Il y a horreur et horreur

Je viens de regarder les nouvelles. Épargnez-moi s’il-vous-plaît « L’horreur du jour où nous serons remplacés par des robots ! ».

Partager :

16 réponses à “Il y a horreur et horreur

    1. Avatar de Khanard
      Khanard

      @Hervey

      excellent choix . misère humaine !

      1. Avatar de Hervey

        @Khanard

        Une profonde tristesse qui dissimule une non moins horrible histoire à venir …

        … comme si le danger d’extinction de l’humanité n’était déjà pas suffisant avec cette épée de Damoclès environnemental qui pèse sur l’ensemble de la planète. Non, il faut qu’en plus, comme si ça ne suffisait pas, que les certains terriens en rajoutent une couche et mettent tout en branle pour se dresser encore mieux les uns contre les autres à la faveur de ce conflit et s’organisent pour rendre possible et souhaitable une déflagration mondiale.

        Ce Moyen Orient est fin prêt pour orchestrer la grande déflagration.

        1. Avatar de Tout me hérisse
          Tout me hérisse

          @Hervey
          Il faut de toute urgence mettre à l’ordre du jour de la COP28, l’interdiction de toutes les guerres car cela pollue vraiment trop l’atmosphère et les esprits… 😇 🤓

  1. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Méditation…

    https://www.lesoir.be/542468/article/2023-10-10/le-siege-total-de-gaza-interdit-par-le-droit-international-humanitaire-rappelle

     » « L’imposition de sièges qui mettent en danger la vie des civils en les privant de biens essentiels à leur survie est interdite par le droit international humanitaire », a déclaré le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk dans un communiqué.  » …

  2. Avatar de Garorock
    Garorock

    Combien y a t’il de chances que R2D3 fasse preuve de plus « d’humanisme » que : Bibi, Erdogan, Poutine, le Hamas, Daech, etc…?
    Je dirais une chance sur deux. Ce n’est pas beaucoup. Mais c’est une potentialité.

  3. Avatar de Benjamin
    Benjamin

    Bonjour Paul,

    [MODE = « humoir noir » / ON]

    Je ne suis pas d’accord avec vous : si les robots s’avèrent être capables de se trucider comme nous sommes capables de nous trucider entre être humains…

    Mais quelle horreur d’être remplacé par les robots !!!

    [MODE = « humoir noir » / OFF]

  4. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    Autant savoir…
    (( MDP : https://www.mediapart.fr/journal/international/101023/tages-civils-aux-mains-du-hamas-du-jamais-vu-dans-l-histoire-d-israel ))

    …  » Le chercheur se demande si l’armée israélienne va réactiver la très décriée procédure Hannibal , abandonnée en 2016.
    Dans les années 1980, alors qu’Israël combattait le Hezbollah chiite libanais, Tsahal avait instauré une directive secrète rendue publique en 2003 par un journaliste : si un soldat est enlevé, ses camarades doivent tout faire pour le libérer, quitte à le tuer pour qu’il ne serve pas de monnaie d’échange.

    …(…)…

    Cette histoire rappelle un autre enjeu politique qui va se poser :
    lutter contre la rétention par l’ennemi des corps , récupérer les dépouilles des soldats mais aujourd’hui, demain, aussi des civils morts aux mains du Hamas. « L’enjeu n’est pas seulement de récupérer les otages vivants mais aussi les otages morts , explique Étienne Dignat.
    Dans le judaïsme, la question du corps est très importante notamment pour le rite funéraire. »
    « 

    1. Avatar de Chabian
      Chabian

      Dans le nazisme aussi, le corps est très important. Cfr Klaus Theweilet « Fantasmâlegories », Sébastien Littel, « Le sec et l’humide » (sur Degrelle), etc. Notre corps à nous doit être glorifié, les autres, grenouilles visqueuses, n’ont qu’a crever dans la boue de leurs marais ou de leur steppe.

  5. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
    Pierre-Yves Dambrine

    Pas sûr que cela fasse avancer les débat de mêler les robots à cette horreur.
    Les débats concernant l’IA se situent me semble-t-il à un autre niveau, qui concerne une encore un monde en devenir, où les jeux ne sont pas encore faits, où donc il y a matière explorer tous les aspects du problème, que ce soit pour plaider les bienfaits attendus de l’IA ou bien au contraire pour identifier les diverses implications de ses développements pour pourraient être néfastes, ou encore pour analyser les discours qui sont tenus à son propos. Le parallèle avec l’horreur qui vient de se produire en Israël me semble donc assez inapproprié.

    L’urgence, me semble-t-il, c’est maintenant de dénoncer explicitement les ambiguïtés d’une partie de l’extrême-gauche française, LFI pour la nommer, encore incapable, sauf exceptions, comme Ruffin, Corbières ou Delli, de dénoncer le Hamas pour ce qu’il est : une organisation terroriste.

    Cette gauche se fourvoie d’une façon terrible en nommant mal les choses ajoutant du malheur au monde, et plutôt que d’éclairer les débats, l’oriente sur des bases moralement inacceptables, et politiquement dangereuses.

    Ainsi après avoir samedi dans un premier communiqué * éludé le caractère terroriste de l’action du Hamas pour n’évoquer par euphémisme qu’une « offensive armée de forces palestiniennes menée par le Hamas » Mathilde Panneau qui représente LFI a l’Assemblée nationale, pensant corriger la bévue initiale, a évoqué aujourd’hui « des crimes de guerre. « 

    Malheureusement, cela n’a fait que confirmer l’ambiguïté initiale de LFI sur le sujet, car la qualification de « crimes de guerre », fait du Hamas une simple armée régulière qui se livrerait en quelque sorte à des dérapages, alors que nous avons qu’il n’en est rien, et que les jours passant nous découvrons toute l’étendue de l’horreur.

    Ce ne sont pas des crimes de guerre auxquels s’est livré le Hamas, ce sont des crimes contre l’humanité. Comment qualifier autrement le mitraillage systématique de jeunes gens paisiblement réunis dans une rave party, et aussi bien, nous l’apprenons aujourd’hui, ce qui s’assimile à un pogrom, quand les terroristes du Hamas investissent chaque maison d’un Kibouttz pour en massacrer, hommes, femmes, enfants, et même bébés, finissant par brûler les maisons et emportant quelques otages au passage.

    * « L’offensive armée de forces palestiniennes menée par le Hamas intervient dans un contexte d’intensification de la politique d’occupation israélienne à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem Est. Nous déplorons les morts israéliens et palestiniens. Nos pensées vont à toutes les victimes. »

    1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
      Pierre-Yves Dambrine

      Il fallait lire :
      … les diverses implications de ses développements qui pourraient être néfastes …

      Mathilde Panot, et non pas Mathilde Panneau

      PS.
      Dans la liste des déclarations des partis d’extrême-gauche il faut ajouter celle du NPA, lequel est allé encore plus loin que LFI, puisque dans son communiqué de samedi le NPA avait déclaré « son soutien aux Palestiniens et aux moyens de lutte qu’ils ont choisi pour résister ».

      Le Parti des Indigènes avait lui adressé au Hamas sa « fraternité militante. »

      Inutile de dire que ces deux partis d’extrême-gauche tombent sous le coup de la loi pour apologie du terrorisme.

      https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/attaque-du-hamas-contre-israel-le-nouveau-parti-anticapitaliste-vise-par-une-enquete-pour-apologie-du-terrorisme_6113910.html

      « https://www.lefigaro.fr/international/le-parti-des-indigenes-adresse-au-hamas-sa-fraternite-militante-le-npa-appelle-a-l-intifada-20231009

  6. Avatar de Paul Jorion

    https://www.lemonde.fr/article-offert/jfjsptfrybtw-6193613/francois-ruffin-depute-lfi-notre-parole-n-est-pas-a-la-hauteur-de-la-gravite-des-evenements

    François Ruffin, député LFI : « Notre parole n’est pas à la hauteur de la gravité des événements » en Israël

    L’élu La France insoumise de la Somme appelle la gauche à « mettre des mots forts » sur les actes terroristes commis par le Hamas en Israël, et redoute l’importation d’un conflit qui est « aussi une affaire intérieure, de paix civile », dans un entretien au « Monde ».

    Propos recueillis par Julie Carriat et Sandrine Cassini

    Après l’attaque du Hamas contre Israël, François Ruffin exprime son « soutien aux victimes et à la société israélienne ». Mais il estime que « le soutien au gouvernement israélien ne doit pas être aveugle ». Le député « insoumis » de la Somme regrette, dans un entretien au Monde, un « alignement » de la France sur les Etats-Unis dans le conflit israélo-palestinien.

    Quelle est votre analyse de la situation en Israël ?

    Avant la froideur de l’analyse, je veux dire mes sentiments avec chaleur : l’horreur devant des femmes, des enfants abattus à bout portant, des jeunes dansant assassinés, des massacres chaque jour découverts, par familles entières. Que d’atrocités, de cruautés, qu’on n’oserait même pas imaginer. Et maintenant, la violence qui s’abat à Gaza, ces 2,5 millions de personnes, auxquelles l’on conseille de partir, comme s’ils avaient une terre d’accueil. Je condamne sans réserve les actes du Hamas. C’est une organisation fanatique, terroriste, qui a toujours été l’adversaire des progressistes au Proche-Orient, hostile à tout compromis de paix, qui veut la fin de l’Etat d’Israël.

    Il faut dire aussi le terreau du Hamas. Avoir fait de Gaza une prison à ciel ouvert, sans espoir pour la jeunesse, a nourri le pire. On a bel et bien un face-à-face entre « le fanatisme du Hamas » et « une politique israélienne imbécile » [selon les mots de l’historien israélien Elie Barnavi] venant du gouvernement d’extrême droite de Benyamin Netanyahou. Sans un tiers qui s’interpose, une machine infernale est lancée. Or, depuis dix ans, la communauté internationale est aux abonnés absents. Avec les accords d’Abraham [en 2020], les Occidentaux ont voulu enjamber la question palestinienne. C’est un échec.

    Le soutien aux victimes et à la société israélienne, c’est l’évidence, je m’y associe. Mais le soutien au gouvernement israélien ne doit pas être aveugle. Nous devons poser en permanence comme objectif le cessez-le-feu et la paix. Lundi, dans le communiqué des cinq pays, dont la France, il n’y a pas le mot paix : c’est un gros problème.

    Pourquoi cette absence de mot d’ordre ?

    Parce qu’il y a un alignement sur les Etats-Unis. L’activisme d’Emmanuel Macron sur Twitter [renommé X] ne compense pas sa désertion du dossier depuis des années. La tradition gaullo-mitterrandienne voulait que l’on s’exprime avec indépendance, sans s’aligner, qu’on affirme qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit, que l’on appelle au respect du droit international, que l’on s’appuie sur l’ONU, et que l’on soutienne la création d’un Etat palestinien conformément aux résolutions de l’ONU. C’était la position de la France jusqu’au début des années 2000, jusqu’à Jacques Chirac. Depuis, c’est le silence, l’absence, l’alignement.

    Que faut-il faire ?

    La France est la seule puissance nucléaire de l’Union européenne [UE], la seule puissance de l’UE au conseil de sécurité de l’ONU. Je le dis gravement, ce n’est pas rendre service à la société israélienne, aux Français de confession juive, que de s’aligner sur les Etats-Unis, qui s’alignent eux-mêmes sur un gouvernement jusqu’au-boutiste en Israël. Le rôle de la France est d’être une corde de rappel, un point d’appui contre la fatalité de l’escalade. Notre levier, c’est la parole écoutée, qui porte, qui entraîne. Quand la France décide de parler fort et vrai, sa voix est entendue. Mais elle a fait le choix d’être muette.

    Quelles perspectives en Israël ?

    Je ne suis pas prophète. Une fois passé le choc, la sidération, un débat va traverser la société israélienne : est-ce qu’on continue sur le chemin des colonies, de l’humiliation des Palestiniens, ou bien est-ce que l’on cherche un autre chemin, celui du dialogue et de la paix ? Même s’il est semé d’embûches.

    Et en France ?

    Le conflit au Proche-Orient n’est pas qu’une question de politique étrangère, c’est aussi une affaire intérieure, de paix civile. De nombreux Français de confession juive, quand les Israéliens sont menacés, se sentent eux-mêmes menacés. Bon nombre de Français de confession musulmane, quand les Palestiniens sont bombardés, humiliés, se sentent eux-mêmes humiliés. D’où le rôle que nous avons à parler juste, à faire tout notre possible pour la paix, aussi chez nous. Car le risque d’importation du conflit existe.

    Vous faites un parallèle entre politique étrangère et intérieure. Jean-Luc Mélenchon a accusé, mardi, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) d’empêcher toute concorde. Pour vous, le CRIF peut être un acteur de ce changement ?

    C’est un interlocuteur, oui. Qui ne représente pas le pluralisme politique, d’idées, des Français de confession juive. En France aussi, il faut trouver le chemin du dialogue, qui passe par le respect mutuel…

    Dans les manifestations de lundi, il y avait plus de députés RN que d’« insoumis » ; Marine Le Pen affirmait, mardi sur CNews, que La France insoumise (LFI) « a choisi le camp antirépublicain ». Vous avez réfléchi à la diabolisation de la gauche, comment lui répondre ?

    Marine Le Pen n’a pas pour boussole politique la paix, elle exporte sa vision du choc des civilisations. Elle soutient aveuglément un gouvernement d’extrême droite et propose, sans ciller, de perpétrer des crimes de guerre à Gaza. Loin, très loin, de la position historique de la France. Sans que personne ne lui porte la contradiction, c’est sidérant. Le piège est tendu : nous voir sauter à pieds joints ne me réjouit pas.

    Après Jean-Luc Mélenchon, la présidente des députés LFI Mathilde Panot a refusé, mardi, de qualifier le Hamas d’organisation terroriste, suscitant l’indignation de certains de vos partenaires…

    Pas de pudeur de gazelle. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement : samedi, le Hamas a commis des abominations. On doit mettre des mots forts sur des actes horribles, sinon notre parole est discréditée, moquée, enlisée dans des justifications byzantines, pas à la hauteur de la gravité des événements. Nous ne sommes pas le point de repère politique, diplomatique, moral, que nous devrions être.

    J’évoque ce conflit avec une immense précaution : c’est sensible, inflammable, de tous les côtés. En parler, c’est comme avoir une allumette près d’un baril, on doit faire très attention à nos expressions. Maintenant, et malgré mes divergences, l’enjeu ne doit pas devenir pour ou contre La France insoumise, l’exégèse de ses communiqués. Ce serait ramener les grands drames du monde à de la petite politicaillerie.

    Mais vous dites vous-même que ce conflit à des répercussions nationales…
    Le rôle de nos dirigeants n’est pas de dresser des réquisitoires à l’endroit de leurs oppositions, mais de tout faire pour que la voix de la France soit entendue, et que ce soit une voix de paix.

    Vous n’êtes pas allé à la manifestation de soutien à Israël lundi 9 octobre, pourquoi ?
    Quatre de nos compatriotes ont été tués ce week-end, quatorze sont portés disparus [le bilan a été réévalué, mardi, à huit morts et vingt disparus, par le Quai d’Orsay]. Je le répète : il y a un soutien évident à apporter aux victimes, à la société israélienne, aux ressortissants français de confession juive. Dès la première seconde, j’ai dit l’horreur des crimes commis par le Hamas.

    Maintenant, sur les conclusions politiques et diplomatiques à en tirer, il doit y avoir débat. Cela doit être permis. Sans qu’on se voit adresser des invectives. Or, il y a une ambiguïté possible de la manifestation entre le soutien aux victimes et le soutien au gouvernement israélien : dans le communiqué, les mots « Palestiniens » et « paix » étaient absents. Je ne veux pas d’hémiplégie. Je ne veux pas qu’une moitié d’humanité, une moitié de ce drame soit oubliée.

  7. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    Les problèmes afférents aux implantations de colons juifs sur le territoire de Cisjordanie, occupé par Israël depuis 1967, avait amené B.Netanyahu à prélever la plus grande part des troupes chargées de surveiller, au sud, la bande de Gaza, ce qui a permis aux combattants du Hamas de mener leurs horribles actions terroristes dans les kibboutz voisin, sans une véritable opposition de défense.
    Pour schématiser les choses, B.Netanyahu a préféré conforter ses électeurs (droite ultra) que sont les colons en Cisjordanie, plutôt qu’assurer la protection des habitants des kibboutz qui sont relativement pauvres et plutôt socialistes, dans la pure tradition de ce qui prévalait lors de la fondation d’Israël en 1948…
    Une chose est certaine, c’est que rien en matière de paix entre Israël et palestiniens, ne pourra être fait tant que durera le soutien inconditionnel des USA à l’égard des dirigeants actuels de l’état hébreux ; seuls le président J.Carter s’était vraiment impliqué à résoudre ce problème.
    https://fr.timesofisrael.com/jimmy-carter-la-paix-israelo-palestinienne-est-impossible-avec-netanyahu/

  8. Avatar de Garorock
    Garorock

    https://youtu.be/45l7KLpN8Fk?si=s1lN8eZ4TYLU6KMi
    Guerre Israël-Hamas : « La question palestinienne revient au centre, dans les pires conditions »
    (Médiapart)
    Un débat qui remet l’église au centre du village…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta