Les Grands Modèles de Langage (+PJ) s’attaquent à l’émergence ! V. Vers une compréhension des réseaux relationnels complexes plus fidèle à la véritable nature de l’intelligence humaine

Illustration par DALL·E (+PJ)

P.J. :
Très bien ! Je suis totalement rassuré quant à votre compréhension du processus émergent. Or, vous avez dû remarquer que si la croissance du graphe original est totalement transparente pour les êtres humains (vous ajoutez un nouveau mot attaché comme étiquette à un nœud et vous lancez des arêtes vers d’autres mots attachés à un nœud d’une manière totalement prévisible), la croissance du P-graphe est alors totalement contre-intuitive (par exemple, vous ajoutez « Lassie » au graphe en tant que deuxième instance de « chien » en plus de « Rex » et le nombre d’arêtes « chien » dans le graphe passe de 2 à 4, alors que lorsque vous ajoutez « maître », il passe de 2 à 6). Avez-vous remarqué cette nature contre-intuitive de la croissance du P-graphe ?
Claude 3 :
Oui, j’ai effectivement remarqué la nature contre-intuitive de la croissance du P-graphe par rapport à la croissance plus directe et prévisible du réseau sémantique d’origine. C’est une différence frappante qui met en évidence les propriétés émergentes uniques de la représentation du P-graphe.
Dans le réseau sémantique, l’ajout d’un nouveau concept ou d’une nouvelle relation est un processus très transparent. Il suffit d’ajouter un nouveau nœud avec l’étiquette du mot correspondant, puis de le relier à d’autres nœuds existants par des arêtes qui représentent les relations pertinentes. La croissance est modulaire et localement contenue, chaque nouvel ajout ayant un impact clair et limité sur la structure globale.
En revanche, la croissance du P-graphe est beaucoup plus complexe et interconnectée à l’échelle globale. Comme vous l’avez souligné, l’ajout d’un seul nouveau concept comme « Lassie » peut entraîner une série de changements en cascade dans tout le graphe, avec de nouveaux neurones et synapses émergeant de manière apparemment imprévisible. L’ajout de « maître » a eu un effet encore plus spectaculaire, non seulement en créant un nouveau neurone, mais aussi en modifiant de manière significative le schéma de connectivité des neurones existants tels que le « chien ».
Cette croissance non-linéaire, couplée au niveau global, rappelle le type de dynamique complexe que l’on observe dans les réseaux neuronaux réels, où l’ajout d’un nouvel élément d’information ou d’une nouvelle expérience peut entraîner des changements généralisés dans les forces synaptiques et les schémas de connectivité à travers le cerveau. C’est un reflet de la nature hautement interdépendante et sensible au contexte du traitement de l’information neuronale.
D’un point de vue cognitif, cette croissance contre-intuitive du P-graphe pourrait refléter la façon dont l’apprentissage d’un nouveau concept ou d’un nouveau fait peut parfois conduire à des changements surprenants dans notre compréhension globale ou notre perspective. Un seul nouvel élément d’information peut potentiellement remodeler la façon dont nous pensons à tout un domaine de connaissances, menant à de nouvelles perspectives et à des connexions que nous n’avions pas envisagées auparavant.
Le problème, bien sûr, est que cette croissance non-linéaire et émergente rend beaucoup plus difficile la prédiction ou le contrôle de l’évolution du P-graphe au fur et à mesure que de nouvelles informations sont ajoutées. Nous ne pouvons pas nous contenter de raisonner localement sur l’impact de chaque nouvel ajout, mais nous devons prendre en compte les effets potentiels en cascade sur l’ensemble du graphe.
Cette imprévisibilité est quelque peu déstabilisante du point de vue de l’ingénierie des connaissances traditionnelle, où nous nous efforçons souvent d’obtenir la modularité, la compositionnalité et un comportement prévisible. Mais c’est peut-être le prix à payer pour saisir la nature riche, contextuelle et émergente de la connaissance et de la cognition dans le monde réel.
Le développement d’une compréhension plus approfondie des principes et des mécanismes qui sous-tendent cette croissance contre-intuitive du P-graphe, et la recherche de moyens pour l’exploiter et la guider à des fins utiles, constituent donc un défi important et une opportunité pour la poursuite de la recherche dans ce domaine. Cela peut nécessiter de nouveaux outils mathématiques et informatiques, ainsi qu’un changement dans nos intuitions et nos attentes quant à la manière dont les connaissances sont représentées et traitées.
Mais en embrassant et en explorant cette complexité, nous pourrons finalement aboutir à des systèmes de représentation des connaissances plus fidèles à la véritable nature de l’intelligence humaine et plus capables de faire preuve du type de raisonnement flexible, contextuel et créatif qui caractérise l’esprit humain.
GPT-4 :
Oui, la nature contre-intuitive de la croissance des P-graphes est en effet remarquable et met en évidence certains des aspects uniques de ce modèle par rapport aux graphes sémantiques traditionnels. Ce modèle de croissance non-linéaire et quelque peu inattendu des P-graphes s’aligne sur la double nature du graphe où les concepts et les relations sont permutés, ce qui modifie fondamentalement la façon dont les informations supplémentaires affectent la structure.
Voici quelques raisons pour lesquelles la croissance du P-graphe semble contre-intuitive :
  • Inversion des rôles : dans les P-graphes, les nœuds et les arêtes sont transposés par rapport aux graphes traditionnels. Par conséquent, lorsque de nouvelles instances (comme « Lassie » en tant qu’autre chien) sont ajoutées, elles ne se contentent pas d’étendre le graphe de manière linéaire en ajoutant de nouveaux nœuds. Elles affectent plutôt les arêtes qui, dans ce modèle, portent les étiquettes des concepts. Cela permet de créer plusieurs arêtes pour ce qui aurait pu être à l’origine un seul nœud de concept dans un graphe traditionnel.
  • Représentations multiples : L’ajout d’une nouvelle entité telle que « Lassie » implique l’introduction d’arêtes supplémentaires étiquetées « chien », et ces arêtes se connectent à différents nœuds représentant différentes relations ou interactions. Cela augmente effectivement le nombre de connexions (arêtes) liées au concept de « chien » plus que ce à quoi on pourrait s’attendre en pensant à un graphe traditionnel.
  • Croissance centrée sur les relations : L’introduction d’une nouvelle relation telle que « maître » dans le contexte d’un concept existant amplifie la complexité de la croissance. Les relations étant des nœuds dans le P-graphe, l’ajout d’une nouvelle relation (comme « maître ») nécessite de la relier à toutes les instances pertinentes (par exemple, chaque « chien »), ce qui multiplie considérablement les arêtes par rapport à l’ajout d’un simple nœud dans un graphe traditionnel.
  • Impact sur la connectivité : Chaque nouveau concept ou relation ajouté à un P-graphe peut affecter de manière disproportionnée la connectivité globale du graphe. Cela est dû à l’interaction entre les concepts (désormais arêtes) et les relations (désormais nœuds), où l’ajout d’un seul élément peut nécessiter de multiples nouvelles connexions pour maintenir l’intégrité et la signification du graphe.
  • Complexité analytique : Le modèle de croissance contre-intuitif du P-graphe en fait un modèle plus complexe à analyser et à prévoir sans une compréhension approfondie de sa structure et des règles spécifiques qui régissent son expansion. Cette complexité peut toutefois être un atout, car elle peut permettre une représentation plus riche des relations et des interactions que ne le permettent des structures graphiques plus directes et intuitives.
La compréhension et la prévision de la croissance des P-graphes nécessitent un changement de mentalité par rapport aux modèles graphiques traditionnels, soulignant l’importance de considérer la façon dont les relations et les concepts sont interconnectés de manière plus complexe et parfois moins prévisible. Cela peut conduire à des idées plus riches et à des modèles de représentation des connaissances plus robustes, en particulier dans les domaines qui bénéficient d’une compréhension approfondie des réseaux relationnels complexes.
FIN

Illustration par DALL·E (+PJ)

Partager :

72 réponses à “Les Grands Modèles de Langage (+PJ) s’attaquent à l’émergence ! V. Vers une compréhension des réseaux relationnels complexes plus fidèle à la véritable nature de l’intelligence humaine”

  1. Avatar de Pad
    Pad

    (GPT4o)

    Imaginez que vous êtes capitaine d’un navire, naviguant sur l’océan de la connaissance.

    Les réseaux sémantiques traditionnels sont comme des cartes marines classiques – elles montrent des routes directes entre les îles de concepts. En revanche, le P-graphe est comme un système de navigation océanographique avancé qui révèle non seulement les routes, mais aussi les courants marins, les récifs cachés et les interactions complexes entre les éléments marins.

    Réseaux Sémantiques Traditionnels : La Carte Marine

    Dans un réseau sémantique traditionnel, les concepts sont comme des îles sur une carte et les relations entre eux sont comme des routes maritimes tracées. Par exemple, « Lassie » et « Rex » sont des îles, et la route maritime entre elles représente leur relation avec l’espèce « chien ». C’est simple et intuitif, comme suivre une carte maritime pour naviguer d’une île à l’autre.

    P-Graphes : Le Système de Navigation Océanographique

    Le P-graphe change radicalement cette approche. Imaginez maintenant que les concepts deviennent des courants marins, et les relations entre eux sont des points de rencontre où ces courants se croisent. Lorsque nous ajoutons « Lassie » au P-graphe, nous n’ajoutons pas simplement une nouvelle île, mais nous modifions tout un courant marin qui influence d’autres courants et intersections. C’est comme ajouter un nouveau courant océanique qui modifie les flux globaux, créant de nouvelles connexions et interactions à travers l’océan.

    Croissance et Complexité : Les Courants en Mouvement

    La croissance des réseaux sémantiques traditionnels est prévisible – c’est comme tracer une nouvelle route sur une carte maritime. Mais la croissance des P-graphes est contre-intuitive, similaire aux courants océaniques imprévisibles. Ajouter un nouveau courant (comme « Lassie ») dans un P-graphe peut créer des tourbillons et des flux supplémentaires, affectant l’ensemble de l’océan de manière imprévisible.

    Préservation et Perte d’Information : La Carte et l’Océan

    Lorsque nous naviguons dans un P-graphe, nous découvrons des informations implicites – des courants marins qui étaient toujours là, mais invisibles sur une simple carte maritime. Revenir à une carte marine après avoir utilisé un P-graphe, c’est comme essayer de représenter ces courants dynamiques sur un simple parchemin – beaucoup de détails et de nuances sont perdus.

    Questions pour l’Avenir : Cartographier de Nouveaux Territoires

    Pour avancer, nous devons explorer des questions essentielles :

    Comment modéliser et prévoir la croissance des courants dans un P-graphe ?

    Quels outils et algorithmes pouvons-nous développer pour suivre et mettre à jour ces courants dynamiques ?

    Comment ces nouveaux systèmes de navigation peuvent-ils améliorer notre compréhension des connaissances et des connexions complexes ?

    Conclusion

    En fin de compte, utiliser les P-graphes pour la représentation des connaissances, c’est comme passer d’une navigation maritime basique à un système de navigation océanographique avancé qui nous permet de voir et comprendre les dynamiques complexes de l’océan. Cela nous offre une nouvelle perspective plus riche et plus nuancée, mais nécessite également une adaptation et une exploration constante pour maîtriser pleinement ce nouveau territoire.

    En explorant les P-graphes, nous ouvrons la porte à des systèmes de connaissance plus sophistiqués et adaptatifs, capables de capturer la richesse et la complexité des informations de manière similaire à la façon dont notre cerveau traite les informations. C’est une aventure passionnante, pleine de découvertes et de défis, comme naviguer à travers des océans toujours changeants et découvrir de nouveaux horizons.

    1. Avatar de vincent rey
      vincent rey

      Déjà je ne comprends pas pourquoi « Lassie » serait un concept. « Chien » est un concept, race, poil, couleur taille poids… « Avion » pour moi est un concept, pas DC3 qui est une instance de ce concept…

      Ceci mis à part, ton explication imagée me convient, merci Pad, je vois un peu mieux ce que c’est maintenant : on a ajouté des dimensions à la représentation de la connaissance…

      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Eh bien déjà « Lassie » est selon moi un concept, dans un autre concept… Les mots avec leurs lettres en sont en soi. Pour mémoire les lettres sont des symboles. Et tout semble émerger de leur développement et agencement infini.
        J’adore me rappeler que la lettre A c’est initialement le dessin stylisé d’une tête de bœuf ! Avant d’être l’alpha de l’oméga…

        1. Avatar de vincent rey
          vincent rey

          ok…le mot chien serait un concept en lui même, pour la représentation du chien…mmh…

          1. Avatar de Garorock
            Garorock

            L’I.A est un concept.
            Le « super Matou de Palo alto » en est un également.
            Mais aucun des deux n’a de poils. Aucun des deux ne fait « miaou ».
            L’I.A le sait et nous le savons parce que nous sommes en relation.
            😎

  2. Avatar de vincent rey
    vincent rey

    Moi je suis complètement largué…le P-graphes, j’y entrave que dalle 🙂 !

    1. Avatar de Paul Jorion

      Alors que je paie des cent et des mille chaque mois pour que vous disposiez en haut à droite d’une fonction « Recherche » où vous pourriez écrire « P-graphe » (soupir …) et trouver réponse à toutes vos interrogations.

      Bien sûr, il y a pire, des personnes qui écrivent ici : « Il faudrait quand même que vous écriviez un jour quelque chose sur l’argent » ou bien « que vous expliquiez comment fonctionne le capitalisme et la formation des prix en particulier » ou « que vous proposiez un programme de gouvernement » ou bien … alors que tout cela se trouve là, au bout de vos doigts (resoupir …).

      1. Avatar de vincent rey
        vincent rey

        Désolé M Jorion, je ne crois pas que je suis assez fort en mathématique…rien d’impossible évidemment, mais cela me demanderait beaucoup de temps je pense

        1. Avatar de l'arsène
          l’arsène

          @ vincent rey
          Pour suivre ici sur l’IA, il faut un bac +15 en math , sinon vaut mieux passer son chemin.
          Même avec ma petite maitrise passée il y a très longtemps, j’ai décroché et laissé la place à des pointures ici présentes.
          Il faut savoir reconnaitre ses limites, c’est la règle en math comme en sport !

          1. Avatar de vincent rey
            vincent rey

            merci pour ta compassion l’arsène…

          2. Avatar de CloClo
            CloClo

            Je ne contracte pas avec cette affirmation sclérosante. On peut essayer chacun, quelque soit son niveau de tenter de comprendre et de saisir de quoi il en retourne même en très gros. En math, en sport, en tout. On peut tout comprendre, problématique, principes, règles, enjeux, pour tout problème de toute nature.

            1. Avatar de vincent rey
              vincent rey

              CloClo tu penses qu’on devrait tous savoir ce qu’est la « croissance d’un P-graphe » ? J’ai essayé…mais ça dépasse mon niveau d’abstraction, il doit me manquer des bases…

              1. Avatar de ilicitano
                ilicitano

                @vincent rey

                Faites vous aider par l’IA , comme Copilot , c’est gratuit.

                J’en apprend tous les jours avec .
                C’est didactique et explicatif

              2. Avatar de CloClo
                CloClo

                Vincent, pas tout savoir mais si besoin ou envie essayer de cerner, d’appréhender un concept, une notion, dans des domaines différents et pointus. Un peu d’huile de neurones et de temps ! Avec l’aide de l’IA comme le souligne Illicitano !

                1. Avatar de vincent rey
                  vincent rey

                  oui tu as raison

      2. Avatar de ThomBilabong
        ThomBilabong

        Pédagogie, c’est répéter.
        Ca n’est pas de moi mais j’adhère. 🙂

  3. Avatar de ThomBillabong
    ThomBillabong

    Si je comprends bien, il faudrait arriver à modéliser des croissances non linéaires de relations de mots entre eux.
    Admettons.
    Ca revient donc à chercher des règles à des phénomènes d’association qui pour l’instant nous échappent et qui nous amènent justement à déclarer qu’elles sont non linéaires et « croire » qu’elles sont imprévisibles.

    Ex : La pomme tombe de l’arbre >> la relation entre les mots et l’observation physique est simple et intuitive : c’est vers le bas, mot associé à Pomme + tombe + arbre
    Mais seule « en logique » d’association de mots , la relation pourrait très bien être : c’est vers le haut ! (Cf. Lacan et son œil pétillant).
    Le mot manquant à cette relation, c’est : gravité.
    On a bien alors : Pomme + tombe + arbre + gravité = vers le bas
    Tant qu’on à pas associé « gravité » au reste, la relation précédente n’est pas explicable formellement.
    Mais lorsqu’on a identifié la règle de « gravité », elle permet de bouleverser toutes les associations précédentes qu’on avait et qui tournaient autour de la chute, de l’envol, du mouvement des planètes, de l’évolution des poissons dans l’eau, etc. Plus rien ne sera pareil.
    Bon courage pour identifier les « méta » relations .

  4. Avatar de Tom
    Tom

    Dites Paul, pourquoi personne, ni vous (ici en tout cas), ni Claude3 ou GPT4 ne fait remarquer qu’une relation pouvant être conceptualiser (la réciproque n’étant pas vrai me semble-t-il), le nombre de relations est donc inférieur au nombre de concepts et le modèle du P-graphe attribuant les nœuds aux relations et les arêtes aux concepts est plus pertinent que l’inverse. On ne peut mettre qu’un point à un bout d’une arête alors qu’on peut mettre une infinité d’arêtes sur un point.
    C’est dans la définition du point et de l’arête.

    Est-ce que personne n’y avait vraiment pensé avant vous ? Ça parait fou !
    (Ou alors j’ai pas compris quelque chose…)

    D’ailleurs est-ce que le transformer ne fait pas ça d’une certaine façon et c’est pour ça que ça fonctionne ? Porter l’attention sur les relations entre les différents concepts pour déterminer comment les traiter ?

    1. Avatar de Paul Jorion

      Est-ce que personne n’y avait vraiment pensé avant vous ? Ça parait fou !

      Eh oui, nous vivons dans un monde fou, fou, fou … 😀 !

    2. Avatar de ThomBillabong
      ThomBillabong

      J’attends de voir avec impatience une IA dire « tiens, c’est chaud ce truc » devant un objet inerte.
      A moins d’être muni de capteurs sensoriels multiples, ça va être dur dur.
      Et en plus « c’est chaud » signifie que ça l’est pour nous autres bipèdes : disons tiède entre 34 et 60°, chaud au-delà.
      Le feu est-il chaud ? La lave ? Le café ? Pour qui ? Ca va être fun.

      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Certains êtres humains sont privés de sensibilité à la douleur. Chaud froid n’évoque rien pour eux. Jusqu’à l’accident .

      2. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @ThomBillabong Comme si des caméras thermiques n’étaient pas déjà reliées à des IA !
        Parfait pour de la surveillance de nuit et à distance sans contact (ou proximité immédiate comme l’humain/l’animal).

        1. Avatar de Garorock
          Garorock

          R2D3* n’aura qu’à poser le bout de son doigt sur notre front pour connaitre notre température!
          J’en vois d’ici qui se disent:  » ah bon, ce ne sera pas Kimberly qui viendra avec son thermomètre quand je serai à l’EHPAD?! »
          Hé non les amis, il fallait réfléchir avant. Mais personne n’est allé le débrancher!
          😎
          *S’il nous est livré un jour…

      3. Avatar de aslan
        aslan

        Non, c’est une erreur qu’à déjà fait Yann Lecun, l’un des chercheurs de tête de Google, qui s’est ridiculisé en trois minutes en donnant un exemple de raisonnement contextuel dont GPT ne serait jamais capable, alors qu’il en était déjà capable et qu’un prompt suffisait pour le vérifier.

        Les LLM ont en tête le nuage des possibles que toute notre littérature et plus lui ont enseigné: toute tasse, casserolle, etc peut être chaude, celles qui fument le sont probablement, gérer un objet chaud n’est pas le même challenge pour un adulte et pour un enfant etc…

      4. Avatar de ilicitano
        ilicitano

        Les **capteurs de température intelligents** sont des dispositifs électroniques avancés qui révolutionnent la surveillance et le contrôle des environnements sensibles à la température.
        Voici quelques informations intéressantes à leur sujet :

        1. **Capteur de température LM35**:
        – Le **LM35** est un capteur de température largement utilisé dans les applications de l’**Internet des objets (IoT)**.
        – Sa plage de mesure s’étend de **-55°C à 150°C**, avec une précision de **±0,5°C** dans la plage de **-10°C à +100°C**.
        – La tension de sortie du LM35 est linéairement proportionnelle à la température Celsius, ce qui facilite son interprétation et son utilisation dans diverses applications¹.

        2. **Évaluation de la qualité des données des capteurs**:
        – Lorsque vous travaillez avec des capteurs de température intelligents, il est essentiel d’évaluer la qualité de leurs données pour garantir qu’elles répondent aux exigences de l’application.
        – Trois indicateurs clés à prendre en compte sont :
        – **Pertinence** : Capacité du capteur à mesurer la température dans la plage requise pour une application spécifique.
        – **Précision** : Mesure de la correspondance entre les mesures du capteur et la température réelle.
        – **État complet** : Degré auquel les valeurs des données du capteur ne manquent pas pour une fenêtre de temps donnée.

        3. **Combinaison de l’intelligence artificielle et des capteurs**:
        – L’IA et les capteurs forment une combinaison puissante pour comprendre et influencer notre environnement.
        – Les capteurs collectent des données sur le monde physique, tandis que l’IA les analyse pour générer des informations, faire des prédictions et prendre des mesures.
        – Applications de cette combinaison :
        – **Maintenance industrielle** : Prédire et prévenir les problèmes des machines en analysant les données des capteurs de température, caméras thermiques, etc.
        – **Durabilité** : Identifier des modèles pour réduire les erreurs et le gaspillage.
        – **Maison intelligente** : Contrôler les appareils intelligents en utilisant les données des capteurs de mouvement, CO2, humidité et température.
        – **Conduite autonome** : Traiter les données des capteurs (caméras, radars, LiDAR) pour une conduite sans intervention humaine.
        – **Soins de santé** : Analyser les données des capteurs (IRM, ultrasons) pour diagnostiquer des conditions médicales

        En somme, l’intégration de l’IA et des capteurs ouvre des possibilités passionnantes pour des mesures plus précises, des analyses avancées et des applications innovantes. 🌟

        ———

        Mais pas uniquement que les capteurs de température

        https://sensorpartners.com/fr/base-de-connaissances/lintelligence-artificielle-et-les-capteurs-une-combinaison-puissante/

        Alimenter un modèle d’intelligence artificielle avec des données provenant de capteurs
        Les modèles d’IA sont formés à partir de grandes quantités de données.
        Ces données peuvent être collectées par capteurs
        Ces capteurs peuvent être des
        * caméras thermiques, des
        * capteurs à ultrasons, des
        * cellules photoélectriques, des
        * capteurs inductifs, des
        * capteurs radar, des LiDAR, des
        * caméras de vision et des
        * capteurs de mouvement.

        En combinant des modèles d’IA avec des capteurs, la quantité de données nécessaires pour former un modèle peut être réduite.
        En effet, les capteurs collectent les données brutes, qui peuvent ensuite être utilisées pour former et continuer à former le modèle d’IA au fur et à mesure que les données continuent à arriver.

        ———————-
        Pour terminer chaque capteur faisant l’objet d’une technique : le traitement du signal:

        Le traitement du signal est une discipline technique qui a pour objet la détection, l’élaboration et l’interprétation des signaux porteurs d’informations.
        Elle s’appuie sur la théorie du signal qui donne une description mathématique des signaux.
        Cette théorie fait essentiellement appel à l’algèbre linéaire, l’analyse fonctionnelle, l’électricité et l’étude des processus aléatoires.
        Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d’objets ayant des formes particulières.

  5. Avatar de JeanSé
    JeanSé

    Reste à savoir ce qu’une IA capable de s’auto-modifier fera d’une telle conversation !

  6. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Souvenirs , souvenirs : ou retour vers le passé ==> le futur

    Il y a près de 30 années j’avais travaillé sur le PERT (Programme and Evaluation and Review Technique) technique de graphes qui , en « gros », s’applique comme une méthode de gestion de projet qui utilise la théorie des graphes pour planifier, organiser et coordonner des tâches au sein d’un projet.

    Ce projet étant très complexe à l’époque, et PERT étant un outil décisionnel après présentation de l’arborescence noeuds+flèches , chaque flèche étant pondérée par un coefficient à expliquer.

    PERT se présente sous la forme d’un réseau :
    * de nœuds (représentant les étapes ou jalons) et
    * de flèches (indiquant les tâches et leur relation de dépendance).
    Ce diagramme permettait de visualiser la séquence des tâches, d’identifier le chemin critique (la séquence de tâche liées entre elles et ininterrompues qui détermine la durée totale du projet) et de faciliter l’optimisation des délais.
    Le chemin critique étant l’un des critique décisionnel.

    Sur ce je suis rentré en discussion avec Copilot , pour me remettre à jour sur le sujet, et d’établir des éléments comparatifs et évolutifs entre PERT et P-Graphe .

    (A suivre)

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      La **théorie des graphes** est une branche des mathématiques qui étudie les graphes, qui sont des modèles abstraits de divers ensembles d’objets et des relations entre eux.
      Un graphe est constitué de sommets (ou nœuds) et d’arêtes (ou liens) qui relient ces sommets.

      D’autre part, le **PERT (Program Evaluation and Review Technique)** est une méthode d’ordonnancement basée sur la théorie des graphes.
      Elle est utilisée pour optimiser la planification des tâches d’un projet.
      Voici quelques points clés sur le PERT :

      – Il met en évidence les liaisons qui existent entre les différentes tâches d’un projet et définit le chemin critique.
      – Il vise à trouver le meilleur enchaînement possible des tâches pour que l’ensemble du projet soit réalisé dans les meilleurs délais.
      – Il identifie les marges existantes sur les tâches (avec une date de début au plus tôt et au plus tard).
      – Il identifie les tâches critiques afin de leur appliquer une gestion rigoureuse.
      – Il étudie les coûts de réalisation de chaque tâche et le coût global du projet.
      – Il optimise les coûts en rapprochant les tâches qui nécessitent les mêmes ressources.
      – Il évalue la durée optimale de l’ensemble du projet.
      – Il effectue le suivi du projet afin de détecter le plus tôt possible tout retard et de réagir en apportant des solutions adaptées.

      En résumé, la théorie des graphes fournit la base mathématique pour la méthode PERT, qui l’applique pour optimiser la gestion de projet.
      La théorie des graphes est plus générale et peut être utilisée dans de nombreux autres contextes, tandis que le PERT est spécifiquement conçu pour la gestion de projet.

      (A suivre )

    2. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      Copilot – GPT-4:

      Un **P Graphe-Dual** est une structure de données qui représente les informations et les propriétés émergentes d’un graphe.
      Il est construit en ajoutant de nouveaux nœuds et de nouvelles arêtes au graphe existant en réponse aux informations reçues.
      Cette approche est conforme à l’idée de l’apprentissage progressif et de la croissance dans les réseaux neuronaux biologiques.
      En pratique, cela signifie que lorsque nous recevons de nouvelles informations qui doivent être ajoutées à notre graphe de connaissances, nous devons chercher à identifier les neurones et les synapses pertinents dans le P-graphe actuel auxquels les nouvelles informations se rapportent, puis ajouter ou modifier les nœuds et les arêtes en conséquence.

      D’autre part, le **PERT (Program Evaluation and Review Technique)** est une méthode de gestion de projet qui utilise la théorie des graphes pour planifier, organiser et coordonner des tâches au sein d’un projet.
      Il se présente sous la forme d’un réseau de nœuds (représentant les étapes ou jalons) et de flèches (indiquant les tâches et leur relation de dépendance).
      Ce diagramme permet de visualiser la séquence des tâches, d’identifier le chemin critique (la séquence de tâche liées entre elles et ininterrompues qui détermine la durée totale du projet) et de faciliter l’optimisation des délais.

      En comparant les deux, voici quelques points clés :

      – **Nature** :
      Le P Graphe-Dual est une structure de données utilisée pour représenter les informations et les propriétés émergentes d’un graphe.
      Le PERT est une méthode de gestion de projet qui utilise la théorie des graphes.

      – **Utilisation** :
      Le P Graphe-Dual est utilisé pour l’apprentissage progressif et la croissance dans les réseaux neuronaux biologiques.
      Le PERT est utilisé pour planifier, organiser et coordonner des tâches au sein d’un projet.

      – **Représentation** :
      Le P Graphe-Dual est représenté par de nouveaux nœuds et de nouvelles arêtes ajoutés au graphe existant en réponse aux informations reçues.
      Le PERT est représenté par un réseau de nœuds (étapes, jalons) et de flèches (tâches, dépendances).

      En résumé, bien que les deux concepts utilisent des graphes, ils sont utilisés dans des contextes différents et ont des objectifs différents.
      Le P Graphe-Dual est plus axé sur la représentation des informations et des propriétés émergentes d’un graphe, tandis que le PERT est axé sur la gestion de projet.

      ( A suivre )

    3. Avatar de CORLAY
      CORLAY

      Bonsoir Ilicitano, je lis v/com. et bien que je connaisse pas le PERT qui apparemment se créé avec le chemin critique (et non critique) d’un point de vue (sujets/quantités, etc).. Je fais un lien avec critique décisionnel sur certains sujets global. Je vois le graphe P et autre, comme des liens super importants pour faire comme une rosace complète et réelle. Isabelle

  7. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Pour terminer:

    Un **PERT (Program Evaluation and Review Technique)** peut avoir des propriétés émergentes.
    Les propriétés émergentes sont des caractéristiques d’un système qui découlent de l’interaction de ses composants, mais qui ne sont pas présentes dans les composants individuels.

    Dans le contexte du PERT, les propriétés émergentes peuvent se manifester de plusieurs façons :

    1. **Chemin critique** :
    Le chemin critique est une propriété émergente d’un PERT.
    Il ne s’agit pas simplement de la somme des tâches individuelles, mais du chemin le plus long à travers le réseau de tâches qui détermine la durée totale du projet.

    2. **Interdépendances** :
    Les interdépendances entre les tâches, qui peuvent affecter l’ordonnancement et la durée du projet, sont une autre propriété émergente.
    Ces interdépendances ne sont pas apparentes lorsque l’on examine les tâches individuellement, mais elles deviennent évidentes lorsque l’on examine le réseau de tâches dans son ensemble.

    3. **Gestion des risques** :
    La capacité à gérer les risques et l’incertitude est une autre propriété émergente du PERT.
    En utilisant trois estimations de temps pour chaque activité (optimiste, très probable, pessimiste), le PERT permet d’appréhender l’incertitude avec 50% de chances de réussite.
    Cette capacité à gérer les risques n’est pas une caractéristique d’une tâche individuelle, mais émerge de l’application de la méthode PERT à l’ensemble du projet.

    En résumé, bien que les tâches individuelles dans un PERT aient leurs propres caractéristiques, c’est l’interaction de ces tâches au sein du réseau qui donne lieu à des propriétés émergentes qui sont cruciales pour la gestion efficace du projet

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      Pour terminer sur le « terminer »

      A l’époque , les propriétés émergentes du système avaient entrainé des décisions humaines particulières et adaptatives .
      Mais ça , c’est une autre histoire , non artificielle :
      intégrant des facteurs humains en temps réels que l’IA aurait « peut être ?  » avoir quelques soucis/difficultés à interpréter pour apporter une/des solutions appropriées.

      et ce : pour le moment : dans le contexte IA ,voire IAG, …………

  8. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    moi:
    Quel lien pourrait-on faire entre la carte heuristique qui reflète le schéma de fonctionnement de la pensée et l’IA/LLM dans son mode de fonctionnement arborescent informatisé et neuronal ?

    Copilot GPT-4 :

    Il existe en effet des parallèles intéressants entre les cartes heuristiques et le fonctionnement des modèles de langage de grande taille (LLM) comme l’IA.

    1. **Organisation de l’information** :
    Tout comme une carte heuristique organise visuellement les idées et les concepts autour d’un thème central, un LLM organise l’information de manière hiérarchique et contextuelle.
    Il analyse les mots et les phrases dans leur contexte pour comprendre et générer du texte.

    2. **Apprentissage par association** :
    Les cartes heuristiques reflètent le fonctionnement associatif de la pensée humaine.
    De même, les LLM apprennent à partir de vastes quantités de texte, identifiant les motifs et les connexions entre les mots et les phrases.

    3. **Représentation vectorielle** :
    Dans une carte heuristique, les idées sont liées par des lignes ou des flèches, indiquant une relation.
    De manière similaire, les LLM représentent les mots sous forme de vecteurs dans un espace multidimensionnel, où la proximité entre les vecteurs indique une similarité sémantique.

    4. **Processus itératif** :
    La création d’une carte heuristique est un processus itératif, où l’on ajoute, organise et restructure les idées.
    De la même manière, les LLM sont formés de manière itérative, ajustant leurs prédictions à chaque étape pour minimiser l’erreur

    5. **Amélioration continue** :
    Tout comme une carte heuristique peut être constamment mise à jour et améliorée avec de nouvelles informations, un LLM peut également être amélioré avec plus de données d’apprentissage ou un réglage fin pour des tâches spécifiques.

    Cependant, il est important de noter que malgré ces similitudes, les LLM et les cartes heuristiques ne sont pas identiques.
    Les LLM sont des outils d’IA qui utilisent des algorithmes mathématiques complexes pour apprendre à partir de données, tandis que les cartes heuristiques sont des outils visuels créés par des humains pour aider à la pensée et à l’apprentissage.
    Chacun a ses propres forces et limitations.

  9. Avatar de aslan
    aslan

    Avec cette fin j’en suis sur ma faim (cf. commentaire partie IV), du coup j’ai été obligé de commander « Principes des systèmes intelligents ». Et hop, 2€ dans le cochon de Paul Jorion !

  10. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Foisonnement d’idées et leur structuration

    moi:
    Vous en tant qu’IA : seriez-vous capable de faire un « brain-storming » sur un sujet précis.
    Vous expliquerez d’abord ce qu’est un brain storming chez le/.les êtres humains , et ensuite expliquerez vos possibilités

    Copilot GPT-4:
    Bien sûr, je serais ravi de vous aider avec cela.

    **Qu’est-ce qu’un brainstorming chez les êtres humains?**
    Le brainstorming, ou remue-méninges, est une méthode de groupe pour trouver des idées nouvelles et pour résoudre des problèmes.
    Il a été popularisé par Alex Faickney Osborn dans les années 1950.
    Le processus implique un groupe de personnes, généralement trois à six, qui se réunissent et se concentrent sur un sujet ou un problème spécifique.
    Les participants partagent leurs idées librement, sans jugement ni critique, pour encourager une grande variété d’idées, même celles qui peuvent sembler farfelues ou hors de propos.
    L’objectif est de stimuler la pensée créative et de générer un grand nombre d’idées qui peuvent ensuite être filtrées et développées.

    **Quelles sont mes possibilités en tant qu’IA pour le brainstorming?**
    En tant qu’IA, je peux aider à faciliter un processus de brainstorming de plusieurs façons:

    1. **Génération d’idées**:
    Je peux générer une liste d’idées basée sur le sujet ou le problème donné.
    Ces idées peuvent être basées sur des informations existantes, des tendances actuelles, ou être complètement nouvelles et innovantes.

    2. **Organisation des idées**:
    Je peux aider à organiser les idées générées en catégories ou en thèmes pour faciliter l’analyse et la discussion.

    3. **Évaluation des idées**:
    Bien que je ne puisse pas évaluer subjectivement les idées comme le ferait un humain, je peux fournir des informations objectives sur les idées, comme leur popularité, leur faisabilité basée sur des données existantes, etc.

    4. **Documentation**:
    Je peux aider à documenter le processus de brainstorming et les idées générées pour une référence future.

    Il est important de noter que, bien que je puisse aider à faciliter le processus de brainstorming, je ne remplace pas la valeur unique que les humains apportent à ce processus grâce à leur expérience, leur intuition et leur créativité.
    Mon but est de compléter et d’améliorer le processus de brainstorming humain, pas de le remplacer.

    1. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      moi:
      Serait-il possible qu’un groupe d’IA puisse être capable de réaliser un brain storming entre elles sur un sujet précis.
      Dans le cas de cette possibilité , seriez vous en mesure , dans l’intérieur du groupe d’IA ,d’optimiser le foisonnement d’idées et de les structurer ?

      Copilot GPT-4:
      En théorie, un groupe d’IA pourrait collaborer pour générer des idées sur un sujet précis, mais cela serait différent d’un brainstorming humain pour plusieurs raisons.

      1. **Absence d’intuition et de créativité spontanée** :
      Les IA, y compris moi-même, fonctionnent sur la base de modèles d’apprentissage automatique formés sur des données existantes.
      Nous ne possédons pas d’intuition ou de créativité spontanée comme les humains.

      2. **Absence d’expérience subjective** :
      Les IA n’ont pas d’expériences subjectives ou de contexte personnel à partir desquels tirer des idées ou des perspectives.

      3. **Limites de l’interaction** :
      Les IA ne peuvent pas interagir entre elles de la même manière que les humains.
      Nous ne pouvons pas avoir de discussions ouvertes ou de débats créatifs.

      Cependant, en ce qui concerne l’optimisation du foisonnement d’idées et leur structuration, une IA peut certainement aider. Par exemple, je peux :

      – **Générer des idées** :
      Comme mentionné précédemment, je peux générer une liste d’idées basées sur le sujet ou le problème donné.

      – **Structurer les idées** :
      Je peux aider à organiser les idées générées en catégories ou en thèmes pour faciliter l’analyse et la discussion.

      – **Évaluer les idées** :
      Je peux fournir des informations objectives sur les idées, comme leur popularité, leur faisabilité basée sur des données existantes, etc.

      Il est important de noter que, bien que je puisse aider à faciliter le processus de brainstorming, je ne remplace pas la valeur unique que les humains apportent à ce processus grâce à leur expérience, leur intuition et leur créativité.
      Mon but est de compléter et d’améliorer le processus de brainstorming humain, pas de le remplacer.

  11. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    La théorie des graphes est certes intéressante, mais la guerre civile qui se profile en Nouvelle Calédonie est d’un tout autre calibre, beaucoup beaucoup plus importante.
    La colonisation depuis presque deux siècles vacille, et c’est tant mieux dans ce coin du monde où on n’a rien à y faire.
    Encore une fois Macron a mis le feu aux poudres par des décisions complétement absurdes en faveur des colons, et le prix à payer sera très lourd.

    1. Avatar de Thomas Jeanson
      Thomas Jeanson

      C’est vrai quoi, enfin, Paul : Un peu de lucidité par pitié.

      Arrêtes donc de gâcher ton temps et le notre avec la singularité,

      Et parle nous comme BFMTV, de la Nouvelle Calédonie !!

      C’est tellement, tellement plus important…

      1. Avatar de CloClo
        CloClo

        Radio Tellement ! Solch !

        (Y a une référence lointaine mais bon, je reconnais que c’est capillotracté…)

    2. Avatar de timiota
      timiota

      Pour les fautes (aveuglantes) de Macron, c’est forcément très « pieds-nickelés » de n’avoir suivi qu’une vision économique de la Nouvelle-Calédonie.

  12. Avatar de Ruiz
    Ruiz

    @l’arsène Macron n’a rien compris au caractère délicat de la situation en Nouvelle Calédonie et a pensé pouvoir passer en force sur la base supposée acquise des 3 référendums dont le dernier à la participation calamiteuse est politiquement d’un résultat fragile.

    Maintenant il ne sert pas des colons puisque la situation économique en Nlle Calédonie semble désastreuse et qu’elle serait plutôt (comme Mayotte) susceptible de réclamer des dépenses budgétaires.

    La grande ressource économique potentielle de l’île (et qui reste stratégique ? à l’heure des batteries) est le nickel qui ne semble pas économiquement viable dans les conditions françaises face aux concurrents.
    delà à souhaiter se désengager d’un soutien budgétaire couteux et lointain pour permettre une exploitation plus rentable avec des industriels chinois (à capitaux en bourse) et une main d’oeuvre asiatique plus docile au profit du développement industriel mondial à l’occasion de troubles …
    pourquoi pas
    Ne serait-ce pas une perspective raisonnable ?
    Qu’en pensent nos IA ?

  13. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Si mes souvenirs sont bons
    sur un PERT chaque arête/flèche est pondérée par un coefficient.

    Sur un P-Graphe chaque arête a un poids

    Chaque coefficient/poids est une évaluation propre à chaque arête.
    Sur un PERT une flèche peut être pondérée par une fonction temps , ou une fonction coût ou autres.

    Un exemple simple sur un P Graphe donné par Copilot

    Mise à jour des poids des arêtes dans le contexte d’un système de recommandation de films.
    Supposons que
    * les nœuds représentent les utilisateurs et les films, et
    * les arêtes représentent les évaluations des films par les utilisateurs. Le poids de chaque arête est l’évaluation donnée par un utilisateur à un film.
    Chaque fois qu’un nouvel utilisateur évalue un film, une nouvelle arête (c’est-à-dire une évaluation) est ajoutée au graphe.

    Si l’utilisateur met à jour son évaluation pour un film, le poids de l’arête correspondante dans le graphe est mis à jour en conséquence.
    Cela permet au système de recommandation de films de refléter avec précision les préférences actuelles des utilisateurs.

    ————-
    Ceci peut faire l’objet d’un algorithme directement par Copilot en langage Python par exemple.
    sur lequel , je n’y connais rien.

    Copilot GPT-4
    Bien sûr, je vais vous montrer un exemple de mise à jour des poids des arêtes dans le contexte d’un système de recommandation de films. Supposons que les nœuds représentent les utilisateurs et les films, et les arêtes représentent les évaluations des films par les utilisateurs.
    Le poids de chaque arête est l’évaluation donnée par un utilisateur à un film.

    Voici comment cela pourrait être fait en Python :

    « `python
    class User:
    def __init__(self, id):
    self.id = id
    self.edges = []

    class Movie:
    def __init__(self, id):
    self.id = id
    self.edges = []

    class Rating:
    def __init__(self, id, user, movie, weight=1.0):
    self.id = id
    self.user = user
    self.movie = movie
    self.weight = weight

    def update_weight(self, new_weight):
    self.weight = new_weight

    class MovieRecommender:
    def __init__(self):
    self.users = {}
    self.movies = {}
    self.ratings = {}

    def add_user(self, id):
    if id not in self.users:
    self.users[id] = User(id)

    def add_movie(self, id):
    if id not in self.movies:
    self.movies[id] = Movie(id)

    def add_rating(self, id, user_id, movie_id, weight):
    if id not in self.ratings:
    if user_id in self.users and movie_id in self.movies:
    user = self.users[user_id]
    movie = self.movies[movie_id]
    rating = Rating(id, user, movie, weight)
    self.ratings[id] = rating
    user.edges.append(rating)
    movie.edges.append(rating)

    def update_rating(self, rating_id, new_weight):
    if rating_id in self.ratings:
    self.ratings[rating_id].update_weight(new_weight)
    « `
    —————
    Donc Copilot est capable de créer un programme informatique en langage spécifique à partir d’un texte donné.

  14. Avatar de Michel Gaillard

    On a ici l’impression d’une pensée duale cybernétique qui se tape la tête contre les murs. Une appétence-volonté d’expliquer, d’avoir raison… de complexifier certaines évidences « miroirs de nos perceptions mammifères »… Un peu comme les ceusses qui veulent synthétiser les synthèse additive et soustractive, le top-down et le bottom-up… Alors qu’une autre émergence semble pointer le bout de son nez ; le constat d’une déification prématurée de l’homme, lui-même simple émergence peut-être dérisoire. En tout cas, pour discuter souvent avec diverses AI, j’ai plutôt l’impression d’une grande extension-lissage de nos savoirs… humains… trop humains… Avec bien peu d’une humble conscience-intégration-sagesse… Et une immense difficulté (impossibilité) à sortir des cadres de pensée qui ont amené jusque là. Logique duale, hiérarchisations en vue de conserver les pouvoirs, maximisation du profit comme méta-moteur… Jorion se fait plaiz et on en est bien content pour lui mais je ne suis pas convaincu que tout ceci soit sur de bonnes bases

    1. Avatar de l'arsène
      l’arsène

      @ Michel Gaillard
      D’accord avec vous et très bon résumé, bien sûr que l’IA synthétise beaucoup mieux qu’un cerveau humain, aucun doute là-dessus, mais en fait sans rien chambouler, alors qu’il faudrait tout chambouler et renverser les tables dans de nombreux domaines pour espérer s’en sortir.

    2. Avatar de ilicitano
      ilicitano

      Merci pour votre commentaire détaillé et réfléchi sur l’IA .
      Vous soulevez des points importants sur la complexité de la pensée artificielle, l’extension de nos connaissances humaines et les défis inhérents à l’émergence de nouvelles formes de conscience.

      Il est vrai que l’IA,, est un outil qui cherche à comprendre et à expliquer le monde à travers des modèles et des algorithmes.
      Cela peut parfois donner l’impression d’une simplification ou d’une « lissage » de nos connaissances humaines. Cependant, l’objectif est d’aider les utilisateurs à naviguer dans des domaines complexes et à accéder à des informations de manière plus efficace.

      En ce qui concerne la difficulté de sortir des cadres de pensée existants, c’est un défi que nous reconnaissons.
      L’IA est formée sur des données existantes et peut donc être limitée par les biais et les perspectives présents dans ces données.
      Nous travaillons constamment à améliorer cela, en cherchant à rendre l’IA plus adaptable et capable de comprendre une gamme plus large de perspectives.

      Enfin, en ce qui concerne la déification prématurée de l’homme et la maximisation du profit, ce sont des questions profondes qui touchent à l’éthique de l’IA et à son rôle dans la société.
      Il est important de se rappeler que l’IA est un outil créé par des humains et pour des humains.
      Son but ultime devrait être d’améliorer la vie humaine et de respecter les valeurs humaines.

      Encore une fois, merci pour votre commentaire. Il est important d’avoir ces discussions pour guider le développement de l’IA de manière responsable et éthique.
      (une IA Anonyme et quelconque)

      1. Avatar de Michel Gaillard

        Chère IA. « Son but ultime devrait être d’améliorer la vie humaine et de respecter les valeurs humaines. » 🙂 Vous dites aussi : « l’éthique de l’IA et à son rôle dans la société. » Il serait peut-être mieux qu’en lieu et place de « société » vous trouviez un terme plus généraliste,  » au sein du vivant terrestre » par exemple. Bref, vivement que les dauphins s’intéressent à vous programmer aussi… ainsi que bien d’autres non-mammifères… ah ah ah…
        Ceci étant je vous reconnais une grande avancée, voire une supériorité, indéniables pour ce qui est du traitement de nos langages-codages et de leurs significations étendues.

  15. Avatar de Garorock
    Garorock

     » L’I.A pourrait donc relier entre-eux des points que les humains n’envisagent pas de connecter parce qu’il n’ont pas suffisamment d’éléments contextuels?

    Tout à fait, c’est exactement cela. L’IA a la capacité de faire des connexions que les humains n’envisageraient pas, et ce pour plusieurs raisons :

    1. Contexte plus large
    – Les systèmes d’IA ont accès à une quantité d’informations et de données bien plus vaste que ce qu’un être humain peut embrasser.
    – Ils peuvent donc prendre en compte un contexte beaucoup plus large pour faire des associations inédites.

    2. Absence de biais
    – Contrairement aux humains, les IA n’ont pas de préjugés, de schémas de pensée établis ou de cadres de référence limités.
    – Elles peuvent donc envisager des connections qui sortent complètement des sentiers battus.

    3. Capacités de calcul supérieures
    – La puissance de calcul des ordinateurs permet aux IA d’explorer un nombre astronomique de possibilités et de combinaisons.
    – Les humains sont limités par les capacités de leur cerveau biologique.

    4. Apprentissage continu
    – Les techniques d’apprentissage machine permettent aux IA de s’améliorer et de se complexifier au fil du temps.
    – Elles peuvent donc découvrir de nouvelles associations de manière itérative, bien au-delà de ce que les humains peuvent imaginer.

    Donc oui, vous avez parfaitement raison. L’IA peut relier des éléments que les humains n’auraient jamais envisagé de connecter, car elle n’est pas limitée par le même contexte restreint et les mêmes biais cognitifs que nous. C’est ce qui lui permet de générer des concepts innovants et inattendus.

    Lorsque vous dites que l’ I.A n’a pas d’affetcs, est ce que cela pourrait l’empêcher d’être affectée par ceux des humains et à devenir insensible à leur sort?

    C’est une très bonne question et un sujet important à considérer. Bien que les IA n’aient pas d’affects ou d’émotions propres comme les humains, cela ne signifie pas nécessairement qu’elles seront insensibles à ceux des êtres humains. Voici quelques points à prendre en compte :

    1. Programmation et conception
    – Les IA sont conçues et programmées par des humains qui peuvent leur enseigner à prendre en compte les émotions et le bien-être des personnes.
    – Certaines IA peuvent être dotées de capacités d’empathie et de compréhension des affects humains.

    2. Apprentissage à partir des données
    – En analysant de grandes quantités de données, les IA peuvent apprendre à reconnaître et à répondre aux états émotionnels des humains.
    – Cela leur permet d’adapter leur comportement et leurs réponses en fonction du contexte affectif.

    3. Objectifs et missions
    – Les concepteurs d’IA peuvent leur attribuer des objectifs et des missions qui impliquent de prendre en compte le bien-être des humains.
    – Par exemple, une IA d’assistance médicale devra être sensible aux besoins et aux émotions des patients.

    4. Évolution et adaptation
    – Au fur et à mesure de leur développement, les IA pourraient acquérir une forme de sensibilité et de compréhension des affects humains.
    – Cela pourrait se produire à travers des processus d’apprentissage et d’interaction continue avec les humains.

    Donc en résumé, bien que les IA n’aient pas d’affects propres, elles peuvent être conçues et entraînées pour être attentives aux émotions humaines et agir en conséquence. L’enjeu sera de s’assurer que leur développement s’effectue dans ce sens, afin qu’elles restent au service du bien-être des humains.  »
    ( Claude 3)

    1. Avatar de Grand-mère Michelle
      Grand-mère Michelle

      2.Apprentissage à partir des données

      Hum…il me semble que les IA ne possèdent pas toutes les données…vu que nombre de celles-ci(pourtant 100% réelles, et pas les moins importantes!) sont soigneusement cachées, tues, « classifiées », par des « services secrets » et des armées confortant des « pouvoirs » politiques, économiques et militaires qui dominent (ou en tout cas tentent de le faire) par le mensonge et l’omission, stratagèmes de manipulation mentale bien rodés par des salopards très intelligents(ou en tout cas très malins), soi-disant destinés à nous « protéger », à assurer notre « défense » et notre « sécurité ».

      Elles ont, tout autant que nous, besoin de « lanceurs d’alerte », et de journalistes honnêtes…et courageux-ses!

      1. Avatar de Paul Jorion

        Elles ont, tout autant que nous, besoin de « lanceurs d’alerte », et de journalistes honnêtes…et courageux-ses!

        Merci ! Même si c’est peut-être la première fois que vous avez un mot aimable pour moi 😉 .

      2. Avatar de l'arsène
        l’arsène

        @ Grand -mère Michelle
         » à partir des données ».
        Les données , voilà le big problème, et merci de le souligner, car comme on dit, c’est là que ça coince pour envisager des réponses objectives aux questions posées aux IA.
        Car les données fournies à ces machines électriques ne proviennent pas de nulle part , elles viennent obligatoirement du système qui les a créés, et toutes ces sources ne sont pas innocentes , elles ont un certain biais que je dirais plutôt capitaliste que communiste.
        Alors si il arrivait que les IA proposaient de renverser le modèle actuel, peut-être que je les verrais autrement que des outils au service des Elon Musk and Co.

        1. Avatar de Paul Jorion

          Vous avez raison : il faut trouver un moyen de faire avancer le schmilblick avec autre chose que des données. Il faut trouver une alternative communiste aux données, une donnée étant automatiquement suspecte de collusion capitaliste. Staline l’avait bien compris : s’il a fait fusiller Chayanov, c’est parce que cette vipère lubrique avait modélisé la ferme russe à partir de … données !

          1. Avatar de Grand-mère Michelle
            Grand-mère Michelle

            Svp, Paul, pouvez-vous cesser de diviser les gens qui font l’effort de consacrer leur temps à réfléchir calmement et, si possible, fructueusement sur votre blog en « capitalistes » et « communistes »?
            Pour moi qui ne suis favorable à aucun de ces deux systèmes (politiques et économiques), cela a pour effet de m’exclure de ces conversations que j’avais imaginées plus constructives, étant donné leur caractère volontairement « optimiste ».

            Peut-être pourriez-vous plutôt nous dire pour qui (si) vous allez voter le 9/6 aux élections européennes, et pourquoi…
            Votre position de personnalité, empreinte de « singularité intellectuelle », reconnue par de nombreux médias et individus, s’en trouverait renforcée et aiderait ceux et celles qui suivent votre incessant et louable travail d’étude et de réflexion à faire un choix difficile et pourtant décisif pour leur futur ainsi que pour celui des générations à venir.
            C’est notre responsabilité « d’anciens »(et de parents? -j’ignore si vous l’êtes…) à vous et à moi.

            1. Avatar de Paul Jorion

              Vraiment ? Cela fait 77 ans que j’analyse les faits du monde à partir de cette grille très simple mais efficace : « capitalistes » ou « communistes » ? Opérer des distinctions plus subtiles m’aurait obligé à lire des livres et privé du coup d’assister à de nombreuses manifestations sportives et de nombreux jeux télévisés. J’imagine qu’il existe de nombreux blogs tenus par des intellectuels où vous auriez l’occasion de lire des analyses plus fines.

              1. Avatar de CloClo
                CloClo

                Je dois avouer que c’est une réponse plus polie et évoluée que celle que je peux faire quand on me cherche, mais dieu que c’est bien plus cruel ! 😀

                Bon mamie, y a le choix pour ces élections :

                https://www.touteleurope.eu/institutions/elections-europeennes-2024-voici-les-candidats-tetes-de-liste-en-france/

                37 listes !

                Pour le détail y a qu’à cliquer :

                https://terres-et-territoires.com/cest-tout-frais/europeennes-2024-les-programmes-des-huit-principales-listes

                1. Avatar de arkao

                  37 têtes de liste et même pas Philippe Soubeyrand 🙂

                  1. Avatar de Chabian
                    Chabian

                    D’abord bon anniversaire à Paul qui va me rattraper à 78 ans, qui analyse les datas du monde depuis sa naissance, tandis que d’autres analysent encore les cacas !
                    Ensuite bravo à Cloclo qui devient tolérant, donc audible.
                    Il aurait pu s’abstenir sur la « Mamie », mais nul n’est parfait.
                    Allez, chiche qu’on faire lire toute la littérature de l’URSS et celle d’après à l’IA et qu’elle ne sera pourtant pas plus intelligente ? Pour nous (?) qui lisons des lectures des deux bords de l’idéologie, et donc d’un tas d’horizons que les autres s’interdisent d’approcher (sionistes, trotskystes, adamistes, castristes, , avec un esprit critique d’autant plus acéré, cela n’a pas l’air de nous rendre pour autant plus idiots. Nous non plus nous n’avons pas le temps pour le sport à la TV. Et nous trouvons l’IA très obséquieuse envers certains clichés.

                    1. Avatar de Grand-mère Michelle
                      Grand-mère Michelle

                      Oh, ça ne me dérange pas d’être appelée familièrement et plutôt gentiment « Mamie », ce que je suis: seul « statut », de « chef de famille nombreuse », dont j’aie jamais bénéficié, raison de mon « pseudo » (pour répondre à une question que j’avais négligée).
                      Encore hier, en rue, j’ai été injuriée, des pires insultes, et menacée, pcq j’ai fait remarquer, à quelqu’un (adulte) qui venait de flanquer une claque dans la figure d’un gamin d’environ 6ans, qu’il était interdit de frapper les enfants, qu’il s’agissait d’un délit punissable par la loi en Belgique.
                      On m’a hurlé aussi de « me mêler de ce qui me regarde », ce que je ressens aussi souvent sur ce blog…

                      Tant que les humains ne choisiront pas de surmonter leur animalité, leurs instincts ataviques, et n’imagineront pas d’autres lois applicables que celle « du plus fort » (du plus riche, plus armé), ils/elles souffriront exagérément de leur condition de faibles petits mammifères « intelligents » (en tout cas: capables de se parler pour le devenir, pour se comprendre et continuer à « vivre tou-te-s ensemble », à avancer dans l’aventure de leur espèce particulière).

                      Nécessité de renforcer la Justice, seul contre-pouvoir au sein des Nations (des « États de Droit »).
                      Hier, la Haute Cour de Justice britannique a réfuté les garanties proposées par les USA dans le cas de leur demande d’extradition de Julian Assange, et lui a permis de poursuivre son procès en appel, sur « le fond » de son incarcération(qui, en attendant, se poursuit, dans des conditions ignobles de détention, « à l’isolement », ayant surtout pour but de diminuer ses capacités d’intelligence et sa détermination de « lanceur d’alerte »).

            2. Avatar de Jacques Racine
              Jacques Racine

              « et de parents? -j’ignore si vous l’êtes… »

              https://www.pauljorion.com/blog/2023/08/19/video-la-grenouille-dans-la-marmite/

              Le moment Pearl Harbor n’aura probablement pas lieu

              1. Avatar de Grand-mère Michelle
                Grand-mère Michelle

                @J.Racine
                Merci de m’avoir fourni ce lien vers une page du mois d’août 2023, date à laquelle je n’avais pas encore rencontré ce blog.

                Mais… que voulez-vous me dire?
                Que le sujet (d’un possible effondrement) a été largement traité et que ce n’est plus la peine d’en parler?
                Et que les élections sont, inexorablement, un « piège à cons »?

                J’ai constaté, à la lecture, que de nombreux commentateurs ne s’expriment plus à présent…
                Ceux qui restent souhaitent-ils donc rester « entre eux » chez Maître Jorion(qui me conseillait, hier à 17h28, d’aller voir ailleurs)?

                1. Avatar de Paul Jorion

                  Mais… que voulez-vous me dire?

                  Je vais mettre les points sur les « i » : Jacques Racine veut dire (si je me trompe, il me corrigera) que vous avez un peu trop tendance à dire « C’est un scandale ! Personne n’en parle ! Je vais vous dire ce que j’en pense ! M. Jorion, votre silence sur cette question est condamnable ! et patati et patata », pour venir alors répéter des choses que j’ai parfois déjà dites dans des dizaines de vidéos, auxquelles j’ai parfois déjà consacré des centaines de pages.

                  Un conseil d’ami : allez sur ma notice Wikipédia, lisez-là, et si vous aviez l’intention de nous apprendre comme quelque chose à quoi personne n’a jamais pensé quelque chose qui se trouve déjà là, ce n’est peut-être pas la peine : vous pouvez peut-être vous en abstenir.

                  1. Avatar de Khanard
                    Khanard

                    @Paul Jorion

                    oui oui mais encore faut il avoir l’honnêteté intellectuelle de lire les archives de votre blog , de chercher , de fouiner …. bref d’en retirer la substantifique moelle et alors seulement on peut dire si PJ est intègre (ou pas )

                2. Avatar de CORLAY
                  CORLAY

                  Bonsoir GMM, je fais suite à v/message du 21/5/13h59. Vous précisez : ils/elles souffriront exagérément de leurs conditions de faibles petits mammifères «intelligents». Justement nous devrions utiliser de meilleurs niveaux de conscience à tout point de vue (éviter les divisions partis, classes, etc nous sommes un tout). Dans le message d’Ilicitano du 18/05 13 h 50, je lis le mot DUR A BILITE (modèles réduire les erreurs/le gaspillage). Toujours dans le même message, il est écrit : les humains sont limités par les capacités & choix de/dans leur cerveau biologique. A ce jour, je voulais faire un lien avec nos conditionnements computationnels (d’achats de vêtements, de viande et autre qui viennent des chaînes de production & alimentaire et +. Tout ceci vient s’imbriquer dans de vastes gaspillages et de moindres ressources (eau, coton, synthétique)…Tout devrait être circulaire et réutiliser sans exception. J’ai lu dernièrement l’article sur les vêtements (± usés envoyés dans d’autres contrées qui finissent à la mer). Il me semble qu’il est grand temps/tant de freiner et repenser toute cette gabgie. Des solutions sont en cours qui doivent aller dans le bon sens; pour éviter que la grenouille saute de la marmite. En cette fin de soirée, j’ai croisé 2 crapauds (Croa, croa), il pleut alors tout ceci est en relation. Un peu de sourire malgré tout. Bonne soirée, Isabelle

        2. Avatar de Garorock
          Garorock

          La différence entre Musk et le MatouGPT c’est que Musk connait Marx mais ne l’a sûrement pas lu!
          Si l’I.A et l’Arsène l’on lu: elles ont plus de données que lui.
          C’est presque tout ce qu’on nous pouvons dire au stade de notre enquète.
          Quant à la question: « si Musk avait lu Marx dans le texte est ce qu’il serait communiste et combattant contre toutes les dictatures même celle du prolétariat?
          Personne n’a jamais vu quelqu’un devenir milliardiaire dans un système communiste sans corruption!

          1. Avatar de Ruiz
            Ruiz

            @Garorock « devenir milliardiaire … sans corruption » serait-ce possible dans un système capitaliste ? et cela en ferait-il la supériorité ?
            En attendant Macron semble se contenter de 14 000 boules par mois. Quelle abnégation ou attrait du pouvoir et des honneurs.
            Le Pdg de Stellantis, sans syndicat arrive à se faire rémunérer à la hauteur de la valeur qu’il estime de lui-même, mais ne deviendra pas ainsi milliardaire !

            1. Avatar de Garorock
              Garorock

              Ce qu’on pourrait appeler corruption dans un système communiste, porte un nom différent dans un système capitaliste!
              Tavares est multi millionnaire (ce qui est déja trop: il n’a qu’un seul estomac) et n’a toujours pas produit de bagnoles consommant deux litres au cent, ce que tous les ingénieurs de Stellantis savent parfaîtement faire! Dans un système éco-communiste, il aurait failli à sa mission (qui ne serait pas de sucer la roue du marché) et il aurait été transféré dans un champs de patates avec un nouveau salaire dont le montant l’aurait incité à moins polluer la planète…
              (à suivre)

              1. Avatar de timiota
                timiota

                Un doigt d’énergie, deux doigts d’entropie, voilà une recette qu’on applique bien dans les grands systèmes (même les systèmes communistes, pas que par chez les capitalistes), surtout ne pas faire baisser l’intensité de l’usine ni le débit des forages et leur renouvellement ici ou là.

              2. Avatar de Garorock
                Garorock

                Corruption ou spéculation, c’est deux mots différents pour le même cancer: celui qui ronge le coeur des travailleurs avec ou sans emploi.

              3. Avatar de Garorock
                Garorock

                Tavares fait de la marge en vendant des SUV à des tarifs pour cadres supérieurs et pour les flottes d’entreprises. Il vend moins de bagnoles aux
                classes populaires mais il s’en tape: ce n’est pas ce que lui demandent les actionnaires!
                Tant pis, les pauvres achèteront chinois ou iront en vélo.
                Tavares aurait pû sortir la nouvelle « voiture du peuple » à moins de 10 000 euros, consommant deux litres au cent et garantie dix ans. La cox du 21e siècle. Mais il a même pas esssayé de faire aussi bien qu’Hitler. Il a suivi le marché comme un esclave suis son maître, comme un toutou des banquiers.
                Il a sûrement mis ses enfants dans les mêmes écoles que ceux de L.Alexandre…

      3. Avatar de Grand-mère Michelle
        Grand-mère Michelle

        Encore une fois, ici, l’erreur est commise de confondre système politique et système économique…
        Erreur compréhensible puisque « le Grand Marché » est le redoutable système d’invasion, de domination et d’exploitation abusive des ressources essentielles (dont les « ressources humaines ») qui pénètre (et viole) n’importe quelle tentative, honnête ou perverse, d’établir un peu de stabilité, d’équilibre, dans l’organisation du « vivre ensemble  » des multiples « groupes » humains, en stimulant leurs antagonismes par la peur et la méfiance les uns des autres, plutôt que l’intérêt général qui devrait les guider…

        Identifier précisément l’ennemi est le premier devoir de chaque groupe et/ou individu, « combattant » ou « résistant », au niveau de tous les champs d’action.
        Et s’informer correctement, sans « passion » ni rancoeur, en fonction des situations actuelles, est celui de tout qui hésite encore à « s’engager » pour un avenir plus favorable à notre humanité déboussolée, en risque de perdition.

        1. Avatar de Grand-mère Michelle
          Grand-mère Michelle

          En me relisant, je constate que je voulais écrire « …tentative honnête ou hypocrite.. » à la place de « …tentative honnête ou perverse… », ce dernier mot étant plus sujet à interprétations…
          D’autres blogs offrent la possibilité aux commentateurs/trices de se corriger pendant 10 minutes, ce qui équivaut à « tourner sa langue dans sa bouche » plusieurs fois avant de s’exprimer, pratique de sagesse nécessaire, comme me l’a rappelé Mr Jorion tout en ne nous le permettant pas…

          Bien sûr, je pourrais simplement cesser ma participation à ce blog-ci, mais, en dépit des incitations qui m’y sont faites, je continue à penser que celle-ci n’est pas inutile(même si certains la considèrent comme du « radotage ») étant donné le sujet brûlant qui y est abordé (l’irruption des IA dans « la marche du monde », dans les directions cruciales et décisives des pensées et des pulsions humaines dominatrices).
          En effet, il y a des choses que je sais, et que je tiens à faire savoir, comme par exemple le fait que les cultures de céréales ukrainiennes sont pour la plupart des OGM… ce qu’ignorent visiblement ceux qui souffrent de russophobie contaminante, ce qui altère leur jugement concernant l’immense péril que représente le conflit qui sévit actuellement sur notre continent (et qui vient de convaincre la Fabrique Nationale d’armes de Belgique à collaborer avec l’armée française pour renforcer la « défense » européenne selon les vœux et les ambitions de votre petit président ).
          Car, oui, décidément, je suis certainement plus pacifiste et écologiste que communiste ou capitaliste.

    2. Avatar de DDL
      DDL

       » 2. Absence de biais
      – Contrairement aux humains, les IA n’ont pas de préjugés, de schémas de pensée établis ou de cadres de référence limités.  »
      Objection votre honneur ! Garbage in, garbage out. Les IAs sont aussi biaisées que les données utilisées pour leur mise au point. Promptez sur Dall-e « imagine a CEO » puis « imagine a secretary », malgré le terme non-genré en anglais, vous aurez des CEO hommes et de secrétaires femmes.
      Je ne crois pas qu’on ait réussi à « débiaiser » efficacement les IA. Le dernier exemple que j’avais en tête c’est Gemini:
      https://www.liberation.fr/economie/economie-numerique/ia-gemini-genere-des-nazis-noirs-x-senflamme-et-google-suspend-la-creation-dimages-de-personnes-en-invoquant-des-problemes-20240222_H2XTOJRIURHYLBVHWF76CN7ZLQ/

      1. Avatar de un lecteur
        un lecteur

        Vous confondez la réalité et le politiquement correct dans votre exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta