Dimanche, dimanche sanglant (le 30 janvier 1972)

Il y a de vieilles colères rentrées dont on se rend compte qu’elles étaient là à croupir quand elles s’apaisent soudain.

« What happened on Bloody Sunday was both unjustified and unjustifiable. It was wrong », vient de dire David Cameron, le Premier Ministre britannique, à propos des tirs des soldats dans la foule de Derry, en Irlande du Nord, qui firent 14 morts parmi les manifestants.

Une enquête qui prit trente-huit ans. Il n’est jamais trop tard.

Partager :

43 réflexions sur « Dimanche, dimanche sanglant (le 30 janvier 1972) »

  1. 17/10/1961 …..pas de chappe de plomb , non juste de l’indifférence…. j’aurai presque tendance a dire que c’est plus grave pour nous (en 2010) que pour ceux de l’époque.

  2. Ca fait penser à quelque évènement récent ou des pauvres gens se sont fait descendre dans des conditions semblables. Dans trente huit ans les coupables s’excuseront peut-être pas…

    1. 38 ans, c’est quand il y a un peu de remord, pour l’épisode que tu mentionnes, il faut compter au moins 76 ans !

  3. L »Europe a quelques vieux laboratoires oubliés collées aux basques.
    La bande à Bono est cathodique, calvaire et lutins protestent.
    You too?
    Sur ceux, nous étions 15000 sur ce concert de la tournée « Bloody sunday », et c’est en redescendant que je me suis vu avoir sauté avec tous les autres en un seul élans.
    Très étrange et unique sensation de ma vie. Médiumnique.
    Pour too dire, pas « catholique »…..

  4. « Il n’est jamais trop tard. »

    Je crains que si. Cet aveu ne sort que lorsqu’il ne peut rien changer. Sans quoi, évidemment, il n’y en aurait pas eu.

  5. « Bloody sunday* novembre 1887), dispersion violente par la police d’une manifestation (conditions de vie ouvrières et statut de l’Irlande) sur Trafalgar Square
    * Bloody Sunday, une journée de violence qui s’est déroulée à Dublin le dimanche 21 novembre 1920, durant la guerre d’Indépendance de l’Irlande (1919-1920).
    * Bloody Sunday, les évènements du dimanche 30 janvier 1972 à Derry (Londonderry) en Irlande du Nord, où quatorze manifestants pacifiques furent tués par des tirs de l’armée britannique.

    Gerard V.Donaghy
    Aged 17 years

    John F.Duddy
    Aged 17 years

    Hugh P.Gilmore
    Aged 17 years

    Michael G.Kelly
    Aged 17 years

    Kevin G.McElhinney
    Aged 17 years

    John P.Young
    Aged 17 years

    William N. Nash
    Aged 19 years

    Michael M.McDaid
    Aged 20 years

    James J.Wray
    Aged 22 years

    William A.McKinney
    Aged 27 years

    Patrick J.Doherty
    Aged 31 years

    James G.McKinney
    Aged 34 years

    Bernard McGuigan
    Aged 41 years

    and John Johnston
    who died later as a result of injuries received that day
    Aged 59 years

    Margaret Thatcher fut élue première et unique femme présidente du Parti conservateur, en 1975 à l’âge de 50 ans, également la seule femme Premier ministre du Royaume-Uni, de 1979 à 1990.
    18 ans de silence judiciaire, derrière cet autre rideau de fer.

    1. On pourra noter que, comme à l’habitude, les blessés par balles sont oubliés parmi la comptabilité des victimes.
      Ils furent 11.
      Je n’ai pas retrouvé leurs noms. Les ‘chanceux » n’ont pas droit au chapitre.
      Mais eux, comme tous ces oubliés du monde, continuent à témoigner, symboles vivant de cette mémoire fantôme, tout au fond des familles et des pubs Irlandais…..
      Nous avons tous notre chance à la loterie nationale des « gueules cassées ».

  6. Chacun de ces grands crimes, on fait l’objet d’une mise en scène par leurs acteurs ou leurs historiens, je penche pour les premiers.
    La raison ?
    Les attentats de la Cafétéria, de l’Otomatic et du Coq Hardi à Alger le 26 janvier 1957 ont été le fait de gens que la modicité de leurs soutiens rendait trop petits, au point de leur faire commettre des crimes impardonnables.
    J’y penserai chaque jour jusqu’à la fin de ma vie.

    1. Vous donnez l’impression d’avoir touché cette horreur de près. Et vos mots sont bien énigmatiques, à juste raison sans doute. Céline disait dans le début du « Voyage » qu’on était puceau de l’horreur comme de l’amour…

  7. … où quand « Bloody Sunday » se transforme en « Money Sunday » au point de devoir placer tous ces petits bénéfices dans un petit paradis fiscal… http://www.youtube.com/watch?v=O8UZkqZPurc regarder à partir de la 2ème minute.
    Ce qu’il y a de bien dans le capitalisme, c’est que pour qui veut bien s’y convertir, il transforme les drames en or…

    1. Bravo !
      Et les images du clip parlent d’elles-même, Bono se promenant sur sa passerelle en or massif, comme piétinant son public.
      ça peut rapporter gros de faire la morale…

    2. Un peu de charité pour un homme si charitable! D’abord c’est plus un homme, c’est une icône.

  8. « Il n’est jamais trop tard »
    Vous n’osez pas le « pour bien faire »….
    La mémoire du pompier est souvent pyromane et dans la programmation du pire.

  9. Paul, non seulement il est trop tard, mais mettre en avant les crimes du passé, en se gardant bien de parler des crimes du présent, ne fait pas l’affaire. Parleriez vous des crimes actuels que votre blog serait attaqué de toutes parts jusqu’à réduction au silence. Dans les conditions actuelles (on en a encore eu un exemple magistral hier, mardi), les crimes n’ont plus d’importance.

    1. Certainement que ne parler que de la phynance est plus soft . Dénoncer cette phynance ne fait pas penser directement au monde remplit d’horreurs dont elle est l’essence. Que veut donc dire » moraliser » ces choses là si dans les tableaux des affaires phynancières l’on ne voit que des courbes disgracieuses et dans la fin du capitalisme que la fin d’un concept. Ces évènements ont le mérite de rappeller que la violence loin d’avoir disparue de notre monde avec la fin de la noblesse est au contraire bien plus présente que jamais parce que refoulée et clandestine et donc agit dorénavant sous le masque du Bien.

  10. @Tous,

    suis assez d’accord pour octobre 61, en même temps ce matin je suis d’humeur vraiment joyeuse, alors je soulignerais que maintenant on balance plus les arabes à la Seine, mais on les renvoie en charters…Comme quoi la Debré’s family est en progrès !

    Sinon, je trouve qu’il est vraiment amusant de constater que lorsque Paul évoque une vision cinématographique un peu triste (à la Bastille, a week ago) on le traite de pessimiste et quand il souligne un fait positif (car reconnaître un crime d’état c’est toujours une victoire pour la démocratie) on le trouve un peu naïf, on fait les fines-bouches…

    check-out les pattes d’éph !

    bonne journée !

    1. Ce gimnic de caisse claire n’a jamais été repris à ma connaissance, et pour cause, il scelle d’entrée le morceau.
      C’est comme le POM_POM_POM_POM de la V de Beethoven, ou la caisse claire, encore, du boléro de Ravel, c’est dur à réemployer sans connotations……
      Où puisons nous cette énergie intemporelle, et le respect instinctif de ces signatures décisives et définitives?
      En ce qui concerne U2, si cela ce trouve, les six premières mesures ne sont pas libre de droits…….?
      Je vais aux renseignements.

    2. libre de quoi? 🙂 je trouve que c’est un bon exemple de bonne innovation artistique. J’ajoute, pour jouer un peu, que ce morceau ce trouve dans l’excellent : The Inevitable Rise and Liberation of Niggy Stardust
      U2 a fait quelques belles reprises (Beatles, Jimi Hendrix-Bob Dylan et autres), et Saul Williams est un artiste accompli, un poète vraiment.

      La création a le droit d’être libre, non?

  11. Je suis né en Espagne, fils d’une famille de Républicains. Aujourd’hui encore nous cherchons nos morts dans les fossés au bord des routes ou dans des fosses communes. La non reconnaissance de nos victimes du franquisme a obéré toute ma jeunesse par le silence et la chape de plomb qu’elle a jeté dur nos vies. C’est dur de se sentir coupable alors qu’on n’a été que victime.

  12. Le vrai scandale n’est pas tellement qu’il y ait eu ces morts, aussi désolant que ce soit…Les parachutistes Anglais ont paniqué, et « tiré dans le tas », comme tant de militaires font en situation de stress.
    Comme tant de militaires font encore aujourd’hui, en Afghanistan, Irak, et ailleurs.

    Le vrai scandale, c’est qu’il n’y ait plus de scandale immédiat quand ce genre de drame survient.
    Le vrai scandale, ce sont ces 38 ans (!)…Il a fallu attendre 38 ans…
    Cela rend presque suspecte la démarche de Mr.Cameron…

    Ce régiment de paras a-t-il au moins été dissous?

    Il n’y a pas lieu de se réjouir, ce genre de déni de justice, savamment entretenu par les politiques, au nom de la loi du plus fort, est lourd de tous les massacres à venir.

    1. Non Pierrot, pas de « situation de stress » dans ce cas précis, même si cette explication vous réconforte. Le traquenard étaient parfaitement froidement planifié, à ce que j’ai pu lire et voir sur le sujet.
      Toute la question tournait autour de savoir à quel échelon de la hiérarchie militaire la décision avait été prise. La confession de david Cameron au nom de la couronne britannique vaut pour aveux de la responsabilité du gouvernement, et ce au plus haut niveau.
      Le film Bloody Sunday de 2002, réalisé par Paul Greengrass relate ces événements.

      Un régiment de parachutiste stresserait devant des enfants de dix-sept ans désarmés?………
      Cela expliquerait à vos yeux que les habituelles balles en caoutchouc ont laissé place à des balles réelles?

    2. Ne jamais oublier que la répression politique sauvage « fonctionne » la plupart du temps! Au moins pour gagner du temps, comme en temps de guerre.
      Quand Thatcher a décidé d’en finir définitivement avec les syndicats en se servant du conflit interminable et sanglant avec les mineurs, c’est sciemment qu’elle est allée jusqu’à faire tuer des manifestants lors d’émeutes opportunes.
      Qu’est donc la mort d’un homme face à la libération de l’impérieuse puissance du néo-libéralisme émergeant, face au titre suprême de Dame de Fer!
      Et qu’est ce, comparé aux génocides perpétrés par un Custer ou un Pizzaro pour la gloire du colonialisme ou aux massacres d’un Gallieni, d’un Bugeaud et même d’un Lyautey en Algérie, au Maroc, à Madagascar ou au Niger!
      Quelques morts pour des siècles de croissance…

  13. Voir le film de Paul Greengrass « Bloody Sunday » d’urgence! Ours d’or de Berlin. Finalement le deroulement des evenements est parfaitement confirme par le rapport d’enquete. (Le film est sorti en 2002, construits a partir de nombreux temoignages)

  14. La violence d’état EST, chez nous du moins, démocratique, ce qui devrait en premier lieu nous en rendre tous individuellement responsables.
    Je suis responsable des crimes commis en mon nom, et complice avoué si je les couvre.

    Moins de citoyens en quête de responsabilitées dans la salle?

  15. Si, il est trop tard, pour les adolescents pacifiques de l’époque, et c’est sans appel! La mort, elle, ne pardonne à personne, et ne peut être pardonnée. Elle est.

    Cameron veut calmer son peuple qui commence à grogner, c’est de la COM…
    Comme dans toutes les guerres, les pardons ne servent à rien car le lendemain, les mêmes recommencent! C’est la philosophie judéo-chrétienne qui apprend ça aux enfants, en en faisant de petits pervers, qui passent leur temps à mal agir POUR se faire pardonner…

    Ce qu’on souhaiterait, ce n’est pas la parole de reconnaissance qui vient trop tard, c’est la connaissance tout court pour éviter le retour du « même » désastreux. cf les guerres actuelles..

    je connais des enfants qui passent leur temps à faire les c… et qui la minute suivante, s’excusent… je ne les supporte généralement pas, je fuis. Pour les hommes, c’est pareil…

    1. AArgh! C’est vrai ça! J’adore qu’on me traite de sale gosse et qu’on me prenne dans ses bras…
      Va bien falloir grandir un de ces jours!

    2. Oui, de la COM, mais pourrions-nous pousser un peu plus loin le vice et dire que cela pourrait être un rappel avec valeur d’avertissement ? J’hésite personnellement à faire le pas, mais j’avoue que cela me tente.

      Par ailleurs, l’histoire de l’Irlande n’est pas de tout repos et son peuple en a bavé plus d’une fois. Un exemple parmi d’autres, donné par l’historien Hobsbawm dans « l’Ere des Révolutions », avec la pauvreté extrême qu’à connu l’Irlande et les famines dont « la grande famine » de 1847 où environ un million de personnes moururent de la famine ou de ses suites et un million émigrèrent pour le plus grand bonheur de certains patrons de filatures. Sur la famine, je cite, « en ces mois où l’on ne tient aucun enfant sur les fonts baptismaux dans les paroisses des comtés de Galway et de Mayo, parce que il n’y eut aucune naissance »

      Sur un plan cinématographique, il y a aussi le Vent se lève de Ken Loach (2006), qui relate la guerre d’indépendance irlandaise. Très bon film, mais depuis le jour où j’ai emmené mon épouse voir ce film je n’ai plus droit au chapitre question divertissements.

    1. Merci Boson pour ce retour vers la futur réalité, celle d’un Hugo Chavez sacré Armstrong du vuvuzela !

  16. Il n’y avait même pas besoin d’enquête: les faits étaient là, ce que même la presse américaine — plutôt favorable à la cause irlandaise, historiquement — n’a pas manqué de relever à l’époque, avec force détails. Idem pour l’infâme répression des rebelles de Long Ketch.

    On comprend mieux aujourd’hui la froide détermination et la solennité qui animent les rugbymen irlandais lorsqu’ils affrontent leur homologues britanniques.

    1. Les communistes se sont excusés 50 ans après: « En 1990, le dirigeant de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev, désirant assainir les relations avec la Pologne, reconnaissait que le NKVD était responsable du massacre et présenta des excuses officielles au peuple polonais. »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Katy%C5%84

      Là aussi les excuses ne sont venues qu’au moment où elles pouvaient servir et non nuire.

    2. je suis d’accord Israël ne répond pas de ses actes et c’est bien dommage, tellement dommage ….
      -alors que par exemple les cinéastes israëliens …
      mais bon en passant, lorsque j’étais petite j’habitais St Laurent du Pont, …
      je venais d’entrer en sixième, c’était Toussaint, le jour de la fête des morts, …
      le matin, dans le brouillard, de la fenêtre de ma maison, une suite inninterrompue d’ambulance à feu éteint, sur le trottoir les gens pleuraient …
      c’était l’incendie du 5-7, 147 morts brulés vifs ….
      j’étais petite, mais depuis ce jour, – et ce n’est pas facile ….- je ne bois plus les informations, je ne crois plus les médias -je ne détiens pas la vérité ni de ceci, ni de cela….- mais je sais combien les médias peuvent mentir, combien ils mentent…

  17. Bono, c’est quand même le « charity business »

    la repentance, quand on pas été impliqué d’un coté ou d’un autre, c’est bon pour la com et les « spin doctors »

    j’ai dans ma famille un général célèbre ( Inventeur d’une casquette et de crevettes…) qui herriserait bcp d’entre vous.
    Même jeunot et plein d’idéal, j’ai toujours refusé la « repentance » , de quel droit ?
    Pour des évènement auquel je n’ai pas participé ? Pas de ma génération ?
    Ridicule et posture gratuite, non ?
    De quel coté que ce soit.
    Et tout les algériens et Vietnamiens avec qui j’ai causé (certains ont payé de leur famille, etc), malgré mon refus de la repentance par délégation, ne m’en ont jamais tenu rigueur JAMAIS.
    C’est qui me fait affirmer mes propos.
    Et en plus, cela ne resoud RIEN, on l’a bien vu, cela ne fait qu’envenimer et ranimer les vieilles haines et malentendus.
    Je croyait que les pratiques masochistes était pour les tarés de l’opus dei, décidement… et la repentance un truc de curé.

  18. A CYNIC

    Exact , le pardon , la repentance , se sont des trucs de curés ou de gouvernants ( com) qui ne risquent plus rien a le faire…..
    mais ne pas occuletr le réalité , la révéler pour qu’elle soit débatue , admettre l’existence d’un massacre en plein Paris par exemple en 1961 et quelque soient les circonstances , les élucider…
    cela n’est pas de la repentance …. c’est juste la vérité que l’on doit à des citoyens , si nous ne sommes pas capables de la regarder ou si nous accepetons de l’occulter nous devenons les sujets de ceux qui décident ce genre de choses…..et nous participons de la Fabrique du consentement.

    Un parrallèle avec la situation économique actuelle et la manière dont elle est conduite et expliquée au bon peuple me semble éclairant.

Les commentaires sont fermés.