L’actualité de la crise : L’ACAMPADA DEL SOL, par François Leclerc

Billet invité.

En énumérant dans sa causerie du vendredi la succession ininterrompue d’événements que nous traversons, si divers dans leur nature mais ayant en commun de nous surprendre, Paul Jorion a eu raison de dire que leur vision panoramique mettait en évidence l’importance du grand tournant en cours. Que reste-t-il ensuite à faire, sinon à les suivre et tenter de les comprendre ?

La Puerta del Sol est à son tour devenue le centre de l’attention. A la manière de l’occupation de la place Tahrir du Caire, la place historique des grandes manifestations est depuis mardi dernier le village ou le campement des jeunes madrilènes, l’acampada del Sol. Bravant la pluie et le soleil, ou le manque de sommeil, des milliers d’entre eux y campent comme ils peuvent et s’organisent, ne manquant pas de faire résonner de vieux souvenirs dans la tête des anciens occupants de la Sorbonne. Cuisine, infirmerie, bureau des objets trouvés, service juridique, cordon de sécurité, panneaux affichant les besoins, toiles de tente tendues et matelas, rien ne manque aux manifestants organisés en commissions d’organisation ouvertes à toutes et à tous à la faveur d’appels au volontariat au mégaphone.

Des modérateurs animent des débats animés et sans fin dans des petits groupes, comme cela a été le cas à Barcelone sur les Ramblas, quand Franco est mort, sur le Rossio de Lisbonne, quand les militaires ont fait chuter la dictature, sur la place Omonia à Athènes, quand les colonels sont tombés… On n’en finirait pas.

Les besoins essentiels sont couverts, la solidarité aidant. Celle des habitants et des commerçants, dont certains viennent de loin pour apporter leur soutien matériel, car l’argent n’est pas accepté. D’autres visites aussi sont enregistrées. Non seulement celles de familles qui viennent au grand complet, mais aussi de personnes âgées, qui tiennent à en être aussi, pour encourager la jeunesse et en souvenir de leurs propres luttes contre une dictature qui pour ne pas être aussi crûment celle de l’argent n’en était pas moins féroce. Citée par El Pais, une vieille dame de 70 ans a déclaré dans la journée d’hier à la journaliste : « Cela fait longtemps que les jeunes n’ont pas bougé. Cela aurait dû arriver depuis longtemps, et je suis émue. A mon époque, c’était plus difficile parce que nous avions Franco, aujourd’hui ce n’est pas facile non plus.” 

Toutes les ressources du nouveau monde numérique ont été et continuent d’être utilisées pour rassembler et susciter de nouvelles vocations, afin d’élargir le mouvement. Il l’est déjà sous une forme ou sous une autre dans une soixantaine d’autres villes espagnoles, et plus symboliquement à l’étranger. Barcelone, haut lieu de l’immigration latino-américaine politisée, se singularisant par des concerts de casserole à la manière de là-bas. Twitter, Facebook, des forums, de nombreux blogs et les sites propres du mouvement Democracia Real Ya ! (la vraie démocratie, maintenant !) sont tous de la partie. Des caméras permettent de contempler live la Puerta del Sol.

Le scénario est maintenant connu et fonctionne avec toujours autant d’efficacité. La mobilisation se fait d’un seul coup, en dehors de tous les cadres existants et s’impose dans toute son évidence et sa force.

La lecture des banderoles, celle de la plate-forme à l’origine du mouvement, ainsi faute de mieux les reportages publiés dans les journaux, sont plus explicites que tous les discours et analyses, qui viendront après. Un « droit à l’indignation » est parmi beaucoup d’autres revendiqué, nous rappelant aussi quelque chose. « Vous prenez l’argent, nous prenons la rue  ! » est-il proclamé. « Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir ! » ou « Que les coupables paient pour la crise  ! » expriment le sentiment d’une foule disparate mais volontaire ainsi que la frustration et la colère d’une jeunesse très durement frappée par le chômage (44,6% chez les moins de 25 ans, à la fin février dernier). Dénonçant l’injustice sociale, la corruption et les partis politiques qui en sont responsables.

« Nous sommes des personnes normales et ordinaires » : c’est ainsi que débute le manifeste du mouvement, qui plus loin revendique aussi « Nous sommes anonymes », signifiant son rejet du star système de la politique. « Nous sommes des personnes et non pas des marchés », poursuit-il. La suite n’est par contre pas ordinaire, qui en quelques paragraphes et avec des formules bien senties, dénonce un système « qui fait obstacle au progrès de l’humanité ». Il lui est opposé l’exigence du respect des « droits basiques », qu’il énumère dans toute leur étendue, pour enfin faire part de la conviction que « tous ensemble, nous pouvons la renverser [cette situation] ». En voici le texte, en Espagnol.

Les sociologues espagnols parlent de crise morale, José Luis Rodrigues Zapatero affirme sa « compréhension et sensibilité », les membres de l’opposition ne disent trop rien, car ils ont la tête dans des sondages électoraux très favorables.

La Commission électorale a décidé par une très courte majorité d’interdire à partir de samedi le rassemblement, au prétexte de la tenue dimanche des élections. La réponse n’a pas tardé, sous la forme d’un appel à venir lancer à minuit cinq « un cri muet » sur la Puerta del Sol, un morceau d’adhésif collé sur la bouche.

Dimanche, les socialistes au pouvoir du PSOE subiront une déroute électorale, au profit du PP (Partido Popular), le parti de la droite. Lundi, si l’on en croit le Wall Street Journal qui consacre au sujet un article très fouillé, les vainqueurs trouveront dans les tiroirs des bureaux des régions qu’ils auront conquises des avalanches de factures impayées et feront face à une montagne de dette cachée. Si ces prévisions se révèlent exactes, et si la police ne les évacue pas entre temps, les manifestants jeunes et moins jeunes de la Puerta del Sol auront de nouvelles raisons de poursuivre leur campement. Car la crise financière espagnole rebondira.

Partager :

135 réflexions sur « L’actualité de la crise : L’ACAMPADA DEL SOL, par François Leclerc »

  1. Ca sera la première fois que des politiques seront presque soulagés de quitter leur poste … et de passer la patate chaude-brûlante aux vainqueurs !

    1. En Grèce la patate chaude a été refilée au socialistes à l’issue des dernières élections

  2. Le réveil des personnes normales et ordinaires atteint l’Europe : on verra si les grands discours en faveur de la révolte de la rue des pays arabes s’accompagne de la même sympathie de la part des gouvernements d’ici ; je pense plutôt à une répression dure, des manipulations médiatiques massives et la poursuite de chocs sociaux, économiques, politiques. Malgré sa socio-géographie différente, il me semble probable que les USA soient aussi atteint prochainement par cette insoumission citoyenne. Le “Centre” aura du mal a se remettre en cause ; il essaiera de bloquer les évolutions avant de s’adapter ou s’effondrer. Personnellement, j’apprécie hautement la dimension non violente, organisée et démocratique de ce mouvement.

    1. Quand j’ai vu les soulèvements populaires en Tunisie, j’ai immédiatement souhaité que cela arrive aussi dans nos pays d’Europe occidentale. Je me disais que cela ne serait pas de sitôt puisqu’il faudrait un ras-le-bol partagé par beaucoup pour en arriver à descendre dans la rue spontanément. Après les soulèvements des étudiants anglais à cause de la hausse des frais d’études, voici certainement le mouvement populaire initié par la jeunesse espagnole ; un mouvement plus profond est en route.

      1. Vous avez sans doute remarqué que les deux (principaux ?) slogans de DRY (Democratia Real Ya) ne sont pas sans rapport avec ce blog et les mobilisations qui commencent à répandre la poudre contre le capitalisme agonisant:
        -” Une réelle démocratie, maintenant”
        – “Nous ne sommes pas une marchandise aux mains des politiciens et des banquiers ”
        Ici traduction en français analyse dans Viento Sur:
        http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?option=com_content&view=article&Itemid=53&id=2084

  3. Décidément , François a du nez.
    Il pourrait tenir là la plus importante chronique du monde moderne: celle de la révolution européenne.
    Mais cela dépend de nous.
    C’est possible.
    Vous savez ce que vous pouvez faire depuis votre travail, syndicat, parti, ville, association.
    Parlez en avec ceux que vous connaissez, au départ avec ceux qui ont le plus de trippes et de coeur.
    Pour compléter Francois, la traduction de l’appel qui fait le tour du monde:

    Manifeste de « Democracia Real Ya ! »

    Nous sommes des personnes courantes et ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent tous les matins pour étudier, pour travailler ou pour chercher un boulot, des gens qui ont famille et amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un futur meilleur à celles et ceux qui les entourent.

    Parmi nous, certain-e-s se considèrent plus progressistes, d’autres plus conservateurs. Quelques un-e-s croyants, d’autres pas du tout. Quelques un-e-s ont des idéologies très définies, d’autres se considèrent apolitiques. Mais nous sommes tous très préoccupé-e-s et indigné-es par la situation politique, économique et sociale autour de nous. Par la corruption des politiciens, entrepreneurs, banquiers, … . Par le manque de défense des hommes et femmes de la rue.

    Cette situation nous fait du mal quotidiennement ; mais, tous ensemble, nous pouvons la renverser. Le moment est venu de nous mettre au travail, le moment de bâtir entre tous une société meilleure. Dans ce but, nous soutenons fermement les affirmations suivantes :

    L’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, le développement écologique durable, le bien-être et le bonheur des personnes doivent être les priorités de chaque société avancée.
    des droits basiques doivent être garantis au sein de ces sociétés : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation, au libre développement personnel et le droit à la consommation des biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.
    Le fonctionnement actuel de notre système politique et gouvernemental ne répond pas à ces priorités et il devient un obstacle pour le progrès de l’humanité.
    La démocratie part du peuple, par conséquent le gouvernement doit appartenir au peuple. Cependant, dans ce pays, la plupart de la classe politique ne nous écoute même pas. Ses fonctions devraient être de porter nos voix aux institutions, en facilitant la participation politique des citoyens grâce à des voies directes de démocratie et aussi, procurant le plus de bienfait possible à la majorité de la société, et pas celle de s’enrichir et de prospérer à nos dépens, en suivant les ordres des pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir grâce à une dictature partitocratique menée par les sigles inamovibles du PPSOE.
    La soif de pouvoir et son accumulation entre les mains de quelques-uns crée inégalités, crispations et injustices, ce qui mène à la violence, que nous refusons. Le modèle économique en vigueur, obsolète et antinaturel, coince le système social dans une spirale, qui se consomme par elle-même, enrichissant une minorité et le reste tombant dans la pauvreté. Jusqu’au malaise.
    La volonté et le but du système est l’accumulation d’argent, tout en la plaçant au-dessus de l’efficience et le bien-être de la société ; gaspillant nos ressources, détruisant la planète, générant du chômage et des consommateurs malheureux.
    Nous, citoyens, faisons parti de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir cette minorité qui ne connait même pas nos besoins. Nous sommes anonymes, mais, sans nous, rien de cela n’existerait, car nous faisons bouger le monde.
    Si, en tant que société nous apprenons à ne pas confier notre avenir à une abstraite rentabilité économique qui ne tourne jamais à notre avantage, nous pourrons effacer les abus et les manques que nous endurons tous. Nous avons besoin d’une révolution éthique. On a placé l’argent au-dessus de l’Etre Humain, alors qu’il faut le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des produits du marché. Je ne suis pas que ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.

    A la vue de cela, je suis indigné/e

    Je crois que je peux le changer.

    Je crois que je peux aider.

    Je sais que, tous ensemble, on le peut.

    Sors avec nous. C’est ton droit.

    1. Hhmm… Charles.

      Fais attention.
      Les Espagnols réclament la culture libre…

      Et quand tu vois le prix d’un livre….

  4. Merci, Monsieur Leclerc.

    Au profit de la droite…
    Ils n’ont rien compris et sont foutus. De nous déclencher une guerre.

    1. Opposer les citoyens entre eux – jeu des partis et des “leaders” – est le jeu préféré de cette nano-minorité concentrant la giga-richesse du monde.
      Aujourd’hui, il s’agit de l’indignation des citoyens, dans leur ensemble, dans leur dignité !

  5. Plébiscite pour un super VRP des Multinationales !

    Christine Lagarde, ministre de l’économie de la France, déclare que la Grèce est menacée de faillite si son programme de privatisations n’avance pas. Elle se dit flattée que certains dirigeants européens, voient en elle, la meilleure candidate pour prendre la direction du FMI.

    Les soldes d’été sont ouvertes !

    1. PAD.
      Le FMI est sous direction américaine afin d’éviter qu’un état fasse faillite en l’étouffant avec des prêts.
      Que lagarde en prenne la tête serait à la limite moins faux-cul (si je puis dire par rapport à l’autre obsédé) car tout le monde saurait alors que seule la richesse domine.

      Chaque revers a sa médaille.

      1. Je n’en fais pas une question de personne, c’est l’existence du FMI qui est le problème.
        Madame Lagarde est respectable.

      2. Respectable, cela se discute de plus en plus malheureusement. Avec son intervention dans l’affaire Tapie, elle se retrouve dans le collimateur de la justice.

      3. Complètement azimuté, le PAD.

        Mais bien sûr, que la lagarde est respectable. Tout comme les banquiers qu’elle côtoie et ajoutons aussi l’équipe de wall street qui a justement élu lagarde “meilleure femme d’affaires” de l’année 2010.

        Va falloir se rendre compte que la situation en cours est un rejet du système dans son ensemble.
        Mais, tout comme dans un couple où ça se passe mal, les torts sont partagés.

      4. Lagarde fait beaucoup rire les anglosaxons un coté clown blanc à proferer des insanités énormes comme “la rilance” le plus serieusement du monde au moins les presentateurs de la bbc et cnn desserrent un peu leurs cravates etriquées .

        un directeur du fmi allemand ,turrc ou chinois comme le suggere reuters aurait le mérite de recentrer le bouzin : turquie ni totalement européénne pas encore secouée par les revolutions , allemagne qui continuerait de saigner le dollar par son inflexible dogme et la chine
        qui ferait du fmi un font souverain en yuan , effectivement les usa et le uk ont tout à gagner avec lagarde ..

  6. Je ne connais pas très bien l’Espagne, mais une remarque et une question.

    D’abord il a été mentionné largement qu’une écononmie parallèle existe et que les taux de chomage officiels ne sont donc que partiels; en tout cas, leur lecture doit être différente de celle que nous faisons des chioffres français, par exemple. Pouvez-vous donner une idée du facteur correctif?

    Ensuite, dans un ancien pays faciste, existe-t-il encore une extrême droite active, et tente-t-elle les jeunes – ou les vieux, d’ailleurs ?

    1. D’après les informations reçues du mouvement, l’extrême-droite est totalement absente de ce mouvement.
      Comme en France dans le mouvementt de l’automne, elle se met du côté du capital, contre le travail.
      Il n’y a que quand le camp du travail ne se mobilise contre le capital pas qu’elle peut proliférer.

    2. Mais quel ce mépris insupportable pour les latins?

      Hier les Grecs étaient des faignasses(tous les chiffres disent le contraire) et aujourd’hui ce serait les Espagnol qui “notoirement” sont des truands tandis que nous Français somment des parangons.

      C’est insupportable car en plus d’être idiot, c’est faux.

      Que valent donc nos chiffres à nous? Vous pensez qu’en France il n’y a pas d’économie parallèle?
      Qu’est ce qui vous permet d’afficher un tel mépris?

      1. Latins…Latins…Vite dit ! En même temps et pour le même prix, nos “braves flamands irréprochables du Nord et du VOKA” parlent des Wallons ( un peu plus au Sud ) et de leur culture du hamac….Il semble de + en+ plus que la latitude influence elle aussi sur le degré de fainéantise des peuples…Rhooo ! connerie, …Des chiffres ( pour les simples d’esprit ) …système binaire noir, blanc, noir blanc, 0-l, 0-l , 0-l quand tu nous tiens !!!

      2. Latins…Latins…Vite dit !

        m’excuse, mais un peu quand-même, les zzzespagnols se sont un peu “balladés” (façon de parler) dans le coin, à une époque …
        alors, ya un bon petit brassage là aussi ! heureusement !

        et, tous les sud de partout sont toujours, sauf quand trés fâchés, plus “prenant le temps de…”, certainement question d’ensoleillement ( même relatif =) Belgique !) : c’est la faute à la nature !

        ex. prenez un lieu affreux, où ça ne rigole pas question rendement [ je parle d’avant les années 90] : tiens une banque, par ex. =) Nord de la France ( juste après la Loire) : ça bosse, ça bosse, et ça se prend au sérieux, c’est tristounet, etc etc …
        Sud de la Loire, ça va mieux …
        Sud de l’Adour, ça écoute le match de rugby, ça rigole … et, ça met le coup d’accélérateur quand il faut ! =) résultat = le même …
        de quoi réfléchir ….

        enfin, moi, ce que j’en dis …

        d’ailleurs tjs travaillé beaucoup, et pas dans ce secteur ….

    3. Kerjean, c’est une question sur une information qui a été relayée pour avoir ici plus de réalité : pas de mépris du tout. Pourquoi donc réagissez-vous de telle manière ? Donnez-nous plutôt vos chiffres qui disent le contraire pour la Grèce, cela m’intéresse car sans penser que les grecs sont feignants, je pense qu’ils ont profité de l’Europe.

      Le fait d’une économie parallèle hors chiffres officiels peut d’ailleurs se lire comme la résistance au système ici dénoncé.

      1. @ les pieds dans le plat
        Donc d’après vous le peuple Grec est le cancer qui ronge l’Europe ?

        Wauquiez sort de ce corps !!!!!

      2. on est quand même sur un blog qui explique entre autres choses qu’on vit dans un système basé sur le profit, y a même du shadow banking, des paradis fiscaux etc.

        et d’ailleurs en France y a que la capitale qui taffe, parce qu’en région hein y z’ont pas l’air pressé 😉

      3. Ce qu’il y a en Espagne c’est une solidarité familiale qui n’existe pas en France. L’état le sait et s’en serres. La jeunesse, les ni-ni, “ni estudian ni trabajan” en a largement profité, de manière spectaculaire, pour parler comme Debord, mais les nouvelles contraintes force finalement l’esprit à s’aiguiser, rejoignant la jeunesse étudiante prolétarisée, qui elle pour l’instant n’aspire qu’au statut perdu.
        Peut-être que la crise doit encore aller vers plus vers son fond pour que tout le monde y voit enfin clair de manière commune.

      4. Rodj fait bien de rappeler “on vit dans un système basé sur le profit, y a même du shadow banking, des paradis fiscaux etc”.
        Ajoutons que les principaux paradis fiscaux, pour ce qui du blanchiement de l’argent criminel, est à la City et à Wall Street.

    4. @Les peids dans le plat.
      Moi je connais bien mon pays, même si maintenant je n’y habite pas. Oui, l’économie parallèle existe, mais il ne faut pas penser que cela équivaut à de l’emploi régulier. Par exemple, un de mes voisins qui avait un emploi d’électricien dans une PME sert des bières dans le bar le son cousin le weekend. Mon cousin travaillait comme commercial dans une multinationale, maintenant il prépare des documents en black de temps en temps pour un consultant. Ils se font des extras au black de 200-400 euros par mois. Les allocations de chômage de l’un sont dans les 800 euros, l’autre est arrivé à la fin des allocations … (maximum 18 mios, maintenant un peu prorrogé et on veut supprimer la prolongation). Il faut dire qu’en Espagne il n’y a pas de RMI ou prestation sociale equivalente de façon généraisée. Quelques communautés autonomes, dont la Basque, donnent cette prestation. Pour d’autres c’est plutot une aide ponctuel quand on a des enfants, etc. Le pauvres du pays survivent par la solidarité familiale, qui est forte, et par les aides des ONG qui commencent à être très importantes.
      Mais finalement on s’en fout si quelqu’un peut mettre la main sur 200 euros et même si le patron du café en économise 150 euros de charges sociales. Les banques espagnoles, même en crise et incapables de financer les PME, distribuent des bonus millionnaires. Telefonica licencie à tour de bras avec des bénéfices record … La acampada al sol c’est la meilleure chose qui s’est passé dans mon pays depuis le début de la crise.
      Et les jeunes magrébins peuvent être fiers: les jeunes espagnols s’inspirent de leur mouvement et le disent ouvertement.

    5. Intéressant point de vue complètement subjectif.
      Donc, je vais en rajouter une couche.

      Déjà : n’est-il pas normal qu’une économie souterraine se développe quand il n’y a plus de boulot suffisamment…??

      Autre chose. Amusante.
      MOI, je dis : BRAVO aux Grecs.

      Bravo pour frauder autant.
      Pour être aussi malhonnêtes que les meilleurs financiers.
      Car résultat : ils pourraient les faire couler, les financiers.

      1. Pour être aussi malhonnêtes que les meilleurs financiers.

        hihi ! n’exagérons rien ! à l’impossible, nul n’est tenu !
        là, c’est trop !

        mais, ma fois, remettons le monde à l’endroit !

    1. Et le retour de Durruti:
      N’avons pas peur des ruines. Nous allons recevoir le monde en héritage. La bourgeoisie peut bien faire sauter et démolir son monde à elle avant de quitter la scène de l’Histoire. Nous portons un monde nouveau dans nos cœurs.

      1. N’ayons pas peur des ruines !

        Les ruines sont le seul héritage dont nous pouvons rêver.

  7. « Nous sommes des personnes normales et ordinaires »

    Je suis un gars ben ordinaire
    Des fois j’ai pu l’goût de rien faire
    J’fumerais du pot, j’boirais de la bière
    J’ferais de la musique avec le gros Pierre
    Mais faut que j’pense à ma carrière
    Je suis un chanteur populaire

    Vous voulez que je sois un Dieu
    Si vous saviez comme j’me sens vieux
    J’peux pu dormir, j’suis trop nerveux
    Quand je chante, ça va un peu mieux
    Mais ce métier-là, c’est dangereux
    Plus on en donne plus l’monde en veut

    Quand j’serai fini pis dans la rue
    Mon gros public je l’aurai pu
    C’est là que je m’r’trouverai tout nu
    Le jour où moi, j’en pourrai pu
    Y en aura d’autres, plus jeunes, plus fous
    Pour faire danser les boogaloos

    J’aime mon prochain, j’aime mon public
    Tout ce que je veux c’est que ça clique
    J’me fous pas mal des critiques
    Ce sont des ratés sympathiques
    J’suis pas un clown psychédélique
    Ma vie à moi c’est la musique

    Si je chante c’est pour qu’on m’entende
    Quand je crie c’est pour me défendre
    J’aimerais bien me faire comprendre
    J’voudrais faire le tour de la terre
    Avant de mourir et qu’on m’enterre
    Voir de quoi l’reste du monde a l’air

    Autour de moi il y a la guerre
    Le peur, la faim et la misère
    J’voudrais qu’on soit tous des frères
    C’est pour ça qu’on est sur la terre
    J’suis pas un chanteur populaire
    Je suis rien qu’un gars ben ordinaire

    Robert Charlebois – Ordinaire

      1. @Gepeto
        oui, google traduction donne : téléspectateurs
        et ceux-là sont pas branchés sur la lobotovision à soupirer sur les années bonheur 🙂

  8. Un grand merci à François Leclerc pour ce beau billet qui me redonne l’espoir que mon engourdi de pays, la Belgique – certes beaucoup moins touchée par la crise que l’Espagne, mais le réveil prochain sera dur – se lance dans des actions semblables, infiniment plus productives que les ineptes actions apolitiques que certains de mes compatriotes ont lancé récemment, par le truchement d’Internet, avec pour seul et unique slogan « Nous voulons un gouvernement » (planter sa tente numérique face au 16 rue de la Loi (siège du Premier Ministre) , se laisser pousser la barbe jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement, la révolution de la frite (sic !) etc…).

  9. Bonsoir
    Nous sommes le 20 mai, et voila ce que certains médias américains écrivaient le 18..
    http://www.commondreams.org/view/2011/05/18-2
    F. Leclerc est hyper bon mais ne peut être partout.. Peut-être Paul devrait lui engager un aide, car il va finir par exploser, à suivre plusieurs lièvres à la foi(e??) (s??)!!! NON???
    Chris

    PS : quant aux déclarations de Lagarde (pour Pad donc)…rappel d’après Fillon la France était en faillite en Janvier 2000 et des poussières … … … et 6 mois après on sortait des millions d’euros pour sauver les banques!! Donc les politiques.. y a basta!! Lire la stratégie de choc pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, afin de comprendre la pensée des GOP qui dirige volontairement les choses!!!

  10. Et la “Puerta Del Sol” c’est ici et ici par le biais de “Sol Tv” qui emet en direct depuis la place !

    Impressionnant de voir l’utilisation optimale des moyens internet actuel par la “jeunesse” …

  11. Un seul journal français pour le moment a traiter le sujet de la “spanish revolution”, sudouest.fr

    A noter, un commentaire :

    C’est bien.
    Ceci dit que le pays bascule à droite, néolibéral donc, c’est comme voter pour son bourreau !!
    C’est la droite néolibérale qui a installé ce système pourri (Thatcher, Reagan), qui est majoritaire en Europe. Les autres n’ont pas eu d’autre choix que suivre. Cette droite n’a que faire des valeurs comme le … travail.

    Ce qui rejoint le commentaire d’Yvan

    1. Personnellement j’en ai marre de la sociale-démocratie. Elle sert de vaseline au lexomil.

      Au moins, avec une bonne droite bien dure, ça ne passera pas.

      1. Les deux sont indispensables à la démocratie bourgeoise,
        cad limitée aux rapports sociaux du capitalisme.
        Quand un parti est usé, l’autre a été rechargé dans l’opposition. Il est prêt à servir.
        L’un sert plutôt à tenir les salariés, l’autre à encadrer la petite bourgeoisie.
        Quand le parti dit de gauche n’est plus capable de retenir les luttes des salariés,
        la bourgeoisie finance et organise des bandes fascistes, étatiques et para-étatiques.

      2. D’accord avec toi Kerjean. La victoire de la droite sera une bonne chose. Cela va être plus clair. Et ça va péter parce qu’ils ne vont faire qu’énerver un peu plus la population avec des mesures encore plus iniques.
        Tout ce qui éclaircit le débat est bon à prendre. Fini la vaseline social-démocrate.

  12. Une liste de revendications des plate-formes citoyennes en Espagne

    Réforme de la loi électorale pour que les votes blanc et nul soient comptés.Une imposition plus élevée des grandes fortunes. Suppression de tous les privilèges liés à un mandat politique Contrôle strict de l’absentéisme des élus avec suppression du mandat si l’absentéisme est avéré.Réduction du revenu des élus et suppression de tous les privilèges fiscaux.Réduction et partage du temps de travail.Versement d’un minimum mensuel de 462 euros pour les plus démunis.Refus d’augmenter l’âge de la retraite.Droit au logement pour tous avec réquisition de tous les logements vides et mise en location à loyer modéré et protégé.Contrôle citoyen des dépenses des services publics.Plus de personnel dans la santé et dans l’éducation.Réduction du coût de la scolaritéAugmentation de la dépense dans la rechercheTransport public moins cher et de meilleure qualitéRéduction de la dépense militaireContrôle des banques et interdiction de sauvetage des banquesSanctions sur la spéculationPlus de référendumsRenforcement de l’indépendance de la justice http://www.lavozdegalicia.es/espana/2011/05/19/00031305815434037205208.htm

    De nombreux groupes en création virale spontanée sur le net en ce moment

    REELLE DEMOCRATIE MAINTENANT
    Des rendez-vous partout => http://twitter.com/#!/_globalcamp
    Montreal et Toronto (Canada), Trondheim (Norvège), Amsterdam (Pays-Bas), Vienne (Autriche), Zurich (Suisse), Prague (République Tchèque), Sao-Paulo (Brésil), Phnom-Penh (Cambodge), Bucarest (Roumanie), Montevideo (Uruguay), Istanbul (Turquie), Helsinki (Finlande), Bogota (Colombie), Edimbourg (Ecosse), Varsovie (Pologne), Porto (Portugal), Tokyo (Japon)…

    1. Excellent programme anticapitaliste.
      Ces revendications reviennent à exproprier le capital,
      mettant l’économie et la société les pieds sur terre.
      Que du bon sens.

    1. Coluche ” Les manifs à Paris … entre République et Bastille… C’est là qu’on les autorise !! “

  13. Manifestation devant l’ambassade d’Espagne à Bruxelles: environ 450 personnes

    Près de 450 personnes manifestent actuellement devant l’ambassade d’Espagne à Bruxelles, a-t-on appris auprès de la police. Les manifestants, de nationalité espagnole, protestent contre les retombées de la crise économique en Espagne. Les manifestants brandissent notamment des pancartes qui appellent à la démocratie et scandent des slogans en faveur de la défense du peuple espagnol. Le rassemblement, débuté vendredi vers 18h00, se poursuivait toujours vers 19h00 dans le calme. D’autres manifestations sont prévues en même temps dans d’autres pays, notamment à Paris. (AUM) (CYA) (SLE)

    © BELGA
    BRUXELLES 20/05 (BELGA)

  14. En ce vendredi 20 mai 2011, le mouvement de contestation majeur en Espagne vient de passer un cap au niveau mondial.

    Pour tous les militants que nous sommes, il est difficile de ne pas jubiler devant tant d’effervescence. Sans explication, le mouvement s’est propagé à une vitesse incroyable à l’ensemble des pays du monde. Ce soir, ce n’est plus seulement l’Espagne mais aussi les USA, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Portugal, le Japon, la Suède, la Grande Bretagne, le Cambodge, Roumanie, Ecosse, Colombie… en bref, le monde entier est touché !

    Sur la carte suivante (voir en ligne), on peut constater l’étendue de la mobilisation (412 rassemblements pour la plupart reconduits) qui va entièrement dans le même sens, un nouveau système mondial basé sur plus de solidarité.

    Le Google map des manifestations dans le monde:

    http://actualutte.info/wp-content/uploads/2011/05/campementsmonde.png

    http://actualutte.info/?p=4285

    1. ça fait chaud au cœur de lire leur manifeste :

      “DÉCLARATION DE PRINCIPES

      Qui sommes nous au campement de Barcelone?

      Nous sommes des personnes venues librement et de forme volontaire : après la manifestation du 15 mai, nous avons décidé de rester ensemble et d’être toujours plus nombreux dans la combat pour la dignité. Nous ne représentons aucun parti politique ni aucune association, et ne sommes représentés par personne.

      Nous partageons la même inquiétude des vies précaires, des inégalités, mais ce qui nous unis avant tout, c’est une volonté de changement. Nous sommes réunis parce que nous voulons une société nouvelle qui donne priorité à la vie par-dessus les intérêts économiques et politiques. Nous avons le sentiment d’être piétinés par l’économie capitaliste, et d’être exclus du système politique actuel qui ne nous représente pas, Nous faisons le pari pour une transformation profonde de la société, et avant tout, que la société elle-même soit protagoniste de ce changement.

      Ils nous croyaient endormis, qu’ils pouvaient continuer à réduire nos droits sans manifester d’opposition. Ils se trompaient : nous nous sommes engagés, pacifiquement mais avec détermination, pour une vie que nous méritons tous.

      Nous avons appris du Caire, d’Islande, de Madrid..

      Il est l’heure d’étendre le combat et prendre la parole.”

    1. Rien d’étonnant à cela, non, eu égard de l’état de décrépitude du journalisme “main stream”.

  15. Les sociologues espagnols parlent de crise morale

    En 2009 Dany-Robert Dufour publiait chez Denoël “La citée perverse – libéralisme et pornographie”. Pour lui aussi, la crise n’est pas seulement économique et financière.

    Nous vivons dans un univers qui fait de l’égoïsme, de l’intérêt personnel, du self love, son principe premier

    lit-on en 4ème de couverture.
    Ce qu’il a écrit en 2009 est toujours d’actualité :

    A l’ancien ordre moral qui commandait à chacun de réprimer ses pulsions, s’est substitué un nouvel ordre incitant à les exhiber quelles qu’en soient les conséquences. […]Notre monde célèbre désormais l’alliance d’Adam Smith et du marquis de Sade.

    Dufour D.-R. La cité perverse, libéralisme et pornographie. Ed Denoël, 2009, 389p.

    1. Et Stiegler un peu avant Dufour R D (“société pulsionnelle”, etc. dans Mécréance et Discrédit I, II, III, Ed. Galilée, de 2002 à 2006 de mémoire)

      En plus chez Stiegler, il y a l’analyse de la “prolétarisation” comme perte du savoir-faire ce qui correspondait à l’exode rural d’une part mais correspond encore aujourd’hui à ce qui arrive même aux cadres (cf France télécom), donc indépendant de la paupérisation.
      Perte de “savoir-vivre” aussi, que je ressens très bien dans le monde consumériste devant une gondole d’hypermarché à comprendre si j’ai une chance de trouver quelque chose suivant un besoin que je définis moi, et qu’évidemment je ne trouve pas en balayant les compositions et les étiquettes les unes après les autres.

      Bon, mais vous me donnez envie de lire D R Dufour, ce que j’ai remis au lendemain…

    2. Dufour D.-R. La cité perverse, libéralisme et pornographie

      p 310
      252
      “Lors du creusement de la route Transamazonienne au Brésil dans les années 1970, l’Etat brésilien alors aux mains des militaires mit au point la politique dite du “contact forcé” pour contraindre les Indiens à abandonner leurs mythes, rites et croyances, condition nécessaire et suffisante de leur soumission. La technique d’approche est simple, mais d’une redoutable efficacité : on édifie des tapini, abris rudimentaires en feuillage où sont accrochés des “cadeaux”.
      Quand l’Indien referme la main sur l’appât, il ne peut plus la retirer. Il est pris dans l’engrenage fatal des échanges marchands. Ainsi pris la main dans le sac, il est transféré dans un “camp d’attraction indigène” où il doit bien finir par aliéner sa liberté et se vendre au(x) nouveau(x) maîtres pendant que son village est détruit. Le processus d’acculturation est brutal, destructeur et extrêmement rapide. En quelques semaines sont détruites des milliers d’années de sociabilité dite primaire, impliquant une réciprocité fondée sur le cycle symbolique donner-recevoir-rendre mis au jour par Marcel Mauss.Dans ces camps d’attraction indigènes, les taux de suicides, individuel ou collectif, sont considérables.
      253
      Pour attraper un Européen moyen vivant au début du XXI° siècle, c’est trés simple. Il suffit de lui montrer des objets dans une boîte appelée téléviseur. S’il flashe sur l’objet, il n’a qu’un pas à faire vers le supermarché tout proche où il se trouve. Variante : on peut aussi lui montrer l’objet dans une boîte légèrement différente appelée ordinateur. Un clic de souris suffit alors. Dans les deux cas, le résultat est le même : quand l’Européen referme la main sur l’appât, il ne peut plus la retirer. A la différence des Indiens, il est content ( nous verrons pourquoi plus loin): il croit qu’il a saisi l’objet de sa convoitise. Il ne sait pas encore qu’il est en fait attrapé par ce qu’il a saisi. Il est pris comme un petit pervers qui se fait prendre en croyant simplement jouir. Pris par ce qu’il croyait prendre. Pris en somme, par plus pervers que lui. Ainsi pris, on peut le conduire où l’on veut puisque, ayant attrapé son objet de convoitise, il se croit libre.
      Cela s’appelle l’addiction.. …”

  16. Indignados en Montreal. Movimiento 15-M

    Concentración pacífica de protesta. Si estás en Montreal y quieres hacerte oír, ven al Parque de Portugal (Boulevard St. Laurent) el próximo sábado a las 14.00, para coincidir con las manifestaciones españolas que se celebrarán en ese mismo momento.

    La communauté espagnole de Montreal s´unit au mouvement d´indignation qui parcourt l´Espagne et appuie le manifeste de Démocratie Réelle Maintenant, auquel nous aimerions ajouter ce qui suit :
    Certains d´entre nous sommes venus à la recherche de travail, autres, en quête d´une meilleure formation, mais nous coïncidons tous dans notre désir de retourner en Espagne dans des conditions dignes, en accord avec notre volonté de travail et notre préparation. Nous voulons une Espagne dans laquelle l´Etat-Providence que nos parents ont tant peiné à construire soit respecté. Nous voulons une Espagne dans laquelle nous n´ayons pas à payer pour les exactions des politiciens corrompus, des constructeurs opportunistes et des banquiers intéressés. Nous voulons une Espagne dans laquelle l´éducation, la santé et le logement soient considérés des principes basiques accessibles à toute la population.
    Nous condamnons toute pratique politique qui empêche ces choses ou qui favorise le népotisme, la corruption ou le manque de transparence dans l´organisation de notre pays.
    En définitive, nous voulons retourner à un pays digne, où pouvoir VIVRE. Pouvoir opter à un poste de travail, à former une famille et avoir notre propre maison sans avoir à revenir chez nos parents.
    Nous sommes peu. Nous sommes dispersés et loin de chez nous. Mais nous voulons aussi nous faire entendre.

  17. La notation du Crédit Agricole dégradée:

    Domino #2: S&P Downgrades Largest French Retail Banking Group, Credit Agricole, To A+ From AA-, Due To “Greek Exposure”

    http://www.zerohedge.com/article/domino-2-sp-downgrades-largest-french-retail-banking-credit-agricole-greek-exposure-aa

    Et celle de la Grèce c’est plus habituel.

    FITCH DOWNGRADES GREECE TO ‘B+’; RATING WATCH NEGATIVE

    La Norvège stoppe ses paiements à la Grèce.

    Norway Stops Aid Payments To Greece.

    http://www.zerohedge.com/article/norway-stops-aid-payments-greece

    Des signes alarmants annoncent l’imminence d’une crise…

    http://www.dailymotion.com/video/xitbys_des-signes-alarmants-annoncent-l-imminence-d-une-crise-majeure_news

    1. Pendant ce temps, le pillage continue :
      Deutsche Bank pour les paris sportifs, Crédit Suisse via Eurobank pour la loterie nationale, Cédit Agricole via Emporiki pour le PMU grec.
      Sans compter Barclays, Rotschild, Enrst & Young et Société Générale via Geniki pour les autoroutes.
      Tout ce qui pouvait encore rapporter à l’Etat grec …
      “Contrainte par ses créanciers, le Fonds monétaire international (FMI) et l’Union européenne (UE), d’augmenter ses recettes, la Grèce a récemment décidé de porter son programme de privatisations à 50 milliards d’euros d’ici à 2015 dont 15 milliards d’ici 2013.”
      http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp_00345168-privatisations-athenes-nomme-de-nouveaux-conseillers-165240.php

      1. Sinon, Zébu, je peux te vendre une Tour Eiffel, si ça t’intéresse.

        Vue imprenable, forte fréquentation touristique, investissement juteux.
        (tiens, ça me rappelle un film… 😉 )

        Et nous en sommes bientôt LA !!
        Ouais, M’ssieurs-Dames.

        Ils sont allés trop loin. Qu’ils en subissent les conséquences.

      2. Face aux pirates, il va falloir des flibustiers …

        un peu de temps peut-être pour que les dos avachis devant l’ordinateur zé consoles video se redressent, que les paravertébraux se remusclent, que les quadriceps se regonflent, bref, que l’ensemble se tienne …sans oublier l’assouplissement des doigts, renforcement du souffle ( guitare, piano, saxo …que sais-je …)
        Hardis les gars !

        Ya du boulot !

  18. Donc, à ce que je vois, les espagnols réclament quelques miettes… réduction des privilèges, partage du travail, 462 E d’allocation….Marx se retourne dans sa tombe, et Malraux également.

    Ken Loach a également tourné un très beau film sur la guerre d’Espagne.

    http://www.imdb.com/title/tt0114671/

    “Land and Freedom” (1995)

    Grâce à Malraux et à Loach, et puis Orwell aussi mais j’ai pas lu, on a une petite idée de ce qui était en discussion en 1936.

    Que toutes ces idées reviennent ou pas, le développement de ce qu’il faut bien appeler une révolution n’en est qu’au stade initial. Dans ce bourgeonnement, on ne distingue encore aucune velléité d’envergure, aucune idéologie claire, aucune direction ou vision..

    Mon programme perso est bien différent, et j’ai aussi une méthode. C’est à dire qu’il faut un petit peu avoir le courage, il faudra le courage bientôt, de regarder en face notre monde, et notre monde économique et voir qu’il est fondé sur des “valeurs” elles mêmes ignobles. Donc il faudra un jour, réexaminer l’argent, les prix, les grandes entreprises, l’Etat, la démocratie, et voir ce qu’on en fait. C’est considérable sachant qu’il est bien pratique d’avoir un personnel politique qui se charge de tout, et qui dispense de réfléchir. On prend l’habitude de cet arrangement… d’un monde où l’on n’a pas a décider, tout ce qui est immense est voilé, – en fait l’horizon d’un homme moyen est l’équivalent de l’étable pour une vache et c’est bien ainsi, parce que l’étable après tout, c’est protégé. Lorsqu’il faut véritablement devenir “sujet” et décider ce qu’on fait de ce monde par rapport à la nuit dehors alors … ! L’esclave délègue le monde au maitre et se décharge en même temps d’un fardeau, celui de la compréhension du monde, il se décharge de l’ontologie mondiale. C’est une sorte de transfert psychologique entre classes, les supposés sachants permettent de se soulager du fardeau de la pensée.

    Décider, – le pouvoir de décision est terrible car au dessus de soi, il n’y a personne. Or le commun des mortels n’a pas ce courage à proprement parler monstrueux, de commander les hommes, d’être ce “berger”, en fait ce solitaire, responsable face au néant. Il est bien plus facile d’être commandé, le chef est en quelque sorte l’intercesseur auprès des puissances occultent, les Parques et autres.

    Tout est encore en gestation actuellement.

    1. Glissementn d’appréciation, Lisztfr :
      L’humain que vous rêvez actif et se trémoussant en dehors de son étable prenant de la hauteur dans son hélicoptère virtuel, c’est un peu exagéré. Il faut rabattre, sans le diminuer, l’humain sur son réseau. ca n’empêche pas qu’il le sublime (“sans le savoir” des fois, comme le prosateur de Molière).
      L’humain du réseau de l’étable est certes en circuit limité, voire il est désublimé par l’omniprésence des pulsions, mais réseau il y a, il faut vraiment descendre très très bas dans le bestiaire anthropologique pour que le réseau soit vraiment ténu (les iks au Kenya … voir magazine Books).
      L’humain qui s’assumerait dans votre rêve, je prétends que sont réseau n’est que marginalement plus riche et complexe que l’autre. Si vous avez une demi-heure par jour à consacrer à ce “management au-delà de la sphère immédiate”, et que , point essentiel, vos interlocuteurs sont en “speaking terms” avec vous (notion de “système associé” chez Stiegler, dont la langue elle-même est l’archétype), alors vous réglerez les choses assez vite et bien.

      J’ai souvenir, dans tel village chypriote, d’avoir vu entre 6 et 7 h du matin, les villageois “responsables” (disons la cinquantaine, pour situer) se concerter à ce qui allait être une terrasse de café le reste de la journée. Clairement, ils faisaient leur “demi-heure managériale”.

      C’est aussi à Chypre qu’un paysan m’a salué au petit matin au sortir de l’orangeraie où j’avais dormi sauvage, sans hostilité aucune.

      Les iles sont des trésors de socio-bio-diversité, avec le meilleur et le pire (les affaires locales y compris de moeurs, peuvent aussi sentir le renfermé et être contre-productives en décourageant un médecin ou une personne utile de rester…).

      1. Oui et finalement je suis revenu de mes élucubrations d’hier… le maitre comme on dit n’est que le joueur blanc de l’échiquier, tout occupé à jouer une partie, il n’a pas le temps de s’occuper de l’Histoire, des considérations métaphysiques.

        Mon amie part en Grèce, visiter les Cyclades….

    2. Tu devrais lire Orwell, en particulier son “Hommage à la Catalogne”.

      Il y a à Barcelone, dans un quartier populaire, une place George Orwell.

      Dans le centre “historique” de la ville, là où l’histoire vient de reprendre vie.

      1. Et, après tout oui, Marlowe, si cette terrible histoire, laissée en jachère en 1939 par la victoire fasciste et la dictature, reprenait vie …chaque trace douloureuse des révoltes écrasées est une marque, une trace, une marche, un symbole, qui ne saurait mourir …et qui pourrait revivre, autrement, à la manière de …des jeunes de maintenant : ce sont les jeunes qui font la Révolution – selon Todd, et je pense qu’il a raison, quelque soit la jeunesse d’un coeur non blasé, le corps ne peut plus : impossible de courir assez vite – mais, les vieux doivent être là en soutien .

        Seuls les vieux riches (zé cons) ont à perdre…quoi, on se le demande : sont déjà morts !

  19. “Hijos del pueblo te oprimen cadenas et esa injusticia no puede seguir… ” C’est une vieille chanson des anarchistes espagnols, toujours d’actualité.

  20. Des révolutions.

    Les révolutions étaient le fruit spontané d’évolutions géostratégiques qualifiées d’historiques.
    Ces goulots d’étranglements étaient suivis de contre-révolutions correctrices.

    L’efficacité des révolutions et contre-révolutions laissant à désirer à cause d’un coût humain et économique exorbitant, nous avons vu fleurir les révolutions façon CIA, par le subventionnement massif des acteurs locaux comme stratégie de déstabilisation : Haïti, Amérique latine, Iran …

    Imaginez une fausse révolution plus vraie que vraie en lieu et place d’une contre-révolution. Moins douloureuse mais ayant un résultat identique: une dictature.

    Nous avons ensuite connu les révolutions colorées sans finalité ni but, façon match de foot. Les oranges contre les Rouges … L’idée était bonne et a bien fonctionnée mais cette structure est trop facilement reconnaissable et sa reproduction très limitée à cause des lenteurs de son organisation.

    Enfin il se passe de drôles de révolutions par les temps qui courent !
    Elles possèdent une même structure, un même mode opératoire quel que soit le lieu, la culture ou le contexte local… Nul besoin de construire patiemment et onéreusement des blocs antagonistes elles agissent comme une sorte d’agrégateur d’opinion dont le but est de mettre en mouvement
    “M. tout le Monde”.

    Remplacez les anciennes rédactions de presse par twitter et des journalistes engagés par de subtils modérateurs rompus aux techniques de manipulation et vous obtenez une forme de fabrication du consentement. Elles suivent les règles de base des “reality show”. Unité de temps infini: l’actualité en mode continu. Une seule unité de lieu symboliquement fort et clos, facilement exploitable par les médias. (par exemple une place au milieu d’un tissu urbain dense avec un fort potentiel de participants)

    Et voilà que le 21° siècle essaie de nous faire gober la “Révolution Participative Universelle” qui serait mère de toutes les démocraties.
    Partie du moyen Orient, la voilà qui débarque en Europe. Aucune cause, aucun but, des intervenants acteurs d’un happening quotidien. Peu de dégâts, peu de coupables, une révolution sans conséquence. La révolution comme un coup d’éponge sur un tableau noir, on efface le roman précédent sans en écrire un autre.

    La révolution préventive. Construire une révolution qui “occupe” les gens avant que ne montent les ferments d’une vraie révolution. Les peuples vont connaître l’amnésie de l’instant présent quotidiennement renouvelé.

    Elle est pas belle la vie ?

    1. Je reviens de Tunisie. Tu devrais y aller et leur dire ce que tu écris ce soir.
      Cordialement.

    2. Pessimiste va !…

      Pense plutôt à dégommer les financiers dirigeants. Bouge-toi les miches, Je t’imagine volontiers en jeans, avec une veste ad hoc.

    3. Elle est assez belle dans la mesure où elle crée un point de référence pour la suite des décisions politique, point aveugle des parlements et représentations classiques.

      Regardez à quel point un point de référence compte avec le cas de la visite de la reine d’Angleterre en Irlande.
      C’est ce qui permet aux anglais et irlandais d’imaginer qu’on puisse passer l’éponge sur les conflits d’avant, qu’on puisse redémarrer, et dignement.

      On a besoin de moments imaginaires sans réel exercice de pouvoir, juste symboliques, pour faire mortier dans l’ensemble de la construction de la société.

    4. C’est l’avantage ou l’inconvénient la terre est ronde.L’information en fait vite le tour, la désinformation, la contre information aussi.
      Les experts en propagande ont un peu de mal à s’adapter, car les ficelles de la manipulation et de la provocation reviennent de plus en plus vite à la figure de ceux qui les utilisent.

    5. Rester vigilant est impérieux.

      Mais ces manifestations montrent tout de même que les citoyens ordinaires sont prêts à se mobiliser pour un monde différent :))

      Se joindre au mouvement et lui donner la direction que l’on souhaite est plus efficace que la stricte critique, non ?

Les commentaires sont fermés.