Un soir, un train

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je suis à Paris, pour plusieurs rendez-vous : ce matin, un débat, passionnant d’ailleurs, pour Philosophie Magazine, avec David Thesmar et arbitré par Nicolas Cori de Libération, demain un entretien avec Alexis Lacroix pour Marianne, et un autre dans l’après-midi avec Jean-Pierre Elkabbach pour Public Sénat.

Je suis descendu dans un petit hôtel près de la Bastille. Quand on a fait beaucoup de choses différentes dans sa vie, plein d’endroits vous sont en fait familiers. La Bastille, le Marais, c’est l’un des mes anciens quartiers : j’ai habité rue des Tournelles et à deux adresses différentes rue Saint-Paul.

François et moi allons manger des tapas. Je regarde tous ces gens assis à des terrasses, toute cette foule bruyante, comme si de rien n’était, et je me dis : il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister. Et la réponse me vient : c’est comme dans « Un soir, un train ».

J’ai vu quand il est sorti en 1968, le film d’André Delvaux, avec Yves Montand et Anouk Aimée, mais j’ai aussi lu dans sa version originale en flamand, le roman de Johan Daisne dont le film est tiré : De trein der traagheid.

Un train s’arrête en rase campagne, quelques voyageurs en descendent. Débute alors pour eux un périple d’une lenteur éprouvante : une longue marche, suivie d’un séjour dans un café où l’on danse avec componction et où les pendules, curieusement, sont arrêtées. Jusqu’à ce que le héros s’éveille brutalement : des cris l’entourent de partout, le train a déraillé. Il retrouve enfin sa femme : son corps fait partie d’un alignement de cadavres allongés.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

157 réponses à “Un soir, un train”

  1. Avatar de Piotr
    Piotr

    C’était pas gai ,ça devient terrifiant.
    Vigneron au secours!

    1. Avatar de vigneron
      vigneron

      Pariiiiis c’est une blonnnde!
      Pariiiiis reiine du monnnde!

      Remember les photos couleur de Paris 1942…
      Le rêve en Kodachrome…
      Les parisiennes sauveront le monde de la barbarie…
      Et le vin…

  2. Avatar de l'albatros
    l’albatros

    Paris est une ville à part…la crise ne se fait pas sentir…elle continue à s’embourgeoiser, l’immobilier est toujours aussi cher, les gens les plus modestes sont obligés d’aller en banlieue. Les quartiers populaires sont en voie de disparition à Paris…oui, certains ne voient rien venir et rien ne m’exaspère davantage que la profusion de Ray-Ban, tout aussi ostentatoire (dans sa signification sociale) qu’une burka…mais la crise touche et touchera en premier lieu les classes populaires qui ne sont plus (ou presque plus) à Paris intramuros. Si vous voulez voir ce que la crise a pu faire, allez en milieu rural, dans les régions en voie de désindustrialisation avancée comme le Nord -Pas-de-Calais, la Champagne-Ardennes ou la Picardie, dans les banlieues des grandes villes dont la banlieue parisienne…la crise y était déjà présente avant 2007, elle ne peut qu’être plus forte aujourd’hui…

    1. Avatar de gueule d'atmosphère
      gueule d’atmosphère

      @l’albatros
      Oui j’ai le même dégoût.
      Un peu comme si le Titanic coulait en même temps que le Champagne
      et les rivières de perles, alors que dans les bas étages, on se noie
      déjà. Obscène.

    2. Avatar de Etienne
      Etienne

      Eh oui! Après nous, le déluge!

      Après?

    3. Avatar de gueule d'atmosphère
      gueule d’atmosphère

      Après?

      Ben à chacun son côté du radeau.

      http://www.tv5.org/TV5Site/publication/galerie-338-1-Bataille_navale.htm

      Je ris jaune.

    4. Avatar de Pierre
      Pierre

      Trés juste l’Albatros.
      De Jaruselsky à Pinochet en passant par notre matrix direction, les Raybans sont un fait social aussi angoissant que la bourka.
      Sont-ils ébloui, ou sont-ils aveugles à leur soleil intérieur? Pour qui ces regards noirs?
      La pupille dilatée de l’oiseau de nuit peut-être.

  3. Avatar de Candide
    Candide

    Danse avec la mort… Danse grotesque, dans macabre. Tout sent la mort dans cette scène angoissante. De la forme en croix du distributeur de bière (?) sur le comptoir jusqu’aux couleurs des costumes, et celle des tables à la fin faisant penser à des cercueils sur lesquels on aurai posé des bougies…

    Triste présage, sinistre pressentiment… 🙁

    1. Avatar de sentier198
      sentier198

      @ Simple_s’entète

      « ..Sartre prétendait que l’on avait jamais été aussi libre que pendant la guerre,.. »

      Sartre voulait dire que ces périodes d’anomie (les guerres) donnaient aux hommes un maximum de « degré de liberté » pour exprimer le meilleur ou le pire..quelquesoit les circonstances dramatiques auxquels ils étaient bien-sùr confrontés..

      la pensée Sartrienne (pour avoir personellement eu l’occasion de discuter avec lui et sa compagne) est tout de même beaucoup plus complexe que ce que vous en donnez à penser..
      Dommage cette réduction…

      je perçoit pour ma part beaucoup de précipitation dans les affirmations des uns ou des autres , signes d’une angoisse sociale ascendante , qui risque à terme de nous précipiter dans des interprétations caricaturales voire xénophobes…

      je constate aussi que ce soit içi ou ailleurs. ,qu’ il n’est plus beaucoup question de technique financière , tout le monde ayant enfin compris que la crise est plus profonde et touche  » à l’ètre ensemble »
      et justifient d’autres catégories de réponse que des mesures strictement économiques

      cordialement à tous.

  4. Avatar de Tchak
    Tchak

    Parce que demain on n’ira plus prendre un verre entre amis ?! Allons, réveillez-vous monsieur Jorion.

    1. Avatar de angèle
      angèle

      Durant la Révolution Française, pendant qu’on guillotinait, en place de grève, dans d’autres quartiers Parisiens, les gens dansaient buvaient et vivaient presque comme si de rien n’était …
      C’est comme ça, et aujourd’hui encore, c’est ce qui donne cette impression de schizophrénie, insupportable pour certains,tandis que pour pour d’autres ; ils profitent du temps présent tant que ça reste possible pour eux ; parce qu’ils ne savent pas de quoi demain sera fait !
      Ca s’appelle « la condition humaine »

    2. Avatar de SJA
      SJA

      A Hiroshima plus personne ne dansa.

      L’histoire est toujours racontée par les survivants.

    3. Avatar de Didier
      Didier

      SJA : je dirais l’Histoire est toujours réécrite par les survivants

    4. Avatar de Tchak
      Tchak

      Une guerre, de surcroit nucléaire n’est malheureusement pas a exclure, une astéroïde peut percuter la terre, un tremblement de terre géant nous engloutir, un virus nouveau nous anéantir… mais un sursaut est également possible.

  5. Avatar de logique
    logique

    Vous devenez sentimental Mrs Jorion, c’est pas pour déplaire mais malgrés ces petits momments de bonheur le malheur rode aux portes. Avons nous encore le temps de prendre du repos ?

  6. Avatar de tata
    tata

    Les deux ne sont pas incompatibles.
    La valeur du present peut différer de nos projections mais peuvent très bien cohabiter.
    Je vous est decouvert il y a à peu près deux mois, c’est du bon boulot!
    Reposez-vous donc un peu…

  7. Avatar de pablo75
    pablo75

    « Il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister.  »

    Ou bien, troisième possibilité, on rêve tous:

    Nos divertissements sont finis. Ces acteurs,
    j’eus soin de vous le dire, étaient tous des esprits:
    ils se sont dissipés dans l’air, dans l’air subtil.
    Tout de même que ce fantasme sans assises,
    les tours ennuagées, les palais somptueux,
    les temples solennels et ce grand globe même
    avec tous ceux qui l’habitent, se dissoudront,
    s’évanouiront tel ce spectacle incorporel
    sans laisser derrière eux ne fût-ce qu’un brouillard.
    Nous sommes de la même étoffe que les songes
    et notre vie infime est cernée de sommeil.
    (Shakespeare. La Tempête. Trad. P. Leyris)

    Car tout ce que nous voyons ou croyons voir est un rêve dans un rêve.
    (Poe)

    Les grandes vérités […] ne sont pas forcément des Faits. Les Faits ne sont que des rêves.
    (Lawrence Durrell. Le sourire du Tao)

    La vie est un rêve à interpréter.
    (Ibn Arabi)

    Tout ce que vous faites maintenant est acte de rêve, est pensée de rêve.
    (Dialogues avec l’Ange)

    1. Avatar de Hervey

      Magnifique Shakespeare.

  8. Avatar de DidierF
    DidierF

    « … un monde qui a cessé d’exister… » Ces mots sont terribles. Ils sont vrais.

  9. Avatar de Moi
    Moi

    « il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister. »

    Tous les jours, je me pose cette question depuis un an. Parfois, je me dis que finalement on exagère sur ce blog, puis on voit des trucs bizarres qui arrivent comme des plans d’austérité, la bourse qui s’agite, etc, et alors je me dis que ce monde est fou. J’ai comme la sensation d’être en 37 ou 38 à Paris, avec des gens qui font la fête autour de moi, qui ne veulent rien voir de la réalité, et quelques rares personnes qui comprennent que la guerre est inévitable.

    1. Avatar de JP
      JP

      Absolument. Et puisqu’on parle de cinéma, votre commentaire me rappelle « La règle du jeu » de Jean Renoir : la vanité et la vacuité des valeurs de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie à la fin des années trente. Et quelques mois plus tard…

    2. Avatar de Cécile
      Cécile

      La marge n’est pas encore épuisée, les jeunes peuvent habiter chez leur-s parents, colloquer…
      La solidarité « conviviale », (ou « charitative ») supplante à la solidarité sociale qui mine de rien s’amenuise…
      Il semble évident que le « trafic » -le tombé du camion et co- est ….

  10. Avatar de Otto Di Dacte.
    Otto Di Dacte.

    Depis deux ans et demi que je vous « connais », c’est sans doute votre allégorie la plus pessimiste, or qu’est-ce qui a changé ? Rien allez-vous sans doute me répondre, c’est donc vous qui changez. Un ami me disait: La réalité n’est pas telle que tu la vois mais telle que tu es, qu’est-ce qui a changé en vous pour que vous adoptiez un regard si noir ?

    1. Avatar de Moi
      Moi

      Il a vu d’un peu plus près les gens d’en-haut. 🙂

    2. Avatar de Paul Jorion

      Moi a tout à fait raison.

  11. Avatar de Candide
    Candide

    Voilà de quoi remonter le moral des troupes ! Il y a de quoi pouffer de rire à la lecture du charabia ci-dessous. On dirait des oracles du dimanche en train de disséquer des entrailles pourries…

    Merci à Boursorama pour ce bon moment !

    CAC40 : referme le gap des 3648Pts.

    (CercleFinance.com) – Le CAC40 referme le ‘gap’ des 3.348Pts resté béant depuis le 7 mai dernier.
    L’indice retrace également son plancher du 21 mai (3.343Pts) et n’invalide pas le scénario du rebond en ‘tête/épaules’ inversée car une clôture à 3.380Pts n’est guère différente de 3.393Pts (le 7 mai).

    Par ailleurs, les oscillateurs n’ont pas dévissé vers de nouveaux planchers et le MACD journalier dessine en effet une ‘E/T/EI’ tandis que le stochastique ébauche un triple bottom ascendant… ce qui est loin de préfigurer un scénario catastrophe (une reprise moyen terme vers 3.780Pts serait validée par le franchissement des 3.600Pts).
    Mais la cassure des 3.330Pts induirait une situation techniquement bien plus négative avec les 2.980Pts en ligne de mire.

    1. Avatar de pierrot123
      pierrot123

      On dirait du Père Ubu dans le texte !
      Cette invraisemblable logomachie illustre, à en faire peur, l’espèce de folie qui s’est emparée du monde financier…

    2. Avatar de TARTAR
      TARTAR

      C’est le monde hyperlogique et ridicule des chartistes dont les codes sémantiques sont pour le moins abscons.
      Et celui des matheux inventeurs de produits toxiques légaux et immoraux.
      Risible et diabolique.
      Vous savez qu’n des attributs du « diable » est le ridicule?

    3. Avatar de Moi
      Moi

      Je vous résume: ça dit que ça pourrait bien descendre, à moins que ça ne monte. Et que si ça descend, ça pourrait bien descendre fort, à moins que non.

    4. Avatar de Crapaud Rouge

      Et encore, ce n’est rien à côté du vocabulaire des banquiers. J’ai eu l’occasion, une fois dans ma vie, de lire dans une revue spécialisée de haut niveau, une question de lecteur dont je n’ai pas pu comprendre un traître mot : verbes et substantifs étaient tous, absolument tous, des mots de spécialiste. Je regrette de ne pas l’avoir recopiée, car c’est une expérience de lecture inoubliable.

    5. Avatar de yvan
      yvan

      Bien vu, Moi.
      D’ailleurs, appliquer du stochatisque pour en arriver à une conclusion pareille, y’a de quoi … Mais bon.. si on s’intéresse un minimum au secteur de mes bourses, il suffit de constater le nombre de fois où les « analystes » tablaient sur… estimaient.. pour avoir envie de courrir au magasin de farces et attrapes et leur acheter une boule de cristal…

    6. Avatar de yvan
      yvan

      J’ai reçu une éducation scientifique. Soit, d’analyste.
      Je viens de trouver une contradiction interne de plus. Je pourrais donc être un tiraillé de naissance.
      Sans rapport avec le Sénégal. Eux étaient des taraillés sénégaleurs, mais tout de même. Ca m’interpelle. Sans être teuse. Mais je creuse.

    7. Avatar de Crapaud Rouge

      Ca me fait penser aux oracles du paganisme. Je me suis laissé dire que les chefs politiques de l’époque n’auraient jamais pris une décision importante sans les consulter. Mais pour quelle raison ? Parce qu’ils y croyaient personnellement ? Parce qu’ils se sentaient obligés de faire selon la coutume pour être crédibles ? Parce qu’on les aurait accusés de provoquer les dieux ? S’il y a un helléniste dans la salle, je serais curieux d’avoir une réponse.

    8. Avatar de Moi
      Moi

      @Crapaud: les oracles antiques étaient d’un autre niveau que ce salmigondis de pléonasmes. J’ai moi-même un grand respect pour le yi-king, oracle antique chinois (que ne ferait-on sans eux?). L’ambigüité des réponses est parfois de mise, mais cela force à l’introspection et au respect des forces de l’univers.

  12. Avatar de octobre
    octobre

    J’ai aimé Paris et je crois que j’aime toujours cette ville. Pour y avoir habité il n’y a pas si longtemps encore…quelques années déjà. C’est vrai, Paris c’est en grande partie vidée de son « sel » populaire et qui lui donnait tout son charme, cependant aujourd’hui, ce rythme et toutes ces langues qu’on y parle, la diversité apporte du nouveau : lui donne un nouveau visage. Heureusement il y a encore des quartiers et arrondissements qui ne sont pas pris d’assaut par les touristes et autres gogos. Il faut aimer marcher et découvrir, je me souviens plus jeune les rues que j’ai habité : rue du Commerce et rue des Lilas. Enfin des odeurs de métro et toutes les rencontres possibles quant on reste ouvert… Ville pleine de beauté quant le soleil couchant vient dans la perspective des ponts… j’arrête-là.

    1. Avatar de TARTAR
      TARTAR

      L’odeur du métro?
      Elle ne change pas.
      Pourtant le matériel ,les peintures et les composants des graisses chaudes ont dû évoluer…

    2. Avatar de Jean-Luc
      Jean-Luc

      (salut Octobre!)

      – Vous allez pas nous déballer toutes vos cartes postales, non? Le couplet sur Paris, voilà deux ans qu’on en croque. Ca revient comme du chou: Les petits bistrots pas chers, les gambilles du samedi, la place du Tertre et le zouave du pont de l’Alma. Et dans cinq minutes, y en aura un qui va sortir un ticket de métro ou des photos de la Foire du Trône. Non, pour moi tout ça c’est rapé. Y’a plus de Paris. Y’a « Gross » Paris. Un point, c’est marre!
      – Seriez-vous insensible à la nostalgie, brigadier Dudu?
      – Non! Mais j’aime pas penser à reculons. Je laisse ça aux lopes et aux écrevisses.

      (« Un taxi pour Tobrouk », Michel Audiard, 1961)

    3. Avatar de octobre
      octobre

      Bonjour Jean-Luc

      Quelle franche détente ce dialogue ! Impeccable pour changer un peu l’ambiance dans le coin.
      Notez qu’à presque 3H du matin, je me rapprochais de Quai des brumes.
      C’est pas Paname, c’est Panama !

  13. Avatar de omar Yagoubi
    omar Yagoubi

    bonjour Paul, non tu ne rêve pas, c’est un cauchemard en fait: des personnes, des nobodys, curieux ce mot pour désigner quelqu’un, n’ont absolument pas l’idée de ce qui se prépare. S’il l’avait, les choses en seraient autrement. Ne nous faisons pas de bile, pas de tchernobyl économique voyons.
    Bonne journée 🙂

    Faust de Murnau monté sur une musique d’un nobody que je connais 🙂
    http://www.dailymotion.com/video/xciz07_faust-extrait_creation

  14. Avatar de Henriane
    Henriane

    je rejoins Tata et je rejoins également les jeunes de l’école de ma fille qui nous ont présenté hier « La Cantatrice chauve » : « la vérité est au milieu ».
    si la crise nous offrira, idée à laquelle je m’accroche comme à une bouée, la possibilité de changer profondément les choses grâce notamment à un site comme le vôtre, j’aime à croire qu’elle nous permettra de garder ce qui vaut la peine dans cette vie : une assiette de tapas et un verre entre amis.
    bonne journée à tous

  15. Avatar de Thomas

    J’ai eu peur, au début, en voyant le titre du billet je me suis dit,
    « ça y est, il a encore croisé Paul Mac Cartney, Vladimir Poutine ou je ne sais qui dans un wagon »

  16. Avatar de dimezzano
    dimezzano

    BP : VERS UNE FAILLITE « ORGANISEE », « DE PRECAUTION » ?

    les cours de BP chutent :
    http://ftalphaville.ft.com/blog/2010/06/08/254691/danger-falling-knife/

    une faillite « préventive » pourrait être organisée :
    http://www.nytimes.com/2010/06/08/business/08sorkin.html?hp

    en fait c’est toute la structure du sol autour du puit qui serait « pourrie » et fragilisée :
    http://www.washingtonsblog.com/2010/06/senator-nelson-bp-well-itself-may-have.html

    expliquant les echecs successifs d’interrompre la fuite gigantesque (équivalent à 1 Exon Valdes tous les 2 ou 3 jours)
    et expliquant aussi pourquoi on « découvre » de nouvelles fuites à proximité de la première :
    http://www.businessinsider.com/confirmed-there-is-a-second-leaking-rig-near-the-deepwater-2010-6

  17. Avatar de anon
    anon

    Nouvelle inquiétante, signalée et interprétée par Jean-Luc Mélenchon

    Le droit de veto sur les français est rétabli.

    La décision du conseil de gouvernement des ministres des finances de l’union européenne est une nouvelle évolution vers le système autoritaire qu’est dorénavant en train de devenir cette union. Donc il y aura présentation préalable des budgets nationaux à la commission. Laquelle donnera une sorte d’imprimatur, droit à publier (l’expression vient de l’église, qui donnait et donne des autorisations préalables d’imprimer, avec la formule « nihil obstat imprimatur »). Ici ce sera une autorisation à présenter ou non le document budgétaire du gouvernement aux parlements nationaux. Qu’on ne joue pas avec les mots, peu importe la forme : un budget mal noté par la Commission ne sera plus présentable quand rôdent comme des vautours autour des bêtes malades les agences de notation et le Fmi. D’ailleurs l’aimable Strauss Kahn était là, dans la réunion pour aider à réfléchir sainement les marionnettes gouvernementales dociles qui s’y trouvaient. J’ai fait un communiqué quand j’ai appris ça. J’avoue que j’avais du mal à le croire. Je pensais que les français résisteraient, même de droite tellement le déni de démocratie est contraire aux fondamentaux de notre histoire républicaine. En effet c’est le droit de délibéré librement et totalement sur le budget de la nation qui a été le détonateur le plus propulsif de la Révolution de 1789. Et c’est par opposition au fait qu’une personne, à l’époque le roi, ait, a elle seule, le droit de s’opposer à une délibération des députés du peuple que la droite et la gauche sont apparue pour la première fois en France. Vous connaissez l’histoire ! Je la répète pour ceux qui ne la connaîtraient pas. Il s’agissait de savoir si le roi aurait ou non droit de veto. Pour forcer la main des députés des états généraux, le roi se leva et fit se ranger à droite les partisans du veto et à gauche les opposants. On compta, il fut battu ! Cet épisode vient de se jouer à l’envers à Bruxelles. Je souhaite qu’aux mêmes causes correspondent les mêmes effets. La révolution citoyenne que j’appelle de mes vœux, qui est le but de l’action de mon parti, devra aussi balayer cette nouvelle négation de la souveraineté populaire des citoyens en Europe ! Encore une fois, pas de jeu de mots. Un budget mal noté ne pourra l’être que sur de arguments d’opportunité des dépenses exposées ! Ainsi c’est donc dorénavant en dehors de tout traité un transfert immense de souveraineté qui vient d’être décidé ! En effet l’avis de la commission ne porte pas sur les compétences nationales déléguées au niveau européen mais sur l’ensemble du budget national dans l’ensemble des secteurs ! On attend avec impatience les commentaires des partisans du oui et de «l’Europe qui protège».

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2010/06/un-jour-incertain/

    1. Avatar de Pierre
      Pierre

      Ni plus ni moins que le traité de Wesphalie enterré sans tambour ni trompettes.
      Qu’en pense corinne Lepage, si elle parcoure le blog? Plus fooooort que les subprimes à la Française, non?
      A part Mélenchon, peu de nos « politiques » se révèlent avoir le sens de l’histoire.
      Rien entendu. Même pas un coup de canon……
      Pour l’instant.
      Apprécions avec un plaisir de fin gourmet cet accident de l’histoire.
      Ce rêve avait 1200 ans….

  18. Avatar de dimezzano
    dimezzano

    en fait, j’ai posté sur BP parce que j’ai lu tout ça ce matin et que je trouve ça assez effrayant … mais en réalité je suis vraiment touché au plus profond de moi même par votre texte, Monsieur Jorion…. Sans avoir besoin de faire référence à la crise qui nous englue, je ressent souvent ainsi les intersections du passé et du présent ….. oui, vraiment, comme le dit un des amis qui écrit plus haut, citant l’immense, le génail William S. « Nous sommes de la même étoffe que les songes et notre vie infime est cernée de sommeil. »

  19. Avatar de L'enfoiré

    Il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister. »

    J’en vois une autre. Celui qui regarde la nature qui en a rien à cirer avec nos petites conneries humaines et qui vit. Qui élimine ce qui ne va pas dans le long terme, qui préconise les chemins médians qui fonctionnent.
    Que le monde humain se suicide, c’est son problème. Elle vivra.
    Heureusement, qu’il y a encore des gens qui rêvent. Le monde de hier a cessé d’exister. Demain il y en aura un monde. The show must go on with some adaptations provided by experiences and tests.
    L’hikikomori à la japonaise n’est pas la solution.

    1. Avatar de Marie
      Marie

      Oui !! Sur la nature, il faut lire « Plotin ou la simplicité du regard », par Pierre Hadot, récemment décédé. En particulier ce fameux extrait de Plotin (un Egyptien mort à Rome en 270, pour ceux à qui la globalisation fait mal) où la Nature répond à celui qui la contemple: « II ne fallait pas me questionner, mais il fallait comprendre et se taire… »

  20. Avatar de pablo75
    pablo75

    « Paris est magnifique. On s’y sent tellement libre: personne n’a besoin de toi, tu n’as besoin de personne. »

    (A.Tarkovski. Journal 1970-1986)

  21. Avatar de Coeur
    Coeur

    C’est la peur, qui empêche la prise de conscience! Alors on préfère continuer à faire comme si tout était pareil, comme si rien ne changeait! On reste à la surface, sans profondeur; demain….on verra… pas maintenant…..pas encore… mais tout est là, sous nos yeux, notre nez, nos oreilles! On ne veux pas VOIR, ce serais trop……. Oh secours!!! Je deviens fou! Non je ne veux pas, ce n’est pas possible! Le cerveau chavire, la nausée… mais qu’es-ce que j’ai fait? Qu’es-ce que je nous est fait?
    Non ce n’est pas vrai! Je ne veux pas savoir! Je ne veux rien Voir! Plus tard! Pas encore!
    Nous n’avons pourtant plus que deux choix: prendre notre courage à deux mains, affronter la réalité, prendre nos responsabilités et agir, ou bien disparaitre!
    Allez courage les amis! Buvons à notre résurrection!

  22. Avatar de joelle
    joelle

    … mais ne nous habituons nous pas à tout ?

    1. Avatar de Piotr
      Piotr

      Mais oui,chère batracienne anoure.

  23. Avatar de Hervey

    Fraicheur du billet, jolie métaphore, mais derrière l’insouciance… la tragédie… la tragédie grecque actualisée.

  24. Avatar de monmon
    monmon

    Un certain type de finance se contorsionne comme le leure d’une queue de lézard séparée de son tronc. Qui s’en soucie?
    La terre poursuit sa danse folle si prévisible et comme la vie elle-même si énigmatique.
    Amusez vous bien Monsieur Jorion.

  25. Avatar de roma
    roma

    Little Fable … The world is growing smaller every day.. (d’après Franz Kafka)
    http://vimeo.com/2964840

  26. Avatar de vigneron
    vigneron

    SCOOP:
    Sarko demande avec Merkel à la commission européenne à « s’interroger sur l’utilisation des SDS et des ventes à découvert »!

    http://www.boursier.com/vals/ALL/marches-la-france-rejoint-la-position-de-l-allemagne-sur-la-vente-a-decouvert-et-les-cds-news-386976.htm

    1. Avatar de Hervey

      C’est signe qu’il y a le feu.
      Va-t-on envoyer les bombardiers d’eau ou le jardinier et son arrosoir?

  27. Avatar de Grégory

    Ah, que je n’aime pas ces posts anxiogènes… On a le droit d’être pessimiste, mais pas d’un pessimiste vague à tendance apocalyptique. J’ai demandé, il y a longtemps, quel était le type d’impact dans la vie concrète qu’il nous fallait craindre. J’ai l’impression que d’autres posent des questions similaires. Pas de réponse – ou alors, elles m’ont échappées. Et aujourd’hui, donc, ce post qui nous laisse entendre que bientôt, on ne pourra même plus aller prendre un café ou au restaurant tellement ce sera horribleuh.

    A nouveau, je pose la question : que nous faut il redouter ? quelle attitude adopter ? Y a-t-il seulement quelquechose à faire ? Parceque si le pire est sur les rails, il n’y a pas de mal à passer une bonne soirée en térasse en attendant son arrivée inéluctable et fracassante, si ?

    1. Avatar de octobre
      octobre

      Oui d’ailleurs le monde pourrait s’écrouler, il n’en demeure pas moins qu’on peut passer du bon temps à la terrasse d’un café ou être a sa table de travail !
      C’est de sa propre catastrophe dont il s’agit et nulle autre.

    2. Avatar de merou
      merou

      Vous inquiétez pas, la terre ne va pas s’ouvrir sous vous , l’empire romain a agonisé longtemps.
      Remarquez à l’époque , il n’y avait pas la Bombe..et sans doute moins d’autruches dans les rues de Paris.

  28. Avatar de Boukovski
    Boukovski

    « il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister ».

    Ce sont en fait deux dimensions qui coexistent et qui n’ont pas vraiment de rapport. L’appréhension des choses dans leur durée permet de les mettre en perspective, d’en tirer des conclusions (crise, désastre, fin d’un monde, etc…) par le simple fait de comparer un état n à un état n-1. La dimension cérébrale très évoluée de l’être humain donne une apparence de réalité à ce qui n’en n’a pas: les états n et n-1 sont réels en eux mêmes, ce qui se passe entre ces deux états ne l’est pas (il ne se passe rien entre ces deux états). Ce lien, « ce qui se passe », est une projection. Si vous revenez simplement à ce qui est (les états n, n-1, n-2 etc, et il n’existe rien d’autre), le réel ne connait jamais la « crise ». Les bouddhistes le disent bien à leur manière quand ils vous posent la question : »A la seconde présente, avez vous un problème ? ». A la seconde présente l’on n’a jamais aucun problème. Après deux secondes, cela commence déjà à se dégrader :-). La béatitude (non satisfaite de préférence) n’a évidemment aucune influence sur la qualité de ces états en eux-même, même si l’on sait bien que certains états sont plus confortables que d’autres. Elle permet au moins de se désaliéner, et de se désaliéner de quelques sujetions, en particulier des discours répétitifs et un peu maladifs, névrotiques, qui submergent régulièrement le corps social.

  29. Avatar de A.
    A.

    François et moi allons manger des tapas. Je regarde tous ces gens assis à des terrasses, toute cette foule bruyante, comme si de rien n’était, et je me dis : il y a deux possibilités, ou bien c’est nous qui rêvons avec nos longues dissertations sur la crise et la fin d’un monde, ou bien ce sont eux, ceux que l’on voit là, qui poursuivent un rêve : le rêve d’un monde qui en réalité a cessé d’exister.

    Normal, vous êtes dans le Marais, quartier plutôt chic. Tant que les gens auront le ventre plein, rien ne bougera. Et puis beaucoup doivent se dire qu’il s’agit d’une crise de plus qui passera

    1. Avatar de omar Yagoubi
      omar Yagoubi

      pour diverses raisons, j’ai eu faim dans la vie, j’ai jeuné aussi pour d’autres. Celui qui ne connaît pas, qui n’a pas éprouvé plutôt, ce changement dans les priorités biologiques (ne plus aller aux toilettes par exemple), ne peut réellement comprendre pourquoi les masses sont aussi facilement manipulables. On a peur d’avoir faim, et quand on a mangé, on a oublié pourquoi on a eu faim.

  30. Avatar de A.
    A.

    IL n’ya pas qu’à Paris que les gens ne se préoccupent pas de l’effondrement en cours. POur une partie non-négligeable de la population, ils étaient dans les difficultés jusqu’au coup avant son éclatement. La crise actuelle, commencée en août septembre 2007, n’est que la phase aigüe d’une lente et inexorable dérilection de nos sociétés.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Tout me hérisse sur

    Cette artiste lyrique est morte bien jeune, tout comme on déplore la perte très récente de Jodie Devos, soprano, à…

  2. Bonsoir GMM, bravo pour v/com. J’aime bien : moins de difficultés et de souffrances en tous genres pour un certain…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta