16 réflexions sur « Veille effondrement #1417 … »

  1. Que ce soit les tonnes de plastique ou le dérèglement climatique, aucune solution n’est envisageable en restant dans le cadre actuel, un cadre qui est en gros pro capitalisme et pro croissance.
    Il faudra donc attendre LA prise de conscience planétaire, et celle-ci n’a strictement aucune chance d’advenir avant quelques événements majeurs qui mettraient l’avenir de l’humanité en péril.
    On en est encore très loin, on continue à organiser des compétitions de Formule 1 qui sont complétement hors sol au niveau de la consommation de gaz à effets de serre, on continue à promouvoir le tourisme à l’autre bout de la planète, à promouvoir les délocalisations pour garantir les profits et surtout à promouvoir de consommer pour faire monter le PIB.
    Bref, l’effondrement est en cours, c’est une réalité, et ceux qui osent dire qu’il faut changer de système pour le stopper sont inaudibles.
    C’est désespérant.

    6
  2. Ce qui suit n’a vraiment rien à voir avec les thèmes des vidéos partagées par nôtre hôte…?

    « Pourquoi le nouveau gouvernement du même « roi te touche dieu dieu te guérit » – fantasmant sur le fait d’avoir été réélu par un « nouveau peuple » [comme s’il avait réussit l’exploit néolibéral de changer de peuple, quand il ne vote pas comme les « élites » le veulent ?] – prétend répondre favorablement à « l’urgence » qui est pour lui de « sauver » le « pouvoir d’achat », alors que les « urgences sociales, « sociétales » et climatiques, écologiques… intimement intriquées, devraient être « une et indivisible » dans leurs résolutions prioritaires… ?

    Partant du fait que ce « nouveau Jupiter » pari – du genre pile il gagne face les écolos, gauches perdent… – sur une campagne électorale pour les législatives, aussi courte et technocratique, « conjoncturelle », qu’à pu être l’absentéisme/abstentionnisme (du bilan social, « sociétal », objectif du quinquennat) de sa campagne électorale pour les présidentielles, soit spécule à réussir d’illusionner suffisamment « l’opinion publique » (cette pute qui prend par la main, le juge individualiste de la peur d’avoir peur de perdre son « pouvoir d’achat ») sans plus d’argument politique de gauche, écologiste… convainquant… que ce qu’un « cabinet de conseil » est en capacité de produire et vendre… pour obtenir a peu près les même résultats que lors du dernier mandat (abstentions massives aux dernières législatives)… la com’ de ce nouveau gouvernement intègre au logiciel de sa « novlangue » le risque que la NUPES obtienne de quoi s’approcher de la majorité parlementaire…

    Il faut à la macronie, pour réussir son pari spéculatif de motiver un abstentionnisme de gauche, écologiste… maximum… tenter de neutraliser les affects de leurs « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce », à la seule DICTATURE des émotions sondées, capable de réconcilier leurs doutes, incertitudes, indécisions, avec le « ras le bol fiscal », « poujadisme » soit disant « universaliste »…

    Usant des vieilles ficelles d’une droite royaliste (souverainiste), ayant toujours été « utiles » pour discréditer dans un débat politique, le développement long d’argumentaire étayé consistant à déconstruire la fausseté d’une « simplification » trop hâtive, naïve, erronée, dirigée, orientée, malhonnête, de la complexité de la réalité (les Le-Pénistes n’ont-ils pas même menacé de porter plainte pour diffamation, contre quiconque des journalistes les accuseraient d’être d’extrême droite – arme de dissuasion massive quoi ?)… abusant même donc du principe prétendant que « ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement », la com’ macronienne cherche à réduire la complexité des solutions à apporter aux urgences sociales, « sociétales », climatique, écologiques… par un « Je vous ai compris »… et « sauverais » en urgence votre « pouvoir d’achat ».

    Les grenouilles sont rassurées de pouvoir continuer à barboter dans un chaudron lentement poté à ébullition.

    Comme sont segmentés à la tâche, le travail (« ubérisé, ordinissisé » défiscalisée, désocialisé) les savoirs faire des services publics privatisés/digitalisés/dématérialisés…, et les emplois qui se précarisent et paupérisent de plus en plus suivant les « crises » géopolitiques des guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » (crises sanitaires gérées de façon néolibérales, guerre entre Ukraine et Russie…) quand il ne peuvent pas disparaître tout de suite derrière leur « GRAND REMPLACEMENT » (par des robots, automatismes industrialisés, logiciels, caisses automatiques de supermarchés, THF, et autres « ubérisation » de service de taxi, etc…) les intentions néolibérales de ce gouvernement, cherchent à fragmenter et dissocier les liens intriqués (les unissant à un tout « un et indivisible » au niveau républicain) de toutes les urgences en question, en une réponse simple… : pour continuer de consommer, « l’homme providentiel » doit « sauver » votre « pouvoir d’achat » après avoir « sauvé vos vies »…

    L’écologisme politique et une partie de la gauche – ce qu’il reste du moins – défendant toujours les valeurs de « l’État providence », de « l’économie politique », au contraire des idéologies d’extrême droite/droite extrême ayant toujours eu une « préférence nationaliste » pour « l’Homme providentiel »… pour la gestion en flux tendue de la politique économique, monétaire, etc… surtout en cas de « crise » ou la confusion entre « envie et besoin » d’autoritarisme, de verticalité du pouvoir, a toujours été plus vendeuse dans les médias mainstream de par l’aspect « séduisant » d’une narration simpliste du « roman politique national/local » pour les nuls..les… que de développer l’émancipation du droit de savoir de la citoyenneté, afin de respecter son besoin croissant de neutralité et d’impartialité du quatrième pouvoir démocratique, de son contre-pouvoir se devant de rester objectif pour respecter le pluralisme démocratique des idées politiques… ces écologistes, gauches, loin d’être seulement réduites à des « khmers verts » « islamo-gauchistes »… n’ont eu et n’ont de cesse de dénoncer le consumérisme (pour un modèle de croissance comme celui de la France, c’est trois planètes par an qui ne suffisent plus quand dès le mois de mai, ce modèle a dépassé/consumé les capacité de régénération du vivant, des écosystèmes) à l’origine des zones de zoonoses, à l’origine d’émergences de pandémies… et de « crises de réfugié.e.s »…

    Les liens intrinsèques liant intiment et de façon indissociable les urgences sociales, « sociétales » (refus d’accueil des réfugiés… sauf s’ils sont Ukrainien.e.s… mais surtout pas s’ils sont Yéménites, africains… s’il y a des soupçons d’une « cinquième colonne » de leurs cultures, cultes, etc, implantée en France, aux USA…) climatiques, écologiques (risque de perdre la diversité de la biodiversité : ce modèle de croissance française confinant ses « exportations négatives » productivistes de pesticides, d’industries agroalimentaires intensives, de recyclages des déchets toxiques, vers les pays pauvres, n’en voulant plus…), mais surtout les solutions pour y remédier, ne peuvent être simplifiées en promettant seulement de « sauver » le « pouvoir d’achat »…

    Pire encore, quand sous prétexte de « sauver » celui « pouvoir d’achat » des plus pauvres, précaires, discriminé.e.s de façon systémique (impunité systémique des discriminations à l’embauche, à l’accès aux logements, commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites » par une partie croissante du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat » votant à plus de 50 % pour l’extrême droite/droite extrême), derrière les inégalités territoriales, scolaires, de « destin » (est-ce une « inégalité de chance » que d’être victime de la non redistribution du disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » ? ou est-ce une inégalité institutionnalisée, dédramatisées, dédiabolisées quand elles s’appuie sur des préjugés infondés soupçonnant l’assistant d’être un « cancer de la société », les chômeurs-euses d’être des fraudeurs-euses…?), la promesse d’une « réforme structurelle » de la redistribution des dépenses sociales (dont plus d’1,5 millions de citoyennetés ne bénéficient pas : NON RECOURS), veut vendre la solution « miraculeuse » de la centralisation/fusion du partage des richesses communes incarnée par les prestations familiales, chômage, logement, etc, en une forme « d’authentification » à la source de l’aspect « identitaire » des ayants-droits en contrepartie d’un « travail gratuit , d’un « bénévolat contraint » équivalent à 20 heures/semaines…

    Ainsi fait, c’est la notion même de la gestion politique, démocratique, nationale comme locale… du partage et de la redistribution des richesses communes, qui disparaît au profit d’une digitalisation/numérisation/privatisation accrue de la rentabilisation d’un système de gestion néolibérale des dépenses sociales, loin de se soucier de la sobriété énergétique, en consommation en matières premières, terres arables, minerais rares, se raréfiant, de plus en plus pollués derrière la « compétitivité » de la croissance démographique des modèles croissances des pays.

    A contrario, le « pouvoir d’achat » des propriétaires privés de plus en plus assistés sans contreparties, d’actions, d’entreprises, de salaires variables, stock-options, retraites chapeaux/dorées (de hauts fonctionnaires publics, pantoufliers, de clientélistes, carriéristes, corrompus… adeptes des secrets d’affaires/défenses/sanitaires, de conflits d’intérêts et autres cumules de mandats…), de retraites par capitalisation, d’assurances vies… assistés (à coup « d’immorale optimisation fiscale » de flat tax, de baisses des impôts de production, sur société, de suppression partiel de l’ISF, des cotisations sociales patronales…) pour continuer de façon dérégulée, déréglementée de spéculer sur la gestion des stocks gérés en flux tenus (et leurs risques de pénuries, problèmes d’approvisionnements stockages…) et les prix inflationnistes des biens de premières nécessités sanitaires (gants, blouses, masques, « vaccins… » respirateurs, médicaments, oxygène de réa, réactifs de tests, capteurs de co², purificateurs d’air…), des hydrocarbures (gaz, carburants, et autres matières produisant de l’électricité) des biens communs de subsistances, essentiels à l’existence (denrées alimentaires, hygiéniques, loyers…), assistés aussi à faire socialiser leurs pertes casinos, dettes privées pourries et à privatiser leurs profits faits sur les crises (sanitaires, climatiques – sécheresses, inondations/reconstruction, etc) les « bas instincts » de ces « pouvoirs d’achats » là, comprennent très bien l’urgence qu’il y a, a trouver du réconfort dans les promesses macroniennes d’y répondre (à leur « pouvoir d’achat » donc) prioritairement, plus que favorablement… »

    En bonus, voici une publication du 21 mai de cette année.

    « Qui va à la pêche, perd sa place…?

    De quelle pêche traditionnelle (à la canne au bout de laquelle une carotte est accrochée ? ou au bâton… ?) est-il question de causer dans pareil médias mainstream, par rapport à un sujet aussi complexe que de régler les problèmes de la pauvreté et précarité…?

    Est-ce qu’il ne serait pas question, pour la « représentativité » de la « Renaissance »… de faire faire « l’apprentissage » de la nouvelle pêche (dit autrefois : clientélisme électoraliste) à la jeunesse, alors que l’échéance des législatives, profile un taux d’abstention risquant de battre tous les records, et donc un nombre de pêcheur à la ligne, des dimanches électoraux, impressionnant…?

    Et si la « canne à pêche » n’attrape rien dans les eaux troubles des « NON RECOURS » (dit aussi « inégalités de destin », scolaires, territoriales… d’accès sans « discriminations systémiques » [soit sans brutalité physique, psychologiques… commises lors de contrôles aux faciès », « manifestations interdites » par une partie croissante du personnel du « monopole de la légitime violence de l’État » votant à plus de 50 % pour l’extrême droite] discriminations à l’embauche même en apprentissage, aux logements, à des cursus de hautes études – ou la reproduction de classe, l’endogamie règnent – NON RECOURS au soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », à la justice en cas de radiation illégales…) c’est quoi en dernier recours : le permis de chasse pour constituer des milices privées en lutte contre les « fraudes sociales », les « réfugié.e.s… », dans les zones rurales, périurbaines… « en même temps » qu’en cas de refus catégorique de chasser… pour raisons écologiques… « l’État » et les politiciens/institutionnels… pourront toujours reprocher aux victimes des NON RECOURS, de ne pas savoir se servir d’une canne, d’un fusil…?

    Le diction en question prétendant qu’au lieu de nourrir un pauvre en lui donnant un poisson, apprends lui à pécher… au pays des mangeurs de cuisses de grenouilles, ça donne quoi…?

    Au sens propre, pour ainsi dire, au vu du niveau de pollution et raréfaction/disparition de la faune/flore survivant dans les cours d’eaux asphyxiés, aussi empoisonnés que les pizzas… de certaines « marques », de plus en plus enfouis dans des canalisations pour artificialiser les sols, ou retenus par des infrastructures agricoles privatisant ce bien commun essentiel… de subsistance écosystémique… ou encore par rapport au niveau des océans ou se concurrencent en toute déloyauté avec les pêcheurs locaux… les flottes sans pavillons des industriels de la mal bouffe… et ou un 7ième continent de plastique opère un « Grand Remplacement »… t’auras beau donner une ou plusieurs cannes à pêche aux plus pauvres… ils ne mangeront pas plus pour autant à leur faim… Peu d’espèces comestibles survivent dans la vase, dans des marécages infestés (Pour connait un peu l’Histoire des Landes de Gascogne avant qu’y soit cultivé le plus grand massif forestier d’Europe… se rappellera comment les « autochtones » étaient caricaturés aussi péjorativement que les peuplades des colonies africaines).

    Et au sens figuré… au vu de ce qui ruisselle en amont, est détourné comme argent public (« théorie du ruissellement » néolibéral) et se concentre dans les tuyaux surdimensionnés et immoralement optimisés des propriétaires privés d’entreprises (CICE, droit à l’erreur fiscale, baisses des impôts de production, sur société…) d’actions (flat taxe, suppression partielle de l’ISF, etc) de salaires variables, stocks-options, retraites chapeaux/dorées, par capitalisation, assurances vies… les plus ASSISTES SANS CONTREPARTIES… qui s’étonne qu’il ne reste rien à pêcher en aval pour celles et ceux en bas de l’échelle sociale, « sociétal » ou en début de carrière/apprentissage, quand des politiques soit disant de « Gauche » prétendent en cœur avec l’extrême droite/droite extrême… que « l’État ne peut pas tout » – même pas augmenter le débit des dépenses sociales quand de plus en plus de pauvres, précaires, qu’ils soupçonnent de « frauder »… en ont besoin avec l’explosion de « l’inflation/la stagflation » sur les dépenses contraintes… ?

    Cet « État… » – « … de droit »…? – n’est même pas capable de reconnaître le détournement institutionnalisé de fonds publics qu’il a mis en place avec la réforme du RMI (devenu RSAs), l’austérité, les « réformes structurelles néolibérales » des droits du code du travail, des protections sociales, de la fonction et des services publics… détournement faisant faire plus de 5 milliards d’euros, PAR ANNÉES… « d’économies »…. à la non redistribution et au non partage des richesses des dépenses sociales… avec des ayants-droits… quand il invite les « temps de cerveaux disponibles » de grenouilles (disponibles qu’à vouer un « culte féroce » à la seule DICTATURE des émotions » sondées, capable de réconcilier leurs doutes, incertitudes, avec le « ras le bol fiscal », « poujadisme ») à continuer de barboter (consumer comme si de rien était plus de trois planètes par an, pour le modèle de croissance Français… avec la spéculation faite sur la gestion en flux tendus et les prix inflationnistes de biens de premières nécessités sanitaires – « Vaccins… » etc – sur les denrées alimentaires, les hydrocarbures, la production énergétique, « l’armement patriotique »…) à croître et se multiplier (comme les « petits pains » ?) dans un chaudron lentement porté à ébullition (dérèglement climatique perte de la biodiversité, intensification des guerres commerciales, monétaires, de civilisations)…

    Cet « État » souffrant de plus en plus d’être réellement « représentatif » politiquement, de la société civile dans toute sa complexité (abstention…), souffrance… diversité… se soucie plus de donner toujours plus de droits aux « présumés innocents » « talents » de propriétaires privés assistés sans contreparties de « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée, déshumanisée du travail et des savoirs segmentés à la tâche (y compris dans la fonction publique privatisée, dématérialisée… comme la réforme structurelle de la redistribution des minimas sociaux, le promet) qu’il se soucie de moins en moins de remplir de manière efficiente son devoir de porter assistance aux plus paupérisé.e.s des travailleurs-euses… aux réfugié.e.s climatiques… qu’il refoule (sauf pour celles-ceux de Tunisie, qui feraient bien dans la restauration manquant de « main d’œuvre » – « bon marché ») … travailleurs-euses qui malgré qu’ils-elles occupent des emplois toujours plus précaires – à plus de 80% en CDD très courtes durées, temps partiel contraint… – quand ils ne peuvent pas encore être remplaçables par des caisses automatiques de supermarchés, guichets automatisés de gare… robots industriels, le Trading Haute Fréquence… l’IA… restent de plus en plus présumés coupables…

    « – Ce gouvernement a énormément fait pour la précarité des jeunes
    – Quoi ?
    – Canne à pêche….. »

    https://www.facebook.com/dominique.jamnet/videos/566568694879369« 

  3. LE TEMPS DU PLASTIQUE
    (Léo Ferré – 1956)

    « Si l’on mettait le temps du plastique
    « En musique sique sique
    « On y perdrait son temps de temps en temps
    « En y gagnant des sous et des bijoux des bijoux en plastique
    « Bien plus économiques miques miques
    « Et bien plus int’ressants que les diamants
    « Que l’on pend que l’on pend au cou des gens
    « Car le temps du plastique
    « C’est bien plus fantastique tique tique
    « On y voit le Printemps passer
    « Son temps à fair’ des à fair’ des fleurs en papier

    « ……

    Aujourd’hui c’est le continent de plastique qui fait notre temps !

  4. Bonjour, j’étais client de « Lampiris » jusqu’à ce que ce modeste fournisseur belge d’électricité verte soit racheté par Total Energies . Sur le coup, je fus outré, moi qui croyais que mon choix était le bon. Il le fut sans doute jusqu’à ce rachat… Le marketing greenwashing de Total Energies fit que je restai client chez eux…mais, n’étant pas béni oui oui de nature, je compensai quand même en achetant quelques parts dans une société coopérative éolienne en Belgique. A mon niveau, je pouvais encore faire un geste pour la planète, en me chauffant au bois (en privilégiant un poële à bois à très haut rendement, et en utilisant de préférence des branches d’arbres restant après évacuation des futs (grumes) vendus à des marchands. J’apprends maintenant que Total Energies construit une bombe climatique en construisant un oéloduc en Tanzanie et en Ouganda… C’est à désespérer. Et je suis donateur chez Greenpeace qui s’oppose évidemment à ce genre de projet mortifère. Je me demande donc ce que moi, citoyen d’un pays démocratique peut encore faire pour combattre ce genre de comportement alors qu’apparemment mon pays ne semble pas s’y opposer, ou je me trompe??

    1. @Christian Brasseur A moins que DAECH ou l’état Islamique ne s’en charge :
      https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/politique-africaine/le-pdg-du-groupe-francais-total-qui-opere-au-mozambique-evoque-le-risque-d-implantation-d-une-enclave-de-daech_4126237.html
      Un autre projet sans doute ?

      Avec les pressions insistantes des sanctions occidentales pour écarter l’usage d’hydrocarbures russes le besoin de telles ressources en afrique ne peut qu’en être plus opportun.

      Comme les contacts US au Venezuela …

  5. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421522001756?via%3Dihub#!

    Les auteurs de l’étude ont identifié 425 gros projets d’extraction de combustibles fossiles (pétrole, charbon, gaz) qui sont déjà en cours de production ou en genèse : 195 projets pétroliers et 230 mines de charbon, dont les trois quarts sont concentrés dans 10 pays : la Chine, la Russie, les Etats-Unis, l’Australie, l’Inde, le Canada, l’Irak, le Qatar, l’Iran et l’Arabie Saoudite. Si toutes ces énergies fossiles sont brulées, nous dépassons très largement les objectifs des accords de Paris (x 2).

    40 pour cent de ces projets n’ont pas démarré.

    L’étude réfléchit à comment désamorcer ces bombes climatiques et au rôle que pourraient jouer les mouvements sociaux pour bloquer les pipelines par exemple – mais la plupart de ces projets se situent dans des pays où il n’y a pas de mouvements sociaux (!)

    D’autre part l’étude parle de « l’enchevêtrement du carbone » décrivant les liens qu’il y a avec la finance et le fait que ces projets deviennent rentables avec la hausse du prix de l’énergie. Les actifs de ces mines sont intimement liés aux fonds des gouvernements. Si ces pays désinvestissent, cela leur pose des problèmes de financement de l’état.

    Ils plaident pour un traité de non-prolifération des combustibles fossiles.

    En attendant Christian continuez à couper l’eau du lavabo quand vous vous brossez les dents…

    1. @Charles Le paradoxe c’est que le conflit en Ukraine augmente le prix de l’énergie et accroit l’extraction de ses gisements plus marginalement rentables (causalité ?), alors qu’une bonne guerre dont il pourrait être les prémices concernant Russie Etats-Unis pourrait y désorganiser l’extraction et ralentir les projets démarrés !

    2. Charles,

      Vous parlez des accords de Paris, mais en tant que citoyen, citez-moi un seul pays qui en tient compte. Dites-moi maintenant en tant qu’être humain, si j »ai tort de diminuer mon empreinte écologique? Tôt ou tard, nous serons contraints de le faire, ne vaut-il pas plus tôt que trop tard?

        1. Il ne s’agit pas de couper l’eau lorsque vous vos brossez les dents. Mais de savoir que lorsque vous tirez la chasse d’une toilette, vous utilisez dans 99% des cas, de l’eau potable dans laquelle vous avez déféqué. Tout un symbole de ce que nous sommes capables de faire.

  6. Bonjour à tous,

    Je ne vais pas revenir ici sur tout ce que j’ai déjà dit et écrit depuis plus d’une décennie…

    Je vais me contenter de lister sept points clés pour mémoire sous ces vidéos relayées par Paul :

    1- L’accord de Paris est mort-né dès le lendemain de la COP21 ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://www.pauljorion.com/blog/2015/12/16/cop21-un-petit-coup-de-marteau-pour-lhomme-un-grand-coup-de-masse-sur-lhumanite-des-lobbies-en-liesse-la-grande-parade-des-ong-est-terminee-par-philippe-soubeyrand/

    2- L’initiative des colibris est mort-née face à l’action des lobbies, quelle qu’elle soit, y compris celle des lobbies verts, et ceci notamment en l’absence de mot d’ordre étendu à l’échelle planétaire ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://play.dogmazic.net/artists.php?action=show&artist=6870

    3- Ce n’est pas le GIEC qui a tiré le premier la sonnette d’alarme quant à la situation inextricable dans laquelle nous nous trouvons, et c’est encore moins le GIEC qui a dit le premier ce que nous devions faire pour sortir de cette impasse ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://www.pauljorion.com/blog/2016/11/24/du-crepuscule-a-la-nuit-de-medicis-de-lelection-de-donald-trump-symptome-politique-philosophique-et-psychologique-dune-crise-systemique-globale-hors-de-controle-au-symptome-climatique-par/

    4- Le dernier rapport de la NOAA paru tout récemment, fait état d’un taux de concentration en CO2 eq. (dioxyde de carbone équivalent aux quelques 207 gaz à effet de serre d’ores et déjà émis dans l’atmosphère) de 508 ppm (parties par million) ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://gml.noaa.gov/aggi/aggi.html

    5- En France, la tâche de soi-disant planification écologique vient d’être confiée à celle qui fut élevée et nourrie à l’Elf, aux Danones, ainsi qu’au Coca-Cola ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Amélie_de_Montchalin

    6- Les scientifiques fonctionnent essentiellement en vase clos, encouragés ainsi par l’immense cloisonnement de la société pyramidale qui les nourrit, et sont donc le plus souvent inaccessibles, ne répondant pratiquement jamais aux questions spontanées qui leur sont posées par tous ceux qui essaient de briser ce plafond de verre blindé ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://amp.lefigaro.fr/politique/macron-recoit-des-experts-du-climat-pour-preparer-sa-planification-ecologique-20220504

    7- La peur de l’inconnu est ce qui nous empèche de sortir de la phase de transition ; ignorer cela en mai 2022 est une énième preuve du déni collectif qui nous condamne tous :

    https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2015-7-page-5.htm

    Bonne fin de journée,

    Philippe

    1
      1. @arkao Au moins ça ne semble pas un amateur dans le domaine, dont il doit entrevoir les arrières cuisines à haut niveau et non pas un militant/agitateur/lobbyist comme Jancovici, pareillement pro-nucléaire semble-t-il.
        Il doit savoir qu’il n’a aucune chance de fournir le moindre kWh à partir d’un nouvel EPR d’ici la fin du quinquennat quelque soit la planification annoncée.
        Et que pour le prototype dont l’alter Ego en Finlande va tout juste permettre de se passer de l’apport russe, c’est encore affaire de croyance et d’espoir.

        Comme il n’y a plus beaucoup de mines en France même les ingénieurs des Mines doivent se reconvertir …
        Un profil de carrière assez politique sans exposition, analogue à E.Borne.
        Programmé pour Edf ou ces avatars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.