Ce soir (ou jamais !), France 3, le 4 juin à 23h10

Intéressante combinaison d’invités : les autres étaient Roland Dumas, Avital Ronel, Bertrand Badie, Edouard Glissant et Elisabeth Schemla. Nous avons parlé du Président Obama et de son message à l’intention du monde musulman.

Partager :

64 réflexions sur « Ce soir (ou jamais !), France 3, le 4 juin à 23h10 »

  1. Stress test pour Paul Jorion ce soir ou jamais… s’il ne vient pas !
    Comment se comporte-t’il devant la caméra (l’effet « patate » va nous manquer) ou dans un dialogue face aux objections envers sa pensée ?
    Est-il bon orateur, bon professeur ?
    Et sa réaction vis-à-vis de ses détracteurs ?
    Sa plaidoirie en faveur du philosophe maudit ?
    (il faudra mettre un lien de diffusion sur le blog)
    bonne chance

  2. Ce soir ,Enfin ! , un discours hors pensée unique certes ,mais surtout ,discours trés attendu par une société angoissée et désemparée .
    Paul Jorion posséde ,à mon avis , bien plus d’atouts que n’en posséde,au delà des apparences, l’intéresé autour duquel tournera le débat. (et ce n’est pas fini : ce soir ce sera un bon de géant,vu la hauteur de l’émisssion et son audience dans un public élargi mais ciblé aussi.)

  3. Des enfants meurent ((chaque année ?)), en plein été, parce qu’un parent (toujours masculin ? toujours de type rationnel à 100%! et peu éthico-affectif ?) l’a laissé plusieurs heures dans une une auto surchauffée :
    l’horreur absolue, impensable pour un couple, même provisoire, de chimpanzés ou de gorilles.
    Cette combinaison de paramètres — chaleur et pression en atmosphère confinée — ne me parait pas être celle des flux transocéaniques par dizaines de milliards, notamment entre effendis d’un même titan.
    Q1: Quelle atmosphère à échelle humaine pourrait en suggérer une vague idée ?
    Par contre, encore six mois de 2009, et c’est probablement à ce type de fournaise que les bénéficiaires RSA, classes moyennes du privé et supérieures du privé (incluses dans les 99.99% de lamas et moutons) devront faire face
    … peut-être
    Q2: Votre fourchette personnelle (min-max) de probabilité ?
    Q3 : Préférez-vous attendre l’évaluation des tableaux BRI qui seront publiés le 8 juin ?

    Alors que cette perspective de fournaise est devant nous, j’ai appliqué l’an dernier, en plein été dans mon auto,
    ce phénomène physico-chimique à mon téléviseur Sony :
    au bout de quelques heures, il a commencé à s’amollir, se tordre, se sentir franchement assez mal.
    Depuis, je ne l’entends plus me pervertir ou me prendre mon temps
    pour me parler de trucs accessoires nullement révélateurs de quoi que ce soit.
    J’ai une règle : « Si tu sens que tu as vraiment sommeil, mets-toi en position pour dormir ».
    Et parfois à partir de 23 h je commence à avoir sommeil;
    c’est le moment où une émission intéressante à une petite chance d’être programmée,
    alors que nos contemporains (a) dorment, (b) copulent avant de dormir,
    (c) ou s’apprêtent à dormir ou prendre plaisir à s’échanger des petites attentions ou intentions érotiques.
    D’où ma question suivante :
    Q4: Y aura t-il sur Internet une copie de la diffusion des scènes sur ces autres formes d’échanges
    — incluant épouillages à quatre —
    à propos des dynamiques communes ou contraires des milieux respectifs d’Obama et Heidegger ?
    Merci
    Q5: En quoi les incertitudes propres à leurs époques respectives (Obama, Heidegger,…) étaient-elles
    (a) franchement sans aucun rapport, ou, au contraire,
    (b) en partie assez comparables ?

    Partagez votre gaieté avec le public … absent …
    [c’est surement très difficile
    (faut-il tenter d’imaginer ce public avant l’émission ? au delà des spotlights !? )]

    Arrivez une bonne heure à l’avance pour être en familiarité avec les techniciens,
    toute la quincaillerie ex Thomson-DRT [j’ai contribué aux investissements TV Cote d’Ivoire, TV Zaire, Radio Cameroun, …]
    … être en familiarité avec l’air, les murs, le climat,
    les entrées-et-sorties des uns et des autres comme en un théâtre XIXe

    Q6: Est-ce la place d’un technosage d’être à la télé ?

    Amusez le public avec des petites transversales imprévues, parmi les moins abstraites,
    car, sinon il faudrait que j’aille, postérieurement (parallèlement à d’autres internautes)
    chercher dans des livres pour tenter de juger si elles ont véritablement un sens exploitable !
    (je ne le dis pas, mais en réalité je ne sais rien; je me limite à recopier des trucs comme untel et unetelle ! )

    Amusez-vous bien ! mais pas trop, pas trop : vous n’aurez que 20% du temps de parole :
    12 secondes par minute, assez souvent;
    probablement plus rarement 1 minute sur cinq. Pas évident non plus !
    Ne rien chercher à expliquer, me semble t-il — c’est surement impossible; ..ou peu ;
    ce n’est qu’un divertissement.
    Q7 : Non ?
    Au cas où vous réussiriez à ce que ce soit un peu plus, tant mieux
    mais ne pas en faire une finalité … je crois … je n’en sais rien

    En outre, en contrepoint avec ce que je viens de dire,
    je n’ai pas de conseils à donner à qui que soit :
    (1) ils peuvent être ces conseils en opposition, totale ou partielle, avec ce que mon interlocuteur recherche;
    (2) ils peuvent être mauvais ou non optima
    C’était juste une sorte de petite check-list, exploitable ou non
    . . . un peu comme l’éventuelle check-list pouvant être utile à tel ou tel jeune homme le jour de ses noces
    qui serait susceptible d’oublier la petite boîte avec les alliances
    Avec … … bon mariage !
    Leuco-trio

  4. @Auguste.

    Oui oui ,tous les « Gens » font ce que vous pensez…????
    Mais Trés nombreux (de plus en plus me dit-on) sont ceux,parmi ces « Gens » ,ceux qui différent leurs activités préférées du soir pour,enfin,sortir petit à petit de la crasse de l’ignorance(1).
    (1) ( Un Hyper moyen utilisé ,vous le savez bien,par les ultras aux commandes et qui comme disait Le Lay…)

  5. J’ai regardé pour la première fois l’émission en entier hier soir (invité : Paul Virilio, sur « l’accélération du monde », plus 3 autres « jeunes philosophes »).

    Pas trop mal pour une émission de TV.

    Mais vu le format, ne pas s’attendre à pouvoir aller trop en profondeur, surtout si les invités sont nombreux et désireux de se faire mousser.

    Dur de trouver un équilibre entre persuasion et précision.

    @ Auguste : le magnétoscope (ou ses dérivés modernes), vous connaissez ? Ça permet de s’adonner aux activités décrites (si envie) et de regarder l’émission plus tard. 😉

    Sinon, les émissions restent visibles a posteriori sur le site Web de France3.

  6. l’animateur est plutôt cool et doué, il a toujours sa cravatte au milieu du torse, comme lors d’une fin de réveillon, et la Crise est souvent un sujet abordé dans son émission.
    mettez un lien avec « l’archive » sur votre blog ; si on parle de Heidegger, j’espère qu’il s’agira de ses concepts philosophiques, pour ne pas faire sombrer l’émission sur l’attitude de l’individu durant les années noires du nazisme. Le risque, c’est de passer pour l’avocat du diable et de discréditer alors votre action et de ternir votre image, car le public peut faire un amalgame facile, surtout si vous effrayez l’auditoire.
    bon, merci.

  7. @ Jean Louis Bars
    je suis curieux… et à chaque fois que je clique sur votre nom en rouge, mon navigateur me dit « erreur de chargement »… c’est une adresse juste comme ça pour rire? ça m’intrigue 🙂

    @ Leuco-trio
    la télé qui fond dans la voiture, c’est bien sympathique! Amusant, libérant!
    a vos Q1,2,3, j’ai décidé de passer un superbe été, ce sera toujours ça de pris, ça n’a pas de prix, en attendant le pire.
    me réjouis de l’évaluation de tableaux brrrri
    (dans les statuts de la banque, qu’ont-ils prévu contre les tremblements de terre, hein?)

    @ Paul Jorion
    La télé… ben si l’un(e) ou l’autre des téléspectatrices-teurs, enthousiasmé par votre air malicieux en venait à découvrir vos livres et/ou venir lire votre blog, ce sera au moins ça de bien. sûr que vous êtes assez fin pour ne pas vous laisser mettre en boîte et l’air de rien intéresser qqun(e).

  8. à Candide [11:34]
    Avec votre magnétoscope peut-être repassez-vous « Le *** destin d’Amélie Poulain »
    Douteriez-vous du destin de mon téléviseur Sony ? de mon récit [10:20, entre Q3 et Q4] ?

  9. @ Paul,

    Si vous souhaitez parler de l’attitude d’Obama face à la crise financière, vous risquez fort aujourd’hui de voir ce débat occulté par le discours de l’intéressé au Caire… À moins que Taddeï ne soit suffisamment « bon » pour rester sur son sujet initial.

  10. à iGor milhit [12:11]
    C’était dans la Charte Constitutive signée en 1930 que j’avais lu ce qui était prévu pour les cas de Force Majeure (cyclones de toutes natures, guerres, révolutions, tremblements de terre, etc.). Je ne vois plus l’URL (je viens, il y a une minute d’y passer qu’un bref instant); l’internaute peut lire une mise à jour — datée 2005 — rédigée très différemment, tout ou partie de ce qui précédait pouvant être écrit dans un autre texte, communément nommé « bylaws« , non diffusé.

  11. @ Auguste

    Non, non, foin d’Amélie, le Poulain, je le croque. 🙂

    RIP pour votre téléviseur, mais il me semble qu’il vous reste votre ordinateur et la VoD. « Yes, you can », mais bien sûr si vous n’en avez pas la volonté ou l’envie… (Paul, comment dit-on déjà au plat pays : « Tu peutes bien mais tu ne veutes pas » ?)

  12. à iGor milhit [12:11 + 13:48]
              Autant pour moi
    Article 30 – Existing immunities and privileges
    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – – – – – – – – – – – – –
    The present Agreement shall not be deemed to affect in any way
    the privileges and immunities granted to the Bank pursuant to the Convention of 20th January 1930
    respecting the Bank for International Settlements, the Constituent Charter and Statutes of the Bank, or
    the immunities set forth in the Brussels Protocol of 30th July 1936.
    1930 & 1936

  13. @ LeClownBlanc
    il s’agit des 2 pdf signalés par NuageBlanc le 22 mai?
    http://www.bis.org/about/charter-f.pdf pour la charte constitutive et
    http://www.bis.org/about/statutes-f.pdf pour les status?
    je vais m’y intéresser pour voir et me donner, qui sait?, des petites idées (hideuses) pour des non-poèmes futurs…
    ma réflexion sur les tremblements de terre était en lien avec le fameux et historique earthquake de basel…
    ce jour dans les journaux d’ici (Tribune de Genève) ce gros titre: Obama veut infilter les banques suisses (mission spéciale fiscalité). mais pas la BRI, hein…

  14. @ Igor Milhit.

    Le Nom « en rouge » : c’est pas moi M’sieur….! Je n’y connais rien ,pas plus qu’en économie ,vous l’avez bien vu !
    Quant au reste = pas de mystére . J’ai passé l’âge et d’ailleurs ,je dois être,innocent et naïf,l’un des seuls à vous faire connaître-ainsi qu’à l’Humanité- l’intégralité de mon identité.

  15. @ Jean Louis Bars
    mais non vous n’êtes pas l’un des seuls: paul jorion, françois leclerc, quelques autres et iGor milhit 🙂
    simplement si votre nom apparaît en rouge, ce doit être (pour ce que je comprends, n’étant moi-même pas un grand calé en informatique ni en économie comparé aux autres participants), ce doit donc être qu’il y a quelque chose d’écrit au niveau du formulaire de réponse dans le 3e cartouche (sous celui du nom et celui de l’adresse e-mail) correspondant à un site…
    qui en l’occurrence ne correspond à rien.
    ce n’est pas très important
    je ne voulais pas vous perturber, mes excuses

  16. @ Igor Milhit

    Pas perturbé mais enchanté de m’avoir donné l’idée d’aller faire un tour sur votre site : bien ,à mon avis.
    Oui en effet,depuis quelques jours,un fragment de phrase d’un texte édité sur le blog et sous ma plume se ballade dans la 3e case (elle est petite et je ferai en sorte d’effacer chaque fois que je viens « jouer » ici. En fait Je Travaille…)
    Quoi qu’il en soit ,chapeau pour cet air frais ,salvifique et instructif que l’on y respire.

  17. [ ] Quelques récits (travaillés) d’anecdotes pour optimiser la transmission d’idées; après le climax, en écho, un chiffre clé.

    [ ] Quelques points d’appui, identifiés dans la pensée de la cible, pour qu’un message ait de l’efficience par cristallisation.

    [ ] Quelques postures-diapasons pour le corps, qui est un aussi un formidable véhicule.

    [ ] Quelques pincées positives en poche pour voir au-delà des catastrophes, et relever le goût de la situation.

    [ ] Quelque détachement: du dispositif, susciter les rebondissements.

  18. @ Crapaud Rouge

    Vous êtes un Crapaud prudent : à cette même heure, vos congénères ordinaires traversent les routes et se font écraser par les chauffards 😉

  19. Cela fait , bientôt deux ans , que tous les jours je pousse la porte de votre bar, et vais m’assoir a ma place , au fond a gauche prés des … flippers.J’écoute , je regarde , j’observe , parfois je ne comprends rien , a d’autres moments je pige tout , mais cela est si fugace que j’ai du mal a me croire.Autodidacte mais pas dupe.Pour tout vous dire , je me sens bien dans ce lieux.Pas d’insulte , pas d’attaques ad hominem, courtoisie et respect mutuel .Montagnes de savoirs et de connaissances ,qui jamais ne vous écrasent. Personne ne m’empêche d’aller consulter les dictionnaires , nous sommes encore en Democratie.Parfois , je me sens intelligent a vous lire , et lire les commentaires de personnes si cultivées.Certes, elles n’inventent rien , souvent elles piquent le savoir des autres ; Mais quel mal y a t-il a cela , si l’ on cite ses sources.( Je ne cherche point a cacher d’ou j’ai pris ce que je produis sous mon nom , ni a blâmer les inventions d’autrui pour faire valoir les miennes .Je professe au contraire la plus grande reconnaissance envers tous les écrivains qui ont receuillis , comme je le fais , tout ce que les auteurs plus anciens ont préparé et amassé , chacun dans sa profession , car leurs ouvrages sont comme une une source ou nous pouvons puiser abondamment; Nous profittons du travail de ceux qui nous ont précédés pour compléter avec assurance de nouveaux ouvrages. VITRUVE )
    Dieu , que cela est difficile de sortir de schémas de pensée anciens.( a dire le vrai je n’ai pas de probléme avec lui , c’est plutôt avec ses intermédiaires que cela ne va pas )
    Pourquoi continuent- ils a nous faire croire que Santa Crisis is gone.Beaucoup de journalistes me font dégobiller et les autres ? ou sont- ils ?
    Les coups de pied extra parlementaire ne font que rougir les fessiers de ceux qui les recoivent.Par la suite , tout repart dans le même sens.Entre temps , des millions de morts.Je continue a penser , qu’il existe une autre façon pour les civilisations , d’évoluer: la NECESSITE . Est ce que nous y sommes ? la réponse est comme un roseau dans les bras du vent…Trop fragile pour être confiée a des tricheurs d’une telle envergure.
    L’ un des deux flippers qui se trouvent a coté de ma table vient de faire tilt …et Bernanke qui ne fait rien. Sur les bords de la Durance il est bientôt 23 h00.Je vais a présent regagner ma chaumiére ou j’ai rendez vous avec P Jorion.

  20. BONSOIR MONSIEUR BOGOSSE JORION LOL CE FUT UN PLAISIR DE VOUS ENTENDRE VOUS EXPRIMER.
    QUE C’EST BON D’ENTENDRE DES DISCOURS PAS FORMATER DU TOUT COMME VOUS ET MONSIEUR BERTRAND BADIE. CHAPEAU AUSSI A MONSIEUR DUMAS.

  21. @ paul jorion
    vous avez brièvement parlé d’un financier qui recommande de se débarrasser du dollar. pourriez vous me dire son nom ? j’ai raté cette info…

  22. C’est bien ce que je craignais : l’aspect relatif à la crise financière a été occulté par le discours du Caire, malgré les tentatives de Paul pour amener sur le tapis ce sujet, qui conditionne pourtant tout le reste.

    En tout cas, bravo Paul ! Pour un baptême du feu, c’était plutôt réussi ! 🙂

  23. Une belle réussite pour Paul,pour le fonds du débat:
    Le seul à persister sur la médiocrité du « contexte » US et parlant,justement,de la fin de la suprématie ,en tout cas de celle du billet vert ,laquelle conditionne encore,pour un court moment sans doute, tout le discours et toute l’attitude américaine.
    Rappel indispensable aussi : le raspoutine des U.S qui est toujours aux avant-postes.
    Bredsinky ,celui qui ordonne(désordonne en fin de compte ? ) les avancées américaines.(et/ou mondialistes)
    La lucidité tranquille et la plus compléte était de votre côté Cher Monsieur Paul Jorion.

  24. J’ai trouvé ce débat très bon, très respectueux de l’avis de chaque intervenant sur le discours de Barack Obama. Des actes ou des paroles, certains y attendaient des paroles, d’autres des actes, des deux je me demande quel est le mieux parler ou agir, agir avant de parler, ou parler d’abord parce qu’agir n’est plus vraiment possible au regard du contexte actuel, mais ça bien sur ce n’est pas très convenable à dire, il faut rassurer à tous prix les marchés moribonds, les gens qui vous ont fait confiance. Bien évidemment tout cela n’est qu’illusion médiatique de plus, prodige, magie du politique, sortilège, que les discours qui viennent d’ailleurs d’un pays ou d’un autre ne solutionnent en vérité jamais rien cela dure depuis si longtemps déjà. Et parce qu’on aime plus vraiment l’autre à cause de gens comme Dieudonné, de meilleurs comiques ou joueurs de pipos paraît-il alors Israël se retrouve de plus en plus isolé dos au mur, à cause de ses nombreuses peurs dangereuse conduite que de vouloir continuellement isoler un pays par rapport au reste du monde, alors qu’un bon nombre de gens ne veulent en fait pas vraiment faire la paix avec vous,
    quelle étrange idée moderne que de croire que plus l’on veut faire la paix et plus l’on évite de faire la guerre, en vérité cela fait bien longtemps que nous sommes en guerre les uns avec les autres, pour du travail ou pour le plaisir du gain en plus en société et pour je ne sais quoi d’autre encore, d’ailleurs depuis toujours l’homme est en guerre avec lui-même rarement en paix qu’il soit d’ailleurs Européen, Israélien ou Palestinien encore faut-il vraiment le reconnaître en nous enfin l’essentiel c’est que les gens croient encore à la venu du messie politique, au nouveau prophète du bonheur mais surtout pas du malheur car sinon il ne pourrait pas mieux rassurer les marchés moribonds, en perte de vitesse, de confiance. Je me réjouis que la plupart des intervenants du débat d’hier soir ne soient pas tous tombé dans le même panneau et puis d’ailleurs pourquoi ce serait toujours à l’Amérique ou à la France de donner des leçons de moraline de conduite aux autres … Il n’y a pas de solution possible, facile, car les gens de nos jours préfèrent avant tout vivre pour les seuls soucis matériels de la vie, d’abord pour soi, pour le politique d’abord à la télévision et puis après les autres, nouvelle fois de plus à l’image bien sur cela endort beaucoup.

    Hélas nous ne pourrons éviter la guerre tôt ou tard, il y aura bien sur beaucoup de morts et de tristesse des deux cotés, que voulez-vous les gens ne veulent pas vraiment changer en société d’abord la télévision, l’argent, le commerce, la finance vouloir continuellement jeter l’anathème chez l’autre mais jamais chez soi.

  25. @ garcimore
    Il faut attendre 24 h avant de pouvoir voir l’émission de la veille.

  26. Débat très intéressant, mais Heideigger se sera pour une autre fois !
    Beau plateau d’invités et débat sans langue de bois ni pugilat.
    Paul très en verve et percutant est resté tel qu’en lui-même et on sentait même qu’il y avait tempête sous un crane.

    Taddeï est un excellent journaliste-modérateur d’une grande sobriété à tel point qu’on oublie sa présence, ce qui montre un vrai professionnalisme.

    Pour résumer, il y aurait une courte fenêtre coté US pour réajuster sa politique au Moyen-Orient et
    enfin peser de tout son poids pour créer les conditions de la création d’un Etat palestinien — viable.
    C’est loin d’être gagné pour les raisons qu’a avancées Paul : déclin des USA avec un dollar qui va perdre de son ascendant, incapacité d’Obama à s’entourer de personnalités vraiment nouvelles (avec donc des idées nouvelles) pour faire face à la crise économique et financière, retour de Brezezinski qui indique que la réelle préoccupation du gouvernement US est la Chine et la Russie et non le Moyen-Orient.

    SI Obama échoue, quid de l’attitude de Russie et de la Chine face au problème israélo-palestinien ?
    N’est-il tout de même pas dans l’intérêt d’Obama d’obtenir relativement facilement un succès diplomatique dans cette région du monde ?
    En effet, il n’y a pas de réels freins à son action, si les USA mettaient vraiment le paquet pour contraindre le gouvernement israelien à geler et démanteler la colonisation, ce dernier n’aurait d’autre choix que d’obtempérer, car les US sont leur seul soutien inconditionnel, jusqu’ici.
    Evidemment il y a l’Iran, Nétanyaou semble décider à en découdre avec ce pays dans une fuite en avant aventureuse, pour le moins. Que ferait Obama si l’Iran était attaqué par Israël ?

  27. J’ai aussi surtout retenu ce que dit Elisabeth Schemla, à propos de l’autonomie de décision d’Israël vis à vis des Etats-Unis. Cette question se pose, bien évidemment, principalement par rapport à l’Iran. Il semble y avoir une course contre la montre à ce propos entre l’administration Obama et le gouvernement israélien. Avec la situation pakistanaise, c’est l’un des deux grands enjeux internationaux du moment (si l’on écarte bien entendu la crise économique et financière). A noter que, dans les deux cas, il s’agit de puissances régionales disposant de l’arme atomique.

    On ne pourra pas, ultérieurement, faire le procès à Barack Obama de ne pas avoir essayé de calmer le jeu, si l’on considère ce que l’on sait du voyage de Benyamin Netanyahou à Washington (suivi de celui d’Ehud Barak), puis de son déplacement en cours. Mais on peut dès maintenant sérieusement s’interroger sur ses chances d’y parvenir.

    Les spéculations à ce propos étant vaines, sauf exprimées en termes très généraux, il est par contre possible de s’inquiéter de la poursuite de l’évolution globale de la société israélienne et de ses effets, élément décisif de la compréhension de la situation. L’assassinat d’Yitzhak Rabin (en 1995) aura décidemment représenté un profond et très inquiétant tournant de ce point de vue.

    Il est de fait que de nombreux pays dans le monde ont toujours préféré que les républicains soient au pouvoir aux Etats-Unis. Notoirement, la Russie (et avant l’URSS), la Chine …et Israël. Est-ce que cela donne pour autant à une administration démocrate, dans le contexte américain actuel, plus de poids pour intervenir auprès d’Israël ? Paul Jorion n’a pas eu tort de mettre l’accent sur la crise que connaît les Etats-Unis, ainsi que sur son déclin prévisible. Cela va créer du vide et ne peut qu’inciter le gouvernement israélien à accroître ses marges de manoeuvre.

  28. @Paul Jorion
    Quels spécialistes pourraient dévoiler qui a écrit le discours d’Obama au Caire ?

  29. @ brigitte

    Je me permets de répondre : Barack Obama a trois « plumes » connues : Jon Favreau, Adam Frankel et Ben Rhodes. Ce genre de discours est généralement le fruit d’une élaboration collective et de pas mal d’aller-retour.

  30. L’émission était chiante à mourir.
    Un vrai débat télé sans arêtes et sans chair autour, avec Roland Dumas dans le rôle phare du Monsieur Moi-Je. Edouard Glissant donnait l’impression d’être au ralenti, Avita Ronell hésitait entre philsophe et américaine, sans jamais parvenir au dépassement salvateur. Quant aux autres j’ai déjà oublié leurs noms tant leur présence était globalement insignifiante.
    Reste donc Jorion.
    « Mon » Jorion.
    Celui du blog.
    Mon Jorion fatigué, traits tirés, sapin de Noël californien avec les boules, tableaux mystérieux et subtiles tapisseries européennes en arrière-plan…
    Et donc : une fois passé le choc de la cravate et des cheveux somptueusement peignés (la webcam m’avait ô combien mal informée sur ce point clé !) j’ai trouvé, re-trouvé, quelqu’un qui profite du moindre espace pour offrir une vision centrée, et par conséquent large, des problèmes politiques et économiques que rencontre le monde et les Etats-Unis en particulier ; j’allais dire Obama ou pas.
    Evidemment rien de nouveau pour ceux qui suivent ce blog depuis des mois, mais gageons que les télespectateurs de France Télévision auront découvert un autre son de clôche.

  31. Les moyens d’une communication moderne, instantanée, et mondiale :

    WhiteHouse.gov a mis en ligne le texte écrit du discours et America.gov une version audio avec des transcriptions en arabe, indonésien, farsi et turc. Des photographies ont été diffusées sur flickr.com/photos/whitehouse.

    Twitter a été mis à profit pour diffuser une vingtaine de citations clé. Des SMS ont été envoyés en arabe, anglais, farsi et ourdou à un nombre non dévoilé de destinataires. Les réponses ont été mises en ligne sur america.gov/sms-comments.html.

    Sur apps.facebook.com/whitehouselive, on peut également trouver des débats au sujet de l’événement.

  32. Voici pour les couche-tôt le lien du site où l’émission est maintenant en ligne :

    [url]http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/index-fr.php?page=emission&id_rubrique=713[url]

  33. @Stubborn
     » un autre son de cloche. »
    … ça, c’est pas sympa pour Monsieur Jorion…

    Septique … faus sceptique..

  34. J’ai vu l’émission sur le lien indiqué, et moi qui ait perdu l’habitude depuis plusieurs années de regarder la télé, l’ai suivi en entier.

    J’ai trouvé les commentaires de Paul ouvrant sur la situation mais la réflexion sur le phénomène Obama, ce type dont on ne sait pas vraiment jusqu’où ni comment il ira. Il oscille brillament entre des choses qui font le désespoir de ceux qui aspirent à un changement urgent (Paul l’a très bien exprimé) et une étonnante capacité à dire naïvement des choses qui ont valu plusieurs balles dans la tête à une longue liste d’hommes politiques américains (et non américains d’ailleurs).

    Sur le fond du débat (Israël / USA / Palestine), deux remarques :
    Il était intéressant de revenir à l’histoire des USA en s’appuyant sur le discours d’Obama et sur le mythe de la fondation. Comment ne pas faire alors le parallèle entre l’histoire des USA construite sur le génocide et la spoliation des amérindiens et celle d’Israël fondé sur la négation et la spoliation des palestiniens ? Comment ne pas voir dans ce parallèle un des fondements de la relation entre l’amérique blanche et Israël ?

    Comment ne pas voir alors dans la relation entre Obama et Netaniahou un rapport de force différent de celui qu’indique leurs seules fonctions ?

    Le deuxième point plus important, sur lequel je m’interroge est celui de la dite « solution à deux états ». Roland Dumas a indiqué à juste titre qu’elle était quasiment admise par tous les dirigeants du monde. Il n’a pas été repris sur ce point. Pourtant, cette idée mérite me semble-t-il d’être questionnée :

    D’abord, c’est en 1947, quand on a effectivement commencé à mettre en oeuvre cette solution à deux états que la guerre a commencée pour ne presque plus jamais s’arreter jusqu’à aujourd’hui;

    Ensuite, il faut bien reconnaitre que tous les efforts menés depuis 20 ans autour de cette solution n’ont produit que plus de guerre et de destruction et en particulier une radicalisation croissante vers l’extrême droite de la classe politique et de la société israëlienne vers l’extrême droite, simultanément à la montée de l’islamisme en Palestine et au Liban.

    Enfin et surtout, le point central jamais abordé de la nature de ces états et de la place des minorités en leur sein. Parle-t-on de deux états composés chacun de « juifs » et « d’arabes » ayant chacun une place et des droits reconnus là où ils vivent ou parle-t-on de deux états « ethniquement purs », desquels la minorité devra choisir entre « la valise et la valise » ?

    Nétanhiahou a très clairement mis l’accent sur ce point en exigeant la reconnaissance d’Israël comme « état éternellement juif » par les palestiniens et cela a été assez peu relevé par les commentateurs. Dans le même axe, le ministre israëlien des affaires étrangères s’est prononcé pour le retrait du droit de vote aux populations « arabes ».

    Il me semble au final (mais j’aimerai bien discuter ce point) que cette « solution deux états » n’est qu’une tentative illusoire (et sanglante) de concilier le colonialisme sioniste avec les droits des palestiniens.

    Car reconnaitre que « juifs » (je n’aime pas désigner les gens par leur religion, mais bon) et « arabes » (…) peuvent et doivent vivre ensemble, c’est rejetter toute forme de colonialisme, c’est reconnaitre à chacun quelles que soient ses origines et sa religion une légitimité identique par rapport à cette terre qui devra alors porter un nom acceptable et accepté par tous. C’est reconnaitre concrètement et pratiquement qu’un juif de New York, de Paris ou de Kiev n’a pas plus de droit à s’installer là bas qu’un Palestinien expulsé en 1948 à retrouver son village, de quelque coté que ce soit de la « ligne verte ».

  35. @ Jordan
    Plusieurs fois que vous répétez ça ici. Je ne comprend pas que vous ne soyez pas censuré.
    Il est vrai qu’il n’y a là aucune vulgarité ou aucune allusion sexiste potentielle… Certains propos et leurs implications sont monstrueux pourtant.

  36. C’est nul la télé. Son format dépassé nous a privé d’un ou deux petit coup de laser intellectuel. Je suis vraiment content de mieux trouver mon bonheur sur des blogs.

  37. J’ajoute, pour reprendre je ne sais plus qui de contre-info:
    « Quand un arabe parle de solution à un État c’est un terroriste. Quand un israélien parle de solution à un Etat c’est un chef d’État ».

    Et puis, pour répondre à Jordan, que peut-être le pays des israéliens lui aussi existe déjà… quelque part en Europe de l’Est s’il est bien vrai, et il y a au fond d’excellentes raisons historiques de le penser, que les vrais descendants du peuple hébreu ne sont rien d’autre que les palestiniens d’aujourd’hui, entre-temps convertis à la religion musulmane.
    Ce sera mon dernier post sur ce sujet « dangereux ».

  38. Le streaming (pour capter ce-soir-ou-jamais.france3.fr) trouve difficilement sont chemin à travers les nuages.
    le flux est hâché, tronqué, … par bribes j’ai entendu le début et une bonne partie de la fin.

    A 2917 mètres (Olympe) on s’est bien interrogé un instant
    Quel était l’objet du débat ? Obama ? … Obama et quoi ?
    Il avait un discours … « historique » même pour certains ! s’en souviendra t-on lundi ?
    Où en sont les carnets de commandes en armements ? imports et commissions des uns et des autres ?
    Où en sont les productions intra-murros avec exportations et commissions ?
    Y a t-il (ou non) connivence suffisante entre les topCréanciers (pas actionnaires, créanciers) de la BRI ?

    Ségolène et Obama ont-ils vraiment le même comm-coach ? d’un même employeur ? ou de deux titans ≠ ?
    Et Dumas ? … placide :
        pro Ségolène il est;
        pro Obama il est.

  39. @Antoine

    Certains historiens orientés parlent de peuple Juif.

    L’idée que chrétienté et judaïsme se soient développés à travers l’Europe par conversion et en concurrence ne leur effleure pas la pensée préconçue.

  40. Il y avait au moins 2 invités de trop sur le plateau, ce qui a réduit le temps de parole des autres, et notamment de Paul.

  41. On peut remercier Paul Jorion d’avoir reprécisé a plusieurs reprises le contexte économique et géopolitique
    Sinon on a vite fait de se laisser bercer par le discours d’Obama, et toutes les interprétations plus ou moins stériles qui peuvent s’en suivre. En fait ce genre d’émissions devrait acceuillir aussi les chefs d’états concernés.
    Le probleme c’est qu’on attend plus d’un chef d’état d’avoir des convictions que d’avoir de l’intelligence et de la réflexion
    ce qui rend impossible voir dangereux de mettre en présence des intellectuels et des chefs d’états.(surtout pour les intellectuels)

  42. A Barbe-toute-bleue
    oui… pourtant il suffit de lire le Kuzari de Halevi… pour démystifier tout ça.

    Je viens donc de regarder l’émission.
    Paul a été très courageux, et ce dès le début. Il y a effectivement 2 invités de trop. « Bush 3  » fallait oser! Heureusement qu’il a ramené le contexte à chaque fois… sinon c’eut été d’une stérilité sans borne. On évite le hors-sujet de justesse. Je ne savais pas pour Jefferson. Effectivement c’est embêtant.

    Bien sûr ce discours s’adresse autant à « la » communauté arabo-musulmane qu’aux américains eux-mêmes (il ne faut pas en faire « trop », ca pourrait être dangereux une fois rentré à la Maison Blanche).
    (J’ai beaucoup aimé la critique/cripation « théocratique » de la journaliste… à qui visiblement un gouvernement seulement démocratique ne suffit pas, et qui va devoir se faire à l idée que dans un monde multipolaire où l’Occident ne règne plus sans partage, la conception dite « laïque », typiquement chrétienne en son fond, de ce qui constitue les bornes de l’espace politique légitime n’est plus qu’une conception parmi d’autres (ce n’est certes pas pour rien que judaisme et Islam ont tjs considéré le christianisme comme « religion de la sortie de la religion »… cf. « Rendez à César… ») Pour certains l’atterrissage va être difficile… dans les négociations internationales.

    Évidemment ce discours est un pur discours d’influence au service de la stratégie de puissance US ou plutôt au service d’un sauve-qui-peut général de la puissance US: pas de bons sentiments ici.
    Il ne s’explique que par le contexte géopolitique comme l’a très bien dit Paul, les enjeux économiques et énergétiques étant désormais ailleurs, quelque part dans les pays en -tan entre la Russie et la Chine, et les propos de BHO en direction de la Turquie, ainsi que la politique de durcissement menée en Afghanistan s’inscrivent totalement dans cette perspective (bien sûr là encore il y a d’autres raisons… un « retrait » aurait des conséquences catastrophiques pour la puissance US, car la façon dont les autres vous perçoivent est plus importante que ce que vous êtes réellement). Le discours change parce qu’il est dans l’intérêt des US qu’il change: BHO a du bol: ses convictions persos sont cette fois en accord avec ce qu’il pense également nécessaire de faire pour le bien des US… (accordons lui le bénéfice du doute pour ce qui est de son cirage de pompes à Wall Street. Soutient-il Grayson « sous le manteau »?).
    De plus si les pays de l’OPEP commencent à se débarasser de leurs dollars ça ne va en effet pas le faire non plus (j’en connais quelques uns qui ont bien les boules comme on dit, au moins autant que les chinois).. et globalement l’alignement sur Israêl a eu des conséquences catastrophiques pour la perception des US, conséquences qui se paient en espèces sonnantes et trébuchantes.Bref ce discours NE PARLE ABSOLUMENT PAS du problème inextricable israelo-palestinien dont il s’agit de se désengager plutôt que de le résoudre, mais sert de prétexte à d’autres objectifs, et il le fait très bien (amusant le « chacun doit faire un pas »… dans un contexte de G4G… les israéliens apprécieront qu’il ait pris la peine de prendre des gants, cette fois encore, mais ce point à lui seul prouve la « comédie de com » que constitue ce discours).

    Le type qui l’a écrit est très doué (c’est peut-être BHO lui-même?): y a de la rhétorique, du « story telling », du « perception management », du soft power bien enrobé, et d’autres choses encore… un vrai « cas d’école »! Tout y est… du TRES BON boulot. Un enfumage total.

    J’ai hâte d’avoir son discours en France, étant donné que l’avenir des US repose en partie sur l’orientation géopolitique des européens, et qu’entre la GB et l’Allemagne la France pourrait assumer un rôle de balancier dans un contexte ou les pays d’Europe de l’Est ne sont plus en mesure de mettre en avant les intérêts pro-américains (Réorientation à l’Est… vers la Russie? Conquête de l’Inde pendant qu’on peut profiter de l’effondrement des britanniques? Reconquête de l’Afrique contre les velleités chinoises et nord-américaines?)

    Héhé… nos politiques se laisseront-ils prendre?
    Je parie… que oui.

  43. Bonjour,

    Cela m’a fait plaisir de vous voir Paul.
    Mais j’aurais aimé que vous puissiez disposer d’un espace de parole plus important.

    J’avais l’impression que vos interlocuteurs avaient beaucoup le nez dans le guidon.

  44. Vif plaisir à voir un Paul Jorion les yeux tout aussi grand ouverts (à mon sens) coté politique internationale (que j’étudie plus assiduement) que coté économie. Par contre à parler comme un Collon ou un Meyssan pas sûr qu’il sera réinvité… Enfin ailleurs que chez Taddeï, gloire à lui.

  45. Bravo Paul. Vous etes un bon client qui donne à entendre et à voir. Attirer le gros plan fixe quand un autre parle, ca c’est fort. C’est sismique et pas seesmic. D’autres invitations vont suivre, pas seulement grace a votre éditeur .Encore bravo.

  46. Il sait de quoi il parle l’ami Jacques ! Il en a arpenté des plateaux télé !

    ouaf ! ouaf !

    Bon sérieux Paul, vous étiez parfait, franchement je vous ai vraiment trouvé incisif, avec votre Bush 3, alors que la plupart des commentateurs étaient béat face au discours d’ Obama.

    (est-ce que Dumas portait des Berlutti ?) :°)

    On sentait que vous vouliez absolument développer l’idée de l’effondrement de la puissance américaine mais le contexte ne s’y prêtait pas vraiment…Ce fameux contexte !

    Sinon, l’insert de votre livre va forcément faire décoller un peu les ventes…combien d’exemplaires en plus après un passage télé ?

    Jacques devrait avoir la réponse…Séguéla pas…ouarf,ouarf !

    J’attends votre temps qu’il fait pour vos commentaires sur cette « drôle » d’expérience…

    En tout cas, cela bouge et je m’en réjouis, il était temps !

    Bonne soirée à tous !

  47. @M.Jorion

    Je viens de voir l’émission et j’ai une petite question : vous vous êtes préparé ou vos réponses sont spontanées ?

    A chaque que vous aviez fini de répondre, j’avais l’impression d’un silence (comme bouche bée)

    Vous êtes sorti du contexte de purement analyser le discours d’Obama pour nous projeter dans la globalité des problèmes des USA. Les yeux des invités (en particulier un moment avec la philosophe américaine) en disent long.

    Du pur jus, et permettez moi de vous féliciter pour avoir un peu foutu la mer…. avec vos évidences car vous êtes complètement en dehors du Obama super star et nous décrire les coulisses (l’équipe du président etc…) et cela en quelques secondes.

    Thierry Ardisson risque de vous invitez 😉

    Merc d’avoir rafraichi ma télé qui prenez la poussière .

  48. Par Michael Hirsh et Dan Efron NEWSWEEK (USA) 23 février 2008 Traduit de l’anglais par Djazaïri

    Le propos avait l’apparence d’une digression. En janvier, au cours d’une conférence par téléphone avec des responsables d’importantes organisations juives, Ann Lewis, une proche conseillère d’Hillary Clinton avait fait l’éloge de la fermeté du soutien à Israël affirmé par la sénatrice de New-York. Pendant la conférence, Lewis avait fait ressortir avec force le contraste entre les preuves ses positions pro israéliennes de Mme Clinton comparativement à Barack Obama. Pour le démontrer, elle avait indiqué que le conseiller en chef d’Obama en matière de politique étrangère était Zbigniew Brezinski, rapporte un participant qui a accepté de s’exprimer sur la conférence sous condition d’anonymat.

    Brezinski – ancien conseiller pour la sécurité nationale de Jimmy Carter – n’est pas « le chef conseiller pour la politique étrangère » d’Obama. Cette mission revient à un triumvirat qui avait auparavant travaillé pour Bill Clinton : Anthony Lake, Susan Rice et Greg Craig. Mais Brezinski, qui a déclaré à Newsweek avoir conseillé Obama en « une seule occasion, » a une réputation presque sulfureuse dans la communauté juive américaine. « Quand le nom de Brezinski apparaît dans une liste de conseillers, les voyants virent directement au rouge, » explique un influent responsable Juif Américain qui ne veut pas d’une dégradation des relations avec la campagne d’Obama. De nombreux Juifs Américains se méfient de Brezinski parce qu’il avait approuvé le contenu d’un article publié en 2006 puis, par la suite, d’un livre intitulé « Le lobby israélien, » qui impute de nombreux problèmes de la politique étrangère des Etats-Unis aux liens de Washington avec Israël.

    La digression de Lewis n’est pas un incident isolé (elle n’a pas répondu à notre demande de commentaires). Alors que la compétition entre Clinton et Obama s’exacerbait ces derniers mois, d’autres acteurs de la campagne de Mme Clinton ont diffusé des éléments négatifs sur les relations d’Obama avec Israël, comme en témoignent des courriels obtenus par Newsweek. Outre Brezinski, les courriels s’en prennent à des conseillers d’Obama tels que Rob Malley, un ancien négociateur de Bill Clinton pendant les discussions de Camp David en 2000 ……. « 

Les commentaires sont fermés.