Ingmar Bergman (1918 – 2007)

Ce soir j’ai voulu que nous voyions un film d’Ingmar Bergman, mort ce matin. Nous nous sommes installés sur le sofa avec un grand bol de fraises et de framboises et nous avons regardé « Fanny et Alexandre ».

La mère hurlait, passant et repassant devant le cadavre de son mari et je me suis dit que, comme à elle, la mort me serait toujours inacceptable. J’ai dit
« Nous ne serons pas toujours ensemble ».

Aujourd’hui, mon grand père aurait eu cent vingt cinq ans.

Les grands auteurs nous confrontent à l’horreur inévitable. Et nous les en remercions quand même.
Ingmar Bergman et Liv Ullman
Merci Monsieur Ingmar Bergman.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Thom : « La voie de crête entre les deux gouffres de l’imbécilité d’une part et le délire d’autre part n’est…

  2. Je fais une différence abyssale entre les idées novatrices de René Thom et celles de Jean-Pierre Petit. Celles de JPP…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta