FUKUSHIMA : premières leçons, par François Leclerc

Billet invité.

Une enquête du Wall Street Journal revient sur les événements intervenus au tout début de la catastrophe, les 11 et 12 mars derniers, et éclaire les circonstances dans lesquelles est intervenue l’explosion d’hydrogène qui a ravagé le bâtiment du réacteur n°1, projeté des débris radioactifs sur tout le site et lâché dans l’atmosphère une très importante contamination radioactive.

Il a été déjà largement noté que Tepco, l’opérateur privé, avait tardé à inonder d’eau de mer les réacteurs, solution de dernier ressort quand les systèmes de refroidissement ne fonctionnent plus. En le mettant sur le compte de sa volonté de ne pas irrémédiablement condamner les installations et de préserver son investissement financier.

L’enquête du journal fait apparaître que la décision de « purger » le réacteur de l’hydrogène qui s’y était accumulé suite à la surchauffe du combustible, en relâchant des gaz contaminés dans l’atmosphère, a été elle aussi tardive. La procédure japonaise en vigueur imposant de demander auparavant l’autorisation aux autorités, étant donné ses conséquences pour l’environnement. Le président de la compagnie devant préalablement être averti. Une chaîne de commandement qui n’existe pas aux Etats-Unis, les ingénieurs en salle de contrôle étant décisionnaires dans l’urgence.

L’explosion d’hydrogène qui est intervenue, les rejets ayant eu lieu environ une heure auparavant, ne serait pas sans relation avec ce délai. Compte non tenu de difficultés techniques à ouvrir manuellement les vannes, dans des conditions de pression anormales, et de la défaillance des instruments de mesure.

En effet, la procédure suivie par Tepco pose un autre problème, toujours selon le journal. Contrairement aux normes en vigueur aux Etats-Unis, qui imposent de procéder à de tels rejets de gaz contaminé avant que la pression interne à l’enceinte de confinement n’atteigne le maximum prévu par le constructeur (en l’occurrence General Electric), Tepco aurait laissé le niveau de celle-ci atteindre le double de ce maximum avant d’enclencher la procédure permettant de réduire la pression en relâchant les gaz contaminés.

Si cette analyse se révèle exacte, l’opérateur et les autorités japonaises portent la lourde responsabilité, en différant les rejets atmosphériques de gaz contaminé, d’avoir probablement contribué à l’explosion d’hydrogène qui en a relâché des quantités très supérieures.

Voir ici les dernières mises à jour à propos de la situation sur le site de la centrale.

Partager :

172 réflexions sur « FUKUSHIMA : premières leçons, par François Leclerc »

  1. Cher Bible,
    Je trouve pour le moins touchant, l’effort que vous déployez pour défendre la pensée unique concernant le nucléaire. Je dis pensée unique, car chez nos politiques, (UMP, PS, PC, ..), la pertinence du choix du nucléaire ne fait aucun doute. Comme la plupart de nos médias officiels sont acquis à ce choix, souffrez, je vous prie, de trouver un lieu ou s’exprime un avis différent.
    Le premier problème du nucléaire, c’est justement d’être géré par de l’humain, qui plus est dans un système ou le profit immédiat règne en maître absolu.
    Le second, c’est que les conséquences d’une erreur sont à l’échelle des espèces. Les sites de Fukushima et de Tchernobyl sont condamnés pour des millénaires.
    C’est tout un modèle de croissance qui est à revoir.
    Que léguons nous aux générations futures? Des continents de plastique au large des océans,
    une planète malade et qui nous fera crever. Vive la croissance, vive la consommation, et surtout, apprenez à vos enfants le premier verbe à savoir, pas le verbe aimer, mais ACHETER!

    1.  » une planète malade et qui nous fera crever  »

      Un peu d’humour …

       » The planet is fine . The people are fucked !  » G Carlin ( humoriste américain )

  2. @ Bible

    Laissez tomber. Si vous vouliez faire la preuve que ce blog n’est plus (ou n’a jamais été?) un lieu de débat serein, de réflexions rationnelles détachées de l’émotion, de partage d’idées sans préjugés, alors c’est fait.

    @ Tous les autres (y compris Paul Jorion)

    « Comme la plupart de nos médias officiels sont acquis à ce choix, souffrez, je vous prie, de trouver un lieu ou s’exprime un avis différent. »

    Il est très bien, voire même salutaire, de faire entendre ces « avis différents ». Mais vous êtes hélas en train de tomber dans l’excès inverse. C’est à dire un rejet pur et dur de tout ce qui diffère de « votre » avis… En cela ce blogue ne va pas être différent d’un blog de l’UMP, par exemple. Ou de Foxnews! Lorsque la pensée est réduite à « une seule opinion, une seule vision », et que les autres opinions sont d’office conspuées et menées au pilori, alors la pensée meurt.

    Croire en ses idées, c’est bien. Lutter, faire en sorte qu’elles soient entendues, oui! Mais sacrifier au passage tout débat véritable, tout respect d’autrui (en particuliers ceux qui ne partagent pas votre avis), cela n’est plus défendre vos idées. En faisant preuve d’obscurantisme, de fanatisme des idées, vous faites beaucoup de tort à votre cause. Vous dé-crédibilisez vous idées.

    Comment espérez vous convaincre les autres si vous ne les écoutez pas? Si vous n’êtes pas plus ouverts au débat? Si vous les accueillez avec des
    « Pauvre idiot de mec !! »
    « Retourne bloguer sur le site du Figaro »
    « On ne veut pas de toi ici »
    ?

    Il est facile d’être aussi radical que ses adversaires radicaux. Il est beaucoup plus difficile de rester ouverts d’esprit en toute situation. Qu’aurez vous réussi à faire en vous jetant dans la critique acerbe des propos de « bible »? A le braquer, a le pousser à se refermer sur lui même en réflexe d’auto-défense, et à le conforter ainsi dans ses idées de départ. En résumé, si « bible » n’était pas complètement radical au départ, il l’est désormais…

    1. Arrêtez votre char, Ben-Hur, Bible est un troll que nous laissons gracieusement s’exprimer régulièrement. Faut pas pousser non plus !

      1. Ou commence votre définition du « troll », et où s’arrête t’elle?
        – Troll = quelqu’un qui a une opinion différente de la vôtre mais ne sait pas l’exprimer correctement?
        – Troll = quelqu’un qui a une opinion différente de la vôtre?
        – Troll = gêneur qui cherche l’attention en lançant une polémique, en soutenant des idées insoutenables?

        Bref, on récolte ce que l’on sème. Les « trolls » émergent d’autant plus facilement que le débat est radical. Et inversement, dans un débat radicalisé quiconque va à contre courant est perçu comme un troll, semblerait-il… D’ailleurs je vais vous laisser à vos réflexions, avant de me faire taxer de troll.

      2. Ha bon,???
        Je pensais que c’était un animateur rémunéré pour amuser les forumistes.

        Alors ce n’est pas du second degré?

        C’est grave alors.

    2. bible ne recolte que ce qu’il seme…. il vient polluer le debat avec sa malhonetete intellectuelle sans bornes; qu’a-t-il a defendre ? ce n’est meme pas clair ! c’est venir piquer pour le plaisir, rien de plus.
      allez bible, dites nous le fond de votre pensee au lieu de tourner autour du pot !
      quel est reellement votre probleme avec les propos tenus sur le nucleaire par exemple ?
      mais peut etre le nucleaire n’est-t-il qu’un element cristalisateur de votre hargne, dans ce cas quel est l’origine de celle ci ?
      allez y, debatons en !! mais pour l’amour du ciel debatons en sans mauvaise foi !

    3. G. MAL

      Règle n°1 – Ne jamais se laisser envahir par les trolls : ces sales bêtes sont capables de vous réduire toute la charpente en poussière en moins de deux. 🙁

      Ce faisant, vous croyez que le blog PG trônerait toujours en première position dans le classement meilleurs blogs d’économie chez Wikio ?
      Allons un peu sérieux ! z’ont une réputation à tenir ! 😉

  3. Je ne suis pas pro -bible – ( le pseudo , pas le livre .. ) , mais je compatis un peu avec lui …

    J’ai vécu une ou deux fois cette situation … Quand on essaie ( sincèrement , j’espère ) d’intervenir sur un forum ( blog) dans le sens contraire à la majorité , çà devient très vite très sportif ….

    Depuis , j’essaie de me taire quand je me sens en désaccord , même si je pense avoir des arguments …

    1. Le troll est quelqu’un qui va sur un forum ou un blog où il sait pertinemment que la majorité pense le contraire de ses idées. C’est cela qui l’attire. Parfois le troll, lorsqu’il est très pervers, adopte par principe les idées contraires de la majorité des participants d’un forum. Il se fait UMP sur un forum socialiste et se transforme en socialiste sur un forum UMP. Son objectif est la controverse gratuite et se faire remarquer.
      Il est bien entendu que quelqu’un de normal ne va pas sur un forum communiste s’il est anti-communiste ou l’inverse. Sauf à être un troll et chercher la castagne. Et il ne s’agit là en rien de respect de la diversité des opinions, car ce respect se fait avec l’existence de forums d’un bord et de l’autre, pas avec la polémique au sein de chaque forum.
      Ce blog (et leurs détenteurs) défend une certaine conception du monde. Ceux qui ne la partagent pas peuvent aller sur des blogs avec lesquels ils auront plus d’affinité. Il s’agit plutôt d’être constructif (cela n’empêche pas la critique) et d’apporter sa pierre à l’édifice.

      1. @Marlowe

        Ne pas oublier infâme désinformateur amateur. On mixe tout ça et on obtient un troll = désinfâmateur.
        Moi qui ai la prétention d’en être un vrai un jour (quand je s’rai grand ! ), je tiens á la précision et á la complétude de la définition…

  4. Merci pour ce début de confirmation rassurante pour les actionnaires.
    On essaye au moins de préserver ces merveilleuses installations !!!

    -Réflexion d’un abruti :
    « Vous ne voulez pas vous éclairer à la bougie quand même ! ? »

    -Réponse d’un chef d’entreprise responsable :
    « Ah non ! Je préfère encore qu’on tue mes enfants. » !

    Texte bien à la page sur le désastre :
    http://labsolu.revue.free.fr/indexframe-CORPSLeonBloyMeditationdunsolitaire1916.html

    Source : http://labsolu.revue.free.fr/indexframe-CORPS.html

    Belle fin de journée à vous.

    1. si c’est vrai …ça parait peu probable, tout-de-même ..à moins que un allègropathe ?

      correction:

      -Réponse d’un chef d’entreprise irresponsable et sadique :
      « Ah non ! Je préfère encore qu’on tue mes enfants. » !

      1. Merci pour cette note d’espoir.
        Ce qui est vrai aussi c’est le résultat catastrophiques de petits « concours » de circonstances improbables (improbabilisés car non rentables économiquement, et devenant criminels au regard des faits) qui piétinent des paradis et qui tuent.

  5. Ce n’est pas le n°1 seul qui a explosé à cause de l’hydrogène mais le 1, le 3 et le 4. Celle du 3 est spéciale par la projection de débris lourds à la verticale, ce qui laisse penser à une explosion venant du confinement, avec perte possible de combustible. Possible seulement. En tout cas on a trouvé des morceaux de béton fortement contaminés qui ne devraient pas l’être autant dans une simple explosion des murs de la zone de travail.
    Actuellement, l’hydrogène et la vapeur s’échappant des piscines ne sont pas responsable d’une importante contamination, l’origine la + probable est l’eau fortement contaminée du circuit de refroidissement (de chaque réacteur) qui fuite vers la mer et la vapeur non condensée provenant des cuves ou du tore.
    Les cartes de contamination autour du site montrent des niveaux qui évoluent peu, la principale contamination date bien des explosions, avec un panache nord-ouest, et à mon avis essentiellement du n°3.

    Des décisions de principe ont été prises sur des points nécessaires, comme le refroidissement en circuit fermé des piscines (et réacteurs, si c’est possible), il en reste bien d’autres tout autant nécessaires comme la création de lagunages couverts pour stocker l’eau et les débris récupérées, la fabrication de grues télécommandées pour extraire le combustible des piscines et les mettre à sec, créer des enceintes sous-pressurisées autour de chaque réacteur pour isoler les vapeurs de l’atmosphère une fois les piscines vidées si le refroidissement des cuves en circuit fermé n’est pas possible…

    1. Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que les piscines, notamment celle du numéro 4, n’ont pas contribué à la contamination. Dans le numéro 4, le coeur venait d’être déchargé, toutes les barres se trouvaient dans la piscine et aucune dans le coeur. D’où est donc provenu selon vous l’explosion qui a eu lieu dans ce réacteur? L’ébullition et/ou la fuite de l’eau de cette piscine a permis l’exposition et une fusion d’une partie des barres qui ont été directement en contact avec l’atmosphère. L’énergie mise en jeu est de l’ordre de quelques mégawatts, c’est bien plus faible que celle du réacteur en activité (d’un facteur 1000) mais il s’agit d’autre chose que des quelques fers à repasser évoqués par Bernard Bigot. L’existence de piscines non confinées apparait clairement comme un défaut de conception. La période qui suit le déchargement du coeur est particulièrement sensible à un accident affectant les piscines.
      Il est trop tôt pour comprendre en détail ce qui s’est passé mais on pressent que ce quadruple accident a impliqué non pas un mais une multitude de défauts de conception et de procédure.

      1. Les piscines représentent la source aérienne importante actuellement, mais c’est en volume bien moins important que les explosions (et surtout celle du 3, à mon avis). Preuve en est la contamination au sol qui varie peu depuis les explosions. Le combustible des 4 piscines est recouvert de plusieurs mètres d’eau.

  6. Des chiffres…

    Périodes radioactives des radionucléides présents lors de la catastrophe nucléaire de fukushima : strontium 90 : 28 ans, césium 137 : 30 ans,
    plutonium 240 : 6560 ans, plutonium 239 : 24 100 ans.
    http://mikephilbin.blogspot.com/2011/03/fukushima-daichi-plutonium-238-239-240.html

    Voici quelques données puisées dans le document intitulé :
    Contaminations radioactives : atlas France et europe, CRIIRAD et andré paris,
    éditions yves michel

    Lorsque les dépots d’iode 131 (cumul de césium 137) sont supérieurs à 13 000 Bq/m2, la consommation de produits laitiers et de légumes feuilles doit être interdite pour les enfants. Au-delà de 100 000 Bq/m2 aucun de ces produits ne devrait être commercialisé.

    Lors de la catastrophe de Tchernobyl et des passages de pluie radioactive, en corse, dans les alpes de haute provence, les alpes maritimes, le jura et le bas rhin, certaines communes ont reçut des dépots de radioactivité supérieurs à 30 000 Bq/m2.
    En corse le 12 mai 1986, les services officiels ont analysés du lait de brebis contenant plus de 4000 becquerels d’iode 131 par litre, bien que la limite soit fixée à 500 Bq/kg pour les productions européennes, les populations concernées n’ont pas été informées et le lait a continué à être consommé, avec une augmentation des cancers de la thyroïde conséquente.

    En 1997, la radioactivité demeure encore importante puisque l’IPSN mesure encore des taux de concentration d’iode entre 30 000 Bq/m2, et 60 000 Bq/m2, dans le lait de vache et dans les légumes feuilles récoltés dans presque tous les départements de l’est de la France dans un large.

    La dose de 50 mSv par an est la limite de dose annuelle pour la thyroïde.
    La glande thyroïde d’un nouveau né pèse environ 1 gramme, celle d’un adulte environ 20 grammes. Il faut 100 000 Bq d’iode 131 pour délivrer 50 mSv à la thyroïde d’un adulte, alors que 14 000 Bq suffisent pour un enfant de un an.
    Près de vaison la romaine, certains sites ont reçu des dépots d’iode radioactifs supérieurs à 100 000 Bq/m2.

    Attention aux discours lénifiants des ministres de tutelle et des autorités du nucléaire en France et partout dans le monde. La catastrophe de fukushima est toujours en cours, il est on ne peut plus difficile d’avoir des mesures fiables de la part des fabricants et des actionnaires de l’industrie nucléaire.

  7. TEPCO discloses radiation map

    Tokyo Electric Power Company has disclosed a map of radiation levels at the damaged Fukushima Daiichi nuclear plant.

    The utility plans to urgently remove radioactive rubble, and the map will help to protect workers from unnecessary exposure to radiation.

    TEPCO began making the map in late March, and has posted copies in the plant’s buildings.

    The map shows radiation levels that controllers measured around the first 4 reactors before the start of the working day.

    Radiation levels around the Number 3 reactor building, which was damaged by a powerful hydrogen explosion, are higher than in other locations, and 300 millisieverts per hour of radiation was detected in debris on a nearby mountainside.

    Work started on April 6th to remove contaminated rubble, which had been obstructing the restoration process.

    TEPCO says much of the debris around the former office building has been removed, and it has started clearing the rubble around the Number 3 and Number 4 reactors.

    Enough debris has been removed to fill 50 containers, and it is being kept in a field on the mountainside.

    The radiation levels one meter away are 1 to 2 millisieverts per hour.

    Sunday, April 24, 2011 22:32 +0900 (JST)

  8. beaucoup de commentaires sur la dangerosité éventuelle des centrales,leur nécessité, les erreurs humaines ,les risques pris ou à prendre……. EN CE MOMENT, DANS L’OUEST DE L’INDE, UN PROJET DE SIX CENTRALES EST EN ROUTE (en partie vendu par Sarkozy/Areva et l’une sera la plus énorme jamais construite) SUR UNE FAILLE SISMIQUE ET DEVANT LE LITTORAL.Les gens de la région se battent à en mourir. Premier mort il y a deux jours . Faudra-t-il en arriver là ?

    1. Merci du rappel
      http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110420-violentes-manifestations-inde-contre-projet-centrale-nucleaire-areva

      Les écologistes et une partie de l’opposition réclament ainsi l’annulation du projet. Mais le ministre de l’Environnement a rétorqué dimanche 17 avril qu’une telle option était hors de question, l’Inde ayant un besoin crucial de renforcer ses capacités énergétiques pour soutenir sa folle croissance économique dans les décennies à venir.

      sa folle croissance économique

      beau lapsus , par écrit c’est plus rare

  9. la volonté de ne pas inonder les réacteurs prouvent que l’operateur avait dans l’idée de pouvoir réutiliser les centrales après réparation !

    il n’y a pas de petits profits , toujours la rentabilité maximum. ..

    pour éviter de tels accidents , chaque centrale devrait etre equiper des réservoirs d’eau en amont préts à larguer des tonnes d’eau en cas de réaction incontrolable !

    mais évidement la centrale serait inutilisable .

  10. http://www.bastamag.net/article1522.html
    Explosion d’un puits de gaz de schiste en Pennsylvanie
    Des milliers de litres d’eaux usées, issues de forages, viennent de s’échapper d’un puits de gaz de schiste à Leroy, une ville américaine située en Pennsylvanie. L’explosion a eu lieu mardi 19 avril, peu avant minuit, lors d’une opération de fracturation hydraulique. Cette dernière consiste à effectuer des mini-séismes en injectant des millions de litres d’eau et de sable sous pression, chargés de produits chimiques. Des équipes de secours auraient réussi à stopper les écoulements le lendemain dans la soirée. Pour autant, ni la compagnie ni le Département pour la protection environnementale de l’État ne peuvent fournir une estimation de la quantité de liquide déversé. Quant aux sept familles résidant à proximité du puits, elles n’ont toujours pas regagné leur domicile, le puits n’étant pas totalement sous contrôle.

    La compagnie Chesapeake Energy, qui exploite le puits, a expliqué que cet incident est dû à « une défaillance d’équipement ». L’entreprise a déjà reçu de la part du Département pour la protection de l’environnement 30 avis de violations pour ses opérations de forages, en 2011. En 2008, rapporte Citizenvoice, Chesapeake Energy a été citée 284 fois pour des violations, et a dû mettre en œuvre, à 58 reprises, des mesures demandées par des contrôleurs.

    Cet accident survient alors que la mission d’étude en France sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des « hydrocarbures de roche-mère » – gaz et huiles de schiste – vient de remettre son rapport d’étape au gouvernement.

    Sophie Chapelle

  11. http://www.bastamag.net/article1521.html

    Et si on construisait des parcs éoliens coopératifs ?
    par Nolwenn Weiler

    Et si la production d’énergie était écologique, démocratique, et participative ? Dans le Pays de Redon, entre Bretagne et Pays de la Loire, une aventure unique en France est menée : celle de la construction d’un parc éolien coopératif. Ce projet, fondé sur des savoir-faire nouveaux, pourrait aujourd’hui être diffusé et transféré sur d’autres territoires. Se réapproprier les questions énergétiques, confisquées par l’État et les experts d’EDF, c’est possible. C’est ce qu’on apprend, depuis 10 ans, dans le pays de Redon. Reportage.

  12. Je vous conseil l’excellent film-reportage « Into Eternity » de Michael Madsen. Désolé si cela à déjà été posté. Qu’on soit pour ou contre le nucléaire, ce film laisse songeur. Très songeur…

  13. Je me demande sérieusement si Fukushima n’est pas le cancer qui à terme menace l’ensemble de la planète et si l’apocalypse n’ pas déjà commencée sans que nous en soyons conscients !

      1. Piotr: Matthieu

        « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres: gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs. » (24, 6-8)

  14. Tout se passe comme si notre bien folle civilisation commerciale ne pourrait jamais faire l’expérience de sa propre fin.

    Le monde est une comédie pour ceux qui réfléchissent et un tragédie pour ceux qui sentent.
    [Hugh Walpole]

    Certains aiment tellement la science, le commerce, l’argent, le pouvoir, la raison, l’orgueil humain, les distinctions, les premières places, l’atome qu’ils seraient même prêts à sacrifier davantage de pauvres gens et l’humanité pour cela.

  15. @Bible!
    « Fumer est la cause de millions de fumeurs tous les ans »

    Trop drôle!
    Encore un lapsus on line…
    Pour mettre le paquet par dessus le paquet, pourquoi ne pas y inscrire: « la Vie tue »?
    « Fumer tue », c’est un peu en deçà…

  16. On croit rêver:
    http://www.google.com/url?sa=X&q=http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h-ESQvcqo0_6Y3F2VXcfgVUHiDVg%3FdocId%3DCNG.fce0536b4b2e440336e9bd814dfc8518.13b1&ct=ga&cad=CAEQARgAIAAoATAAOABA64TW7QRIAVAAWABiBWZyLUZS&cd=6OHkiAPdb28&usg=AFQjCNHmVuMJzCH-whMTKZybvUqixHm6Bg
    Ils ont prévu de baisser les rétributions des salariés….Mais jusqu’ou va la ^logique d’entreprise c’est aux salariés de payer les indemnités?? Et qui va payer les indemnités des salariés???Lamentable immoral et minable
    Tepco la honte de l’humanité si leu entreprise n’est pas viable qu’ils fassent un emprunt comme tout le monde puis nationnalisation et liquidation en urgence ils en sont encore a faire de la compta ces minables…

  17. qu’est-ce qui est honteux ? Que les salariés soient pénalisés de 20% ? Ou que PDG et autres têtes ne le soient qu’à 50% ?

Les commentaires sont fermés.