Le baromètre a frémi

Il y a très longtemps que je n’ai pas parlé de mon baromètre, l’indice ABX pour le plus bas des grades dits « d’investissement », à savoir « BBB– » : la dernière fois, c’était le 27 juillet. La raison de mon silence était qu’il continuait de baisser pour se stabiliser vers la mi–août. Mais depuis quelques jours et plus particulièrement depuis aujourd’hui, il reprend, très, très timidement, un peu du poil de la bête, comme on peut le voir sur le diagramme ci–dessous (j’ai représenté les indices des Asset–Backed Securities [subprime] émises durant le 1er semestre et le 2nd semestre 2007).
Indices ABX - 18 septembre 2007
Deux raisons à cela. La première le fait que la Fed a baissé d’un demi–point son taux directeur – preuve que l’actuel président de la Fed navigue à vue – mais je reparlerai de cela à une autre occasion ; la seconde, du fait que le Congrès a voté aujourd’hui par une large majorité un train de mesures visant à moderniser la Federal Housing Association, dont je disais l’autre jour dans Un plan Marshall pour l’immobilier résidentiel américain ? qu’elle « subsidiait les emprunteurs “à risque”, jeunes ou appartenant à une minorité ethnique, avant d’être délogée dans cette fonction par les organismes de prêt “subprime” privés ».

La baisse d’un demi–point des taux à court terme aidera les emprunteurs subprime marginaux, ceux qui sont presque capables de s’acquitter de leurs mensualités ; pour les autres, cela ne fera pas une grande différence. La FHA est une vieille dame vénérable et toute ankylosée, datant du New Deal, la version américaine du Front Populaire. Je mentionnais la semaine dernière le chiffre de 140.000 ménages que la FHA pourrait dépanner. La presse d’aujourd’hui dit 200.000, c’est un peu plus mais toujours pas grand–chose par rapport aux 2 millions de ménages au minimum menacés d’être mis à la rue dans les deux années à venir.

Le plus encourageant sans doute, c’est le résultat du vote d’aujourd’hui : 348 en faveur de la modernisation, 72 contre, ce qui signifie qu’un nombre considérable de républicains ont voté pour. J’écrivais dans Vers la crise du capitalisme américain ?, dans la section intitulée « … Et les réponses possibles du gouvernement fédéral » : « Or on a vu en 1933, une Amérique tout aussi calviniste qu’aujourd’hui accepter avec reconnaissance le programme social–démocrate du New Deal » (pages 244–245). Affaire à suivre donc.

Partager :

Une réflexion sur « Le baromètre a frémi »

Les commentaires sont fermés.