Rideau !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Le message que l’on recevra demain de la bouche de Mr. Geithner, le nouveau ministre des finances américain, c’est que le salut ne viendra pas des États–Unis. Il nous annoncera une myriade d’initiatives insignifiantes représentant une poussière d’intérêts particuliers et où tous les méchants seront amplement récompensés : hedge funds, paradis fiscaux, spéculateurs à la petite et à la grande semaine et financiers véreux. « Everybody knows the good guys lost », tout le monde sait que les bons ont perdu, chantait déjà Léonard Cohen. On aurait pu espérer un New Deal à la Franklin D. Roosevelt, manque de pot, ce coup-ci cela aurait coûté beaucoup trop cher et on se tourne plutôt vers les rustines : ça tiendra ce que ça pourra !

On s’inquiétait déjà à la vue de l’équipe qu’Obama entreprit de constituer au lendemain de son élection et où l’on retrouvait les survivants les plus éclopés de l’équipe Clinton, et dont le meilleur exemple est Larry Summers : les convertis les plus récents à l’ultralibéralisme et donc les plus dangereux. Geithner accusant la Chine de manipulation de sa devise lors de sa confirmation devant le Sénat, le 21 janvier, donnait le ton : pas de gratitude à attendre des États–Unis envers la Chine pour le sauvetage du consommateur américain durant la période 2002-2007. Ce sera désormais chacun pour soi : si les Chinois ont été assez bêtes pour acheter à coup de dizaines de milliards de dollars les titres adossés à des prêts hypothécaires américains, tant pis pour eux !

Quand le communisme s’écroula en 1989, il existait un plan B : s’il mourait de sa belle mort, c’est qu’il avait eu tort et le capitalisme raison, et plus on prendrait de celui-ci, mieux on se porterait. Comme on le sait maintenant, le doublement de la dose a précipité la mort du patient. Petit problème cependant pour nous en 2009 : le capitalisme s’écrase en flammes, et il n’existe pas de plan B.

Alors ce sera le repli sur soi, le protectionnisme à tout va, l’apparition de seigneurs de la guerre : plus-radical-que-moi-tu-meurs ! (Madame Merkel en héritera probablement d’un en provenance de Bavière dans les jours qui viennent comme ministre de l’économie : bonjour les dégâts !) Les pays les plus malheureux tomberont dans la guerre civile, les plus heureux constitueront des gouvernements d’unité nationale mobilisés contre leurs voisins (qui sont les responsables évidents de leurs déboires) : Israël et Iran, l’Inde et le Pakistan (à coups d’armes nucléaires), que sais-je encore, l’imagination en cette matière sera certainement au pouvoir : le Venezuela et la Colombie ?

Un aspect positif cependant : tout cela devrait nous laisser un peu plus de temps, entre deux coups de canon et de bombes atomiques, pour réfléchir au plan B qui nous permettra de résoudre les vrais problèmes que nous devrons bientôt affronter : quand nous aurons en 2050 épuisé le pétrole, l’eau potable et l’air respirable.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

95 réflexions sur « Rideau ! »

  1. @2Casa

    Oh bon dieu, merci merci merci. Vous pouvez me le mailer directement sur bsadacheng@gmail.com.
    Avez vous étudié ces ouvrages? Votre jugement?
    J’ai surtout appécié la complétude du modèle et son efficacité opérationnelle. Je m’en sers tous les jours.
    Même pour programmer. Et c’est l’intêret à mon sens. Passer en revue les quatre plans dans toutes les
    circonstances ou on a le temps de le faire. Lorsque je fais l’étude d’un nouveau soft, je n’oublie plus rien.
    Tous les aspects y passent. J’ai essayé ici d’analyser à partir du modèle mais celà tourne vite à l’incompréhension et au pugilat car les références ne sont pas les mêmes. Donc j’ai arrêté. Et c’est pour cela que ce blog tourne en rond à mon avis car chacun perçoit un des plan et focalise la dessus. D’ou des pugilats. La solution unique n’existe pas car le monde
    ne fonctionne pas par causes et effets simples. Avoir les 4 plans en tête permet au moins de sortir de l’ornière dans laquelle à tout moment nous nous embourbons.

  2. De Paul Jorion : « Ce que Loic Abadie appelle le « libéralisme authentique », c’est l’« anarcho-capitalisme » (l’expression est de Rothbard) : son « système monétaire à réserve pleine » est celui de Rothbard, comme il le dit d’ailleurs volontiers lui-même. C’est le programme de l’extrême-droite libertarienne américaine défendu par Ron Paul »

    Bonjour, merci de ne pas caricaturer ma pensée, je ne suis pas un « anarcho-capitaliste » (c’est à dire quelqu’un qui souhaite l’absence d’état), l’anarcho-capitalisme étant pour moi une utopie, mais un simple libéral (minarchiste), c’est à dire partisan d’un petit état intervenant le moins possible dans la vie des gens et perturbant le moins possible le fonctionnement de la société.

    Par ailleurs, les thèses de l’extrême-droite (nationalisme, état très fort et autoritaire, repli sur soi) sont totalement opposées aux thèses libérales, d’ouverture sur le monde, de liberté et de pacifisme. Ron Paul s’est d’ailleurs opposé à la guerre en Irak…Dans « national-socialisme », il y a d’ailleurs le mot « socialisme ».

    Enfin, si je partage effectivement une bonne partie des idées de Ron Paul (que je ne considère pas du tout comme étant d’extrême-droite), je ne suis pas en phase avec son coté « catho conservateur » qui l’amène par exemple à être contre le droit à l’avortement (mais il est très modéré sur ce sujet).

  3. Amusant la position idéologique de rothbard. Libre-écahnge mais plein de choses à faire faire à l »état. Mais c’est rothbard qui décide ce qui revient à l’état comme charge. Rothbard prouve donc qu’il y a une instance au dessus de tout le reste et c’est lui-même et ses potes. Un autre maitre du monde qui sait tout mieux que tout le monde et yaka faire skidi et c’est le paradis sur terre évidemment. Enfin bon je résume mais bon … un despote et un despotisme de plus koi ….. Moi je dis ça …. je dis rien ….

  4. @ Scaringella

    Non, juste la glossologie comme modèle grammatical alternatif. Rien de sérieux sur la perspective d’ensemble. En revanche si ce modèle vous intéresse prenez contact avec l’Université de Rennes2 (Bretagne – France) c’est là que travaillait Jean Gagnepain. Certains labos continuent : info-com, socio-linguistique, lettres, arts plastiques.

    Dès que je mets la main dessus je prends contact avec vous. Mais mes cartons sont disséminés un peu partout…

  5. étrange, alors que Paul Jorion reprend de la chair et nous livre ses inquiétudes concrètes, d’autres s’en vont dans un azur abstrait peuplé de concepts salvateurs et un peu inaccessibles au commun des mortels. Y a-t-il des places à prendre au pays de la sociologie ?

  6. @lacrise
    Si c’est de Gagnepain et des sympathisants à ces thèses que vous vous adressez, ayez l’amabilité, l’obligeance, la patience de lire les dits écrits. Ensuite votre vision du monde et de la sociologie aura bien évidemment changé. Pour le meilleur evidemment 😉 Ya pa plus concret, pétris de chair, opérationnel ….. etc etc etc etc etc etc etc 😉

  7. @Scaringella

    (…)Même pour programmer. Et c’est l’intêret à mon sens. Passer en revue les quatre plans dans toutes les
    circonstances ou on a le temps de le faire. Lorsque je fais l’étude d’un nouveau soft, je n’oublie plus rien.

    Pourriez-vous décrire dans les grandes lignes votre méthode ? Merci.

  8. Sans rapport direct avec la discussion… que devient Contreinfo, silencieux depuis presque une semaine ?

    Tout à fait d’accord par ailleurs avec Jean Nimes. Et comme d’autres je me pose toujours la question du rôle de l’énergie et des matières premières dans cette crise. Simples paramètres ou clef de voûte du système ?

  9. Bonsoir,

    Ca fait plusieurs mois que je lis ce blog. Et ce soir je ressens le besoin de dire wouaaaaaahhhhh ! Enfin des gens qui veulent faire bouger les choses ! Trop super ! Surtout ne changez rien ! Bon courage ! On compte sur vous !

  10. Dow – 4,62 % grâce à un nouveau plan d’aide aux banques ….

    L’erreur fondatrice de la deuxième phase de cette crise est le sauvetage des banques moribondes.
    Jamais les états n’auraient dû donner un (des) chèque ( ) en blanc aux banques en promettant de racheter leurs titres aux prix définis par les banques !
    Leur prêter la somme ( avec intérêts ) pour qu’ ils se refinancent en prenant en compte des prix réalistes de leurs actifs toxiques en attendant des jours meilleurs eut été plus malin que d’ouvrir les vannes d’argent-futur pour garantir la stabilité du patrimoine des banquiers.
    Probablement cela aurait provoqué 2 ou 3 trimestres de grave instabilité,plusieurs big ones auraient disparu, mais j’ai confiance dans l’inventivité de notre espèce et de son inconscient collectif économique, plus connu comme  » marché « .
    De nouveaux acteurs auraient fait leur apparition, d’autres anciens tus à jamais…

    Mais bon, quand on lit dans les commentaires que les cycles économiques sont une vue de l’esprit, je me dis qu’on est encore loin du compte !
    Aussi tous ceux qui semblent ignorer que keynesianisme rime parfaitement avec colonialisme ! Rajoutez du  » néo  » si vous préférez.

    Si il y a une crise, c’est celle de l’humilité.

  11. On aura essayé, Babeuf, Bakhounine, Marx, Trotsky, Jaurès, Gandhi etc. etc. … Mais après tout il n’y a aucune raison sérieuse de penser que l’humanité peut survivre aux années qui viennent.

  12. Oups ! un clavier non rétro éclairé dans le noir… Passons

    Je sens donc les haussements d’épaules amusés et le sourire en coin compatissant, mais tant pis, j’assume mon rôle !
    La récession en cours nous conduit logiquement à une baisse de consommation des énergies fossiles, preuve en est le prix du pétrole divisé par trois depuis juillet 2008. Si comme beaucoup le pensent ici nous ne sommes pas au bout de nos peines, la récession s’amplifiant, la consommation de pétrole, gaz et charbon devrait suivre. Il est à parier que les « climatologues » du GIEC ne perçoivent dans les années qui vont suivre un net ralentissement des émissions de GES (gaz à effet de serre) pour cette période…
    La crise nous sauverait-elle donc involontairement (et en partie peut-être) des causes du réchauffement inéluctable aux conséquences délétères que l’on suppose ? A l’inverse, une relance, qui risque de se réaliser grâce au charbon pourrait être fatale à moyen terme…

  13. @ LeClownBlanc,

    Merci de votre réponse sur le billet PressLib’ donations. Vous me posez la question suivante « Comme vous ne reconstruisez pas sur les garde-fous, que faites-vous ? »
    Réponse : j’ai essayé d’en parler sur ce blog. Virer le tout économie par exemple, se servir de l’outil économique comme d’un simple outil qu’on sait manier et dont on connaît les dangers, et reconstruire à côté. Ceux que vous appelez les topCréanciers et les topElus je les vois à tous les niveaux, aveuglés par leur éducation et l’énergie qu’ils ont investie à construire leur monde économique. Ils sont dans leur monde, sûrs de leurs certitudes, inébranlables, à tel point que s’ils voient leur reflet dans le miroir de la vie ils se trouvent beaux ! Que faire de et avec ces purs produits du formatage social ? Ils sont blindés ! Observez les réactions aux différents messages qui sortent de leur -cadre de vie- : * soit ils les ignorent,
    * soit ils les prennent de haut,
    * soit ils crient à la théorie du complot,
    * soit ils rient parce que, comprenez-vous, c’est tellement drôle et pétillant de voir ces animaux bizarres qui s’amusent avec des choses sans intérêt,
    * soit ils sont effrayés à l’idée que le monde sur lequel ils ont bâti leur vie puisse être une totale fiction qu’on leur a fait admettre depuis leur naissance pour assurer une sécurité et une paix à la société, et donc se réfugient derrières leurs certitudes et leurs références qui pour le coup ne sont pas du tout considérées comme ces fameux « arguments d’autorité »,
    * soit…

    Bon, vous suivez ce blog aussi, alors vous savez ! J’ai le sentiment qu’ils ne peuvent pas comprendre. C’est trop ancré, trop profondément enfoui. La société est ainsi faite qu’elle met tout en œuvre pour se protéger…des autres et d’elle-même. Tant pis si ça s’oppose à l’humain, tant pis si ce chemin engendre l’égoïsme, la peur de l’autre, la misère chez les autres… Tant pis si ce chemin oblige les autres humains à le suivre ou les laisse croire à leur infériorité humaine et intellectuelle. Tant pis, il est trop tard nous disent-ils ou nous font-ils comprendre….

    Bonne journée.

  14. Scaringella, ok j’ai entrevu que la glossologie pouvait bien être quelque chose de moins atroce que ce que j’imaginais 🙂

  15. @bese

    Je ne peux guere vous dire mieux que d’étudier tout ça. La méthode d’analyse est embarquée dans le modèle qui est … dans les ouvrages.

  16. Quelle est la raison de la visite de notre président en Irak hier ?
    N’aurait il pas décidé de placer la France officiellement et totalement du coté américain ?
    La réintégration totale a l’OTAN n’irait elle pas aussi dans ce sens ?
    Finalement, ne serait ce pas les signes avant coureur que même au plus haut niveau (hiérarchique et non intellectuel :p) on se prépare sérieusement à des événements géopolitiques grave comme le monde n’en a pas connu depuis 60 ans ?

  17. @ Fab
    Le billet n° 1689 du 28 janvier s’intitulait « Actualité : Beaucoup de voix »
    Il démarra par l’un de vos commentaires à propos de Davos :
    Extrait: (…) Pensez-vous que ces choses puissent concerner d’autres sujets que l’outil économique ?
    (…) Si non, quel sens donnez-vous à cette utilisation de la magie de l’interdit ?

    Il se poursuivit par un argumentaire « Endettement et Inflation »
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=1689
    à 20:52 vous aviez répondu à M. François Leclerc

    « C’est ce qu’on appelle botter en touche »

    Ma perception de ce blog est très loin d’atteindre la vôtre :

    Vous êtes très présent et souvent assez incisif ou pertinent,
    Par hasard, il y a environ un mois, un search ou un clic m’amena sur un article
    où un nommé Pierre-Lang proposait une méthode analytique de type « circuits electroniques » pour decrire les montages bancaires.
    Comme ex-banquier (à New-York, Londres et Paris) il m’apparaissait que le probleme resterait presque entier (disons à 95%) à la fin de l’exercice
    [Nota: Voyez les topCreanciers de l’entite « Washington & US_Treasury » qui s’interrogent sur le total de la Dette Nationale des Usa et des dettes des autres nations de l’OCDE, en comparaison de leurs liquidités offshore]

    A plusieurs reprises j’ai cherché à porter le débat sur des questions qui sont au coeur de la future sortie crise,
    y compris dans les quelques lignes precitees sur le billet PressLib’ donations
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=1713#comment

    Comme je ne suis revenu sur ce blog que de façon assez distraite,
    il m’est impossible de deviner comment vous … imaginez, rêvez, craignez, pourriez espérer, etc… la sortie de « crise »

    Que vous soyez un agent de la CIA, de la DCRI ou un altermondialiste d’une obedience très specifique
    ne vous exempte pas d’une réponse « fair play » à une contribution qui de ma part l’était pleinement

    En effet,
    ne venez-vous pas de faire exactement ce que vous reprochiez à M. François Leclerc ?

    botter en touche

    Au cas où vous seriez un écorché vif et un étatiste comme Frederic Lordon,
    les internautes de ce blog vous comprendraient surement très bien
    Vous seriez tout excusé … et chacun serait pleinement respectueux de vos croyances
    … comme on est tenu de respecter un bouddhiste, ou
    un technologue persuade que l’intelligence artificielle permettra de simuler toutes les dynamiques cerebrales.

    Mais, à ce stade, en cet instant, vous êtes nullement excusé
    pour deux raisons

    Vous ne repondez pas à la question. Vous auriez essayé d’en parler sur ce blog. Vous auriez l’idée de reconstruire à côté.
    Recontruire Quoi ? … pas un seul mot en réponse.
    Le verbe re-construire laisse entendre qu’il faudrait revenir à du « déjà construit ».
    Dans ce message de quelques lignes vous etes négatif (presque hargneux), alors que vous ne l’êtes pas toujours.
    Au contraire, vous savez même vous montrer drôle ou chaleureux quand vous le voulez

    Vous savez fort bien qu’il est faux d’affirmer que 99,9999% des personnes ayant leur baccalauréat ou
    ayant reçues une formation supérieure sont irrécupérables,
    pour aller dans le sens de « votre rêve » … feint ? … ou infaisable ? … ou propre à un(e) persécuté(e) ?
    Se prendre pour une victime est bien commode … cela permet de râler … de se sentir (à tort) dans son bon droit …
    et surtout … de ne pas anticiper … de ne pas agir !
    Les autres sont … trop « cons » … trop méchants … trop inattentifs … trop peu reconnaissants à ce qui est dit … etc.

    Pour écarter le mépris « théorie du complot » n’a t-il pas été suggéré qu’il suffisait d’observer les faits comme une personne prépubère ?

    Je ne vous propose pas le livre Nos pensées créent le monde de Vahé Zartarian et Martine Castello [jmg Editions]
    C’est à la limite de l’excès inacceptable.
    Martine Castello est journaliste scientifique
    Vahé Zartarian, ancien élève de l’Ecole polytechnique, est l’auteur de nombreux ouvrages sur les sciences de pointe.

    Je vous préconise plutôt le livre de Howard Gardner
    Faire évoluer les esprits … en politique, dans l’entreprise et dans la vie privée
    [Editions Odile Jacob]
    ou même, pourquoi pas
    Je réinvente ma vie de Jeffrey E. Young.

    Je vous saurais gré de bien vouloir accepter ce propos à la fois un peu vif … et un peu provocateur.
    Doutez-vous en votre croyance actuelle ?
    Dans l’attente,
    et bonne journée également

  18. @ Alexis : merci de votre approbation… mais il y a beaucoup à dire et à faire au-delà de ce que j’ai évoqué. Manifestement, seuls les initiés semblent entendre ce que je tente d’exprimer depuis des semaines à travers mes commentaires et ils (les initiés) sont très peu nombreux ! J’ai l’impression que beaucoup des commentateurs sont sur la position de la secrétaire générale de l’OCDE… (http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/2300/Crise__E9conomique.html) c’est dommage.

    @ Eugène : votre réaction est typique de ce que pense la majorité des Français qui sont inondés de la propagande capitaliste des médias (Lagardère, Rotschild, Bolloré, Bouygues, Pinault, Dassault, et les autres). Ils en viennent à confondre le principe et les possibilités du système par répartition avec ce qu’il en reste 64 ans après des attaques incessantes pour en réduire l’efficacité afin de démontrer contre toute logique qu’un système par capitalisation serait plus efficace !

    64 ans c’est long et à ma connaissance, il n’y a pas beaucoup de systèmes sociaux qui aient résisté aussi longtemps à un environnement aussi hostile !

    Pour répondre sur le fond : si comme les fondateurs l’avaient proposé, le système était universel (concerne tous les citoyens du pays) et appuyé sur une cotisation non seulement des salariés mais aussi sur une taxation des revenus autres que salariaux, alors nous aurions un système intégré avec une seule échelle de prestations et des taux de cotisations inférieurs à ceux d’aujourd’hui… car c’est là le paradoxe, pour démontrer que le système est inefficace, il a fallu inventer des compensations et surcompensations entre des régimes différents quand leur population (selon les branches d’activité ou la division du travail) évoluait, c’est bien le moins qu’on puisse attendre sur 64 ans !

    Toujours dans le souci de justice sociale, les artifices dans les taux de cotisations entre cadres et non-cadres devraient être remplacés par un taux unique du premier euro au dernier du salaire ou du revenu : cela permettrait, en valeur absolue, de moins faire payer les bas salaires et de baisser le taux de cotisation (l’assiette étant plus large). Toutes les retraites complémentaires deviendraient du même coup inutiles. C’est cela que toutes les réformes depuis des décennies veulent éviter. Demandez-vous pourquoi ???

    Si le système était universel, les déplacements de population de cotisants auraient été automatiquement compensés, la population augmentant, la richesse générale augmentant, l’adaptation annuelle des taux de cotisations aurait plutôt dû jouer à la baisse… c’est bien cela que les capitalistes-financiers voulaient éviter car ces sommes énormes n’entraient à aucun moment dans le circuit boursier-spéculatif. Pire, elles donnent du pouvoir d’achat direct à toute une population que ces même capitalistes-spéculateurs ne veulent plus voir : les exclus de l’emploi sont transparents et inutiles pour « créer de la valeur ». On voit où cela conduit.

    Paul Jorion est pessimiste ? Eugène, votre réaction me rend trois fois plus pessimiste que lui.

  19. @ Fab,

    Si ce message (10/02, 21:51) s’adresse à moi et quelques autres; merci pour le « bon courage », on en a besoin, car ce n’est pas si simple, mais rien ne vous empêche de vous initier à cette façon de chercher un homme (le: »Je cherche un homme », de Paul) pour finalement trouver une théorie. Un peu particulière qd même.

  20. @Scaringella

    J’ai commencé à lire le lien d’Eugène mais les pages manquantes ne favorise pas la lecture.
    Je n’ai pas trouvé de référence à une application de cette théorie dans le monde logiciel. Ce que je n’arrive pas à saisir, c’est la manière dont vous passez de l’étude de la rationalité humaine à la conception d’un logiciel.

  21. Tout ce que je lis ci-dessus est terrible. Il me revient cette horrible phrase de ma grand mère. « Il nous faudrait une bonne guerre ». Elle en avait vécu deux pourtant, deux terribles.
    Ce n’est pas ce que je pense évidemment, mais je comprend ce qu’elle voulait dire à l’époque ( l’expression vient des années 30). Une « bonne « guerre ! Quand il ne reste plus rien d’autre à faire, une guerre peut-elle vraiment être « bonne » ? C’est ce qu’elle voulait dire en tout cas.
    Quand on ne peut plus rien changer, il y a aussi une « bonne » révolution.
    Espérons que dans les prochains jours nous n’ayons pas une « bonne » bombe !

  22. @Loïc Abadie. «c’est à dire partisan d’un petit état intervenant le moins possible dans la vie des gens et perturbant le moins possible le fonctionnement de la société.»

    «La société» ainsi pensée une abstraction. Or la société est constituée de groupes d’individus. Ces groupes sui generis (non réductibles à l’ensemble), pensent, se conduisent, interagissent et vivent selon des schèmes culturels. Ce qui fait qu’il n’y a pas d’un côté l’Etat et de l’autre la société. Ce qu’explique très bien Mary Douglas dans son livre : Comment pensent les institutions.
    http://sociologies.revues.org/document522.html

  23. Bese,

    Question (de)logique, ds tous les sens de l’expression!
    plus sérieusement pour la tdm (théorie de la médiation) c’est l’instance logique en nous qui nous fait jouer par exemple de la 4ème proportionnelle.

    A paris sur un cheval gris
    A Nevers sur un cheval ….

    ville/couleur+ rime phonologique, et n’importe quel gamin sachant que Paris comme Nevers sont des villes trouve spontanément la réponse, mais que les aphasiques eux ne peuvent retrouver. Du coup c’est assez drôle de voir des gamins dits ‘pas doués en maths’ trouver cette réponse(ci-dessus) mais ne rien comprendre aux fractions, à Thalès, voire aux pourcentages et j’en passe

    la glossologie a donc démonté toutes ces opérations abstraites qui font qu’on cause, en montrant que chacune des 4 aphasies déraille d’une façon bien précise et finalement prédictible (prédictible qt à la forme implicite qui n’est pas le contenu explicite).
    Du coup tu as sous la main toute la logique à l’oeuvre ds notre cerveau, avant qu’elle ne soit ds les mathématiques qui, elles, supposent aussi le concept d’Outil du fait de s’écrire. Je ne développe pas plus pour ne pas compliquer.

    Demande aussi à Bernard
    http://pagespro-orange.fr/bcc/idxmed.htm
    « cette recherche concerne également l’outil informatique », en bas de la page: ‘le modèle de la médiation’

  24. @ 2Casas,

    « Rien de sérieux sur la perspective d’ensemble. » (10/02; 20:06) Je ne comprends pas à quelle question de Scaringella vous répondiez ainsi, ni ce que vous vouliez dire par là…

  25. @ Auguste,

    Je ne pensais pas avoir botté en touche en disant, notamment « Virer le tout économie par exemple, se servir de l’outil économique comme d’un simple outil qu’on sait manier et dont on connaît les dangers, et reconstruire à côté. »
    Pensez-vous que l’économie, à travers la consommation, soit le sens de la vie que toutes les sociétés ont choisi ? Il me semble qu’il existe d’autres exemples, et peut-être d’autres peuvent-ils être inventés. Pour le moment nous n’allons pas dans cette direction et, plus grave (à mes yeux), nous imposons notre mode de vie à la planète entière, avec les conséquences que l’ont connaît et qui se font de plus en plus ressentir. Est-ce bien raisonnable ?
    J’espère avoir répondu à vos interrogations.
    Je ne me ressens pas comme une victime ou comme étant persécuté. Je ne considère pas que « Les autres sont … trop “cons” … trop méchants … trop inattentifs … trop peu reconnaissants à ce qui est dit … etc. ». Simplement notre système, pour assurer sa survie, doit créer des inégalités ; le problème vient du fait que ceux qui n’adhèrent pas à ce système, à cette course aveugle à une réussite économique, sont marginalisés puis abandonnés sur le chemin. Et ceux qui ne s’en préoccupent pas, surtout ceux qui devraient avoir un certain recul de par leur intelligence affûtée, ceux-là sont coupables ! Coupables de ne pas oser un changement de référentiel pour observer le monde. Coupables de ne pas oser imaginer qu’un monde plus proche de l’humain puisse être possible. Etc.
    Alors non je ne veux pas me positionner comme une victime, je me demande seulement comment ces gens pas « cons », pas « trop méchants » etc. voient le monde. Comment se fait-il que leurs yeux (coeurs ?, cerveaux ?) ne voient pas la même chose que des milliards d’êtres humains…où en tous cas ce que des milliards d’êtres humains ressentent mais se trouvent dans l’impossibilité d’exprimer…

    Bonne soirée, et que vos rêves soient les plus doux possibles.

  26. Pour le probable à venir, un texte récent intéressant, comme tout le site d’ailleurs:

    http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1519

    Il finit par:

    Alors, madame Cassandre, m’a dit le Pierrot lunaire qui était venu me faire sa leçon de mondialisation à lui, vous voulez que je vous recommande quelques lectures ? Regardez donc ce qui a été produit entre 1930 et 1950 par les meilleurs écrivains étasuniens qui décrivaient leur société en crise. Et commencez donc par les Raisins de la colère, si vous tenez à savoir concrètement ce que le mot tramp veut dire. Regardez donc à nouveau un film qui s’appelle Les temps modernes. Tout y est expliqué. Et puis suivez la logique de la chose. Pour cela, je vous recommande Le Dictateur.

    http://www.cafe-geo.net/sommaire.php3

  27. @Loïc Abadie,

    Votre pseudo-pensée est à l’image de votre statut de spéculateur, tout comme votre porte-feuille contient un peu de BX4, et de pétrolières et bcp de cash, vos conceptions « philosophiques » c’est un peu d’ anarcho-capitalisme » à la Rothbard, du Ron Paul mais pas trop, bref on achète les idées dans un grand supermarché !

    C’est malheureusement la seule cohérence dont vous soyez capable…car tout comme il vous est impossible de voir plus loin que le bout de votre nez les conséquences de « votre statut  » de spéculateur, il vous est impossible de concevoir ce qu’implique sur le plan de la pensée votre partage des conceptions de Ron Paul…

    Dans le royaume des aveugles, les borgnes sont rois !

Les commentaires sont fermés.