’où vient ce désir de vivre dans une maison à l’ombre (à l’abri ?) de grands arbres, qui plus est dans une région pas réputée pour son ensoleillement insoutenable ?
            L’argument protection de l’environnement ne teindrait pas la route longtemps au regard de la densité de boisement dans les environs du lotissement en question.

            1. Comme disait Paul , les arbres ne pourraient être qu’un prétexte .
              Il y a autre chose à son égard.
              « La raison profonde aurait un lien avec quelque de chose de plus profond et élémentaire dans la nature humaine. »

              1. Est-ce que la femme de ce charmant monsieur ne se serait pas trop répandue en compliments sur ce très aimable et très séduisant voisin durant les quatre mois qui viennent de s’écouler ?

                (copyrights « 17 portraits… »)

                1
                  1. Effectivement, une femme éconduite… sans doute encore plus redoutable qu’un mari jaloux !

                    (Me vient immédiatement l’image de Daniel Gélin que je ne citerai pas… Je laisse faire CloClo)

                    Enfin, parodiant Juan en un sanglot,
                    Que pensent donc les dames de ce huis-clos ?
                    Vous sentez-vous l’âme d’un Laclos,
                    Pour traîner ainsi Jorion au billot ?!

                    🙂

                    1. Salut Cloclo,

                      Je suis juste stupéfait des détours que peut prendre l’âme humaine pour trouver satisfaction… Le symbole phallique de l’arbre étant presque trop beau pour être vrai !

                      La volonté de les abattre m’ayant conduit au film cité plus bas.

                      That’s it.

                      Et Gélin c’est dans « la vie est un long fleuve… »

                      Bonne journée !

                    2. CloClo,

                      Pour tout te dire, je me suis souvent fait la remarque que les gens semblent parfois figés à un âge donné – c’est particulièrement vrai dans le milieu dans lequel je travaille, en tout cas beaucoup plus évident à percevoir, moins d’élaboration en quelque sorte – et sur des modes de résolution archaïques des problèmes (je te laisse évaluer mon « garbage and waste management » 😉 ).

                      Alors se rendre compte que les motifs sont toujours les mêmes au-delà de détours qui peuvent apparaître machiavéliques c’est plutôt rigolo. Et quand je dis « âme » c’est bien une notion pré-théorique = « inconscient » mais n’étant pas compétent je ne vais pas m’avancer…

                      Après, il y a le côté OSS 117 de monsieur Jorion qui me fait sourire et le fait que je débarque après la bataille, passant un peu moins de temps sur le blog, d’où l’enthousiasme tardif et une lecture moins exhaustive des commentaires.

                      Enfin, le climat pesant de fin du monde qui règne en général en ce moment, ici ou ailleurs, me donne plutôt envie de déconner et de prendre tout cela à la légère de temps en temps !

                      (Je cherche un peu Juan aussi, toujours soucieux de l’opinion féminine, en espérant ne pas l’avoir fait de manière maladroite :-/ Curieux de savoir si un tel processus leur paraît concevable. J’avoue que cela me sidère quand même… mais une fois expliqué ça paraît difficile à contredire).

                      (Tout ceci étant à prendre comme justifications a posteriori évidemment 🙂 )

      1. Dans ce film, qui a priori reste une fiction, ce sont les femmes qui poussent leurs maris (plutôt bonnes pâtes) à l’action jusqu’au drame. Le « patriarcat » islandais en prend en coup 😉

        1
    2. Les arbres , le chant du coq ,…..et même les cigales !!!!

      https://www.ouest-france.fr/provence-alpes-cote-dazur/var/var-quand-certains-touristes-trouvent-les-cigales-trop-bruyantes-5930357

      « Comment se débarrasser des cigales ? » demandent les touristes
      Au Beausset (Var), le maire a été, ces dernières semaines, abordé à deux reprises par des touristes qui voulaient tout simplement éliminer les cigales. « Ils m’ont demandé : est-ce que vous avez des produits insecticides pour passer sur les arbres ? Comment se débarrasser des cigales ? »

      2
  23. C’est peut-être une stratégie de négociation. On abandonne notre harcèlement judiciaire (sans fondement) et vous ne portez pas plainte pour notre balustrade non conforme au règlement du lotissement.

    2
  24. Je contribue un peu tard, mais mon premier réflexe a été d’aller voir le code :
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F614
    Je cite « Si les plantations ne respectent pas les distances légales, mais qu’elles sont situées :
    à moins de 0,5 mètre de la limite de propriété,
    ou sont situées entre 0,5 mètre et 2 mètres de la limite de propriété et dépassent 2 mètres de hauteur depuis au moins 30 ans,
    alors seule une démarche amiable (recherche d’un accord) peut être envisagée auprès du voisin dont les plantations ne respectent pas les distances légales. »

    Si j’en crois ce que je lis (et c’est conforme à ce que disait mon père, très jaloux des limites du terrain de son pavillon), il me semble que la procédure (huissier et tutti) relève plus de l’intimidation que d’autre chose.

    Arbres situés à 2m ou plus + arbres de plus de 30 ans + arbres présents lorsque le voisin achète sa parcelle…
    Le voisin va avoir du boulot pour obtenir satisfaction, autrement qu’à l’amiable (et là, c’est un peu mal parti).

    1
  25. Écoute, bûcheron…
    « Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras ;
    Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
    Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force
    Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?

    Sacrilège meurtrier, si on pend un voleur
    Pour piller un butin de bien peu de valeur,
    Combien de feux, de fers, de morts et de détresses
    Mérites-tu, méchant, pour tuer nos déesses ?

    Forêt, haute maison des oiseaux bocagers !
    Plus le cerf solitaire et les chevreuils légers
    Ne paîtront sous ton ombre, et ta verte crinière
    Plus du soleil d’été ne rompra la lumière.

    Plus l’amoureux pasteur sur un tronc adossé,
    Enflant son flageolet à quatre trous percé,
    Son mâtin à ses pieds, à son flanc la houlette,
    Ne dira plus l’ardeur de sa belle Janette.

    Tout deviendra muet, Écho sera sans voix ;
    Tu deviendras campagne, et, en lieu de tes bois,
    Dont l’ombrage incertain lentement se remue,
    Tu sentiras le soc, le coutre et la charrue ».

    (Pierre de Ronsard, extrait de « Contre les bûcherons de la forêt de Gastine », Les Odes, 1550

    Au fil de mes lectures j’ai redécouvert ce poème de Ronsard !

    3
    1. Contre les bucherons de la forest de Gastine.

      Quiconque aura premier la main embesongnée
      A te couper, forest, d’une dure congnée,
      Qu’il puisse s’enferrer de son propre baston,
      Et sente en l’estomac la faim d’Erisichton,
      Qui coupa de Cerés le Chesne venerable
      Et qui gourmand de tout, de tout insatiable,
      Les bœufs et les moutons de sa mère esgorgea,
      Puis pressé de la faim, soy-mesme se mangea :
      Ainsi puisse engloutir ses rentes et sa terre,
      Et se devore après par les dents de la guerre.

      Qu’il puisse pour vanger le sang de nos forests,
      Tousjours nouveaux emprunts sur nouveaux interests
      Devoir à l’usurier, et qu’en fin il consomme
      Tout son bien à payer la principale somme.

      Que tousjours sans repos ne face en son cerveau
      Que tramer pour-neant quelque dessein nouveau,
      Porté d’impatience et de fureur diverse,
      Et de mauvais conseil qui les hommes renverse.

      Escoute, Bucheron (arreste un peu le bras)
      Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas,
      Ne vois-tu pas le sang lequel degoute à force
      Des Nymphes qui vivoyent dessous la dure escorce ?
      Sacrilege meurdrier, si on prend un voleur
      Pour piller un butin de bien peu de valeur,
      Combien de feux, de fers, de morts, et de destresses
      Merites-tu, meschant, pour tuer des Déesses ?

      Forest, haute maison des oiseaux bocagers,
      Plus le Cerf solitaire et les Chevreuls legers
      Ne paistront sous ton ombre, et ta verte criniere
      Plus du Soleil d’Esté ne rompra la lumiere.

      Plus l’amoureux Pasteur sur un tronq adossé,
      Enflant son flageolet à quatre trous persé,
      Son mastin à ses pieds, à son flanc la houlette,
      Ne dira plus l’ardeur de sa belle Janette :
      Tout deviendra muet : Echo sera sans voix :
      Tu deviendras campagne, et en lieu de tes bois,
      Dont l’ombrage incertain lentement se remue,
      Tu sentiras le soc, le coutre et la charrue :
      Tu perdras ton silence, et haletans d’effroy
      Ny Satyres ny Pans ne viendront plus chez toy.

      Adieu vieille forest, le jouët de Zephyre,
      Où premier j’accorday les langues de ma lyre,
      Où premier j’entendi les fleches resonner
      D’Apollon, qui me vint tout le coeur estonner :
      Où premier admirant la belle Calliope,
      Je devins amoureux de sa neuvaine trope,
      Quand sa main sur le front cent roses me jetta,
      Et de son propre laict Euterpe m’allaita.

      Adieu vieille forest, adieu testes sacrées,
      De tableaux et de fleurs autrefois honorées,
      Maintenant le desdain des passans alterez,
      Qui bruslez en Esté des rayons etherez,
      Sans plus trouver le frais de tes douces verdures,
      Accusent vos meurtriers, et leur disent injures.

      Adieu Chesnes, couronne aux vaillans citoyens,
      Arbres de Jupiter, germes Dodonéens,
      Qui premiers aux humains donnastes à repaistre,
      Peuples vrayment ingrats, qui n’ont sceu recognoistre
      Les biens receus de vous, peuples vraiment grossiers,
      De massacrer ainsi nos peres nourriciers.

      Que l’homme est malheureux qui au monde se fie !
      Ô Dieux, que véritable est la Philosophie,
      Qui dit que toute chose à la fin perira,
      Et qu’en changeant de forme une autre vestira :
      De Tempé la vallée un jour sera montagne,
      Et la cyme d’Athos une large campagne,
      Neptune quelquefois de blé sera couvert.
      La matiere demeure, et la forme se perd.

      2
  26. En marge de toutes ces considérations certes toutes très intéressantes et il y aurait encore bien des aspects à aborder dont celui-ci : ne serait il pas contre productif d’exposer ici même des contre attaques mises à profit ou non par M. Jorion ? Car en fait si on fournit des armes, l’adversaire peut très bien s’en servir pour répliquer .

    Ensuite il apparaîtrait que M. Jorion a eu avec la voisine une conversation de bon voisinage avec celle-ci . Soudainement je me remémore la lecture de « 17 portraits de femmes » ovrage qui nous a été chaleureusement mis à disposition par son auteur et que j’ai lu et relu ! (voir mon commentaire dans le bandeau) . Or si nous avons pu le lire le mari de cette dame a pu le lire aussi !
    Alors lisez le et un voile sera enlevé .

Les commentaires sont fermés.