Où en est Trump ?

Trump va bien, merci !

CNN avait organisé hier un débat public avec l’ancien Président. L’espoir avait sans doute été qu’il cesse de mentir comme un arracheur de dents. Las ! bon sang ne peut mentir : il a persisté et il a signé. À la grande joie de ses admirateurs.

Il y a cette illusion chez les non-fascistes que l’on cesse de croire un menteur si ses mensonges sont avérés, et c’est cette illusion qui les distingue des fascistes authentiques pour qui, plus leur chef de file ment, plus il s’affranchit à leurs yeux du carcan du système, plus il confirme sa capacité à s’ériger en croisé contre le « Deep State », et tous les George Soros et autres Bill Gates de ce monde.

Les mêmes non-fascistes imagineront que la condamnation de Trump pour aggression sexuelle sur la personne de Mme Jean Carroll, et l’obligation de lui verser 5 millions de dollars en dommages-intérêts et compensations diverses, l’handicapera dans sa seconde course à la présidence des États-Unis, c’est ignorer que pour ses partisans, sa déclaration que « Quand on est une star on peut attraper une femme par la chatte – Est-ce que je suis une star ? On peut le dire en effet », ne provoque qu’un rire gras et l’espoir secret de rejoindre bientôt les rangs des stars.

Partager :

52 réponses à “Où en est Trump ?

  1. Avatar de timiota
    timiota

    A mettre en parallèle avec la mansuétude des leaders du gouvernement français concernant les menaces d’extrême droite , suivis d’actes criminels (incendie ciblé), qui ont conduit le maire de Saint Brevin à finalement démissionner, avec notamment le renvoi dos à des des « de toutes les extrêmes » par la première ministre.

    La satisfaction de « rire entre soi » constitue une forme de reconnaissance très efficace, et cette partie là de la chose est sans doute indépendante du bord politique. Les autres émotions à l’oeuvre dans le soutien à Trump ou aux extrêmes droites de même acabit m’ont semblé bien listées par Eva Illouz dans son livre « les émotions contre la démocratie »: la peur, le dégoût, le ressentiment, et l’amour de la patrie, bien entendu d’une patrie réduite à une vengeance contre des « autres » toujours faciles à trouver.

    1. Avatar de Ar c'hazh du
      Ar c’hazh du

      Concernant l’extrême gauche, je cherche toujours ce qu’elle a bien pu faire depuis l’assassinat de G. Besse en nov 86 pour nuire à la République…

      En admettant que les black blocs soient des militants d’extrême gauche (le faux drapeau restant une option crédible faute d’arrestations probantes) :
      – des feux de poubelle,
      – des destructions de distributeurs de cash,
      – des tags anti capitalistes sur les murs des banques
      – l’occupation symbolique de lieu de spéculation…

      Pour la mouvance fasciste, on en est aux incendies criminels et aux assassinats racistes (Federico Aramburu mars 2022), aux manifestations masquée au cri de « révolution » (blanche bien entendue).

      Alors, le « dos à dos » de borne a bon dos et ne démontre que sa mauvaise foi (what a scoop !).

    2. Avatar de Manuel Guérin
      Manuel Guérin

      Ceux qui qualifient la gauche d’extrême-gauche oublient que leur président a été élu grâce aux voix de la gauche face à l’extrême-droite.

      Que ce passera-t-il dans quatre ans ? Je sais que quatre ans dans la période de transition de phase que nous traversons paraissent bien long, mais supposons qu’il y ait une présidentielle et des législatives comme nous les connaissons. Qui ferait barrage à l’extrême-droite ?

      Avoir mutilé, matraqué et foulé au pied des pauvres de province n’avait pas suffit à tuer le réflexe républicain de la gauche. Avoir Mutilé, matraqué et foulé au pied la petite bourgeoisie des grandes villes, après avoir foulé au pied l’esprit de la constitution, rien ne laisse à penser que le peuple se mobilisera une quatrième fois pour sauver la « démocratie ».

      Une autre lecture aboutie à une conclusion similaire. Elle nous vient de Suisse sous la plume de Jean-François Bayart dans Le Temps. Il y démontre que nous sommes déjà dans un régime d’extrême-droite. Au regard ce qui se passe en France ces dernières années, il est bien difficile de lui donner tort. En 2017 comme en 2022 la gauche a arbitré, de fait, une élection entre deux extrêmes-droites, celle qui s’assume et celle qui ne s’assume pas.

      Ce qui m’avait convaincu de voter pour l’extrême-droite qui ne s’assume pas en 2022, c’est que je pensais que contrairement à l’autre, elle rendrait le pouvoir en cas de défaite face à la gauche en 2027. Aujourd’hui, je n’en suis plus convaincu à 100%.

      https://www.letemps.ch/opinions/va-france?utm_source=whatsapp&utm_medium=share&utm_campaign=article

      1. Avatar de Lagarde Georges
        Lagarde Georges

        « je pensais que contrairement à l’autre, elle [l’extrême-droite qui ne s’assume pas] rendrait le pouvoir en cas de défaite face à la gauche en 2027 »

        Comme elle dispose de plusieurs autres formes de pouvoir qu’elle n’est pas du tout disposée à lâcher, en cas d’échec électoral elle peut céder temporairement sans trop de risques le pouvoir politique. On appelle ça l’alternance… Évidemment, plus les antagonismes qui opposent gauche et droite sont importants moins elle est disposée à accepter cette alternance politique (comme, entres autres, Trump aux USA.)

        Jusque ici l’UE a joué pour ses pays membres un rôle d’amortisseur et a empêché les gouvernements nationaux de mettre réellement en œuvre toutes les mesures annoncées (et d’ailleurs pas forcément réellement envisagées — je pense à Berlusconi ou Meloni en Italie mais il y a d’autres exemples à droite et à gauche.)

  2. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Les personnes atteintes de la maladie l’Alzheimer utilisent aussi le rire ou/et prétexte la plaisanterie, juste après avoir fourni une réponse au pif à une question qui les met dans l’embarras, conscientes qu’elles devraient normalement en connaître la réponse.

  3. Avatar de Rafio
    Rafio

    Trump est lamentable. Mais la justice américaine ne l’est guère moins.
    Remplacez « Quand on est une star » par « Quand on a beaucoup d’argent ».
    Si la justice condamne un agresseur sexuel à verser 5 millions de dollars à sa victime, alors « quand on a beaucoup d’argent, on peut attraper une femme par la chatte ». 5 millions. CQFD.
    Rire gras et espoir secret, marques du fascisme authentique, ou simples conséquences de la primauté de l’argent sur toute autre valeur morale, culturelle ou sociale ?
    A ce titre, Hunter Biden, fils de l’actuel président, fait exactement la même démonstration.

  4. Avatar de Arnould
    Arnould

    Je n’aime pas Trump et là il a bien été rattrapé par son caractère de vieux pervers dégueulasse.

    Par contre je n’ai pas suivi le procès : pour être condamné à 5 millions de USD, il doit bien y avoir des preuves solides concernant cette aggression sexuelle, genre une goutte de sperme sur une robe soigneusement conservée non lavée ?

    1. Avatar de Arnould
      Arnould

      Parce que évidemment il va sans dire que s’il n’y a pas de preuves solides de cette aggression sexuelle, et si en plus, par hasard, le juge affiche des convictions démocrates, alors cette condamnation c’est un coup de pouce supplémentaire pour la réélection du personnage au poste de POTUS.

  5. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    Oui, malheureusement, ce personnage risque d’être réélu s’il se présente à la prochaine présidentielle, car son axe d’action affiché maintenant serait : « avec moi plus de guerre »,qui est un slogan parfaitement compréhensible pour un peuple qui ne se réjouit pas à la perspective d’une guerre mondiale. 🤨

    1. Avatar de gaston
      gaston

      Que Trump remporte la primaire côté Républicains, nous sommes bien partis pour.

      Est-ce pour autant une mauvaise nouvelle ?

      Pour le journaliste indépendant , spécialiste de la politique des USA, Théo Laubry ce n’est pas une bonne nouvelle pour le GOP, en rappelant ses échecs électoraux successifs depuis 2018. Plutôt que les questions de politique étrangère, la question du droit à l’avortement risque de faire pencher la balance.

      https://www.slate.fr/story/245975/donald-trump-parti-republicain-culte-personnalite-primaires-election-presidentielle-etats-unis-2024

  6. Avatar de konrad
    konrad

    Bonjour,

    Je vais oser dire que une partie de moi comprend ce qui peut pousser au vote d’un type comme Trump, parfaitement détestable par ailleurs.

    D’un point de vue « français », c’est « renverser la table », c’est l’exaspération d’assister à un discours politique saturé de communication, d’éléments de langage, qui n’ont pour but non seulement de nous abuser mais de conditionner notre imaginaire par un retournement des valeurs ; de voir ces mêmes politiques, de tous bords, habités par le pouvoir et ses prébendes et tenter de nous faire croire à leur engagement au service de la France.
    Stop ! Je me rend compte que la situation se dégrade et personne, dans le personnel dirigeant, ne reconnait une once de responsabilité. Ce décalage m’est insupportable, je n’entends plus leur discours et leur façon d’agir qui révèlent au grand jour leur déconnexion totale d’avec le « réel ».
    Je suis en quête d’authenticité, de simplicité et d’honnêteté, valeurs qui semblent avoir quitté le champs politique depuis longtemps.
    Je comprends ce ras le bol et cette envie de tout envoyer balader en votant pour un type qui dit des choses comme un cow boy ou un mafieux. C’est un sentiment d’impuissance qui s’exprime et un cri de colère et de désespoir qui rugit.
    Là, ce n’est pas, ou plus, la raison qui guide le choix, c’est le sentiment de désillusion, d’abandon, de non reconnaissance, et c’est ça le danger, car à force de reléguer « ceux qui ne sont rien », les « sans dents », « ceux qui fument et roulent en diésel », dans les tréfonds où ils ne sont jamais entendus ni représentés, ceux-là finissent par répondre avec le seul moyen d’expression qui leur reste : la violence.
    La loi sur les retraites en est un symptôme, pour celui « d’en bas » c’est un coup qu’il espère, s’il n’est pas encore trop désespéré ou abattu, renvoyer à qui de droit avec les intérêts de surcroit.

    1. Avatar de Ar c'hazh du
      Ar c’hazh du

      Léopold Sédar Senghor a résumé votre ressenti d’une phrase : « Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. » La colère est évidement légitime car nous avons en France le fascisme en col blanc qui se pose en contre-poison au fascisme en uniforme noir…

      Ça n’en reste pas moins du fascisme ; Darmanin l’a montré et continuera à le démontrer à chaque manif « interdite » par décision arbitraire relevant du motif le plus vicieux que je connaisse : le trouble POSSIBLE à l’ordre public (c.à.d à l’ordre bourgeois, celui qui légalise la domination des faibles par les forts).

      Tourner sa colère contre plus faible que soi, c’est faire le jeu des oppresseurs.

  7. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    « Où en est Trump ? »
    Comme chez nous l’épicerie Le Pen, sur orbite ascendante.
    Par exemple en France, les médias aux ordres et les partis néolib ont créé un « front républicain » qu’ils disent, un front anti LFI, pour eux mieux vaudrait l’épicerie Le Pen que LFI, voilà le contexte actuel, et même le Canard avec ses transfuges venus de Libé et de l’Obs, tape à coups de marteau sur cette gauche non libérale qu’est LFI.
    Tout ça sent le pâté, pour moi, Trump, Le Pen, Macron, c’est la même boutique, un pouvoir autoritaire qui ne sert que les intérêts de l’oligarchie capitaliste en employant des méthodes dignes de pays dits  » illibéraux », qui sont en fait proto-fascistes.
    Taper sur Trump c’est taper sur la France d’aujourd’hui.

    1. Avatar de Garorock
      Garorock

      Proto ou pas proto, ce que veut notre président bien aimé, c’est faire rentrer à Matignon la Tzarine de Montretout avant la fin de son mandat. Et comme elle est pas prête, le plus tôt sera le mieux. Une fois qu’elle y est, il la laisse merdoyer en lui mettant quelques batons dans les roues tout en glissant sur le devant de la scène son remplaçant pour 2027…
      Quant à Trump, il ne sera pas réélu. Il représente, pour les américains qui ne remplissent pas les trous de l’emmental avec des fake news, c’est à dire encore une majorité, celui qui ne veut pas faire cesser les tueries de leurs enfants en ne voulant pas interdire, comme le Gop, les fusils d’assaut!
      On ne vote pas pour un tueur d’enfants, même si c’est par procuration.
      A moins que ce ne soit, comme dans notre beau pays, le savoir déstructuré, pourtant encore minoritaire, qui l’emporte avec l’aide des pêcheurs à la ligne?
      Nous saurons donc bientôt si ChatGPT est utile à quelque chose. Si Trump l’emporte en 2024, c’est que la confusion aura gagné quelques cerveau supplémentaires…
      Si la gauche l’emporte ici en 2027, ce sera parce que les pêcheurs à la ligne auront compris que la gauche est du côté de la raison et de la justice pas de la colère stérile et du ressentiment malsain. Et qu’ils auront compris qu’on ne peut pas promettre ce qu’on est pas certain de pouvoir faire mais que ce qu’on va promettre on le fera parce qu’on l’aura décidé ensemble.
      Y’a du pain sur la planche!

    2. Avatar de François Corre
      François Corre

      @l’arsène
      Quand même des voix de « l’épicerie LFI » se reportent sur « l’épicerie RN » au deuxième tour des présidentielles ou des législatives, on se dit qu’une partie de l’électorat ne regarde pas les enseignes des « boutiques »… 🙂

      1. Avatar de arkao

        @François Corre
        Peut-être mesurez-vous mal la détestation envers Macron qui pousse certains électeurs à l’extrémité « tout sauf lui ». Il n’est plus là question de « boutique politique » mais de rejet viscéral résistant aux arguments de la raison.

        1. Avatar de François Corre
          François Corre

          Oui arkao, pour certains sans doute, pour d’autres je doute, j’en connais malheureusement… 😐

          1. Avatar de arkao

            @François Corre
            Oui moi aussi bien sur j’en connais mais je me méfie de cette petite musique sur les « rouges-bruns » et les extrêmes qui fatalement se rejoignent, argument facile d’une sociale-démocratie qui se drape dans une vertu hypocrite.

            1. Avatar de François Corre
              François Corre

              @arkao
              je ne pensais pas spécialement à ça mais plutôt au fait que ce sont des votes contestataires plus que réellement d’adhésion, ce n’est pas ‘la faute des autres’ si LFI/JLM n’a pas assez susciter cette adhésion, y compris chez « les pêcheurs à la ligne » comme dit Garorock… 🙂

      2. Avatar de l'arsène
        l’arsène

        @ François Corre
        Bien sûr que la Le Pen a du bénéficier de quelques voix provenant de chez LFI, personne n’est propriétaire de son électorat, tout ce que je peux dire, ce n’est pas un sondage, mais dans mon entourage proche, au second tour ce fut l’abstention pour tous.
        Et si d’autres ont mis un bulletin Le Pen, c’est plus par détestation du proto-fasciste Macron qu’une adhésion pour la proto-fasciste Le Pen.
        ( Voici les reports de voix du vote LFI, selon Public Sénat :42 % des électeurs de Jean-Luc Mélenchon se sont reportés sur le bulletin Emmanuel Macron (contre 17 % pour Marine Le Pen). Seuls 17 % ont voté blanc ou nul et 24 % se sont abstenus.)

        1. Avatar de François Corre
          François Corre

          @l’arsène
          Pour le parti de MLP, à priori y’a pas de ‘proto’.
          Admettons le 17 %, mais c’est beaucoup, beaucoup trop.

          1. Avatar de CloClo
            CloClo

            Et ceux qui se sont abstenus ont mécaniquement augmenté le risque MLP au second tour ! Quelle gauche de comédie. Bref.

          2. Avatar de l'arsène
            l’arsène

            @ François Corre
            « Admettons le 17 %, mais c’est beaucoup, beaucoup trop »
            Le problème n’est pas là, il se situe en fait au premier tour, comme toujours, des personnes qui se disent de gauche mais qui , soit s’abstiennent et mettent Le Pen sur orbite face à Macron, soit préfèrent voter pour des Roussel ou des Jadot avec in fine le même résultat.
            Et aujourd’hui, on voit ces Roussel et Jadot parader pour critiquer celui qu’ils ont fait président.
            Ce serait risible et comique si ce n’était tragique vu les conséquences.

            1. Avatar de Garorock
              Garorock

              Ben voila! Lupin a trouvé le noeud du problème: c’est le premier tour!
              Y’a qu’a recommencer le premier tour! Et tous nos soucis vont s’envoler.
              Il faut admettre qu’il y a de la « suite dans les idées » chez la secte Mélenchoniste – puisqu’il y aurait une secte transhumaniste (coucou Elun!) sur ce blog qui serait rangée le béret à la main et le petit doigt sur la couture du pantalon, derrière la grand satan Jorion et prête à le suivre dans sa soupoupe volante jusqu’aux confins du savoir déstructuré! -, suite dans les idées de leur gourou aussi d’ailleurs -est-ce un hasard- j’ai nommé Saint méluche 1er, qui a voulu le recommencer, le premier tour, en empêchant son groupe d’aller au vote sur les retraites! C’est raté. Caramba. Encore?
              c’est la faute à Cloclo?
              Et les pêcheurs à la ligne, ça t’arrives d’aller les faire chier au bord de la rivière, le dimanche, L’Arsène, pour leur expliquer qu’ils ne sont pas de gauche?
              Tu sais les pêcheurs à la ligne, ceux que ton Boudha à toi, n’a jamais vu dans les comités de soutien (démos) qu’ils avaient fermé avant d’aller chasser le faché pas facho (craignos) dans la vallée de l’emmental avec le mode d’emploi de Miss Mouffe dans la poche! Brillante perte de temps!
              Pourtant il y a mis tout son coeur. Jusqu’à souffler dans la trumpette de Trump le jour des perquisitions et d’aller jouer la victime à la télé en sautant dans le même cerceau que sarkosy. Au moins, on ne peut pas lui reprocher une certaine cohérence.
              Mais tu vas bientôt pouvoir vérifier ta thèse et ouvrir tes chacras. Un prochain premier tour se profile. A mon avis, ça va te faire un paquet de monde à engueuler. Tu vas te régaler!
              La stratégie qui consiste à gueuler contre tout le monde est forcément la bonne. Faut la garder.
              Tant pis si ça asticote un peu trop les facheux des bords de rivières qui préfèrent les miaulement des chatons comme certains préfèrent discuter avec le minou Californien qu’avec des bonobos de la planète Mars…

              1. Avatar de l'arsène
                l’arsène

                @ Garorock
                « La stratégie qui consiste à gueuler contre tout le monde est forcément la bonne. Faut la garder. »
                Non, c’est fini, basta, on a raté le coche, la Le Pen est sur orbite ( à moins d’un Ruffin ), l’oligarchie commence à se faire à cette idée comme en Italie avec Meloni et partout ailleurs en Europe, les proto-fascistes ont le vent en poupe, il faut se faire à l’idée camarade Garorock, Macron n’est qu’un prototype qui a simplement construit le cadre qui ira comme un gant à Le Pen.
                Je suis là juste pour un dernier coup de gueule de temps en temps avant de dégager mais il faut être réaliste, le combat est inégal, médias, institutions, répression, tout est déjà en place , il ne manque rien pour basculer définitivement vers le côté obscur.

            2. Avatar de CloClo
              CloClo

              « Le problème n’est pas là, il se situe en fait au premier tour, comme toujours, des personnes qui se disent de gauche mais qui , soit s’abstiennent et mettent Le Pen sur orbite face à Macron, soit préfèrent voter pour des Roussel ou des Jadot avec in fine le même résultat. »

              Le plus drôle c’est de voir à quel point tu n’as même pas conscience du degré absolument anti-démocratique et anti-pluralité de ta phrase concernant l’élection, je dirai même typiquement fasciste . N’est-ce pas que tu ne t’en rends pas compte (vaut mieux pour toi…) ?

              Dans le cas contraire, t’es en bonne voie pour « l’autocratisation » de fait et le syndrome du chef unique, du parti unique, ce qui ne m’étonnerait pas outre mesure vu la quantité de commentaire dans cette lignée que tu colles depuis des mois… C’est le problème de Jean Luc il s’adresse à des faibles d’esprits qui ne comprennent pas toujours sa propension maladive à incarner ses propres idées et en faire une exclusive dans le Monde !

  8. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Hi, hi
    Trump est en (n)où(s) !

  9. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
    Pierre-Yves Dambrine

    Oui, la classe dirigeante porte une lourde responsabilité, mais le problème n’est au fond pas là, ou pas que, il est plus profond, il concerne l’ensemble de la communauté humaine, c’est à dire la façon dont on la conçoit et la perçoit.

    Ce que vous décrivez c’est l’attitude bien connue du « tous pourris » qui empêche quiconque se trouve du coté des opprimés de pouvoir se regarder en face dans un miroir, et ainsi de pouvoir se reconnaître comme membre à part entière de la communauté humaine. Ce qui fait les affaires des démagogues et autre populistes qui font commerce politique – au sens politicien, du ressentiment et du sentiment d’exclusion.

    Que nous soyons riche ou pauvre, heureux ou malheureux, nous sommes tous membres à part entière de la communauté humaine en tant que nous y sommes, pas plus pas moins, ou bien personne ne l’est, si toutefois nous maintenons une vision humaniste. IL me semble donc que le rôle de l’intellectuel, comme tout un chacun sur ce blog l’est à sa manière, ce n’est pas de comprendre la violence, mais de l’expliquer, afin de pouvoir agir aux bons endroits pour changer une situation injuste devenue intolérable.

    Ce qui est à l’oeuvre dans cette attitude que je qualifie de nihiliste et du ressentiment c’est la négation pure et simple du politique qui signifie : « « tous pourris sauf moi ». C’est prétendre d’un point de vue intellectuel ramener dans la communauté politique celui ou ceux dont on dit qu’il(s) serai(en)t en ‘droit’ de la détruire, totalement ou en partie, ce qui est pour le moins contradictoire.

    C’est au lieu de reconstituer des liens solidaires, les distendre, jusqu’à parfois les briser à force de tirer sur la corde du ressentiment à coups de slogans et de petites phrases dont sont passés maître les apprentis sorciers de la démagogie et du fascisme.

    C’est au lieu de trouver une issue à celui qui est en proie au ressentiment devant une situation difficile réelle, l’assigner à sa position sans issue, ce d’autant qu’il n’est pas vrai que seuls les « sans dents » éprouvent ressentiment et l’envie de tout jeter par dessus bord, c’est malheureusement un sentiment qui se propage et déborde largement la sphère des moins biens lotis.

    C’est donc que le ressentiment doit être expliqué, combattu, et non pas compris au sens où l’on pourrait estimer qu’il soit le seul possible face à certaine situation. Le ressentiment enferme plus qu’il ne libère.

    Il est vrai aussi, qu’il existe des situations où quand le fascisme, le totalitarisme, la barbarie, sont déjà là, il n’y a plus alors d’autre possibilité que de détruire un système qui en lui même est nihiliste et basé tout entier sur le ressentiment.
    Mais même dans ce cas, comme on le voit par exemple en Ukraine depuis la guerre, il y a encore la possibilité de n’exercer la violence que contre une autre violence, en l’occurrence celle qui agresse mortellement, s’abstenant alors de viser les civils.
    Ce que s’efforcent de faire les Ukrainiens, et beaucoup moins les forces russes occupantes.

    1. Avatar de un lecteur
      un lecteur

      La guerre classique (on parle même pas de celle nucléaire) est une mauvaise solution pour relancer la société sur de nouvelles bases, ce sont les jeunes, la force vive, qui meurent tendis que les vieux, les détenteurs du pouvoir qui survivent pour perpétuer leur modèle de domination de la société. Les GPT & Co peuvent changer la donne. Alors jeunesse, c’est probablement la seule guerre que vous devez gagner (parole de vieux), il n’y aura pas de deuxième chance, étant donné la vitesse à laquelle évolue l’effondrement.

      1. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
        PIerre-Yves Dambrine

        En aucun cas la guerre n’est une solution, tout à fait d’accord.
        Mais quand on est agressé, pas d’autre choix que de résister à l’agresseur, si l’on ne veut pas périr, et aussi préserver l’humanité comme dignité.
        Dans cette guerre en Ukraine, l’IA est déjà utilisée sans aucun doute. Les Ukrainiens font preuve d’une ingéniosité remarquable dans l’utilisation de toutes les techniques numériques. Pendant ce temps là, Poutine ne consulte pas l’internet, dit-on, préférant se fier à ses proches conseillers, c’est à dire les membres les plus éminents de son clan mafieux. C’est aussi contre cela que se battent aussi les Ukrainiens, et nous-mêmes par procuration car le risque existe que la gangraine gagne le reste de la planète ou que les pays totalitaires deviennent hégémoniques. Et dans ce cas de l’utilisation bienfaitrice de l’IA on pourra dire adieu. Moralité, faut que cette guerre se termine au plus vite, pour passer au plus vite à des tâches plus constructives comme vous l’indiquez justement, mais encore faut-il aider ceux qui doivent être aidés.

      2. Avatar de timiota
        timiota

        En 1947, j’aurais dit « rendez vous dans 21 ans », et on ne peut pas dire que c’était le calme plat, de 1947 à 1968.
        Le sentiment d’accélération est plutôt tendanciellement excessif.
        Et donc si une guerre tue (hélas) les jeunes, le bourrelet qui suit (baby boom) fait une génération plus proche d’un point d’instabilité 20 ans plus tard (ne se sentant pas lié par les logiques de la guerre et encore moins celles d’avant). Instabilité très variable en terme de ses conséquences (on peut y mettre l’année 1938 aussi pour voir, cf. Michael Foessel). « The jury is out » pour 2045.

  10. Avatar de Laurent Adler
    Laurent Adler

    « Trump ». Voilà enfin un sujet qui réconcilie tout le monde, du moins de ce côté de l’Atlantique et plus particulièrement dans l’Hexagone.
    Si chez nous, l’intelligence artificielle alimente les débats et nourrit les polémiques, l’intelligence superficielle de Donald fait l’unanimité contre elle, focalisant les critiques et les sarcasmes. Trump fait l’union contre lui certes mais en cela c’est un grand rassembleur et quoi qu’on en pense, c’est une qualité qui nous est nécessaire. Lorsqu’il disparaîtra, des dissensions réapparaîtront, les guerres intestines reprendront vigueur, la zizanie se réinstallera et règnera à nouveau sur la Gaule désunie.

    1. Avatar de Rafio
      Rafio

      Chez moi Trump n’est pas un sujet qui réconcilie tout le monde.
      Chez moi l’intelligence superficielle de Donald ne fait pas l’unanimité contre elle.
      Et d’ailleurs chez moi l’intelligence artificielle n’alimente aucun débat ni ne nourrit aucune polémique. Telles des vaches regardant passer les trains, nous regardons le spectacle de la grande course aux futures parts de marché.

      Quand vous écrivez que Trump est un sujet qui réconcilie tout le monde, c’est que vous avez au préalable et tranquillement – peut-être même en toute honnêteté, sans vous en rendre compte – repoussé hors du monde tout ceux que le sujet n’a pas réconciliés. Ils n’existent pas.

      Puis vous prêtez à Trump la qualité de grand rassembleur qui nous serait nécessaire.
      Vous sentez la contradiction ?
      Je vous rassure vous n’êtes pas le seul.
      Tenez par exemple dans le commentaire de Pierre-Yves Dambrine qui précède le vôtre vous trouvez ceci : « …le rôle de l’intellectuel, comme tout un chacun sur ce blog l’est à sa manière, ce n’est pas de comprendre la violence, mais de l’expliquer, afin de pouvoir agir aux bons endroits… ».

      Expliquer ce que vous ne comprenez pas pour pouvoir agir aux bons endroits. Bon courage.
      C’est la même contradiction.
      « Make America great again » c’est peut-être complètement con.
      Mais c’est beaucoup, beaucoup, beaucoup plus qu’une affaire de « ressentiment ». Pour une bonne partie des Américains, disons une petite moitié, c’est même une affaire de réalité. Hillary Clinton les avaient mis tranquillement hors du monde. Ils n’étaient que les « deplorables ». Elle a perdu.

      1. Avatar de konrad
        konrad

        @Rafio,
        Merci pour votre commentaire, vous décrivez très bien ce sentiment qui m’habite, et certainement pas que moi, en des termes admirables.

        1. Avatar de CloClo
          CloClo

          Salut les sentimentaux que Trump et ses électeurs font réfléchir !

          Qu’est ce qui vous habite en fait sur ce sujet ? J’avoue ne pas trop savoir, initiez moi dans le cercle svp !!

          1. Avatar de Rafio
            Rafio

            Demande refusée. Démerde-toi tout seul. Je ne crois pas en ta bonne foi. Tu tiens trop au confort moral du monde de Oui Oui pour désirer sincèrement être initié. Je sais c’est dur, mais je crois que tu t’en remettras.

            1. Avatar de CloClo
              CloClo

              Pas bien de me confirmer dans mes biais petite canaille ! T’as toujours cette petite honte qui colle à tes propos … 🤔😜

      2. Avatar de Garorock
        Garorock

         » beaucoup plus qu’une affaire de « ressentiment  »
        Oui parler seulement de ressentiment serait peut être un peu réducteur… quoique…
        Quelles seraient les autres « affaires » d’après toi?
        Parce qu’il faut qu’on avance.
        Il ne reste plus que 4ans. Au mieux!
        😎

        1. Avatar de timiota
          timiota

          D’abord, « ressentiment », c’est une des quatre émotions « manipulées par les populistes » (pour faire court) suivant l’excellent analyse de Eva Illouz (pas mal basée sur Netanyahou). PYD a mis l’accent dessus, je ne sais pas son intention, mais les 3 autres sont moins en lien avec l’absurdistan que nous font voir les Trump et les Republicans et les Tories ou Netanyahou qui va faire du plat à Orban contre Soros : la peur, le dégoût et « l’amour de la patrie », en sus du ressentiment donc.

          Il me semble que le ressentiment est vraiment ce qui fabrique l’encerclement des gens « exclus de la réalité » (de la réalité des Hillary Clinton dans le commentaire @Rafio). La peur et le dégoût, c’est ce qui éloigne les uns des autres; Une fois qu’on est éloigné, le ressentiment « ferme la clôture » : « on n’a pas voulu de moi, on me considère comme une m… , c’est même pas qu’on ne m’aime pas, c’est qu’on m’ignore, c’est insupportable, surtout en proférant un discours d’être moralement supérieur » [un « surtout » qui ne concerne Trump que si l’on entend par cet adjectif « supérieur » qu’on désigne quelqu’un « qui ose parler sans inhibition »]. Enfin, l’amour de la patrie est le palliatif pour se donner du « bien » , dans le nouvel ensemble ainsi constitué. C’est le plus petit dénominateur commun pour ce faire. Donner du bien de façon « universaliste et humaniste », au-delà des murs, ce serait du wokisme qui nous mélangerait avec ceux dont nous avons peur et dégoût.

          Bref, j’avoue que quand je passe cette analyse d’Eva Illouz au test de l’utilité rhétorique, voire en poussant jusqu’à la dialectique, je m’étonne que ça marche assez bien. J’aurais pas cru pour une construction d’abord déclinée dans le cas de Netanyahou qui me semblait, comme tout l’affaire d’Israël et de la « nation juive », très particulier, forcément idiosyncratique. Et bien fort peu. Bonne et mauvaise nouvelle donc. Bonne car on semble outillé pour comprendre Israël, plus mauvaise si on se dit que tous les autres pays sont à risque d’atteindre la situation des Netanyahou, dès lors qu’une domination d’une forme ou d’une autre justifie un engrenage de montée vers l’autoritarisme, par la manipulation des émotions .

    2. Avatar de André Pierre
      André Pierre

      @ L. Adler

      Je vous rejoins lorsque vous dites que Trump “récolte tous les suffrages” contre lui, ici même. Mais prenons garde. Nous savons qu’aujourd’hui peu importe si on parle de vous en bien ou en mal, ce qui compte, c’est qu’on parle de vous, que vous soyez présent dans les médias et dans l’actualité, cela se vérifie tous les jours. Donc, peut-être qu’il vaut mieux s’abstenir d’évoquer le sujet et le confier aux oubliettes.

  11. Avatar de Laurent Adler
    Laurent Adler

    @ Rafio

    1) Je n’ai rien repoussé hors du monde, je ne vois pas où vous lisez cela. Attention aux interprétations et à ses dérives.

    2) Quand je dis que Trump est un grand rassembleur, il l’est ici (dans ce blog) à contrario, au même titre que l’ennemi nécessaire et désigné qui fédèrent un peuple ou une communauté, ou dans un autre domaine, le bouc émissaire dont certains raffolent comme exutoire à leurs pulsions ou mal-être.
    Par ailleurs, quand je dis que Trump fait l’unanimité et l’I.A. fait débat, vous aurez remarqué, toujours sur ce blog, qu’il y a de nombreux points de vue différents et de longues interventions à propos de l’intelligence artificielle mais rien de tel sur le sujet Trump, au contraire. C’est ce qui me fait dire ce que j’ai écrit.

    3) Au delà de la véracité de tout propos, un peu de relativisme est toujours bienvenu.

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Laurent Adler Trump est un facteur rassembleur de ses opposants comme un bouc émissaire, mais est-ce le rassemblement d’une majorité ? Aux dernières élections ou il avait pu se représenter son score était loin d’être négligeable (pas une déroute), et à l’élection précédente il avait gagné.
      Ce blog n’est pas un blog propagandiste de Trump, qui ne passe pas pour un grand intellectuel, mais même en France cette caractéristique valorisée, ne commence-t-elle pas à susciter des allergies ?

  12. Avatar de Dalla Vecchia Luigi
    Dalla Vecchia Luigi

    Bon , je sais que Trump est tellement l’éléphant au milieu du couloir qu’il est difficile de ne pas faire une fixette sur lui.
    Mais j’appelle de mes vœux l’antidote, et pour commencer oserai-je demander (là je ne me sens pas très légitime), un billet de Paul Jorion qui viendrait compléter ses réflexions et qui dirait en substance : « où en sont ceux qui ont induit l’émergence de Trump ou de ses similaires, pour n’avoir pas fait le job en leur temps, ou s’être égarés dans l’aveuglement idéologique, dans la concupiscence voire dans une certaine forme de luxure de caste et pour certains dans la corruption? »
    Quand j’apprends qu’un ancien premier ministre a été quasi salarié de poutine, qu’il prétend ouvertement n’avoir pas de compte à rendre à la république et pouvoir vendre des donuts sur la place rouge si le cœur lui en dit… Houla là, est-il sérieux, alors qu’il vit des rentes privilégiées que lui verse la république et qui l’obligent de par ses anciennes fonctions où il a approché des secrets d’État ?
    Pour éviter toute corruption ne devrait-on pas imposer à ces gens qui vivent des rentes d’état confortables jusqu’à la mort un devoir de réserve qui les oblige à n’avoir, par la suite, que des activités bénévoles et à refuser tout argent, et a fortiori venant de l’étranger ?
    Quand j’entends revenir le marronnier de la réindustrialisation avec les mêmes ficelles que l’on utilise depuis 20 ans et qui provoquent l’inverse de l’effet prétendu. Quand on voit y débarquer en pompier pyromane, l’actionnariat chinois comme propriétaire bénéficiant des largesses de l’état, on s’interroge. Ne sont-ils pas du même acabit que ceux qui ont pillé les caisses de l’aéroport de Toulouse, ne sont-ils pas ceux qui mettent en faillite l’usine de roue de trains en ce moment ?
    Quand j’entends que les retraites aggravent la dette de l’état alors que ce sont des dépenses de transfert qui ne passent pas par le budget de l’état, donc pas non plus par l’emprunt auprès des banques, je me dis qu’en fait le propre de nos politiques actuels c’est de patauger dans le bac à sable de la post vérité.
    Et combien d’exemples encore, sans compter les stratégies « merdeuses » du genre tenter de faire avaliser par l’opinion publique son déclassement en échange de lui offrir les victimes expiatoires que sont les chômeurs, rmistes et les migrants (sans régler bien sûr les problèmes s’y rapportant), pour que chacun sache bien que malgré qu’on lui ait fait descendre une marche, on va en rabaisser d’autres plus bas, afin que son orgueil en soit sauf, mais en tout cas certainement pas sa fierté.
    Je vous sens un peu mou du genou à l’heure actuelle (peut-être je me trompe, mais pour ma part, quand j’ai eu ce problème, j’ai un peu déprimé, étant obligé de faire le deuil de mes escapades en haut des sommets pyrénéens) . Toutefois, j’espère qu’une envie d’aborder le sujet vous piquera assez pour réanimer le feu sacré.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Vous avez compris que je considère que l’univers est en train en ce moment de passer la seconde et que j’ai du mal du coup à fixer les yeux sur autre chose. Donald Trump, l’âge de la retraite, c’est le genre de choses auxquelles j’ai consacré beaucoup d’attention et d’efforts, mais cela appartient à ce monde ancien qui reste sur place. Il arrivera peut-être encore à tous nous faire crever mais même comme cela, ce n’est pas là que ça se passe en ce moment.

      P.S. Merci pour le genou : je prends mon mal en patience et ma compagne parvient d’ailleurs à me le faire oublier à 95%, pour le reste, un jeune proche de Wolfram m’a fait monter à bord du bolide de la Singularité (2 articles à deux pour revue scientifique en … 5 jours), merci mon gars !

      1. Avatar de Garorock
        Garorock

         » ce monde ancien qui reste sur place  »
        Oui, mais en jouant de la casserole. C’est quand même à signaler.
        Il paraît que dans leurs derniers temps les Mayas tapaient sur des faitouts…

  13. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Si on n’a pas encore compris que Trump ( ou Le Pen etc ) n’est que la résultante de l’incompétence et surtout de la collaboration de la gauche de droite avec l’oligarchie capitaliste, on n’a rien compris au film.
    Un raz le bol général envers cette gauche de droite ( Clinton aux USA, Hollande Cazeneuve Valls en France etc ), entraine de facto une partie de l’électorat à se tourner vers ce qui lui semble une solution, solution mortifère of course.
    Pour résumer, Trump n’est pas le sujet, le sujet c’est d’abord de savoir comment mettre un terme au système qui engendre ces monstres.

    1. Avatar de Pascal
      Pascal

      Le Parti Socialiste depuis 1981 a t il jamais été de Gauche finalement ?
      https://m.youtube.com/watch?v=cqW5U9VGh-w
      A part peut être Pierre Bérégovoy ! N’était ce pas surtout un parti de notables qui ont fait carrière au PS parce qu’il n’y avait plus de place à droite ?
      Pour ma part, j’ai le sentiment d’avoir vécu 30 ans bercé d’une illusion.

      1. Avatar de Pascal
        Pascal

        Si on regarde l’historique des acquis sociaux
        https://www.cgtcdc.fr/index.php/99-divers/447-les-acquis-sociaux-en-france
        Tout s’arrête en 1983 (a l’exception des 35h de M. Aubry).
        Que sont devenus aujourd’hui les « grandes figures » PS si ce n’est des notables du néolibéralisme ?

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Pascal N’est-ce pas justement parce qu’Aubry a imposé 35h payées 39 qu’il faut ensuite en conséquence passer à 43 ans au lieu de 37,5 ?
          Macron n’aurait il pas été mieux inspiré de proposer 39 h (ou 37) payées 35 (sans changement du Smic mensuel et du pouvoir d’achat) ?

  14. Avatar de Henri
    Henri

    Où en est Macron aujourd’hui ?

     » Il coalise en cette fin mars uniquement 11% de soutien et 9% de sympathie dans l’électorat « .

    Cluster 17 :  » Assistons-nous à la fin du macronisme ?  »
    https://cluster17.com/assistons-nous-a-la-fin-du-macronisme/

  15. Avatar de Pascal
    Pascal

    Qui a dit ça après sa condamnation ?
    « tout est factuellement faux, juridiquement illégal et moralement insensé », juge que les « principes essentiels » de la justice « ont été intentionnellement bafoués » pour lui nuire. Revanchard, il promet que « tous ceux qui se sont prêtés à ces manigances en rendront compte »
    C’est pas Trump !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. J’ai quand même l’impression, hormis certain(e)s, d’une réticence conservatrice face à l’évolution technologique, qu’on ne peut que constater à moins…

  2. La « peur », comme toute émotion, est bienfaisante et nécessaire, c’est de l’excessivité dont on doit (on devrait) toujours se méfier…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta