Aide au développement

Je viens de parler à un ami, un ami d’il y a longtemps : un ami de l’Afrique. Il m’a dit : « On parle souvent de toi : tu as été un précurseur. C’est peut–être venu trop tôt l’anthropologie, la sociologie : ce n’était pas compris ».

Non, ce n’était pas compris, c’est le moins que l’on puisse dire : jusqu’à la tentative d’assassinat. Non, non, je ne suis pas parano : ça m’a été rapporté par trois « témoins indépendants » comme on dit, et à différentes époques.

Mais ce n’est pas ça qui compte : ce qui compte, ce sont les femmes d’Avlékété qui ont pu nourrir leurs enfants en allant vendre leur poisson au marché de Pahou grâce à la nouvelle piste ; ce sont les bébés qui ne sont pas morts de dysenterie grâce aux puits creusés le long de la route des pêches et leur eau propre.

J’aurais voulu faire beaucoup plus, c’est tout.

Partager :

2 réflexions sur « Aide au développement »

  1. Le temps de réponse du système à votre égard diminue; Mucherie à perdu et vous avez gagné 500 dollards !

Les commentaires sont fermés.