L’actualité de la crise : L’ACAMPADA DEL SOL, par François Leclerc

Billet invité.

En énumérant dans sa causerie du vendredi la succession ininterrompue d’événements que nous traversons, si divers dans leur nature mais ayant en commun de nous surprendre, Paul Jorion a eu raison de dire que leur vision panoramique mettait en évidence l’importance du grand tournant en cours. Que reste-t-il ensuite à faire, sinon à les suivre et tenter de les comprendre ?

La Puerta del Sol est à son tour devenue le centre de l’attention. A la manière de l’occupation de la place Tahrir du Caire, la place historique des grandes manifestations est depuis mardi dernier le village ou le campement des jeunes madrilènes, l’acampada del Sol. Bravant la pluie et le soleil, ou le manque de sommeil, des milliers d’entre eux y campent comme ils peuvent et s’organisent, ne manquant pas de faire résonner de vieux souvenirs dans la tête des anciens occupants de la Sorbonne. Cuisine, infirmerie, bureau des objets trouvés, service juridique, cordon de sécurité, panneaux affichant les besoins, toiles de tente tendues et matelas, rien ne manque aux manifestants organisés en commissions d’organisation ouvertes à toutes et à tous à la faveur d’appels au volontariat au mégaphone.

Des modérateurs animent des débats animés et sans fin dans des petits groupes, comme cela a été le cas à Barcelone sur les Ramblas, quand Franco est mort, sur le Rossio de Lisbonne, quand les militaires ont fait chuter la dictature, sur la place Omonia à Athènes, quand les colonels sont tombés… On n’en finirait pas.

Les besoins essentiels sont couverts, la solidarité aidant. Celle des habitants et des commerçants, dont certains viennent de loin pour apporter leur soutien matériel, car l’argent n’est pas accepté. D’autres visites aussi sont enregistrées. Non seulement celles de familles qui viennent au grand complet, mais aussi de personnes âgées, qui tiennent à en être aussi, pour encourager la jeunesse et en souvenir de leurs propres luttes contre une dictature qui pour ne pas être aussi crûment celle de l’argent n’en était pas moins féroce. Citée par El Pais, une vieille dame de 70 ans a déclaré dans la journée d’hier à la journaliste : « Cela fait longtemps que les jeunes n’ont pas bougé. Cela aurait dû arriver depuis longtemps, et je suis émue. A mon époque, c’était plus difficile parce que nous avions Franco, aujourd’hui ce n’est pas facile non plus.” 

Toutes les ressources du nouveau monde numérique ont été et continuent d’être utilisées pour rassembler et susciter de nouvelles vocations, afin d’élargir le mouvement. Il l’est déjà sous une forme ou sous une autre dans une soixantaine d’autres villes espagnoles, et plus symboliquement à l’étranger. Barcelone, haut lieu de l’immigration latino-américaine politisée, se singularisant par des concerts de casserole à la manière de là-bas. Twitter, Facebook, des forums, de nombreux blogs et les sites propres du mouvement Democracia Real Ya ! (la vraie démocratie, maintenant !) sont tous de la partie. Des caméras permettent de contempler live la Puerta del Sol.

Le scénario est maintenant connu et fonctionne avec toujours autant d’efficacité. La mobilisation se fait d’un seul coup, en dehors de tous les cadres existants et s’impose dans toute son évidence et sa force.

La lecture des banderoles, celle de la plate-forme à l’origine du mouvement, ainsi faute de mieux les reportages publiés dans les journaux, sont plus explicites que tous les discours et analyses, qui viendront après. Un « droit à l’indignation » est parmi beaucoup d’autres revendiqué, nous rappelant aussi quelque chose. « Vous prenez l’argent, nous prenons la rue  ! » est-il proclamé. « Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir ! » ou « Que les coupables paient pour la crise  ! » expriment le sentiment d’une foule disparate mais volontaire ainsi que la frustration et la colère d’une jeunesse très durement frappée par le chômage (44,6% chez les moins de 25 ans, à la fin février dernier). Dénonçant l’injustice sociale, la corruption et les partis politiques qui en sont responsables.

« Nous sommes des personnes normales et ordinaires » : c’est ainsi que débute le manifeste du mouvement, qui plus loin revendique aussi « Nous sommes anonymes », signifiant son rejet du star système de la politique. « Nous sommes des personnes et non pas des marchés », poursuit-il. La suite n’est par contre pas ordinaire, qui en quelques paragraphes et avec des formules bien senties, dénonce un système « qui fait obstacle au progrès de l’humanité ». Il lui est opposé l’exigence du respect des « droits basiques », qu’il énumère dans toute leur étendue, pour enfin faire part de la conviction que « tous ensemble, nous pouvons la renverser [cette situation] ». En voici le texte, en Espagnol.

Les sociologues espagnols parlent de crise morale, José Luis Rodrigues Zapatero affirme sa « compréhension et sensibilité », les membres de l’opposition ne disent trop rien, car ils ont la tête dans des sondages électoraux très favorables.

La Commission électorale a décidé par une très courte majorité d’interdire à partir de samedi le rassemblement, au prétexte de la tenue dimanche des élections. La réponse n’a pas tardé, sous la forme d’un appel à venir lancer à minuit cinq « un cri muet » sur la Puerta del Sol, un morceau d’adhésif collé sur la bouche.

Dimanche, les socialistes au pouvoir du PSOE subiront une déroute électorale, au profit du PP (Partido Popular), le parti de la droite. Lundi, si l’on en croit le Wall Street Journal qui consacre au sujet un article très fouillé, les vainqueurs trouveront dans les tiroirs des bureaux des régions qu’ils auront conquises des avalanches de factures impayées et feront face à une montagne de dette cachée. Si ces prévisions se révèlent exactes, et si la police ne les évacue pas entre temps, les manifestants jeunes et moins jeunes de la Puerta del Sol auront de nouvelles raisons de poursuivre leur campement. Car la crise financière espagnole rebondira.

Partager :

135 réflexions sur « L’actualité de la crise : L’ACAMPADA DEL SOL, par François Leclerc »

  1. “Ce vendredi, le taux de l’emprunt d’Etat à 10 ans se tendait à 5,5%. Hier, le Trésor espagnol n’a pu lever que 3,2 milliards d’euros de dette à 10 et 30 ans des 3 à 4 milliards qu’il envisageait de placer. Un échec qui révèle l’inquiétude des investisseurs.”
    “Sur le marché des dérivés de crédit, Le CDS à 5 ans de l’Espagne, une sorte de contrat d’assurance contre son défaut, se tend de 15 points de base (pb), soit 6,1%, à 261 pb, et revient à son niveau de fin février aprs être tombé sous 200 pb mi-avril, selon les données compilées par Markit.”
    http://www.obliginfos.fr/2011/05/20/nette-tension-du-cds-espagnol-a-la-veille-dune-echeance-electorale/

    NB : en lien dans l’article, le lien vers l’article du WSJ que François cite, sur les dettes des collectivités locales.

    1. “According to Spanish central bank data, regional and municipal governments had around €21 billion ($29.9 billion) in unpaid invoices on their books in 2010, equal to about 13% of current outstanding debt and nearly double the amount in 2003.”

  2. Nous sommes plusieurs espagnols à suivre et intervenir sur ce blog. Sachez que malheureusement rien ne changera le lendemain du 22 Mai car ce sont des élections régionales et le Parti Populaire (droite libérale espagnole) gouvernait la plupart des provinces dont l’une des plus corrompues celle de Valencia. Il sont donnés vainqueurs avec plus d’avance que précédemment par un phénomène d’usure du gouvernement socialiste de Zapatero qui lui restera en place encore un an. Il y a d’autres raisons qui expliquent cette perpétuation des pouvoirs en place dans les régions mais cela serait un peu plus long à expliquer.

    Nous avons été nombreux à véhiculer vers l’Espagne les idées alternatives ici exprimées comme dans d’autres blogs (Lordon notamment) et nous vous en remercions car vous avez contribué indirectement à ce qui se passe en ce moment en Espagne. Je rappelle que Sol est la pointe de l’iceberg car il y a des mouvement similaire en 70 villes espagnoles (près de 10.000 personnes à Valence aujourd’hui).

    Nous ne savons pas ce que cela va donner mais cela nous permet de rêver un peu.
    Merci encore!

    1. “Les idées alternatives” ?

      Et pourquoi pas des idées anarchistes, telles qu’exprimées dans le film de Ken Loach, Land and Freedom, inspiré de George Orwell, Hommage à la Catalogne, dont un des passages les plus vrais est la discussion sur la collectivisation des terres ?

    1. Il ne nous reste plus qu’a dégrader Fitch et tous les autres au 36è sous sol. Après la prise de la Bastille, la prise des places boursières, des banques et des agences de notation. On dégage tous ce beau monde et on le fait travailler pour de vrai avec de vrais salaires, retour dans le vrai monde,la vrai vie au milieu des” vrais gens”.

  3. On ne peut que se réjouir du réveil de la jeunesse Espagnole.
    Je me souviens avoir posé la question à Pablo sur la non réaction de cette jeunesse face à leur manque de perspectives; il m’avait alors répondu qu’ils étaient fatalistes, le seul choix étant entre la gauche au pouvoir et la droite d’opposition n’offrant que peu de solutions.
    La solution n’est sans doute pas trouvée mais les revendications sont maintenant là !

    1. Fataliste, et pourquoi pas résigné ?

      La désir de révolution est le plus refoulé qui soit.

      Rien, ni personne, ne pourra empêcher le retour du refoulé.

      1. désir de révolution

        oui, car lorqu’une situation est totalement bloquée (ici et maintenant, dans les mains d’une oligarchie) c’est la mort !
        Il y a nécessité d’une respiration, d’un éternuement, d’un fracas, d’une grosse colère, pour que la vie redémarre.
        Les “confits de thune” sont déjà morts, mais ils ne le savent pas.

        Les autres ont encore des pulsions de vie =) ce qui doit être transformée en désir : construire autre chose de plus joyeux, vivant, digne, égalitaire, solidaire, ouvert …
        Les jeunes doivent avoir un avenir …les vieux pauvres, non confits, dignes et toujours vivants doivent les soutenir, les aider , avec leurs petits moyens …

        La jeunesse en marche ne doit pas être issue de la bourgeoisie aisée et favorisée en majorité ( ce qui est advenu de mai 68 [ sauf exception : il y a encore des personnes qui en ont gardé l’esprit ] =) oubli des ouvriers, des gens “ordinaires” qui pourtant ont “donné” )

        Les “vieux” en position de pouvoir nous ennuient …ils ne sont pas des transmetteurs, mais des accapareurs …

        Passons à autre chose …mais, attention, des mouvements “contraires”, càd, non généreux et excluant l’autre, cherchant un bouc émissaire, s’attaquant aux plus faibles, fortement manipulés, voire financés par “pognon sans frontières SA”, y seront aussi .
        Cela ne sera pas simple.
        Il y a une raison ( les vieux le savent ) à avoir besoin de construire ( c’est toujours temporaire) derrière cela, et avoir un regard “politique”, et non choubidou, pour empêcher l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite.

  4. Je pensais François Leclerc froid analyste de l’économie financière et de quelques phénomènes de société. Et on trouve ici chaleur, lucidité sur des choses de la vie, et sympathie évidente. Quelle agréable surprise !
    Dans quelques heures on saura si les Espagnols vont surmonter le piège électoraliste (“si-vous-ne-votez-pas-ce-sera-la-droite-qui-passera-et-ce-sera-bien-pire” et autres baratins). S’ils le font ce mouvement pourra s’amplifier à toute l’Europe, comme cela a été le cas dans les pays arabes.

  5. Les manifestants sont très pluriels. Ils dénoncent la précarisation, le pouvoir de la finance et la complicité des responsables politiques. Ils demandent que la crise soit payée par ses principaux responsables, notamment l’industrie financière. Une vraie démocratie (le système électoral -comme en France d’Hont et pourtant avec des limites difficile à franchir pour les partis petits- limite le jeu à un bipartite avec une gauche un peu caviar (ou que perds son nom sans impôt patrimoine … mais baisse salaires et retraites) et une droite “franquiste”. Ils ne font que campagne électorale tout le temps avec les journaux qui nous manipulent, et se permettent d’y aux listes quelques politiques suspecteux de corruption. Personne quitte le poste et les tribunaux élargissent le procès avec la lutte électorale. Déçus. Jeûnes diplômés et non diplômes au chômage et salaires qui tombent et bonus bancaires et retraites millionnaires qui ne cessent. Toutefois, on verra après les élections si cela commencé uniquement. Á ce moment, il se profile le divorce entre citoyens et politiques … On verra. Salut, Paul ! Salut à tous !

  6. DESPECULATION : retour sur le passé = faire payer ceux qui ont gagné , toute autre formule pour payer une dette est innaplicable.
    Foncez les jeunes.
    Et retour c’est sur 40 ans donc jusque 1970.

  7. Amusant…la Une de “Google news”, riche de 35 titres (DSk, bien sûr, et aussi la Printemps Palestinien, la Syrie, le procès Chirac etc…), ne dit pas un seul mot de ce qui se passe en Espagne…
    Etrange aveuglement ?…
    Même pas; cette “Une” est faite par des robots, à partir du regroupement des titres de la Presse Française…
    Donc, c’est la quasi-totalité des médias Français qui ignore superbement que depuis plusieurs jours, le Peuple Espagnol, à l’instar de celui d’Egypte ou de Tunisie il y a peu, est dans la rue

  8. On se demande bien pourquoi on veut qu’un Européen soit à la tete du FMI.
    En effet c’est totalement en contradiction avec la construction européenne, l’existence meme de de la zone euro, la justification politique des traités européens.
    Il n’y a pas si longtemps J.C. Trichet mangeait son chapeau à l’idée de l’introduction de l’aide du FMI dans la zone euro. Ainsi une direction économique autonome à fait long feu, et le controle économique sur la Grece se fait désormais de plus en plus sous l’égide du FMI.
    Ce qui est parfaitement anormal. On arrive meme à faire passer dans les médias que la direction du FMI fait partie de la politique économique européenne.
    Bref on mondialise les esprits, les peuples. Ou si l’on veut on l’américanise par la volonté des globalisateurs en poste: Merkel, Sarkosy, Berlusconi, Zappatero etc…
    Soit la zone euro est au bord de l’implosion, a tel point qu’on a besoin du FMI, parceque nos institutions européennes sont débiles:
    Soit il s’agit d’une destruction politique de l’Europe puissance, un pole qui ferait de l’ombre et courir un danger aux USA, suffisament affaiblis en ce moment.
    Car on se demande encore bien pourquoi la zone Euro n’est pas capable de supporter la faiblesse de petits pays comme l’Irlande, la Grece ou le Portugal, sachant que 60% du PIB européen se distribue entre la France et l’Allemagne.

    1. Le FMI ne s’occupe pas que de l’Europe, et il n’est pas mauvais que l’Asie, l’Amérique latine… et les Etats-Unis peut-être, soient examinés et éventuellement aidés par une instance supra-nationale. Pour cette mission, toute nationalité convient. Vous regardez essentiellement le FMI pour son action en Europe, pour laquelle je rejoins votre analyse, mais c’est historiquement marginal, et il il faut souhaiter que cela continue.

    2. Je pense que la zone euro est au bord de l’explosion vue tous les signes de ses derniers temps en Europe. De toute façon la mondialisation actuellement est en train de courir a sa perte… elle était de toute façon aussi ridicule que l’Europe actuelle qui est aussi au bord de sa fin.

  9. Je me demande sur quel résultat électoral va déboucher la révolte de la jeunesse espagnole.
    En France, nous avons eu une révolte de la jeunesse française en mai 68.
    Le précédent historique de mai 68 en France est révélateur.

    Je recopie Wikipedia :

    “Les élections législatives françaises de 1968 ont eu lieu les 23 et 30 juin 1968, après la dissolution de l’Assemblée Nationale par le Président de la République Charles de Gaulle pour répondre à la crise de mai 68 (IVe législature). Les partis de gauche, alors considérés comme partiellement responsables de la dite crise, ont subi une cuisante défaite au profit de la majorité sortante, qui avait pourtant éprouvé de sérieuses difficultés à l’emporter lors des précédentes élections.”

    Députés d’extrême-gauche : 0.
    Députés communistes : 34 députés.
    Députés socialistes : 57 députés.
    Députés non-inscrits : 9 députés.
    Députés de droite : 387 députés.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Assembl%C3%A9e_nationale_IVe_l%C3%A9gislature.png

    Je suis pour la révolte de la jeunesse espagnole. Bravo ! J’applaudis.
    Mais sur quoi va-t-elle déboucher ?
    Sur le triomphe électoral de la droite ?

    1. Quand les révolutions échouent c’est toujours la droite qui l’emporte. Je soutiens que la société est tellement gangrénée et malade d’un système metastasé et aliénant que seul son implosion permettra les changements. Cela dit il faut déjà préparer le lendemain de l’écroulement du système, ne pensez vous pas?

      1. Je ne sais pas si le système s’écroulera.

        Des millions de citoyens (en Espagne, en France, en Allemagne, …) continuent à voter pour les candidats du système.

        Hypothèse : plus les citoyens vieillissent, plus les sociétés vieillissent, … plus les candidats du système remportent les élections.

        Hypothèse numéro 2 : le système ne s’écroulera que si une minorité le détruit violemment. Sinon, la majorité des citoyens continuera à voter pour le maintien du système actuel.

    2. BA, mettez-vous à la page, les espagnols ont compris que rien ne sortira des urnes. Peu importe qui gagnera, la solution ne viendra pas de là. Mais la victoire électorale de la droite permettra d’accélerer la prise de conscience générale et la précipitation des événements. Wait and see. Pour le moment, et ce depuis la révolution tunisienne, tout se passe comme je l’avais espéré.

  10. M. Onfray Politique du rebelle
    (p. 54 et suivantes) Qui dira le capitalisme, aujourd’hui, absolument civilisé?…
    (p.67 et suivantes) L’enfer dont je parle ..
    En résumé, trois cercles de l’Enfer :
    Premier cercle : les clochards (SDF) qui sont les rebuts du Capitalisme
    Deuxième cercle : les réprouvés. Les vieillards, les fous, les malades et les délinquants en gros les improductifs auxquels on peut facilement ajouter les immigrés clandestins, les chômeurs, les RMIstes…
    Troisième cercle : les exploités. Intérimaires, contractuels, apprentis.
    Si la jeunesse nous sort de là…
    Ole

  11. S&P Lowers Italy Outlook To Negative.

    First Credit Agricole, now Italy….Maestro: the EUR take down orchestra is reaching the fortissimo cadenza. Next up: the glissando. “On May 20, 2011, Standard & Poor’s Ratings Services revised its outlook on the ratings on the Republic of Italy to negative from stable to reflect its views of the heightened downside risks in the government’s debt reduction plan. At the same time, Standard & Poor’s affirmed its ‘A+’ long-term and ‘A-1+’ short-term sovereign credit ratings on Italy. The transfer and convertibility assessment remains at ‘AAA’.” The negative ratings outlook on Italy (unsolicited rating A+/Negative/A-1+) reflects Standard & Poor’s view of the increased downside risks to the Italian government’s debt-reduction plan because of potentially weaker-than-expected economic growth and possible political gridlock that could contribute to fiscal slippage. The diminished growth prospects stem from what we consider to be a lack of political commitment to deregulating the labor market and introducing reforms to boost productivity. We believe measures to reduce the bottlenecks and rigidities in Italy’s economy are especially important in light of Italy’s limited monetary flexibility, which stems from its membership in the European Monetary Union and its limited fiscal room to maneuver because of Italy’s high government debt burden.”

    http://www.zerohedge.com/article/sp-lowers-italy-outlook-negative

  12. La grève générale grecque du 11 mai a été dispersée par la police assistée d’activistes d’extrême droite. Un témoignage ici.

    Un commentaire précédent ose l’analogie avec Dante: ça sent le pogrom à plein nez pour les exploités, désoeuvrés ou étrangers qui se manifestent un peu trop.

    Solidarité avec les insoumis!

  13. Un petit coup d’écoeurement avant l’apéro qui vous remettra les tripes dans le bon sens :
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/05/21/la-berd-devrait-bientot-etendre-ses-activites-en-afrique-du-nord_1525299_3234.html
    “La Berd avait fait part dès février de sa volonté d’investir dans les pays du monde arabe, dont plusieurs sont le théâtre de soulèvements, pour y soutenir le processus de démocratisation.”

    C’est LEUR vision de la démocratie qui me fait marrer.

    1. vous prenez l’apero de bonne heure …je lirai cela ce soir, peut-être …

      banques et solidaires = oxymore.

  14. Je voudrais faire une petite remarque intéressante au sujet de la situation espagnole vue de l’île de Tenerife où j’habite, ce qui n’est pas représentatif de la situation de l’ensemble de l’Espagne, j’en conviens.
    Je suis retraité français et ma pension me permet de vivre presque confortablement, n’ayant pas de voiture, célibataire et locataire d’un petit meublé.
    Quand je suis allé faire ma déclaration de revenus au centre des impôts comme tout bon citoyen, j’ai eu une réaction de stupéfaction quand le fonctionnaire m’a déclaré que puisque je payais un loyer, j’étais donc un « pauvre » et par conséquent je n’avais pas à payer d’impôt sur le revenu.
    Cette réaction m’a amené à la réflexion suivante :
    Les espagnols se sont endetté parfois pour plus de quarante ans pour acheter un logement construit n’importe comment et qui tombe déjà en ruine, après le boom économique de la fin des années 70. Sur cette lancée d’euphorie immobilière coïncidant avec l’instauration de la démocratie, puisque tout le monde voulait être propriétaire coute que coute, une spirale de folie s’est accéléré pour le plus grand profit des promoteurs immobiliers le plus souvent malhonnêtes et encouragés par des politiciens également malhonnêtes au détriment des banques au début crédules et maintenant asphyxiées par des créances qui ne seront jamais honorées.
    Pour faire clair, sur l’île de Ténérife, il y a plus de 15000 logements vides qui tombent en ruine faute d’entretien et autant de logements non terminés. Les promoteurs immobiliers ont disparu, les politiciens corrompus se sont fait silencieux et les banques ne trouvent aucun acquéreurs pour tenter de récupérer une maigre partie de leurs investissements.
    La crise de ces trois dernières années a asséché l’épargne et dans une tentative désespérée de collecte d’une épargne devenue fantôme, les banques et y compris les caisses d’épargne proposent des taux rémunérateurs mensongers pour les comptes courants assortis de toutes sortes de cadeaux au cas où on choisirait d’ouvrir un compte chez elles : Ipad, téléviseur écran plat, smartphone, et j’en passe.
    Cette situation est révélatrice du crack imminent du système bancaire espagnol.
    Quant aux grues des chantiers abandonnés, elles rouillent sur place …
    La crise espagnole, profonde et inquiétante, est le résultat d’un manque total de maturité tant des politiciens que de la population dans son ensemble qui a pris ses rêves pour des réalités durant ces années « folles » croyant que le profit est une sorte de loterie où tout le monde gagne.
    Dur retour, aujourd’hui, à la réalité et à un avenir durablement sombre.

    1. L’avenir s’annonce radieux au contraire. Nos sociétés vont beaucoup changer, contraintes.

    2. Tiens, Henry (soit qui mal y pense). Un autre “exemple” à suivre… :
      http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110520trib000623219/comment-les-banques-britanniques-font-payer-cher-la-gratuite.html
      “Cette fausse gratuité a été mise à nu la semaine dernière, quand les banques ont finalement reconnu leur culpabilité sur les assurances emprunteurs. Pendant des années, elles ont vendu de façon très clairement abusive ces produits qui permettent de couvrir le remboursement d’un crédit (immobilier, consommation…) en cas de décès ou d’invalidité grave, ou parfois en cas de perte d’emploi. Pour les banques, c’était l’une de leurs principales sources de revenus dans la banque de détail.”

      Ca raque à tous les étages, une banque.
      C’est son but, sa raison d’être, son inside job.

    3. @ A Henry

      C’est incroyable qu’une île paradisiaque comme Tenerife ne trouve pas d’occupants pour ses 15 000 logements vides. Je m’étais étonnée de voir des chantiers abandonnés un peu partout et des centres commerciaux presque vides . Les promoteurs ont voulu défigurer cette magnifique île volcanique par des constructions en masse , un peu comme notre Côte d’Azur à une certaine époque .

      A Tenerife, il y a quelques mois, j’ai profité d’une véritable aubaine, une offre promotionnelle de séjour à 79 € la semaine pour deux personnes, sans savoir pourquoi le complexe balnéaire relativement ancien et super sympa qui voulait se faire connaître, le Club Marina, sur la Costa del Silencio, était presque vide, à part quelques familles cossues y ayant acheté un appartement il y a fort longtemps .
      J’ai discuté un moment avec une Anglaise quadragénaire très dynamique qui a immigré sur l’île, il y a deux ans, et qui y a trouvé un emploi d’animatrice pour les enfants de l’hôtel . Elle m’a expliqué que pour les étrangers venus s’installer à Tenerife, il fallait avoir déjà cotisé suffisamment aux assurances sociales espagnoles pour avoir le droit d’en bénéficier ( assurance maladie , aides sociales de survie pour les privés d’emploi etc …) et seulement jusqu’à hauteur des sommes que l’on aurait versées au pot.

      J’ai eu du mal à la croire, sachant que Tenerife c’est l’Espagne, que l’Espagne fait partie de l’UE et qu’en France par exemple, même les étrangers qui n’ont pas encore travaillé chez nous ont droit, pour toute la famille, à la CMU sans plafonnement, gratuité de l’hospitalisation et aux diverses allocations .
      Est-ce vrai pour tous les étrangers installés à Tenerife et dans l’affirmative existe-t-il donc de telles différences d’un pays européen à l’autre sur le plan des aides sociales ? Y laisse-t-on mourir une personne étrangère qui ne peut financer son hospitalisation ou qui ne trouve pas d’emploi ?

      1. ah, drôle d’affaire…
        contradiction entre ces deux posts …

        cela mériterait des explication d’Henry38 …=) peut-il se faire soigner ?
        peut-on recevoir sa pension de retraite, en réalité, dans chaque Pays de l’UE ?…
        est-ce sa résidence principale ? ou sa résidence secondaire, auquel cas il se fait rapatrier en France pour se faire soigner ? auquel cas, il est riche par rapport à beaucoup…

        encore, un binz entre riches et pauvres ?

  15. Ca tourne au vinaigre pour Lagarde au FMI.

    Christine Lagarde accusée d’irrégularités.
    Présentée comme l’une des favorites des Européens pour succéder à Dominique Strauss-Kahn comme directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde est lourdement mise en cause par un rapport confidentiel de la Cour des comptes sur l’affaire Tapie. Mediapart en met en ligne une version quasi intégrale.

    De très nombreuses irrégularités sont relevées par les magistrats financiers. Elles vont nourrir les procédures engagées devant la Cour de justice de la République, devant le Conseil d’Etat et devant la Cour de discipline budgétaire.

    http://www.lesoir.be/actualite/france/2011-05-21/christine-lagarde-accusee-d-irregularites-841347.php

  16. Quelques slogans des “indignados”:

    “Si no nos dejan soñar, no los dejaremos dormir.”
    “Si tu pagas su deuda, que ellos pagen tu hipotheca !”
    “No hay suficiente pan para tanto chorizo !”
    “Toma la calle ya! “

  17. Alea jacta est…
    Indignés de Tous Pays,unissons nous…
    Viva Espana..et
    Que Justice soit faite !

  18. Merci aux Espagnols, ils me remontent le moral.
    Ici en Grèce, a chaque nouvelle annonce de mesures d’austérité, je m’attends a une réaction des gens et rien! Pourtant je pense notre situation pire que celle des Espagnols! J’espère que ça va enfin bouger………………………l’espoir fait vivre!

  19. on n’attendra pas 20 ans pour régler cette affaire dettes UE et US
    comme le prévoient les banquiers et politiciens,
    en payant gentiment une ardoise irremboursable .
    ils le savent
    ça ne les empêchent pas d’ essayer
    ça n’existe pas historiquement .
    le scénario sera plus mouvementé.

  20. Ca me gonfle de joie de voir les espagnols se mobiliser et y’a d’l’espoir ! Mais bon, quand on regarde le monde dont 68 a accouché….

Les commentaires sont fermés.