Complots et thèse du complot

C’est la deuxième fois que je procède de cette manière : le commentaire à un de mes billets vient d’abord, et je rédige le blog ensuite. L’ordre est un peu inattendu mais les choses se passent de la manière suivante : l’un de mes lecteurs a une très forte envie de me communiquer quelque chose et il me le dit à travers un commentaire, sans rapport évident avec le billet qui se voit ainsi commenter.

Cette fois–ci, ce sont les conspirations, les complots. Comme vous le verrez peut–être (en temps utile) dans un commentaire, le complot en question touche à l’attentat du World Trade Center à New York, le 11 septembre 2001. Personnellement, et à l’heure qu’il est, je ne pense pas qu’il y ait eu dans cet événement davantage que ce qu’en dit sa version officielle : je ne pense pas qu’il existe un mystère ni quant à ses responsables ni quant à leurs motifs. D’une manière générale, pour que la thèse d’un complot me retienne, il faut d’abord que je me convainque de l’existence d’un mystère, autrement dit, que je découvre ou bien que l’on attire mon attention sur une anomalie. Or, dans ce cas–ci, la version officielle me semble, jusqu’à preuve du contraire, complète et cohérente.

Dans un cas parallèle, les premières photos d’un astronaute américain sur la lune, l’ami, convaincu lui de l’existence d’un complot, avait fait preuve de persévérance et m’avait persuadé de la présence d’une anomalie : le rapprochement de deux des photos prouvait que les ombres portées ne pouvaient pas être dues à une source lumineuse lointaine – comme le soleil – mais devaient être causées par une source proche – comme un projecteur dans un studio. Cela ne suffit pas à me faire croire que les Américains ne sont jamais allés dans la lune, simplement que les « premières photos » de leur alunissage sont truquées. Pour quel motif ? Je n’en sais rien : désir d’anticiper l’événement en ayant des photos « déjà prêtes » ? Faible qualité des vraies photos ? Autre pépin ?

L’assassinat de John Kennedy est une autre affaire : les anomalies abondent et donc le mystère vous est offert tout chaud, tout rôti. J’ai aimé en particulier « JFK », le film d’Oliver Stone et je continue de prêter l’oreille à tout nouvel élément d’information. Il y a une quinzaine de jours, quelqu’un que l’on présentait comme un spécialiste du tir isolé, expliquait à la radio que le recul d’un fusil tel celui censé ayant appartenu à Lee Harvey Oswald, oblige à un certain réajustement sur l’objectif entre chaque décharge, ce qui interdit un rythme aussi rapide que celui des balles qui furent effectivement tirées. Grande fut ma surprise quand le reporter révéla l’identité de ce nouveau témoin à charge dans la thèse du complot : nul autre que le Président de la république cubaine, ayant ainsi trouvé un moyen d’occuper sa longue convalescence !

Les vrais complots existent bien entendu : il arrive que des gens se réunissent en secret et décident d’agir ensemble et dans l’ombre. Toutefois la vulnérabilité de la thèse du complot, c’est que son économie fait d’elle une explication par défaut tentante dans tous les cas envisageables. En effet, si l’on ignore une partie importante de la manière dont quelque chose fonctionne, il est extrêmement pratique de remplacer le bout d’explication manquante par l’action supposée de quelques hommes ou femmes résolus. Il est même possible, dans les cas où l’on ne comprend absolument rien du tout, de produire comme explication globale la volonté de quelques personnages déterminés, voire même celle d’un seul. On parle dans le premier cas de religions « polythéistes » et de religions « monothéistes » dans le second.

Si la chose que l’on cherche à expliquer est néfaste et que l’on nourrit du ressentiment à l’égard d’un groupe particulier, il est très tentant, du point de vue de l’affect, de supposer à la place du mécanisme réel – qui peut être extrêmement complexe – la conspiration d’un certain nombre des tristes sires en question. Ainsi les maux qui affligeaient la République de Weimar avaient plusieurs origines et il était beaucoup plus économique de leur supposer comme cause unique un complot tramé par les Juifs. Dans la crise que traversent en ce moment les États–Unis, personne à ma connaissance n’a formellement accusé les Chinois mais la promptitude avec laquelle la presse locale rapporte tout incident relatif à de la nourriture pour chat contaminée ou à la peinture au plomb utilisée dans la confection de marionnettes, m’inquiète énormément pour la suite. Les lecteurs de mon livre savent que la Chine a effectivement une part de responsabilité dans la crise mais rien que l’on puisse véritablement lui reprocher : en achetant de vastes quantités de Mortgage–Backed Securities elle a contribué à maintenir des taux d’intérêt américains très bas, soutenant la consommation des ménages et alimentant ainsi indirectement la bulle immobilière.

On aura compris que j’accueille avec une très grande prudence toute explication en termes de complot. J’avais eu l’occasion de réfléchir à la question de manière approfondie à l’époque où j’étais chercheur en intelligence artificielle. J’avais développé dans le cadre du laboratoire d’IA des British Telecom un logiciel intitulé ANELLA (Associative Network with Logical and Learning Abilities). Celui–ci apprenait en posant des questions et en stockant en mémoire sous forme d’un graphe les mots constituant l’explication. Il pouvait ensuite les réutiliser et produisait – en suivant un gradient d’affect – des raisonnements ayant une tournure logique. Or, j’avais découvert un moyen très simple de faire souscrire ANELLA à la thèse du complot, il suffisait que le graphe que constituaient ses connaissances ne soit plus entièrement connecté, l’obligeant à se dédoubler en deux graphes autonomes sans passage possible de l’un à l’autre. Toute explication était donc nécessairement locale puisque confinée dans l’un des deux graphes. Le point d’entrée déterminait à partir duquel l’explication serait produite. Celle–ci était alors éventuellement à l’emporte–pièces parce qu’elles ignorait certains éléments d’information dont elle aurait eu besoin mais qui étaient stockés dans l’autre graphe. Du fait de la lobotomie que je lui imposais, ANELLA était forcé de réinventer la thèse du complot ! (*)

(*) Voir pour un exposé complet, Principes des systèmes intelligents (1989) pages 79 et 80, où je propose une explication en terme de graphes de la névrose et du rôle joué par la forclusion dans l’étiologie de la psychose chez Lacan.

Partager :

87 réflexions sur « Complots et thèse du complot »

  1. Les conspirateurs et les éclairés s’expriment :

    « Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des É-U, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être. » –David Rockefeller, MEMOIRES, page 405

    « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés » (David Rockefeller, Président du Groupe de Bilderberg et de la Commission Trilatérale. Président du CFR. Propos tenus à la réunion du Groupe de Bilderberg à Baden Baden en 1991).

    « Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire » (David Rockefeller, interview dans Newsweek en février 1999).

    « Le monde est gouverné par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas derrière le rideau » (Benjamin Disraeli, Premier Ministre Britannique de 1874 à 1880).

    « Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité » (Nicholas Murray Butler, Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie, membre du CFR (Council on Foreign Relations)).

    « La puissance d’argent fait sa proie de la nation en temps de paix et conspire contre elle en temps d’adversité. Elle est plus despotique que la monarchie, plus insolente que l’autocratie, plus égoïste que la bureaucratie. (…) Les groupes financiers et industriels sont devenus tout puissants, il s’ensuivra une ère de corruption aux postes élevés et la puissance d’argent du pays cherchera à prolonger son règne en utilisant les préjugés du peuple jusqu’à ce que la fortune soit concentrée en un petit nombre de mains et la république détruite » (Abraham Lincoln).

    « En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un évènement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi » (Franklin D. Roosevelt, Président des Etats-Unis de 1932 à 1945).

    Dix jours avant d’être assassiné, John Kennedy avait annoncé son intention de révéler un complot contre la démocratie. Dans un discours fait à l’Université Columbia le 12 novembre 1963, il déclarait:
    « La direction du Bureau du Président a été utilisée pour fomenter un complot pour anéantir la liberté des Américains, et avant que je ne quitte le Bureau, je dois informer les citoyens de ces conditions. »

    Quelques mois plus tôt, le 27 avril 1961, dans son discours devant l’association de la presse américaine (American Newspaper Publishers), il évoquait l’existence de sociétés secrètes agissant dans l’ombre, ne rendant de comptes à personne…

    « Nous aurons un gouvernement mondial, que cela plaise ou non. La seule question sera de savoir si il sera créé par conquête ou par consentement » (Paul Warburg).

    « Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial » (David Rockefeller).

    « Je suis inquiet pour la sécurité de notre belle nation ; pas tant à cause d’une quelconque menace de l’extérieur, mais davantage à cause des forces insidieuses qui y opèrent de l’intérieur » (Général Douglas MacArthur, Commandant suprême des forces alliées dans le Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale).

    « Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. (…) Est-ce que j’entends par là qu’il s’agit d’une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu’il y a un tel complot, d’envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique » (Lawrence Patton McDonald, Congressiste américain tué dans l’attaque d’un vol de la Korean Airlines. Message public diffusé en 1976).

    « Seuls les plus petits secrets ont besoin d’être protégés. Les plus gros sont gardés par l’incrédulité publique » (Marshall McLuhan, Auteur et chercheur canadien, 1911-1980).

    « Tous les êtres humains trébuchent un jour sur la vérité. La plupart se relèvent rapidement, secouent leurs vêtements et retournent à leurs préoccupations, comme si de rien n’était » (Winston Churchill, Premier Ministre de la Grande-Bretagne de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955).

    « Notre grande nation industrielle est contrôlée par leur système de crédit. Notre système de crédit est privatisé, c’est pourquoi la croissance du pays ainsi que toutes nos activités sont aux mains d’une poignée d’hommes qui, si nécessaire, pour des raisons qui leur incombe, peuvent geler, vérifier et détruire l’authenticité de la liberté économique. Nous sommes devenus un des plus mal gouvernés, des plus contrôlés et des plus soumis des gouvernements dans le monde civilisé. Il ne s’agit plus d’un gouvernement libre d’opinion ni d’un gouvernement de conviction élu à la majorité mais d’un gouvernement soumis à la volonté et à la fermeté d’un petit groupe d’hommes dominants » (Thomas Woodrow Wilson, 28ème président des Etats-Unis).

     » Un système bancaire mondial est en train de se mettre en place, un super-état contrôlé par des banquiers internationaux travaillant ensemble à l’asservissement du monde pour leur propre plaisir. La FED a usurpé le gouvernement » (Louis Mc Fadden, député américain, assassiné).

     » Ce fut un événement minutieusement préparé, les banquiers internationaux ont créé une situation de détresse dont ils ressortiraient les maîtres du monde entier » (Louis Mc Fadden, à propos du crack boursier et de la dépression de 1929).

    « Toutes les banques centrales servent uniquement à piller la population au profit de cartels d’intérêts politiquement organisés. (Guido Hülsmann)

    « Quand l’argent d’un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation » (Napoleon Bonaparte).

    « L’histoire relate que les banquiers ont utilisé toutes sortes d’abus, intrigues, supercheries et violences possibles pour obtenir le contrôle des gouvernements en contrôlant l’argent et son émission » (James Madison).

    Conclusion :

    « L’ennemi numéro 1 de tout État est l’homme qui est capable de penser par lui-même sans considération de la pensée unique. Presque inévitablement il parviendra alors à la conclusion que l’État sous lequel il vit est malhonnête, insensé et insupportable, ainsi, si cet homme est idéaliste il voudra le changer. S’il ne l’est pas, il témoignera suffisamment de sa découverte pour générer la révolte des idéalistes contre l’État » (Henry Louis Mencken, Journaliste, écrivain et libre penseur, l’un des écrivains américains les plus influents du 20e siècle).

  2. Je relis votre mot d’introduction Monsieur Jorion, concernant l’anomalie qu’il serait nécessaire de faire émerger pour remettre en cause un questionnement.

    Ne pensez-vous pas que l’anomalie nous crève les yeux, au travers de ce que cette société secréte d’injustices, de malheurs en tout genre et de tristesse ?

    C’est tellement énorme et il y a un tel brouillage des messages que ça crée une pure confusion.

    C’est l’exacte stratégie de l’hypnose, envoyer des messages paradoxaux pour modifier l’état de conscience et ça marche, vous pouvez essayer, il ne faut pas une grande pratique, je vous assure.

    De plus, il n’y a rien de tel pour rendre fou que d’envoyer des informations discordantes.

    Ce que nous voyons est tellement énorme qu’on ne le voit plus, un peu comme un texte que vous placeriez trop près de vos yeux et qui vous empêcherait toute vision claire.

    Cet aveuglement devient constitutionnel et il s’étend toujours davantage. Un peuple d’aveugles, de sourds et de muets, c’est vraiment l’impression que ça donne, ne trouvez-vous pas ?

    Bien entendu, ce n’est pas vous, en tant qu’individu que je remets en cause, non, c’est nous tous qui acceptons l’inacceptable et je m’inclus bien sûr dans le lot et qui oublions qu’il faut interroger toujours et encore ce qui est porteur de malheur.

  3. @ Nicolas Bernabeu

    Je réponds avec retard à votre réaction du 16 août sur mon intervention du jour précédent dans laquelle je traitais de « bidon » la théorie de la lune creuse, à gravité élevée, et munie d’une atmosphère compatible avec la vie humaine, selon laquelle ce serait un « complot » avaricieux qui nous aurait caché cette réalité.

    Je persiste et signe, car, outre le fait que les seules preuves sont les affirmations de l’homme qui a vu l’homme qui…. a entendu le message des astronautes, je ne pense pas, en tant qu’ingénieur mécanicien, nécessaire d’avoir besoin d’une atmosphère pour déployer un drapeau, et surtout ne vois pas comment concilier ces affirmations avec la loi de la gravitation.

    J’attendrai donc le prochain « dernier venu » me donner des explications convaincantes à ce sujet…

    J’y associerai mon refus de croire à un complot de la science quand aux « preuves » apportées de la communication entre vivants et morts qui me semblent reposer sur des affirmations du phénomène (spontanées chez certains sujets ou induits par une mise en scène chez d’autres (et qui ne peuvent donc pas être considérés comme des preuves.)

    Il ne s’agit pas d’orgueil, (cf 17 août 2008 à 14:33), mais du refus de mettre sur le même plan les acquis scientifiques prouvés et qui n’ont jamais pu être réfutés (quitte à les adapter dans des concepts plus généraux), et des affirmations contrevenant à ces principes.

    Je souscris cependant aux connivences économiques et de pouvoir qui fabriquent et utilisent tous moyens légaux (et parfois plus) pour renforcer leur influence.

    Je déplorais d’autant plus ces « bidonnages » qu’ils affaiblissent la critique rationnelle des sornettes qui nous sont débitées à propos de l’actualité, en accréditant l’idée « postmoderne » que tout se vaut, et qu’une hypothèse de salon contredisant même les lois de balistique (par exemple la « balle magique » de Dallas puisse participer à une vérité officielle.

    La note d’Associated Press du 21 août sur la chûte du WTC 7 est absolument exemplaire à ce sujet, qui fait de l’explication un acte de foi, et balaie les interrogations rationnelles qu’elle soulève, en déconsidérant par avance tout esprit critique.

    Ainsi une coupure d’eau dans un gratte-ciel suffirait à empêcher de lutter contre un incendie sur 7 heures de temps, le (seul apparemment) dispositif efficace étant les sprinklers !

    Ainsi le gasoil en cause a trouvé tout l’oxygène nécessaire, localement, et seulement au bout de 7 heures d’attente !

    Ainsi le pauvre immeuble possédait un « pilier critique » lequel a « flambé » quand il lui a manqué des appuis de plancher. (combien en possédait-il ?, et pourquoi ce pilier était-il critique structurellement , ce qui sur le plan conception serait une pure hérésie.)

    Aussi, combien, statistiquement, un bâtiment a-t-il de chances de tomber droit comme un i quand un seul de ses appuis perd sa résistance ?: le flambement sous effort vertical est par nature créateur de mouvements latéraux, ou à tout le moins le pilier qui cède prend de l’avance sur le reste de la construction.

    Le bouquet final, comme toujours que je traduis ainsi :

    Heureusement, la « science » (*) déployée derrière l’enquête permet de conclure de façon « incroyablement » (**) sûre.
    Etes-vous suffisamment crétins pour refuser l’évidence (***)

    ————————-
    (*) il y a abus de langage, derrière tout cela il y a uniquement de la technologie
    (**) est-ce du langage scientifique ou théologique !
    (***) et pan sur ceux qui seraient tentés de chercher s’il n’y a pas de gros secret, référence à votre citation du 25 août rappelée ci-après :

    “Seuls les plus petits secrets ont besoin d’être protégés. Les plus gros sont gardés par l’incrédulité publique” (Marshall McLuhan, Auteur et chercheur canadien, 1911-1980).

  4. @ bernard

    Je pense qu’il est temps d’arrêter de considérer la science comme le seul outil capable de fournir des bases à un être-humain pour qu’il puisse comprendre qui il est et dans quel monde il vit…

    Einstein, Newton et compagnie ont apporté des théories… qu’on considère comme vraies jusqu’à ce qu’une nouvelle théorie la supplante… En cela la science ne peut pas se targuer d’apporter des réponses parfaites… Elle essaie de s’en approcher comme la religion, comme la philosophie, comme l’expérience personnelle… Et c’est l’ensemble de ces études qui peut permettre de se construire et de s’approcher de la vérité…

    Savez-vous que la théorie de la gravitation est remise en cause ? Celle-ci se base sur l’hypothétique « graviton », particule nécessaire à la gravitation mais qu’on n’a jamais pu observer… Il s’agit donc d’une théorie et non d’une réalité ! Des docteurs en physique très sérieux nous affirment aujourd’hui que la masse des objets n’est pas due à ce qu’on appelle gravitation mais à la rencontre entre particules réelles (matérielles) et particules virtuelles (sans masse). Il s’agit de « l’énergie du vide » donc j’invite tout le monde à faire le maximum de recherche sur ce sujet qui pourrait faire entrer l’humanité dans une nouvelle ère !

    Que ce soit un ingénieur-mécanicien ou un éboueur qui me parle de physique, cela ne change rien au fait qu’on ne peut rien affirmer !

    Au cours de tout mes messages j’ai juste laissé ouvertes des portes sur la possibilité d’un complot des banquiers, d’un complot quand à la véritable nature de la lune… J’ai seulement affirmé la réalité de communication post-mortem… Je ne pourrais pas vous convaincre, mais chacun peut respecter les autres dans leurs visions des choses ! Autrement dit il n’y a de « crétins » que ceux qui croient détenir seuls la vérité !

    Qui est la personne la plus ouverte et honnête : celle qui croit tout savoir ? ou celle qui sait qu’on peut douter de tout ?

  5. Un extrait d’un de mes articles, publié en 2000, dans L’Homme 153 : 251-268 : Turing, ou la tentation de comprendre

    L’illuminisme a deux versants : la supposition précisément d’une clé d’interprétation universelle, de l’existence d’un code – et d’un codeur – et le soupçon que cette clé a été connue de certains dans le passé. Autrement dit, à l’inverse de la science, l’illuminisme suppose que l’intelligence accrue du monde dans lequel nous vivons ne résulte pas d’un processus cumulatif qui se poursuivra dans l’avenir, mais de la révélation d’un savoir déjà acquis dans le passé.

    Or qu’on pense à un personnage apparemment aussi peu suspect dans l’histoire de la science qu’Isaac Newton. Sa contribution aux principes fondateurs de la cosmologie scientifique moderne est inégalée, sa contribution à l’optique, décisive, et son invention (conjointement avec Leibniz) du calcul différentiel non moins incontestable. Or, ce personnage incontournable dans l’histoire de la physique moderne a poursuivi parallèlement sa quête intellectuelle à l’intérieur de deux autres espaces de modélisation illuministes parfaitement inconciliables avec celui de la réalité-objective que vise à décrire le discours scientifique. Par ses contributions à la chronologie biblique – dont il apparaît aujourd’hui qu’il lui consacra davantage de temps qu’à la physique scientifique – et à l’alchimie – dont il acquit tous les traités qu’il pouvait acheter et recopia entièrement les autres –, il a poursuivi à l’intérieur de deux paradigmes inconciliables avec celui de la science une quête du même type que celle qu’il mena pour la physique. Autrement dit Newton n’a pas mis tous ses oeufs théoriques dans le même panier épistémologique. Il mérite à la fois le titre de grand savant moderne et celui que lui décerna John Maynard Keynes de « dernier des Mages ».

    Le manuscrit dans lequel il nous communique la joie enfantine qui fut la sienne d’avoir pu produire de l’or par la calcination de l’antimoine, nous conduit à nous demander si sa plus belle victoire dans le domaine de la connaissance ne fut pas, selon lui, celle qu’il fit dans le domaine de l’alchimie. Il écrit dans son journal :

    J’ai sur le feu un tel flacon avec de l’or ainsi dissout où l’or n’a visiblement pas été dissout en atomes par un corrosif, mais extrinsèquement et intrinsèquement en un mercure aussi vivant et aussi mobile qu’aucun mercure au monde. Car il fait que l’or se met à enfler, grossit, se putréfie et aussi se répand en rejets et en branches, changeant chaque jour de couleur, et dont le spectacle me fascine quotidiennement. Je pense que ceci est un grand secret de l’Alchimie (in Dobbs 1975 : 178).

    On sait aujourd’hui que Newton entretint par ailleurs une correspondance secrète sur ces sujets avec deux contemporains non moins éminents, le philosophe John Locke et le physicien Robert Boyle (Westfall 1984 : 315), autres esprits considérés aujourd’hui comme dissipateurs de ténèbres. Il faut s’interroger sur leur duplicité épistémologique à tous trois, qui révèle un doute essentiel quant à la validité ultime du discours proposé par la science, et en conséquence, le refus d’éliminer sans appel les approches illuministes dont l’alchimie fournit le prototype.

  6. @ Nicolas Bernabeu

    Je n’ai jamais affirmé que les réponses de la science sont parfaites, ni qu’elles peuvent expliquer le monde complètement.

    Les théories scientifiques globales comme celle de Newton sont des approches qui sont « dépassables » mais qui demeurent vraies dans la nouvelle perspective. Et celle-ci évolue toujours.

    En particulier, comme vous, je n’exclus pas la possibilité de découvrir d’autres types d’énergie, liées à la connaissance à venir de ce que nous appelons la « matière ». La découverte de l’énergie du vide, si elle se produit, se fera à coup sûr sans remettre en cause la théorie de la gravitation.

    Comme ce doit être excitant (mais aussi dangereux) de vivre dans un monde de la physique où on ne peut rien affirmer !

    Personnellement, je rajouterais « de définitif ».

    Je ne vois par ailleurs pas forcément de « duplicité épistémologique » au fait que Newton et ses correspondants se soient intéressés à l’alchimie ou aux écrits bibliques, la curiosité et le besoin de connivence avec la société de son temps me semblent des raisons suffisantes.

  7. Un coup de colère, un coup de ras-le-bol !

    Tout notre système électoral et politique repose sur une autorité établie a priori, sur la base d’hypothétiques promesses, or, c’est a posteriori qu’il faut l’interroger cette autorité, constamment et sans relâche, mais dans les faits la loi nous ligote.

    Bien sûr, en disant cela j’accrédite la thése que les politiques ont un pouvoir alors que chacun s’accorde à penser qu’ils n’en sont qu’une partie de ce pouvoir, un segment, les financiers en étant les véritables maîtres.

    N’empêche, il faut bien commencer par quelque chose, et remettre en cause cette autorité politique serait un bon début.

    Nous nous suicidons en obéissant à des lois iniques.

    Pourquoi obéir à un principe qui asseoit toujours davantage la puissance de ce nouvel ordre ?

    Pourquoi, mais pourquoi avons-nous perdu notre bon sens ?

    On nous saigne tous les jours un peu plus et nous attendons docilement qu’on nous achéve complétement.

    Pourtant ces mêmes lois et ces mêmes principes sont bafoués quand ils pourraient nous être utiles, c’est l’exemple du référendum du 29/05.

    Je suis vraiment en colère.

  8. @ Bernard

    Vous ne comprenez pas : Newton ne s’est pas « intéressé » à l’alchimie (je m' »intéresse » aussi à l’alchimie !), il dit avoir créé de l’or par la calcination de l’antimoine ! à partir d’un savoir qu’il n’a pas produit lui-même mais par décryptage des textes des alchimistes anciens. Il en dit que c’est sa plus grande joie !

    Quant à sa « chronologie biblique », ce sont des calculs à partir des dates mentionnées dans l’Ancien Testament : c’est de la numérologie pure et simple.

  9. Ce petit commentaire étant hors d’Europe.

    Mais Catherine, l’État ne ferait pas le poids si un groupe – faisant tache d’huile – par exemple refusait fermement de payer ses impôts et avait par ailleurs les possibilités et la volonté de ne plus demander de crédits aux banques, ce qui pourrait donner une résultante de forces tendant vers un changement monétaire sain. Il faut en même temps développer des monnaies alternatives pour former une synergie dans le sens du changement monétaire sain, car il se peut que nous ressemblions aux passagers du Titanic, et pour ne pas leur ressembler, il faut mettre sur pied de toute urgence des monnaies alternatives comme autant de chaloupes. On peut, par exemple, s’inspirer du WIR suisse, infiniment meilleur marché que la monnaie bancaire, c’est déjà une avancée plus qu’appréciable.

    Il n’y a que le nombre et – l’ordre en face de lui – qui peut faire peur à l’État. Celui-ci sait bien, avec raison, que les plus faibles et démunis pâtiraient les premiers, ce que bien évidemment nous ne voulons absolument pas.

    La scène suivante s’est produite durant les années 60 au Chili. Un indien très pauvre répondait ceci à un guerillero marxiste qui l’exhortait à la lutte des classes: « Si nous nous en prenons aux riches, qui nous fera la charité? ». « Tout » est résumé ici. 80% d’entre nous sommes, structurellement, dans la situation du pauvre « Indio » du Chili.

    Mais, dans la pratique, nous sommes couards, pleutres, on veut bien que « ça pète », mais chez le voisin… pour voir comment « ça tourne »…

    Comme le disait en substance Sainte Jeanne d’Arc : « Puisque notre cause est celle de la Justice, combattons, même avec nos moyens dérisoires, ainsi c’est Dieu qui remportera la victoire. »

  10. @ Rumbo et Catherine,

    Et que ferait ensuite ce groupe qui fait tâche d’ huile ?

    Il ferait tomber cet ordre établi , et le remplacerait… par quoi ?

    Cette révolution serait utile s’il s’ agissait de se libérer d’une nuisance entièrement extérieure à nous (une maladie, une catastrophe naturelle… ), mais la nuisance est en nous !

    C’est précisément « nous » qui à nouveau inventerions un système soi disant plus juste, qui ne ferait pas les erreurs du passé etc…

    La cupidité, l’égoïsme, présents à plus ou moins forte concentration en chacun des êtres humains, se chargeraient en quelques décennies de sélectionner une classe de puissants predateurs portés par la masse assagie par « le pain et les jeux ».

    Ce dont il faut se libérer, c’est de nous mêmes, et de nos instincts indignes de ce à quoi nous aspirons tous.

    Si ce monde est ainsi injustement organisé de façon récurrente, c’est que le chemin à parcourir pour atteindre l’idéal est encore très long. Nous avons quelques lueurs d’espoir, si nous nous comparons aux sociétés européennes nationalistes de 14-18, qui partaient à la guerre comme un seul homme.

    Le progrès ne peut venir que d’une modification profonde du « nous » en tant que groupe, résultant d’une modification du « nous » élément du groupe. Ceci passe évidemment par l’éducation, mais que peut l’éducation sur les instincts ? Contre toute attente, la science des Ogm sera peut-être notre salut…

  11. @ Paul

    Bien sûr que vous vous intéressez à l’alchimie. Ce site est un site alchimique !

    Newton a simplement eu le tort d’annoncer des résultats positifs trop tôt.

    Maintenant nous pouvons tous reconnaître la réussite de l’alchimie financière actuelle :

    – sa formule magique : la croissance
    – les produits intermédiaires (instables) de la réaction : la monnaie
    – l’explication atomistique de leur réactivité chimique : l’intérêt composé
    – ses catalyseurs, nombre en développement : tous les leviers financiers bien connus
    – la forme stable des produits de la réaction : l’entreprise capitalistique mondialisée
    – les produits progressivement absorbés dans la réaction :
    —— la propriété privée
    —— les biens communs, en particulier écologiques
    —— le libre choix des activités humaines de l’avenir
    – les scories de la réaction : les déchets

    Sur ce blog, les intervenants se partagent comme partout en :

    – ceux qui sont de fait en connivence avec le système

    o ceux désireux de mieux l’appréhender pour en profiter
    o ceux qui désirent l’amender pour le rendre plus juste
    o ceux qui désirent l’amender pour le rendre plus efficace
    o ceux qui veulent le réformer en profondeur, qui crient au casse-cou car conscients qu’on est en phase d’implosion
    o les fatalistes résignés à un évènement global, brutal, que les matheux ont appelé « solution de continuité »

    – ceux qui sont en rupture avec lui

    o ceux qui cherchent des solutions techniques
    o ceux qui pensent à une « désobéissance » de masse
    o les fatalistes…

  12. Vous prêchez une convaincue, Tigue!

    On nous apprend depuis des lustres, que la liberté c’est l’obéissance aux lois hiérarchiques du moment, aussi, si demain un nouvel ordre est fondé, il n’y a pas de raison que ça change, je suis d’accord avec vous.

    On nous demandera l’obéissance sauf, que ce sera à un nouvel ordre.

    D’où la nécessité que j’évoquais dans un précédent message, celle d’interroger sans relâche le bien -fondé d’une autorité quelle qu’elle soit.

    A mon niveau, je ne juge jamais quelqu’un en fonction du titre qu’il a, mais en fonction de ce qu’il dit et de ce qu’il fait.

    Et ça pose bien évidemment le problème de la dominance, de ses bases et de ses justifications.

    La dominance est sous-tendue par un intérêt, reste à savoir au profit de qui, c’est là tout l’enjeu de notre débat me semble-t-il.

    Les motivations fondamentales de l’individu comme de la société qui l’englobe doivent être mises à nu, mais c’est une démarche qui bien évidemment n’est pas valorisée, elle est même disqualifiée, car elle conduirait à la révolte des dominés, à la contestation des structures hiérarchiques

  13. vous écrivez : « les motivations fondamentales de l’individu comme de la société qui l’englobe » ; mais vos échanges sont un blog dans le blog de Paul, bientôt en tapant Catherine dans Google on va tomber sur le blog dans le blog qui englobe le blog… non, non, c’est une blague, blog à part ! 😉 🙂 😉
    votez Catherine !

  14. A Catherine et Tigue et tous

    Encore dit plus rapidement qu’hier. La priorité n’est pas le chambardement, il vient toujours, « tout seul »(?), mais informer en échangeant avec le maximum possible de gens sur la possibilité (au moins) qu’existe à court, moyen ou long terme, je ne sais, un système d’argent Juste basé et calé sur les possibilités physiques de produire des biens et services domc accessible à tous, pour ainsi arriver à une sorte de masse-critique. Le vrai progrès dans la technique est et sera celui qui restera le moteur à notre service sans dommages à l’environnent et à l’écosytème. Le sytème financier actuel prend le chemin inverse, il est obsolète avec des moyens « modernes » les plus sophistiqués et « efficaces » à son « service », l’actualité parle d’elle-même, je ne m’y étends pas. Pourtant, le progrès dans les techniques de production est bien plus compliqué, vu sa progression à travers les générations, que la – technique – vraie du système financier Juste et efficace qui pourrait et devra l’accompagner, la production des biens étant son strict étalon, ou strict reflet.

    S’agissant du domaine financier, lire Paul, et même si en ce qui me concerne je ne partage pas toutes ses options, est une sorte de rare privilège, car il nous informe en tant que spécialiste ingénieur financier ayant pratiqué, entre autres, l’essence des banques d’investissement. Assez rares (et de très loin!) sont ceux qui, ayant trempé profondément dans l’ « essence » financière, s’expriment avec autant de franchise. En grande partie, grâce à lui, il nous fait « gagner du temps à ne pas trop nous disperser » et constitue une référence de premier plan en ce domaine.

  15. Concernant Newton j’ai comme un fameux doute sur l’authenticité de la déclaration de « découverte de l’or » indiqué par monsieur Jorion.

    J’ai sur le feu un tel flacon avec de l’or ainsi dissout où l’or n’a visiblement pas été dissout en atomes par un corrosif, mais extrinsèquement et intrinsèquement en un mercure aussi vivant et aussi mobile qu’aucun mercure au monde. Car il fait que l’or se met à enfler, grossit, se putréfie et aussi se répand en rejets et en branches, changeant chaque jour de couleur, et dont le spectacle me fascine quotidiennement. Je pense que ceci est un grand secret de l’Alchimie (in Dobbs 1975 : 178).

    Il décrit l’or dissout (liquide) et en décrit les comportements propres à la pierre philosophale dont les changements de couleurs doivent aboutir au rouge dans un principe per ipse, c’est-à-dire sans plus rien rajouter, ceci étant la fin du processus de l’ars magna.

    L’or en question n’est donc pas le métal jaune en question mais bien la pierre philosophale comme telle qui par métonymie est appelée or puisque c’est en projetant du métal sur elle que celle-ci tranforme celui-là en or.

    Celà voudrait dire que Newton aurait réussit le processus alchimique à son terme Or ceci me parait très peu crédible pour plusieurs raisons.

    1) il est arrivé que les alchimistes qui ont réussi ont poinconné leur réussite dans une médaille faite de ce métal d’or pur, existe-t-il un témoignage d’or frappé d’une armoirie Newton ??

    2) la fin de l’oeuvre est surtout la fin d’une quête spirituelle où l’alchimiste connait alors le monde , ses secrets et le monde des dieux. Est-il crédible qu’il n’aurait pas alors transformé sa théorie de la gravitation bien plus avant qu’il ne l’a fait ?

    3) en général les alchimistes qui ont réussi ont disparu, dématérialisés (voir Canseliet ou Flamel)

    4) je n’ai perso jamais entendu dire que Newton ait réussi le grand oeuvre.

    Alors qu’est ce que ce Dobbs 1975:178 😉 ? Merci !

  16. @ Bernard

    J’ai apprécié ton intervention récente. Tu rejoins une de mes questions bien sûr concernant une action juste et philosophiquement qu’en est il de l’exutoire blogueuse de notre 21° siècle

    1) Une action juste

    Nous vivons une époque de starification de l’individu c’est à dire d’égalisation des différences sociales ou en tout cas « ON » communique cette impression là Star Academy Ceci rejoint la réflexion d’Annah Arendt sur la fin de l’espace politique ou celle d’Andy Warhol sur la duplication de notre société de consommation

    Il est vrai que l’inflorescence des forums de géostratégie et de réflexion politique font légion

    Le web.02 qui est donc cette technique qui inscrit l’espace de réaction personnelle dans les journaux et les média donne l’illusion de la réalisation d’une action politique ou citoyenne …. j’ai un espace d’expression donc je me calme

    Je pense que le web.02 est un outil d’asservissement des masses (dont je fais partie) pour laisser le soin à ceux qui ont le pouvoir de mieux encore l’exercer. Plus de colère des masses elles se sont défoulées sur le Net ?!

    La décomposition de la société en singletons en déconstruisant l’idée de Nation, en déconstruisant la famille, en valorisant la consommation du plaisir privé comme Internet permet aux puissants d’etre encore plus puissants

    Il faut donc à mes yeux lutter pour garder des mouvements comme des syndicats qui sont peut être encore les derniers groupe politique d’origine populaire qui puisse coordonner des actions de masse et faire un contrepoids politique sérieux

    Maintenant je n’exclus pas que l’Internet d’une manière diffuse permette des prises de conscience (moi je me suis révéillé il y a 3 ans quand j’ai découvert un article sur le WTC7 depuis lors j’ai investigué incessamment concernant « l’arrière monde » qui est le nôtre Et je suis un homme en colère , un homme au delà de la colère, abasourdi

    Maintenant la question juste est celle de Catherine dont toi, donnes l’ébauche de solutions Que pouvons nous faire ?

    Nous assistons à la mise en péril de notre planète en danger, nous savons et ne pouvons rien faire ?!
    Non-assistance à planète en danger, on en prend pour perpèt hihi !

    Maintenant je vais être honnête jusqu’où vais-je accepter de mettre mon petit confort en jeu pour m’engager ?

    Je lève le chapeau à tout ceux qui informent de la situation, je pense qu’il y a une colère aujourd’hui dans le peuple et que cette colère se propage et je pense aussi que le peuple n’a plus de canaux pour l’exprimer ou plutot que le Web.02 en est un exutoire ?!

    Vive le Web.02 mais aussi vive la résitance au quotidien

    « Allez petite anecdote Je suis allé chez Fortis pour avoir du change sur 150 euro, je vais à la caisse La caissière me dit vous n’êtes pas client Fortis donc nous ne pouvons pas vous donner de la monnaie… pour raison de SECURITE

    J’ai hurlé dans cette banque je te dis pas « Quoi n’importe quel épicier turc du coin peut me donner du change, Delhaize peut me donner du change et une BANQUE ne peut pas me donner du change pour raison de SECURITE  » j’étais hors de moi

    Je suis revenu un quart d’heure plus tard et j’ai dit à la meme caissière (heureusement il n’y avait plus aucun client)

    voyez ce billet, il est valable au porteur, JE SUIS le porteur si vous ne me donnez pas du change maintenant je reviens lundi (c’était un vendredi) avec un huissier de justice pour faire constater ceci et vous trainer en justice

    Heu elle a appelé sa direction qui a jugé plus sage de me donner du change

    Ouf ! 😉

  17. Dobbs, B.J.T., The Foundations of Newton’s Alchemy or « The Hunting of the Greene Lyon », Cambrige : Cambridge University Press, 1975

    est l’ouvrage de référence sur Newton alchimiste. La recherche de Dobbs est fondée sur les manuscrits alchimiques de Newton que John Maynard Keynes, alors Trésorier de King’s College à Cambridge, sauva de la destruction.

  18. @ Cathy
    le ciel tourmenté des Flandres, c’est tout de même pas l’apocalypse !?
    bonnes et excellentes vacances, loin du CH, sans bloc et sans blog !

  19. @ Whynot

    Ta petite aventure de change est très éclairante!

    En fait, tu as rencontré la « Dame de Condé » déguisée en caissière de chez Fortis.

    Elle, elle sait, comme toute simple personne de bon sens, que toute monnaie papier est forcément de la fausse monnaie. L’accepter en échange de bonnes pièces métalliques bien solides était manifestement se faire rouler!

    Heureusement pour toi, sa hiérarchie n’était pas au courant…

  20. Je viens de lire le dernier article de Mr Jorion et les commentaires…

    Les complots existent bel et bien !

    J’affirme (plusieurs expériences familiales et amicales) que les juges et avocats s’arrangent souvent à l’avance pour décider du dénouement d’un procès ! Ils se favorisent entre frères (francs-maçons)…

    Le milieu de la justice est l’un des plus malhonnêtes qui soit !

    Un avocat a par exemple dit à ma grand-mère : « on (les avocats) se laisse gagner chacun son tour, vous avez de la chance, ce procès c’était mon tour »…

    Combien de décisions totalement illogiques dans les grands procès concernant des personnes médiatiques…

    Je vous conseille de lire « les frères invisibles » de Ghislaine Otteinheimer et Renaud Lecadre.

    La franc-maçonnerie est une plaie dans la justice ! (et dans bien d’autres domaines)

    Quand vous en serez vous-même victime, vous arrêterez de vous poser des questions sur la psychologie humaine qui nous amène à croire au complot mais vous commencerez à percevoir que l’humanité est dans l’ensemble une espèce malhonnête ! Heureusement certains personnes arrêtent de se demander si ça existe ou non et agissent…

  21. Lorsque je réexamine un évènement important souvent avec détachement, je constate souvent qu’il n’etait peut etre pas inéluctable, mais qu’il avait bien des chances de naitre a partir d’un nombre important de facteurs convèrgeants qui ont crés de manière peut etre inconsciente, l’évènement singulier .
    Ce n’est donc pas un hasard si les choses se passent ainsi,meme si notre conscience ne le voi pas.
    De meme si notre comportement peut paraitre singulier et déraisonable, avec le temps , les vrais raisons,sont souvent découvèrtes plus ou moins de façon douloureuses .
    Il y a tant de choses que nous recouvrons d’un voile de crainte ,de soumition,etc,puis oubliés ,qu’en définitive,cela fait bien plus de dégats que de bien ?
    Ne nous disons pas alors :si j’avais su ?
    Quelle vie aurions nous eu si nous avions suivi notre sagesse intèrieur ……………………………………

  22. Je me demande comment ces thèses complotistes, parfois loufoques, peuvent être aussi populaires …Peut-être un besoin de mystère, un désir de se rassurer en désignant un ennemi tapi dans l’ombre (souvent un américain ou un sioniste), technique du bouc-émissaire assez récurrente, et puis une sorte d’hypertorphie du moi, style « on va pas me la faire à moi » ou « je ne suis pas un mouton lobotomisé par TF1 » …Notons que l’industrie cinématographie et télévisuelle adore les histoires de complot qui alimente l’imagination des complotistes de tous poils …Vous avez parlé du film de Stone, JFK, qui est intéressant mais totalement instrumentalisé par le réalisateur, qui est un partisan de la thèse du complot. Bref, je suis souvent sidéré d’entendre des personnes, à priori, saines d’esprit, voire très cultivés, tombées dans ces délires paranoïaques …

  23. un satélite

    de mars a été découvert

    il y a déjas de nombreuses années.

    il serrait doté d’une atmosphaire

    et a même de recevoire l’homme

    l’objet est dépourvue de vie

    mais depuis les année 70 des capsules

    contenant des graines ont été envoyé sur ce bout de roche.

    Des images récentes aurais prouvé que certain plant EGM
    aurai prolifféré dans la région écoitoriale.

    Depuis 1988 les services secret des USA de la russi de la chine et du japon

    ce sont alliè pour
    créer ce bateau de sauvetages

    et selectionner les meilleurs de nous pour

    survivre a la future disparition de la vie sur notre terre.

  24. Cher Monsieur Jorion,
    Je viens de lire avec intérêt dans votre livre « La Guerre Civile Numérique », @p76, vos réponses aux diverses théories du complot qui pullulent. Votre scepticisme en la matière est salutaire. C’est pourquoi je suis intéressé par le fait que vous pensez que certaines photos de l’alunissage sont visiblement des truquages.
    J’ai cheché sur votre blog (http://www.pauljorion.com/blog/?p=179#comments) des références à ces indices qui vous ont été fournis par « un ami », mais en vain. Y aurait-il un endroit sur le web où les photos en questions sont discutées ? Il est frappant de constater en lisant les commentaires de votre blog sur les théories du complot, combien les preuves ou indices reposent sur une méconnaissance de la façon dont les images se construisent (naturellement ou artificiellment).

Les commentaires sont fermés.