The Guardian – La France a-t-elle vraiment sombré en enfer ?, par Alexander Hurst

Je publie très souvent la traduction française d’articles du Guardian (des dizaines de fois), dans le Top 5 des quotidiens anglo-saxons sur le plan de la qualité. Celui-ci m’a retenu pour son indéniable dimension « poil-à-gratter ».

The Guardian, La France a-t-elle vraiment sombré en enfer ? Son discours catastrophiste est en contradiction avec les faits, le 1er mai 2023

Des mois de colère ont masqué la réalité et sapé la résistance à la politique de la nostalgie.

C’est l’aventurier français Sylvain Tesson qui l’a le mieux exprimé en écrivant : « La France est un paradis habité par des gens qui se croient en enfer ».

Les images qui nous parviennent de France depuis deux mois sont assez infernales : des amas d’ordures, parfois en feu, servent de toile de fond à de violents affrontements entre certains des groupes de protestation les plus extrémistes et la police anti-émeute en armure. Cela a suffi pour que mes parents me demandent à plusieurs reprises par FaceTime si j’avais vraiment le droit de sortir et de me promener dans mon quartier, qui jouxte un des hauts-lieux de la contestation. (Je les ai assurés à chaque reprise qu’il s’agissait simplement de la France étant la France : la nature excessive des affrontements et la réponse dédaigneuse et « arrogante » du gouvernement n’étaient que le résultat auto-réalisateur du fait que tout le monde supposait que les choses allaient se dérouler ainsi).

Bien sûr, la France n’est pas un paradis au sens littéral. Elle a connu quatre décennies de chômage structurellement élevé, une décennie perdue de stagnation des revenus après la crise financière de 2008-2009, des niveaux de confiance sociale inférieurs à ceux de ses voisins plus heureux d’Europe du Nord (aggravés par l’utilisation de l’article 49.3 par Emmanuel Macron, qui a forcé le corps législatif à choisir entre l’adoption de la réforme impopulaire des retraites et l’organisation de nouvelles élections), une population qui délaisse les villes rurales au profit des centres urbains, et une reconnaissance lente et progressive de son déclin relatif sur la scène mondiale.

Mais il existe un incroyable décalage entre ce que voient les touristes, les étrangers vivant en France, les Français vivant à l’étranger, ce que voit le Français récemment naturalisé qui vous parle, et la nature hyperbolique et catastrophiste du discours intérieur de la France sur elle-même (c’est-à-dire les Français convaincus que leur pays est en train de sombrer).

Dans ce récit, la France a été submergée par l’immigration et l’islam, ou par l’ultra-néolibéralisme, ou par l’autoritarisme (ou une combinaison de ces éléments). Cela ne correspond pas à une réalité mesurable, mais les histoires que nous nous racontons à notre propre sujet sont puissantes.

Il y a quelques semaines, j’ai réalisé un sondage auprès de mes étudiants – rien de statistiquement significatif, mais un instantané de la vision générale des étudiants de première année, brillants et politiquement conscients, de Sciences Po, l’une des universités françaises les plus prestigieuses et les plus réputées au monde. Je leur ai montré un graphique des niveaux d’inégalité dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), mais sans les noms des pays. Ils n’ont eu aucun mal à identifier la position des États-Unis sur le graphique : presque toutes les mains se sont levées pour indiquer que les États-Unis avaient le taux d’inégalité le plus élevé de toutes les démocraties riches.

En revanche, ils se sont presque tous trompés lorsqu’il s’est agi d’identifier avec précision la France sur le même graphique. Presque tous les élèves ont placé la France à quelques places derrière les États-Unis, sans hésitation dans les 25 % d’inégalité les plus élevés. En réalité, la France se situe dans la partie inférieure du tableau, juste à côté du Danemark, de la Suède, de la Finlande et de la Norvège.

En fait, le coefficient de Gini de la France, la mesure de l’inégalité dans une société, est plus bas aujourd’hui qu’il ne l’était pendant les trente glorieuses (1945 à 1975), lorsque la France d’après-guerre a repris confiance en contribuant à la création du Concorde, du TGV et, au début des années 1980, du proto-internet (le Minitel). Après tout, la France consacre un pourcentage plus élevé de son PIB à la redistribution des inégalités du marché que n’importe lequel de ses pairs riches – elle dispose même d’un système inégalé de soutien et de péréquation des revenus pour les artistes interprètes. En conséquence, l’espérance de vie y est presque la plus élevée au monde, ses travailleurs partant à la retraite en moyenne plus tôt que n’importe qui d’autre en Europe (oui, même après la réforme largement contestée), et le taux de pauvreté des personnes âgées y est le plus faible.

Le chômage, problème récurrent, est presque inférieur à 7 %, un niveau qui n’a pas été atteint depuis avant la crise financière de 2008-2009, en partie grâce à l’investissement public réalisé dans la promotion de l’apprentissage au cours des deux dernières années. Les intentions d’embauche n’ont jamais été aussi élevées depuis 20 ans et, en moins d’une décennie, la France est passée du statut de grande absente dans le monde des startups à celui de championne continentale de l’investissement dans les startups.

Lorsque l’on ajuste les performances économiques en fonction de l’empreinte climatique (ce que nous devrions faire pour chaque pays), la France devance tous ses pairs. Alors que les États-Unis génèrent 0,28 tonne de gaz à effet de serre pour produire 1.000 dollars de PIB, la France fait de même avec seulement 0,14 tonne d’émissions. Les émissions françaises par habitant sont les plus faibles de tous les grands pays riches et n’ont cessé de diminuer – moins 25 % depuis 2005 – alors que depuis 1990, la surface forestière totale de la France a augmenté de 7 %.

Au niveau européen – celui qui compte réellement lorsqu’il s’agit de la plupart des défis collectifs qui ébranlent la société – une approche française des politiques publiques prédomine : pour la première fois, l’UE a émis une dette collective et est disposée à contrer le protectionnisme des États-Unis et de la Chine en soutenant ses propres industries vertes.

Le terme « misérabilisme performatif » a été inventé pour expliquer le penchant déroutant de la France pour l’autocynisme. Il y a là quelque chose de presque louable – une sorte de solidarité, dans le sens où un optimisme sans fin peut en fait sembler vantard à ceux qui luttent ; un récit négatif est au moins un récit qui reconnaît leur douleur.

Mais la narration peut rendre la perception plus puissante que la réalité, et ce dangereusement. À l’extrême-gauche comme à l’extrême-droite, de larges pans de l’électorat français ont adhéré à une politique de la nostalgie – ironiquement, pour une époque où le pays était moins bien loti et moins égalitaire, mais plus confiant en lui-même. Ils regardent en arrière, engagés dans un débat qui a presque dépassé sa date de péremption. La crise climatique et l’IA suivent le même type de courbe de croissance exponentielle ; qui, en dessous de 35 ans, pense honnêtement que la structure de base du travail et de la retraite que nous connaissons aujourd’hui sera à peu près la même en 2060 ?

Quelle tristesse si la véritable histoire de la France – une démocratie sociale remarquablement réussie – se perdait dans le plus petit dénominateur commun des défis auxquels elle est confrontée. Mais ce qui est bien plus inquiétant, c’est qu’un débat hargneux, souvent présenté de manière biaisée dans les médias, monopolise l’attention et prive le pays de la confiance sociale nécessaire à la flexibilité, à la créativité des politiques publiques et à la résistance aux populistes qui vendent le chant des sirènes du « c’était mieux avant ».

Alexander Hurst est un écrivain basé en France et maître de conférences à Sciences Po, l’Institut d’études politiques de Paris.

Partager :

59 réponses à “The Guardian – La France a-t-elle vraiment sombré en enfer ?, par Alexander Hurst”

  1. Avatar de Ruiz
    Ruiz

    En fait la France est très riche, c’est en tout cas l’avis ou l’impression d’une majorité qui ne souhaite pas travailler pour augmenter sa richesse, comme après guerre ou les Coréens adeptes un temps de la semaine de 6 jours et de 46 h !
    Ce n’est pas que l’impression des riches, même si un professeur de sciences-po bénéficie sans doute d’un mode de rémunération déplafonné et adapté par la direction pour attirer les compétences reconnues hors des grilles par un statut privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Encore une fois, les États-Unis finissent par perdre (comme au Vietnam, en Afghanistan ou en Irak), et en ayant fait…

  2. Flûte alors, encore une pub pour un bouquin. Toutes les occasions sont bonnes, cela devient indécent.

  3. Excellente nouvelle concernant J.Assange, il a dû toutefois concéder à la justice américaine qu’il reconnaissait sa responsabilité ; ni l’un, ni…

  4. Bonjour et bonne journée, je mets en avant le 1er paragraphe de Mr J. Crahay : « Notre modèle économique…

  5. Aujourd’hui on devrait pouvoir rajouter à la liste, la santé. https://hervey-noel.com/declinaison-cqfd/

  6. lu sur le site de M. Cédric Chevalier: https://cedricchevalier.eu/personne-inspirante-n6-jacques-crahay/ hommage à M. Jacques Crahay

  7. Ah tiens! du placement de bouquin, de la pub, plus un média n’y échappe. C’est le moment d’aller au petit…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta