BFM RADIO, LUNDI 13 DECEMBRE A 11h39 – LA MORT DE MARK MADOFF

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Mark Madoff, le fils aîné de Bernard Madoff, était l’objet ces jours-ci de pressions considérables : d’une part l’enquête en vue de savoir qui parmi les proches du Charles Ponzi moderne était dans la combine, est entrée dans sa phase finale et ce n’est qu’une question de jours apparemment avant qu’Annette Bongiorno, l’assistante personnelle du maître déchu ne se mette à table, d’autre part, Irving Picard, le liquidateur de la société de Madoff, chargé de retrouver l’argent escroqué, avait mis le fils aîné sur sa liste des gagnants d’un jour à qui il ferait rendre gorge : famille, proches, clients qui se croyaient chanceux pour avoir touché des sommes rondelettes. Picard voulait récupérer du seul Mark Madoff, 66,8 millions de dollars transformés en maisons luxueuses.

Qui savait quoi parmi les proches de Madoff et parmi les VRP du fonds ? Mark Madoff aimait paraît-il répéter : « Comment un père peut-il faire cela à ses fils ? » Bonne question sans doute, mais une autre que tout le monde se pose est « Comment un fils, peut-il ne pas voir en son père ce que tant d’autres voyaient pourtant si bien » ? « Les dieux aveuglent ceux qu’ils veulent perdre » est sans doute la réponse. Tous ne savaient pas mais tous devaient certainement se douter puisque des questions étaient posées dans la presse depuis de nombreuses années (en particulier dans un fameux article de Barron’s publié en 2001) et tous préféraient ne pas se poser trop de questions. Et cela aussi est en soi révélateur : cela trahit que dans un certain monde on se fiche de savoir exactement comment grossit l’argent : « De l’argent qui grossit, c’est de l’argent qui grossit », doit-on se dire, point à la ligne. Pourquoi s’en préoccuperait-on d’ailleurs alors que les limites sont tellement floues entre ce qui au sein de ce monde-là est honnête et ce qui ne l’est pas : où s’arrête en effet la bonne information et où commence le délit d’initié ? où s’arrête la « bonne » spéculation qui apporte aux marchés une liquidité bénéfique, où commence celle qui génère des émeutes de la faim ?

Le problème n’apparaît que le jour où l’argent cesse de grossir et que quelqu’un est chargé d’expliquer d’où il venait exactement. Bernard Madoff a pris un risque calculé, et il a dû calculer qu’il était minime pour diverses raisons. Un risque existerait-il même, qui voudrait inculper un ancien directeur du NASDAQ, avec des amis bien placés, et son propre réseau familial dans les instances de contrôle constitué d’un frère ici, d’une nièce là, de quoi offrir logiquement tout le temps nécessaire pour réagir en cas d’enquête. Une crise comme celle que nous traversons constitue le grain de sable : l’événement statistiquement impossible qui fait un jour capoter la combine. En 2008, tout est allé trop vite.

La justice n’est pas de ce monde, on le sait, mais la justice divine opère semble-t-il encore de temps à autre. Nul n’est à l’abri de la tragédie grecque. Avis aux grands de la terre qui se croient tout permis.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

167 réflexions sur « BFM RADIO, LUNDI 13 DECEMBRE A 11h39 – LA MORT DE MARK MADOFF »

    1. où s’arrête la « bonne » spéculation qui apporte aux marchés une liquidité bénéfique, où commence celle qui génère des émeutes de la faim ?

      Voilà pourquoi puisqu’il y a tant de « flou », et une impossible séparation entre le bon grain et l’ivraie …il faut supprimer toute spéculation, quel qu’en soit le prix, et revenir à une vie plus normale.
      De quoi se remonter les manches et reconstruire une vie où l’essentiel sera là pour tout un chacun …le virtualisme : je parle de la forme « poison » a fait que tout égale tout et réciproquement… = destruction .
      qu’un enfant qui meurt de faim sur l’écran TV, c’est abstrait …qui sait: cela n’existe peut-être pas ! va peut-être se relever ….
      lorsqu’on a entendu, en direct, le cri d’une mère qui a perdu son enfant : ça ne vous quitte plus …( impossible d’avoir même l’idée de spéculer sur les besoins fondamentaux )
      Il y a une approche toute autre de ces merveilleux outils : la forme « remède » : c’est celle-là qu’il faut impérativement développer …aider, promouvoir, apprendre, gratuité …
      = construction
      retrouver le sens …le sens de la vie.

  1. Le quart des Européens menacés de pauvreté

    Pas moins de 81 millions de personnes, soit 16,5% des 495 millions d’habitants de la communauté, risquaient de tomber dans la pauvreté une fois pris en compte les transferts sociaux, c’est-à-dire que leur revenu disponible se situait en dessous du seuil national de risque de pauvreté.

    Un total de près de 116 millions d’Européens relèvent d’au moins l’un de ces critères (risque de pauvreté après transferts sociaux, privation matérielle grave, appartenance à un ménage à très faible intensité de travail).

  2. Le chef du Parlement slovaque, Richard Sulik, a estimé lundi que la Slovaquie, après avoir adhéré à l’euro en 2009, devrait envisager le retour à la monnaie nationale face aux problèmes qui pèsent sur la zone euro.

    «Il faut arrêter de croire aveuglément aux dirigeants de la zone euro et préparer un plan B, celui du retour à la couronne slovaque», a déclaré M. Sulik, ancien économiste libéral, dans une tribune publiée par le journal économique Hospodarske Noviny.

  3. – L’enfoiré

    Pardonnez-moi si mes propos ont dépassé le sujet. Je croyais que vous faisiez de l’humour là où des résonances plus intimes vous faisaient parler. Désolé. Cette crise va bien au delà de la Fed et des Banksters décidément et elle ne fait pas que nous toucher au porte-monnaie.

    Le monde n’est pas nu, il est dépouillé.

    1. Il est bon le papy. Julien ou Paul. faut absolument incruster la vidéo du discours de Sanders (mine de rien, premier candidat indépendant depuis 1950, élu au Congrès des États-Unis en 1990).

  4. Et quel écho !

    À voir absolument et à diffuser car cela nous concerne au premier chef. Tout y est : exemptions fiscales, privatisation de la Sécurité Sociale, élimination de la législation sociale, abrogation ou ralentissement de beaucoup des dispositions modestes dans la loi de réforme financière …

    Extraits :

    « L’année dernière Exxon Mobil a fait 18 milliards de profit et devinez ils ont payé zéro en impôts, ils ont eu un remboursement de 156 millions de dollars de l’IRS. »

     » Il y a une guerre en cours, la classe moyenne lutte pour son existence et elle s’attaque aux forces les plus riches et les plus puissantes dont la cupidité n’a aucune limite. »

    1. S’il n’y a pas eu à ce jour de Nuremberg du communisme (sauf au Cambodge un pâle procès de quelques dirigeants Kmers rouges encore en vie, un procès, curieusement, très peu médiatisé), faut-il attendre longtemps encore un Nuremberg de ce capitalisme? Va-t-on l’attendre encore longtemps?
      Pourquoi donc les autorités fédérales US ne font-elles pas une descente de police à Wall-Street? Et tous autres endroits analogues? Embarque le monde qu’il faut, saisisse par surprise le maximum de preuves, ferme Wall-Street et analyse les saletés qui s’y concoctent?
      Il y a bien eu des descentes de police pour des millions de fois moins!

    2. Qui se souvient de l’intervention d’Yves Cocher à l’Assemblée Nationale et a-t’elle provoqué le moindre changement ??
      Non.
      Mais la prise de conscience n’en est que plus importante.

  5. Dans cette histoire, selon les sources journalistiques, il paraît que son fils de deux ans était endormi dans la pièce d’à côté.
    Si c’est vrai, j’espère qu’il n’a pas découvert son père le premier.

    1. un moment.
      Pas UN, mais des centaines de millions d’enfants ont été ainsi crucifiés par les armées US dans des dizaines de pays en 50 ans…
      Restons sérieux.
      Parlons du chien sans laisse, le pauvre…

    2. @Charles A.

      Le genre de réflexions que vous nous dispensez là, plutôt que de simplement vous dispenser de répondre, je lui décerne un qualificatif bien précis, en général : infame.
      Si je suis bien luné, je dis juste « minable« .

  6. chanson des traders

    j’ai spéculé sur des corsair’s
    qui attaquaient de beaux galions
    et me ramenaient du pognon
    à ne savoir vraiment qu’en fair’

    j’ai joué sur des négriers
    pendant que ‘j’étais à Bordeaux
    y’ avait sur l’eau deux cent négros
    qui allaient m’rapporter un paquet

    mes descendants jouent de l’argent
    sur qui va perdre sa maison
    sur qui deviendra mendiant
    à tous les coups ils sont gagnants!

    refrain:
    salauds d’pauvres, salauds d’pauvres
    vous êtes nés pour en baver
    nous on est nés pour en gagner

    1. Sur l’air de la Carmagnole ?
      Y aurait aussi Jérôme Kerviel avait raison sur l’air de Cadet Rousselle, déjà tenté : ça commençait comme ça « Jérôme Kerviel avait raison/ Jérôme Kerviel avait raison », puisque vous en avez le talent, sans vous commander, si ça vous inspire…
      En tout cas merci pour cet apport à la culture populaire, sans commune mesure avec une Rihanna dont il s’agit sur un autre fil du même blog.

    1. Ouverture des yeux demandée.

      D’après les chiffres de PIB entrants et sortants de l’ensemble des pays de la planète, il y a 10% de PIB sortants qui « disparaissent » en fumée… (chiffre 2007)

      Où croyez-vous qu’ils aillent..?? Sur la Lune..??

    2. Et entre parenthèses, ça me fait doucement marrer le « classement Forbes ».
      Si les deux tiers des vraies grosses fortunes sont officielles, je ne vous explique pas ce qui dort dans les coffres paradisiaques.

    3. Entre nous les comptes bancaires bourrés de millions d’euros sont constitués de bits sur des disques durs ou des mémoires.
      Ou d’électrons transitant sur des câbles DSL entre le Luxembourg et Bâle.
      Attention aux bugs en cas de crack car tout çà est virtuel ,autant que l’or papier.
      Les comptes off-shore ne valent pas plus que les placements immobiliers.
      Ma fortune fondra donc en France (voyez Johannes) à la vitesse de l’impôt, puisse-t-elle être enployée à bon escient par un état responsable.
      Je fais confiance à mes ministres avocats fiscalistes bien aimés.
      Asile de Charenton le 14/12/10.

  7. L’Irlande toujours en récession en 2011 (-2.3 pct) selon E & Y.
    Ireland’s economy will shrink again next year and unemployment will head toward 16pc, a gloomy report on the country’s prospects from Ernst & Young has said. Further austerity measures may be needed, it says.

    While the Department of Finance expects growth of 1.75pc next year, the global accountancy company is forecasting a contraction of 2.3pc in terms of GDP.

    The Government’s projections were « overly optimistic » and further austerity measures would be needed to rein in the deficit, the company claimed.

    http://www.independent.ie/business/irish/economy-to-shrink-again-in-2011-report-predicts-2459506.html

  8. L’ego, le moi et le ça. Passage a l’acte car l’ego surdimensioné (rally haussier) n’equilibre plus le moi (en depression) par rapport a ça (le mur de realité).

  9. « Inside job » : j’ai enfin pu voir ce film coup de poing, très bien documenté et sans concession, qui débute par l’analyse au scalpel du cas islandais. Il n’apprendra rien aux lecteurs de ce blog mais devrait être diffusé dans toutes les classes d’économie, au lycée, à la fac et dans les écoles de commerce.

    Curieusement, les travers du monde de la finance (cocaïne, prostituées) n’ont pas été mis à profit par les enquêteurs pour faire tomber les banquiers d’affaire, comme Al Capone et ses fraudes fiscales. On s’étonne aussi que Christine Lagarde n’ait appris la chute de Lehman Brothers qu’après coup.

  10. Je le poste ici, ne sachant pas où le mettre ailleurs. Reuters qui fait un article à partir d’un câble de la diplomatie US diffusé par Wikileaks en rapport avec la Crise,.

    In a March 2008 cable leaked by WikiLeaks to the Guardian, Bank Governor Mervyn King told U.S. ambassador in London Robert Tuttle that British banks needed injections of capital and that central bankers should coordinate their efforts.

    Je ne pense pas que le contenu apporte des éléments tout à fait nouveau pour ce blog.

    1. Ce qui est bizarre c’est qu’au même moment où il essayait de mettre en place un bail out des banques britanniques en secret, il déclarait la chose suivante en public :

      So we are discussing with the banks how a longer-term resolution of the problem might be reached. It is too soon to say where those discussions will lead, but two principles would underlie any central bank role. First, the risk of losses on their lending should remain with banks’ shareholders. The banks neither need nor want the taxpayer to insure them against these losses.
      TC OPENING STATEMENT 26 MARCH 2008
      http://www.bankofengland.co.uk/publications/other/treasurycommittee/ir/tsc080326.pdf

      « Les banques n’ont ni le besoin, ni le désir, que se soient les contribuables qui les protègent contre ces pertes »

    2. Vraiment bizarre…. 🙂 🙂
      Excellent, Chris.

      Nous pourrions même peut-être éventuellement émettre le projet d’ébauche d’hypothèse que le Grand Guignol est allé trop loin.
      Le mouvement inverse, je n’ose même pas y penser.

    1. Pour préciser un peu:
      Je pense qu’il est déjà trop tard;
      je crois qu’il n’est pas de pouvoir capable de mesurer la conséquence de ses actes;
      « mettre hors d’état de nuire »: évidemment sans violence! Par exemple, il suffirait, en bas d’une page, de la signature des chefs des Etats du G20 (y compris les 27 de l’UE donc), soit la cinquantaine d’Etats responsables de la très grande majorité de la prédation financière et/donc matérielle de notre planète bleue.
      En résumé: tous les désespoirs sont permis.

  11. http://www.lalibre.be/toutelinfo/belga/142724/la-hongrie-a-sauve-son-systeme-de-retraite-affirme-viktor-orban.html

    La Hongrie « a sauvé » son système de retraite, affirme Viktor Orban

    Mis en ligne le 14/12/2010 à 18h10

    Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a défendu mardi la nationalisation controversée des fonds de pension privés, affirmant avoir « sauvé le système de retraite » du pays, au cours d’une visite à Vienne. « Nous avons sauvé le système de retraite hongrois », a déclaré Viktor Orban à l’agence APA. « Une dette de quelque 80% du PIB pèse sur la Hongrie », une situation « inacceptable » qui rendait la nationalisation nécessaire, a-t-il argumenté. Le parlement hongrois a adopté la veille la nouvelle loi mettant fin au système mixte de pensions introduit en 1998, provoquant l’ire des caisses de retraite dont l’avenir est de facto menacé. La loi donne jusqu’à fin février aux trois millions de Hongrois cotisant à une caisse privée pour décider s’ils rejoignent le système public avec le pécule accumulé jusque-là. Le montant des sommes épargnées dans les fonds de pension est égal à près de 3.000 milliards de forints (11 milliards d’euros). Ceux qui resteront fidèles aux caisses privées perdront dans les faits tous leurs droits à la retraite d’Etat. Le chef du gouvernement a défendu cette clause particulièrement controversée. « Celui qui est solidaire envers nous (la société, ndlr), nous sommes également solidaires envers lui. Mais celui qui n’est pas solidaire envers nous, celui là ne doit pas compter sur le soutien de la communauté », a-t-il dit. La nouvelle loi pourrait permettre à la Hongrie de dégager un excédent de 5% de son PIB en 2011, au lieu d’un déficit de moins de 3% jusqu’ici officiellement visé. Viktor Orban a rencontré son homologue autrichien Werner Faymann dans le cadre de consultations préalables à la présidence hongroise de l’UE. (LEE)

    1. Quelle belle alternative, voulez-vous être solidaire avec le nous sociétal. Et notre  »hongrois » d’adoption, que choisirait-il? la garantie ou le pouvoir de tout perdre.

    2. Et, pendant ce temps là, chez nous, on privatise tout !!
      de quoi finir par se fâcher trés fort !
      sans passer par les représentants du peuple: la sinistre de la santé décide :
      … »les prélèvements à domicile seront désormais interdits ! Les patients devront donc se rendre au laboratoire par leurs propres moyens, quel que soit leur état, ou bien se faire hospitaliser !
      > > > Troisième conséquence : les laboratoires étant tenus de s’équiper de machines hyper-performantes, avec le moins de personnel possible, (ah oui, parce que j’ai oublié de vous préciser que l’état a décidé de diminuer fortement le remboursement des examens sanguins aux laboratoires !) pour pouvoir continuer à fonctionner, ils vont devoir se regrouper (but final avoué : 1 à 2 labos seulement par département !!!).
      > > > Bref, les hôpitaux de taille moyenne qui possèdent leur propre labo vont le fermer (c’est déjà fait à Paoli-Calmette, par exemple, Cavaillon et Orange vont suivre) et il faudra donc se déplacer vers un grand plateau technique pour faire les examens qui ne sont pas hyper-courants. Comme ces grands plateaux techniques seront les seuls à accueillir une grande partie des examens à réaliser, nous n’aurons les résultats qu’au bout de plusieurs jours (et mieux vaut ne pas en avoir besoin un vendredi après-midi !)
      > > > Enfin, cerise sur le gâteau : en toute discrétion, il a été décidé que désormais le directeur d’un labo n’a plus besoin d’être biologiste !  » / ben voyons, vont mettre un phynancier !
      … »La Générale de Santé, ainsi que d’autres grands groupes financiers sont donc en train de racheter tous les labos de France et de Navarre et il devient donc impossible à un médecin biologiste de posséder son propre labo…  »
      / réseau amical …

  12. Entre deux chroniques du Grand Journal sur Canal plus, on peut voir une publicité pour le Fonds Agressor de la Financière de l’Echiquier : 43 % de rendement en 2009, 25 % en 2010 : Madoff ne continue-t-il pas de donner des ordres de sa prison, comme tous les grands caids?
    Sérieusement : peut-on expliquer comment de tels rendements sont possibles ?

    1. Surtout quand France inter nous gave tous les matins avec une pub débilitante du Crédit Agricole pour des prêts immobiliers à 0% !!!!

    2. Etant donné que cela doit être des fonds de fonds avant de savoir ce qu’il y a dans votre salade composée à 43% de rendement en 2009 et 25% en 2010, bon courage.
      Peut être ne le saurez vous que si le fond finit par être non côté et pas avant, ce qui est dingue c’est que ces produits financiers sont incontrôlables par le particulier qui y souscrit.
      Il doit juste avoir Con Fiance….

    3. http://enzu.patronale.be/useruploads/files/fr/private_life_account/alg.beh.regl.pla_realtis007.pdf

      Voici un exemple de ces merveilles à investir : le fond realtis 2007
      50% carmignac 50% antartica un fond de fond

      Avec l’appât pigeon : le capital garanti.
      Je m’explique : dans la plupart des cas vous allez vous retrouver à prêter gracieusement car passé les débuts le fond va perdre de l’argent comme c’est le cas ici donc vous ne pouvez sortir qu’au terme ici 2017, donc voyez l’investissement gagnant, il est pour le vendeur du produit et le créateur du fond.

      Ici la partie fond Antartica est bloquée, c’est un produit US et ? toujours est il que sa valeur ne peut être estimée aujourd’hui donc c’est bloqué…

      Donc pour l’instant ceux qui ont acheté le produit en sont pour leur frais.
      Mais comme vous direz un de ces vendeurs de produits financiers : ok vous n’êtes pas content mais que diriez vous si vous aviez fait une plus value ?

      Le propectus est joint pour vous démontrer la simplicité évidente du produit à suivre pour un particulier

Les commentaires sont fermés.