Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin

Vous m’êtes toujours d’un excellent conseil sur les affaires juridico-administratives.

Voici : il y a quatre arbres trentenaires dans mon jardin : 3 pins maritimes et un cèdre. Ce sont de beaux arbres : ils participent au « caractère agréablement boisé du voisinage ». Des voisins sont venus s’installer il y a trois ans, qui m’ont immédiatement mis en demeure d’abattre ces quatre arbres. Un conciliateur est venu qui n’a rien eu à reprocher à mes arbres, d’autant qu’un expert auprès de la cour d’Appel de Rennes avait rendu ses conclusions que vous pouvez lire ci-dessous. Je reproduis également la lettre reçue ce matin.

Tous vos conseils sont les bienvenus !


Partager :

117 réflexions sur « Vie quotidienne – Un voisin me met en demeure d’abattre les quatre arbres de mon jardin »

  1. « qui m’ont immédiatement mis en demeure d’abattre ces quatre arbres ».
    Comme ça..?
    Pas d’autres approches..?
    Faut qu’on vous dise que vos arbres ne font pas parti de notre projet de vie dans notre nouvelle demeure…?
    Toute action juridique bien menée par les bonnes personnes donne la vérité du droit et il semble que vous n’ayez rien à craindre pour vos arbres d’après ce qui est écrit au dessus.
    Perso, j’écrirai une lettre la plus gentille possible pour expliquer que renseignements pris, je ne suis absolument pas inquiet pour le devenir de mes arbres mais qu’en revanche, je suis très affecté par les tensions qui se sont tissées avec mes proches voisins.
    Après seulement, je ferai comme le conseille Philippe Soubeyrand, je viserai une jurisprudence efficace afin que plus personne ne subisse ce qui malheureusement, vous arrive en ce moment.
    Je vous souhaite tout l’apaisement du monde, si il en reste…

    3
  2. Nous sommes jeudi 0:27. En ce moment sur Arte un film apparemment tourné en Islande dont le titre est « Under the tree » et dont le thème consiste en une dispute de voisinage qui dégénère à cause d’un arbre non élagué. Si petit film, sera disponible en replay. Sinon peut-être un de ces débuts d’après-midi.

    En Islande, il se peut que quelques rayons de soleil soient précieux 🙂

    1. Ca marche : « Under the tree » film visible en replay sur Arte.

      Mais déconseillé aux moins de 16 ans car « Attention, ce programme comporte des scènes déconseillées au public jeune ou sensible ». Semble normal entre Vikings ! Je n’ai pas regardé, j’ai juste vu que l’histoire se déroule entre deux couples d’âges bien mûrs.

  3. A cette heure tardive, en lisant les commentaires, j’en viens à me demander :

    Cette histoire d’arbre, a-t-elle vraiment à voir avec la section  » Vie quotidienne – » ou bien ne serait-elle pas mieux placée dans la section « veille de l’effondrement » ?

    A la réflexion vos voisins savent qui vous êtes, contrairement à ce que j’ai lu plus haut, et à raison ils sont terrorisés et ils pensent que vous allez faire dégringoler vos arbres avec vos prévisions en la matière ! Je ne vois que ça.

    4
    1. A cette heure matinale , propice à une concentration maximum ( le calme des matins d’hiver ) , à noter que le courrier daté du 19 janvier 2022 évoque une audience prévue le 18 Mars …2021.
      «  Une audience a eut lieu «,   on pourrait comprendre , mais «  prévue «  fait plutôt voyager dans le futur.

      Bref, il semblerait qu’en toute chose: « Au cœur des problèmes se trouve l’humain «  .

      Il est possible que les voisins soient extraordinairement flippés par rapport aux vents plutôt costauds de la Bretagne .Ils peuvent aussi être possiblement très embêtés par un problème de gouttière ( mais là , vérifier la légalité de l’étonnante proximité du bâtiment ), ou bien …ils sont dans un sentiment de toute puissance qui ne leur fait pas prendre conscience de l’intérêt des bons rapports de voisinage.

      Cà me rappelle la fois où observant la cheminée des voisins , je vis apparaître …une flamme .La nounou était dans la maison , elle n’avait même pas pris conscience de la fumée qui avait déjà envahie toute les pièces .

      PS : notes joyeuses :
      – Juannessy a repris du service
      – la proposition de Zad dans le jardin m’a bien fait sourire , merci.
      Ceci dit , on sait jamais. Construisent des immeubles en face de chez moé..alors que franchement , j’avais la plus belle vue du coin .M’en fout , reste le ciel et les nuages, et mon écran un peu trop chéri.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_à_défendre

    2. Drôle de manière de faire leurs coming out. Ils se sont de facto rangé dans la catégorie des « gros cons ».
      Ils espèrent peut-être un faux pas de Paul usant de sa notoriété.

    3. Vous ne voyez que ça ?

      Vous ne voyez pas que les arbres pourraient n’être qu’un prétexte et qu’il s’agirait en réalité simplement de me voir déménager ? Et que si les arbres ne marchent pas, on inventera autre chose ? Et que la raison profonde n’aurait rien à voir avec mes vues en matière de politique ou sur l’avenir de la planète, mais avec quelque de chose de plus profond et élémentaire dans la nature humaine ?

      5
      1. Oui. Cela me rappelle un histoire similaire qui est arrivée à mon père.
        Une voisine qui l’a poursuivi en justice pour une histoire de droit de passage dont elle savait qu’il était tombé en désuétude depuis plusieurs décennies. Malgré sa défaite et sa condamnation à régler les frais de justice de mes parents elle a fait appel. A la cour d’appel même décision. Elle est allée en cassation et à perdu. Tous les frais de justice ont été à sa charge et le dernier jugement lui a promis une condamnation pour abus de justice en cas de récidive. Elle s’est arrêtée là. Mais il est vrai que certain sont mus par une volonté de nuire qui reste dans les faits. inexpliquée. Je crois qu’il ne faut pas perdre de vue que la justice peut avoir du bon sens… si ça devait dans votre affaire aller jusque là. Tout mon soutien.

        1
      2. « quelque de chose de plus profond et élémentaire dans la nature humaine ? »
        Reste qu’une bonne discussion résoudrait pas mal de suppositions .

        SI on doit faire la liste de toutes les possibilités , à part que l’arbre leur tombe sur la tête ( peur très gauloise , même si d’habitude c’est le ciel ) , on n’est pas sorti de l’auberge.
        Ne pas oublier le cas du gisement de pétrole dont vous n’auriez pas connaissance , autre source de convoitise possible …
        Bref , s’ils sont terriblement avides ou gravement flippés , ça doit bien se voir un peu sur leurs tronches , ou dans des petits actes du quotidien ?( disparition de poubelles ou autres objets, présence d’un mirador à l’entrée de leur propriété , voisins roulant en tank de la dernière guerre etc…)

        https://www.caminteresse.fr/histoire/pourquoi-les-gaulois-craignaient-ils-que-le-ciel-leur-tombe-sur-la-tete-11100942/

        PS : Plus sérieusement , la profession des voisins peut se révéler un bon indice.Le monsieur a peut être une entreprise de mikado et espère faire une bonne affaire , qui peut savoir ( pour l’instant )?🥸

        Après, suivant ses origines ou croyances , vous pourriez lui expliquer que du point de vue feng – shuï , ils seraient très perdant de faire abattre ces arbres.
        Faire passer de menaçant à protecteur ces fameux arbres peut, peut être , les rassurer…🗿
        Si vous connaissez un bon hypnotiseur ou un bon druide bien breton , c’est le moment d’en profiter 😉

        1. Vous ne croyez pas si bien dire : il s’agit de la seule propriété dans le voisinage qui a enfreint le règlement du lotissement en s’entourant récemment entièrement d’une muraille opaque de 3m de haut faite de faux branchage.

          1
          1. Bingo. Ils vont perdre au grattage (abattage) et vous allez gagner au plumage (rabotage de clôture).
            Ils veulent bronzer au bord de la piscine… et se méfient de ce voisin au regard perçant ? 🙂
            Sérieusement, ils se mettent dans l’illégalité et c’est mal parti pour eux.
            Mais il vaut mieux une démarche collective contre la clôture (et donc pas un marchandage individuel).

          2. Pour se clôre ainsi, ils doivent faire des partouzes, vos voisins.
            Peut-être même qu’ils sont violeurs d’enfants.
            Dés lors, ils ont juste peur de vous voir grimpé dans vos pins pour les espionner par dessus les 3 mètres « de faux branchages » ; lesquels ne devraient pas dépasser 2 mètres s’ils sont implantés à moins de 2,01 m de votre limite commune.
            En fait, ils sont logiques, ces gens. Et prévoyants. Et pis surtout prudents : car les voisins-voyeurs (pléonasme !), ça peut dénoncer des choses (à cacher).
            l’Humanité ? 2 à 3 % de gens biens et précieux, le reste étant un ramassis de gros•ses con•nes débiles abruti•e•s.
            (avec l’inclusif, « syouplait », pour n’oublier personne).
            Enfin bref, ces gens là, ils pourraient pas être résistant•e•s.

            1
          3. Les arbres constituent en effet un point de vue surplombant sur leur propriété, ce qui peut motiver la gène ressentie.

            Peut être même cette prise de conscience résulte-t-elle de l’observation d’une opération d’élagage à l’improviste, pour laquelle ils n’avaient pas été prévenu de la date à l’avance ?

            Le maintien des arbres laisse présager de futures opérations d’élagage récurrentes.
            Ces opérations d’élagage pourraient elles nécessiter (pour plus de facilité) un accès sur le terrain voisin de celui de l’implantation de l’arbre ?

            Afin de conforter cet aspect de point d’observation, construire une cabane dans l’arbre si sa structure le permets.
            A défaut installer un parcours d’acrobranche.

            Pour déplacer le problème (disculper les arbres) il pourrait être envisagé de faire voler ostensiblement un drone vidéo.

            Envisager la construction d’un phare.

            Autre piste acclimater un écureuil ou une chouette protégée.

      3. Allez, allez ! il ne faut pas sombrer dans le trouble obsessionnel ou le délire de persécution, sans quoi, on finit chez le psychanalyste et il n’est pas facile d’en trouver un bon.

        1
        1. Jean N. vous êtes futé – croyez-moi : je suis psychanalyste – j’en ai suffisamment dit pour que vous n’alliez pas chercher midi à quatorze heures du côté de la paranoïa et de la névrose obsessionnelle mais alliez plus droit au but… (comme une flèche vers sa cible, si je puis dire).

          1. En ce qui me concerne, la cible n’a pas vraiment d’importance, la flèche par contre a son intérêt. Souvenez-vous ce que disait Lacan: “ Ce que je cherche dans la parole, c’est la réponse de l’autre. ”

            2
  4. My two cents :
    – Profiter du beau temps (hum !) et de la pandémie totalement sous contrôle (re-hum !) pour renforcer vos relations avec les autres voisins immédiats de votre propriété et de celle de vos opposants. Au travers de cette démarche, cela permettra de se renseigner sur l’éventualité que vos opposants aient engagé des démarches hostiles à l’encontre d’autres malheureux : peut-être permettre de mutualiser les frais de défense, ou a minima d’avoir des témoins pour dépeindre des personnalités déplaisantes. En tout cas, proposer aux sympathiques voisins de se joindre à la fête prévue ;
    – Dans un second temps, et si la fête de voisinage pour la sauvegarde des arbres n’a pas abouti à une rétractation des démarches hostiles, envisager de consacrer une certaine énergie à enquêter sur le passé de ces nouveaux voisins. Par exemple, s’il y a encore possibilité de contacter les anciens propriétaires, il y a de grandes chances qu’ils aient les coordonnées précédentes des nouveaux propriétaires, ce qui permettra de mener une petite enquête de voisinage sur leur lieu de vie précédent (et s’ils étaient locataires, les coordonnées de l’agence de location qui aura peut-être une liste de problèmes à porter à votre connaissance)…

  5. Merci à la personne qui m’envoie ce vers du Guillaume Tell de Schiller :

    « Es kann der Frömmste nicht in Frieden leben, wenn es dem bösen Nachbarn nicht gefällt. »

    1
    1. Vivez en paix monsieur Jorion, laissez votre voisin faire ce qu’il voudra. L’expression wallonne « ci qui ratin n’a nin ose » (celui qui attend n’a pas besoin, ou, il n’y a pas péril en la demeure) résume la situation, puisqu’il y a déjà 3 ans qu’il se plaint de vos arbres. Moi, dans vos arbres, j’y installerais quantités de nichoirs, ce qui,dans le contexte actuel de destruction de la faune, devrait être un élément décisif, pour qui a un peu de respect pour la vie.

      1
  6. Pour info

    https://www.chevalier-avocats.fr/arbres-ombre-et-troubles-de-voisinage/

    Extraits du site :

    la Cour d’appel de Chambéry a jugé, dans une décision du 30 août 2005, que :

    « si l’existence d’arbres de grande hauteur plantés à la distance légale est insuffisante en soi à caractériser un trouble anormal, tel n’est plus le cas lorsque ces arbres de grande hauteur implantés à une faible distance d’une maison d’habitation occasionnent une gêne importante en diminuant de façon conséquente l’ensoleillement de la propriété et en entraînant des nuisances telles que la chute de branches et l’accumulation importante de feuilles mortes […] que la présence de ces arbres du fait de leur hauteur occasionne des nuisances importantes liées à la perte d’ensoleillement et à la présence de feuilles mortes en automne ».

    La Cour d’appel a ordonné l’abattage des arbres et a alloué aux victimes de ce trouble de voisinage une indemnité de 12000 euros compensant le préjudice subi depuis au moins cinq ans du fait de la perte d’ensoleillement et de l’accumulation des feuilles mortes

    Confronté à une perte d’ensoleillement en raison de la présence d’arbres de grande hauteur le Juge tranchera sur le caractère anormal du trouble.
    Il est toujours envisageable d’engager une action sur le fondement du trouble anormal de voisinage en démontrant que les arbres du voisin occasionnent une gêne excessive.
    Il est souvent nécessaire de faire établir un constat d’huissier, voire d’envisager une expertise avant d’engager une action au fond.

    1. En regardant le plan et le positionnement des 4 arbres sur le terrain
      – par rapport à la maison de votre voisin
      – et l’axe Nord/Sud indiqué sur le plan

      Les 3 pins maritimes ne doivent pas faire d’ombre.
      Le cèdre peut faire de l’ombre

      Le cèdre et les pins maritimes ne perdent pas de feuille.

    2. Le genre de décision risible et néfaste quand on sait que les canicules vont se multiplier et que l’ombre va devenir un bien de plus en plus précieux.

      1
    3. Bonjour,
      l’on peut cependant noter que ces personnes ont acheté en pleine connaissance de cause d’une éventuelle  »nuisance ». Ils pouvaient tout simplement ne pas acheter, ou questionner leurs futurs voisins pour voir s’il était possible de les élaguer  »un peu sévèrement » (à frais partagés) afin de prévenir l’éventuelle nuisance. Ils vont avoir des difficultés à prouver (1) la nuisance et (2) leur bonne foi au moment de l’achat, (3) leur bonne foi actuelle (car, si j’ai bien compris, ils ne demandent même pas un élagage mais bien un abattage, ni ne justifient vraiment la raison réelle de leur demande), ne pensez vous pas? Est ce leur assurance qui leur impose pour un risque de chute ? Une racine qui met en péril leur bâti? Etc.?
      Bien cordialement

      1. Oui, il y a là quelque chose de très curieux : j’ai eu plusieurs conversations très courtoises avec ma voisine durant les premiers mois de son achat et de son installation : c’est elle qui est d’ailleurs venue se présenter spontanément comme étant ma nouvelle voisine. Elle aurait pu m’exprimer un souci quelconque durant cette période d’au moins trois ou quatre mois.

  7. Encore une hypothèse :
    Comme Rudy Giuliani à la fin de la campagne Trump,
    ils ont confondu le « Four Seasons Hotel »
    et le « Four Seasons Total Landscaping service », (boite d’entretien de jardin)
    Et puis comme dans Brazil (« Buttle/Tuttle ») la machine s’est emballée !

    1
  8. 83 commentaires à c’te heure, imprimez tout ça, joignez y un petit mot manuscrit introductif gentil avec invitation à prendre l’apéro chez vous.

  9. J’ignore si cela a été abordé dans les nombreux commentaires (je n’ai pas tout lu), mais une mairie peut, un beau matin, décider de classer des arbres dans une propriété privée sans demander son avis au propriétaire. Impossible d’y toucher par la suite.
    J’en parle en connaissance de cause, dans une co-propriété où ma commune a classé de nombreux arbres (âgés d’environ 50 ans), sans demander quelque avis aux co-propriétaires.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_bois%C3%A9_class%C3%A9

    Suggérer à la mairie de Vannes d’y ajouter vos arbres remarquables ? 😉

  10. Rien de plus dangereux que le voisinage. Dans un hameau touristique avec vue sur la mer, pas loin de Vannes, la propriétaire de la parcelle juste au-dessus de la côte a planté des arbres, dans le but de boucher la vue à ses voisins sur la pente au-dessus d’elle.

    Mais on peut parfois y parer. Dans une vie antérieure, j’avais une maison dans un quartier alors tout récent (loi Chalandon 1970 sur l’accession à la propriété des gens modestes). Mes voisins, des retraités, voyaient avec inquiétude le très grand pin, préservé au moment du lotissement, qui était au milieu de mon jardin. Ils s’imaginaient écrasés par lui en cas de tempête (et, vu la qualité des constructions, ce n’était pas inimaginable). A part cela, ils appréciaient le voisinage d’un jeune homme aimable et capable de leur rendre service. Je les avais persuadés que cet arbre, bien plus ancien que nos maisons et conservé par des gens compétents qui en avaient fait abattre d’autres, était solidement planté. Depuis, le temps a passé, les retraités sont dans un monde meilleur, et l’arbre est toujours là. Apparemment, il est trop tard pour établir de bonnes relations avec vos voisins acariâtres. De quelle origine socio-culturelle sont-ils ? En évoquant une malédiction possible (ancienne, mauvais sort déchaîné par un vieillard aux grands pouvoirs; ou moderne, orage numérique déchaîné par un vieillard de grande notoriété), est-ce qu’ils pourraient passer de l’aigreur à la peur ?

    Il y a aussi le pouvoir de l’écologie. Une famille de mes amis est désolée, ainsi que tout le quartier construit il y a 30 ans, par l’ombre des arbres à croissance rapide et trop serrés plantés au même moment par la municipalité. Ayant suscité une réunion à ce sujet, pour obtenir que les rangs soient éclaircis, ils ont vu apparaître un écolo officiel (la municipalité est devenue bobo-écolo avec le peuplement récent), la bouche pleine de mépris et de menaces, et ils n’espèrent plus que dans la maladie parasitaire qui est en train de s’installer dans ce peuplement trop dense.

    Il ne reste plus qu’à prier, ou à espérer dans la conviction pro-végétaux des jeunes juges devant qui la cause sera agitée.

  11. Le tracé rectangulaire figurant sur le croquis est-il le tracé de la maison voisine ? Si tel est le cas, une action pourrait être élaborée concernant les ouvertures (fenêtres), le code civil est en effet précis et détermine que pour une ‘vue droite’ la distance doit être à 1,90m du voisin et 0,60m pour une ‘vue oblique’. Si cette construction date de moins de 30 ans, cette action sera possible visant à faire obturer les ouvertures incriminées, cela serait une excellente contre-attaque si l’argumentation du voisin tient essentiellement à la gêne due à l’ombre portée sur son habitation… 🙂

    1
  12. Disons que la vue aérienne de la maison et des arbres sur google map invite à penser que ces gens sont flippés un peu par le Cêdre … (cf le message de Ilicitano plus haut sur la décision de la cour de Cassation). Et là pas sûr que vous sauviez cet arbre en tout cas.

    1. Autre solution.

      Tout couper .
      Mettre une éolienne et des panneaux solaires le tout avec batteries pour stocker l’électricité
      Faire un jardin avec légumes et arbres fruitiers
      Mettre :
      *un poulailler sans coq pour ne pas réveiller le voisin à 5h du matin sous peine de trouble du voisinage.
      * des clapiers à lapins pour complément alimentaire
      Faire des toilettes sèches et du compost pour le jardin.

      3
    2. Au vu des mêmes éléments, la seule gêne serait que leur maison est à l’ombre le matin car orientée sud est. Mais seulement la partie la plus proche de la rue. Il semble que la partie la plus en recul de la rue serait le matin à l’ombre de la partie avancée de leur propre maison. Donc si nuisance : minime car ombre de courte durée. La photo google a été prise avec un soleil à l’ouest et on voit bien que la façade de la maison du râleur est ensoleillée alors que son humeur elle, est plutôt ombrageuse.

  13. Par rapport au post sur la Chine du 17/01/2022, cette histoire de mise en demeure du 19/01/2022 ainsi que la mobilisation qu’elle suscite est une jolie illustration de ce que c’est que prendre collectivement un problème (un merdier) à bras le corps ; en contraste avec les problèmes de clôtures qui faisaient chier Montaigne au plus au point, l’empêchant, du haut de sa tour, de combler toutes sortes de questions abyssales, ça le fait d’autant mieux.
    Maintenant, plus pragmatiquement, si le blog-PJ était un empire, alors comment dire, signifier, définir à l’aide d’un idéogramme le blog-PJ, dans le blog-PJ et propre au blog-PJ, de telle sorte qu’il soit compris collectivement par tout ceux qui composent le blog-PJ ? Et si, ainsi que l’indique l’empereur, le post sur l’anthropologie du 17/01/2022 pouvait faire l’affaire, on pourrait dessiner : quatre arbres sur une parcelle qui font de l’ombre à la parcelle voisine.

    1. Rectificatif.
      Quatre arbres sur une parcelle (un enclos) dont trois font de l’ombre à la parcelle (enclose) voisine

      1. Et juste comme ça, en échos au vent du boulet qui commence à faire frémir vos arbres, voici un petit texte du même âge que ces derniers.

        Il est d’un domaine enclot. Qu’importe, s’il culmina. L’arbre était seul. Parsema d’ombres la terre qui le portait.
        Masse fichée dans l’asphalte. Craignit l’abrasion des pieds nus.
        En déchirant le sol. Dispersait les bandes d’enfants costumés.
        Maintenant sous le réverbère, dans le parc, tu es l’arbre de l’après midi. Loin des nuages. Compagnon des cimes renversées. Aveugle, sous un filet de corde, tu ne vois plus. Tu ne sens plus la boule creuse logée en la partie meurtrie de ton tronc.
        Et la foudre s’abat, dès que toi, l’arbre lisse, certain d’être ici, l’y pousse.

      2. Rectificatif.
        Quatre arbres sur une parcelle (un enclos) dont un aiguille (pique) la parcelle (enclose) voisine.

  14. Un marronnier au magnifique feuillage ( sauf en hiver) laissait trop de feuilles en automne . D’où plaintes et abattage . Quelques années pus tard , l’immeuble de copropriétés exposé plain Sud s’ équipe massivement de climatiseurs . Pubblico di merda !
    La propriété c’est quelque chose entre le vol et la bêtise , mathématiquement un intervalle fermé dans une des fonctions de l’esprit humain .

  15. Bonjour Paul,
    Avez-vous toujours des contacts avec quelque sorcier vaudou ?
    Faut exploiter toutes les ressources ! 😉

  16. Alain Baraton : « les arbres sont victimes de la folie des hommes »
    La Haine de l’arbre n’est pas une fatalité”, Éditions Actes Sud, 160 pages (10/2013)

Les commentaires sont fermés.