132 réflexions sur « Le temps qu’il fait, le 18 décembre 2009 »

  1. les causes ne sont perdues qu’à l’échelon de l’individu;
    quand le Prince François 2 Ràkoci est contraint à l’exile (1711), suite à l’écrasement de sa lutte de 9 ans pour l’indépendance, il passe d’abord par la France, où resteront quelques uns de ses hussards( huszàr); c’est à ce moment-là que le mot est entré dans la langue française; ils formeront le premier régiment, qui servira ensuite dans l’armée napoléonienne; il ne revit jamais sa patrie, et mourut en exile , oublié de tous, au bord de la Mer Noir;
    toutes les révolutions qui se sont produites par la suite ont entonné la Marche de Ràkoci, en particulier celle de 1848; Berlioz, Brahms l’intégrèrent dans des oeuvres célèbrissimes; dans toutes les villes de Hongrie, au moins une rue porte son nom; le billet de 500 Ft est à son effigie; son château de Ràkospatak est entièrement rénové, on y organise des festivals ; je ne saurais trop qu’en dire encore;
    simplement pour dire que , bien souvent, ce que nous faisons, ne peut se juger juste sur la durée d’une vie vie humaine;

    1. Voilà un fil de dicussion qui démarre en fanfare!
      Et de fanfare à fanfaron ou fanfaronnade…
      Essayons d’éviter le crime de lèse-majesté…

  2. un fait peu connu;
    le grand Liszt ne parlait pas un mot de Hongrois;
    effet de la germanisation à marche forcée;
    pour bien comprendre ce que c’est que de subir une influence;

  3. Il neige même sur la côte? C’est surprenant. Ne vous y accoutumez pas trop quand même, ce n’est pas si courant que ça 🙂

    1. Lol.. effectivement. C’est exceptionnel.

      Et je peux confirmer cette neige dont parle Paul sur la Bretagne.

      Et… antropologiquement, neige et Bretons ne vont pas ensembles. Chacun son domaine : eux : la mer, les immigrés : la neige et la connaissance de celle-ci. Voire son admiration et son amour.
      Le nombre de voitures que j’ai pu doubler ce matin pour aller au boulot pourrait presque figurer au guisness (le truc des records idiots)(tiens, j’ai l’impression d’avoir écrit ça comme une marque de bière…)(sans importance ni pour l’un, ni pour l’autre)
      Je suis ainsi devenu Breton mais ai encore beaucoup à leur apprendre.
      J’attends le retour d’expérience sur la Mer. Pardon, sur la Mor.

    2. Les bretons et la mer… Un cliché à la vie dure…

      27 000 km² dont (seulement) 2700 km de côtes, et c’est toujours par ce thème là qu’on l’aborde, si c’est pas malheureux… 🙂

      Ce matin je discutais avec un stéphanois d’adoption sur le net et il semblait me dire que eux non plus n’aimaient pas bien la neige sur les routes… Comme quoi…

  4. Bonjour à toutes et à tous,

    C’est effectivement un bon discours prononcé par Nicolas SARKOZY, malheureusement entaché de ses travers psychologiques flagrants. Si je me souviens bien, pendant la campagne présidentielle, des psychologues (ou psychiatres) avaient relevé des « anomalies » chez ce monsieur. Je ne suis pas psy, mais je dois dire que l’intérêt impérieux d’un travail sur lui-même me semble plus qu’évident. Il y gagnerait beaucoup et nous tous par la même occasion.

    Ce personnage m’intrigue décidément beaucoup, il est capable de produire des discours d’une grande qualité de fond (à défaut de forme) et par ailleurs de sortir les pires ignominies et stupidités dignes de la pire conversation de bistrot (pour exemple, sa gestion du débat sur l’identité nationale).

    1. Suis juste un voisin (originaire du Pas-De-Calais) de nos très chers amis belges. Mon patronyme vient probablement d’une ascendance 🙂

    2. Quel discours avec une grande qualité de fond ????
      J’aimerai bien la voir cette perle rare. Moi tout ce que je vu de lui ne dépasse pas la ceinture, ou si peu.
      Il ne voit le monde qu’au travers d’une grille très simplifiée : travail, argent, pouvoir, morale.
      Le reste n’a aucune consistance. Il n’en parle que pour lubrifier un peu.

    3. « il est capable de produire des discours d’une grande qualité de fond »
      Heu … Sarko écrit ses discours ? Tiens, c’est nouveau, je croyais que sa plume se nommait Henri Guaino.
      Pour ce qui est de la « grande qualité de fond », regardez par exemple son discours du 26 Juillet 2007 à Dakar et permettez-moi de ne pas vous suivre (pour le moins).

      http://www.dailymotion.com/video/x3hqvw_discours-de-dakar-sarkozy-14_news

      Le texte de Henri Guaino:

      Morceaux choisis:

      Cette souffrance de l’homme noir, je ne parle pas de l’homme au sens du sexe, je parle de l’homme au sens de l’être humain et bien sûr de la femme et de l’homme dans son acceptation générale. Cette souffrance de l’homme noir, c’est la souffrance de tous les hommes. Cette blessure ouverte dans l’âme de l’homme noir est une blessure ouverte dans l’âme de tous les hommes.
      […]
      Jeunes d’Afrique, je ne suis pas venu vous parler de repentance.
      […]
      Je ne suis pas venu, jeunes d’Afrique, vous donner des leçons.

      Je ne suis pas venu vous faire la morale.

      Mais je suis venu vous dire que la part d’Europe qui est en vous est le fruit d’un grand péché d’orgueil de l’Occident mais que cette part d’Europe en vous n’est pas indigne.

      Car elle est l’appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

      Car elle est l’appel à la raison et à la conscience universelles.

      Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.

      Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès.

      Dans cet univers où la nature commande tout, l’homme échappe à l’angoisse de l’histoire qui tenaille l’homme moderne mais l’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable où tout semble être écrit d’avance.

      Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin.

      Le problème de l’Afrique et permettez à un ami de l’Afrique de le dire, il est là. Le défi de l’Afrique, c’est d’entrer davantage dans l’histoire. C’est de puiser en elle l’énergie, la force, l’envie, la volonté d’écouter et d’épouser sa propre histoire.
      […]
      Jeunes d’Afrique, vous êtes les héritiers des plus vieilles traditions africaines et vous êtes les héritiers de tout ce que l’Occident a déposé dans le cœur et dans l’âme de l’Afrique.

      Jeunes d’Afrique, la civilisation européenne a eu tort de se croire supérieure à celle de vos ancêtres, mais désormais la civilisation européenne vous appartient aussi.
      […]
      Je veux donc dire, à la jeunesse d’Afrique, que le drame de l’Afrique ne vient pas de ce que l’âme africaine serait imperméable à la logique et à la raison. Car l’homme africain est aussi logique et raisonnable que l’homme européen.

    4. Je suis d’accord avec vous, ce type est dangereux et détestable. Et oui, effectivement, des discours avec une grande qualité de fond je n’en connais que ceux portant sur les débats du changement climatique.

      Je trouve en effet que c’est un sujet sur lequel Jean-Louis BORLOO et Nicolas SARKOZY ont des accents de sincérité et d’envie d’action. Encore une fois, le fait de trouver des accents de sincérité ne m’enlève pas du tout les doutes légitimes quant à la véracité de l’engagement. Il est facile de prononcer des discours, il est plus difficile de les appliquer (il ne passe effectivement pas le casting de l’homme intègre à tous égards).
      Par ailleurs, la France a plutôt beau rôle de jouer les chevaliers blancs en la matière, forte qu’elle est de son parc nucléaire qui la place en très confortable position vis-à-vis du CO2 mais qui la place en position moins confortable quand il s’agit de la gestion des déchets, des risques d’accidents, de la manière dont les mines d’uranium sont exploitées dans le monde, …

      Je souhaiterais simplement vous replacer une citation :

      Scepticisme, le juste équilibre : Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes qui, l’une comme l’autre, nous dispensent de réfléchir. Henri Poincaré

    5. @ fujisan.

      Un type de discours prêt-à-penser qui a fait son temps. Quant au fond:  » […] la part d’Europe qui est en vous (??!!) est le fruit d’un grand péché d’orgueil de l’Occident mais que cette part d’Europe en vous n’est pas indigne. Car elle est l’appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice et de l’égalité entre les femmes et les hommes. Car elle est l’appel à la raison et à la conscience universelles ».

      C’est beau. Mein Kampf, la Shoah, le Troisième Reich, Barbarossa, Hiroshima, la guerre du Vietnam, les guerres d’invasion (Irak, Afghanistan), la crise des subprimes et autres sont également des réalisations majeures de l' »Occident ». Dieu merci, je ne suis pas « occidental », mais français d’origine russe et accessoirement européen.

    6. @ Boukovsky :

      à l’est ou à l’ouest de l’Oural ?

      Je me demande si actuellement les russes savent bien où ils sont .

  5. dommage que ne soit pas disponible la video d’Evo Morales au Klimatforum,justes des photos

    Les questions du référendum proposé par Evo Morales à Copenhague

    jeudi 17 décembre 2009

    En quoi consiste le fait que les peuples du monde décident du futur de l’humanité ? Il consiste en un réferéndum mondial sur le changement climatique. Que les peuples du monde décident avec leur vote conscience du destin de l’Humanité. Comme dirigeant syndical, j’ai une petite expérience du pouvoir de l’organisation, de la conscientisation, de l’unité pour changer de petites comme de grandes choses. Je crois dans nos mouvements sociaux : ils connaissent leurs problèmes, ils connaissent aussi les solutions.

    Je veux vous lire la première proposition de ce référéndum :

    1. – Êtes-vous d’accord pour rétablir l’harmonie avec la nature, et pour reconnaître les droits de la Terre Mère ?

    2. – Êtes-vous d’accord pour changer ce modèle de surconsommation et de gaspillage qu’est le système capitaliste ?

    3. – Êtes-vous d’accord pour que les pays développés réduisent et réabsorbent leurs émissions de Co2 à effet de serre pour que la température ne monte pas de plus d’un degré centigrade ?

    4. – Êtes-vous d’accord pour transférer tout ce qui a été dépensé dans les guerres et pour consacrer un budget supérieur à la défense de la Terre face au changement climatique ?

    5. – Êtes-vous d’accord avec un tribunal de justice climatique pour juger ceux qui détruisent la Terre Mère ?

    (cris et applaudissements d’approbation de la salle à chacune des questions)

    Compagnon Chávez, le document vient d’être approuvé dans ce sommet sur le Changement climatique. De nouveau je salue l’effort et la mobilisation des mouvements sociauxs.

    Nous sommes des présidents alliés des mouvements sociaux. Je veux continuer à apprendre de vous. Je suis élève des mouvements sociaux de Bolivie et du monde.

    Je veux vous dire que je ne me sens plus seul. Ne vous sentez pas seuls dans cette lutte pour la vie, pour l’humanité, pour la défense de la Terre Mère. Que nous accompagnent les mouvements sociaux, nous présidents qui essayons d’exprimer la pensée de nos peuples, est indispensable.

    Seuls, Evo ou Hugo nous ne pouvons avancer, mais si les peuples nous accompagnent nous sommes ici pour changer les politiques capitalistes qui font tant de mal à l’humanité.

    Patrie ou Mort ! Nous vaincrons. Planète ou mort ! Quand, quand, carajo !

    http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article1068&lang=es

  6. Avec nos petits bras musclés ,on va limiter le réchauffement climatique à 2 degré.Quelqu’un pourrait me dire ou est le thermostat? Vous trouvez pas que c’est blizzard! Degré ou de force ?

    1. Merci Fujisan !

      Moi aussi j’avais immédiatement pensé au discours de Dakar quand Paul à évoqué la « qualité » des propos de Cophenague…C’était étrange que dans le même élan il nous rappelle à ses colères concernant l’Afrique…Tout à coup, le paradoxe semblait indépassable !

      Je remarque le petit escargot qui accompagne votre pseudo, à l’occasion si vous le souhaitez, n’hésitez pas à demander à notre hôte mon mail, afin que nous puissions nous rencontrer.

      Je suis allée à l’ULB au rdv que vous aviez signalé mais impossible de savoir qui était Fujisan, trop de monde !

      A bientôt j’espère.

      Bonne journée à tous !

  7. Je reste sceptique quand à la raison essentiellement anthropique du réchauffement.
    D’ailleurs depuis que des fonds conséquents s’intéressent à la spéculation sur les droit à carboner on n’entend peu parler du principal instigateur: Al Gore?
    Il semble qu’il ait acquis de nombreuses parts de tels fonds.
    Je veux dire que, monobstant l’évidente nécessité de cesser de polluer, l’accusation faite au Peuple d’utiliser les appareils « salissants » qu’il est forcé d’acheter ne lui est faite que pour lui faire accepter LA TAXE.
    Et engraisser les sééculateurs comme Al Gore.

    1. hé oui ! Taxer l’air … faire que TOUT soit une marchandise … c’est ca l’objectif … et pas autre chose …
      Je suis vraiment plus qu’étonné que Paul ne le voit pas. C’est vraiment gros comme le nez au milieu du visage …
      Et je reste poli, moi le stade de l’énervement est dépassé depuis longtemps.
      Ca fait des années que je le vois venir.

    2. La taxe carbone sera une subvention pour , le nucléaire , la sidérurgie , la finance, etc… Est ce que Mr J. est naïf au point de croire que nos dirigeants pensent à sauver la planète ?

    3. Cela fait +/ 30 ans que la température moyenne de la Terre se refroidit (et surtout ces 10 dernières années).
      Le gaz a effet de serre le plus important (>85%) est la vapeur d’eau.
      Le CO2 n’est pas un gaz polluant (les plantes l’utilisent pour la photosynthèse, nous en produisons en respirant, …)
      Les carottes de glaces extraites dans l’Antarctique et l’Arctique montrent qu’au cours de l’Histoire (je parle en milliers et en millions d’années) la concentration de l’air en CO2 était corrélée avec la température moyenne de la Terre (avec un léger retard, quelques dizaines d’années; l’augmentation du taux de CO2 étant donc la cause du réchauffement).
      L’activité solaire a toujours été le principal moteur du climat sur Terre (rappel, le soleil=99% de la masse du système solaire)
      La Terre a toujours connu des )hases de réchauffement et de refroidissement (rappel, Groenland=pays vert)
      Le Giec est constitué de scientifiques, de politiques, de lobbyistes (moins d’un quart de ses membres sont des scientifiques liés aux sciences climatiques). Tous les climatologues qui ne suivait pas le courant de pensée pré-défini ont été ‘gentiment’ poussés dehors…
      Etc,….chercher l’erreur…
      Dans ce cas cherchons le mobile.
      Culpabilisation du peuple
      Affaiblissement des pays en voix de développement et main mise sur les richesses du monde par les plus puissants
      Création d’un marché et d’une bourse du carbone (nouvelle bulle en perspective…), projet de longue date mené par Al Gore futur premier milliardaire du CO2
      Taxes carbone en tous genres à venir pour le bon peuple
      Etc…
      Le plus pénible dans tout ce cirque, c’est la naîveté consternante des mouvements écologiques qui sont tombé dans le panneau alors que les véritables problèmes (plus urgents aussi) sont l

    4. Sorry, suite:
      Le plus pénible dans tout ce cirque, c’est la naîveté consternante des mouvements écologiques qui sont tombés dans le panneau alors que les véritables problèmes (plus urgents aussi) sont la dégradation gravissime de notre environnement:
      ce que nous respirons: air pollué (métaux lourds, …, pollution électromagnétique
      ce que nous mangeons, la terre et ses produits (pesticides, fongicises, insecticides,…ides, colorants, conservateurs, édulcorants, OGM, …), viandes au hormones, antibiotiques,…
      ce que nous buvons (pour ceux qui ont accès à l’eau ‘potable’)
      etc…

    5. @tartar et ybabel

      Ce n’est pas parce que certains vautours profitent de la crise climatique pour se faire du pognon, que cette crise est une invention ! Al Gore n’a pas créé cette crise, il l’a simplement médiatisée (et il en tire un profit personnel). Je ne comprends pas votre raisonnement, vous confondez cause et conséquence.
      Soyez sceptiques tant que vous le voulez, mais n’oubliez pas pas de vous informer sur les faits bruts. Le principe de l’effet de serre est scientifiquement établi depuis la fin du 19°s, le CO2 est indiscutablement un gaz à effet de serre, l’humanité relâche d’énormes quantités de CO2 en brûlant les combustibles fossiles, il s’ensuit que l’homme contribue à réchauffer la planète. Je ne vois pas ce qui peut être remis en cause dans ces faits.
      Certes on peut discuter de l’importance de la contribution humaine : 10%, 50%, 90% ? Dans la mesure où une majorité écrasante de scientifiques affirme que l’influence humaine sur l’évolution du climat est majeure, qu’est ce qui vous permet de douter ? Vous remettez en question ces FAITS pour des raisons politiques, c’est de la malhonnêteté intellectuelle. Il n’y a qu’une seule vérité expérimentale, il n’y a aucun point de vue à avoir la-dessus. Si vous vous permettez de contester cette réalité, il faut des arguments scientifiques et non politiques. Quels sont les votres ?
      Véhiculer ce genre de point de vue est grave car les conséquences de l’inaction seront sans doute très dévastatrices pour les générations futures.

    6. @blackhole
      +1

      @lemar
      et alors ??? l’inaction ou la taxe carbonne ??? TINA ??? lol
      oui je me suis bien renseigné sur le sujet. Le mini age glaciaire, la fonte cyclique des pôles, le role du CO2 et tutti quanti …
      On nous propose une fausse solution a un faux problème.
      Les vrais problèmes sont ailleurs, et on en parle pas : pesticides, engrais, métaux lourds, bisphénol 1, phtalates, surconsommation de viande (1,8 Tonnes d’eau pour 100gr de viande), etc, etc…

      Et si le réchauffement n’est pas anthropique, tu y as pensé juste une seule seconde ? si le réchauffement continue même sans notre CO2 ???? il va falloir un peu plus qu’une taxe pour résoudre ce problème.

      Non les criminels ne sont pas la ou tu crois. J’ai bien pesé le pour et le contre.

    7. @ lemar,

      Pour completer ce que dit blackhole, la température de la terre depend aussi de la quantité de soleil que celle ci reçoit. le jour est généralement plus chaud que la nuit car éclairé. en fait chaque jour, la quantité d’énergie solaire reçue sur terre est équivalente à 15000 fois la quantité d’énergie consommée par l’humanité entière – cad hydrocarbure pour l’essentiel.
      Ce rapport élevé fait que si le soleil subit une augmentation (ou une diminution) d’activité de l’ordre de 1%, nous recevons (ou ne recevons pas) sur terre (15000/100) 150 fois plus d’energie que nous sommes capables de « bruler ». Autrement dit, il est fort probable que l’activité solaire est une influence tres importante sur la température moyenne de la terre. Le fait qu’il y ait actuellement plus de CO2 change surement un peu la donne mais je me permets de penser que cette variable n’est pas la plus déterminante d’autant plus que la quantité de CO2 ne représente qu’un très faible pourcentage (0,3% de mémoire) de l’atmosphère. le problème du CO2 ne serait il pas plus dans notre dépendance au pétrole et dans notre incapacité à préserver notre biotope?

  8. Il faudrait surtout que ca ne soit pas qu’un (beau) discours (populo) …
    Si Sarko croyait ce qu’il dit, ca serait super, mais il est coutumier de la manipulation. C’est juste un VRP.

    1. Moi ce discours ne me plait pas, ni sur la forme, ni sur le fond.
      La forme d’abord, clairement, mosieur pouvoir d’achat, mosieur sécurité n’a pas de leçons à donner vus les résultats obtenus. Et surtout vu les ambitions proclamées … comme si le vrai problème était la.

      Ce qui l’inquiète ce triste sire, c’est plus la campagne d’auto-promo qu’il pourra faire suite à la conférence. On connaît ses effets de manches et annonces tonitruantes. Il veut se prendre pour celui qui fait bouger les choses, pour un volontariste.

      Sur le fond. La c’est pathétique. Sa grille de lecture du monde se limite a « argent, pouvoir » « nous les riches, vous les pauvres ». Il ne connaît rien d’autre. S’en est ridicule de petitesse et d’étroiture d’esprit.
      Comparez avec le post de Vladimir sur Evo Morales.
      Comment voulez vous que des gens comme lui signent un accord avec des gens comme Sarko ? tout les opposent.

      Franchement, ce discours faussement alarmiste n’est porteur que de discorde.

    2. Il ne peut pas y avoir de solution unique / commune a ce problèmes. Seul un objectif commun, et des solutions « locales ». Donc forcer une solutions commune (la taxe) est une forfaiture qui … si elle passe … restera comme une des plus grandes arnaques de l’histoire aux yeux de nos descendants !!!!

      Taxer l’air. En faire une marchandise. Cela ne sauvera pas le monde. Appliquer la solution « marchande » alors que tout montre que cette approche est une aberration pour gérer les « ressources » de la planète … Il faut quoi pour voir que ca ne fonctionne pas ???? la pollution, les maladies, les famines, les guerres, ce n’est pas suffisant ???? Il faut aller encore plus loin dans l’injustice et l’ignominie pour que mosieur Sarko se reveille ????

      Heureusement l’amérique du Sud, l’Asie (la chine) et l’Afrique (moins) semblent ne plus être dupes…. c’est déjà ça !
      Nous (occidentaux) sombreront sous le poids de notre propre bêtise, mais au moins le reste de la planète s’en sortira. Visiblement, nous ne sommes plus les leaders du monde. Le réveil risque d’être pénible.

    3. Examinons cette fameuse TAXE que Sarko présente a mots couverts comme la seule alternative possible (TINA) sur laquelle il faudrait absolument se mettre d’accord (je doute que la chine cède !!! tant mieux).
      C’est quoi au juste ?
      C’est un MOYEN d’assurer un contrôle centralisé (et dans les mains occidentales via la pravda scientifique) sur les efforts de réduction de CO2.
      Voila encore une belle émanation de la pensée unique.
      Un contrôle centralisé comme seule solution ? pourquoi ? c’est bien simple : pour pouvoir forcer ceux qui ne veulent pas. Avoir un bras de levier pour imposer sa volonté.
      Est-ce une marque de confiance ? non !
      Cette taxe n’est pas le symbole de l’accord de l’humanité, mais au contraire, le symbole qu’on n’a pas confiance en son prochain. Alors, on le « force », via une taxe.

      Voila ou on en est.

      Cette taxe, c’est le symbole, avec tout ce qu’elle implique derrière elle, de l’échec de l’humanité. Cela pourrait bien être un point de non retour. En tout cas, si elle passe, il faudra en payer le prix, au sens propre et au sens figuré. Nos enfants devront en plus des problèmes de pollution qu’on leur aura laissé se battre pour supprimer cette taxe !!!!

      Comme toutes les solutions de Sarko, elles amènent l’inverse de ce qu’elles prétendent.
      Exemple : les prisons privées pour répondre a l’insécurité … effet obtenu : plus de délinquance !!!
      Tout en lui est inversé de la sorte…

    1. Ouiiiiiiiiii !!!!
      Souvenez vous, la chine avait lancé des trucs dans l’air pour empêcher de pleuvoir pendant les JO !!!!!
      Mais au moins eux ne font pas les hypocrites.

  9. Supposons un instant…

    Je suis Nicolas Sarkozy !

    Un ami chez BFM me parle d’un certain Paul Jorion, dont les analyses seraient plutôt pertinentes. Malgré les avertissements de M. Pebereau, je décide de me faire faire une synthèse de ses livres (ma nouvelle passion pour la lecture ne va pas jusque là, quand même, enfin… qui peut imaginer que, moi, avec mes responsabilités, j’aurais le temps pour ça…).
    Sur ce j’invite ce Monsieur à mon bureau pour un entretien privé.
    Et là…
    Je « comprends »…
    Je comprends que le système ne tiendra pas et risque de m’entraîner dans sa chute
    Je comprends que dans mon prochain discours, je lancerai l’idée de l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix, ma nouvelle idée (nous à l’UMP on s’embarrasse pas trop des droits d’auteur…)
    Je prends tout le monde de cours
    Je reçois le soutien de tous les non-financiers non spéculateurs de la planète, autant dire les 99,999% des humains
    J’explose les lignes
    Je reprends la main et le pouvoir sur ces mêmes élites, que j’ai été obligé de lécher de longues années dans mon ascension vers le sommet
    Je fais passer Obama pour une marionnette
    Je sauve l’espèce
    Enfin grand

    Fin de l’instant

    1. Vous oubliez juste la divergence pouvant exister entre un grand homme qui pense à sa nation et un dirigeant actuel comme tant d’autres.

    2. C’est un peu l’idée folle que je me faisais il y a peu.

      Ce type est tellement imbus de sa personne que si on lui laisse entrevoir la possibilité d’apparaître comme le sauveur du monde, il risque de sauter dessus sans hésitations.

      En bref, se servir de la force de son adversaire contre lui, la méthode chinoise quoi 🙂

  10. Bonjour Paul,
    Décidément, c’est un prénom que je connais bien dans mon entourage de blogueur et de forum. J’aime votre petit speech recap d’une semaine en passant d’un sujet à un autre. Alors, revoyons, tout cela.

    >>>Sarkozy, je suis presque sûr, qu’il ne fait pas ses discours lui-même. Il a ses porte-paroles, ses prêtes voix et naturellement, quand c’est le cas, ils sont bons. Mais c’est de l’ordre de la Pensée unique et qu’on ne discute pas. Si vous saviez comme je m’amuse à mettre les Français au pied du mur sur ce sujet.
    Il y a deux ans, en vacances, les Français roucoulaient. Ils avaient leur nouveau Messie. Des 30 glorieuses, nous sommes passés aux 300 réformes sautillantes. Quand on saute, on atteint une fois sur deux un objectif.

    >>> Les américains. Je l’ai ai coudoyé, souvent à distance dans des meetings, pendant 30 ans. J’ai même écrit un article sur le sujet

    Jimmy Carter, j’ai aimé. Pourtant il n’a eu qu’un seul mandat.
    James Steward, oui, absolument. L’esprit américain ou d’Hollywood? Peut-être. Le pragmatisme, le but à atteindre, on ne connait pas cela.
    Los Angeles (qui n’est pas une ville, mais un pays entier), San Francisco, la Californie, restent dans ma mémoire. C’était en 1993. Au mois de mai, on valse soit de 40°C à Phénix et on se retrouve le lendemain dans le Sequoia park où la neige ne permet plus de passer.
    San Francisco, comme je viens de commenter ailleurs, est la ville la plus européenne où je pourrais vivre sans problème.

    >>> Oui, ça neige à Bruxelles. On ne bouge plus, on ne peut pas trouver le rendement dans l’achat de pneus neige ou à clous. Alors, on se paye des embouteillages à n’en plus finir. Mes amis suisses n’ont absolument aucun problème pour faire ce pas.

    >>> Le rendement du travail mis en parallèle avec le bonheur et avec … la nature.
    Voilà, le problème d’aujourd’hui. L’homme est un gaz parfait. Il envahit tous les endroits même là où il ne peut pas vivre naturellement. C’est le seul animal endémique du monde dans son entier. J’aime assez le discours de Jancovici récemment passé sur notre antenne.
    Nous sommes des poussières d’étoile comme dirait Hubert Reeves.
    On se raccroche au PIB pour exister. On me parlait du Bouthan où on chercherait un moyen de faire le remplacer par autre chose en relation avec le bonheur. Mais comment calculer cela?
    Faut avoir une certaine culture de bouddhisme pour cela.

  11. C’est sa technique favorite pour tirer la couverture. Il en est coutumier et le pire, c’est que ça marche ! La preuve.

  12. le problème avec notre cher Président, c’est que tous ces discours sont très beaux et très captivants;
    et ensuite il explique (ou pas) toutes les raisons pour lesquelles toutes ces belles paroles ne sont pas suivies de réalisations;
    le texte du discours dépend de l’ écrivain qui l’a rédigé;
    quand de Villepin a déclaré, dans un très beau discours, que la France ne participerait pas à l’invasion de l’Irak, hé bien la France n’a pas participé à l’invasion de l’Irak;
    donc le discours est beau, et il doit être suivi de ce qu’il contient;
    le problème que nous avons en France, c’est que tous ces beaux discours restent des discours;
    l’Histoire retiendra que nous avons le président qui aura fait les plus beaux discours;

    1. Messieurs Sarkosy et Berlusconi ont les mêmes cabinets américains de conseils politiques…
      Cela peut expliquer beaucoup de choses.

  13. Tous le monde sans exception (enfin presque) est d’accord pour diminuer, idéalement, jusqu’à zéro les rejets de CO2 dans l’atmosphère.

    —>Une question véritablement scientifique demeure: quelle est la proportion de CO2 émis par les acivités humaines? Et, surtout, quelle est la proportion de CO2 émis PAR l’EFFET du réchauffement climatique passé? Ou présent? Ou passé et encore présent?

    Je n’apprenderai rien aux chercheurs spécialisés et motivés uniquement par – CE QUI EST – que la Terre, le Soleil, le Système solaire et l’Univers ont des cycles connus, partiellement connus, inconnus, etc., depuis toujoursd, indépendamment des activités des hommes.

    Si, comme on peut le penser raisonnablement, la proportion de CO2 émise est causée par un (ou des) réchauffement passé et peut-être encore en cours est détectée comme majoritaire, ou très majoritaire, cela ne nous affranchi pas le moins du monde de s’efforcer à ne pas émettre de CO2. Mais alors, que les émissions de CO2 ne deviennent pas un « marché », un « business » de plus! sorti tout droit des « grands cerveaux » de Wall-Street et de la City de Londres. Les centaines de milliards de dollars, et plus, du « marché » des émissions de CO2 feraient fi de la —> Question scientifique (voir ci-desus), et donnent déjà des frissons de volupté carnacière à Wall-Street. Au final, ce serait donc pour « ça » le but de Copenhague?

    1. D’autant plus que c’est la même personne qui travaille sur les taxes carbone et sur précédemment sur la titrisation !!
      Autant donner la bombe atomique a Hitler, ca ira plus vite.

    2. @Ybabel

      Il y a peu, article sur Blythe Masters dans le Guardian

      – « Who is Blythe Masters? She is the JP Morgan employee who invented credit default swaps, and is now heading JPM’s carbon trading efforts. As Bloomberg notes Masters, 40, oversees the New York bank’s environmental businesses as the firm’s global head of commodities… » –

    3. Le marché des droits à polluer est une impasse, une absurdité. Comment qualifier autrement un remède dont les outils son empruntés directement à un modèle économico-financier qui est déjà une faillite intellectuelle, morale, sociale, économique, écologique ?

      J’en viens à me demander s’il ne faut pas souhaiter l’échec de Copenhague tout comme on peut se réjouir de l’échec du cycle de Doha. Nonobstant cette réunion au sommet, très médiatisée, en raison même de son échec, ou demi-échec, a le mérite de faire émerger, cristalliser des positions, des approches, qui sinon seraient restées marginalisées dans l’opinion publique.

      Le fait est que de grosses ONG (Greenpeace, WWF …) sont montées sur le devant de la scène pour soutenir une approche purement capitaliste ce à quoi revient en réalité le marché des émissions carbonées.
      Il existe pourtant une autre approche qui ne dissocie pas problèmes écologiques, climatiques et justice sociale, représentée par exemple par le CJN (Climate Justice Now) ou , son pendant français Urgence Climatique Justice Sociale. Lire à ce propos l’article de Maxime Combes Copenhague passe la finance carbone sous silence par Maxime Combes dont voici les deux derniers paragraphes :

      « … Les craintes sont nombreuses. Le risque de voir le mécanisme REDD (Réduction des Émissions liées à la Déforestation et la dégradation des forêts) rattachés aux marchés carbone est grand. Les lobbys de l’agro-industrie, comme Monsanto, ou du nucléaire, comme AREVA, essaient d’en faire autant pour des techniques agricoles utilisant des OGM et pour les centrales nucléaires. Idem pour des techniques de géo-ingénierie comme la capture et le stockage du CO2. Dans chacun de ces cas, sont proposées ou développées des techniques supposées répondre aux enjeux climatiques mais qui sont tout aussi problématiques du point de vue d’autres enjeux environnementaux et/ou sociaux. C’est la conséquence directe du «carbocentrisme» de ces négociations qui segmentent les enjeux et dont l’effet pervers est d’analyser les propositions à l’aune du seul critère «émission de CO2». Comme si l’on pouvait résoudre la crise climatique de manière dissociée des autres crises que nous traversons. Comme si l’on pouvait sauver le climat sans changer le système économique libéral dans lequel nous vivons et qui a facilité le réchauffement climatique en favorisant la prédation des ressources naturelles et la mise en concurrence des populations. Comme si repeindre en vert le capitalisme pouvait suffire.

      Se fait jour ici un des principaux désaccords entre les ONG environnementales classiques et la coalition internationale Climate Justice Now! (CJN!), ou son pendant français Urgence Climatique Justice Sociale. Ainsi, dans un document de positionnement du Climate Action Network (Greenpeace, WWF, etc…) reprise par le Réseau Action Climat (RAC-F), il est écrit qu’un «marché du carbone renforcé peut jouer un rôle important dans le financement et le transfert de technologies pour la réduction des émissions, y compris dans les pays en développement», là où les mouvements comme CJN! diront que la finance carbone n’est pas la solution mais une partie du problème. Il est temps, sans acrimonie, de poser ces débats sur la table. Car, finalement, pour CJN!, derrière les volontés d’étendre les marchés carbone et les mécanismes de compensation, se joue la possibilité de maintenir ou de ramener hors marché les biens communs de l’humanité et la gestion des ressources naturelles. C’est décisif. Ouvrons grand le débat, car ce n’est pas une question technique. L’avenir de nos sociétés en dépend également. »

  14. bon je continue ma marotte, et après je vous laisse tranquilles ;
    certains, pas trop érudits, arrivent à confondre Budapest et Bucarest ;
    d’autres, mais on leur pardonner, parce qu’ils n’en ont jamais entendu parler, confondent la Marche de Rakoczi avec la Marche de Radetzky ; mais les Hongrois ne confondent jamais les deux ;
    sur wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Radetzky on apprend que c’est ce général, d’origine tchèque, qui écrasa et réprima la révolte républicaine des peuples de l’empire d’Autriche en 1848 ;
    pour les mélomanes du blog, je vous propose d’écouter cette version, par votre interprète favori ;
    la musique est de Johann Strauss :
    http://www.youtube.com/watch?v=NlOlG3aV2Mg
    tous les ans, l’Orchestre Philharmonique de Vienne propose un concert de gala, dont le point d’orgue et final, traditionnellement, est comme par hasard ce morceau ; ce qui a une signification politique, à mon point de vue ;
    http://www.youtube.com/watch?v=vzQeMhfu5-8
    je me tiens les côtes, quand le chef se tourne vers le public pour lui faire battre la mesure ; il a dû voir ça quelque part ; mais il manque les ballons !

  15. Vous avez raison, c’est bientôt Noël ; mieux ne pas parler de ce qui énerve.

    Je ne dirais donc rien sur Copenhague,
    Rien sur l’Identité Nationale,
    Rien sur Rachida Dati et son dernier off,
    Plus rien sur Frédéric Mitterrand, Bernard-Henri Lévy ou Roman Polanski,
    Et rien sur Nicolas Sarkozy.

    1. Allez on fait une trêve.
      Mais alors là, vous êtes perfide : tous les sujets que vous citez m’énerve, à différents degrés !

      Rassurez-vous, j’ai un sourire en vous lisant 🙂

  16. Double langage de Sarkozy , ça suffit!

    Regardez cette vidéo. Ce sont des images récentes de Sarkozy interrogé par 2-Niais-sot sur Canal+, puis en cette soirée du 17 décembre , à la tribune du sommet de Copenhague. Nicolas Sarkozy défend donc l’idée de financement innovants . Une taxation de 0,01% des mouvements financiers. 40% de ce montant étant affecté au développement durable de l’Afrique. Voilà une bonne idée, jusque là personne ne peut s’y opposer.

    Mais hélas, comme toujours cette idée généreuse cache une manipulation de l’opinion honteuse. C’est le grand classique du double-langage. Sarkozy promet des choses, alors qu’au parlement Européen les choses sont d’une toute autre nature.

    Ainsi le 25 novembre 2009, les députés UMP membres du groupe PPE au parlement européen, ont voté un amendement pour supprimer la mention suivante d’un texte (résolution ENVI) : taxation on international financial transactions devait selon eux disparaitre du texte. On notera que la GUE, e PSE, les MoDem français et les Verts voteront contre cet amendement. Tout cela alors qu’il existait une initiative menée entre autre par Vincent Peillon.

    Au final cette mention d’une taxation des transaction financières internationales va disparaitre. Grâce aux députés UMP Français.

    Mais alors pourquoi pouvais-t-on lire ça, de la part de Borloo , le 31 Octobre dans les colonnes du JDD :

    Aider les pays pauvres, c’est un gain global pour l’humanité. N’oublions pas qu’ils possèdent un réel potentiel de développement. Ensuite, il ne s’agit pas d’instaurer un impôt. Nous réfléchissons à des financements innovants, sur les transactions financières par exemple. Bernard Kouchner pilote un groupe qui en étudie les modalités. Il faut que cet argent soit attribué à des programmes précis (barrages hydrauliques, centrales solaires ou champs d’éoliennes). Ils seront gérés de manière transparente avec un contrôle a posteriori, afin de ne décourager personne.

    D’un coté des ministres qui travaillent à un projet, et de l’autre des députés du même bord politique qui votent contre. Tout cela vous semble illogique ?

    Comme je le dit dans la vidéo, c’est tout simplement à une manipulation de l’opinion que nous assistons. Les médias ( Canal+, chaines d’infos, TF1, presse ) répètent à l’envie que Sarkozy innove, propose des idées et essaye d’entraîner le reste du monde.

    La réalité est différente. Sarkozy essaye de récupérer des idées et de sa donner le bon rôle, pour apparaitre comme le sauveur. Alors que ses députés européens bloquent tout initiative allant dans ce sens là.

    Vous n’avez pas l’impression qu’il vous prend pour des cons ?

  17. Je souhaite signaler à ceux qui l’aurait raté l’émission d’hier soir sur France 3 : Jeudi 17 décembre 2009 – Ce soir ou jamais – France 3

    Extrêmement intéressant, avec un « petit jeune » qui fait peur !!!!

    Un film signalé dans cette émission que j’irai voir ce week-end ou lundi : La Fin de la pauvreté ?
    Il semble qu’il ne passe qu’au cinéma Saint André-ses-Arts 30, rue Saint-Andre-des-Arts 75006 Paris Métro Saint-Michel, Odeon.

    Si cela tente certains, ce pourrait être intéressant de se fixer un rendez-vous.

    Bon week-end à toutes et à tous.

    1. J’avais écouté et effectivement , le « petit jeune » montre que ,sans effet de manches , on peut dire beaucoup . Mais il m’a plus rassuré que fait peur !

      Si les méchants loups ne le croquent et digèrent pas avant la fin de sa traversée du bois .

    2. Je m’aperçois que j’ai fait une affreuse confusion en ne prenant pas le temps de lire et voir correctement . Je croyais que vous faisiez référence à l’émission de Daniel Mermet ( là bas si j’y suis ) qui rendait compte à sa façon d’une réunion  » forum mondial sur le développement durable  » au Sénat en fin 2008 . C’était décapant . On doit retrouver ça sur les podcasts de France inter ( journée d’hier ) .
      Mon commentaire était dans ce contexte . Tant mieux s’il collait aussi à l’émission que vous signaliez .

    3. @Vincent
      Je n’aurais jamais cru qu’en 2009, sur un plateau TV, quelqu’un nous ressorte « La fable des abeilles de Mandeville » (1705). Selon certains, ce fabliau, sommet de cynisme, serait, avant la main invisible d’Adam Smith (1766), le point de départ de l’immoralité capitaliste. Les vices privés qui feraient la vertu collective (public benefits): escroquerie intellectuelle. Le seul mot de vrai dans ce texte de Mandeville est le deuxième: « fable ».
      Merci pour le lien, cela permet de revoir la technique et les ficelles (assez usées) qu’emploie ce bellâtre de Koenig. Si c’est tout ce qui reste à la droite bien-pensante pour envoyer à un débat d’idées, c’est consternant. Heureusement pour eux qu’ils tiennent tous les médias grand public…

  18. A lemar
    En admettant que le réchauffement climatique soit avéré,les conséquences seraient elles aussi catastrophiques qu’on le dit?.Les modèles mathématiques sont ils infaillibles?.Des contre-régulations ne vont elles pas se mettre en place? Des événements naturels, type grande éruption volcanique ,ne peuvent ils pas changer la donne? qui a calculé l’impact du ralentissement actuel de l’économie sur l’effet de serre ? qui en a seulement parlé ? A tout miser sur le réchauffement ne néglige t-on pas d’autres problêmes environnementaux plus urgents ?

    1. Il faut dire à Lemar qu’il regarde calmement la bizarre simultanéité des pics de CO² et des pics de chaleur mis en évidence par les carottages de glace de l’antarctique sur 400.000 ans.
      Ceci prouve que quand il fait plus chaud le taux de CO² augmente, avec ou sans camions 4×4 et Boeing de pierre.
      Qu’il est donc ardu de décider si le CO² est une cause ou une conséquence du réchauffement.
      Un Nommé Ben Santer vient de reconnaitre une fraude sous la forme du caviardage du rapport du GIEC à ce sujet.

  19. Non la Terre n’est pas en danger. Je me méfie de cette façon de sacraliser la planète bleue pour en faire une nouvelle divinité dont les adorateurs viendront immoler les hérétiques émetteurs de CO² sur leurs autels transformés en puits de carbone, en touchant une bonne commission au passage (green business oblige).
    C’est nous, les hommes, qui sommes en danger, rongeurs jamais assouvis de toutes les ressources qui nous tombent sous les dents, bons apôtres du « après moi le déluge » et en attendant j’en profite pour me remplir les poches.
    Ce discours de monsieur Nicolas Sarkozy (désolé, je n’arrive pas à le désigner comme Président de la République Française), c’est pitoyable de grandiloquence boursoufflée nourrie au story-telling d’un marketing politique avilissant. Nos représentants sont tombés bien bas : ils ne pensent qu’à leur reflet dans les media et ils s’imaginent beaux car le miroir leur renvoie ce mensonge.
    Oh, ils ne se bousculaient guère au dernier forum mondial de la Faim organisée par la FAO ; pas comme à Copenhague. Il faut dire que quelques milliards d’êtres humains qui crèvent de faim, cela ne fait pas recette dans les media ; il y a des causes plus nobles, comme la qualité de l’air que nous respirons, la douceur de nos été, l’abondance et la saveur de nos pluies. Pas trop d’acidité s’il vous plait !
    Le consumérisme et la cupidité gouvernent le monde et ils viennent tous s’ériger en donneurs de leçons, en sauveurs de l’humanité : je veux bien faire le premier pas, mais à condition que ce soit le second.
    Grotesque !

  20. L’augmentation de la présence de C02 devrait être le cadet de nos soucis.
    Et l’économie verte, totale (en cours de construction), notre souci principal.
    S’agissant de la pollution, je rejoins complètement Fusijan et les adeptes de l’escargot.
    Certains savent déjà qu’en cas de trop fort taux de CO2 l’activité phytoplanctonique -l’autotrophie- augmenterait.
    Mais bon, je m’égare. Aux yeux des défenseurs de l’utopie de l’école de Chicago (dont la dernière représentation à Copenhague est d’une mièvrerie affligeante), je suis inadapté…
    Je devrais être apeuré, en HP, ou me droguer…
    Anarcho-autonome, embastillé…
    Et non.
    Je suis sur ce blog d’une qualité exceptionnelle à m’agiter le bulbe…
    Ressaisis-toi Pipas! T’es un winner!
    Plus fort qu’Al Gore: je jette ici la base d’une taxe sur le phytoplancton, envoyez la thune imbéciles de pauvres, j’éructe comme dix Sarkos sous amphets derrière un pupitre et hop, vous êtes convaincus.
    Ouf! J’ai bien cru un instant que j’allais rater ma vie.

    1. Sans amphétamines , j’avais lu et apprécié un bouquin de Michel Serres ( Rameaux ) qui après m’avoir entrainé sur des constellations où je n’étais plus très sûr de ne pas vaoir pris de substance étrange ( je me contente de côtes du Rhône St Joseph ) qui imaginait un concept qui répond en partie à une quesqtion de Moralès . Il s’agissait de donner àau vivant le statut de sujet ( et non pas d’objet ) de droit .

      Ce qui suppose des juges , des avocats , un tribunal , un ou des codes et donc des sanctions possibles et la force pour les exercer .

      Au titre des sanctions , il peut y avoir comme dans le droit qui nous est plus familier des niveaux différents : contraventions ( taxes ?) , délits ( peines correctionnelles =?) et crimes ( mise hors d’état de nuire , prison / ou deux dents en moins comme pour Berlusconi !).

      Dans la mesure où démocratie est pour moi synonyme de Droit ( au sens juridiue ) , je suis persuadé que le progrès passe par cette approche .Reste à savoir qui écrit le droit et dans quellles conditions .

    2. @Pipas
      Bon dieu mais c’est bien sur: les amphets! Je me suis toujours demandé comment le petit Nicolas pouvait être si énergique et puis à certains moments avoir l’air complètement pété. Je commence à comprendre…

      @Juan
      La proposition de Serres de faire de la nature un sujet de droit est violemment rejetée par la toute grosse majorité des juristes de l’environnement. En effet, jamais la nature ne parleras dans un prétoire ni même à son avocat. Alors, tous les escrocs du monde pourraient dire que la nature parle par leur bouche (bon, il y en a qui ont dit la même chose de Dieu mais c’est pas une raison). Les Hommes ont des devoirs vis-à-vis de la nature et cela peut être codifié dans du droit mais évitons l’anthropocentrisme qui ferait de la Nature un sujet (de droit ou d’autre chose).

  21. Une des maximes de La Rochefoucault qui est l’un de mes nombreux maîtres :

     » Il n’y a pas moins d’éloquence dans le ton de la voix , dans les yeux et dans l’air de la personne , que dans le choix des paroles « .

    C’est d’ailleurs bien pour ça que les avocats assurent leurs émoluements , et je m’étonne qu’aucun d’eux ne se soit exprimé sur le sujet de la vérité , de la réalité et des approches conflictuelles .

    Monsieur Verges , par exemple , qui doit associer la pensée occidentale et la pensée asiatique , aurait pu avancer sa vérité . Mais il est sans doute bien placé pour ne pas avoir de réponse .

    Pour les indiens , si on lit l’histoire de leur rencontre avec les conquistadors , on lit peut être l’histoire du conflit actuel entre la vie ( l’harmonie avec le monde et dans le monde ) et la  » croissance folle  » et ses vapeurs d’argent fou . C’est un peu aussi le conflit perpétuel entre investissement et fonctionnement . Moi qui ai été les deux ( indien -conquistador puis à nouveau indien ) j’en suis sorti avec la certitude que la seule balance pas trop dangereuse , était la démocratie dans laquelle nous ne sommes pas encore .

    Pour les Africains ( j’ai travaillé quatre ans en Algérie , au Gabon et je connais un peu le Sénégal ) , j’aimerais en savoir un peu plus sur l’allusion de Paul Jorion ( je ne sais pas si une allusion c’est symétrique ou asymétrique !)

    Pour Sarkozy ( et même Morales ) je dis aussi avec mon baron préféré:
     » Celui qui croit trouver en soi- même de quoi se passer de tout le monde se trompe fort ; mais celui qui croit qu’on ne peut pas se passer de lui se trompe encore davantage « .

    Il neige chez moi aussi , mais on a l’habitude , et la caisse des dépôts , par ses filiales alpestres investisseuses et gestionnaires des champs de neige , peut être rassurée . Sauf si tous les retraités partent en vacances dans le sahara .

    Bonne semaine ( ou que ce soit )!

  22. @ « blackhole » (18 décembre 2009 à 15:03)

    Votre post me trouble…

     » Cela fait +/ 30 ans que la température moyenne de la Terre se refroidit (et surtout ces 10 dernières années).  »

    A bon ? D’où sortez-vous cette affirmation ?

     » Le gaz a effet de serre le plus important (>85%) est la vapeur d’eau.  »

    Certes, mais encore ?

     » Le CO2 n’est pas un gaz polluant (les plantes l’utilisent pour la photosynthèse, nous en produisons en respirant, …)  »

    Oui, mais ce n’est pas la nature du gaz qui pose problème, mais sa concentration dans l’atmosphère. Non polluant ne veut pas dire anodin. Au delà d’un certain taux, c’est un gaz mortel. Et, accessoirement, le 2ième gaz à effet de serre après H2O.

     » Les carottes de glaces extraites dans l’Antarctique et l’Arctique montrent qu’au cours de l’Histoire (je parle en milliers et en millions d’années) la concentration de l’air en CO2 était corrélée avec la température moyenne de la Terre (avec un léger retard, quelques dizaines d’années; l’augmentation du taux de CO2 étant donc la cause du réchauffement).  »

    Diantre, une précision de quelques dizaines d’années sur des études de paléoclimat ! Ca me paraît surréaliste !
    Mais vous confirmez que le CO2 participe donc à l’élévation de la température moyenne.
    A propos, les même carottes nous apprennent aussi que pour retrouver des concentrations atmosphériques en CO2 identiques à celles que nous connaissons, nous devons remonter le temps de 800 000 ans (+ récent) ou 15 millions d’années.

     » L’activité solaire a toujours été le principal moteur du climat sur Terre (rappel, le soleil=99% de la masse du système solaire)  »

    Principal moteur me semble largement exagéré, les relations entre climat et activité solaire semblent bien plus complexes.
    Et l’argument solaire, ça fait très climato-septique de base…

     » La Terre a toujours connu des )hases de réchauffement et de refroidissement (rappel, Groenland=pays vert) »

    Oui, mais c’est l’aspect anthropique (via les émissions de CO2, entre autres) du réchauffement qui inquiète…

     » Le Giec est constitué de scientifiques, de politiques, de lobbyistes (moins d’un quart de ses membres sont des scientifiques liés aux sciences climatiques).  »

    Idem pour les climato-septiques, vous savez…

     » Tous les climatologues qui ne suivait pas le courant de pensée pré-défini ont été ‘gentiment’ poussés dehors…
    Etc,….chercher l’erreur…
    Dans ce cas cherchons le mobile.
    Culpabilisation du peuple
    Affaiblissement des pays en voix de développement et main mise sur les richesses du monde par les plus puissants
    Création d’un marché et d’une bourse du carbone (nouvelle bulle en perspective…), projet de longue date mené par Al Gore futur premier milliardaire du CO2
    Taxes carbone en tous genres à venir pour le bon peuple
    Etc…  »

    Il y en a aussi pour se satisfaire de la fonte de l’Arctique…
    Ce n’est pas parce que certains espèrent naïvement tirer profit de la catastrophe à venir qu’il faut nécessairement y voir une conspiration capitaliste…

    Cordialement.

    1. Une très bonne réponse, pour ma part, j’y avais renoncé par fainéantise et par lassitude… Pas bien. Merci donc de vous y être collé.

      Une image utilisée par JM JANCOVICI sur le réchauffement climatique me semble assez parlante. Le fait que des variations de températures ont déjà eu lieu sur Terre est avéré, cependant, ces variations ont été inscrites sur des périodes assez longues. En ce moment, nous avons affaire à un phénomène beaucoup plus rapide.

      L’image qu’il utilise est celle-ci : lorsqu’on arrive face à un mur en voiture lancé à 200km/h on a 2 choix : freiner jusqu’à s’arrêter avant le mur ou continuer et s’arrêter sur le mur. Dans les 2 cas, l’énergie libérée est la même mais on voit bien que dans le second cas, les effets de cette libération d’énergie sont « un peu » plus dévastateurs.
      Il semble qu’à Copenhage, nos dirigeants (je n’ose plus les appeler nos représentants…) aient décidé d’accélérer…

    2. @ Vincent WALLON (20 décembre 2009 à 11:42)

       » Une très bonne réponse, pour ma part, j’y avais renoncé par fainéantise et par lassitude… Pas bien. Merci donc de vous y être collé.  »

      Merci 😉

       » Une image utilisée par JM JANCOVICI sur le réchauffement climatique me semble assez parlante. Le fait que des variations de températures ont déjà eu lieu sur Terre est avéré, cependant, ces variations ont été inscrites sur des périodes assez longues. En ce moment, nous avons affaire à un phénomène beaucoup plus rapide.  »

      C’est un point essentiel, en effet, j’ai omis d’en parler.
      Cette rapidité va mettre la tolérance des écosystèmes à très rude épreuve…

  23. Entierement d’accord avec ce qu’à écrit blackhole un peu plus haut. Le climat changera de toute façon, mais ce n’est pas le plus inquiètant. On aurait pu commencer à se mobiliser pour les gens qui meurent de faim partout dans le monde. Ensuite réfléchir aux conséquences de la pollution nucléaire, avec nos centrales Françaises « propres » qui rejettent en une année la totalité de la radioactivité de l’ensemble des essais nucléaires militaires.
    Il y a aussi le problème gravissime de la mort biologique des sols en France, ou l’exploitation industrielle des sols par une majoritée des agriculteurs (pousses à ça) à tué 90% de la biomasse.
    les produits chimiques qui sont responsables de centaines de milliers de cancers par an :
    http://french-revolution-2.blog.fr/2009/09/10/cancer-la-catastrophe-partie-1-etat-des-lieux-6895783/
    http://french-revolution-2.blog.fr/2009/10/23/cancer-la-catastrophe-partie-2-pesticides-sur-l-occident-7189183/

    Tout cela est bien plus préocuppant que le CO2, qui m’apparait de plus en plus comme la future mise en place d’une taxe sur le droit à respirer.
    Les associations écologistes sont tombées dans le panneau, trop heureuses de mobiliser les gens sur une cause écologique qui semble rassembler pas mal les gens.

    Quand à notre Président, le plus utile qu’il puisse faire est d’installer des éoliennes autour de lui, parce qu’avec tout le vent qu’il brasse, ça pourrait être rentable.

  24. Appel à tous :

    Je crois me rappeler que François Miterrand a prononcé un discours devant, il me semble, les « nations unies » qui a fait un choc et un flop car il disait, de mémoire, que l’humanité allait dans le mur.
    Ce discours semble avoir été complètement étouffé et il serait peut-être utile de savoir pourquoi.

    Je ne suis pas franchement proche de ce politicien avocat, mais… A l’époque, cela avait créé un choc qui n’est peut-être pas sans raison.

    Peut-être serait-il intéressant de ressortir cette vieillerie montrant que les données générales étaient tout de même accessibles, même à cette époque.

    1. Malheureusement,
      les serfs qui ont compris seront toujours anéantis par les serfs armés (mais n’ayant rien compris).

      Ainsi, tout ira bien dans le meilleur des mondes.

  25. Cher Paul,
    J’espère que vous ne deviendrez pas le Bossuet du sarkozysme !
    Qui n’a pas encore reconnu le serpent et sa langue fourchue apte seulement à repérer les vibrations de son environnement immédiat et l’instantanéité et la fugacité de celui-ci. Un discours serait-il donc la preuve d’une volonté à long terme ? Prenez du champ avant de tresser des lauriers.
    N’oubliez pas qu’aujourd’hui « l’écologie » est constituée pour une bonne part de « bobos » en mal d’être et donc de différenciation : chaque époque a généré son genre qui doit être repéré sous peine de glissades incontrôlées. Or aujourd’hui il s’agit pour Sarkozy de récupérer les voix de ces instables pour les prochaines régionales.

  26. malgré ma promesse de vous laisser tranquilles avec mes lubies, je n’arrive pas à me retenir de vous faire lire un petit article de wiki sur mon sujet de la journée :

    János Bihari
    János Bihari est un violoniste tsigane né à Veľké Blahovo (en slovaque, ou Nagyabony en hongrois) (près de Bratislava, alors Presbourg ou Pozsony) le 21 octobre 1764 et mort à Budapest le 26 avril 1827.
    Il était gendre de Simon Banyak, virtuose du cymbalum, et fils de violoniste. János Bihari a été le plus illustre violoniste de son temps, « un génie exclusivement instinctif, qui ne connaissait pas les notes »[1]. En 1801, il fonda à Pest un orchestre de cinq musiciens (cordes et cymbalum), dont le répertoire était surtout fondé sur l’improvisation. Il connut alors une renommée croissante, et bientôt il fut introduit dans les milieux les plus aisés. Son violon et son orchestre jouaient non seulement chez les nobles magyars, mais aussi lors des bals de la cour. Il effaça de ce fait les préjugés attachés à ses origines et à sa musique. Au faîte de son succès, il put vivre sans gêne: vêtements coûteux, domestiques et hôtels de luxe. Nombre de musiciens tziganes le reconnaissent comme le fondateur de cette musique, au point parfois de prétendre se compter parmi ses descendants.
    Il se produisit devant Franz Liszt ou Beethoven, qui utilisèrent ses mélodies dans leurs propres œuvres. Il participa également à nombre de cérémonies officielles : couronnement de l’impératrice Marie-Louise, reine de Hongrie, congrès de Vienne en 1814 devant un parterre de souverains et d’ambassadeurs, ou en 1820 pour l’empereur d’Autriche François II.
    À partir de 1823, sa carrière a lentement décliné. En 1824, une chute de cheval lui brisa le bras gauche. Quoiqu’il continuât à jouer, sa vie de virtuose avait pris fin et il termina sa vie dans la misère.
    Il nous reste 84 airs de János Bihari, transcrits par des contemporains, principalement des romances, des musiques de danse et surtout des verbunkos.
    On prétend, sans preuve, qu’il était l’auteur de la Marche de Rákóczy, que Berlioz utilisa dans La Damnation de Faust, et Liszt dans une Rhapsodie hongroise. D’autres sources[2] indiquent que ce morceau fut composé par Mihály Barna en 1705.

  27. Ce discours a de l’allure, certes… (encore qu’il y aurait pas mal à redire sur la très peu délicate manière, presque choquante, dont use N.Sarkozy pour « faire la morale » au reste du Monde.)

    Mais sur le fond?

    Pense-t-il vraiment arriver à un quelconque résultat, quand on voit que personne n’a la stature pour seulement introduire et faire aboutir, au niveau européen, une minuscule taxe sur les transactions?
    Que personne , à part (peut-être) les Chinois, ne semble songer à interdire les paris sur « futures », les pures et simples spéculations sur les denrées alimentaires?

    Quel pouvoir ont, réellement, nos politiques pour introduire quoi que ce soit qui déplaise aux banquiers (centraux et autres)?

    C’est du brassage de vent, à quoi nous commençons, hélas à être tellement habitués…(« La maison brûle, et nous regardons ailleurs »…vous vous souvenez?).

  28. En tous cas les chinois disent m…( en chinois , je ne sais pas si ça se dessine ) à Morales , au moins à ses questions 1 et 5 ( surtout 5 d’ailleurs ) .

  29. Un blog où l’on apprend beaucoup de choses, notamment sur la façon de penser des économistes en cours. Personne ne connait mieux la signification de la dette que Steve Keen, dit Nathan (cf nathan’s economical edge).

    Ou l’on apprend aussi que Bernanke n’est pas un bon spécialiste de la crise de 1929.

    http://www.debtdeflation.com/blogs/

  30. bonjour
    Un discours unique quand bien même exceptionnel peut-il cacher une pensée politique et idéologique revendiquée libérale à fond, appliquée jamais trahie proclamant et oeuvrant pour le productivisme et l’individualisme?!!!

    Personnellement je me fie plutôt aux actes et surtout à leur enchainement et coherence pour tenter déceler l’objectif « réel » poursuivi. Et je me méfie de la communication notamment moderne et des stratagèmes des politiques mais également des décideurs pour dresser des écrans de fumée ( c’est maintenant un sport maitrisé joué et rejoué par les élites) afin de continuer à oeuvrer en douce et en général distiller méfaits et coup durs aux moins bien lotis mais privilèges et avantages pour les copains, clients, courtisans et autres faux élus……

    Mais une grande promesse est dans la question fondamentale posée : quelle économie de marché ? le capitalisme est-il réellement conciliable avec la démocratie vraie ou évoluée (i.e éthique, juste, politiquement et socialement forte et souveraine (par exemple sans « chapelle » émancipée combien même s’agit-il du monde financer, et bien sûr assurant une véritable redistribution des richesses.. ). De même le libéralisme est-il conciliable avec une démocratie évoluée? cependant avant de pouvoir commencer de réponde à ces questions, le concept ou système de démocratie vraie ou évoluée doit être précisé et bien établi. Car de mon point de vue il faut d’abord identifier des alternatives politiques aux systèmes libéralisés actuels établis/ancrés dans les économies « avancées ». Et un système démocratique revu, complété et bien reconstitué permettrait une alternative séduisante…..voilà un début de promesse ?

  31. A regarder les derniers « Grand Journal » de Canal on constate que l’opération conquête des électeurs verts par notre Président était préparée, orchestrée au millimètre.
    Après le gros rouge qui tache (et même trop) pour conquérir le bleu foncé, on change de mue.
    Denisot « invité » à l’Elysée et le lendemain Arnaud Lagardère vient chez Denisot à Canal et attend la sentence de l’AMF tout sourire comme s’il avait déjà eu vent du résultat. Hasard du calendrier sans doute.
    Je savais bien que Canal n’avait plus les coudées aussi franches qu’à sa création mais leur antenne était ouverte à différentes personnalités et ce moment de 7h15 à 7h45 était une pause gaie et enjouée en fin de journée.
    Ce soir j’ai craqué et pressé sur le bouton off après avoir entendu quelques réparties d’un Duhamel triomphant de certitudes, voir arrogant.
    Il me semble qu’en 2° partie il devait être question du film « le Petit Nicolas » toujours par hasard, trop c’est trop.
    Au sujet du grand Nicolas, seuls comptent les actes et encore plus les résultats sur le moyen/long terme comme la taxation éphémère des bonus des traders (je me marre) et les indemnités AT décrétées imposables définitivement. Sur ce je vais me coucher dans ma niche qui n’est pas fiscale.

  32. merci à Paul, à tous, ….
    et aussi , un grand merci à Lisztfr pour son lien « Pour ceux qui n’ont ni XP, ni le dernier flash player (10) »

  33. A propos du discours de M. Sarkozy, vous avez raison sur un point : ce type a vraiment besoin d’une psychanalyse. Mais alors bien musclée. Bon courage au toubib qui se dévouera…

    Comme d’habitude, il prend un ton péremptoire, voire accusateur : Qui osera ? Qui osera ? Qui osera ? (allez, encore une fois Nicolas, on n’a pas bien compris !), qui osera me contredire sur un sujet que personne ne peut contester : évidemment que tout le monde souhaite qu’un accord se dégage, mais peut-être pas à n’importe quel prix… et surtout pas pour qu’un type aussi ambitieux puisse en tirer le bénéfice politique… De plus, il ne faut pas oublier qu’il a tout intérêt à faire baisser les émissions de gaz carbonique, les centrales thermiques devront fermer ce qui lui permettra de fourguer davantage de centrales nucléaires (le copain Bouygues pointe son nez) qui sous l’angle du réchauffement climatique sont considérées comme non polluantes… cette bonne blague !

    Le maître du monde connu a vraiment un style pitoyable, pétri d’arrogance et de mépris envers son auditoire. Malheureusement, ceci ne se limite pas aux discours, mais imprègne son action politique.

    Comme d’habitude, il me file la nausée. C’est le genre de type qui vous donne envie d’une bonne grosse apocalypse, au moins on ne l’entendrait plus l’ouvrir, quel bonheur !

    Vous ne vous souvenez pas de ses discours enflammés sur la nécessaire augmentation du pouvoir d’achat des français, ou encore plus croustillant, ses exhortations à l’accession à la propriété par le biais de l’endettement et du crédit hypothécaire (c’était en septembre 2006), les banques qui refusaient des prêts immobiliers aux ménages les plus modestes étaient alors mises au pilori pour entrave à la liberté d’emprunter… En gros, il faisait l’apologie du système qui a mis l’économie mondiale à genoux !

    Quel visionnaire !

    Je vous en supplie, sur ce blog qui par ailleurs respire l’intelligence, ne vous sentez surtout pas obligé de lui tresser des lauriers…

    1. « Je vous en supplie, sur ce blog qui par ailleurs respire l’intelligence, ne vous sentez surtout pas obligé de lui tresser des lauriers… »

      Comme on dit; « +1″…

    2. Ne pas oublier que derrière un homme il y a un système, des intérêts partagés qui ne corrrespondent pas obligatoirement à l’intérêt général mon maréchal.

    3. On va mettre ça sur le compte d’une bienveillance naturelle chez Paul, ainsi que de son manque d’habitude de la politique « à la française » et de son « nouveau » champion, N. Sarkosy.

      Mr Sarkosy est tout de même le type qui a réussi en 2007 à se faire élire en tant que « candidat de la rupture » après avoir participé à tous les gouvernements depuis 2002… Une fois qu’on a observé ça, on est tenté de penser que le moindre mot qui sorte de sa bouche soit sujet à caution. Et en matière de palabres sans conséquences, les exemples ne manquent pas à son sujet, comme vous le rappelez.

      A propos de vessies qu’on fasse passer pour des lanternes, ma faveur reste quand même au magistral « travailler plus pour gagner plus », suivi presque dans la foulée d’un allègement fiscal des tranches imposables les plus hautes. Et ce qui est formidable, c’est que ça passe « comme une lettre à la poste », pour ainsi dire, avec une régularité impressionnante.

      Je n’ai même pas fait l’effort de prendre connaissance du discours mis en lumière dans ce billet, mais tout ce que je peux dire, c’est que ce matin, tandis que les chroniqueurs s’accordent à dire que le sommet de Copenhague est un échec, N. Sarkosy se félicite pour sa part qu’on ait abouti à un accord… Puisqu’il vous le dit!

  34. Les dinosaures serait morts d’un exces de flatulences ! Broutant innocemment les forêts du primaire, ils ne se rendaient pas compte qu’ils broutaient leur propre mort. Aujourd’hui nous sommes 6 milliards et nous flatulons sans vergogne, que celui qui n’a pas pas flatulé me jette la premiere pierre. Je crains que malgré tous nos efforts, les gaz à effet de décès nous emportent bientôt aux limbes dinosauriennes.

  35. Bonjour,

    Un message qui est resté sans écho : http://www.pauljorion.com/blog/?p=5931#comment-45306

    J’y reviens.

    Certains ici essaient d’avoir un avis objectif sur leur monde sans recourir à l’idée de lobbies et autres tireurs de ficelles, sans parler d’une élite mondiale (au moins occidentale) et bienveillante. Or il s’avère que ça peut aider, même si au final l’hypothèse est fausse !

    Les personnes qui sont responsables de la vie et de la survie de l’humanité, ou qui s’en sentent responsables, n’attendent pas, ne peuvent attendre la survenue de crises pour agir. Que l’on envisage simplement une crise économique ou une crise écologique, ou plus généralement une crise de civilisation, il y a toujours une possibilité de l’envisager avant qu’elle n’apparaisse ou en tous cas de la détecter dès les premiers signes.

    Concernant la crise actuelle (chacun y accolera l’adjectif qu’il veut : économique, climatique, écologique ou de civilisation), ce travail a été fait et des mesures ont été prises, « ils » ont donc au moins un coup d’avance :

    Le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine.

    C’est le coup d’avance. Il répond à toutes les exigences nées de l’apparition des crises économique, sociales et environnementales. L’analyse de cette affirmation peut prendre du temps mais elle présente l’avantage de n’apporter que des confirmations : ça aide !

    Dans quel but ?

    Pour préserver l’industriosité : personne n’a encore trouvé mieux !!! Et personne ne veut chercher mieux !!! Et puisque personne n’a de meilleure solution à proposer il faut absolument maintenir le système : la croissance, la surconsommation ne pourront dans l’avenir sauver l’industriosité que si elles trouvent de nouveaux terrains de jeu. Un terrain de jeu c’est ce que beaucoup nomment la croissance verte : c’est un gros rebond économique en perspective ET l’assurance du maintien des barrières entre grandes puissances ou entre groupes de grandes puissances. C’est donc une garantie économique et politique de maintien de l’industriosité. On peut considérer qu’il n’y a rien de mal à tout ça si l’on pense qu' »ils » sont bienveillants, qu' »ils » agissent pour le bien de l’humanité en estimant ne pouvoir laisser l’homme livré à lui-même.

    Alors oui, vu comme ça (« retour » à la « réalité »), le discours de HG, le nègre* de NS, est un bon discours : il y a des pauvres (ô les pov !) à qui il faut donner plein de sousous afin qu’ils puissent continuer à survivre (ie produire nos produits de base et consommer nos excréments, pardon, nos déchets, nos surplus quoi), il y a des anciens pauvres qui risquent de nous polluer l’atmosphère et de nous empêcher de consommer en rond, etc., et il y a bien évidemment les sempiternelles promesses absolument indispensables à tout bon discours qui se respecte. Bref, tout y était, un ben bô discours.

    Il y donc cette proposition : http://www.viande.info/

    Outre les avantages pratiques, techniques décrits sur ce site, il y a des conséquences humaines énormes. Pour résumer : la probabilité pour que l’homme déplace son centre d’intérêt de son estomac à son coeur est forte, très forte, les conséquences sur l’économie et la politique en découlant naturellement.

    La démarche est aisée, économique, qualitative (gustative), écologique, humaine, et elle peut rapporter gros. Très gros.

    Sauf à préférer ne rien changer en espérant que ça change !

    Bien à vous, Bonnes Fêtes, Bonne dinde** (:))

    * Nègre est ici à prendre au sens littéraire : écrivain qui n’est pas bien entré dans l’histoire.
    ** Une dose de vaccin et d’hormones est fournie avec chaque dinde : quelle farce !

    1. juan nessy,

      Humour quand tu nous tiens ! Mais avez-vous signé la pétition ? Et avez-vous pris le temps de vous promener sur le site ? Et surtout avez-vous essayé d’envisager les conséquences multiples en cas de réduction effective de la production de viande ?

      Je vous assure, c’est du lourd ! Certaines mesures économiques proposées ici et là peuvent suivant le cas avoir plus ou moins de conséquences sur la vie du citoyen, mais elles ne l’associent pas à la démarche. Pensez s’il vous plaît aux conséquences pour l’homme, le citoyen du monde, de telles mesures économiques, et je serais par la suite ravi de pouvoir avec vous envisager si l’on ne retrouve pas ces mêmes conséquences dans la proposition de réduction effective de la production de viande, démarche citoyenne s’il en est. La révolte intérieure de chacun de par le monde, cette crise de civilisation qui essaye d’émerger mais est constamment masquée soit par l’économie, soit par l’écologie, soit par un conflit ou une pandémie, doit pouvoir s’extérioriser. D’autres conséquences se cachent derrière cette proposition : écologiques, climatiques (que les conclusions du GIEC soient fondées ou pas), économiques, sociales…et humaines. L’humanité s’en trouvera grandie et offrira ainsi, je l’espère, à l’homme la possibilité de croire en lui.

      « Sauf à préférer ne rien changer en espérant que ça change ! »

      Bien à vous et à simplesanstete (qui lui a signé : heureux le simple sans tête… !)

      PS : je n’ai absolument aucun lien avec le site en question, je n’ai absolument rien à y gagner ne faisant pas partie du groupe.

  36. On reconnaît l’avocat et acteur N. Sarkozy. Il hait les idées écologistes, mais son parti a besoin de rabattre ceux qui seraient tenter de voter écolo aux élections régionales en France en mars prochain.

  37. Toujours plus, toujours plus!!!

    Dans le discours de Sarkozy il n’y a rien seulement le constat d’un échec et comme il le dit seulement un accord sur des perspectives d’objectifs.
    Sur les 192 présidents, il en est resté 39 selon les médias pour rédiger cet accord qui est la façade de rien.
    Chaque pays fera donc ce qu’il lui semble bon. Il y aurait un échéancier de travail en janvier pour que chaque pays définisse ses objectifs concrets pour ne pas dépasser 2°c de réchauffement.
    C’est donc un simulacre d’accord.
    Tout continue comme avant avec toujours plus de consommation de ressources. Toujours plus toujours plus voilà le leit-motiv qui n’est pas dit.
    Ce discours et ce « sommet » de Copenhague entérine la mort des jardins de la planète.
    Je suis très pessismiste en entendant nos piètres politiciens qui prennent leurs semblables pour des enfants idiots.
    Ce monde là n’a pas d’avenir, que de violences, de guerres et de souffrances.

  38. Ce qui me fait plaisir en écoutant Paul Jorion c’est qu’il parle aussi d’autre chose que d’économie, contrairement à ceux qui s’adonnent à l’illusion que l’économie est une science. Elle ne l’est pas. Il suffit, par exemple, d’opposer Schumpeter à Keynes – il s’agit de deux approches philosophiques du monde et qui n’ont vraiment rien de scientifique. J’espère que Paul Jorion est un précurseur pour les générations futures qui auront la sagesse d’observer l’économie sous une angle pluridimensionnel.

  39. @blackhole ybabel tartar the last et autres sceptiques du changement climatique

    A vous lire, je comprends mieux le titre du film d’Al Gore. Le changement climatique est une vérité qui vous dérange. Etre pour ou contre la taxe carbone est un choix politique, ca ne remet pas en question des faits.

    Je réponds à quelques uns de vos arguments « pseudo scientifiques ». Je me permets d’employer ce terme car vous sélectionnez des faits (établis) pour valider une conclusion que vous connaissiez avant de vous pencher sur la question.

    « On nous propose une fausse solution a un faux problème. Les vrais problèmes sont ailleurs, et on en parle pas : pesticides, engrais, métaux lourds, bisphénol 1, phtalates »
    → le fait que la taxe carbone puisse être une fausse solution n’implique pas que la question du climat soit un faux problème
    → les problèmes que vous citez engagent infiniment moins les générations futures qu’un dérèglement climatique

    « … la quantité de CO2 ne représente qu’un très faible pourcentage (0,3% de mémoire) de l’atmosphère. »
    Le pourcentage de CO2 est plutôt de 0,04%. Certes, c’est faible en valeur absolue, mais sans cette contribution du CO2 la Terre serait 33° plus froide (en moyenne) qu’elle ne l’est aujourd’hui. Il n’est donc pas étonnant qu’une variation de 30% de cette concentration puisse entrainer une augmentation très significative des températures.

    « A tout miser sur le réchauffement ne néglige t-on pas d’autres problêmes environnementaux plus urgents ? »
    C’est intéressant de semer le doute mais quels sont ces problèmes environnementaux plus urgents ?

    « … Qu’il est donc ardu de décider si le CO² est une cause ou une conséquence du réchauffement. »
    Blob a déjà répondu à cette question dans un post. La théorie admise aujourd’hui est qu’une augmentation de température moyenne augmente la quantité de C02 dans l’atmosphère (car le C02 se dissout alors moins bien dans l’océan). L’augmentation de CO2 va a son tour augmenter la température, et ainsi de suite. C’est un phénomène qui s’auto-renforce, jusqu’à atteindre un pallier de stabilité. C’est ainsi que le climat a basculé d’ères glacières à des ères interglacières (chaudes, comme aujourd’hui), et inversement.

    « En admettant que le réchauffement climatique soit avéré,les conséquences seraient elles aussi catastrophiques qu’on le dit? »
    Personne ne peut prédire avec une certitude absolue les conséquences d’un réchauffement de la planète, mais est-il utile de prendre le risque (immense) de vérifier expérimentalement et en grandeur réelle l’existence de ces risques ? Défendez-vous l’idée qu’il faille ne pas arrêter de fumer sous prétexte que nous ne serions pas sûrs d’en mourir ?

    « il est fort probable que l’activité solaire ait une influence très importante sur la température moyenne de la terre »
    C’est non seulement probable mais évident ! Mais cela ne prouve en rien que les émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine ne contribuent pas de manière significative et prépondérante au réchauffement que nous observons (contrairement à Blackhole qui affirme de manière surréaliste que la température moyenne ne cesse de chuter depuis 30 ans !).

    Ce que je ne comprends pas en lisant toutes ces contributions, c’est cet acharnement de la part de personnes peu compétentes en la matière, à vouloir semer le doute dans les esprits ?

    1. c’est parce qu’il vous manque beaucoup trop d’informations pour comprendre. De plus, vous ne semblez pas véritablement écouter nos arguments. Vous reprenez juste les points mal expliqués par manque de temps ou par manque de motivation pour ensuite presque vous « offusquer » qu’on n’adhère pas à cette (plus ou moins) grossière supercherie.
      Donc, renseignez vous sur les effets nocifs des polluants (j’en ai cité plusieurs, mais pas tous) et sur l’ampleur des dégâts. Renseignez vous sur l’influence humaine sur le climat et surtout sur les cycles climatiques et les influence « non humaines ». Renseignez vous sur les chantres du réchauffisme et leurs motivations.
      Et si vous voulez toujours nous considérer comme des personnes dangereuses, et bien, contactez Al Gore, dites lui que vous voulez monter une police de la pensée et avoir les moyens de créer une milice dans différents pays pour chasser les dangereux terroristes de la pensée. Comme ca vous dormirez mieux et vous n’aurez plus de doutes.
      Tant mieux si vous doutez et si d’autres doutent ! Moi aussi je doute, et ca ne m’empêche pas de vivre.
      On se retrouvera peut-être un jour au pays de Voltaire .. qui sait …

    2. Pour compléter,
      Al Gore a fait son show Hollywoodien (La Vérité qui dérange) et a même récolté un Nobel de la paix (prix que l’on délivre dorénavant comme affiche publicitaire) alors que ce monsieur a un mode de vie CO2ien productif et est à l’origine de la mise en place des bourses et marchés du carbone dans lesquels ses intérêts personnels sont immenses.
      Rassurez vous en France il y a aussi Les N. Hulot et Y.A. Bertrand etc mais remontez à la source pour vérifier qui finance ces personnes.
      Aussi, je vous propose donc un autre film ‘The great global warming swindle’ (facile a trouver sur le net) beaucoup moins médiatisé bien sûr.
      Pour terminer, je vous conseille le livre de Naomi Klein « la stratégie du choc »; cela permet de sortir la tête du guidon.

    3. Des faits, parlons en, oui:

      Al Gore est co-fondateur d’un fond d’investissement auquel on peut dans un premier temps reconnaître le mérite de prôner une stratégie d’investissements de long terme, mais aussi auquel on peut reprocher dans un second temps son soutien à des mesures telles que la taxe-carbone et sa marchandisation, ou la promotion des agro-carburants.

      http://www.generationim.com/strategy/climate.html
      http://www.kpcb.com/initiatives/greentech/index.html
      http://www.kpcb.com/portfolio/portfolio.php?greentech

      Déjà, à moins que mes notions de chimie organique soient complètement obsolètes, un agro-carburant est tout autant composé de chaînes carbonées que le bon vieux pétrole. Et par conséquent sa combustion est tout aussi émettrice de CO2 que celle d’un combustible fossile classique.

      Ensuite, la production des agro-carburants est à l’origine de la spéculation sur le marché des matières premières, notamment des céréales et autres oléagineux. Sans compter que les terres employées à cette production ne sont par définition pas destinées à nourrir les populations… Deux bonnes raisons de générer des famines de manière tout à fait artificielle.

      Enfin, le « marché carbone » a déjà commencé de produire des effets aberrants, tels que ceux observés chez Arcelor-Mittal:

      http://eco.rue89.com/2009/05/25/bourse-carbone-arcelormittal-pollueur-tres-bien-paye

      Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, un tel panorama ne m’incline pas particulièrement à considérer le discours d’Al Gore comme particulièrement pertinent ou éclairé. C’est juste la parole d’un type qui, comme tant d’autres, défend ses propres intérêts.

      Des faits, rien que des faits:

      1. La relation entre activités humaines et réchauffement climatique n’est pas clairement établie.
      2. La relation entre CO2 et réchauffement climatique n’est pas clairement établie (comme vous le rappelez, le point de départ de la boucle de rétroaction du cycle du carbone n’est pas défini avec certitude).

      (1 et 2 se justifient par l’existence même du GIEC. Si les choses étaient parfaitement claires, cet organisme n’aurait pas de raison d’être).

      3. La contribution du CO2 à l’effet de serre est tout à fait négligeable si l’on considère d’autres gaz tels que le méthane ou les gaz fluorés (CFC et autres) qui eux n’apparaissent pas dans la discussion.

      4. Le réchauffement climatique « pourrait » tout à fait être un faux problème: Plusieurs études géologiques qui se recoupent évoquent des périodes de l’histoire terrestre plus chaudes qu’aujourd’hui. On parle notamment d’une période nommée « optimum climatique médiéval », pendant laquelle la température moyenne estimée est de 1°C supérieure à la période actuelle. (en voici une, estampillée FAO: http://www.fao.org/docrep/v5240f/v5240f05.htm )

      5. Le procès en incompétence ne saurait constituer un argument suffisant dès lors que les interventions sont argumentées et documentées.

    4. @ybabel
      Ce n’est pas vous que je trouve dangereux, c’est le risque de l’inaction. D’autant que comme le fait remarquer Auspitz, réduire la consommation de combustibles fossiles aurait bien d’autres bénéfices pour l’environnement, la santé, la dépendance énergétique etc …
      Supercherie : libre à vous de le penser, mais vos arguments sont ne nature politique, pas scientifique.

      @blackhole
      Comme vous je dépore les discours de YAB et de Hulot qui ne font pas le lien entre capitalisme et pb environementaux. Ils pensent possible de concilier capitalisme et respect de l’environnement, je suis pour ma part convaincu qu’il faut inventer un nouveau système.
      Mais contrairement à vous ils remettent pas en question le diagnostic établi par la communauté scientifique : le réchauffement est avéré, et il est d’origine anthropique.
      Quand au film ‘The great global warming swindle’, je le connais il ne vaut pas un clou. C’est une source d'(des)information partisane et en ce qui me concerne, pas convaincante. Dans le genre je trouve les objections soulevées par Courtillot nettement plus fines, même si in fine elles ne résistent pas à la l’analyse.

    5. Ou m’avez vous prôner l’inaction ? Visiblement vous êtes coincés dans « TINA » pour en déduire ça.
      La taxe/marché carbone EST l’inaction masquée derrière le paravent de la bonne conscience. Cet une mesure qui sera aisément contournée et qui de toute manière n’est censée agir que sur la surface du problème, pas sur les causes profondes. Donc, ca ne peut rien changer du tout. C’est d’une telle évidence que je ne pas croire que « la haut » ils ne le sachent pas. D’ou le qualificatif de supercherie qui peut vous paraître excessif.

    6. « Ce que je ne comprends pas en lisant toutes ces contributions, c’est cet acharnement de la part de personnes peu compétentes en la matière, à vouloir semer le doute dans les esprits ? »

      A ce stade un peu d’étymologie ne fera de mal à personne :

      COMPETENT,

      du latin cum : avec et petare : …

      Une excès de personnes compétentes qui s’acharneraient en la matière augmenterait sensiblement la production de gaz à effet de serre.

      Plus sérieusement : http://www.pauljorion.com/blog/?p=5982#comment-45516

      C’est une des caractéristiques de l’identité nationale, quelle que soit la nation considérée : on voit la poussière que l’autre a dans l’oeil mais on n’est pas capable de voir la poutre que l’on a soi-même dans l’oeil. Regardez la Birmanie, la Corée du nord, l’Italie : nous avons sur ces pays un discours tout à fait critique où il est question à un moment ou un autre de manipulation de la masse par une minorité…chose impensable chez nous, puisque nous avons l’intelligence…

      Malheureusement ça semble sans fin, une élite pouvant en cacher une autre ! Les intellectuels attirent l’attention sur des réflexions qu’il est quasi impossible de leur faire imaginer qu’elles puissent être secondaires…puisqu’ils en parlent entre eux : je vous le disais, c’est sans fin !

      Allez courage, on l’aura cette satanée crise économique !

    7. @Fab

      Je suis d’accord avec l’essentiel de votre argumentation concernant le maintien de la surconsommation, la croissance verte, la bienveillance intéressée, … mais il y a quand même un point qui me pose problème.

      Si je comprends bien, certaines personnes, nombreuses sur ce blog remettent en question la réalité même du changement climatique parce qu’ils sont en désaccord avec l’exploitation politique qui en est faite.
      Plutôt que de batailler sur des faits AVERES qui n’arrangent pas les vues de certains, je suggère pour plus de crédibilité et de poids de proposer des solutions alternatives.
      Je vous cite, en tronquant :
      « Le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine. C’est le coup d’avance. …
      Dans quel but ? Pour préserver l’industriosité : personne n’a encore trouvé mieux !!! »

      En quoi le changement climatique est-il un bon prétexte pour préserver l’industriosité ? En rien ! Entre la croissance verte voulue par certains et la solution de la décroissance, ou tout simplement la construction d’une nouvelle société plus sobre, plus humaine et socialement juste, il y a de multiples réponses possibles à cette crise. Il est beaucoup plus judicieux de critiquer les entreprises « vertes » qui se goinfrent sur le dos des populations, de montrer les travers du système comme Paul le fait si bien, plutôt que de critiquer le travail de scientifiques dont les conclusions souffrent de peu de contestations (crédibles).
      Bien au contraire, il faut acter les problèmes (environnementaux et autres), pour proposer de vraies solutions qui passent nécessairement par la remise en cause du système. Je ne vois pas en quoi nier les problèmes peut aider en quoi que ce soit.
      Suis je complètement naïf ou vous trompez vous de cible ?

    8. lemar,

      Merci de votre réponse.

      Le médicament peut être bon mais que vaut-il si l’on se trompe de malade…

      Il est tout à fait possible que ce que disent les experts soit juste, que l’on réduise nos émissions de gaz à effet de serre qui polluent notre habitat est une bonne chose. Mais ce n’est pas la planète qui est malade. C’est l’homme.

      C’est une image mais, ne constatez-vous pas qu’elle colle bien à la réalité ?

  40. « Qui osera dire… Qui osera dire… » Pénibles effets de manche de la part de Nicolas Sarkozy. Vous suggérez, Paul Jorion, que les donneurs de leçon se fassent psychanalyser afin qu’ils redeviennent ce qu’ils sont en réalité, d’humbles conseillers à écouter attentivement. Le problème semble aussi être que les « masses populaires » ont encore besoin d’un père, et fouettard, qui plus est; le père Noël ne passe qu’une fois l’an…

  41. le changement climatique est indiscutablement sous nos yeux;
    ce sont les causes qui font débat;
    mais quand on constate le nombre de maladie respiratoire et autres allergies, et autres maladies dues à la pollution, il n’y a pas besoin d’aller chercher des causes discutables pour dire que la pollution tue l’homme autant que la modification du climat;

    1. Le problème est qu’on se base sur des moyennes, qui ne veulent pas dire grand chose
      Regardez cette carte: http://www.spiegel.de/international/world/bild-662092-33920.html

      N’est ce pas étonnant que les zones les plus réchauffées soient celles où il y a le moins d’activité?

      .. ne vous méfiez vous donc pas des moyennes ?

      Ca me fait penser à cette histoire : dans un café se trouvent 3 smicard : leur revenu moyen est le smic .
      Dans ce café, entre Bill Gates … que devient le revenu moyen des 4 ?

  42. @disonnance
    Vos références sur Al Gore et le marché carbone sont en effet très intéressantes. Donc d’accord avec vous il faut analyser les paroles d’Al Gore avec circonspection. Cependant, disqualifier le comportement d’un homme ne suffit pas à disqualifier toutes ses idées. Or, même s’il en tire un profit personnel, Al Gore a eu le mérite de secouer le cocotier du problème climatique, et globalement c’est plutôt salutaire.

    Concernant les faits que vous citez.
    1. Le Giec ne qualifie pas l’influence des activités humaines sur le réchauffement climatique comme certaine, mais comme « très probable ». Mettons que cette probabilité soit de 90% (au pif). Il y aurait dans ce cas 10% de chances de se tromper en se mobilisant pour atténuer le changement climatique. Mais il ne faut pas oublier non plus les 90% de chances d’avoir réagi à bon escient. Pourquoi vous concentrez vous sur cette part d’incertitude inhérente à tous travail scientifique digne de ce nom, au risque de passer à coté d’un phénomène essentiel ?

    2.De la même façon le lien entre les émissions de C02 d’origine humaine et le réchauffement observé est qualifié de « très probable ». Si clairement établi signifie certitude absolue, cela n’arrivera jamais. La mécanique quantique montre qu’il est possible, bien que très improbable que nous puissions traverser un mur par effet tunnel. Pour autant il est assez clairement admis que l’on peut s’appuyer dessus sans trop de risque.
    Je vous rappelle que le GIEC est composé de milliers de spécialistes reconnus pour leurs compétences dans leurs disciplines respectives.

    Si les choses étaient parfaitement claire, l’étude du climat ne serait pas une science. Cette discipline, comme toutes les disciplines scientifiques est en perpétuelle évolution et en perpétuelle remise en question. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de production de connaissances, mais qu’elles progressent..

    3. La contribution des gaz à effet de serre que vous citez est en effet importante, mais loin d’être négligeable, la contribution du CO2 est dominante. D’où votre affirmation provient-elle ?

    4. La Terre a déjà connu des périodes plus chaudes que la période actuelle c’est indéniable. Ce qui est préoccupant dans le changement actuel, c’est la vitesse très rapide ( à l’échelle géologique) du réchauffement. Les variations déjà enregistrées et celles prédites par les modèles climatiques se déroulent à l’échelle du siècle. Or ce qui pose problème c’est la capacité d’adaptation du monde vivant, mais aussi de nos sociétés. Toute adaptation demande un effort. Une adaptation très rapide sera simplement impossible pour de très nombreuses espèces, et pour une grande partie de la population humaine. De plus si aucune action de réduction des émissions n’est décidée, l’ampleur du réchauffement prédite serait de plus de 4°C, ce qui énorme.

    5.Je ne fait aucun procès en incompétence, la mienne n’étant que très relative. Je m’étonne simplement de l’aplomb de certaine personnes dont la connaissance du sujet est très légère (par exemple la Terre se refroidirait depuis 30 ans …).

    1. « Cependant, disqualifier le comportement d’un homme ne suffit pas à disqualifier toutes ses idées. Or, même s’il en tire un profit personnel, Al Gore a eu le mérite de secouer le cocotier du problème climatique, et globalement c’est plutôt salutaire. »

      Toutes ses idées? Non bien entendu. Seulement celles qui tendent à légitimer le comportement en question, ce qui est précisément le cas ici. Par conséquent, si Al Gore secoue le cocotier, ce n’est en rien une attitude méritoire, dans la mesure où sa prise de position se fait sur la base de raisons fallacieuses. En tout cas de mon point de vue, la fin ne saurait suffir justifier les moyens.

      « 3. » Au temps pour moi, j’ai effectivement omis un élément dans cette affirmation. Correction faite:

      « A masses égales, la contribution du CO2 est négligeable par rapport aux autres. »

      Je vous renvoie par ailleurs aux éléments de cette étude (http://www.manicore.com/documentation/serre/gaz.html), notamment sur la question du PRG (pouvoir de réchauffement global).

      Reprenant la terminologie très convaincante de cette étude, « si l’on place aujourd’hui 1 kg d’halocarbures dans l’atmosphère, on obtiendra sur une période de 100 ans le même effet qu’en plaçant environ 10 tonnes de CO2. »

      « Heureusement » si j’ose dire, c’est encore le CO2 qui est le plus majoritairement émis par les activité humaines. Néanmoins le danger de le présenter comme seul responsable du réchauffement consiste à faire l’impasse sur les autres contributeurs, dont le pouvoir de nuisance est de très loin supérieur.

    2. Il y a quand même plein d’autres combats plus urgent que ce réchauffement de 2°, alors même qu’on n’est pas du tout certain que la cause soit anthropique (oui, c’est embêtant pour quelques iles et quelques deltas, mais intéressant pour des zones jusqu’ici trop froides qui vont pouvoir être cultivées), ce « soi disant » combat qui n’est organisé en plus que pour enrichir les spéculateurs (voir la « bulle 6′ » de l’excellent article de Matt Taibbi sur Agoravox http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/goldman-sachs-la-grande-machine-a-59168 )

  43. http://www.dailymotion.com/video/xbkopk_il-avait-pourtant-promis_news
    qu’il commence déjà par résoudre les problèmes « facile » qu’il a promis de résoudre (un exemple parmi tant d’autres… on voit qu’il tire toujours les même ficelles)
    qu’il commence déjà par moins gaspiller et réduire ses dépenses et son train de vie fastueux et sa propre consommation de CO2
    qu’il commence déjà par faire un geste lui même, même symbolique, et après on verra s’il continuera a donner des leçons et a demander des efforts aux autres.

    vraiment je ne comprends pas comment on peut encore se faire embobiner par le petit président !
    en tout cas, je suis ravi de voir que ce n’est pas le cas de la plupart des lecteurs de ce blog.

    1. Je n’aime pas du tout, mais alors pas du tout notre président. J’ai même honte que la France soit représentée par cet homme qui ne s’inscrit pas du tout dans la lignée d’une France accueillante, ouverte, progressiste, humaine, …

      Il n’en demeure pas moins que même si on n’aime pas quelqu’un, cela ne veut pas dire qu’il ne peut rien dire de bon à aucun moment et se planter sur toute la ligne de tout ce qu’il dit à chaque instant, et de ce fait qu’il ne sert à rien de l’écouter. C’est en tout cas de mon point de vue une dangereuse façon de penser.

      Certes, il se plante plus que la moyenne, et le fait qu’il se plante nous entraine avec lui, car qu’on le veuille ou non, à moins de décider de faire une révolution, il est notre président et nous devons faire avec. Cela n’empêche pas de le critiquer, mais faisons le positivement et pas avec haine, ce serait jouer le même jeu que lui, vous ne pensez pas?

      Son discours à Copenhage avait pour but de faire sortir de ce sommet un accord. En cela il est cohérent. Il y avait aussi un autre but personnel pour lui comme d’apparaître comme le sauveur du monde, c’est son détestable style. La aussi, c’est cohérent.
      Le discours de Chavez a une toute autre portée, prenant en compte une bien plus grande étendue des réels problèmes auxquels nous avons à faire face.

      Alors, oui, je suis d’accord, la façon dont sont abordés les débats à Copenhage, se focalisant sur le CO², avec de mauvaises réponses comme la mise en place de marché carbone (droit à polluer couplé à possibilité de spéculer dessus !!! Belle trouvaille !!!! Dans la droite ligne de toutes les hérésies commises par les marchés ces dernières décennies). On peut tout de même noter un progrès dans le débat. Initialement, on ne plaçait pas du tout au centre la pauvreté dans le monde, il semble que cet aspect des choses soit arrivé au centre des débats. C’est un progrès indéniable. D’ailleurs, il semble que cela coince aussi en partie pour cela.

      Il me semble que nous ne parviendrons pas à traiter les problèmes en ne les envisageant pas dans leur globalité.

      La crise financière, la crise économique, la crise politique, la crise des « chocs de civilisations » (BEURK, mais hélas alimenté tant que risque de devenir réel), la crise écologique. Tout cela est lié.

      Le lien le plus évident que je vois (le PPDM) est la recherche de profits personnels (profits financiers, de pouvoir, libidinal ou d’ego). (Si vous n’êtes pas d’accord, dites le moi surtout, parce que je recherche de ce côté, pas exclusivement, mais beaucoup tout de même).

      Comment faire ?

      Je balance entre l’approche de Paul :
      des coupes chirurgicales aux endroits clés (et pas aux épiphénomènes comme on le voit proposé partout)
      et une approche plus globale, mais qui se heurte à tant de blocages qu’elle semble devenir utopique.
      Et d’ailleurs, même dans l’approche proposée par Paul, on voit bien la difficulté immense à faire passer.

      Je suis finalement content que nous ne soyons pas arrivés à un accord à Copenhage. Le risque aurait alors été : « tout va bien, le problème est réglé, on s’en occupe du moins, dormez tranquilles braves gens, continuez à CONsommer, à travailler, à suer, mais surtout ne vous posez pas trop de questions, on gère on vous dit. »

      Pas d’accord signifie que le débat va continuer, et un débat où tous les pays du monde sont présents à « égalité » de parole, il me semble qu’on ne peut souhaiter qu’une chose, c’est que cela dure et ne s’arrête surtout pas.

      En ce sens, je suis « un peu » optimiste car plus ce débat durera et plus nous aurons de chances de voir y percer les vrais sujets (l’arrivée de la pauvreté dans le monde dans le débat en est un exemple).

      A condition bien sûr qu’on finisse par avancer au moins sur les sujets chauds par étapes. Parce que si on se contente de débattre à l’infini, on est pas rendus 🙂

  44. @Fab

    « Mais ce n’est pas la planète qui est malade. C’est l’homme.
    C’est une image mais, ne constatez-vous pas qu’elle colle bien à la réalité ? »
    Il s’agit plus d’un empoisonnement que d’une maladie. Le problème est que ce poison touche également toutes les espèces, et c’est donc « Gaia » dans son ensemble qui est victime.
    Une citation de Levis Straus en rapport :
    « J’imagine que l’humanité n’est pas entièrement différente des ces vers de farine qui se développent à l’intérieur d’un sac et qui commencent à s’empoisonner par leur propres toxines bien avant que la nourriture ou même l’espace physique ne leur manque. »

  45. … et qui fasse écos !
    Après tous ces beaux discours des quatre coins du monde, je suis de tout coeur avec celles et ceux qui passent -> vraiment <- à l'action ! Seuls les peuples solidaires qui se bougent possèdent la clef du devenir de notre espèce. Cela serait un exemple dans l'histoire de l'humanité ! Il faut vraiment qu'il y ait un réveil général sinon les riches dirigeants ne donnent pas chère de notre peau ! C'est quand même eux qui rechignent à faire quoi que ce soit de concret. Et depuis des décennies ! Tant qu'ils en profitent, il ne feront rien ! Vous pouvez en être sûr ! Tout le monde s'accorde pour dire que le système capitaliste est nase ! Qu'il faut passer à un autre, genre "Socialisme du XXIe siècle" ! Sauf qu'il y a plusieurs façon d'y passer.

    Aux peuples de choisir. En conscience et… vite !

Les commentaires sont fermés.