« La France renforce son niveau d’alerte et déploie trois sous-marins nucléaires en mer », par Alexis Toulet

La France renforce son niveau d’alerte et déploie trois sous-marins nucléaires en mer

La décision du président Macron – sans doute sur le conseil du chef d’état-major général Burkhard – est double :

1. On multiplie les possibilités de riposte en mettant trois sous-marins à l’eau, ce qui revient à renforcer au maximum la solidité de la dissuasion… au-delà même de ce qui était estimé possible ! L’article dans Air & Cosmos mentionnait la possibilité que les sous-marins soient ravitaillés et leur équipage remplacé… hors de leur base de Bretagne, potentiellement n’importe où dans le monde. Ce qui ne s’est à ma connaissance jamais fait, et rendrait encore plus impraticable à la Russie de tenter de neutraliser un de ces bâtiments. Bref il s’agit d’avoir le nombre le plus élevé possible de missiles nucléaires à l’eau, prêts à tirer

2. On maintient le contact permanent avec la Russie. Les présidents Poutine et Macron se parlent très souvent, c’est l’un ou l’autre qui appelle le premier, et ils passent des heures ensemble. Macron semble d’ailleurs bien être le dirigeant étranger à qui Poutine a le plus parlé dans les dernières semaines voire mois

On peut comparer la situation à une scène de western à la Sergio Leone. Des hommes se font face en pleine rue, et chacun est armé.

En évoquant le facteur nucléaire, la première fois lors d’une rencontre physique avec Macron, puis dans son discours de début de guerre le 24 février, puis en annonçant une alerte nucléaire renforcée le 27, c’est comme si Poutine avait mis la main sur son arme. Peut-être a-t-il même commencé à la sortir de son étui.

Que faire dans cette situation ? Le même geste, sans doute – question de protection, question de dissuasion – mais faut-il s’en tenir là ?

Non. Lorsque des hommes armés se font face, il est impératif de ***parler sans s’arrêter*** C’est une règle psychologique élémentaire, appliquée à ma connaissance consciemment par les forces de police dans ces situations. Parler permet de se faire une idée de ce que pense et comment peut réagir l’autre. Même sans croire son discours, il y a le non-verbal aussi. Et le silence laisserait la porte ouverte à ce que chacun « gamberge » sur toutes ses craintes. D’ailleurs, si la scène initiale de « Il était une fois dans l’Ouest » se termine par un massacre, c’est entre autres parce qu’ils ne se sont pas parlé du tout !

Donc je pense que la manière de faire de Macron est raisonnable.

Là où je suis plus dubitatif, c’est en constatant que le président Biden ne semble pas du tout sur la même ligne. On n’entend aucunement parler de longues conversations entre lui et Poutine, alors qu’elles seraient au moins aussi nécessaires qu’avec le président Macron. C’est en effet des Etats-Unis que Poutine a peur – et il y réagit très mal, et de manière criminelle évidemment ! – non de la France. Et j’imagine fort mal que les Etats-Unis n’aient pas pris eux aussi quelques mesures pour rapprocher la main de leur arme.

Je soupçonne que lorsque Biden traite Poutine de « criminel de guerre », celui-ci réagit mal non parce qu’il en a quoi que ce soit à fiche des noms d’oiseaux que lui adresse le président américain, mais parce que le message sous-jacent est « Je ne parlerai pas avec vous ! » Ce n’est pas une question de sensibilité exacerbée de midinette. C’est beaucoup plus sérieux « Il ne veut même pas me parler… quels sales coups prépare-t-il donc ? » Comme si laisser Poutine gamberger était une bonne idée !

Manière de faire déraisonnable. On ne demande pas à un chef d’Etat de prendre plaisir à avoir de longues conversations avec ses interlocuteurs effectivement pas toujours recommandables, ni à cause de l’intérêt de leur conversation – il y a des raisons de penser que Macron doit subir de longs monologues du président russe sur l’histoire de la Russie, de la perfidie occidentale, et comment l’Ukraine est en fait une partie de la Russie. On lui demande juste de faire son boulot.

Et faire absolument tout ce qu’il peut pour réduire le risque qu’un enchaînement incontrôlé de peurs réciproques mène à des bombardements nucléaires… c’est bien son boulot.

Macron, sur ce point au moins – il y a pas mal à dire sur le reste – fait le sien. Et Biden ?

La Tribune a parlé à plusieurs officiers généraux, et du côté de l’Elysée on semble bien être conscient du risque.

En France, l’armée (craint) notamment qu’un « risque d’humiliation » de Vladimir Poutine le rende encore plus imprévisible et dangereux. Et anticipe ce facteur dans sa stratégie de posture défensive. « Comment va-t-il réagir ? Ira-t-il jusqu’à l’escalade verticale (jusqu’à un conflit nucléaire, ndlr) ? Nous ne l’écartons pas », explique un officier général. « En toute hypothèse, il ne faut exclure aucune possibilité », confirme-t-on à l’Élysée.

« La principale inquiétude est que l’échec est probablement dangereux pour Vladimir Poutine. Mais son échec serait aussi dangereux pour tout le monde. C’est ça qui fait flipper tout le monde », constate un autre officier général.

(…) « Le risque principal, qui fait réfléchir tout le monde, est que Vladimir Poutine, condamné à réussir et ne pouvant pas reculer, utilise d’autres moyens s’il ne réussit pas avec les moyens déjà mis en œuvre », souligne l’un des officiers généraux.

« Dans le pire, il y a certainement le recours à des armes illicites. Il y a certainement d’autres scénarios qui peuvent être à la fois la destruction des villes et des violences encore plus grandes contre les civils. Et le pire n’est pas qualifiable », précise-t-on à l’Élysée.

Quels autres moyens ? De la guerre hybride (câbles sous-marins, cyber, spatial…) à la guerre nucléaire en passant par l’utilisation d’armes chimiques, les possibilités de Vladimir Poutine sont nombreuses et guère réjouissantes.

(…) Le mot de la fin revient au général Burkhard : « (…) Tout peut arriver et nous devons y être prêts ».

A l’Elysée on semble conscient de cela et faire tout ce qu’on peut pour réduire les risques… Et à la Maison Blanche ?

Partager :

181 réflexions sur « « La France renforce son niveau d’alerte et déploie trois sous-marins nucléaires en mer », par Alexis Toulet »

    1. Là , c’est plutôt un remake via Poutine de la vie des 28 tsars ( en 370 ans de 1547 à 1917 )

      ( je suis pas sur de 28 ) .

      A remarquer que , s’agissant de césar ou de tsar la durée moyenne du  » mandat » est assez proche de 12 à 13 ans . Mais Poutine doit ambitionner d’égaler le record de Catherine II ( 34 ans ) . Nicolas 1er était pas mal aussi ( 33 ans ) .

    2. … quoique :
      « Comme si laisser Poutine gamberger était une bonne idée ! »
      c’est super grinçant mais ça coule.
      Les « nucléaires à l’eau » … oui, aussi, mais touillé avec du sucre.

  1. Poutine n’a pas plus peur des Etats-Unis que les Etats-Unis de la Russie. L’utilisation récente de missiles hypersoniques – indépendamment des considérations opérationnelles – peut être vue comme un message de « dernier avertissement » à ne se pas mêler des opérations en Ukraine. Je pense en effet que le monde ne peut pas le laisser perdre. Poutine joue à « pile je gagne te face tu perds » : soit la Russie gagne, soit le monde perd. Ce serait bien qu’une bonne âme aille expliquer à Zelensky que pour son peuple et ceux des autres pays, il devrait plutôt faire ce qu’il faut pour satisfaire les exigences de la Russie. Face à un chantage nucléaire, pas le choix : il ne fait pas le poids.

    7
      1. Richelieu, ils invitent les autres à se coucher dans la boue et sous les coups de crosse, tant que lui peut siroter son café et dormir au chaud.

        Les mêmes qui ferment les yeux dans une rame de métro quand une jeune femme se fait agresser.

        Et vous savez quoi c’est la majorité du genre humain. Des pleutres. Moi même parfois il m’arrive d’avoir les genoux qui se percutent.

        Mais de là à venir le balancer à la face du Monde, c’est là qu’entre en jeu le sentiment de dignité dont Richelieu n’a pas la moindre goutte dans les faits.

        3
        1. c’est vrai ce que vous dites à propos du courage – ma mère a fait partie des 2% de Français ayant fait de la Résistance contre les nazis -(elle l’a payé cher puisque qu’elle fût arrêtée par la police française, livrée aux Allemands et déportée à Auschwitz et heureusement rescapée de ce camp d’extermination;) les 98pour cent attendaient que « cela se passe » même s’ils devaient faire la queue pendant des heures pour s’alimenter

          1
        2. La dignité ou l’orgueil ?
          Sacré hussard le cloclo, ça fredonne comme Audiard, la croute au couteau, pas donneur de leçon, on boit au goulot ….mais pourquoi cette impression que derrière fulmine une jubilation tenace à lacher le dernier mot ?

          3
  2. Poutine se sentant humilié peut devenir plus dangereux, toutefois, à mesure de la perception croissante du danger encouru par ceux qui entourent de près ou de loin le maître du Kremlin croit également la volonté de le neutraliser et le cas échéant de passer à l’action.

    Quant à la partition que joue Biden elle ne me semble pas négative.
    C’est le parti pris de prendre Poutine pour ce qu’il est « un tueur », un « criminel de guerre ».
    Le cadre est posé ; il s’agit de faire de Poutine un paria de la communauté internationale.
    Qui douterait d’ailleurs que Poutine ne soit pas un criminel de guerre ? Personne, sauf les menteurs et ceux qui ne veulent rien voir ni entendre.

    Le penser est une chose, mais le dire à la face du monde et venant d’un président une puissance telle que les US c’en est une autre.
    Bref, dans les esprits, Poutine est déjà condamné. Et tous les acteurs qu’ils soient pour ou contre Poutine doivent en tenir compte.

    Ainsi ceux qui participent au régime poutinien ne sont sans doute pas tous prêts à perdre la vie parce que leur maître joue à la roulette russe. ILs pourraient donc trahir, pour éviter par exemple d’être traduit devant une cour pénale internationale, ou tout au moins pour écoper de peines moins lourdes le cas échéant s’ils coopéraient et parvenaient à prouver qu’ils ont essayé de stopper Poutine. Bien entendu, ceux qui ont été directement été impliqués dans les crimes de guerre seront plus facilement tentés de suivre leur maître jusqu’au bout.

    Il me semble que la multiplication des interlocuteurs de Poutine augmenterait au contraire la ‘gamberge’ de Poutine ; cela ne ferait que le déstabiliser, comme s’il y avait à son chevet une palanquée de psychiatres censés le calmer, renforçant son sentiment obsidional.
    Un, deux ou trois interlocuteurs privilégiés suffisent donc amplement, et Biden est très bien comme élément stabilisateur, en tant qu’il indique clairement la ligne rouge.

    7
    1. «  »Qui douterait d’ailleurs que Poutine ne soit pas un criminel de guerre ? «  »
      Oui, d’accord avec vous, comme d’ailleurs Bush, Blair et Aznar pour leur guerre d’Irak ( et Biden qui avait aussi approuvé des deux mains cette expédition basée sur des mensonges ) et aussi Sarkosy, Cameron et Obama en Libye qui ont outrepassé la résolution de l’ONU et détruit aussi un pays.
      Et il y en a des tas d’autres comme Poutine depuis 1945, la différence est que lui, c’est le méchant qui plait à l’Empire et qui nous laisse croire qu’il serait le seul.
      L’impérialisme n’a malheureusement pas qu’un seul visage.

      32
      1. C’est surtout le premier qui dit d’entrée : j’arrive , et il va falloir y passer ma belle , je fais ce que je veux ou j’appuie sur le bouton rouge .

        Et là , on change de film .

        9
      2. Je m’attendais à cette objection. Mais selon moi la question n’est pas là.
        Mon propos n’est pas de défendre Biden, mais dire l’importance d’une parole publique, vérifiable. Or elle l’est, Poutine est vraiment un criminel de guerre. Certes la parole étasunienne ne fut pas crédible lors de la guerre d’Irak, mais en l’occurrence aujourd’hui elle l’est.

        Ce qui importe c’est qu’une autorité instituée, reconnue internationalement, le dise, de même que dans un autre registre il importait que le Pentagone dise que Poutine s’apprêtait à envahir l’Ukraine. Tout le monde sait que le Pentagone est une institution qui a causé beaucoup de dégâts dans le monde, mais il n’en demeure pas moins que les infos dont elles disposait concernant l’armée de Poutine étaient les bonnes, et sont vérifiables.

        Personnellement je suis pour que l’on poursuive Bush junior, Cheney et quelques autres pour crimes de guerre et j’ai d’ailleurs eu l’occasion de l’écrire sur le blog.

        Le problème que vous soulevez est donc réel, mais en quoi le fait que BIden ne qualifierait pas Poutine de criminel de guerre faciliterait le fait que l’on puisse traduire Bush en justice par exemple ? Je ne vois pas. J’incline au contraire à penser que qui (telle ou telle instance de justice) peut le plus peut le moins et tant.
        Vaut mieux créer un précédent que pas du tout. Si un jour une personnalité de l’importance de Poutine devait être traduite devant la cour pénale internationale de justice cela créerait un précédent, et alors dans le futur d’autres dirigeants d’importance similaire, pourraient eux aussi subir le même sort s’ils commettaient également des crimes de guerre ou contre l’humanité. La justice de niveau international est un processus, il ne fait que commencer. Il progresse. Milosevic par exemple a été condamné, emprisonné à La Haye.

        Mais mon propos n’était pas seulement celui-ci.

        Il s’agit aussi d’avoir un impact sur une situation en cours, celle de cette guerre.

        13
        1. @Pierre-Yves Dambrine
          « Milosevic par exemple a été condamné, emprisonné à La Haye. »
          justement parce qu’on lui a laissé croire qu’il allait s’en tirer, et il a cru pouvoir bénéficier d’un sauf-conduit.

        2. Qualifier de criminel de guerre quelqu’un qui a un droit de véto au conseil de sécurité de l’ONU est une vue de l’esprit.

          « Le cadre est posé ; il s’agit de faire de Poutine un paria de la communauté internationale. » Si vous appelez « communauté internationale  » les bleus sur la carte.

          2
          1. Charles,
            C’est Faux.

            Le Cour Pénale Internationale peut accuser sans l’aval de l’ONU, de même qu’elle peut accuser des personnes qui ne sont pas des nationaux d’un Etat membre de la CPI.

            « La CPI peut en principe exercer sa compétence si la personne accusée est un national d’un État membre, OU SI LE CRIME EST COMMIS SUR LE TERRITOIRE D’UN ÉTAT MEMBRE, ou encore si l’affaire lui est transmise par le Conseil de sécurité des Nations unies. La Cour ne peut exercer sa compétence que lorsque les juridictions nationales n’ont pas la volonté et/ou la capacité pour juger des crimes internationaux (principe de complémentarité). En d’autres termes, la Cour n’intervient que lorsque les systèmes internes sont défaillants. »

            Poutine peut donc être accusé, car des crimes de guerre ont été commis en Ukraine, pays qui reconnaît la compétence de la CPI.

            « …L’Ukraine n’a pas signé le statut de Rome, le traité international fondant la CPI, mais elle a formellement reconnu la compétence de la Cour, créée en 2002, pour les crimes commis sur son territoire…. »

            https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/01/guerre-en-ukraine-la-cour-penale-internationale-va-ouvrir-une-enquete_6115625_3210.html

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_pénale_internationale

            1
            1. Wikipedia

              En novembre 2016, Vladimir Poutine signe un décret pour retirer la signature113 en réponse à l’autorisation d’ouvrir une enquête concernant des faits commis en Ossétie du sud au cours de l’année 2008114. Quelques jours plus tard, le dépositaire du traité reçoit la notification suivante : « J’ai l’honneur de vous informer de l’intention de la Fédération de Russie de ne pas devenir partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale […] » ; selon le rédacteur de la notification, cette déclaration correspond à l’article 18 alinéa a) de la Convention de vienne sur le droit des traités115. Cependant, il n’existe aucune procédure de la sorte dans cette convention car au sens strict, l’État « n’a pas manifesté son consentement à être lié. La démarche russe constitue donc un nouvel exemple d’instrumentalisation du droit international »116.

              Ouverture d’un examen préliminaire en avril 2014 ; ouverture d’une enquête en mars 2022.

              Qui concerne les crimes présumés commis dans le cadre de la situation en Ukraine depuis le 21 novembre 2013226.

              Tous les crimes.

              Bonne chance

            2. Pourquoi alors n’y a-t-il eu aucune requête aboutissant à la parution devant le TPI pour crimes de guerre de Tony Blair, George Bush ou Obama ? Qu’est-ce qui différencie les agressions en Irak / Afghanistan / Libye / Yemen de l’agression en Ukraine du point de vue droit international ?
              Étrange que les seuls jugés par le TPI soit précisément des personnes qui n’appartiennent pas au « camp du bien »

              1
      3. L’arsèn, trop prêt du haut parleur le micro Poutine !

        Non mais c’est quoi cet argument que parce qu’il y a des méchants alors il y a des méchants donc c’est des méchants ? C’est pas possible, t’as 12 ans ?

        En quoi les crimes des autres empêcherait de qualifier Poutine de Criminel de Guerre ? Et qui te dit que Bush un jour ne va pas avoir à rendre des comptes, malgré son statut ? Avec des raisonnements comme le tien, on ne va pas aller bien loin.

        Tu veux juger Bush et les autres, alors jugeons Poutine !

        Mais bon ma première phrase était là pour démontrer ton effet l’arsène.

        7
        1. @ CloClo
          « En quoi les crimes des autres empêcherait de qualifier Poutine de Criminel de Guerre ?  »
          Mais qui empêche de qualifier Poutine de criminel de guerre, surement pas moi, anti-impérialiste de longue date, anti-Poutine etc mais les Bush, BHL and Co ne seront jamais inquiétés, eux, c’était le sens de mon commentaire, deux poids deux mesures.
          Il faudrait que tu apprennes à comprendre un commentaire, dans ma réponse à PYD à 22h38 j’écris que je suis d’accord avec lui !
          Tu fais une fixette , là, non ?

          9
          1. Mais oui mais oui, les rois du « oui mais ».

            Me prends pas pour une bille. Je comprends très bien les commentaires. Là ici et maintenant, on ne fait pas l’inventaire des méchants dans l’Histoire, on parle du criminel de guerre Poutine. Quand à BHL par exemple, mon pauvre, c’est franchement prendre les gens pour des idiots que de le comparer à Poutine et de le mettre dans cette liste. C’est une technique bien connu d’enfumage dans une discussion visant à discréditer jusqu’à l’idée même de criminel de guerre puisque tout le monde en est un.

            La fixette c’est de toujours de parler d’autre chose, de quelqu’un d’autre pour en fait dire qu’il y a deux poids deux mesures et donc hein…

            La preuve avec ton commentaire t’as fait carton plein chez les pleutres et les confusianistes de comptoir qu’on la cervelle en bouillie 😀

            Oui Il faut juger Poutine (donc un Tribunal) comme il faut juger Bush. Crime de Guerre c’est pas un truc à la légère parce que tu as utilisé les forces armées dans un conflit, c’est codifié.

            2
            1. @ cloclo
              « Crime de Guerre c’est pas un truc à la légère »
              Si j’ai bien compris, pour toi bombarder des gratte-ciel n’est un crime de guerre qu’en Europe.
              Et quand tu écris qu’il faut juger Bush, alors là, quelle rigolade, tout le monde sait , sauf toi, qu’il finira tranquillement ses jours dans son ranch du Texas.
              Tu vis sur quelle planète ?

              1. L’arsène,

                « Si j’ai bien compris, pour toi bombarder des gratte-ciel n’est un crime de guerre qu’en Europe. »

                Non t’as rien compris. Ca sort de ta cervelle au prion.

                Où as-tu lu ça dans ma phrase ?

                Je dis juste que pour que les mots aient du sens et garde leur poids moral, mieux vaut éviter de les utiliser à tord et à travers en la matière. D’ailleurs c’est un procureur et un tribunal qui décideront, pas l’opinion public de x ou y. Et c’est valable pour Poutine et Bush.

                Y a des anciens nazis qui ont cru passer à travers les gouttes de la justice, et ce fut une mauvaise conviction de leur part.

                https://www.france24.com/fr/europe/20210801-allemagne-%C3%A2g%C3%A9-de-100-ans-un-ancien-gardien-de-camp-nazi-bient%C3%B4t-jug%C3%A9

                Le gars était gardien. Ca devrait en faire réfléchir à tous les niveaux d’actions/décisions.

                https://www.ohchr.org/fr/instruments-mechanisms/instruments/convention-non-applicability-statutory-limitations-war-crimes

                https://rm.coe.int/16800761bd

                Je vis sur une planète avec des gens qui veulent les choses changent et s’améliore, avec des gens toujours défaitistes et à côté de la plaque et aussi avec une clique de teubés violents et guerriers. Et je sais très bien où je suis dans l’Univers et comment je m’y déplace.

        2. @ CloClo

           » Et qui te dit que Bush un jour ne va pas avoir à rendre des comptes, malgré son statut ?  »

          CloClo super naïf ? Les bras m’en tombent…

          A l’heure où la  » Polpotiste US  » – Madame Madeleine Albright vient de décéder sans que la Cour Pénale Internationale n’ait jamais pensé à la poursuivre, CloClo s’imagine que M.Bush et son gang de génocidaires US et leur sicaire Tony Blair puisse être poursuivis par la CPI !

          On se pince devant tant de naïveté de la part de quelqu’un qui fanfaronne souvent à bon compte ici…

          Madame Albright, la criminelle de masse qui pensait que  » l’extermination de 500 000 enfants Irakiens du fait du blocus US, en valait la peine  » !

          Cette ignoble femme a une bonne fois pour toute rejointe les poubelles de l’Histoire humaine. Tant mieux !

          Pour l’idéal de  » Justice  » , il faudra cependant encore attendre.

          8
          1. Et qui te dit un jour qu’Hervé voit réussir JLM à la Présidence ? 😀

            Naïveté pour naïveté. Soyons dans l’espoir, on a pas trop d’autre moyen à part oeuvrer sans cesse !

            Là le problème ce n’est pas Bush, c’est Poutine Hervé même si ton maître à penser n’en semble pas convaincu à la réflexion.

            D’ailleurs comme chef de guerre ou du moins comme grand chef des armées il s’y voit déjà.

            https://www.youtube.com/watch?v=CyKPKPpprQo

            https://www.youtube.com/watch?v=0yAnggORKsk

            Vois tu, JLM vend la transition écologique et sociale, la sixième république, la paix pourtant quand tu écoutes très bien ses vidéos, tu ne peux pas t’empêcher de trouver que quelque chose cloche un peu, comme une dissonance entre certains concepts ou annonces et d’autres concepts/position. La souveraineté qu’est ce donc ?

            Comme disait un autre grand naïf, méfiez-vous des mauvais bergers qui sont des loups au dedans.

            1
            1. Ah mon Cloclo, je me permets cette familiarité tant ta gouaille invite au bannissement des gestes barrières, ya bon fond chez toi camarade, mais point de ralliement, plutôt un raillement d’une nature humaine qui ne t’étonne plus, pourtant, mais chez laquelle, pourquoi ? – tu débusques encore les errements, dénonce les inclinaisons aux atermoiments – alors qu’avec ta hauteur de vue tu devrais embrasser toutes ces opinions comme un test de Rorschach 🤨

            2. Salut Cloclo, soit JLM veut épater la gallerie avec ses discours charpentés comme une démonstration mathématique, soit il a séché les cours de cybernétique. Mais bon, son parcours de vie en fait un homme de principes, une énième tentative d’enfermer l’humanité dans des structures, héritage du grand maître Marx.

              1
      4. @l’arsène D’autant que les vrais criminels de guerre sont ceux qui ont perdu, il ne semble pas y avoir beaucoup d’exemples de criminels de guerre (jugés) parmi ceux qui ont gagné.
        De plus un criminel de guerre n’est-il pas plutôt le responsable d’un acte de guerre non conforme aux « règles » de la guerre et non pas celui qui déclenche une guerre pour un raison discutable.
        Dans les faits les protections juridiques sont importantes et les principaux acteurs ne reconaissent pas pour eux-même la cour pénale internationale.

        3
        1. Dans certains pays s’applique la compétence universelle pour juger ces crimes. Peu importe alors que les jugés ne reconnaissent pas la cour pénale internationale.

          « La compétence universelle est, en droit, la compétence exercée par un État qui poursuit les auteurs de certains crimes, quel que soit le lieu où le crime est commis, et sans égard à la nationalité des auteurs ou des victimes . »

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Compétence_universelle

          2
    2. Les Etats Unis qui parlent de criminels de guerre c’est du plus haut comique sinistre. Les Etats Unis c’est Wounded knee, c’est Hiroshima, c’est l’esclavage et la discrimination raciale, c’est la guerre du Vietnam, c’est l’invasion de l’Irak, de la Syrie, de l’Afghanistan, c’est l’exécution par drones, ce sont les bombardements indiscriminés sur la population civile, c’est l’assistance aux dictateurs du Moyen Orient ou de l’Amérique du Sud, c’est le renversement de gouvernements démocratiquement élus. Les présidents américains comptent dans leurs rangs beaucoup de criminels de guerre. Où est le TPI pour les juger ?

      30
      1. une photo est restée imprimée dans ma mémoire à propos de la guerre du Vietnam : une petite vietnamienne courant nue devant un soldat américain elle avait été atteinte d’une bombe au napalm

        5
        1. Il s’agit bien là d’un génocide de la part des Américains puisque des ordres furent explicitement donnés d’anéantir les populations civiles de villes entières

          1
      2. @JEAN DUCHENE
        Les USA ont toujours refusé de reconnaitre l’autorité du TPI, en particulier pour leurs ressortissants.
        C’est pour cela, alors qu’ils sont tout sauf exemplaires, qu’il est difficilement acceptable que les USA puissent se croire autoriser à donner le la,
        à traiter les autres de criminels de guerre alors qu’ils protègent leurs propres criminels de guerre,
        et détruisent la vie de ceux qui dénoncent ces procédés (Assange & co).

        Comment en vouloir à ceux qui refusent de croire que Poutine est un criminel de guerre quand ce sont les USA qui l’affirment, avec toutes les casseroles qu’ils trainent ?
        A force de se décrédibiliser, ils ne sont plus crédibles aux yeux de plus en plus de gens.
        Mais bien sûr, il n’est pas de bon ton de parler de cette responsabilité-là.
        Les bien-pensants vont pousser des cris d’orfraie comme quoi ce serait la porte ouverte à laisser des dictateurs comme Poutine commettre toutes les exactions possibles. Alors que l’histoire nous enseigne que c’est plutôt l’inverse…
        Les méchants, ce sont nécessairement les autres, l’Ennemi, les Russes pour le coup, et pas nous, le camp du Bien.

        D’ailleurs, comment gagner la confiance d’un homme comme Poutine et refusant de reconnaitre publiquement notre propre part de responsabilité ?
        Et comment imaginer négocier la fin des horreurs en Ukraine sans gagner cette confiance auprès de Poutine ?
        Je suis fondamentalement d’accord avec PJ : tant qu’il sera permis aux USA de continuer à s’exprimer sur l’Ukraine sans assumer leur part de responsabilité et sans exercer une vraie diplomatie (Biden en contact très fréquent avec Poutine, ce qui permettrait à Poutine d’avoir au moins l’impression d’être traité d’égal à égal, donc plus enclin à négocier), nous allons droit dans le mur.

        11
        1. @GroTroll Ce n’est pas génant de traiter Poutine de criminel de guerre, car il n’est pas prévu de négocier, le but de la guerre en Ukraine dans laquelle il est tombé est d’affaiblir durablement la Russie et d’y provoquer un changement de régime.
          Accessoirement de priver l’U.E. de ressources énergétiques à bon prix pour développer les exportations de gaz de schiste Etats-uniens tant que c’est encore possible et avec les aplaudissements du candidat écologiste Jadot.

          Le commerce et les échanges économiques étaient censés éviter la guerre et c’est sur ce Mantra qu’au sortir de la deuxième, le marché commun a été créé pour rabibocher la France et l’Allemagne, cette argumentation a servi jusqu’à présent pour justifier l’Europe.
          Alors que l’Ukraine n’a aucune raison de faire la guerre à l’Europe rien ne justifie son extension à ce pays, en revanche non seulement tout est fait pour ne pas y accueillir ou associer la Russie, mais tous les liens économiques, de commerce, d’investissement ou de flux bancaires sont trés rapidement supprimés.

          Alors si on ne veut pas faire la guerre il faudrait un peu expliquer !

          Peut être que la mondialisation et la paix par le commerce est un idéal dépassé au moment où l’on s’aperçoit qu’après avoir interconnecté les économies Etats-Uniennes et chinoises celà ne donne pas au monde libre capitaliste une supériorité impériale et que la guerre pourrait de plus ne pas rester qu’économique.

          2
          1. « le but de la guerre en Ukraine dans laquelle il est tombé est d’affaiblir durablement la Russie et d’y provoquer un changement de régime. »

            Magnifique lapsus Ruiz !

            Alors comme ça, Poutine est « tombé « dans la guerre, comme on tomberait dans un piège. Pauvre Poutine, il a pas fait gaffe à ce qu’il faisait.

            Trêve de plaisanterie, c’est pas plutôt l’Ukraine le but de guerre de Poutine ?

            1
            1. @Pierre-Yves Dambrine
              Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
              Nous ne saurons jamais comment la Russie aurait pu tourner politiquement s’il n’y avait pas eu la pression de l’encerclement de l’Otan et les procédés systématiques américains pour isoler et affaiblir la Russie, qui reste son ennemi favori communiste : le système politique américain actuel, lui en tout cas, ne peut continuer à exister qu’au travers de la mise en œuvre de la lutte contre l’Ennemi.
              Arrêtons de cautionner en étant des moutons, en suivant aveuglément ces va-t-en-guerre (américains en particulier), et exigeons systématiquement que les criminels de guerre russes ET américains soient jugés en parallèle par le TPI, pas seulement ceux russes.

              2
          2. @Ruiz
            Mon opinion est qu’il est complètement illusoire de croire qu’on pourra arrêter les atrocités commises en Ukraine sans passer par la case négociations avec M. Poutine.

            Sinon, 100% d’accord (même si cela a pu faire paraitre complotiste ces derniers mois) ou pas selon (^^) :
            – il est évident que le but américain a toujours été d’affaiblir définitivement le grand Ennemi communiste (ils ne sont jamais vraiment sortis du Maccarthisme) ;
            – rendre l’Europe encore plus dépendante de la bonne volonté américaine, ici pour l’énergie :
            https://www.liberation.fr/international/europe/lue-et-les-etats-unis-annoncent-une-task-force-pour-reduire-la-dependance-au-gaz-russe-20220325_RNK7VIZNSZGABGEBV2XIGJYHAE/
            + vu autrement :
            https://www.letemps.ch/monde/europeens-americains-veulent-couper-robinet-gaz-russe-apres
            + projet qui n’a pas du tout été préparé depuis des années :
            https://www.rts.ch/info/suisse/12969455-la-dependance-au-gaz-russe-donne-des-ailes-au-gaz-liquefie-et-au-stockage-meme-en-suisse.html
            + et avec un jeu dangereux pour garder sous contrôle Qatar/Arabie Saoudite en les plongeant dans un équilibre précaire :
            https://www.rts.ch/info/monde/12970929-les-rebelles-yemenites-visent-un-important-site-petrolier-darabie-saoudite.html
            https://www.lalibre.be/economie/conjoncture/2022/03/21/remplacement-du-gaz-russe-lallemagne-conclut-un-accord-energetique-avec-le-qatar-TICW55POO5DKTB4KBFACKLKXJA/
            – l’union de l’Europe marche : il n’y a pas eu de conflits au sein de la Communauté depuis sa création, il n’y a jamais eu de période aussi longue sans conflit en son sein dans toute l’histoire. Mais il est effectivement bien malheureux que cet idéal ait été perverti par des intérêts économiques privés et égoïstes. J’ai quand même l’impression que cette accalmie est due au matérialisme : plus les gens ont à perdre, moins ils ont envie de prendre le risque de tout perdre ;
            – l’extension de la Communauté à tous les pays voisins serait bien au contraire un gage de stabilité. La fin des conflits directs au sein de l’ex-Yougoslavie depuis l’intégration à la Communauté en est un parfait exemple. Il faudrait bien au contraire envisager très sérieusement de trouver des mécanismes pour permettre l’intégration de la Turquie, de l’Ukraine mais aussi et surtout de la Russie. Ce à quoi les U.S.A. s’opposeront toujours, alors que c’est la voie royale pour agrandir la zone d’accalmie (cf exemples précédents). Et là aussi, se prononcer pour l’intégration de l’Ukraine ET de la Russie en parallèle, jamais l’un sans l’autre, sinon cela revient à favoriser un casus belli, d’ailleurs un dans le genre qui a été utilisé et implique au final toute la Communauté à ses dépends. Favoriser les casus belli, c’est vouloir la guerre, quoi qu’il soit prétendu en public.
            – les pays les plus avantagés, les plus en avance dans la guerre économique, sont aussi ceux qui indirectement au moins favorisent le plus les guerres :
            https://www.rts.ch/info/economie/12968881-les-exportations-suisses-de-materiel-de-guerre-ont-recule-de-18-en-2021.html
            + qui peut être présenté autrement :
            https://www.20min.ch/fr/story/2021-3e-meilleur-cru-de-lhistoire-des-exportations-suisses-650364451234
            + des aides à n’en plus finir, mais surtout, surtout, surtout pour de l’équipement militaire (une façon de sponsoriser avec l’argent public le complexe militaro-industriel ?) :
            https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/03/le-soutien-militaire-americain-a-l-ukraine-constant-mais-prudent-depuis-2014_6115979_3210.html
            https://www.journaldemontreal.com/2022/01/19/washington-annonce-200-millions-de-dollars-supplementaires-daide-securitaire-a-kiev
            https://www.charentelibre.fr/washington-annonce-une-nouvelle-aide-militaire-a-l-ukraine-de-350-millions-de-dollars-9405973.php
            https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/ukraine-joe-biden-va-annoncer-une-aide-supplementaire-de-800-millions-de-dollars-1393873
            https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/guerre-en-ukraine-le-congres-americain-vote-une-aide-de-14-milliards-de-dollars-pour-l-ukraine-8c9a8b68-a8b8-4454-9346-43863166186b

            2
      3. Tiens les même 22 pleutres la cervelle en bouillie !

        Allez à quoi bon juger Poutine pour Crime de Guerre, hein, rendez vous compte ma bonne mère, regardez l’Histoire, y a des méchants partout qui font des choses criminelles, y en a même qui se garent sur des places handicapés ou qui ne payent pas leur impôts.

        Bouffon va ! C’est l’idée même de Justice que tu démolis avec ton commentaire. Jugez les ETATS UNIS ? Mais d’où tu sors Jeannot ?

        On juge des hommes.

        3
        1. Personne ne parle de juger collectivement un pays et ses habitants : ça n’a aucun sens. Quand on utilise le terme « USA », c’est pour simplifier : il Il s’agit plutôt de considérer l’action du pouvoir américain depuis des décennies et de constater que ce pouvoir est responsable d’innombrables crimes de guerre.

          1
          1. Oui la simplification à outrance et la diversion t’en connais un rayon. Technique bien connu.

            « Ce pouvoir » ? Lequel ? Non non, le système démocratique n’est pas ainsi simplifiable. En revanche ça fait bien 22 ans qu’on voit la tronche de Poutine. Et si Bush ne peut plus nuire, Poutine lui nuit encore et potentiellement encore un bail. Mais ça le jour où tu capteras, il neigera de la merde.

            Vos techniques à la Dieudonné ne fonctionnent que chez les simplistes. Mais ça marche bien, la preuve par la quantité de pouce sur ce genre de sorties qui se veulent maline, ici en plus sur ce blog… Bref. T’es pas au café du commerce même si tu crois que je te sers le pastis petit homme vert (les préférés de poutine d’ailleurs 😀 )

            T’as remarqué qu’on parle de la Guerre en Ukraine et du criminel de guerre (potentiel y a qu’un tribunal qui peut déclarer ça en fait) Poutine ? Et non pas de la reproduction des mouches en milieu clos !

            1
            1. Vous avez de la difficulté à accepter la contradiction à ce que je vois !
              Vous devriez peut-être admettre que l’on puisse être d’avis contraire au votre sans vous mettre à invectiver grossièrement
              Je me suis borné à rappeler un fait incontestable : les USA sont responsable d’innombrables crimes de guerres. On peut aussi rajouter crimes contre l’humanité.
              Comprenez bien que si l’on dénonce les crimes contre l’humanité des USA, il est logique de dénoncer aussi les crimes de toutes les autres pays y compris la Russie.
              Sachez que le monde n’est pas constitué de gentils d’un côté et de méchants de l’autre

    3. Complètement d’accord avec l’analyse de Pierre-Yves Dambrine une fois de plus. Il y a déjà des signes qui montrent que vous avez raison même si ce n’est pas assuré, que ça va être difficile, que d’ici là on peut tous mourir (ou beaucoup d’entre nous) et que beaucoup de civils ukrainiens vont encore mourir à cause des atrocités.

      1
  3. « parler sans s’arrêter », oui ca peut être utile dans une situation conflictuelle. Mais ici le problème c’est que chez Poutine, « parler » tourne en monologue stérile, comme si il lisait invariablement le même texte pro vista. Poutine joue va banque, il veut aller jusqu’au bout de ses projections et la guerre risque de se prolonger. Un autre problème: Poutine et l’église orthodoxe font un corps, leur idéal commun c’est une Russie de la fin du 19ième siécle (apparement, la majorité des Russes est encore à côté de Poutine); ce qui donne l’impression aux leaders politiques occidentaux que le dictateur vit dans une autre univers.

    1. On n’ira pas jusqu »à demander à Macron de se convertir à l’orthodoxie façon patriarche de Moscou .

      D’autant que ça paraitrait suspect à Poutine qui , en tant que socialiste tendance KGB ( ou FSB pour faire plaisir à Rosebud ) , se fout complètement de la religion , mais sait prendre un bain dans l’eau glacé pour l’épiphanie orthodoxe en convoquant les caméras pour s’appuyer sur le réseau d’influence complice et messianique des popes .

      3
    2. Ghost,
      Poutine et l’Eglise orthodoxe russe font corps, c’est tout à fait exact, mais l’édifice commence à se fissurer.

      Il y a notamment la remarquable déclaration du 13 mars, un évènement historique dans le monde orthodoxe qui était déjà divisé avec le schisme de l’Eglise d’Ukraine ; Cette fois c’est au sein même de l’Eglise orthodoxe russe que la contestation apparaît :

      « Des intellectuels orthodoxes, dont Sergueï Chapnin, ancien fonctionnaire du Patriarcat de Moscou, ont signé le 13 mars une déclaration dénonçant comme une « hérésie » le concept de « Monde russe », utilisé par Vladimir Poutine et le patriarche de Moscou pour justifier la guerre en Ukraine. »

      https://www.lavie.fr/christianisme/eglise/lunite-de-leglise-orthodoxe-russe-se-fissure-81463.php

      https://publicorthodoxy.org/wp-content/uploads/2022/03/Declaration-sur-le-Monde-russe-et-lUkraine.pdf

      «  …C’est un manifeste historique de dénonciation de l’usage indigne du nom de Dieu, résume le professeur Turcescu, qui compare le manifeste à la déclaration de Barmen, un texte théologique contre le régime nazi, rédigé et publié par les protestants d’Allemagne en 1934… »

      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1869884/patriarche-guerre-eglise-orthodoxe-moscou-ukraine

      1
  4. Parmi les risques de déliquescence de la situation et d’augmentation de sa volatilité (mot aérien pour une chose grave, au sens latin quireste dans la gravité terrestre), les tuyaux de gaz qui traversent l’Ukraine vers l’Europe et nous alimentent en énergie (et alimentent le budget russe en subsides précieux) ne sont pas souvent évoqués. Pourtant, sauf guerre de tranchées chanceuse, ils vont finir par se trouver sur le terrain d’une guerre de mouvement.
    https://www.bearingpoint.com/files/AA.png?w=474
    (numéros 5 6 7 8 sur la carte, Soyouz, etc.)
    Comment garantir qu’un tir mal fichu puis un ou deux autres ne vienne pas exploser deux ou trois de ces choses là ?
    Pas très difficile d’imaginer comment cela pousserait les uns ou les autres à agir, soit en sous-main, soit en surface, mais en tentant en effet un « tout pour le tout » dans le « rien ne vas plus ».
    On peut certes avoir une lueur d’optimisme en voyant dans ces flux et ces infrastructures des germes de stabilité désirables pour les deux côtés.
    Mais face à l’épuisement des munitions et la difficulté de refabriquer ou se refaire livrer des joujoux divers et variés, l’envie de parvenir à ses fins par les moyens d’après-dernier recours pourrait aussi être exacerbé.

    Pour le fait que Biden ne dialogue pas, il ne faut pas oublier que c’est « en surface », et que les services US sont x100 les services français sur le monde russe pour des raisons historiques bien claires (la France, c’était l’Afrique, le Liban etc). Si c’est vraiment critique de dialoguer, les Européens pourraient sans trop boire de honte demander à une certaine Angela Merkel d’officier, en allemand directement (ou en russe), langue que Poutine maitrise entièrement . La seule chose à laquelle je croirais, c’est que Poutine se sert de Macron comme thermomètre de secours pour ce qui lui reste d’envie de connaitre les opinions publiques d’Europe, ce qui inclut aussi les lignes de faiblesse et de division qui apparaitraient dans les cas critiques, comme une guerre du gaz en novembre prochain par exemple.

    Je rêve du jour ou Poutine se réfugiera à Minsk.

    7
    1. Vous avez raison, les services de renseignement américains doivent avoir des moyens incomparables pour étudier ce qui se passe en Russie. Cependant, je ne pense pas que cela remplace un dialogue direct entre les dirigeants – le renseignement n’est pas la parole. Pour filer ma métaphore des hommes armés dans un western de Sergio Leone, si l’un des protagonistes a une vue extrêmement perçante, cela ne le dispense pas de parler au forcené qui a la main sur son arme – pour maintenir le contact, pas seulement pour avoir des renseignements.

      Merci pour la carte. Effectivement, seul North Stream 1 semble vraiment à l’abri de l’impact des combats en Ukraine – tandis que North Stream 2 a été suspendu comme nous le savons tous – et même sans connaître les chiffres je soupçonne qu’il est insuffisant pour transporter tout le gaz que les Européens ont besoin d’acheter de la Russie.

      Sur le même sujet gazier, il faut noter la décision annoncée par Poutine mercredi de désormais n’accepter de paiement pour le gaz qu’en roubles (1)
      « Il est absolument clair (que) cela n’a aucun sens pour nous de fournir nos marchandises à l’Union européenne, aux États-Unis et de recevoir un paiement en dollars, en euros , et un certain nombre d’autres devises (..) J’ai décidé de mettre en œuvre dès que possible un ensemble de mesures visant à convertir en roubles russes le paiement de notre gaz naturel – en commençant par notre gaz naturel – fourni aux pays dits inamicaux, c’est-à-dire à cesser d’utiliser dans ces règlements toutes les monnaies compromises (…) Je demande au gouvernement de publier une directive correspondante à Gazprom sur la modification des contrats existants. Il faut donner à tous les consommateurs étrangers la possibilité d’effectuer les opérations nécessaires et créer pour eux une procédure de paiement claire et transparente, y compris l’achat de roubles russes sur notre marché monétaire national. Je demande à la Banque de Russie, en collaboration avec le gouvernement, de définir la procédure à suivre pour de telles transactions dans un délai d’une semaine. »

      Il s’agit pour le gouvernement russe de se protéger contre les sanctions économiques occidentales portant sur dollar et euro – monnaies utilisées aujourd’hui pour la quasi-totalité des ventes russes de gaz. Ceci « en commençant » par le gaz naturel, ce qui suggère donc qu’on continuera avec d’autres exportations.

      D’une part des avoirs en roubles seront certainement beaucoup plus difficiles à attaquer par sanctions occidentales – comment les confisquer ? – d’autre part la nécessité d’acheter des roubles sur le marché des changes, vendant pour cela des euros ou des dollars, va soutenir le cours du rouble. Donc protéger la Russie contre l’un des angles d’attaque des sanctions, tenter de faire s’effondrer sa monnaie.

      Ca commence à faire des vagues. D’aucuns font valoir que tout ça n’est pas légal, les contrats existants stipulent la monnaie euro ou dollar. Remarque qui semble pour le moins décalée, après tout envahir son voisin ce n’est pas légal non plus et pourtant la Russie l’a fait, confisquer plus de 300 milliards de dollars de la banque centrale de Russie non plus et pourtant les Américano-Européens l’ont fait, confisquer 500 avions non plus et pourtant la Russie l’a fait etc. etc. Le président russe ordonne à Gazprom de « modifier » les contrats existants, pas de se rapprocher de ses clients pour leur demander l’autorisation – croit-on que l’argument d’ « illégalité » va porter ?

      La seule question est de savoir si arrêter totalement d’acheter du gaz russe est réaliste sans provoquer le chaos dans l’économie. Pour la France c’est peut-être imaginable à la limite, avec du rationnement, car la Russie n’est qu’un fournisseur parmi d’autres. Et encore pour la Grande-Bretagne. Pour l’Allemagne certainement pas, le chancelier allemand prévenait que le résultat serait « la pauvreté de masse » (2) – c’est qu’une industrie efficace c’est bien et l’allemande est de loin la première d’Europe, mais il y faut de l’énergie… L’Italie est dans la même situation. Et d’autres pays d’Europe centrale sont encore plus dépendants que Berlin et Rome.

      C’est pourquoi je soupçonne que la première réaction – « Paiement en roubles du gaz russe : c’est « non » pour la Pologne » (3) – devra bien être dépassée. En effet, Poutine a bien dit que le paiement en autre chose que des roubles du gaz russe, c’est « non » pour lui. L’alternative pour les pays qui en resteraient là est donc d’accepter une récession sévère.

      Je soupçonne que sous le poids des sanctions occidentales, l’économie russe va « plier, et ne pas rompre ». Que les paiements en roubles du gaz naturel – puis d’autres matières premières – se généraliseront. Que le rouble n’est pas prêt de s’effondrer – faudra-t-il dire le « gazorouble » comme on parlait du « pétrodollar » ? Quant aux achats dont la Russie a besoin, les fournisseurs alternatifs seront trouvés. Par exemple, pour les médicaments, l’ambassadeur russe en Inde est déjà en train de « draguer » ses interlocuteurs – c’est que l’Inde en fabrique, et beaucoup, et il y a des places à prendre (4)

      Les pays qui sanctionnent l’économie russe ne représentent que 15% de la population mondiale, et environ la moitié de son économie. Ce sont les échanges avec l’autre moitié qui seront développés. Plier, mais pas rompre.

      La guerre de Poutine en Ukraine ne se terminera pas, ne sera pas même écourtée du fait des sanctions économiques. Seuls les Ukrainiens et les Russes y peuvent quelque chose. Les Ukrainiens sur le champ de bataille, les Russes par manifestations et résistance passive.

      (1) http://kremlin.ru/events/president/news/68037
      (2) https://www.theguardian.com/world/2022/mar/14/russian-gas-oil-boycott-mass-poverty-warns-germany
      (3) https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/paiement-en-roubles-du-gaz-russe-c-est-non-pour-la-pologne-906895.html
      (4) https://www.hindustantimes.com/india-news/indian-pharma-companies-may-replace-western-manufacturers-in-russia-says-envoy-101647648837553.html

      9
      1. Bien tout ça, c’est bien cool et c’est en gros ce que je pense aussi. Même si on pourrait rappeler à Scholz qu’il y a 40 milllions d’Ukrainiens au chômage et que c’est un peu difficile de les remettre au boulot ( je sais c’est simpliste).
        Par contre si la guerre ne se termine pas on retourne à la case thermonucléaire non ?

      1. Ha , si on faisait du gaz avec des betteraves , Xavier Bertrand serait le candidat de dernière heure de LR .

        Ça me rappelle qu’après 1973 avait immédiatement fleuri la maxime  » nous on n’a pas de pétrole mais on a des idées ! » .

        Aujourd’hui que dalle , juste : je vais acheter mon pétrole ailleurs même plus cher .

        Ou bien on n’a vraiment plus d’idées , avachis comme des huitres .

        Ou bien la cause écologique est encore moins bien défendue aujourd’hui qu’il y a 50 ans .

        5
        1. @juannessy
          Avec les betteraves on fait déjà de l’éthanol. Avec un tas d’autres cultures on fait du gaz.
          Une catastrophe environnementale pour des volumes dérisoires.
          Il falloir choisir entre bouffer ou se déplacer ou se chauffer.
          A moins d’avoir de bonnes idées, comme par exemple la sobriété et le partage équitable des ressources.

          4
  5. Moralité pour être crédible 365j/an il en faudrait 6 ou 7 des SNLE au lieu de 4 pour en avoir 3 à l’eau.
    C’est comme le porte-avions: 1 c’est pour rire.

      1. Non pas crédible.

        1 SNLE c’est 16 missiles (autre manière de compter plus pragmatique que le « Hiroshima »)

        4 SNLE tu as des phases voir de longues phases ou tu en as un seul à l’eau, ce qui était le cas. (arrêt technique ou budgétaire..).

        Ton sous marin unique comme c’était le cas, est repéré, suivi et coulé, ta dissuasion est terminée. Sachant que les russes ont maintenant des torpilles atomiques tactiques il est imaginable de neutraliser une grande zone sous marine sans devoir frapper le sous marin physiquement et précisément, si il est repéré et suivi.

        De plus la dissuasion océanique, ce sont des missiles à têtes multiples(16 par sous marin) dont les coordonnées de tir sont pré-programmées pour permettre un tir instantané. Ce ne sont pas pour la plus part des missiles où on aura le temps de viser de choisir une cible etc..
        Donc on peut imaginer que dans un SNLE il y en a un gros lot pour la russie (10 à 12), un pour l’iran un pour le pakistan, etc en fonction des menaces en cours.

        Un missile ça peut foirer: cf l’avant dernier tir de validation du M51, ça peut aussi être intercepté etc…
        Donc le nombre arrivant sur cible est aléatoire.

        Pour la force aérienne à terre ce peut être différent niveau préprogrammation, quoique vu la vitesse de neutralisation d’une série de bases aériennes il ne faudra pas perdre de temps à reprogrammer le missile et surtout à les accrocher sous les fuselages… De plus les bases aériennes hébergeant les missiles nucléaires sont connues et limitées. La dispersion des ressources et munitions qui est la première leçon de cette guerre, n’est plus notre fort depuis longtemps. Donc la force aérienne n’est en aucun cas le coeur de la dissuasion française, c’est beaucoup trop vulnérable.

        Enfin la dernière composante: les missiles eventuellement embarqués sur porte avion: là ils ont aussi la parade très spécifique avec les missiles hypersoniques qui te permettent si tout est bien coordonné de dégager ton unique porte avion (il peut aussi être aisément coulé par un sous marin nucléaire d’attaque)…. si il n’est pas à quai pour reremplir le couscous et les poire.

        Donc conclusion on s’est toujours battu en supériorité technique écrasante contre des adversaires sous équipés.

        Là les russes goutent au niveau de leur divisions blindées pléthoriques et théoriquement supérieures à un adversaire motivé et équipé de missiles antichar efficaces et en nombre.

        Pour avoir une dissuasion crédible avec la chance de toucher, face à un adversaire qui t’attaque par surprise, la probabilité résiduelle est faible, il te faut du nombre et de la dispersion.
        1 SNLE à la mer et 1 porte avion à 2/3 temps à la mer ça ne suffit qu’a se rassurer soi-même, mais ça ne suffit pas face à ce que l’on a maintenant en face.

        Les militaires le savent il était prévu de contruire 6 SNLE seulement 4 ont été fait.
        Il était prévu 2 porte avions, seulement 1 réalisé.
        et ainsi de suite…

        1
        1. Donc, sur les 48 missiles tirables ( 3 SNLE en mer si je ne me trompe), il en arriverait combien sur cible ? … et si on s’élance, il y a de fortes que les américains et les anglais en fassent autant non ?

          1. Aujourd’hui avec 48 missiles repartis sur 3 sous marins, la probabilité que les 3 soient suivis et neutralisables avant tir, est mathématiquement plus faible qu’avec un seul! Tout l’enjeu est de se faire couler apres que les missiles soient partis. Seront ils engagés dans le cadre d’une réponse graduelle ou les russes, si poutine appuie dans sa grande folie sur tout, feront ils une attaque d’emblée massive, surprise, car de leur initiative en tentant de neutraliser un maximum de cibles concomitament. Aucune idée. Mais la neutralisation simultanée me paraît logique si ils ont l’initiative…

            La capacité anti-missile d’intercepter les missiles stratégiques adverses des russes je ne la connais pas mais ce sont des missiles qui partent de loin et sont assez repérables.

            Sur les défenses anti missiles ( si elles existent mais en matière de missiles les russes sont assez adroits) le nombre de missiles attaquant compte pas par sa valeur absolue, mais par le dépassement d’un seuil de saturation des défenses.

            C’est un cas de figure dont on ne peut rien prédire… inédit, trop de paramètres et pas sur qu’on ait la réponse on sera déjà carbonisés pour la plus part 🙂

            1. N’oubliez pas qu’il s’agit de missiles à têtes multiples. Trois SNLE, c’est donc 480 cibles potentielles, avec chacune 0.11 Mt de TNT. C’est conçu pour être « dissuasif », et ça l’est certainement, tant que les SNLE sont indétectables en opération. Le seront-ils toujours ?

              1. Sous-marin :
                Pas de signature électromagnétique (eau de mer conductrice)
                Signature acoustique (sonar) : on peut utiliser les gradients thermohalins pour être dans des zones que les ondes acoustiques ont du mal à sonder, et la portée reste assez limitée. Mais il est vrai que les techniques de reconstruction à partir de pleins de petites sondes (ou équivalent) ont du progresser. La recherche sur les sonars a beaucoup impulsé de chose sur le traitement du signal historiquement, et les technique d’échographie en sont un peu les « duales ». Les progrès en France faits par l’équipe du prof. Mathias Fink à l’ESPCI sur les formes diverses et variées d’échographie « avec résolution » dans des environnements qui ne s’y prêtent pas de façon triviale sont assez impressionnant (quelques startup, notamment une autour du wifi).

                1. En effet, les progrès des radars et sonars, passifs notamment, sont impressionnants. J’ai aussi entendu parler de recherches sur une reconstruction d’informations multimode, incluant l’analyse des perturbations induites par les passages de SNLE ou autres dans le voisinage des câbles sous-marins de communication. Et peut-être aussi d’autres signaux qui à première vue, n’ont rien à voir (altimétrie radar de la surface de l’océan, révélant les « bosses » induites par un gros navire sous-marin en déplacement).

                  Le temps de l’invisibilité des sous-marins stratégiques est peut-être compté…

            2. Pourtant en parlant de la Corée du Nord, Poutine lui affirme l’inverse de ce que tu écris.

              En vrai, on ne sait pas où sont les SNE, ou les charges en vols, ou au sol des puissances nucléaires, et penser pouvoir les arrêter relève du voeux pieux. Et c’est exactement ce que dis Poutine dans cette vidéo. On ne peut pas jouer avec ça, sur un coup de poker, c’est la roulette russe avec 5 balles dans le barillet.

              https://www.youtube.com/watch?v=j01MSbhT-Kc

              Juste quelques coups au but sur les centrales nucléaires des pays nucléaires et sur les quelques grandes villes et les survivants retournent tous casser des silex.

              1
              1. @CloClo Avec un avantage certain, si l’échange est suffisamment massif, il y aura un « hiver thermonucléaire » qui résoudra le problème du GIEC et permettra de reprogrammer le logiciel mental des jeunes générations, d’autant plus que la baisse de la pression démographique repoussera d’un très long délai le risque d’évolution climatique d’origine anthropique.
                Sur 7 000 000 000 d’habitants il y aura sans doute quelques survivants et le genre humain sera sauvé (ainsi que la planète bien sûr !).

                    1. Vous aurez remarqué que dans l’entretien , à deux reprises , ils ont presque convergé à la grande surprise du meneur de jeu !

                    1. Clovis ( je ne sais pas si en tant que roi des Francs son vrai nom était Jorion ) n’aurait jamais dit  » help! » .

                      Ceci étant ça ne dure que 37 minutes qui valent largement des jours de blog .

                  1. Par l’épée de Jorion juannessy, vous n’êtes pas cool. J’ai bon ?

                    Sur la question de comment on fait pour sortir des traités et la question démocratique que ça pose il n’y a pas à discuter.

                    Après ce doit être dans la partie que je n’ai pas encore écoutée.

  6. Et nous, on gamberge pas ? en attendant le prochain coup de Poutine, on n’est même pas fichu de lui imposer un embargo sur les hydrocarbures.
    Même pas prêts à ça.

    3
  7. L’image du duel est bonne. Une guerre n’est jamais qu’un duel géant.

    Mais ici je préfère une autre image, celle des deux mères se disputant le même bébé dans le récit biblique du jugement de Salomon.

    La Russie et l’Occident se disputent l’Ukraine depuis des années. Chacun des deux camps désire l’Ukraine pour lui seul. Si aucun des deux camps n’a la sagesse de renoncer, il ne restera bientôt plus rien de l’Ukraine.

    La vie de l’Ukraine et des Ukrainiens compte manifestement moins à nos yeux que notre désir. Quelle honte…

    Nous attendons de Poutine, unanimement traité de fou, qu’il soit plus sage que nous et renonce. Quel aveuglement !

    7
    1. « La Russie et l’Occident se disputent l’Ukraine depuis des années »

      Il vous a échappé que l’action de se disputer l’Ukraine n’a pas du tout la même signification selon qu’il s’agit de la Russie de Poutine ou de l’Occident.
      L’Occident n’à jamais convoité l’Ukraine pour l’annexer ; l’Occident a toujours considéré que l’Ukraine est un pays souverain.
      La Russie … …heu, eh bien, je vous laisse compléter par vous-même. Je ne vais pas vous mâcher le travail, et puis si vous y réfléchissez un peu, vous verrez la réponse n’est pas si difficile à trouver.

      C’est une chose, mais ce n’est pas tout, il vous a également échappé que les Ukrainiens, eux, veulent rester dans un pays souverain qui s’appelle l’Ukraine. Ils ne veulent rien lâcher, ils ne veulent pas se rendre. Ce n’est pas une conduite dictée, téléguidée par Moscou ou quelque capitale occidentale, non, c’est leur souhait, leur décision. Le minimum quand même c’est d’écouter ce que disent les Ukrainiens, les premiers concernés.

      6
    2. Cette vision que l’on se dispute l’ukraine et que l’occident « veut » l’ukraine… c’est pourinien comme raisonnement.

      On s’en fout des russes comme des ukrainiens, des suisses des portugais et des malgaches..!
      mais il y a 3 semaines tout le monde s’en foutait de l’ukraine…

      Rencontre un ukrainien c’est simplement quelqu’un comme toi et moi qui a envie d’elever ses enfants et passer du temps en famille et avec ses amis. C’est tout. Et de vivre dans son pays avec l’espoir de pouvoir profiter des bonnes choses comme on en a ici. Il connait le russe c’est son cousin, mais il n’envie pas son système politique et ses perspectives d’épanouissement. Il a connu, il en veut plus.

      Pouvez vous arrêter de raisonner comme si un pays est un pion. Oui dans la tête de poutine, mais dans la réalité ce sont des hommes des femmes et des enfants.

      4
      1. Nouvelle du jour : « Nous avons accru notre présence en Arctique parce que les autres y ont des visées..  » dit le Secrétaire Général de l’Otan. « Nous ne pouvons nous permettre un vide sécuritaire dans le Grand Nord. Cela pourrait nourrir les ambitions russes, exposer l’Otan et soulever le risque de malentendus », a dit M. Stoltenberg.

        Il n’a pas du tout dit qu’il veut l’Arctique, hein. Il veut juste emmerder son monde. Et c’est évidemment la faute des autres.
        (L’Otan est en manœuvres en Norvège).

        2
        1. Les USA avaient tenté de construire une base dans les glaces du Groenland. Un fiasco, mais ils sont partis en laissant là dessous un tas de saloperies radioactives.

          2
        2. C’est notre train de vie que l’OTAN, ou que ses dirigeants pensent défendre, en se sucrant au passage. Là est le problème aussi et surtout.

          Notre train de vie. A tous, y compris des « pauvres ».

          C’est la valable à différent niveau pour la Russie et la Chine et tous les pays organisés du Monde.

      2. @ alex cinq
        « qui a envie d’élever ses enfants et passer du temps en famille et avec ses amis. » et de venir papoter sur le blog de Paul Jorion. Je sais qu’il y a des Ukrainiens qui viennent ici (je le sais puisque c’est moi qui leur ai indiqué 😁) pour se marrer un peu ! 🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

        1. Ah ça oui si vraiment des Ukraniens visitent le blog ils vont vite repérer les poutiniens et autres campistes, défaitistes qui campent indécemment sur leurs positions. 😉

          Je leur adresse toutes mes amitiés à ces Ukrainiens et leur exprime la honte que m’inspirent ceux qui confondent agresseur agressé confortablement assis devant leurs ordis et qui préfèrent honnir le camp occidental plutôt que de d’exprimer leur soutien aux Ukrainiens qui se battent pour leur liberté et leur dignité.

          4
          1. oui effectivement ils ont déniché les poutiniens et à côté de ça ils-elles rigolent bien -en leur fort défendant- car , et ça je le crois volontiers, ils-elles sont surpris de voir à quel point il y a de gens surdoués pour lire dans les pensées de Poutine ! Poutine pense que, Poutine va faire ceci . A tel point que Poutine doit venir ici pour savoir ce qu’il pense !!!!!
            ah ces Ukrainiens ! quel humour !

            1. C’est sans doute pour ça que les polonais , depuis Katyn , se sentent plus frères des ukrainiens que les ( et « des ») russes .

              2
              1. au risque de déplaire à CloClo qui semblerait ne pas aimer l’histoire cette histoire d’Ukraine remonte plus loin que le massacre de Katyn .
                En fait les origines de cette décomposition remonte au traité de Versailles et au rôle de la SDN, un partage de nations et un tracé de frontières faisant fi des cultures, des langues . Il est à noter que dans de nombreux ouvrages anciens édités entre les deux guerres mondiales l’Ukraine en tant que pays indépendant n’existe pas . Pour vous en rendre compte je vous conseille l’ouvrage d’Henry Bogdan : L’histoire des pays de l’est .

                1. Bof . Arkao avait mis récemment un lien sur l’étude des migrations des populations grâce à l’analyse de l’ADN mitochondrial .

                  Ça rend la gloire ou la honte des « traités  » très très très relatives , et on doit mieux avoir une idée claire de ce qu’il faut penser depuis la station ISS .

                  2
                    1. L’Histoire est une matière en perpétuelle reconstruction, construction comme les sciences durs.

                      La bêtise n’est pas dans l’ignorance des résultats provisoires mais dans l’ignorance de la méthode.

                      1
                  1. 2 millions de réfugiés en 2022 qui viennent s’ajouter au 1,5 à 2 millions d’ukrainiens déjà là car venus chercher du travail en Pologne après 2014.

                    Je fais référence à l’arrivée au pouvoir en Pologne en 2015 du parti Droit et Justice,
                    (nationaliste, russophobe et ukrainophobe, germanophobe, contrôlant les médias, pour la peine de mort etc, eurosceptique et atlantiste)
                    qui ne manque pas une occasion de rappeler les « torts historiques » infligés aux Polonais par leur voisin.

                    La Pologne a adopté en 2016 une résolution déclarant que le meurtre de dizaines de milliers de Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale par des unités de l’armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) était un « génocide ».

                    Le ministre des affaires étrangères polonais rappelle que la sympathie de la Pologne pour les luttes de l’Ukraine avec la Russie ne doit pas reléguer les « questions historiques » à l’arrière-plan.

                    « Il n’est pas question que la géopolitique, que l’agression russe soit une excuse et que nous ne réglions pas les problèmes qui nous divisent », a déclaré Waszczykowski.

                    En février 2018 le président polonais a signé une loi établissant des sanctions pour la négation des « crimes des nationalistes ukrainiens » pendant la guerre contre les citoyens de la Deuxième République polonaise.

                    Bref, un bon copain ce gouvernement polonais. On peut être sûr qu’il ne cherchera pas à profiter de la situation.

    3. @Denis L’ukraine est (elle) découpable, d’autant plus que la partie Ouest n’est jamais qu’un bout de Pologne qui s’est déplacée vers l’Ouest à l’occasion du dernier conflit mondial.

      Pour le duel au delà du Far-West c’est une vielle tradition europénne et aux époques civilisées come au Moyen -Age ne remettait-on pas le sort d’un différends entre troupes et territoires à un combat singulier en champ clos ?

      Affrontement de « Chevaliers » Poutine et Zelenski au judo en 3 manches ?

  8. Les ukrainiens en général ça n’existe pas. C’est la propagande de l’union sacrée qui les présentent ainsi. Il y a en fait des classes sociales aux intérêts contradictoires que les guerres font passer au second plan pour le plus grand bien des oligarques de tous les pays. Comme la Commune de Paris il faut unir la lutte contre l’envahisseur à la lutte contre ses propres oligarques. Même pendant la guerre les différentes bourgeoisies et classes capitaliste de tous les pays continuent de défendre leurs intérêts. Présentement, les Etats Unis et l’Europe se servent des « ukrainiens » comme chair à canon dans leur lutte contre la Russie, sans jamais envisager un seul instant de participer physiquement à cette guerre. Ils préfèrent laisser la Russie et les ukrainiens s’affaiblir mutuellement dans une guerre fratricide.

    11
    1. He Vladimir laisse tomber, jean duchene c’est un peu bateau t’aurais pu mettre raymond dupond ou dupont je te laisse le choix.

      T’as jamais rencontré un ukrainien, un bielorusse ou un russe, dans ta vrai vie.

      Tu nous sers ta sauce de paranoïaque à lunettes.

      Au fait la France c’est pas la france: c’est des riches des pauvres des breton des alsaciens des basques et des corses, et des marseillais et des parisiens pro et anti psg, dont certains antivax.

      CQFD

      … et l’occident se sert de … ouvres bien tes oreilles: l’occident s’en fout de la russie. Et comme de tous les pays on aime les hommes et le femme , mais on s’en tape de leurs dirigeants.

      4
  9. à mon avis le concept de « dissuasion nucléaire » ne fonctionne plus.
    les ressorts psychologiques qui le fondèrent après 1945 et l’utilisation par les USA de l’arme atomique ont disparu.
    il s’agissait peut-être pour les « alliés » occidentaux de se défausser de l’utilisation de cette arme de destruction massive en l’incorporant à une processus formel lié aux palabres pré-conflictuels.
    l’introduction dans un premier temps du nucléaire tactique (donc limités dans l’espace , ce qui l’apparente à une grosse explosion classique , en en banalisant l’impact psychologique , puis dernièrement des engins hypersoniques défiant toutes défenses anti-aériennes en théorie , en ont rebattu les cartes.

    Mais un missile M51 utilisé par nos SNLE foncent à Mach 15 !!! (c’est largement hypersonique également , non ?)

    pour ce qui me concerne , la seule chose qui soit pertinente en l’affaire est le potentiel « suicidaire » de notre espèce face aux défis auxquels elle va être confrontée dans des temps qui se rapprochent à vitesse fulgurante
    Peu importe le choix des moyens euthanasiques (climatiques , nucléaires, microbiologiques..)

    6
    1. nucléaire tactique …[]… qui s’apparente à une grosse explosion classique

      La plus grosse bombe conventionnelle jamais construite, la GBU-43, c’est onze tonnes de TNT. Onze (11). On l’appelle MOAB : « Mother Of All Bombs ».
      La plus petite nucléaire tactique dans le monde, la B61-12 américaine, c’est 30 fois plus. 330 tonnes de TNT. 3,3 x 10×10. Tonnes.
      Hiroshima, c’est 15 kilotonnes. 15 000 tonnes. Plus de mille fois la plus grosse conventionnelle. Mille fois. 10x10x10.
      Les bombes H, c’est plutôt en Mégatonnes. Un million de fois. 10x10x10x10x10x10.
      La plus grosse de toutes, la « Tsar bomba », c’est 50 fois ça. 50x10x10x10x10x10x10 tonnes de TNT.
      C’est tellement démesuré que sur les missiles stratégiques français M51, il y a jusqu’à dix têtes qui font chacune 0,11 Mégatonne « seulement ». C’est jugé « bien suffisant ».

      Quiconque n’est pas terrorisé par les bombes nucléaires, même les plus petites jamais construites, a perdu le sens des réalités.

      à mon avis le concept de « dissuasion nucléaire » ne fonctionne plus.
      A mon avis à moi, c’est parce qu’on manque d’imagination.

      12
        1. Je contre signe !

          Ce sont des malades, ne plus être impressionné par les bombes atomique, c’est comme être sous camisole chimique pour ne plus bander. Faut pas être dans son état normal.

  10. Il y a quelque chose qui me chagrine dans les négociations . Pourquoi a t’on des négociations qui sont supervisées par Erdogan et Israël ! L’ue là dedans où est elle ? Ne consultant pas les médias français je suis dans la perplexité .

    1
    1. bon manifestement votre perplexité tout le monde s’en branle ! c’est sûr que c’est plus intéressant de parler de surenchère militaire alors que des négociations sont en cours et avancent positivement . business as usual !

    2. Pour Israel, c’est Zelensky qui l’a demandé.
      Erdogan s’est porté volontaire, c’est sa situation intérieure, économie catastrophique … baisse de popularité ; joli portrait d’Anne-Sophie Mercier dans Le Canard Enchainé ;-).
      L’UE, ils essaient de faire un deal sur la non dépendance aux hydrocarbures russes … avec double jeu de la Hongrie; plus problématique croissante des réfugiés ukrainiens , plus fourniture d’armes ( sauf chars ou avions).

      1
    3. @ Khanard

      C’est parce que les gouvernements successifs d’Israël ont une longue expérience des bombardements sur les civils palestiniens à Gaza et ailleurs comme au Liban tandis qu’Erdogan fantasmant sur l’Empire Ottoman sait parfaitement exterminer les kurdes en s’inspirant de ses ancêtres génocidaires qui s’exercèrent contre les arméniens. Du coup, ils savent comment parler avec le criminel de Moscou. Ils partagent tous une même expertise.

      5
      1. @hervé

        effectivement nous avons là des hommes de terrain pour ce qui concerne des atrocités (il ne manque plus que MBS d’Arabie Saoudite) . J’y vois aussi une réorganisation des échanges diplomatiques entre les « grands » de ce monde . Israël prenant de plus en plus d’initiatives vis à vis de la Chine s’éloignant des USA, Erdogan faisant le grand écart entre la Russie et Israël . Demandons au peuple Grec ce qu’ils pensent de ce conflit et nous aurions des surprises .

        2
  11. Jacques Attali et économie de guerre

    Pourquoi il est urgent de passer en économie de guerre
    Nous ne l’avons pas fait pour le Covid-19, il faut vite le faire pour la crise d’Ukraine, alerte Jacques Attali : mettre les entreprises industrielles, dans le secteur de la défense notamment, en ordre de marche pour produire des armes, des munitions, et tous les biens liés à la sécurité qui vont vite nous faire défaut.

    https://www.attali.com/societe/economie-guerre/?msclkid=38ae3dc3ac4311ec88ab7eb0e27d6a9b

    « Il serait donc urgent, très urgent, de mettre les entreprises industrielles du secteur de la défense au travail à marche forcée ; de leur faire produire armements et munitions 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7, en payant pour cela le prix qu’il faut, « quoi qu’il en coûte ». En le complétant par la reconversion, provisoire ou définitive, d’entreprises, ou moins d’usines parfaitement adaptables à ces besoins nouveaux : par exemple, toute l’industrie automobile pourrait produire des armements. »

    1. Là c’est vraiment l’économie de guerre au sens propre !

      Quand de mon côté j’emploie le terme , c’est au sens où Paul Jorion et Vincent Burnand Galpin l’envisagent dans leur livre , même si une extension au domaine militaire n’est pas tabou pourvu que l’ensemble des efforts soient supportables et contribuent à permettre ou protéger un projet commun viable en résolution des enjeux mondiaux .

      Et c’est bien pour ça qu’on ne peut pas le porter seul .

      PS : content de vous relire , vous qui ne pétez jamais les plombs !

    2. Sociopathes contre psychopathes.
      Nous y sommes.
      La transmutation n’a pas trop tardé.
      Les scientifiques tiraient la sonnette d’alarme sur les risques climatiques invitant chacun à prendre conscience de la situation et agir en conséquence.

      Bon …
      Y’a comme un défaut.
      Le dérèglement est aussi dans les esprits.

      3
      1. Les êtres poncifs seraient à la lettre ( car l’adjectif poncif n’existe pas ) , des êtres que l’on a passés à la pierre ponce ( et c’est bien l’origine étymologique de « poncif » )

        Récemment , il y a une mégère même pas apprivoisée , qui n’était pas loin de traiter Paul Jorion de moulin à poncifs .

        Pour Attali , il se fout de nos avis , car il ponce donc il est.

         » Mais bien sur , une fois de plus , rien ne sera fait  » .

        1
        1. bien vu maître Capello ,  » il y a des poncifs dont je me méfie » eut été de meilleur aloi. Si Attali se fout de nos avis il est bien entendu par réciprocité qu’on se fout éperdument de son avis comme te celui de tous ces experts qui se pavanent devant les caméras et qui depuis au moins 20 ans n’ont pas vus venir Poutine !

          2
    3. @ Ilicitano

      Jacques Attali, celui qui a prédit en 2014 – deux ans après les analyses de la situation en 2012 par Jean-Luc Mélenchon – d’une future guerre en Ukraine.

      Un visionnaire !

      Et dire qu’il faisait partie avec Alain Mainc de ceux qui nous ont vendu à l’époque l’idéologie de la  » Mondialisation – Capitaliste – Heureuse  » !

      Le voir paniquer maintenant en appelant à accélérer la Troisième Guerre Mondiale – pour le coup, la véritable  » Der des Ders  » – est véritablement pathético-sinistre.

      Jacques, sacré Jacques !

      4
  12. Attali voyageur de commerce pour les marchands de canon. On aura tout vu.
    Il voit déjà « Les chinois à Paris » ? Ou veut il pendre son linge sur la ligne de la Volga ?
    Peut être résoudre le problème du chômage… en envoyant les jeunes au front…
    J’ai été voir ses arguments, j’ai vu surtout de l’émotionnel : faire peur, séduire en plaçant un peu de transition et d’éducation.
    Je ne vois qu’un va-t-en-guerre, sans plus.
    Or la question est là : l’effondrement va augmenter les tensions guerrières, de « tous contre tous » autant que la volonté de solidarité (un peu plus tard, devant le fait accompli). Nous avons le choix.
    Et lui choisit de jeter de l’huile sur le feu.

    9
    1. Il n’en reste pas moins que le budget de la défense en hausse ( et heureusement , depuis 2015/2016 ) va encore s’accroitre ici et ailleurs ( voir l’Allemagne qui a vite compris ) , et ce qu’on peut avoir à revendiquer de ce côté c’est que l’ensemble des armes européennes en propre ou intégrées à l’Otan , soient compatibles et cohérentes pour une ou des stratégies partagées .

      Par souci d’efficacité et de recherche d’optimisation de la dépense .

      Mais tous les revenus de nabab de Clo Clo vont y passer .

      2
      1. Nous sommes le continent qui a voulu deux guerres mondiales, avant de les subir, avec ses dizaines de millions de morts (aussi sur d’autres continents et en utilisant des soldats d’autres continents. Les nations ont décidé d’interdire à l’Allemagne de se réarmer.
        Nous sommes le continent qui a accumulé sa fortune grâce à sa domination sur les ressources et sur les humains de nos « opérations spéciales » pour apporter la civilisation au monde. Nous avons même installé une colonie dominatrice sur un demi-continent, l’Amérique du Nord.
        Comme tout bon dominateur, nous refusons de savoir ce que la domination fait au monde. Tout ce qui est bien et de nous, tout ce qui est mal est contre nous. C’est là une religion de la domination, car il n’y a pas un savoir de la domination collective. Etonnant n’est-ce pas ?
        Et aujourd’hui, notre domination traditionnelle (naturelle, développée…) est menacée, bousculée. Cela nous rend fous, méchants, hystériques.
        Et nous sommes tant à nous voir déjà en petits soldats.
        On n’a pas tiré les leçons du XXe siècle ? Bien sûr que si, on a tant souffert. Mais on a tout gommé. On appelle même à se réarmer au nom de la souffrance bien réelle des autres. (Enfin, il y a bien des souffrances qui ne nous meuvent point… ). Et à accuser ceux qui ne concluent pas ainsi de négliger la souffrance.

        17
          1. Et : vous n’auriez pas du écrire : un budget qui augmente « heureusement », ni « les allemands ont vite compris ». Vous n’ignorez pas cette histoire, à votre âge 🙂 Voilà, c’est dit.
            Décidément je n’aime pas le fil de ce billet d’annonce militaire.

            7
            1. C’est bien parce que je ne l’ignore pas que je sais ce que coûte se voiler la face .

              Mais ça ne me dit toujours pas ce que vous faîtes , avec qui et à quel niveau .

              Ce que 45 millions d’ukrainiens n’aiment pas , eux , à l’instant , ce sont les bombes qui tombent , tuent et détruisent leur pays .

              Même la Suisse , soit disant modèle de neutralité possède 50 avions de chasse . Les Suisses sont d’ailleurs de sacrés combattants , et Hitler qui avant même d’attaquer la Pologne avait cru bon de lancer une escadrille pour les impressionner, y a laissé une dizaine d’appareils , ce qui l’a conduit à plutôt monnayer la paix pour la Suisse neutre ( qui s’est empressé de jouer cette carte jusqu’à ce que l’oncle Sam s’en mêle ) .

              4
              1. Alors vous savez comment l’armée la plus forte du monde s’est liquéfiée en cinq semaines. Comme tous ces préparatifs de plus d’un an (en fait depuis 1936), furent un fiasco.
                Vous savez que les occidentaux vendent de belles armes aux quatre coins du monde. Avec les meilleurs sentiments du monde.
                Comme vous, entre deux consultations médicales, et d’autres soucis, pas facile de faire grand chose. Je m’étonne qu’un mouvement de paix ne surgisse pas comme dans les années 60-80. Même le mouvement ouvrier institué parait tétanisé. Et vous, que faites-vous ?
                Je n’ai pas la télé, il parait que j’échappe à un matraquage persistant.
                Je lis des news sur les médias, et la lecture permet le recul. Et des sites communistes aussi (où cela discute aussi beaucoup).
                Je trouve odieux ces appels à des collectes en tous genres, organisées par nos états (la bonne conscience, c’est si bon), tandis qu’ils n’ont rien fait pour la paix en temps utile.
                En attendant, je ferraille sur ce forum pour qu’on prenne conscience des faits qu’on ne veut pas voir.

                10
                1. On vous passera Poutine au téléphone la prochaine fois qu’il est en conversation avec Macron . Vous pourrez ferrailler avec lui , ce sera plus pertinent qu’avec nous . Mon action aura au moins contribué à mettre les bonnes personnes en relation ….

                  Les ukrainiens manquent un peu de recul actuellement pour se poser des questions , hormis le recul de leurs armes .

                  PS 1: je n’avais pas entendu dire que la France organisait une « collecte » pour l’Ukraine . Par contre , au passage , j’apprécie que nous ayons pris l’initiative d’organiser internationalement un pare choc alimentaire pour aider les pays les plus exposés aux pénuries qui s’annoncent .

                  PS 2: certains se plaignent qu’il n’y ait pas de campagne avant le premier tour à venir . Moi je trouve au contraire que pour une fois l’essentiel est sur la table , et que celles et ceux qui ne le voient pas , ne sont dignes ni du premier ni du second tour .

                  4
                  1. Votre réponse me déçoit vivement.
                    Dans le premier paragraphe, vous m’isolez contre un « nous ». C’est justement la « reductio ad personam » dont on parle avec Leo Strauss.
                    On retrouve ici la tendance au clivage des bons et des méchants, qu’on a aussi vécue depuis deux ans. Tu quoque, filii ?
                    Il faudra y revenir : dans les épreuves, les opinions régressent d’abord dans le simplisme. Cela rappelle le revirement nationaliste de 1914.
                    Or je constate que je ne suis pas tout seul à vouloir questionner la politique de l’Otan autant que celle de Poutine, débrouiller les enchaînements de l’histoire, en tirer des leçons. Cela n’est pas nier les responsabilités évidentes. Mais c’est vouloir aller plus loin. Ce « nous » dont vous parlez est suspect.

                    Je sais que les Ukrainiens sont, dans de larges portions du territoire, dans des caves. Je peux me le représenter. (Dans ce que je fais, j’ai oublié de dire que je finalise mon enquête sur l’implication d’un village isérois dans la résistance du Vercors — ils avaient notamment caché de nombreux réfugiés juifs grenoblois, malgré l’occupation allemande). Cela ne m’oblige pas à me taire, me terrer, refuser de penser.
                    J’avais lu sur la survie des allemands en fin de guerre 45, dans les caves. Puis j’ai lu ailleurs que les « tapis de bombes » anglaises sur les villes allemandes dans ce but de terreur s’est avéré contre-productif. On doit toujours s’instruire.
                    Je sais au moins que des directives ont été données aux communes françaises pour récolter des dons (et il y a des opérations inter-communales). Davantage, je ne sais. Ici en Belgique, l’organisme 12.12 qui a un appui de l’Etat a déjà récolté 2 milliards. Des tas d’autres font aussi leur appel (Médecins sans frontières, notamment).
                    Mon problème est que ces collectes humanitaires utiles se combinent avec une propagande médiatique de guerre et noient la réflexion civique dans « la bonne conscience ». Au lieu de s’instruire.
                    N’est-ce pas le rôle de ce forum ?
                    Pour votre élection, j’estime que ne pas aborder l’injustice sociale est une faute. Et pour le bilan des années Macron, et pour aborder la « planification climatique ».
                    Il est vrai que les sondages donnent 75 % des voix à droite, 25 % à gauche… Triste état de l’opinion… où beaucoup de travailleurs sont passé à l’invective simpliste d’extrême droite (c’est le cas chez nous principalement dans la région plus riche, la Flandre).

                    9
                    1. L’UNICEF qui a lancé ( y compris via de grands placards publicitaires dans nos villes ) une vraie collecte pour l’aider à prendre en charge les millions d’enfants ukrainiens exilés ou déplacés , ferait donc de la propagandé de guerre .

                      L’injustice sociale à l’aune d’un pays c’est l’affaire d’un gouvernement , du parlement et des acteurs sociaux . Très très très peu d’un forum .

                      La possibilité d’une justice sociale améliorée et pérenne , c’est l’affaire d’un système économique et de géopolitique mondiale et donc d’un président de la République capable de situer l’ambition et l’aptitude de son pays à participer à cette élaboration du monde sur la durée de son mandat .

                      Il ne peut pas y avoir de justice sociale en France quand l’injustice est entre les peuples et les continents .

                      PS : mais je vous accorde que le système monarcho-démocratique français ( mais les français en raffolent par paresse car ils préfèrent les parlotes à plusieurs millions couplées avec la  » responsabilité » attribuée à un seul homme , que ça doit flatter ) ne facilite pas l’attribution claire à ce qui relève des choix fondamentaux qui prennent un pari étayé sur l’avenir , d’un côté , et ce qui relève de l’inévitable adaptation au présent dans un cadre négocié .

                      Dans le chambardement de l’Histoire , c’est le  » pari étayé » qui vaut . L’âge légal du départ à la retraite s’en déduit , il ne l’induit pas . ( signé un retraité à 61 ans après 40 ans et 8 mois de cotisations et qui n’avait pas envie d’en faire plus , sauf à emmerder mon employeur en étant payé à chercher comment me planquer pour ne rien faire . Alors que j’ai fait plein de choses marrantes , au delà , pendant 10 ans , comme bénévole en tous genres )

                      3
                2. Chabian,

                  Le pacifisme a ses limites.
                  Que faire quand un pays, la Russie de Poutine, depuis des années, prend le chemin du nationalisme le plus exacerbé ? Avec une idéologie bien identifiable, le Russki Mir (le monde russe) qui était connue en 2014, au moment où la Crimée était annexée par la Russie de Poutine comme en témoigne cet article :

                  https://www.lemonde.fr/international/article/2014/06/24/rousski-mir-l-ideologie-nationaliste-du-kremlin-a-l-uvre-dans-l-est-de-l-ukraine_4444137_3210.html

                  Qu’à fait alors notre Mélenchon national alors ? A-t-il dénoncé cette idéologie ?
                  Que nenni, il votait au parlement européen des résolutions pro-russes.

                  – Mélenchon refusait en 2014 toute sanctions envers la Russie et en même temps sanctionnait l’Ukraine concernant la coopération scientifique dans des domaines comme la santé.

                  Mélenchon en 2015 : « Bien sûr la Crimée est « perdue » pour l’OTAN. Bonne nouvelle. Il faut espérer que, du coup, la bande de provocateurs et d’agités qui dirigent la manœuvre va se calmer quelque temps (…) la frontière de l’est est à peu près stabilisée si l’OTAN n’en rajoute pas.  »

                  – en 2016 justifie un vote contre une résolution au parlement européen condamnant le mauvais traitement de minorités en Crimée (en particulier les Tatars) suite à l’annexion illégale de cette dernière.

                  Enfin cette déclaration de Mélenchon datant de 2015 où celui-ci espérait un effondrement de l’économie Ukrainienne, vous avez bien lu, un effondrement de l’économie ukrainienne ! Avec le couplet habituel c’est la faute aux USA si il y aura la guerre. Quel aveuglement !

                  « Tout repose donc à présent sur le sang froid de Vladimir Poutine et des dirigeants russes. Pas de guerre ! La patience, l’écroulement de l’économie ukrainienne, la désagrégation de ce pays qui a tant de mal à en être un, tout vient à point a qui sait attendre. La guerre est le pire qui puisse arriver à tout le monde en Europe et dans le monde. La guerre au milieu de sept centrales nucléaires dont la deuxième du monde, devant le sarcophage de Tchernobyl, la guerre serait un désastre dont l’Europe ne se relèverait pas avant des décennies. Les USA doivent rentrer chez eux et laisser les habitants de ce continent régler leurs problèmes. »

                  Source : » les 6 votes où l’Eurodéputé Mélenchon a défendu les intérêts du régime de Poutine »
                  Merci Médiapart pour ce travail d’orfèvre, je savais Mélenchon complaisant avec la Russie de Poutine, il apparaît finalement qu’il était carrément pro-Russie de Poutine.

                  C’est bien gentil le pacifisme, encore faut-il bien évaluer qui et quoi on a en face de soi.
                  L’Occident n’a pas été coupable d’agressivité, mais plutôt d’avoir été trop naïf concernant Poutine et son idéologie impérialiste du « monde russe » qui justifiait et préparait la guerre.

                  4
                    1. Puisque vous m’interpellez, vous aurez remarqué que la photo de l’article du Monde de 2014 montre la bénédiction à Kiev d’un bataillon (lequel ?), qui s’oppose donc aux autonomistes du Donbass… J’ai depuis le début parlé de la  » fibre nationaliste » comme fond de commerce de Poutine pour mobiliser les russes sur d’autres thèmes que la régression sociale qu’ils subissent amèrement.
                      Pour le reste, les querelles de théologiens autour des positions d’un candidat aux élections qui ne me concernent pas… J’ai constaté que JLM prend au moins la peine de justifier ses votes, qu’il manipule un peu les textes mais que les critiques font de même (d’où mon image). On est un peu loin des préoccupations des gens, là.
                      Enfin, je me méfie un peu de ces motions politiques (sans effet pratique autre que chatouiller la Commission et les Dirigeants nationaux) de la majorité au parlement européen.

                    2. Chabian,

                      Les positions de Mélenchon nous concernent tous.

                      Parce que les positions de Mélenchon ont une influence dans le débat public.

                      Parce qu’elles sont représentatives de ce que disent et écrivent beaucoup de gens qui se reconnaissent comme étant de gauche.

                      Parce qu’elles sont objectivement proches de l’extrême-droite française pro-Russe

                      Parce que en tant que courant politique qui compte elle a potentiellement une influence sur la politique étrangère française. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, mais demain ?

                      4
                    3. L’avis de Nicolas Cadiour m’importe peu. Il me semble que votre dépit l’emporte sur votre esprit d’analyse quand il s’agit des débats au parlement européen. Un peu de contextualisation ne ferait pas de mal, vous ne trouvez pas ? Je vous propose d’écouter ce podcast absolument passionnant (58mn, environ 25mn sur la Russie) :

                      Quel a été « l’aveuglement de l’Union européenne pour la géopolitique dans son rapport aux territoires et aux frontières » ? S’interroge Luuk van Middelaar. Le philosophe-historien du politique revient sur les « confrontations tumultueuses avec nos deux grands voisins, la Russie et la Turquie ».

                      https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/exercice-geopolitique-cycle-europe-14-leurope-face-aux-voisins-russe-et-turc-la-frontiere-par-luuk

  13. On avait le « point de Mike Godwin » (1990).
    Avant lui on avait la « reductio ad hitlerum » (Leo Strauss, 1951).
    Il semble que nous ayons une épidémie fort contagieuse de « reductio ad poutinum ».
    Ce qui a amené à user (abuser ?) ici de l’adjectif « poutinien » envers un autre contributeur.
    Il s’agit d’un virus qui tue la discussion.

    9
    1. @ Chabian
      Entièrement d’accord avec vous, quiconque par exemple , affirme que Poutine est coupable et moralement condamnable de cette guerre d’agression, mais dans la phrase suivante démontre que la responsabilité des causes de cette guerre ne vient pas uniquement des russes, cette personne là, moi par exemple, est considérée comme poutinienne.
      Il serait temps de revoir par exemple les « exploits » de l’Otan depuis sa création, et ne pas considérer ceux qui critiquent son existence comme des  » poutiniens ».

      12
  14. A ceux qui sont encore dans la serie netflix avec craquito , stockez du fumier de lapin pour en faire de l’engrais ça vaudra bientot plus cher que de l’or en barre !

  15. Les auteurs du rapport notent également qu’après l’invasion de l’Ukraine, « la logique et les conditions préalables à la pression totale des autorités sur l’opposition politique et les médias sont devenues claires », qui s’est exercée tout au long de 2021 – c’est le verdict d’Alexei Navalny et la reconnaissance du FBK comme une « organisation extrémiste », la lutte contre les structures de Mikhail Khodorkovsky et avec les membres les plus actifs du Parti communiste, l’annonce de dizaines d’« agents étrangers » médiatiques. « Tous deux formaient l’opinion publique et créeraient inévitablement [avec le déclenchement de la guerre] une puissante opposition à la propagande d’État », souligne le rapport.

    Les préparatifs politiques intérieurs du conflit ont commencé en novembre 2020, selon les auteurs du rapport, lorsque, peu après une série de réunions du Conseil de sécurité, la loi sur les médias a été complétée par des dispositions permettant la reconnaissance des individus en tant qu' »agents étrangers ».

    Les mesures de contrôle de l’Internet russe et les préparatifs techniques pour son isolement du réseau mondial ont commencé encore plus tôt, au printemps 2020 – lorsque Alexander Zharov, qui, comme le notent les auteurs du rapport, « n’a pas réussi à maîtriser le Runet », a été remplacé à la tête de Roskomnadzor par Andrey Lipov. C’est sous lui que les préparatifs ont commencé pour le blocage massif des médias et des réseaux sociaux, et aussi, note le rapport, le ton de l’interaction avec les entreprises informatiques mondiales a radicalement changé – elles n’étaient plus considérées comme des partenaires.
    https://meduza.global.ssl.fastly.net/feature/2022/03/25/v-rossii-fakticheski-vvedeno-voennoe-polozhenie-ogranicheny-svoboda-slova-sobraniy-i-peredvizheniya

    1. Vous n’indiquez pas quel est ce rapport. Je suis intrigué par la phrase « … et avec les membres les plus actifs du Parti communiste, l’annonce de dizaines d’« agents étrangers » médiatiques ».
      Je suis conscient que le Parti communiste russe surfe à la fois sur le patriotisme anti-otan (donc approuvant l’intervention en Ukraine) et critique vis à vis de Poutine, ses soutiens, son parti. 7Pouvez vous en dire plus ?
      C’est important de savoir ainsi que le pouvoir russe s’attendait à une opposition populaire à la guerre et a organisé la répression.
      La Russsie capitaliste a mené des guerres en Afghanistan, en Tchétchénie et en Syrie, en ramenant de nombreux cerceuils de jeunes peu préparés à ces sales conflits.

  16. Sage précaution que de multiplier les possibilités de riposte en cas d’attaque nucléaire de la France, cela tient sans doute compte de l’éventualité de perte de l’un ou l’autre SNLE qui aurait été repéré, mais ce n’est pas ce seul aspect qu’il convient de prendre en compte.
    Ces SNLE sont tapis au fonds des mers, immobiles et ne recevant de communications codées que par le système d’ondes de très faible fréquence (ondes ultra longues), seules capables de pénétrer sous l’eau, cette procédure de transmission prend du temps ; par analogie, il suffit de se souvenir du temps de transmission d’une image avec un modem téléphonique à 14kHz…
    Les émetteurs de ces ondes ultra longues sont impérativement implantés à l’écart d’agglomérations, en hauteur et sur un sol à faible conductivité électrique pour éviter l’absorption des ondes par le sol, ce qui diminuerait la puissance du signal transmis. Bref, sans divulguer les endroits d’implantation, un ennemi éventuel peut recueillir les données géologiques de la France et avec ses satellites, explorer ces endroits propices…
    L’ennemi potentiel pourra donc, grâce à ses missiles ultra véloce, ‘effacer’ les antennes dans un premier temps et ainsi éviter la transmission des données de riposte. Toutefois, les SNLE sont aussi, bien heureusement, dotés de bouées qu’ils peuvent faire émerger afin de communiquer par satellites avec le risque inhérent de se voir repéré.
    L’on comprend donc bien qu’une riposte rapide à une première frappe comporte quelques aléas potentiels.

  17.  » Résistance féministe contre la guerre en Ukraine »

     » Un manifeste féministe qui remet les choses à l’endroit face à l’insupportable guerre en Ukraine : ne pas ajouter plus d’armes, ne pas remilitariser l’Europe, ne pas développer les récits sécuritaires et autoritaristes! Mais effacer la dette Ukrainienne et rejeter les réformes néolibérales… »

     » Nous exigeons une voie diplomatique radicale pour réorienter cette situation et la rupture de la spirale militariste ouverte par la Russie et soutenue par l’OTAN. Nous demandons l’annulation immédiate de la dette extérieure de l’Ukraine de 125 milliards de dollars comme mesure concrète de soutien au peuple ukrainien et nous dénonçons les réformes et les conditionnalités imposées par le FMI ces dernières années.  »

    Club Mediapart :
    https://blogs.mediapart.fr/jules-falquet/blog/230322/resistance-feministe-contre-la-guerre-en-ukraine

    7
    1. Il faut aussi entendre la voix d’une autre féministe, bien connue en tant que figure de proue des Femen, un mouvement qui, faut-il le rappeler, est apparu en Ukraine. Inna Shechenko est originaire de Kherson, une ville durement touchée par l’invasion de l’armée de Poutine. . Elle n’appelle pas à désarmer, mais au contraire, elle appelle à résister et à en faire plus pour l’Ukraine :

      https://www.terrafemina.com/article/ukraine-inna-shevchenko-alerte-sur-les-civils-cibles-par-la-russie_a362811/1

      https://www.bfmtv.com/international/asie/russie/ce-n-est-pas-assez-inna-shevchenko-appelle-les-dirigeants-occidentaux-a-plus-de-fermete-contre-moscou_AN-202203140350.html

      2
      1. @ Pierre – Yves Dambrine

        Relisez mieux la Tribune :  » (…) annulation immédiate de la dette extérieure de l’Ukraine de 125 milliards de dollars comme mesure concrète de soutien au peuple ukrainien.  »

        C’est un préalable intéressant, non ?

        Un moyen de contracter d’autres dettes pour acheter des armes…

        Il faudrait penser déjà à dire au peuple Ukrainien que les futures dettes n’auront pas à être payées. Ce serait un autre signal de solidarité et une ouverture sur l’avenir.

        1
        1. Et oui mais qui détient la dette partout ?

          Des oligarques, des milliardaires, des millionnaires partout, clairement, et aussi et surtout des fonds de pension des énormes classes moyennes et supérieures mondiale, des retraités US, Allemands, d’un peu partout dans le monde. Puis aussi par exemple les Etats, Le Japon l’Allemagne ou la Chine par exemple ! Ils sont les 3 plus grands créancier du Monde.

          https://www.imf.org/fr/News/Articles/2021/12/15/blog-global-debt-reaches-a-record-226-trillion

          Les US sont eux les plus gros débiteurs du Monde (c’est pour ça qu’ils ont la plus grande armée du Monde d’ailleurs).

          Annuler toutes les dettes ça pourrait être vachement marrant en fait. 😀

    2. @Hervé « annulation immédiate de la dette extérieure de l’Ukraine de 125 milliards de dollars comme mesure concrète de soutien au peuple ukrainien.  »
      C’est un appel déguisé à continuer le conflit en finançant à cette hauteur les dépenses d’armement de l’Ukraine et peut être à prolonger ainsi l’inconfort des populations à long terme.
      Une partie de cette dette est peut être aussi détenue par la Russie ?
      Viendra ensuite un appel à l’Union Européenne pour financer la reconstruction.

  18. Nous savons tous qu’une bête blessée acculée dans un coin est dangereuse. Quand elle voit sa fin venir, elle est encore plus particulièrement dangereuse.

    La crise actuelle dépasse de loin la simple guerre en Ukraine. Cette dernière en est simplement l’aspect le plus violent avec toutes les destructions et les peines qu’elle génère.
    Il y a clairement une composante où les USA cherchent à conserver leur hégémonie. Assise depuis la 2de guerre mondiale et maintenue depuis par de nombreuses guerres, chaudes ou économique, cette dernière est de plus en plus en péril.
    De nombreux pays du monde semblent de plus en plus prendre leur distances avec « l’Occident ». Ce dernier se réduit aujourd’hui à lAmérique du nord, l’Europe Occidentale, l’Australie et le Japon. C’est loin d’être la majorité des pays et des peuples sur notre planète.

    Alors je me demande qui se trouve le plus acculé ou isolé aujourd’hui.
    La Russie ?
    Les USA ?
    Ceci déterminera celui qui escaladera la violence, ainsi que la suite des événements.
    La morale, les jugements et la propagande n’auront aucune influence par rapport à ceci.

    2
    1. « De nombreux pays du monde semblent de plus en plus prendre leur distances avec « l’Occident ». Ce dernier se réduit aujourd’hui à lAmérique du nord, l’Europe Occidentale, l’Australie et le Japon.  »

      Euh de tout temps comme dirait l’autre depuis 1945 surtout « l’Occident » s’est toujours résumé à ça.

      C’est pas le sujet pour l’instant, mais bien entendu que les USA représentent le plus grand danger pour la paix à cause de leur mode de vie, qu’ils ne semblent pas prêt à négocier en fait. On (en Europe de l’Ouest) suit juste derrière, même avec nos « pauvres » à nous. Et ils ont encore les moyens militaires de leurs ambitions autrement que Vlad le Terrible.

      1
  19. La lecture de ce fil, en particulier les messages de Chabien et de la Chine qui met les USA devant ses contradictions, devraient conduire toutes les nations à entreprendre des actions de « Vérité et réconciliation » en prenant exemple sur l’Afrique du Sud.
    Pour que la réciprocité positive soit plus efficace, elle doit inclure le passé comme preuve de sincérité.

    2
  20. @Yannick
    « Ceci déterminera celui qui escaladera la violence, ainsi que la suite des événements. » ah bon parce que pour vous la guerre en Ukraine n’est pas suffisamment violente ?

    1. Mais…
      Malheureusement, aussi terrible soit-elle, la guerre en Ukraine n’est pas encore le pire dont nous ayons pu être les témoins ces dernières années, ni ce qui pourrait aller au delà.
      Millions de mort 14-18
      Tragédie des Arméniens
      Massacres de Nankin
      Dizaines de millions de mort 39-45 se finissant en apothéose nucléaire
      Ruanda, puis long conflit autour des grands lacs
      Cambodge
      Vietnam
      Irak 1, avec son final à coup de bombes à fuel
      Irak2 donnant naissance à ISIS
      Bosnie Herségovine
      Yémen
      Liban/Beyrouth
      Palestiniens
      etc.
      Les quelques unes qui me passent par la tête, le 20eme siècle n’a pas été avare de tueries immondes, non?

      Le conflit Ukrainien peut tout à fait s’envenimer bien davantage, tant en terme de violence sur ce théatre que par son extension.

  21. Le plus abject sur ce blog: le nombre de « likes » sur des messages poutino-compatibles nourris par une haine profonde des US.
    D’où vient cette haine ?
    – Les chauvins ne pardonnent pas le sauvetage de la France par les US, c’est le complexe de Perrichon.
    – Les gauchistes ne pardonnent pas le succès du capitalisme US.
    Le mélenchon en est un spécimen complet.

    RIEN ne justifie un crime de guerre, surtout pas d’autres crimes de guerre !

    2
    1. @ Hadrien

      « RIEN ne justifie un crime de guerre, surtout pas d’autres crimes de guerre ! »

      Je suis bien d’accord avec vous Hadrien.

      Mais l’évidence est-elle une connaissance ?
      En quoi le rappel d’une évidence va t-elle changer la donne ?

      1. J’admets que c’est sans espoir mais le rappel de cette évidence s’adresse à la frange poutino – compatible de ce blog . Si un seul de ce groupe parvenait à se servir de sa cervelle, je n’aurais pas perdu mon temps.

  22. @ Khanard

    Interview d’ Edgar Morin – France Info :

     » Guerre en Ukraine, montée des idées réactionnaires, crise climatique… Le philosophe et sociologue Edgar Morin publie « Réveillons-nous », un appel aux consciences pour ne plus « subir les événements comme des somnambules ». Il redit l’urgence de « penser l’avenir », la nécessité de « s’attendre à l’inattendu pour savoir naviguer dans l’incertitude « .

    https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/guerre-en-ukraine-campagne-presidentielle-crise-climatique-le-regard-d-edgar-morin-sur-l-etat-du-monde_5044906.html

    1
  23. Joe Biden dans son discours sans prompteur venu sur le front des troupes narguer Poutine à 80 km de la frontière de l’Ukraine,
    a su invoquer le souvenir du pape Polonais « N’ayez pas peur » et a rappelé le financement de fournitures militaires apporté par le Etats-Unis dans le conflit, 600 millions de dollars avant et 1,3 milliards après et a réaffirmé ses intentions qui sont de replacer l’Europe sous dépendance des hydrocarbures américains et le remplacement de Poutine à la tête de la Russie, au non de la démocratie.

      1. @arkao Où le succès de la diplomatie prosioniste trumpienne de Jared Kushner permet au dictatures arabes de passer la cause palestinienne par profits et pertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.