Avis de recherche : CDS disparus

Je vais faire quelque chose d’un peu inhabituel : je vais vous mettre directement à contribution – je veux dire mobiliser le cerveau collectif.

L’explication du pétard mouillé de la liquidation des CDS relatifs à Lehman réside dans le paragraphe suivant du communiqué de presse de la Fixed Income Clearing Corporation :

As per MBSD Important Notice 185.08, participants requested that FICC perform the net liquidation of the Lehman MBSD Clearing accounts for forward trades, in lieu of a bilateral liquidation process. This request was made by member firms in order to minimize potential market disruptions and ensure a more orderly liquidation of the open forward trades.

J’ai fait la première partie du travail en repérant le paragraphe qui explique qu’une opération a été substituée à une autre pour « minimiser les perturbations potentielles du marché et assurer une liquidation plus disciplinée… » et j’ai également laissé des messages aux trois numéros de téléphone mentionnés pour la Fixed Income Clearing Corporation.

Pour que vous n’ayiez pas à aller chercher dans les liens, je mets à la suite, les deux communiqués de presse pertinents.

Je continue à chercher de mon côté mais bonne chasse !

Merci de m’avoir aidé comme vous l’avez fait ! Vous trouverez l’enquête complète en commentaires.

Je reproduis ici, à l’intention de ceux d’entre vous qui n’ont pas l’occasion de lire tout ça, un sommaire excellent proposé par Sam sur un blog du Financial Times (ma traduction) :

Sam, toi qui es notre gourou de service sur tout ce qui est compliqué, est-ce qu’on peut en tirer que tout est bien qui finit bien ?

@ Throg
On dirait. Rien à craindre que la crainte elle-même, etc.

Bien sûr, tout ce qu’on nous montre, ce sont les chiffres net, donc aucune idée sur ce qui s’est passé en coulisses ces dernières semaines. Globalement, je pense que le désastre a été absorbé par les prêts géants de la Fed à AIG : c’était eux la contrepartie la plus exposée à Lehman Brothers. J’imagine qu’ils ont pris une grande claque, même si on ne nous a encore rien dit.

On entend beaucoup de « Je vous l’avais bien dit [qu’il n’y avait rien à craindre] ! » sur les CDS. Ce qu’ils ignorent, c’est que les banques étaient vraiment préoccupées. Le tournant a eu lieu à mon avis durant la nuit de vendredi, quand JP Morgan Chase s’est rendu compte que tout s’arrangerait et ont offert un ensemble de fonds à court terme aux banques européennes pour plusieurs milliards de dollars.

Le LIBOR commence aussi à baisser gentiment, ce qui confirmerait que l’affaire Lehman Brothers était une crainte réelle. C’était en tout cas à l’esprit de tous les gens à qui j’ai parlé.


ISDA®

INTERNATIONAL SWAPS AND DERIVATIVES ASSOCIATION, INC.
NEWS RELEASE
For Immediate Release, Tuesday, October 21, 2008
For More Information, Please Contact:
Louise Marshall, ISDA New York, +1 212-901-6014, lmarshall@isda.org
Cesaltine Gregorio, ISDA New York, +1 212-901-6019, cgregorio@isda.org
Donna Chan, ISDA Hong Kong, +852 2200 5906, dchan@isda.org

ISDA CEO NOTES SUCCESS OF LEHMAN SETTLEMENT,
ADDRESSES CDS MISPERCEPTIONS

NEW YORK, Tuesday, October 21, 2008 – Robert Pickel, Chief Executive Officer of the International Swaps and Derivatives Association, Inc. (ISDA) today commented on the cash settlement of CDS trades on Lehman Brothers and on certain misperceptions in relation to the CDS industry.

The cash settlement deadline for Lehman is today, October 21. Based on industry estimates, a total of $6bn to $8bn is expected to have changed hands by close of business. This is approximately 1% to 2% of the $400 billion in CDS trades referencing Lehman and does not account for the effects of collateral, which will further reduce the payment amounts.

“Today’s settlement demonstrates that the industry infrastructure for CDS clearly works,” said Mr. Pickel. « ISDA and its members have developed a robust legal and operational framework that governs and guides industry participants through defaults and credit events, and that includes well-established procedures for evaluating, netting and settling outstanding trades. Recent developments in the financial markets underscore the value of the industry’s collective efforts. »

« This is not to say that market dislocation is not having an effect on the derivatives industry more generally,” Mr. Pickel said. “Clearly it is: many market participants have faced major losses that have their genesis in the subprime mortgage business. This is a concern to all of us. The events of this year must be examined thoroughly for a better understanding of how they can be avoided in the future. »

Mr. Pickel emphasized that the Lehman default and settlement have not created the financial disruption that critics of the CDS business have claimed. First, because the number of CDS trades outstanding on Lehman includes a significant number of transactions that offset each other, settlement payments are only a fraction – about 1% to 2% – of the approximately $400bn notional of CDS trades referencing Lehman.
Second, because firms are required to mark their positions to market and to post collateral, any additional exposure arising from the cash settlement is incrementally minimal.

And third, despite the failure of this major dealer institution – as well as several other large counterparties – the CDS business continues to function effectively. CDS contracts have been consistently more liquid than their cash market equivalents.

In addition, Mr. Pickel points out some fundamental misperceptions about the nature of CDS. The biggest misperception facing the CDS business in general is its role in today’s financial crisis. The root cause of problems of the financial sector is too many bad mortgage loans. While many of the loans were structured into mortgage backed securities (MBS) or were repackaged as collateralized debt obligations (CDOs) and sold to investors around the globe, no individual product or instrument was at fault; the economic fundamentals of those underlying exposures were simply not sustainable.

Mr. Pickel emphasized that CDS, like other privately negotiated derivatives, are bilateral, privately negotiated contracts between counterparties. The business is conducted within a sound policy framework established by policymakers, supervisors, and legislators that retains a great degree of market discipline to guide the conduct of swaps participants. Within that framework, CDS trading is subject to extensive regulatory oversight, risk management controls, corporate governance and financial reporting requirements.

“As we move forward, global public policymakers have signaled their intent to review and restructure the global regulatory framework for financial institutions and financial instruments,” said Mr. Pickel. “The industry welcomes this discussion, and we believe it will provide a forum for explaining and understanding the important benefits that privately negotiated derivatives offer to industry participants around the world. The CDS market continues to operate efficiently and the ISDA framework on which the CDS market arranges settlement of trades is providing legal and operational certainty for the industry in a time of economic uncertainty.”

About ISDA
ISDA, which represents participants in the privately negotiated derivatives industry, is among the world’s largest global financial trade associations as measured by number of member firms. ISDA was chartered in 1985, and today has approximately 850 member institutions from 56 countries on six continents. These members include most of the world’s major institutions that deal in privately negotiated derivatives, as well as many of the businesses, governmental entities and other end users that rely on over-the-counter derivatives to manage efficiently the financial market risks inherent in their core economic activities. Information about ISDA and its activities is available on the Association’s web site: www.isda.org.

®ISDA is a registered trademark of the International Swaps & Derivatives Association, Inc.

Comme je l’ai signalé, j’ai laissé des messages aux trois numéros de téléphone mentionnés.

IMPORTANT NOTICE
Fixed Income Clearing Corporation

#: MBS208.08
Date: October 21, 2008
To: Mortgage-Backed Securities Division Participants
Subject: Lehman Brothers, Inc. — Liquidation Update

Pleased be advised that the liquidation process for forward open commitments involving Lehman Brothers, Inc. (“Lehman”) has been completed. FICC is pleased to announce that no loss allocations will be imposed on MBSD member firms as a result of the liquidations of these forward trades.

As per MBSD Important Notice 185.08, participants requested that FICC perform the net liquidation of the Lehman MBSD Clearing accounts for forward trades, in lieu of a bilateral liquidation process. This request was made by member firms in order to minimize potential market disruptions and ensure a more orderly liquidation of the open forward trades.
With regard to failed trades, as per MBSD Important Notice MBS183.08, member firms were asked to submit a MBSD Liquidation Template for those failed items that were liquidated in order to establish the associated profit and losses.

FICC has completed reviewing these spreadsheets and is in the process of reconciling fail claims. As previously indicated, as a result of the bilateral liquidations on failed trades, those member firms that made a profit will be debited and those members incurring a loss will be credited via a COI entry.

In order to ensure that the final monies are consistent with firm expectations, FICC is now requesting member firms to resubmit their templates reflecting the final monies of each liquidated transaction and the associated P&L for each net liquidation trade. Firms should resubmit the exact same templates as previously submitted with the same information and add two new columns reflecting the final monies including accrued interest of the liquidated trades and the corresponding P&L on each liquidated item.

Please furnish this information by close of business Thursday, October 23rd. Upon final review of these documents, FICC will announce the processing date of the appropriate COI entries.

You can use your original spreadsheet and simply add the two new columns.
We ask that you please return the supplemental templates to Michele Hillery at Mhillery@dtcc.com by October 22, 2008. FICC will contact firms in the event of any discrepancies.

Please direct any questions regarding this notice to the undersigned or to George Parasole at
212-855-7670 or Dennis Paganucci at 212-855-7626.
Murray Pozmanter
Managing Director
Fixed Income Product Management
Phone 212-855-7522
mpozmanter@dtcc.com

Partager :

56 réflexions sur « Avis de recherche : CDS disparus »

  1. Trouvé en complément sur Reuters le 22/10 à 3:17 pm EST

    NEW YORK, Oct 22 (Reuters) – Net payments of only around $5.2 billion were made to settle an estimated $400 billion in credit default swaps on the debt of failed investment bank Lehman Brothers, far below what some feared, The Depository Trust & Clearing Corporation said on Wednesday.

    DTCC clears the majority of trades in the $55 trillion, privately traded credit default swaps market. Concerns had escalated ahead of Tuesday’s deadline to settle the contracts that payments needed to settle losses would wreak new havoc on markets.

    Lehman’s credit default swaps were valued at less than 9 percent of the insurance sold in an auction last week on Oct. 6, after the majority of the bank’s assets were sold to Barclays Bank after its bankruptcy, leaving little.

    This led to concerns that protection sellers would need to accumulate $365 billion to pay for losses on the contracts.

    Analysts said these concerns were misplaced, however, because large players in the market, such as dealers and some hedge funds, had both bought and sold protection, subsequently taking both gains and losses on Lehman’s default that offset each other. (Reporting by Karen Brettell; Editing by Leslie Adler)

  2. Ca m’a fait bizarre de lire :

    http://www.project-syndicate.org/commentary/roubini8/French

    J’ai trop de mal à croire un tel truc ?????? En plus on parle des LBO qui vont aussi éclater (Aglietta).
    Faut-il prendre Roubini avec sérieux ? je sais déjà qu’il n’a pas beaucoup d’estime chez certains… mais quand même…
    En fait, je crois que je refuse de croire ce qu’il se passe !!! Quoi un effondrement généralisé du système financier mondial ??? C’est dire que c’est plus grave qu’en 1929 ???

  3. The Robert Pickel news release is a masterpiece of double-talk, typical of the financial powers-that-be. Out of one side of his mouth he says that the financial situation is still « sound », and out of the other side of his mouth he talks of welcoming new regulations to handle the problems — which of course he and his ilk fought tooth and nail to defeat over the past two decades. He claims that the financial industry itself can handle the small losses (1% to 2%) and that there have been substantial misperceptions about the CDS system.

    Just such claims have always been made when cracks in the structure began to appear before, and these claims are meant to head off either the writing of new regulations, their enforcement once written, or « Mammon forbid » real changes in the structure of our financial system. And the eventual collapse of current structures is then met with a rush to the public purse.

    Following any new regulations (which never amount to more than patches on a sick system), those with power and imagination simply find new ways to cook up financial instruments and procedures to milk the system for private gain until public bailout becomes necessary. But the individuals responsible hardly ever suffer.

    The filthy hands of these individuals are being slapped these days during hearings in the House and Senate, and then they go on their way.

    AIG executives (after getting a promise of $85 billion in rescue funds from the taxpayer) take an extended vacation (« working » no doubt they’d call it) at a California spa. I’ve seen no news that the government is demanding they personally repay the Treasury for this.

    The Guardian reports that Wall Street is preparing to pay out $70 billion in bonuses to its employees for their « work » in 2008.

    The New York Times reports that $25 billion of $125 billion from the Treasury going to rescue banks is to paid by the banks in dividends to investors, many of whom are the same individuals who engineered the financial arrangements that have brought about this crash.

    And no one in the United States Government has taken at all seriously the problem of the enormous disparity between median worker pay and the pay (and bonuses) of high executives — even when they crash their companies, industries, and the economy.

    Pareto’s 80-20 rule is a long-gone dream. In terms of wealth owned we are closer to 95-05 in the West, and the slope of the power law distribution is becoming flatter every year all over the world.

    Recent financial filings by the two political parties show that huge sums are coming into both campaigns from the financial sector. Obama is receiving checks for up to $35,000 a piece from individuals who are managing to get around both the letter and the spirit of campaign financing laws. Note again that these are from individuals, not companies, nor from the bundling of donations — both of which amount to much larger total sums of money gathered in favor of the financial interests and monopoly capital in the United States.

    If Obama is elected we will see major changes in foreign policy, but those who have our economy by a strangle-hold (from the academic toddies and theorem-provers who hold full professorships and endowed chairs in the universities, to the elected and appointed officials in Washington) will continue to play the same old game until the whole structure collapses. Each new crisis over the past several decades has cost more and lasted longer than the previous one, and involved more countries as financial globalization locks us together in a fragile network where cascades are brutal and inevitable.

    Not with a bang (of atomic weapons), but with a whimper (of masses of humans even in the developed world) will we return to pre-civilization.

  4. Question d’un simple novice:
    Comment peut on dejà connaitre le total final des dettes (6Milliards?) alors qu’apparemment la date à laquelle tous les partis doivent envoyer leur feuille Excel 🙂 est fixée à aujourd’hui ?

  5. Allez, c’est mon jour de bonté : je vous offre une traduction intégrale du message de John Bragin ci-dessus :

    Le communiqué de presse de Robert Pickel est un chef-d’œuvre de double langage, typique des autorités constituées. D’une part il déclare que la situation financière est toujours « saine », d’autre part il parle d’accueillir à bras ouverts de nouvelles règles pour gérer les problèmes – nouvelles règles contre lesquelles lui et les individus de son espèce se sont battus becs et ongles pendant ces deux dernières décennies. Il affirme que le secteur financier peut encaisser sans aide extérieure le choc des petites pertes (1 % à 2 %) et que le système des CDS a été très mal compris.

    Des déclarations identiques ont toujours été faites quand, par le passé, des fissures ont commencé à apparaître dans la structure, et ces déclarations ont pour objet d’empêcher soit l’élaboration de nouvelles règles, soit leur application lorsqu’elles ont été élaborées, soit – « que Mammon nous protège » – de véritables changements dans la structure de notre système financier. Et l’effondrement ultérieur des structures établies est alors suivi d’une ruée sur les deniers publics.

    Suite à la mise en place de nouvelles règles (qui ne sont jamais rien d’autre que des pansements sur un système malade), ceux qui détiennent le pouvoir et sont doués d’imagination trouvent simplement de nouvelles façon de mijoter de nouveaux instruments financiers et de nouvelles procédures pour tirer du système des gains privés, jusqu’à ce qu’un sauvetage à l’aide de fonds publics devienne nécessaire. Mais les individus responsables, eux, n’en souffrent pratiquement jamais.

    Les méchantes mains de ces individus reçoivent actuellement des coups de règle lors des auditions à la Chambre et au Sénat, puis ils retournent tranquillement à leurs affaires.

    Les dirigeants d’AIG (après avoir obtenu la promesse qu’ils allaient recevoir une bouée de sauvetage de 85 milliards de dollars issus des poches des contribuables) prennent de longues vacances (qu’il appelleraient sans doute « travail ») dans une station balnéaire californienne. Je n’ai pas entendu dire que le gouvernement exige d’eux qu’ils remboursent personnellement ces sommes au Trésor.

    Le Guardian annonce que Wall Street s’apprête à payer 70 milliards en bonus à ses employés pour le « travail » accompli en 2008.

    Le New York Times affirme que 25 des 125 milliards de dollars alloués par le Trésor pour renflouer les banques seront versés par celles-ci sous forme de dividendes aux investisseurs, un grand nombre desquels ont conçu les arrangements financiers qui ont provoqué le crash.

    Et personne au sein du gouvernement américain n’a pris un tant soit peu au sérieux le problème de la disparité énorme qui existe entre le salaire moyen des travailleurs et celui (augmenté des bonus) des dirigeants de haut niveau – mêmes lorsque ceux-ci plantent leur entreprise, leur secteur d’activité, et l’économie tout entière.

    La règle des 80/20 de Pareto est un rêve qui s’est évanoui depuis longtemps. En termes de richesse possédée, nous sommes plus proches des 95/5 en Occident, et la pente de la courbe de la loi de distribution de la puissance devient chaque année plus faible dans le monde entier.

    Les récents rapports financiers des deux partis politiques montrent que le secteur de la finance injecte des sommes énormes dans les campagnes des deux candidats. Obama reçoit des chèques pouvant atteindre les 35 000 dollars, en provenance d’individus qui réussissent à contourner à la fois l’esprit et la lettre des lois sur le financement des campagnes électorales. Notez encore une fois que ces sommes sont versées par des individus, et ne proviennent pas d’entreprises et ne correspondent pas à un cumul de dons – ces deux dernières sources contribuant ensemble des sommes totales encore plus considérables en faveur des intérêts financiers et du capital monopolistique aux États-Unis.

    Si Obama est élu, nous assisterons à des changements majeurs en matière de politique étrangère, mais ceux qui tiennent notre économie par le cou (depuis les intellectuels et démontreurs de théorèmes titulaires de postes ou de chaires subventionnées dans les universités, jusqu’aux officiels élus ou nommés en poste à Washington) continueront à jouer le même petit jeu bien connu jusqu’à ce que la structure tout entière s’effondre. Au cours des dernières décennies, chaque nouvelle crise a coûté davantage et duré plus longtemps que la précédente, et a touché davantage de pays étant donné que la mondialisation financière nous enchaîne tous au sein d’un réseau fragile dans lequel les cascades sont brutales et inévitables.

    Ce n’est pas dans une explosion (de bombes atomiques), mais dans un gémissement (provenant des masses d’humains, y compris dans les pays développés), que nous retournerons à la case préciviilisation.

  6. Je ne veux pas jouer les effarouchés ou les faux naifs …. mais tout ce que je découvre concernant les soubassements de notre illusion de civilisation grace ce blog et sur d’autres m’EPOUVANTE et me stupefie.

    J’en suis encore au stade de la STUPEFACTION.

    PS / que pensez vous de mon post d’hier soir sur les CDO synthétiques (je découvre tout cet unives bizarre au fil des posts et des enquêtes et surtout de la réaction de Philippe que je remet là :

    « Philippe dit :

    22 octobre 2008 à 17:54
    En résumé, M’sieur Jorion, on les a retrouvés les CDS à Lehman (91,375 cents du dollar) ! Ils ont été planqués dans des synthetics CDOs (marché de 1200 milliards de dollars, 90 percent in the $1.2 trillion market). On note le 90% vers 91,375% …

    Attachez les ceintures, le deuxième étage de la fusée vient de s’allumer après les subprimes … et ces cons de gouvernements qui grillent les cartouches, ils pissent dans la mer d’aral en espérant la remplir (avec notre pognon) !!!

    Sainte Marie, Mère de Dieu,
    priez pour nous pauvre pêcheurs,
    maintenant et à l’heure de notre mort.
    Amen.

    Préparez vos semis pour bouffer … »

    Etions nous réellement « hors sujet » ?

    A tous : merci et amitiés,

    Et, trés respectueusement, à Paul : UN GRAND MERCI.

  7. En profane, je me ferais volontiers l’écho d’une explication que j’ai pu lire dans un document « interne » (avec guillemets, car il s’adresse aussi aux clients) de M. Cembalet, le chief investment officer de JP Morgan Global Wealth Management (i.e. la banque privée de JP morgan). Echo, car je ne suis vraiment pas certain d’avoir bien saisi toute la teneur de son argumentaire notamment le ditinguo qui lui semble évident entre dérivative et CDS. Jugez par vous-mêmes.

    Je reproduis ici l’argumentaire, qui date du 20 octobre (en l’absence d’adresse mail de contact, je ne puis vous l’adresser directement – à bon entendeur…).

    Il y discute des dérivatives, et des mécanismes qui réduisent la taille de l’exposition : via a) des arbitrages (ou netting) entre CDS via la ISDA, et b) via des mécanismes comptables permettant de réduire la taille des actifs risqués (« reduce notional exposure to mark-to-market exposure », et c) « banks eliminate positions collateralized by counterparties with cash, treasuries and agencies »).

    C’est au passage qu’il aborde la question qui nous intéresse :

    There’s a very important point to make
    here: there’s a big difference between writing credit
    default swaps ON Lehman, and writing credit default
    swaps WITH Lehman.

    Those selling protection ON Lehman are meant to be in
    a similar position to bondholders, since they took similar
    risks: receive a coupon/premium as long as the
    company is solvent. That turned out to be a disastrous
    position, since Lehman went bankrupt, and few assets
    were left to satisfy its holding company claims. That’s an
    issue for the SEC and the markets to work through;
    companies leveraged 30 to 1 that are forced to sell
    assets in a crisis often end up losing a lot of money. But
    it’s not a credit derivative issue, since bondholders at the
    operating company level suffered similar losses as those
    selling default protection ON Lehman.

    For banks and brokers transacting WITH Lehman as a
    counterparty on a credit default swap linked to other
    market variables, ISDA contracts allowed them to
    negotiate for and monitor collateral on a nightly basis,
    and if so, retain gains in place at the time of Lehman’s
    bankruptcy. The irony of the focus on derivatives:
    bank/broker derivative counterparties of Lehman
    may well end up more protected than the rest.
    Bondholders suffered significant loss, and some hedge
    funds face potential losses as well (prime brokerage
    clients whose monies migrated to London, where they
    suffered from the lack of U.S. customer protection
    rules11 and were exposed to U.K. insolvency laws
    instead). We’ll have to see Q3 2008 disclosures from
    Lehman’s counterparties, but I do not expect substantial
    losses on bank CDS exposures WITH Lehman. This
    was perhaps why regulators took the risk of letting
    Lehman fail: protections for its institutional
    derivative counterparties were in place. What the
    Fed and Treasury may have underestimated was the
    severity of loss for everyone else, and what it would do
    psychologically to the markets, particularly money
    market funds investing in broker-dealer paper.

    (…)

    Morgan Stanley is an interesting case. Bear Stearns
    collapsed in March of 2008, and Lehman experienced
    problems all summer. Yet during this entire time, CDS
    spreads on Morgan Stanley remained calm.12 That
    Morgan Stanley CDS spreads then widened sharply in
    October is not a problem with CDS markets, but appears
    to reflect residual concerns about a trillion dollar balance
    sheet, capital adequacy, and the reliance of broker-
    dealers on potentially unstable wholesale funding.13 In
    the wake of the recent U.S. Treasury Capital Purchase
    Program, Morgan Stanley credit default swap spreads
    came back down to earth.

    Et de discuter ensuite sur une « derivative clearing house », qui aurait comme avantage de mieux ventiler le risque, mais comme désavantage (à son point de vue) de standardiser les contrats.

    En espérant d’avoir été une aide.

  8. George Soros a dit dans une interview que la situation était entre les mains des gouvernements et que ceux-ci disposant de la planche à billets pourraient contenir le fameux « tsunami » du crédit : pourrait-on m’expliquer pourquoi tout le monde s’angoisse alors qu’il suffit de faire tourner la planche ? Bon il a aussi dit qu’il faudrait une meilleure régulation à l »‘avenir. Et voila.
    Beaucoup de bruit pour rien : un peu de dévaluation et le tour est joué ?

  9. @ pouik
    « you » est souvent utilisé en anglais là où les français utilise le « on » impersonnel. C’est une façon d’exprimer une généralité.

  10. @pouik : « un peu de dévaluation et le tour est joué ? » ce serait –ce sera– jouer au con, et à ce jeu les élites gouvernantes faillies ont déjà prouvé qu’elles sont imbatables. Un seul regard sur les bilans des Banques Centrales montre que le « un peu » relève déjà de la litote.

    Après 1929, Weimar.

    Ceux qui étiennent de telles monnaies de singe ont en général bien anticipé sur les turpitudes actuelles, ils commencent à se préparer à cette nouvelle phase quasi inéluctable.

  11. Il serait interessant d’obtenir des avis auprès de Citibank et Mellon qui s’occupaient de l’aspect administratif de la dette subordonnée de Lehman. Axa , actionnaire de Lehman à hauteur de 7,25% à l’époque doit aussi avoir un point de vue interessant sur la question et sur l’identité des collectivités locales ou administratives bénéficiaires de ces produits à haut rendement.

  12. A ceux qui veulent comprendre la différence entre inflation et déflation …

    la déflation c’est la ruine de certains (leurs actifs valent 0 : actions, obligations, faillites entreprises, matières premières) avant la ruine de tous (ceux qui ont perdu leurs actifs sont à priori les plus riches qui font tourner le système avec leurs capitaux = chomage de masse = baisse conso et salaires = chomage de masse …)

    l’inflation c’est l’appauvrissement de tous, augmentation de la masse monétaire par rapport à la masse de richesses du pays = chaque billet papier perd de sa valeur.

    l’hyperinflation, c’est le stade ultime de l’inflation, quand la perte de confiance atteint l’état qui émet la monnaie. Plus aucun investisseur n’en veut, le taux de change de cette monnaie rend la valeur de cette monnaie proche de 0. Voir weimar. Votre billet vaut moins que du papier toilette.

    Jusqu’à peu, on était en inflation provoqué par la croissance indienne et chinoise (matières premières)
    On entre en déflation.
    Et là, en fonction des comportements des gouvernements et populations, si on tire sur la planche à billet, on peut rentrer à nouveau en inflation voir hyperinflation.

    Voir ce très bel article sur contreinfo.info de ce jour « Radar 23 octobre 2008 : Quand le futur ruine le présent. »

    Lorsque la valeur des actifs baisse, la promesse de richesses futures qu’ils portaient tente de se réfugier dans le présent. Ce faisant, la dette future devient une dette pour le présent. Et le ruine.

    On considère habituellement un actif, c’est-à-dire une épargne « placée » comme une richesse disponible. Mais cette disponibilité ne sera utilisée que dans un futur plus ou moins lointain. Le jour où ce droit de retrait sera exercé, l’emprunteur devra pouvoir extraire cette richesse du présent pour rembourser le créancier. A charge pour lui entre temps d’avoir utilisé ce prêt pour accroître les richesses tangibles. A l’inverse, lors de sa conversion en actif, l’épargne présente – liquide – change de nature. Elle abandonne sa forme de richesse actuelle, la monnaie – qui est une dette sur le présent au sens où elle porte en elle l’exigence d’une contrepartie dans les biens circulants – pour se transformer en une dette tirée sur un futur à venir, plus ou moins distant, selon ce que les professionnels appellent les « maturités », la durée de l’engagement.

    Ce principe de base, que l’on peut appeler « conversion de maturité » – l’échange de présent pour un futur – est mis en œuvre à tous les niveaux de l’activité économique. Par les banques, bien sûr, mais aussi par les entreprises, les bourses, et même les Etats.

    Or ces machines à transformer les maturités partagent toutes un point commun : lorsqu’elles sont soumises à des demandes de retraits massifs, elles s’effondrent. D’abord parce que la vente massive et simultanée des actifs crée à tout coup un marché baissier. Mais la raison fondamentale de cette faillite de la « conversion inverse de maturité », du futur au présent, est celle-ci : aucun présent ne peut supporter en même temps la réalisation de tous les futurs qui auraient du normalement s’échelonner.

    Ces conversions – c’est-à-dire ces retraits – peuvent avoir classiquement plusieurs causes. Le manque de confiance apparemment injustifié lorsque les fondamentaux sont sains, on parle alors de crise de liquidité. Le manque de confiance justifié, lorsque l’établissement a fait des investissements générant des pertes, et c’est alors une crise d’insolvabilité. Et enfin un besoin pressant de liquidités de la part des déposants.

    Dans la situation actuelle, faite de doute généralisé et de certitudes de pertes – dont le niveau réel est toujours indéterminé mais augmente mécaniquement plus cette crise se prolonge et se diffuse – ces trois ingrédients sont présents simultanément dans l’ensemble du système et se renforcent les uns les autres. Certains sont inquiets pour la valeur de leurs investissements, d’autres veulent « sortir » pour limiter leurs pertes et les derniers cherchent frénétiquement des liquidités pour couvrir des pertes déjà subies. Dans tous les cas, les ventes d’actifs requises pour rembourser les déposants poussent les prix à la baisse, en un cercle vicieux qui s’auto alimente.

    Les paniques de retrait bancaire, dont le monde développé croyait qu’elles appartenaient au passé, sont l’archétype de ce mécanisme. Par nature, aucune banque, qui utilise des dépôts à court terme pour financer des investissements à long terme, ne peut résister à une demande massive de remboursement. Lorsque tous les déposants se présentent au guichet, n’importe quelle banque est mise en faillite, même si sa situation est saine. Cette réalité est comprise depuis fort longtemps, et c’est pourquoi toutes les banques de dépôts sont adossées à une banque centrale qui fournira le cas échéant les liquidités devant permettre de faire face à ce genre de situation.

    Mais ces retraits ne ruinent pas uniquement les banques.

    La bourse offre également un exemple de ce mécanisme. La capitalisation boursière n’est que virtuelle. Elle ne conserve sa valeur que tant que les demandes de retraits sont inférieures en nombre aux offres des investisseurs entrant sur le marché. Que tous les détenteurs d’actions tentent en même temps de sortir, de « réaliser » leur capital, et ils sont à coup sûr ruinés.

    Les Etats – on le voit en ce moment – peuvent aussi être mis à genoux par une vague de retrait massif des capitaux étrangers. Lorsqu’un investisseur étranger veut rapatrier ses capitaux – le plus souvent en dollars – il doit convertir ses créances de la monnaie locale vers le billet vert. Que tous les investisseurs étrangers se mettent à vendre en même temps leurs devises locales contre des dollars et comme dans tous les marchés où les vendeurs sont plus nombreux que les acheteurs, le cours du bien – ici la monnaie du pays – s’effondre. C’est pour se préserver contre ce danger que les banques centrales des pays émergents ont accumulé force dollars ces dernières années. Elles peuvent ainsi jouer le rôle de l’acheteur de dernier recours et soutenir le cours de leur devise. Mais les volumes mis en jeu ces derniers temps ne leur permettront pas de tenir très longtemps. Autre cas de figure de conversion, une vente massive de bons du Trésor – américains par exemple ? – produirait le même résultat.

    Dans tous ces cas, banques, bourses, Etats, le phénomène est le même. Les retraits qui auraient du en temps normal s’étaler dans le temps sont tous effectués au même moment et ce flot emporte peu à peu toutes les digues.

    Comment pourrait-il en être autrement ? Car c’est en fait à un raccourcissement du temps auquel nous assistons. Les promesses de retraits futurs ne peuvent évidemment être tenues que si les demandes s’échelonnent l’une après l’autre. La conversion inverse des maturités – du long au court – de l’actif au liquide, équivaut une ponction sur la richesse du jour au moment où elle est effectuée.

    Mais aucun présent ne peut suffire à réaliser toutes les promesses de futur en un seul jour.

    Face à cette situation intenable par nature, il n’y a que de mauvaises solutions.

    – Constater que les promesses ne seront pas tenues. L’actif est liquidé en une perte sèche : disparition des retraites gérées par les fonds de pensions, baisse de l’immobilier. Résultat : déflation.
    – Adosser l’émetteur de la promesse à quelqu’un de plus solide – l’Etat – en espérant ainsi mettre un terme à l’exigence de preuve immédiate – au retrait. Ce faisant les dettes privées des banques deviennent les dettes publiques de l’Etat, donc des contribuables. Ce processus d’amplification de la dette et du risque associé compromet la valeur de la monnaie. Résultat à terme : inflation.
    – Tenter d’incorporer au présent une partie de ce futur : émettre de la monnaie pour racheter les actifs. Résultat : inflation.
    – Interdire d’exercer dans le présent son droit sur le futur : bloquer ou limiter les retraits, contrôler la circulation des capitaux, fermer les bourses. Résultat : reculer l’heure des comptes et accroître l’incertitude.

    Dans tous les cas, cet afflux de futur au guichet du présent s’avèrera ruineux.

    Mais au-delà du constat, cette grille de lecture – fort peu académique, au demeurant – de la crise comme l’expression d’un dysfonctionnement de la relation au temps peut donner aussi quelques clés de compréhension. Si l’on interprète la crise actuelle comme une inflation déraisonnable de futur soumis aujourd’hui à un processus de dégonflement subit, on peut lire différemment les processus qui ont encouragé cette inflation.

    La dette : c’est le coupable le plus évident. Comme le rappelle Paul Jorion, le crédit à la consommation est une perversion fondamentale d’un mécanisme qui à l’origine n’a de sens que s’il permet d’accroître la production ou d’étaler dans le temps l’acquisition d’un bien durable au-delà de l’extinction de la dette. Le crédit à la consommation, cette traite sur le futur, qui en court-circuitant l’attente a pour effet de réduire les revenus de demain d’un montant supérieur à celui du bien consommé aujourd’hui, se traduit par un appauvrissement et rien d’autre. Il est l’inverse d’une augmentation de richesse tangible et durable. Et lorsque les ménages en sont réduits à l’emprunt pour subvenir à leurs dépenses courantes, l’empilement de ces traites garantit le non remboursement du principal. C’est le principe même du revolving, la dette éternelle.

    Les inégalités : combien pèse un milliardaire en euros en année de travail de salarié français ? Retenez votre souffle. 55 555 ans. Plus de 50 millénaires, 25 fois l’unité de compte de la civilisation occidentale. Faites le calcul vous-même, divisez un milliard par 18 000 euros, 12 fois les 1500 euros du salaire net médian en France. En mobilisant le travail de 10 000 personnes durant cinq ans, on n’est sans doute pas loin de l’effort requis pour bâtir une pyramide. Voilà l’échelle de durée des nouveaux pharaons du temps présent. Celle d’un droit de tirage insensé sur les richesses produites par les sociétés, qui pour assurer simplement sa perpétuation exige une rémunération toujours plus élevée par le jeu des intérêts composés, et ce faisant induit un appauvrissement toujours plus grand de la société qui l’héberge. Inflation de futurs disions nous. C’est hyper-inflation qu’il faudrait écrire, en l’occurrence.

    La spéculation : les mécanismes de vente à terme – les « futures », dans le jargon de la finance – ont à l’origine une raison d’être légitime. Protéger un producteur – en l’occurrence il s’agissait de cultivateurs – contre les variations erratiques des cours. En vendant par avance sa récolte à un prix estimé raisonnable, ceux-ci se garantissaient contre une éventuelle chute des prix. Dans ce modèle, la relation présent-futur est univoque. Un producteur se protège lui-même et uniquement lui-même. Mais ce mécanisme de protection a été étendu sans limite. Point n’est besoin aujourd’hui d’être détenteur du bien à vendre pour parier sur la valeur future de celui-ci. C’est le principe même de la vente à découvert – des naked shorts – qui sont en ce moment interdits par les autorités boursières. La aussi, l’inflation de futur par rapport au présent – au bien réel – produit ses effets néfastes en multipliant à l’infini les occasions de paris qui amplifient de façon fort néfaste les variations des cours, comme la récente fièvre sur le pétrole l’a à nouveau démontré. Certains diront sans doute qu’il faut être deux pour faire un pari, et que ce ne sont là que des transferts à somme nulle. Somme nulle ? Ce n’est sans doute pas l’avis des français qui ont du cet été raccourcir leur vacances à cause de la facture carburant, mais passons.

    L’inflation des actifs boursiers : la hausse des cours de bourses est vue comme un bienfait, la preuve de la bonne santé de l’économie. Mais encore une fois, l’inflation de futur est à l’œuvre. Le critère couramment utilisé pour mesurer la valeur d’une action est le Price Earning Ratio, qui exprime la valeur de l’action en nombre d’années de dividendes perçus. Durant les phases spéculatives il peut atteindre 40. Ce qui signifie qu’à défaut de vendre, il faudrait patienter 40 ans pour retrouver le montant de son investissement. Pourtant, lorsque le PER est multiplié par deux, comme cela se produit en phase ascendante, aucune richesse réelle, tangible n’a été créée. Seul le droit de tirage sur cette richesse réelle l’a été. C’est une inflation de promesse. Autre exemple : lors de la bulle Internet, une autre métrique était utilisée pour estimer une entreprise : celle de la valeur du client. A l’époque, 4500 euros était devenu un chiffre courant, et certaines opérations de rachat se sont négociées jusqu’à 7500 euros par client. En prenant pour estimation on ne peut plus optimiste un chiffre d’affaire de 450 euros par an, le point mort, le seuil de rentabilité de l’investissement, n’aurait été atteint qu’après 10 ou 15 ans, c’est-à-dire en réalité jamais. Ces chiffres, parmi d’autres, montrent à quel point la déconnection peut être complète entre la « valeur » attribuée aux actifs et la réalité de l’activité économique sous jacente. Encore une fois, l’inflation des futurs, des promesses intenables, était à l’œuvre.

    Le vieillissement de la population. C’est sans doute le point le plus aveugle, le moins évoqué, le moins compris de cette crise, relevant évidemment lui aussi de la relation au futur. Bien sûr, la question des retraites est centrale dans nos sociétés. On nous répète sur tous les tons que le système par répartition est compromis, voire intenable, et que la seule solution alternative à l’allongement de la carrière est l’épargne, la capitalisation. La thèse sous jacente étant que l’épargne transformée en investissement accroîtra la productivité, donc la quantité de richesses disponibles à partager dans le futur. Or cette assertion n’est pas vérifiée. L’afflux d’épargne ne se traduit pas – et de loin – entièrement par des investissements productifs. Il renforce une inflation artificielle des actifs, à commencer par la bourse. Dans le même temps, l’augmentation du poids relatif de la population retraitée se traduit par une ponction accrue sur la richesse produite, car dans tous les cas, répartition ou pas, le résultat est le même : les salariés doivent subvenir aux besoins des inactifs, que ce soit par la redistribution ou par la rémunération du capital. Une part croissante de la production de richesse qu’ils ont créé est donc distraite en direction des retraités. Cette transformation en profondeur de l’équilibre démographique a donc pour effet de distordre la structure des revenus et de la demande, et d’appauvrir les générations montantes, comme l’a observé Louis Chauvel. Mais c’est aussi un gisement majeur de carburant liquide alimentant une spéculation toujours grandissante et de plus en plus détachée de l’économie réelle.

    Le prix de l’illusion

    Certes aucune société, aucune structure, ne pourrait subir sans dommage la crise de conversion des maturités que nous subissons. Mais ce processus désastreux n’est pas un simple accident de parcours né d’une mauvaise appréciation du risque dans les officines de Wall Street. C’est aussi le règlement de compte d’une calamiteuse accumulation de promesses intenables, où l’illusion de la richesse infinie avait pris le pas sur le réel.

  13. Une 3ème banque belge semble mal partie. Je vous mets le commentaire des Echos qui attribue la cause des pertes à des CDO mal choisies.
    Le cours de ce vendredi matin. 78% de la valeur perdue depuis le 1er janvier et 26% en deux heures ce jour est plus qu’inquiétante…

    Le bancassureur KBC a créé la surprise hier en annonçant une perte située entre 880 et 930 millions d’euros au troisième trimestre, presque autant que son bénéfice des six premiers mois de l’année. Le bénéfice hors impact de la crise financière sera supérieur à 500 millions, inférieur aux précédents trimestres. Les chiffres définitifs seront publiés le 6 novembre, mais le cours a accusé le coup hier, perdant près de 20 %. (…). En fait, la perte découle du portefeuille de produits structurés CDO («collateralized debt obligation»), qui est valorisé à la valeur de marché. Or, l’agence Moody’s vient d’abaisser la note de certains d’entre eux en motivant sa décision par des « hypothèses qui vont beaucoup plus loin que celles admises jusqu’à présent », insiste le bancassureur. Du coup, le groupe belge en a pris acte et il a également décidé « d’appliquer lui-même de façon proactive ces méthodes plus rigoureuses à l’ensemble de son portefeuille ». Cela se traduit par 1,25 milliard d’euros de dépréciations (850 millions après impôts), passées dès le troisième trimestre. Il s’agit de constituer « une sorte de provision destinée à atténuer la volatilité du bénéfice futur » et « dissiper l’incertitude pour les clients et les actionnaires ». Si l’on ajoute le risque de contrepartie sur les rehausseurs de crédit et divers effets de valorisation, la dépréciation grimpe à 1,6 milliard, contre 455 millions pour les six premiers mois de l’exercice. Le portefeuille est désormais décoté d’environ un tiers par rapport à sa valeur nominale, environ 9 milliards d’euros.
    La perte prévisionnelle reflète en outre la crise bancaire américaine et l’impact de la baisse de la Bourse sur le portefeuille. Mais l’exposition de 277 millions sur les banques islandaises n’a pas fait l’objet de provisions à ce stade. KBC veut aussi rassurer sur ses performances commerciales, qui restent « satisfaisantes », y compris en Europe centrale et orientale ; ses possibilités de financement sont « amplement suffisantes » et sa base de capital « robuste » (ratio de solvabilité Tier-1 en recul mais nettement supérieur à 8,5 % et Core Tier-1 proche de 7 %).

    KBC
    BRUXELLES, VENDREDI 24 OCTOBRE 2008 – 10H46 – BOURSE DE BRUXELLES – ACTION – [KBC] – [BE0003565737]
    COTATION
    Séance / Clôture préc. 24/10/2008
    Cours 21,060€
    Var. % – 26,70 %
    Volume (nb titres) 539.107
    Capit. échangés 0,15 %
    Capit. boursière 7 480 M EUR
    Historique Var. %
    Sur 1 semaine
    – 38,38%
    1er janv.
    – 78,11%
    1 an
    – 77,17%

  14. André Kostolani in : « Si la bourse m’était contée » – Julliard – 1960
    à propos du krach de 1929 :
    « Les politiciens, les gens de théâtre, de cinéma, jusqu’à des voyants « extra-lucides » s’employaient à annoncer en vain la fin du cauchemar.
    La profondeur du gouffre se mesure aux chiffres !
    (en $)
    Radio-Corporation (électroniques) 1929:115 1932:3.5
    New York Central (chemins de fer) 1929:256 1932:5
    Chrysler (automobiles) 1929:135 1932:5
    General motors (automobiles) 1929:92 1932:1.1/4
    General Electric (appareillage électrique) 1929:220 1932:20
    Montgomery Ward (grands magasins) 1929:70 1932:3
    United Steel (aciéries) 1929:375 1932:22″

    (Citation de notre blog : http://blog.asatys-consulting.com)

Les commentaires sont fermés.