LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 1er JUILLET 2011

Un bilan provisoire
La baisse rassurante de l’incrédulité
La crise (Fayard 2008)
Interdiction des paris sur les fluctuations de prix
La spéculation
Le protectionnisme
Tout le travail disparu n’est pas en Chine
La décroissance
Ne pas laisser l’extrême-droite souscrire seule aux bonnes idées

Partager :

170 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 1er JUILLET 2011 »

  1. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Mais 6 personnes en France et 25 dans le monde qui
    propagent de « bonnes idées » sur 7 milliards d’être humains. Il faut avoir la foi du charbonnier pour persévérer. On est au niveau des doses homéopathiques, or en face ils pratiquent la chirurgie lourde, la chirurgie de champ de bataille.
    La question est comment rendre ces idées attractives pour le plus grand nombre, et comment proposer un début de commencement de mise en oeuvre.
    Lorsque l’on a fait le constat que tout le personnel au commande, mais aussi les prêtres qui officient dans les médias de masse, restent toujours imperméable à ces idées, pour des raisons diverses, le conformisme n’étant pas la moindre. On se dit que l’on est encore au pied de l’Everest.
    Et pourtant « La maison brûle » et il faudrait des actions d’urgence pour éteindre l’incendie. Il y a là une contradiction entre le temps de la propagation des idées qui ne peut-être que long, et le temps de l’action qui est forcément court.
    Pour ma part je tempérerais votre relatif optimisme et je crains que sur le temps court ce ne soient « les pompiers » des partis extrémistes qui récupèrent les « bonnes idées » et en bénéficient en terme électoral.
    D’autant plus que les partis plus centristes ne veulent absolument pas remettre en cause leur credo calamiteux, et sortir ne serais que d’un iota de leur cadre de référence conceptuel appris il y a maintenant plusieurs décennies sur les bancs d’écoles qui font référence, mais qui dispensent un enseignement obsolète.
    Ce qui fait que les actions d’urgence qu’ils engagent pour soigner le mal, ne font qu’aggraver ce mal, et que les « pompiers plus extrémistes » sont de plus en plus attractifs aux yeux des populations.

  2. C’est en effet parti pour bouger : les élections qui se déroulent un peu partout en 2012/13 vont être l’occasion d’écouter attentivement, au delà des concours de beauté, les propositions mises sur la table par les candidats.
    Comme dit Paul, pour l’instant, c’est un « frémissement » mais qui va prendre de l’ampleur avec le débat. Si, pour une fois, Mme Michu était informé des conséquences prévisible des décisions (ou non-décisions) de ceux pour qui elle a voté (ou non) parcequ’ils « avaient une bonne tête », on aurait fait avancer le schmilblick de deux cases…
    On ne sera jamais assez reconnaissant aux Stiglitz, Lordon, Jorion, Sapir et autres « atterrés » de nous avoir ouvert les yeux.

    1. Mme Michu? Mme Dugenou vous voulez plutôt dire. A quoi cela sert il que nos énarques dégarnis et amaigris se décarcassent à trouver des formules pour faire « proches du peuple » si vous ne les retenez pas.
      D’ailleurs le résultat d’une telle communication aboutie fait que madame Dugenou s’intéresse désormais beaucoup aux programmes présentés par les énarques. Le concept de « société du care » fait un véritable tabac chez les Dugenou : aimez vous les uns les autres et tout rentrera dans l’ordre. Un peu de bons sentiments ne fait jamais de mal.
      Pour la remise en question du système de répartition des richesses et la fin de la corruption oligarchique adressez vous au voisin de gauche. Peut être obtiendrez vous un départ à la retraite à 60 ans en cadeau bonus.

  3. Le problème de la délocalisation industrielle n’est pas tant la perte des emplois qu’elle occasionne que la perte du savoir faire et des unités de production accumulés méthodiquement depuis la révolution industrielle.
    Non seulement nous perdons des emplois quoiqu’en dise PJ mais en plus nous perdons l’expérience de la mise en oeuvre de procédés complexes et subissons la destruction des outils matériels nécessaires à leur exploitation. Revenir en arrière sera très dur et coûtera excessivement cher.
    A tous ces dégâts nous pouvons ajouter la dépendance créée vis à vis des pays dans lesquels sont parties les unités de production. Aussi bien intentionnés que soient ces pays nous aurons à le payer très cher un jour ou l’autre.

      1. @Arkao .
        Autant que l’automatisation , l’assistance informatique de logiciels du type CAO ou DAO , a divisé par cent le degré d’expertise des « agents » …..
        j’ai suivi des dossiers de chantiers , surtout elec, en tant que controle sécurité conformité …….Pour gagner du temps , je tel directements au bureau d’étude ou a l’electricien pour lui signaler ses erreurs ….. Qd les réponses devinrent fréquemment :  » c’est l’ordi  » ou c’est le logiciel qui ..etc … j’ai tapé en touche et suis retourné au circuit « normal » : bureau de ma boite ..bureau controle construction , bureau architecte , bureau coordination , bureau d’étude …ce qui aboutissait a ce que le circuit etait cablé avec sa mauvaise section …etc …
        Outre que les abaques et les equations , règles , qui rgissent un reseau , force l’ intervenant a réfléchir sur le concept « réseau elec » , la gymnastique intellectuelle nécessaire est une pratique interessante pour la « musculation  » cognitive de l’ individu .

        Comme ex , la norme (CAO) admettait un seul differentiel 30 ma , en tete des habitations …ce qui etait limite criminel , mais permettait de gagner le marché sur un concurrent .

      2. On rencontre celà a tout les niveaux la caissièrre incapable de faire la risourne promise car « l’ordinateur ne l’a pas enregistrée » l’avion avec 100 place de vide sur lequel on ne peut pas monter car le code du billet ne le permet pas… On a fait beaucoup de romans et de films sur la prise de controle du monde par les machine, en fait le travail de beaucoup d’humain est déjà étroitement lié aux ordinateurs et souvent leur efficacité vérifiée par des ordinateurs. L’initiative personelle et le bon sens ne sont plus utiles ni meme conseillé pour beaucoup de fonctions.
        En tant qu’administrateur systémes, je pourait me réjouir de voir celà, en tant que citoyen, je ne peut que le déplorer.
        Un autre aspect de l’informatisation, c’est l’accelélération du flux de données à traiter. Le temps de réflexion à quasi disparu et la beaucoup de dècisions sont prise sans connaissance réele des problémes presque en mode reflex sur base de document survolés et d’indicateur de « dashboards » dont plus personnes ne sait exactement ce qu’ils mesurent.
        N’oublions pas que nous vivons dans un monde ou la croissance annuelle s’exprime en % donc un monde en croissance exponnentielle. La productivité doit donc aussi augmenter exponnentiellement, pas de place pour les perfectionniste ni la reflection.

    1. Pas si simple: les délocalisations permettent de vendre sur le marché des produits achetés au maximum le dixième du prix de vente final…

      Créateur de richesse pour le vendeur, mais aussi pour l’acheteur final qui n’aurait pas forcément les moyens, pour certains produits, de les acheter s’ils avaient été fabriqués dans son propre pays, à ses conditions.

      Est-on réellement prêt a se (re)trouver individuellement, en apparences, deux ou trois moins « riches », du jour au lendemain? Pour une majorité de gens: non.

      1. acheteur final qui n’aurait pas forcément les moyens, pour certains produits

        mais, ça, c’est de la politique à (trés) court terme =) les Pays en développement ne se satisferont pas de salaires aussi bas longtemps , et à raison !

        et, que penser des produits réalisés encore actuellement à des salaires de misères « là-bas », et à des cadences infernales, sans aucune protection sociale mise en place …et, cynisme des multinationales aidant, revendus ici beaucoup plus chers qu’il y a peu, avec éventuellement de fausses étiquettes de provenance, pour pouvoir augmenter les prix de revente !
        seuls les intermédiaires, et les actionnaires se « sucrent » au passage =) avec dividendes élevés !

        la naïveté des crânes d’oeuf occidentaux ne cessera jamais de m’étonner : en ce qui concerne les hautes technologies =) j’ai entendu un cadre sup., il y a qq années, étant allé mettre en place des équipes ad hoc au Moyen Orient, s’étonner de ce que les ingénieurs de ces Pays, faisant le même travail, devenaient rapidement gourmands (SIC) !! =) l’idée de délocalisation de cette partie du travail était venue d’un cost-killer, n’y connaissant que pouic (et, grassement payé comme il se doit), afin au bout du compte d’augmenter les dividendes …
        =) réussi pendant un an …puis échec et mat …
        en Inde, le même genre de topo, sans augmentation des ingénieurs, avait donné une inertie remarquable, et une baisse de productivité notable, avec mécontentement des clients, qui pensaient aller voir ailleurs …=) perte de parts de marché =) licenciements …etc, etc…
        Bref, les caves se rebiffent ! à juste titre …

        En attendant, les savoirs-faire industriels, manuels ou Hi Tech fondent comme neige au soleil !Aucune vision de ce qui fait Société ! Dépendance absolue avant peu, et à quel prix !

        *Qui ne sait que l’automatisation des tâches a fait disparaître nombre d’emplois, évoluer les autres, et que les secrétaires d’antan se sont volatilisées avec les traitements de texte ! Mais, les Secrétaires de Direction sont toujours là : parfois plus titrées que leur patron (!), faisant parti du package du Big Boss [ combien de placardisés – Haute Fonction Publique, mais aussi Grandes Entreprises privées : copains du Boss- payés à ne surtout rien faire, ont gardé ce qui faisait partie de la fonction, tout comme la voiture, ou le nombre de m2 du bureau , voire la surface des fenêtres=) tiens c’est peut-être plutôt là qu’il faudrait regarder au lieu de chercher des poux dans la tête des rsa-istes !]

        *Voilà pourquoi, à nos niveaux européens, il serait urgent de baisser la durée hebdomadaire du temps de travail ,et de diversifier les métiers en faisant une projection vers l’avenir et les nouveaux métiers nécessaires à l’évolution de la vie, et des besoins afin que chacun aie sa chance d’avoir un emploi, et une vie digne…

      2. Je me souviens avoir vu un reportage ou un officiel chinois prenait en exemple une boite de lego qui coutait 40 centimes a fabiquer par une usine chinoise, elle etait vendue 70 centimes a lego et se retrouvait a 20 $ dans une grande surface (je ne suis plus sur des prix exact mais c’est cet ordre de grandeur). Son message était que ce n’etait pas la chine le plus grand bénéficiaire.
        Qu’en penser ?
        Les bénéfices engrangé par la multi nationale lui peemetent de payer des milliers de personnes en occident pour concevoir les jouet, créer la pub faire des clips, coller des affiches, mettre l’article en rayon… Mais aussi le yacht des actionnaires et directeurs (et le salaire de ceux qui les consruisent)
        On peut aussi se dire que cet anomalie provient de la valorisation de la monnaie, que la valeur des monaie occidentale est simplement surévaluée.
        Les notion d’économie sont née en chine en temps qu’accesoire militaire. J’ai l’impression que les politique chinois qui ne sont pas omnubilés par les prochaines élections peuvent se permettre des stratégies a long terme.
        Quand je vois certains produits de mauvaise qualité que nous achetons en masse, je pense a la colonisation européenne ou on achetait terre et hommes avec de la veroterie.
        Le jour ou la chine se sera assurèe d’un approvisionement en matiére premières, d’une armée capable de maitriser la sècuritè maritime et de la maitrise des technologies, je pense que nos monnaie occidentales ne nous permetterons plus d’acheter une boîte de lego chinoise.

      3. @ Philippe 1 juillet 2011 à 22:15

        Le jour ou la chine se sera assurée d’un approvisionnement en matière premières, d’une armée capable de maitriser la sécurité maritime et de la maitrise des technologies, je pense que nos monnaies occidentales ne nous permettront plus d’acheter une boîte de lego chinoise.

        Très juste observation. Ce jour là, ceux qui achètent aujour’hui en occident des boîtes de légo chinoises pour répondre aux désirs insatiables de leurs enfants, auxquels ils n’ont pas su enseigner la tempérance, feront leur méa culpa, mais un peu tard. Ils regretteront de n’avoir pas réduit leur consommation financée par de l’emprunt qui finit par asservir, et qui ne leur laissera même pas de quoi nourrir leurs enfants, à moins qu’ils leur apprennent à manger les boîtes de légo.

      4. Philippe écrit le 1 juillet 2011 à 22:15 :

        Le jour ou la chine se sera assurèe d’un approvisionement en matiére premières, d’une armée capable de maitriser la sècuritè maritime et de la maitrise des technologies, je pense que nos monnaie occidentales ne nous permetterons plus d’acheter une boîte de lego chinoise.
        —————
        Le problème se situe justement là : l’approvisionnement en matières premières. La Chine n’est pas autosuffisante (sauf pour l’instant en charbon et en terres rares), donc dépend de ses approvisionnements extérieurs. Un talon d’Achille de première grandeur !

        Je crains que les personnes annonçant une future et irrésistible primauté mondiale de la Chine oublient cette donnée de base.

  4. Des nouvelles de l’Espagne:

    Pour la première fois depuis presque 20 ans, il y a plus d’Espagnols qui partent travailler à l’étranger que des étrangers qui arrivent en Espagne (+ de 40 000 Espagnols partent chaque mois chercher du travail ailleurs).
    http://www.cincodias.com/articulo/economia/espana-registra-emigrantes-inmigrantes-causa-crisis/20110701cdscdieco_7/

    En Espagne 44 % des salariés touchent moins de 1 200 € bruts par mois.
    http://www.elconfidencial.com/en-exclusiva/2011/estadistica-revela-millones-ocupados-mileuristas-20110623-80481.html

    Selon Boston Consulting, les banques espagnoles ont 50 Mds € d’actifs toxiques cachés (en plus de 180 Mds € déjà reconnus).
    http://www.elconfidencial.com/en-exclusiva/2011/banca-50000-millones-activos-toxicos-ocultos-20110624-80524.html

    Bankia (le plus grand « conglomérat » de Cajas de Ahorro qui prépare son entrée en Bourse) a une dette de 90 Mds €
    http://www.elconfidencial.com/en-exclusiva/2011/bankia-tiene-deuda-total-90000-millones-20110624-80516.html

    Entre 2005 y 2008 on a construit en Espagne plus d’appartements qu’en Angleterre, Allemagne et France ensemble. Et les plus de 1,5 millions neufs qui existent sur le marché ne seront pas vendus avec la prochaine génération d’Espagnols: dans 10 ans le nombre de ceux qui auront entre 25 et 34 ans tombera de 34 %.
    http://www.idealista.com/news/archivo/2011/06/27/0333607-espana-se-enfrenta-a-una-fuerte-caida-de-la-demanda-de-vivienda-por-factores-demograficos

    Pour ceux qui veulent s’acheter un appart ou une maison au bord de la mer en Espagne, les banques en vendent avec des rabais de plus de 100 000 € (et jusqu’à 463 930 €):
    http://www.idealista.com/news/archivo/2011/04/12/0314394-pisos-de-bancos-con-descuento

    1. Un ami, franco-espagnol, vivant depuis 14 ans à Buenos-Aires me disait que la grande gagnante de l’incurie économique de l’Espagne était l’Argentine: arrivée massive de jeunes immigrants espagnols intruits: ingénieurs, scientifiques, infirmières, ouvriers qualifiés, etc.
      L’Argentine de Christina Fernadez doit de frotter les mains devant cette arrivée gratuite de cerveaux..
      André Lorimier
      Deux-Montagnes Québec

  5. Paul (et les autres),
    suis-je le seul a avoir « découvert » que la colonisation, financièrement parlant, a coûté plus à la France qu’elle ne lui a rapporté : construction de multiples infrastructures, éducation, et commerce très coûteux pour la France. La colonisation a demandé un gros effort au peuple. Elle n’aurait en définitive rapporté qu’a quelques gros négociants, mais globalement, au niveau du transfert de richesse, ce seraient les pays colonisés qui sont gagnants ! (on a tout laissé en partant)
    Croire qu’on est allé piller les richesses est une idée reçue culpabilisante bien utile.

    Il se trouve que les puissances coloniales n’ont pas spécialement enrichies les pays, cf le Portugal qui était une des plus grandes, et qui se retrouve quasiment pays pauvre.

    J’ai plusieurs son de cloche … et pour l’instant, pas trop sûr de laquelle est la bonne.

    1. Question intéressante, Yoananda

      Je n’ai pas de certitudes non plus à ce sujet mais il me semble, comme vous l’esquissez dans votre mot, que la réponse doit être différenciée selon les pays.

      D’un autre côté la colonisation a permis aux pays colonisateurs d’avoir accès à des matières premières sans lesquelles un développement industriel aurait été plus lent. Alors certes cela aura profité à quelques familles en priorité mais cela aura aussi créé des emplois. La construction des infrastructures nécessaires à l’exploitation des matières premières (les ponts, les rails, les wagons, locomotives, routes, ports, navires…) aura bien eu un impact aussi sur la demande, générant un cercle vertueux (pour un temps du moins – un peu comme l’immobilier en Espagne dont nous parle Pablo75 dans ce même fil).

      Peut-être quelques réponses pourraient être trouvées dans l’Ere des Empires d’Eric J. Hobsbawm, mais je ne l’ai pas sous la main en ce moment.

      1. @Chidéric

        Elle n’aurait en définitive rapporté qu’a quelques gros négociants, mais globalement, au niveau du transfert de richesse, ce seraient les pays colonisés qui sont gagnants ! (on a tout laissé en partant)

        Ça c’est d’l’ahuri du d’ssus et magnifique exemplaire de « penseur » post-pensée unique, ma chouquette.
        Et j’aimerais, juste anecdotiquement, qu’un des millions de ruraux ou paysans algériens parqués dans les « camps de déplacés » durant les « événements en Algérie », et qui n’ont pour la plupart jamais pu retrouver leur village que leurs familles habitaient depuis des siècles avant l’invasion française, vienne confirmer que la France a « tout laissé en partant »…
        Tout laissé oui, détruit oui da !

      2. @Bruno

        C’est ça. Enfile les perles de culture ! qu’ont en plus rien à voir avec le truc.
        Et ça en dessous, t’appelles ça comment ? Une « victoire militaire » ? Une « décision politique » ? Ou une défaite militaire et politique ?
        Parce que les yankees, s’ils avaient « fait » comme les français en Algérie, ben c’est sûr que tu nous dirais qu’ils l’ont gagnée militairement la guerre en Afgha !

        A partir de 1957, les autorités françaises en Algérie décident de lutter contre la guérilla menée par le FLN en reprenant le contrôle de la population et en privant le FLN des moyens logistiques (abri, nourriture) qu’il obtient de gré ou de force auprès de la population. Pour cela, des zones interdites sont créées, où tout être vivant, homme ou animal, est abattu sans sommation. La population qui y vit est chassée de ses habitations et regroupée dans des villages de tentes ou construits à cet effet, sous la surveillance de l’armée. Les villages vidés de leurs habitants sont souvent détruits pour ne pas pouvoir être utilisés par le FLN. Le déplacement de la population est en général forcé, même s’il est parfois arrivé que la population elle-même d’un village demande la protection de l’armée française pour échapper aux zones de conflit ou à la pression du FLN.

        Les camps de regroupement rassemblent assez rapidement environ un million de personnes. Mais éloignée des champs qu’elle ne peut plus cultiver, privée de son bétail, la population est à la merci des conditions d’alimentation prévue par l’administration, et celle-ci est souvent insuffisante, entraînant des carences alimentaires. Les conditions sanitaires se dégradent et la mortalité infantile est importante.

        En février 1959, Michel Rocard, élève à l’ENA et en stage en Algérie, adresse un rapport sur les camps de regroupement à un proche de Paul Delouvrier, délégué général en Algérie. Le 31 mars, ce dernier donne l’ordre aux autorités militaires de suspendre les regroupements, et de concentrer les moyens sur l’amélioration des camps existants. Cet ordre sera assez mollement suivi.

        L’existence des camps de regroupement et leur état est en général ignoré de la population métropolitaine, jusqu’au 22 juillet 1959, où Le Figaro fait la une avec un reportage de Pierre Macaigne qui scandalise les lecteurs. Une campagne d’opinion se lance. La comparaison avec les camps de concentration est évoquée. Dans les mois qui suivirent, la situation des regroupés sera petit à petit améliorée.

        En 1961, la population totale de regroupés s’élève environ deux millions de personnes, soit un tiers de la population rurale musulmane d’Algérie. De nombreux regroupés sont demeurés dans des camps de fortune après l’indépendance de 1962, et encore après 2000[.

      3. @ Vigneron

        A noter que les camps de concentration ce n’était pas nouveau en Algérie, c’était déjà une tradition coloniale.
        Des milliers de républicains Espagnols y ont été internés en 1939 (BOGHAR, RELIZANE, BOU ARFA, COLOMB BECHAR, BEN CHICAO…….) dans des conditions inhumaines.
        Beaucoup y ont laissé leur vie, notamment dans la contruction du transsaharien (ligne de chemin de fer entre l’algérie et le niger).
        http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9fugi%C3%A9s_et_exil%C3%A9s_de_la_guerre_d'Espagne

      4. @Brun o

        3 000 000 de déplacés, 400 000 soldats (quatre fois plus que de ricains en Afgha) sur le sol algérien au moment des accords d’Évian, dont plus de la moitié appelés, 1 750 000 hommes au total envoyés au « maintien de l’ordre » en 10 ans, 400 000 victimes civiles, 25 000 militaires tués, 70 000 blessés, les harkis abandonnés …c’est une victoire militaire ?
        La seule victoire militaire c’est d’avoir gardé les sites d’essais nucléaires du Sahara jusqu’en 1967.

    2. Évidemment les puissances coloniales, dans leur grande mansuétude, ont massivement dépensé pour le bien être des sauvages autochtones pendant deux siècles. L’altruisme des empires coloniaux est de notoriété publique.

      Ils ont également fait découvrir le tourisme en croisière aux africains de l’Ouest et, pour leur bien, éradiqué des peuples comme les arawaks car la vie est dure.

      Enfin, et pour empêcher ces ingrats de prendre leur destin en main, ils ont mené des guerres coloniales car les indépendances des colonies leur empêchaient de perdre de l’argent.

      Rendons justice aux empires français et britannique qui se sont sacrifiés financièrement comme le montre l’indigence des-dits empires au début du XXeme siècle.

      Vous parliez peut être des saint-simoniens ?

      1. Merci vendez ! vendez!!, Tu m’otes les mots de la bouche. Sauf que j’aurais été franchement injurieux et modéré ex-post…

      2. @alberique l’identitaire

        C’est de l’argument ça!!

        Je n’avais pas remarqué que j’étais chez fdesouche, je croyais être chez Jorion.

    3. « que la colonisation, financièrement parlant, a coûté plus à la France qu’elle ne lui a rapporté ».

      Si je me souviens bien de mes cours de géographie politique et de relation internationale, Les investissements à la charge de l’Etat dans les colonies, ont commencé très tardivement par rapport aux dates de colonisations. Ceux-ci commencent réellement après la première guerre mondiale et la création de la SDN qui rappelons-le, donne en gestion les colonies allemandes et ottomanes aux vainqueurs. Les vainqueurs vont se trouver dans une situation où ils vont devoir (se) « justifier » devant la SDN leur système colonial et où les Anglais et les Français diront « Nous on est meilleurs que les autres, on se préoccupe des populations locales, etc.., D’où un début d’investissement de la part de l’Etat tutélaire en matière de soins de santé, d’enseignement, d’infrastructure. Cette situation est probablement la corollaire de la montée en puissance des Etats-Unis comme puissance économique et de l’amélioration des droits civiques (droits de l’Homme, droit des femmes, droit démocratique (vote universelle,…)).

      Ces investissements des Etats coloniaux vont aller croissant et devenir important après la deuxième Guerre Mondiale. Il est amusant de noter que la décolonisation commencera justement au moment où ces investissements à la charge de l’Etat deviennent importants, et où peut-être, la balance entre les coûts et les recettes deviennent défavorables à l’Etat colonial.
      En conclusion à votre affirmation, je dirais que d’un point de vue comptable (recette – dépense) tout dépend de l’échelle de temps ; faites-vous vos calculs de 1950 à 1960 ou de 1885 à 1960 ?

      D’un autre côté, le pays – la région colonisée n’a certainement jamais été gagnante car quelle que soit l’investissement consenti (tardivement nous l’avons vu), quelle a été le coup de la déstructuration (destruction) sociale, et des souffrances subies ? Je rappelle que l’esclavage, le travail obligatoire et la torture étaient une pratique courante sur ces peuples. Je pense qu’il est très difficile d’en estimer ses coûts induits. À coup sûr ils sont extrêmement élevés.

      « les puissances coloniales n’ont pas spécialement enrichies les pays, cf le Portugal qui était une des plus grandes, et qui se retrouve quasiment pays pauvre. »

      Les puissances coloniales se sont succédées dans le temps le Portugal, puis très vite l’Espagne qui devient la première puissance mondiale (ou Européenne), puis les Pays-Bas qui remplace l’Espagne comme première puissance économique, puis l’Angleterre,…. Si l’Espagne est devenue la première puissance économique c’est certainement grâce à ses colonies, c’est certainement grâce à l’or des Amériques et au détournement de l’empire Inca à son profit. Maintenant, s’enrichir à un moment ne veut pas dire s’enrichir éternellement. Maintenir son empire à un coût. De plus, si je me souviens bien, l’or importé ne résultait pas d’une augmentation de la richesse nationale, ne correspondait pas à des biens ou des marchandises, et a induit l’inflation, voire la faillite des premières banques. J’ai envie de comparer ce phénomène du 15em et 16em Siècle au phénomène pétrolier dans son ensemble ou pour l’Arabie en particulier.

      Un livre que j’avais lu et qui traite de ce phénomène était : « Naissance et déclin des grandes puissances » de Paul Kennedy.

      (Ma) Conclusion : Oui, la colonisation à enrichit le colonisateur, dans un premier temps du moins, mais cela ne l’empêche pas d’être (re)devenu pauvre entre temps (ou trois siècle plus tard).

    4. La colonisation n’a pas rapporté à tous les français de manière équivalente. Par exemple la famille de l’ouvrier qui travaille pour l’usine Toyota de Valenciennes n’y aura pas trouvé le même compte que les grandes familles bordelaises qui ont fait fortune avec le commerce triangulaire. Dans ce sens là on peut même dire que la famille de l’ouvrier aura payé d’une certaine manière la colonisation puisqu’elle se retrouve maintenant asservie par les besoins de rendement à 15% annuel du capital accumulé par les familles bordelaises.

      1. @yoananda
        Bon, là, j´réponds même pas,vais le regretter, c´est toujours pareil,chaque fois que je sors de mes gonds, je regrette de pas avoir su me contenir, même si ça fait du bien. Et pourtant, je reconnais la nécessité de sortir de ses gonds, mais franchement, ça me fatigue, d´autant que ça a été mieux dit par Vendez-vendez, malgré son pseudo que j´aime pas (non pas que je dise achetez-achetez).
        ça me rappelle une conv´qui a fini en « j´en ai marre de ces bobos, je m´tire au lit, cuver et ruminer, bonne fin de nuit tout le monde », forcément, le lendemain, y des regards en coin, surtout si tu veux pas gâcher la fête d´un pote.

      2. De la meme façon , les fameux « dons » , aides etc …Qd on « donne » 1 U a un pays , il doit nous acheter 2 , 3 voire 4 U (Nestlé , armes , centrales …) ? les Usadonnent plus , mais leur coef est plus fort pour le « retour » …En fait on « donne » les tunes des contribuables a des sociétés françaises …..

      3. @vincent wallon

        forcément, le lendemain, y des regards en coin, surtout si tu veux pas gâcher la fête d´un pote.

        Primo : tu dors dans la bagnole ou tu te barres aussi sec.
        Secundo : il faut toujours gâcher la fête d’un pote si ça en vaut la peine – surtout quand c’est pas une peine mais une excellente opportunité de joindre l’utile (sa vérité balancée sans ménagement) à l’agréable (la liberté de se débarasser élégamment d’un fâcheux encombrant).

    5. Que la colonisation puisse coûter plus qu’elle ne rapporte c’est possible mais sans doute assez rare. Ne perdons pas de vue que les empires se sont construits sur l’expansion pour satisfaire des besoins qui devenaient souvent insupportables. En ce sens la colonisation montre notre incapacité à faire avec. Elle est le symptôme du problème qu’à l’homme à vouloir se détacher de la nature tout en n’assumant pas la responsabilité qui va avec, à savoir se gérer dans le temps. L’homme prétend pouvoir s’extraire de la nature et la dominer mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne se domine pas lui-même. Il semble qu’à répétition la surpopulation stimulée par les différentes religions de la croissance nous aient menées à des situations de déficits qui se sont soldées par des logiques de contagion.

      Quant à ceux qui a priori n’avaient rien demandé on constate que la colonisation a déstructuré bon nombre de leurs sociétés qui pour certaines étaient de modèles de résilience car elles avaient à l’image du monde vivant cette force qui les faisaient tendre vers l’équilibre. La colonisation (ou l’incapacité à faire avec) a corrompu des cultures aux sagesses millénaires et détruit bien des merveilles. C’est ainsi. Reconnaissons-le.

      1. @PO:
        l’ astuce , c’est que comme pour la Grece ,
        ///////Que la colonisation puisse coûter plus qu’elle ne rapporte c’est possible mais sans doute assez rare.//////, ceux qui a qui « ça coute » et ceux a qui ça rapporte ne sont pas les memes .

    6. Mon père (qui était haut fonctionnaire en Belgique et a fait partie de plusieurs cabinets ministériels) est un jour rentré d’une réunion : « Les calculs ont été faits : à partir de 1960 le Congo nous coûterait plus cher qu’il ne nous rapporte. On lui accorde son indépendance ». Après, vous vous souvenez de ce qu’on a fait : on a redécoupé les parties qui rapportaient pour en faire des chasses gardées des grosses entreprises belges. Pour y arriver on a dû fomenter une guerre civile et assassiner Lumumba, mais bof, bizness is bizness !

      1. @ Paul Jorion.
        Vous avez écrit: «Pour y arriver on a dû fomenter une guerre civile et assassiner Lumumba, mais bof, bizness is bizness». Lumumba avait oublié un petit détail: la concession aux Etats-Unis des gisements d’uranium et de cobalt de Shinkolobwe au Katanga cadeau de Paul-Henri Spaak, atlantiste notoire. Lorsqu’il fit appel aux Soviets, le Raminagrobis de Kasa-Vubu qui lui n’avait pas oublié ce détail, comprit que c’était sa chance d’avoir le pouvoir absolu ce qu’il eut jusqu’au coup d’état de Mobutu.
        André Lorimier
        Deux-Montagnes Québec

    7. @yoananda,
      je crois qu’au de là de bilans comptables qui me paraissent bien nuls puisque jamais ils ne prennent en compte les souffrances et les humiliations il faut simplement revoir les faits historiques – et pas écouter les cloches !
      -en Algérie aventure militaire de Charles X : longue guerre contre l’émir Abdel Kader milliers de morts ; rebelote en 1954
      -conquête de Madagascar puis répression en 1945, milliers de morts
      -Afrique : traités comme des semi-humain avec paternalisme
      -en Indochine, au Tonkin : on ne nous a pas demandé de venir : invasion d’un pays avec sa civilastion
      -au Maroc révolte de la guerre du Rif
      -un des plus forts : implantation du trafic de l’opium par nos Anglais si civilisés pour asservir les Chinois par addiction massive ! Révolte de Boxers : milliers de morts
      Etc… etc… ce qui faut comprendre c’est que ces peuples moins bien équipés technologiquement ont eu à affronter nos armées et que JAMAIS ils ne nous ont prié de venir les civiliser…
      OK au milieu d’Hanoi las Français avaient construit un pont de fer que les US ont détruits mais à quel prix les Vietnamiens ont eu ce pont?
      Uchronie : voulez-vous que par ex. les Chinois viennent nous apprendre leur merveilleuse écriture ? moi je préfère le faire volontairement.
      A contrario le Japon qui a échappé à la colonisation ne s’en pas mal tiré non???
      Donc je n’arriverai jamais à comprendre comment on peut trouver la colonisation positive : c’est un fait de la barbarie humaine qui continue avec le rapport de force actuel. Le plus fort domine le plus faible. Et quand les plus faibles s’unissent il arrive que le plus fort soit battu…

      1. désolé pour mon texte plein de fautes !!
        J’ai parlé du malheur des peuples conquis et opprimés mais ça n’exclue pas l’autre aspect économique.
        Paul souligne que, oui, le colonialisme enrichit les puissances coloniales et à partir du moment où ça bascule on procède à ces décolonisations… partielles ou formelles (cf. Amérique du Sud).
        Autre ex. : la Compagnie des Indes a fait du fric et au XIXe s. les Anglais ont tué l’industrie du coton locale pour importer le coton, le tisser et le transformer en Angleterre et le revendre aux Indiens : voilà un pillage dénoncé par Gandhi ! Après la II GM il serait intéressant de connaitre mieux la balance et avec cet éclairage savoir si ça n’explique pas aussi en partie l’abandon (et avec aussi une terrible guerre civile, Inde/Pakistan).
        Pour conclure (on peut lire Eric Hobsbawm comme suggère un commentateur) il me semble clair que le colonialisme est négatif comme l’est toute violence du fort au faible.

      2. Les romains, les ottomans, c’étaient des colonies ou des empires ?

        Toujours est il que l’origine de la conquête de l’Algérie serait une histoire de dette pas payée par la France et d’installation de fortifications françaises construites en opposition au dey.

        Toujours faire attention aux débiteurs très armés.

    8. Ne prenons que le commerce triangulaire…
      Ou Haiti, dont la vente du sucre rapportait plus à la France que la vente de vin à la veille de la révolution haitienne.
      Non seulement ce pillage a fait la richesse de plusieurs villes françaises, mais sans cette accumulation, la révolution française n’aurait pas eu lieu aussi vite.
      On peut multiplier les exemples, du Pérou à la Chine, en passant par la Palestine.

    9. Les arguments de yoananda, c’est comme si un type venait me dire « tu vas m’obéir et en échange je vais te filer plein de fric, tu vas me coûter un max, t’es content? ». Il parle comme mon patron, en fait. Je sais pas pourquoi, j’ai du mal à lui être reconnaissant.

    1. 1/ Son discours est d’autant plus remarquable qu’il ne repose pas sur un quelconque et illusoire replis nationaliste (replis égoïste de tous les faux désespérés) mais bien sur une ouverture — une progression. 2/ La ploutocratie, les puissances de l’argent, y sont combattues – ou pour le moins – il y a la volonté de les encadrer, de les mettre au pas. 3/ En effet il cite Paul Jorion et donc on peut penser qu’il se tient au courant sur le concret d’une proposition phare comme celle de l’interdiction des paris sur la fluctuations de prix. 4/ Nous avons toujours le choix sans tomber dans le piège de la fatalité : à tel point que TINA est désormais le refuge du ringard, de l’hypocrite, du paresseux, du rentier, du privilégié, de l’inculte ou de l’ignorant. 5/ C’est de la politique au sens noble du terme.

      1. Pensez vous qu’il suffise de citer Paul Jorion pour être un bon candidat ?
        Je crois ré entendre Mitterrand et son trop fameux : « on ne peut pas être membre de PS sans être pour la rupture avec le capitalisme ». On connait le résultat : les 5 premières années de la gauche ont été fatales pour les salariés.
        Mais il y a eu Jospin me direz vous : celui qui a définitivement enterré l’idée d’une baisse organisée du temps de travail.
        Alors je crois qu’on ne peut pas s’en sortir si on ne fait pas d’abord une rupture … avec le parti socialiste. Il nous faudra aller chercher ailleurs.

      2. @ Alain Loreal
        Je me demande pourquoi B. HAMON et G. FILOCHE ne soutiennent pas Mondebourg?
        Avez-vous une explication?

      3. Benoit

        « Il nous faudra aller chercher ailleurs. »
        Tu m’étonnes, j’en bave d’avance. La culture hors-sol est-ce votre spécialité ou le goût du mystère entretenu votre leitmotiv ?

      4. 2/ La ploutocratie, les puissances de l’argent, y sont combattues – ou pour le moins – il y a la volonté de les encadrer, de les mettre au pas.

        …là excusez-moi mais j’ai dû louper un épisode : Pouvez-vous nous expliquer comment ce responsable lance ce « combat » qui semble tout à fait légitime ? Quelles sont ses propositions concrètes ? Comment va-t-il les appliquer ? A quelle échelle ? Par quels moyens légaux ?

        Plus sérieusement, ce Mr qui fait effectivement un bon diagnostic usant de son charme à tour de phrases bien alambiquées sur un ton parfois humoristique ne donne aucun véritable remède…c’est un grand écran de fumée (ce qui au regard de la situation devient inadmissible) malheureusement et une grande douche froide en ce qui me concerne surtout lorsqu’il fait référence à VGD et à Lawrence d’Arabie…terrifiant et révélateur en même temps ! Un comble au regard de l’Actualité africaine dans les pays du Maghreb ! Les politiques de gauche en France sont désespérément à l’agonie apeurés et déconnectés des Hommes comme le Système dont ils se sont servi à plus soif depuis 30 ans.

    2. Si, c’est un extrémiste, mais des soins pour maintenir le capitalisme, « horizon indépassable » consacré par son parti…

  6. « … des garçons-planeurs armés d’arcs et de fusils-laser, des garçons-patins à roulette – cache-sexe bleus et casques d’acier – des garçons-sarbacanes nus leurs longs cheveux flottant sur leurs dos un kriss fixé sur la cuisse, des garçons-frondes, des lanceurs de poignards, des archers, des catcheurs, des garçons-chamanes qui chevauchent le vent et ceux qui peuvent dresser les serpents et les chiens sauvages, des garçons qui aiguisent les os et dans la magie Juju qui peuvent poignarder l’ennemi qui se reflète dans une goutte d’eau, des garçons meneurs de cigales et de puces, des garçons du désert aussi timides que les renards, des garçons-rêves qui se voient dans leurs songes et les garçons silencieux du Désert Bleu – chaque groupe développe ses talents et connaissances et ils évoluent comme une sous-espèce humanoïde. L’unité la plus redoutable et spectaculaire se nomme Fourmis Guerrières ce sont des garçons qui ont perdu leurs deux mains au combat. Ils sont vêtus de bikinis ils portent des sandales en aluminium et des casques d’acier. Musiciens et danseurs les assistent ainsi que des supplétifs électroniques et orthopédiques, leurs armes sont vissées sur leurs moignons, ces supplétifs les habillent, lacent leurs sandales, lavent et huilent leurs corps avec des essences de rose, savon vert, gardénia jasmin, de l’huile de clous de girofle, de l’ambroisie et de l’extrait de muqueuse rectale. Cette odeur accablante vous prévient, ils sont là – les plus petits sont armés de pinces aiguisées comme des rasoirs, ces armes coupent un doigt, un tendon, et l’orsqu’ils chargent leurs pinces font un horrible cliquetis – les plus grands sont armés de longs couteaux à double tranchants fixés sur leurs moignons, ces couteaux peuvent couper un foulard qui flotte.
    Les garçons sauvages. (extrait) William S. Burroughs

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hCyJLzfgO24

     » Avec Les Garçons sauvages, nous sommes en 1988 […], et les adolescents guérilleros, rompus à toutes les armes du sexe et de la drogue, vont dévaster la terre. Des meutes de garçons-insectes, garçons-planeurs, garçons-patins à roulettes, garçons-frondes, garçons-lézards vont saccager le monde. Ne sont-ils pas la seule riposte à ces États policiers qui maintiennent « une façade démocratique derrière laquelle à haute voix les gouvernants disent que les drogués et les invertis ou ceux qui s’opposent à la machine de contrôle sont les criminels » ? Et aussi l’auto-châtiment de ces États ? On ne résume pas un livre comme celui-ci. On le lit, on y va voir, et on en revient pantelant.  » Bernard Delvaille, Combat (1973)

    Et bon anniversaire à Ferdinand qu’est mort il y a cinquante piges…

    Il n’est pas nécessaire que tu sortes de la maison. Reste à ta table et écoute. N’écoute même pas, attends. N’attends même pas, sois absolument silencieux et seul. Le monde viendras s’offrir à toi pour que tu le démasques, il ne peut faire autrement, extasié, il se tordra devant toi.
    Franz Kafka

  7. – J’ai bon caractère mais j’ai le glaive vengeur et le bras séculier. L’aigle va fondre sur la vieille buse.
    – Ça c’est chouette comme métaphore.
    – Ce n’est pas une métaphore c’est une périphrase.
    – Ah fait pas chier !
    – Ça c’est une métaphore.

    1. – Bougez-pas. J’ai la puissance de feu d’un croiseur et des flingues de concours.
      – Si Monsieur veut bien me les donner !
      – Quoi ?
      -….

  8. BonJour…
    …Une nouvelle fois merci pour ce petit message vidéo…car l’enregistrement de ce matin ouvre bien des portes…comme à son habitude…

    Vous parlez des politiques et des politiciens….
    …Je pense qu’il y a une réelle déconnexion des élites décisionnaires et des personnes qui les premières vivent et voient les problèmes de ce monde…
    Les valeurs…Non !!!…
    …Les repères changent…doucement…dans un « léger frémissement » comme vous dites
    car ce sont les consciences qui s’ouvrent…doucement MAIS massivement…

    Les réalités de nos consommations respectives et des conséquences de décisions des marchés sont visibles…tout comme les injustices qui rayonnent de plus en plus…
    Et c’est cela aussi qui dérangent et produit… » un appel à réaction » voir un appel à l’action…pacifiste ou de révolte…dans certains pays proches…très proches…

    Aussi je voudrai vous soumettre et soumettre aux lecteurs et lectrices de ce commentaire une petite idée…
    Je ne sais si elle a déjà parcouru ce blog…Je n’en suis pas un lecteur assidu…

    Quoi qu’il en soit…
    …Il serait peut-être bon de LISTER les idées…mais dans différentes catégories…
    Ce monde n’étant pas uniforme/il faudrait…à mon humble avis…plusieurs liste de solutions…
    …car on a une tendance à vouloir voir les choses dans une vision commune et GLOBALE…
    …C’est peut-être une erreur…
    Les solutions ne seront pas les même pour des regroupement humains de PLUS de 35 000 personnes et pour les communauté de MOINS de 35 000 personnes…
    On pourrait déjà voir se dégager une premier liste de 2 catégories:
    – Pour les Moins de 35 000 âmes…
    – Pour les Plus de 35 000 âmes…

    Un liste de solutions possibles pour :
    – Une communauté sans Pétrole…
    – Une communauté sans informatique…
    – Une communauté sans ressource électrique…
    – Une communauté urbaine..
    – Une communauté semi-urbain…
    – Une communauté agricole..
    – Une communauté maritime…
    …ect/ect…en fonction des ressources…

    Un exemple :
    une communauté de moins de 35 000 personnes semi urbaine de bord de mer…
    et on liste…les apport et les besoins…
    en misant sur une semi autarcie MAIS participative avec les voisins..proche ou lointains…

    Oui il faudrait un site de référence avec des pages consacrées à chaque particularisme économique et social…
    un peu comme le dessin schématisé non pas d’un arbre…mais de toutes une forêt de différents essences…
    A chaque plant/espèce…ces traitements et ces solutions…
    …en corrélation/en symbiose avec les autres…
    Juste refaire une adéquation économique et sociale adapté pour les hommes de demain…

     » LES NouveauX CommunautarismeS.. selon Paul Jorion »…par exemple…

    Je sais et comprends que cela demande un travail immense…mais bon un voyage de 1000 lies commence toujours par un premier pas…

    en espérant mettre fait comprendre…
    Bien cordialement…

    1. Il n’est pas possible de faire ce que vous voudriez faire. Il n’y a pas de réponse toute faite en matière de stratégie de développement. La discipline qui s’occupe de ces questions, et seulement sur une seule dimension, s’appelle « management stratégique » (pour les entreprises).

      Et sur une seule « unité » (la firme), même si l’on peut identifier des matrices stratégiques (dans un univers toujours concurrentiel), il n’y a pas de solution unique/préférentielle. Sans quoi bien sûr toutes les entreprises taperaient dans un logiciel l’équivalent de vos conditions (du style « avec informatique », « sans pétrole », etc etc…) et seraient assurées d’être compétitives. On ne le sait qu’après coup. Par exemple, après coup, on a pu remarquer (après étude), qu’en fonction de l’innovation (de continuité/de rupture), certaines stratégies de conquête de marchés ont tendance à être payantes alors que d’autres non. Et que s’emmêler les pinceaux vous condamne à l’échec. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, il y a énormément de « paramètres ».

      Aussi il n’y a pas de réponse a priori à votre question. A l’échelle d’un territoire/peuple encore moins! Fouillez dans le corpus de recherche sur les « réformes agraires » et leurs effets comparés par exemple. Rien que ça pourrait vous prendre une dizaine d’années. Mais cela vous aidera peut-être à y voir clair dans un contexte du type (« sans ressource autre qu’agricole »).

  9. Au fait, la vidéo de l’émission « Parlons Net » n’est plus visible…( l’avantage de l’hébergement chez les autres).

  10. Selon el Banco de España, la dette extérieure de l’Espagne est de presque 1 000 Md € (999 500 millions €), 93,6% du PIB.
    Le secteur public doit 306 951 millions € (6 % de plus que fin 2010 et presque 30% du PIB).
    En 2004 la dette était de 504 500 millions € (en moins de 7 ans elle a presque doublé).
    La dette extérieure brute est de 1 730 Mds €, 162% du PIB (dont 761 218 millions € « appartient » aux banques et caisses d’épargne, presque le 45 %).

    http://www.elconfidencial.com/en-exclusiva/2011/deuda-exterior-espana-repunta-vuelve-rozar-20110701-80822.html

  11. Oui ça frémit et même un peu plus , et quelques un(e)s paient de leurs vies actuellement ce  » mouvement » .

    Mais Pascal , La Rochefoucauld et Tolstoï rappelent qu’amour propre n’est pas amour , et que , plutôt qu’imaginer créer le mouvement , il n’est déjà pas facile de le comprendre et d’en utiliser correctement la force .

    C’est putôt là que le blog Jorion sinon Jorion soi même ont leur légitimité .

    1. Dans amour propre il y a encore le mot amour. Il ne viendrait à personne l’idée de parler de haine propre. Oui d’accord, il y a les drôles de choses à régler par devers soi, mais l’épreuve en miroir devrait soulever quelques interrogations en dehors des triviales considérations narcissiques. Image et présence nous plongent irrémédiablement au cœur d’un mystère. Drôlatique n’est-ce pas ?

    1. Tout le monde maintenant est aussi prompt à condamner la femme de chambre, qu’il ne l’était à défendre Dominique Strauss-Khan (DSK) en son temps avec la même frénésie et manque de circonspection.

      La femme de chambre et le Procureur Vence sans hésitation discrédités juste sur la foi du NY Times.

      Ce qu j’ai entendu aujourd’hui, vrai ou pas plus les réactions au PS, m’a rempli de dégoût.

      Questions :

      – Pourquoi aurait-elle téléphoné à un ami en prison sachant pertinemment qu’elle risquait d’être écouté et enregistrée ?

      – Pourquoi travailler comme femme de chambre si elle peut gagner des millions avec le trafic de la drogue, carrière de ses amis ?

      1. La vérité est une arme de destruction massive.
        « Le premier qui dit sa vérité…….. Il sera modéré…… »

      2. Pourquoi, pourquoi…?

        Pourquoi DSK aurait commis une imprudence, voire pire, alors qu’il était au FMI et peut être aurait été à l’Elysée ensuite, ou alors en retraite dorée. Tout n’est pas simple comme on voudrait.

        Ceci dit, des psychanalystes s’en sont donnés à cœur joie dans les médias sur le DS Cas.
        D’ici peu il se pourrait qu’ils s’en donnent tout autant au sujet de la plaignante.

        E Tessier aussi, par la même occasion.

        Lisez les, et vous y trouverez peut être des réponses qui vous siéent.

  12. Une information très importante :

    ALERTE – Le Danemark entérine le rétablissement des contrôles douaniers.

    La Commission des finances du Parlement danois a entériné vendredi le projet gouvernemental de rétablissement des contrôles douaniers aux frontières du pays, rendant la mesure exécutoire, a-t-on appris auprès du Parlement.

    Comme prévu, les 9 députés de la Commission membres de la majorité ont approuvé le projet, et les 8 de l’opposition ont voté contre.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Le_Danemark_enterine_le_retablissement_des_controles_douaniers_010720111407.asp

    1. il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark…..
      Un député fait du Hammlet pour nous casser les œufs en poudre.

    2. Petit scélérat de BA… Il faudrait peut-être donner l’info dans son intégralité, cher propagandiste du dimanche et nez en moins très nauséabond… Et il sonne pas pareil du coup ton grelot, ma fée-clochette…
      Suite du flash AFP :

      Sous la pression du Parti du peuple danois (PPD, extrême droite), le Danemark avait annoncé le 10 mai sans aucune concertation préalable avec les autres pays concernés son intention de rétablir des contrôles douaniers permanents à ses frontières nationales avec l’Allemagne et la Suède.

      Ce projet est critiqué dans l’Union européenne pour le risque qu’il fait courir à la libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen. L’opposition danoise a multiplié les manoeuvres pour tenter de retarder ou d’empêcher son vote au Parlement.

      La chef de la diplomatie danoise Lene Espersen explique qu’il s’agit d’un contrôle douanier sur « le transport d’objets comme des armes et des drogues, il ne s’agit pas du tout de contrôler les identités des personnes ou leurs passeports, ni de contrôles frontaliers à l’ancienne ».

      1. Ben oui !

        Des contrôles douaniers !

        Des contrôles douaniers aux frontières d’une nation européenne !

        Ils sont fous, ces Danois !

        Ils sont fous !

        Et tu veux que je te dise, Vigneron ?

        Ce n’est que le début.

      2. Vignoble en péril

        Pour le coup, je suis d’accord avec la réponse de BA.
        Ça risque bien de faire tâche d’huile cette exception danoise.

        Signé du génie des alpages et de ses moutons.

        Vous voyez, je commence à assumer le sobriquet.

  13. Je partage avec vous le sentiment que dans les hautes sphères, l’idée de faire la guerre est «passée de mode». Peut-être parce qu’après avoir tout détruit, il faut tout reconstruire : c’est non seulement épuisant de toujours tout recommencer, mais en plus ça rend impossible la construction de sociétés stables sur long terme (et de voir ce que cela donne).

    Pour autant, j’ai également le sentiment qu’une solution, ou du moins une idée, radicale se propage dans les sociétés en même temps que le frémissement dont vous parlez dans la vidéo de ce vendredi : si le problème est qu’il y a trop de monde, alors il faudrait supprimer du monde. Quand il y a en trop, on enlève ; pour résumer.

    D’ailleurs, il me semble que vous parlez rarement de démographie. Pourtant, compte tenu du mode de vie souhaité par les citoyens, nous sommes en surpopulation (ce qui ne serait pas forcément le cas si nous choisissions une société non basée sur ce que nous possédons par exemple). Pourquoi ce silence à ce sujet ? Sujet secondaire qui découle d’un choix de société ? Sujet miné ?

    1. La surpopulation ne devient un « problème démographique » que lorsque l’élite politique organise une répartition démographique (secteur immobilier) et une répartition des richesses (pyramidale) iniques dans l’unique but d’en obtenir des avantages; ou alors, lorsqu’une masse critique (donc ingouvernable) se met en mouvement.

      Les concepts clés de concurrence et de surpopulation sont indissociables. Hélas pas seulement pour les élites, puisque nombre de nos concitoyens trouvent quotidiennement leur compte en écrasant leurs voisins, qui, dans la logique d’accumulation d’aujourd’hui, sont toujours de trop.

      Le concept d’individualisme participe évidemment à la fabrication d’un problème de surpopulation.

      Déjà en son temps, Malthus estimait nécessaire d’endiguer la croissance démographique.

      Attention à ne pas confondre surpopulation et surproduction. En rendant intelligente notre production et en abolissant le gaspillage, nous pourrions parfaitement croître encore, en nombre.
      En revanche, si vous souhaitez que nous vivions tous entre yacht écologique et tourisme spatiale, alors oui, vous avez un problème de surpopulation… 8)

      1. Pour alimenter la réflexion …

        Pourquoi la qualité de vie est meilleur au Laos (24 hab./km2 – IDH – Indicateur du développement humain – 0,63) qu’au Bangladesh (1083 hab./km2 – IDH 0,55) et cela même si l’espérance de vie est moins élevée au Laos (57 ans) qu’au Bangladesh (62 ans) ?

      2. @ Peak Oil 2008
        Mongolie : 1,8 hab/km2 – IDH 0,72
        So what ?
        Quel sens donnez-vous à l’Indicateur de Développement Humain ? la capacité à acheter du lait en poudre stérilisé made in Suisse ?

      3. De ce que j’ai pu voir du Laos, je suis prêt à croire l’idée selon laquelle il y a une meilleure qualité de vie au Laos qu’au Bangladesh, mais cela ne reste qu’un jugement de valeur, subjectif.
        Pour ce qui de l’IDH ma foi, … je ne sais pas … honnêtement.

      4. @ Peak Oil 2008
        Merci de votre réponse honnête.
        Ce que j’ai pu voir de la Corée du Sud au début des années 90, alors qu’elle était au sommet de son « développement » selon les critères occidentaux du PNUD, ce sont des structures familales en miette, une folie de la vitese, des barres de logements collectifs en béton serrés comme des sardines en boite qui font passer la « cité des 4000 » pour un charmant village, un habitat rural traditionnel bioclimatique rasé au profit de maison en béton inchauffable l’hiver, des cadres ivres-morts le soir attendant le bus la cravate pendant dans le caniveau, une frénésie pour les religions occidentales et les sectes autochtones de tous poils, des moines bouddhistes les poches pleines de biftons et roulant en voitures décapotables, etc…. Que du bonheur.
        Alors personnellement, je conserve la naïveté de croire que le bien être ne se mesure pas à l’aune des équations mathématiques tel l’Indicateur du Développement Humain.

    2. … compte tenu du mode de vie souhaité par les citoyens, nous sommes en surpopulation …

      bien d’accord! même si le souhait du mode de vie est un idéal perverti à la sauce consumériste implanté à coups de pub dans la tête (pas sur que les citoyens le veulent)

      l’idée de démographie c’est la même que l’idée de colonialisme évoquée plus haut
      quand la taille de l’empire démographique rapporte des problèmes en lieu et place des bienfaits attendus, le bon sens indique qu’il ne faut pas aller plus loin.
      hululer à l’eugénisme est de la mauvaise foi

      pour faire encore plus simple, un litre et demi ça n’est pas un litre
      la planète n’est pas extensible

      1. @ Rodj,
        Allez faire un petit tour dans la Creuse, observez les hameaux à moitié déserts et les terres à l’abandon.
        Le problème n’est pas le nombre mais la répartition et le partage.

      2. @arkao

        oui bien sur, on ne vit pas sur du papier millimétré.
        oh et puis bon, doublons la population.
        non je crois même qu’il y a eu des projections à 20, 25, Milliards.
        ça passe encore, on peu bouffer…
        enfin c’est des projections, creuses ou pas 😉

  14. L’argument sur le protectionnisme est sa compatibilité avec l’état d’esprit qui enveloppe nécessairement une sortie « par le haut » est intéressant.
    En vrac:

    – il y a lle fait du conflit entre communautés pour accéder aux ressources (finies), et donc la dimension stratégique (malheureusement) indépassable de toute direction politique responsable.

    – il y a nécessité d’un ‘arbitrage à faire entre défense des intérêts du groupe et équité à l’intérieur du groupe. Faut-il sauver la finance « française » et maintenir une position de force sur les marchés de capitaux internationaux, reconduisant la domination des citoyens lambdas par ces derniers, ou bien mettre fin à celle-ci, et sacrifier les intérêts nationaux (au risque qu’au final, les plus mal lotis dans le second cas soient plus nombreux et dans une situation pire d’ailleurs que les plus ma lotis dans le système actuel?).

    – « Protectionnisme » est une catégorie fourre-tout.
    A moins d’abolir l’idée de « concurrence/compétition économique » (et en dernière alternative l’idée de marchés), et/ou d’estimer qu’au fond il n’y a pas de communautés politico-morale distincte aux intérêts divergents, la stratégie aura toujours sa place. Parler de protectionnisme comme d’une forme de »repli » est dépourvu de sens: le protectionnisme et l’ouverture des marchés sont deux stratégies alternatives, parfois complémentaires, parfois non, en fonction du contexte.

    Je note que le droit de veto US au FMI rend l’adoption de mesures à prendre hautement improbable. Je note également que ce droit de véto ne disparaitra pas tant que les USA n’auront pas définitivement sombré ou qu’un parti « extrémiste » – ou plutôt disons anti-establishment (une alliance extreme gauche extreme droite US)- n’aura pas pris le pouvoir (Ron Paul?). Et que le seul moyen de permettre ca consiste à livrer une véritable guerre aux intérêts US (guerre qui a déjà lieu, avec mise au point de scenarii divers et variés à mettre en oeuvre à l’occasion, visant à précipiter l’effondrement total du dollar).
    C’est CELA la réalité du monde, et c’est la guerre – qu’elle qu’en soit la forme, et non le bon sens- qui gouverne, car « il ne suffit pas d’avoir raison ».

    Comme disait l’autre, la justice sans la force est impuissante, et la force sans la justice est tyrannique. Comment augmente t-on son quantum de force, d’influence? C’est là l’objet de la stratégie, qu’on s’en serve in fine pour défendre des intérêts purement nationaux (au détriment des autres peuples) ou une manière de défendre des idéaux de justice (ou de bon sens). C’est à l’intérieur de ce cadre que se situe la réflexion sur le caractère adéquat ou non du protectionnisme. Augmente t-il le quantum de puissance ou non? Et s’il l’augmente, sa mise en place est-elle incompatible avec les propositions du blog.
    Si tel était le cas, ce dont je ne suis absolument pas sûr (des études montreraient que le protectionnisme contribuerait davantage au développement des pays pauvres que l’ouverture des marchés), ce serait effectivement tragique (comique?).

    L’UMP/PS sont les partis de ceux qui ont un intérêt à ce que le système continue de se reproduire. JAMAIS ces partis ne reprendront la mesure d’interdiction des paris sur la fluctuation des prix. De même que le capitalisme ou le communisme, la social démocratie est derrière nous. Elle meurt avec eux, en théorie comme en pratique. Il faut tordre le coup à cette idée selon laquelle la sociale-démocratie serait l’alpha et l’omega de la démocratie. Ce n’est pas parce-que la social-démocratie fut attaquée par le fascisme et le communisme qu’elle constitue une solution valable.
    Si DSK, F. Hollande, M. Aubry, N. Sarkozy, etc… devenait leprochain chef d’Etatt, pensez vous sérieusement que quoique ce soit serait fait qui irait dans le sens des propositions des « 25 »?
    Bien entendu, cela ne fait pas des autres partis des partis plus « civilisés » pour autant (même si je trouve l’expression « non civilisée » regrettable, pour ne pas dire moins…). Le drame est que les seules solutions raisonnables sont les solutions « extrêmes » (ou perçues comme telles), et que bien sûr elles ne seront mises en œuvre que par les partis qualifiés d’ « extrêmes » (évidemment c’est dans l’intérêt du système de les qualifier ainsi, car c’est bien connu on peut pas être en même temps « démocrate/républicain » et mépriser la « sociale-démocratie »…).

    Au final, vos propositions ne seront reprises que par l’extrême gauche (parce qu’ anti-systeme), l’extrême droite (parce que nationaliste), et peut être également par les vert (une chance sur mille).
    Je suis sans doute pessimiste, et j’espère néanmoins me tromper, mais je ne me fais guère d’illusions.

    1. Les anticapitalistes, qualifiés d’extrémistes par le capital, sont très clairs:
      la production doit servir les besoins, par l’accumulation par une oligarchie,
      et la politique monétaire relever d’une décision politique démocratique,
      par de Goldman Sachs ou aucun autre intérêt particulier.

    2. Effectivement, concevoir le protectionnisme comme un repli sur soi est une caricature induite par le radical protection. Le terme qui convient est régulationnisme.

      Pour un peu plus de développements, voir les arguments de Lordon qui est plus nuancé et explique que de fait, la plupart des états appliquent d’une manière ou d’une autre des règles qui leur sont spécifiques concernant leurs échanges et que le libre échange n’existe pas actuellement :
      http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4129

      Donc devraient être appelés « protectionnistes » ceux décrivent les modes d’application de ces régulations des échanges internationaux en cours. Eppur si muove.

      1. Un début de catalogue qui peut énoncer quelques mesures protectionnistes de fait, et en cours :

        – dévaluation monétaire
        – emprunts d’état à la banque centrale et monétisation
        – stagnation ou régression du pouvoir d’achat en faveur d’une politique mercantiliste
        – réglementations de protection sociale( droit du travail, syndical,droit de manifester, assurance chômage et santé…)
        – réglementations écologiques
        – normes de qualité et de fiabilité des produits
        – normes de sécurité des produits
        – règles des conditions de travail
        – règles de propriété intellectuelle et industrielle
        – quotas d’importation et taxes d’importation
        – droits de la concurrence, soit le FTC des USA

        si d’autres veulent compléter la liste…

        Pour un libre échange un peu plus parfait, alors un hair cut sur tout ça et on y va.

        La gouvernement chinois, parmi d’autres, a semble t il fait cette check list, pour en tirer ses conclusions.

      2. « le libre échange n’existe pas actuellement »

        Il n’a jamais existé. Tout est question de savoir ce que l’on échange librement et ce que l’on protège. Depuis quelques décennies, on fait du protectionnisme des intérêts des actionnaires, c’est-à-dire de « l’industrie » financière nationale (par le passé, on protégeait les industries nationales du secondaire, c’est-à-dire les industriels). Pendant un temps, on a pû croire que protéger les financiers nationaux allait dans le sens de l’intérêt général mais là on déchante. L’illusion que la finance produit de la richesse pour la nation est en train de s’envoler, même aux USA et en GB.

      1. Le problème, c’est que ni Jorion, ni Leclerc ne formuleront une réponse un tant soit peu articulée au sujet des régulations, c’est la ligne Attali.

      2. @Gégène des Alpages

        Va donc sur le blog à Pinsolle, lui filer un coup de main… il a pas mal de soucis avec des trolls du FN qui lui pompent son énergie gaulliste, son ardeur républicaine et son temps gnangnan en lui demandant à lui, « gaulliste social » (sic) et porte-parole de Dupont-et Gnan, de reconnaitre que MLP est bien la tête de liste du clan démondialiste, de NDA à JLM en passant par JPC et Montebour, sans compter Sapir, Todd et Lordon… Bref de se rapprocher de la voix de son Maître qui va signer son bouquin à la fête de Radio-Courtoisie avant d’aller défendre l’honneur de la France sur une tribune de la place Syntagma…
        http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/archive/2011/06/29/marine-le-pen-la-pire-avocate-du-protectionnisme-et-du-retou.html
        À mon avis il va pas tenir jusqu’au premier tour le Laurent Pinpol… Ça tiraille le bazar.
        En attendant, le Pinpon, comme le Génial des Pages à Jorion, il s’en prend à Popaul…

        Jorion est bizarre. Il est super pertinent sur certains sujets et se plante complètement sur d’autres…
        Écrit par : Laurent Pinsolle | 01.07.2011

        N’est-ce pas l’Eugène à la page ? ou Je gêne à la plage, j’sais pu…

  15. Pourquoi on ne parle JAMAIS des Paradis fiscaux??
    le CANCER de la planète EST LA..
    Permettre la concentration infinie en dehors de tout contrôle du papier illusoires pour acheter des chaines en OR pour les esclaves crédules ?
    QUAND ?
    A quoi sert de discuter sur une taxe Tobin,sur une régulation etc,du PIPO tout cela..

    Les corsaires Bankster sont à l’abri .
    Mondialisation transparente et nous seront étonnés de voir tant d’argent nocif cachés pour vous asservir.

    PARLER des Paradis fiscaux cher Mr Jorion et je parie que vous passer plus jamais à la TV.
    rego

    1. Les paradis fiscaux font partie du système, on [les politiciens à la solde des capitalistes] ne les remet pas en question. Je ne suis pas sûr que Paul Jorion n’en ai pas parler. Il passera quand même à la TV, il y a encore plusieurs chaînes.

      1. et pourquoi ?

        l’ironie des questions sont sans réponses sans interruptions………

        un plaisir de la vidéo avec PJ qui nous fais visiter des pays ..

        Vendredis prochain sera un Grand cru sur la renaissance de la déca dance ..
        Prochaine vidéo
        UN Voyage en Afrique..

    2. Si, Sarko et companie les ont utilisés comme épouvantail, pour protéger les vrais prédateurs.
      Les deux plus grands paradis fiscaux sont Wall Street et la City.

      Quant au GIGN, unité spécialisée de l’appareil d’Etat, sa mission est de protéger l’ordre oligarchique…

      1. Mais non! Le GIGN libère les otages! Enfin!

        Tous le monde a chopé le syndrome de Stockholm en compagnie de son usurier ou quoi?

    3. Le système dans son ensemble fonctionne avec et grâce aux ETNC (Etats et Territoires Non Coopératifs).

      Problèmes :

      – souverainetés nationales ;
      – usage et abus d’usage par l’ensemble des grands groupes industriels et financiers (prix de transfert, etc…)
      – utile également pour bidouiller les bilan et autres opérations fumeuses (cf ENRON mais j’en connais un ici qui connait cette affaire sur le bout des doigts),
      – lessiveuse pour le blanchiment (crime organisé, corruption).

      Je répète enfin que le principal paradis fiscal se situe à Londres, c’est la City. Les places comme Hong Kong jouent également un rôle. En Europe, les seconds couteaux sont les pays baltes.

      Dans ce jeu, les arbitres participent aussi à la partie. Ils gagnent à tous les coups.

    4. Salut Rigo,
      La corruption et les paradis fiscaux sont des cancers… Absolument.
      « A quoi sert de discuter sur une taxe Tobin,sur une régulation etc,du PIPO tout cela.. »
      Du PIPO comme ça, je suis candidat. 🙂
      Mais il est vrai qu’il y a toujours moyen d’y échapper.
      L’expérience de la Suède semble le prouver.

      1. salut l’enfoiré

        me suis énervé hier .
        bonne route et merci de ne pas avoir relevé mon ortho,(pipo,pipeau)
        bisous

  16. J’ai essayé de replacer l’affaire DSK dans le cadre de la « struggle for life » économique en cours entre les USA et l’Europe (dans de précédents messages) mais visiblement ils ont été envoyés à la poubelle.
    Ce sujet est décidément très sensible…

    1. franchement….
      des gens survivent en rues.
      des gens sans secours (médicaments) meurent plus que sur les autoroutes ..
      des gens seront vaccinés depuis qu’on AUTORISE les farines animales..
      des gens mangent des OGM pleins d’insecticides.
      des gens sont Irradier..

      DSK ?????????????????????????????????,,

  17. bonjour,

    Mr Jorion : protectionnisme=pas de sortie vers le haut

    C’est plus délicat que Lamy ( http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/06/30/pascal-lamy-la-demondialisation-est-un-concept-reactionnaire_1542904_3234.html ), mais j’ai du mal à suivre :
    total libre échange=sortie par le haut? Avec de telles différences sociales et environnementales?
    La spécialisation dans l’avantage comparatif (aux pays pauvres les usines polluantes, aux pays riches l’armée, la monnaie et les brevets et les chômeurs, laminage des salaires (et des protections sociales), modifications brutales du tissu social, en attendant qu’il s' »adapte », les subventions aux productions stratégiques qui détruisent les activités des pays émergents, à commencer par l’agriculture, monoculture productiviste), que le libre échange implique(*), c’est le « haut »?
    Puisque comparaison n’est pas raison, qu’en est il des pays et des hommes sans avantage particulier dans la chaîne de production du capital?
    Une spécialisation poussée des parties, comme celle des écosystèmes des forêts primaires, dont l’équilibre est fragile en raison de l’interdépendance, n’est elle pas une faiblesse, plutôt qu’une force, du point de vue de l’ensemble? A l’inverse, le pays spécialisé ne met il pas « tout ses oeufs dans le même panier », de son point de vue?

    Pour les nations comme les hommes, la liberté, sans propriété(s) pour la valoriser, sans capital réel pour l’ancrer, est une illusion. La libre concurrence est une soumission, pour des mains nues.
    C’est bien en fermant ses frontières au textile indien, et en développant son industrie textile à l’abri de la concurrence, que l’angleterre a débuté son ascension économique, imposant par la suite, son industrie mûre, le libre échange quand elle le pouvait. Marx parle d’accumulation primitive du capital, décrivant cette période.
    Les guerres de l’opium, pour imposer le commerce en Chine, la canonnière américaine qui ouvrit le marché japonais aux produits américains en faisant parler la poudre…

    Impose t on la liberté, de quoi que ce soit?

    La tea party de Boston, qui inaugure la révolution américaine contre l’empire britannique, est un acte protectionniste avant l’heure : « pas de taxes sans représentations » était le début de l’indépendance. N’ont ils pas tourné le dos à la mondialisation de l’époque? Fut ce positif ou négatif, pour eux?

    Pourriez vous préciser ce protectionnisme=pas par le haut? Une coopération internationale de développement, n’est ce pas mieux, comme la charte de la havane qu’a évincée l’omc lamytique?

    (*) ex : http://fr.wikipedia.org/wiki/Clause_de_la_nation_la_plus_favorisée

  18. Paul,

    Beaucoup d’idées, en effet. Alors passons les en revue:
    – Le monde se déglingue. L’occidental, certainement.
    – Moins d’incrédulité? Pas si sûr. Oui, on réfléchit, quand cela va mal. On se raccroche à tout ce qui tombe et comment cela tombe. C’est à dire aux résultats, sans chercher les sources. Le calcul, les maths, on n’aime pas. Le peu d’argent dont dispose les gens, c’est toujours derrière des conseils avisés des banquiers qu’il trouve son chemin. Je me souviens d’analyses de ce phénomène. On oublie vite…
    – La Chine qui nous sauvera? Elle s’est surtout sauvé, elle-même, depuis l’ère Mao. Elle a infantilisé l’Afrique et ensuite l’Europe, en investissant, en achetant tout ce qu’elle pouvait faire à bas prix dans une période de soldes. Que pense les Grecs dans le port du Pirée des Chinois?
    – Les Pays-Bas? Savez-vous que c’est eux qui ont été créer un paradis de libre-échange en fin 16 et 17ème siècle et les multi-,nationales. L’argent, l’épargne, le commerce, ce sont des maîtres.
    Les chiffres sont éloquents: près de 5000 navires marchands envoyés en Asie, 2,5 millions d tonnes de marchandises importées, près d’un million d’émigrants… C’est une nation capitaliste par excellence. Ils fondent le 1er comptoir de commerce au Japon au 17ème siècle… La Hollande s’est assoupie, mais elle veille au grain. J’ai connu les Hollandais pendant quelques années.
    – Pourriez-vous donner l’adresse de cet interview en néerlandais? En bon belge, je me fais fort de comprendre.
    – La spéculation? J’ai écrit un article, il y a longtemps « Spéculons en paix ». La spéculation n’est pas mauvaise en soi au départ, ce sont ces excès, ce que j’ai appelé, « Le spéculte » qui l’est. Les groupes d’investisseurs qui misent petit ensembles, étudient les marchés, pour en comprendre les ficelles. Ils vous diront leur avis.
    – Les royaumes existent le plus en Europe. Les pays scandinaves continuent à bien fonctionner. Ce sont des monarchies parlementaires avec des rois aux pouvoirs très limités. Le président d’une république comme la France a par contre bien plus de pouvoirs.
    – Travail disparu en Chine? Mais non, absolument. Il a disparu grâce à la technologie qui a permis de mettre au rancard les travaux inutiles.
    – Vie à Los Angeles, par rapport à la vie en France? Je crois que vous devriez en parler plus longuement. Ce serait intéressant pour tout le monde.
    – L’extrême-droite? En France, elle pourrait comme en 2002 mettre les choses dans une balance dangereuse. Quand la droite n’a pas marché, on pense à aller encore plus à droite, le populisme étant la base. Quand on voit l’espoir du retour de DSK aux affaires par la gauche aujourd’hui, on a un peu d’idées du désarrois.
    Bon week-end. Remettez-vous de la fatigue des voyages.

    1. Moi je spécule pas j’ai de l’intuition et de l’esprit demandez à PYD il confirmera. VIVE DSK notre futur président !!

    2. c’est clair ,merci
      vous site..

      – Travail disparu en Chine? Mais non, absolument. Il a disparu grâce à la technologie qui a permis de mettre au rancard les travaux inutiles.

      Bravo ,c’est exactement le progrès qui empêche le travail manuel et tant mieux.
      Alors faire travailler les gens au lieu de faire travailler leurs méninges ..
      Pour ce que vous avez écrits avec bon sens ,merci .
      rego

    3. La spéculation n’est pas mauvaise en soi au départ, ce sont ces excès, ce que j’ai appelé, « Le spéculte » qui l’est.

      Ouais ouais c’est c’la. C’est comme l’enfoirade, c’est pas mauvais en soi au départ, ce sont ses excès, ce que j’ai appelé « l’enfoirite aïgue » qui le sont,
      Le problème c’est que l’enfoirade vire toujours à l’enfoirite, c’est démontré in vitro, in vivo – et même in utero ! , cliniquement et épidémiologiquement (nombreux articles de 1957 à 1996 dans la revue Science). Idem pour les enfoirés qui virent toujours Gros Enfoirés.

      1. Cessez tous vos commentaires………L’URGENCE C’EST DE FAIRE DU FRIC…vous savez ce que c’est de faire du fric????????
        Alors apprenez…………….
        Car il vous sera interdit de mourir tant que vous n’aurez pas remboursé vos/la DETTE…..
        La génération qui à fait celà doit passer le reste de sa vie à rembourser.
        Allez de ce pas en urgence verser vos économies à l’état , dépéchez vous avant de mourir et ne mourrez pas en chemin.
        Voilà la seule chose que vous devez penser et faire.
        Debout les fainéants.

  19. Il n’a pas que l’extrême droite et l’extrême gauche qui disent la vérité sur l’oligarchie financière, l’arnaque de l’euro etc…
    Il y a des gens comme Nicolas DUPONT-AIGNAN (Debout La République) ou Jean-Pierre Chevènement, et franchement ils méritent d’être soutenus même s’ils sont encore de petits partis, récents, et ignorés par le Système médiatique. Ils ne sont pas susceptibles de racisme ou autre opinions regrettables.
    La vérité doit PERCER et DEVENIR MAJORITAIRE dans l’opinion. Si les Pas Sérieux et l’Union des Moutons de Panurge continuent de mentire et de nier l’évidence, un jour, Ils perdront toute audience.
    Le tout c’est d’y croire.

    1. Ces messieurs suivent l’opinion et tiennent un discours contre l’oligarchie par oportunisme.
      Q’ont-ils fait pendant 30 ans de progression de la part du revenu capté par le capital?
      Rien.Tout comme le FN, qui lui n’a cessé d’accuser en plus les syndicats de lutter pour limiter la casse.
      Tous politiciens au service du capital.

  20. Il me semble qu’il est le moment de changer de façon de voir la société puisqu’il apparaît que on reprend les même antiennes pour essayer de faire du neuf. Il ne me paraît pas utile d’essayer de vouloir à toutes forces changer un système en gardant les mêmes façon de faire : on ne change rien car on reste dans la même voie.
    Il m’est venu à l’idée que, pour changer la société, il faut voir si on ne peut pas changer d’abord les paradigmes de notre vie commune et le reste suivra.
    Pour cela, je ne crois pas qu’il soit si compliqué d’exprimer des choix de société. Pour moi, il serait éventuellement suffisant pour vivre ensemble :
    1-Que chaque être humain puisse manger à sa faim et boire à sa soif des produits non pollués
    2-Que chaque être humain puisse avoir un toit pour se protéger des intempéries
    3-Que chaque être humain puisse avoir accès à l’aide quand il est faible et aux soins quand il est malade
    4-Que chaque être humain puisse avoir accès librement à la connaissance et à l’éducation
    5-Que chaque être humain puisse suivre ses habitudes culturelles en terme de religion et puisse être enterré suivant ses choix dans des conditions financières acceptables.
    6-On pourrait aussi empêcher les riches d’être trop riche et les pauvres d’être trop pauvre.
    Je ne crois pas qu’il faille en ajouter beaucoup mais je ne me fâcherais pas si vous en ajouter/retrancher.
    Enfin, il n’est pas sûr que les idées présentées soient les meilleures du monde mais je me dis que ça pourrait marcher.

      1. Je ne sais pas mais au fond si c’est exact c’est encore d’actualité car ça n’a pas été fait sauf erreur.

      2. il y as rien a inventer juste demander l aplication

        Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 | | | | |

        1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

        2. Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :

        3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

        4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

        5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

        6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

        7. Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

        8. Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.

        9. Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

        10. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

        11. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

        12. La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

        13. La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’Etat.

        14. La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n’entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n’emploiera jamais ses forces contre la liberté d’aucun peuple.

        15. Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l’organisation et à la défense de la paix.

        16. La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.

        17. L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

        18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.
        source http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946.5077.html

  21. Le compte en banque c’est le maximum qu’on puisse faire en matière de lâcheté. On se bat pour du vent, pour les prophètes du malheur, tout en assurant sa place au sein du système zéro point zéro. Bonne chance à votre famille sur l’ultime îlot qu’on appelle encore terre. Vous allez me dire comment ils font tous ces bons pères de famille : je m’en fous, la morale ne m’intéresse pas, je ne suis pas un entomologiste. Vous, les travailleurs à deux sous, idiots de passage obsédés par les vacances.
    Jamais les résistants se sont réunis sous la bannière du travail – famille – patrie : trop minabulus vivants. Et c’est pourquoi vous êtes là encore pour nous suriner votre magnifique courage ?

  22. Sur le protectionnisme

    Je commence à en avoir assez de la mauvaise foi de ceux qui hurlent à la mort lorsqu’on emploie le mot protectionnisme.
    Nous faisons tous du protectionnisme sans le savoir, notre système immunitaire filtre tout ce qui rentre dans notre corps. Si ce sont des virus, ou de méchantes bactéries il les élimine.
    S’il ne le fait pas nous sommes malades et nous pouvons en mourir.
    Pour autant des flux de matière et d’énergie entrent et sortent en permanence de notre corps, c’est comme cela que nous nous maintenons en vie.
    En économie c’est exactement pareil, ce n’est pas l’autarcie qui signifierait la mort, mais un échange contrôlé de ce qui rentre et qui sort du corps social pour le maintenir en bonne santé.
    C’est par manque de ce bon protectionnisme que le corps social de nos pays européens se
    délite, c’est parce qu’ on a volontairement affaibli son système immunitaire que les maladies opportunistes se développent sur ce corps social: spéculation, endettement, paupérisation.
    Quand je dis « on » ce sont tous les hommes et femmes politiques qui sont davantage les amis des virus HIV et des bactéries résistantes attaquant le corps social, que de ce propre corps social dont ils sont censés développer les défenses contre les agressions extérieures.
    Ce sont des parasites…

    1. Faux, une formation sociale n’est pas un un « corps social » immuable seulement régi par ses relations extérieures.
      Elle est structurée par des rapports de production, qui évoluent dans l’histoire.
      Sauf à considérer le capitalisme comme la forme achevée de toute société.
      C’était l’illusion de la pensée unique et de la fin de l’histoire,
      démentie si il le fallait par les années de crise.

      1. Je ne dis pas que le corps social est immuable, je dis qu’il doit assurer son intégrité par rapport à ce qui rentre en lui et sort de lui. Sans quoi il meurt.

      2. Justement, le cancer qui menace nos sociétés, ce n’est pas l’échange,
        entre la Bretagne et l’Alsace hier, ni entre la Chine et la France aujourd’hui,
        c’est, sur désormais tous les territoires, la soumission des hommes et de la nature à la logique du capitalisme,
        la production pour l’accumulation par une oligarchie.

      3. Votre vision est celle d’un « corps social » virtuel mondial, vampirisé par des sangsues elles bien réelles, si je comprends bien.

      4. La réalité, pas ma vision, ce sont des sociétés non pas virtuelles, mais bien réelles,
        soumises à la dictature du capitalisme qui détruit l’homme et la nature.

        Pour défendre l’un et l’autre, nous n’avons pas à prendre parti entre protectionnisme et libre-échange.
        Les capitalistes choisissent en fonction du contexte ce qui garantit le mieux leur accumulation de capital, dans la concurrence interimpérialiste.
        Chaque bourgeoisie mêle dans le temps et l’espace mesures protectionnistes et libre-échange.
        C’est le minimum de l’art de la guerre économique permanente, ne se priver ni de l’attaque,
        ni de la défense.
        Leurs guerres, commerciales, monétaires et plus ne sont pas les nôtres,

      5. Charles A, la France et l’Europe d’après guerre ce sont construites sur un protectionnisme (agraire pour l’Europe, avec des échanges privilégiés entre les membres communautaires, qui souhaitaient arrivés à notre mode de vie et au niveau national par les taxes douanières), ça n’a pas empéché la France d’exporter des céréales aux moyen Orien, ni pour ma part d’avoir un ordinateur américain ou une console Japonaise bien avant le libéralisme des années 90.

        Protectionnisme (national ou communautaire) ne signifie pas arrêt des échanges, mais protection sur des secteurs pour maintenir une souveraineté (alimentaire, métallurgique, énergétique) et favoriser les échanges avec des pays à niveau de vie plus bas (Italie, Espagne, ), mais qui souhaitai rapidement atteindre notre niveau de vie (ce n’est pas le cas de la Chine et aujourd’hui l’Europe aspire plus à ce qu’on régresse pour avoir la compétitivité des Roumains).
        Tu laisses croire que tout les gouvernements cherchent notre niveau de vie (auquel cas effectivement, le protectionnisme limite l’échange), c’est faux, les bons élèvent du FMI n’ont pas un mode de vie qui atteint le notre, comme l’on fait les pays du Sud de l’Europe.
        Ces échanges doivent par contre apporter de la valeur ajouté (soit technique soit en qualité, soit en exotisme), il n’y a aucun intérêt a privilégié du transport énergivores, pour éplucher des patates à des milliers de kilomètres de leurs productions, ou d’envoyer nos déchets ce stocker dans les pays du Sud.
        Le protectionnisme peut limiter les échanges utiles, des méga tankers d’huile de palme, quand on transforme l’excédent de nos huiles en bitume est économiquement et d’un point de vue sanitaire, ridicule. Or ces permit par l’absence de taxe aux frontières Européennes.
        Tout les échanges ne ce valent pas. On a le devoir de sélectionner les bons et les utiles tant qu’on en a l’énergie, après ce ne sera plus un devoir mais une obligation.

    2. Le corps peut il exister durablement sans etre assailli par les parasites ?
      Je crois que non.
      Ou alors dégradé dans une bulle étanche, ou l air est filtré. Mais en dehors de la bulle, les parasites anciens ou nouveaux, attendent leur heure pour frapper encore plus fort un corps degradé par l absence de stimulation au combat (inconvénient de la bulle quand on y est depuis longtemps ?).
      Les parasites doivent avoir une fonction structurante sur le corps, des lors qu il change en leur présence, jusqu’ a parfois les intégrer au plus profond de lui comme ses autres constituants vitaux :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mitochondrie#Origine

      « Le fait que la mitochondrie possède son ADN propre, comme les chloroplastes, indique une origine exogène : il est maintenant admis que les mitochondries proviennent de l’endosymbiose d’une α-protéobactérie il y a environ 2 milliards d’années »

      Au delà de l’ analogie avec l’ homéostasie d un corps vivant: Ne faudrait-il pas cesser de considérer comme étrangères à nous, ces choses qui nous structurent a l échelle macro (société), et dont l origine est locale (comportement individuel ) ?; comme si nous pouvions exister identiques a nous mêmes, sans ces choses ?
      Nous ne serions plus nous mêmes, mais des formes dégradées, par rapport a un organisme adapté a son milieu, sauf a etre capables de changer le milieu.

      1. Bonjour,

        « Les parasites doivent avoir une fonction structurante sur le corps, des lors qu il change en leur présence, jusqu’ a parfois les intégrer au plus profond de lui comme ses autres constituants vitaux »

        Ce n’est pas le bateau qui coule, c’est l’océan qui sombre. Nous sommes devant un Impératif absolu,pour nous tous, humains, et nous ne pouvons plus externaliser les déséquilibres, les solutions par « c’est la faute à au-dessus » ou de « ceux d’en face » ;

        la Boétie, répondait déjà à votre question, nous sommes tous quelque peu complices et nous tirons chacun quelque petits avantages du mode de domination par la corruption.

        mettons à jour, la géométrie de la nouvelle servitude qui vient.

      2. @Tigue:
        +1
        ///////////Au delà de l’ analogie avec l’ homéostasie d un corps vivant: Ne faudrait-il pas cesser de considérer comme étrangères à nous, ces choses qui nous structurent a l échelle macro (société), et dont l origine est locale (comportement individuel ) ?; comme si nous pouvions exister identiques a nous mêmes, sans ces choses ?
        Nous ne serions plus nous mêmes, mais des formes dégradées, par rapport a un organisme adapté a son milieu,//////////////////
        Nous sommes effectivement des formes dégradées (individus incomplèts , néoténiques) , en raison de notre inadaptation a la structure « macro » actuelle de la société .

      1. @Lisztfr .
        Non , c’est plutot une redistribution compensatoire , une tentative humilliante de feed back economique pour corriger une perversité induite par une centralisation et linéarisation instable .
        Le « protectionnisme » doit conserver sa connotation « localisation géographique » …. Le protectionnisme , s’il fallait défendre ce concept , oblige a ce qu’ une population optimise le rapport entre sa taille et ses ressources …….Les externalisations ne servant qu’ a compenser les importations …

      2. L’invention des subventions agricoles est d’outre atlantique, l’objectif était d’ouvrir le marché à l’exportation tout en maintenant une pression sur les pays du sud par des courts mondiaux bas.
        Grosso modo seul 4% des échanges agricoles qui peuvent être produites chez nous ne sont pas subventionnés, en Ukraine pour les céréales et encore pas tout les ans, à cause des contraintes continental, en Argentine pour la viande et le soja et en nouvelle Zélande pour le lait.
        Mais l’Europe, l’Australie les états Unies subventionnent
        Seul les denrées qu’on ne produit pas (banane café, cacao) ne sont pas subventionnés.
        Le cynisme va jusqu’à l’aide humanitaire qui cachait des gestions de stocks par les états unies (on vide nos silos et on détruit les productions locales, qui importeront l’année suivante), qui ont aussi inventé les subventions indirectes sur les transports agricoles (comme ça c’est pas dans le budget agricole, à l’OMC ça ce voit pas).
        Sans subvention au cours mondial, seul 50 à 60% des productions peuvent être maintenu (les vivrières).
        La Chine taxe ces importations agricoles jusqu’à 100% pour la poudre de lait.
        C’est le problème avec l’agriculture on peut faire toute la manufacture en Chine, mais pas toute la nourriture, il faut valoriser aussi les sols non compétitifs ou avec des hommes étant moins compétitif que la moyenne mondial (les occidentaux).

  23. « La Chine qui nous sauvera? Elle s’est surtout sauvé, elle-même, depuis l’ère Mao. Elle a infantilisé l’Afrique »

    A ce propos j’ai écouté une émission intéressante, avec des réparties savoureuses, l’autre jour sur France culture, à une heure de faible écoute. Il s’agissait des relations entre travailleurs chinois et algériens sur les chantiers en Algérie.
    http://www.franceculture.com/emission-sur-les-docks-%C2%AB-les-chinois-en-algerie-%C2%BB-rediffusion-2011-06-28.html
    Les dits algériens n’avaient pas l’air de priser les méthodes chinoises, il y en a même un qui a dit: « Si ça continue on va leur laisser l’Algérie, et nous on va émigrer »
    Après le dernier plan d’austérité grec, des grecs ont aussi dit on va quitter le pays.
    Mais où vont aller tous ces gens ?

    1. Ils iront en Allemagne où la démographie décline. Les excédents commerciaux de l’Allemagne pour cause entre autres de réduction du pouvoir d’achat, de « flexibilisation » de l’emploi et des allocations sociales, c’est pas du protectionnisme ? Non…Non non. Ils n’ont pas mis de taxes ou de quotas aux importations, alors CQFD, l’Allemagne n’est pas protectionniste.

      Le discours anti protectionnisme est béa, un truc de scout.

      Eh oui, Mr Jorion, la crédulité régresse…Vous faites bien de le signaler.

      Et puis, c’est bien connu, le protectionnisme, c’est la guerre, c’est vilain, c’est pas gentil, c’est pas beau, c’est pas cool :
      « C’est une maison bleue,
      Adossée à la colline,
      On y vient à pied,
      On ne frappe pas,
      Ceux qui vivent là,
      Ont jeté la clé ».

      Maintenant ils la cherchent.

  24. Le scénario de l’info et l’info scénario, recyclage des élites, de la finance au politique
    Nouvelle de la propagande Kapital aujourd’hui, que du bonheur après la libération des journaleux.
    IL n’était pas candidat mais presqu’élu
    IL était presque un agresseur et il devient victime
    La presque victime n’est jamais apparue et elle est déjà décridibilisée.
    Voilà comme je l’annonçais récemment un symbole de la finance innocente qui RENAIT plus blanc que blanc, les experts mettent en scène le monde, c’est GÉNIAL, DSK président, les jeux sont faits mieux que sur TF1 et les pauvres de Sarcelles, ses extras se réjouissent, ils n’y avaient jamais cru comme ils disent.

      1. C’est un pari où une intuition comme un autre cher Piotr. Faut il aussi abolir ceux là ? Ces gens là ont gros à perdre, jouer sa crédibilité sur un coup de bite c’est énorme, c’est ce qui fascine le monde entier, érection versus élection, un peu comme les radars et les excès de vitesse, la ligne jaune est une chose, la visibilité en est une autre.

      1. La fiction et le slogan ont fusionné avec la réalité c’est le progrès comme les centrales nucléaires contrôler cette fusion c’est tout l’hubris du politique, va falloir contenir ce délire et se protéger du marché qui déborde pour le moins, quand la capote Durex donne envie tout est possible.

  25. L’argent fut une convention, l’argent sera une convention…
    C’est la vieille convention du pâtissier, de la vitrine, et des parts « du » gâteau!

    Alors, vieux gâteaux ou vieux pâtissiers?
    Épaisseur de la vitrine?
    Exiguïté des salons de dégustation, pléthore de livreurs, consommation dans la rue…
    Rien ne va plus,
    Faitent vos jeux,
    Y’en aura pas pour tout le monde!

    Comment faire avec le même argent, celui d’une vielle convention?
    Ce ne serait pas besoin mais on ne pourra pas s’en empêcher, on construira une vitrine autour d’un prunier…
    Et on mettra une enseigne devant disant: « A la meilleure des tartes aux prunes »!

    Et puis, quand tous les vergers de pruniers auront envahi tout l’espace possible, on édictera les lois et règlements de la prune, en s’aidant des lobbys des pruniers.
    Car trop nombreux toujours recycleront les noyaux…., et c’est pas de jeu.

  26. Mégalopoles et décroissance

    Entre l’utopie d’une monde de mégalopoles et l’utopie inverse d’un monde de petits villages autonomes, il y a de la marge. L’un comme l’autre sont tout autant irréalistes à plus ou moins long terme. Il faut partir de la situation présente et envisager une transition vers une organisation urbaine à échelle plus humaine, réellement durable (et pas seulement durable pour rire)…

    C’est pas possible ? En attendant il se passe des choses, par ex. à Flint, Michigan :
    Et aussi à Cuba : How Cuba Survived Peak Oil, Faith Morgan

    Et puis, les mégalopoles sont de fait « non durables », nécessitant un espace bioproductif beaucoup plus large, excessivement énergivores… Voir aussi Entropia N° 8 – Territoires de la décroissance.

    Bien sûr tant qu’on se conditionne pour se convaincre que « C’est pas possible », tant qu’on ferme les yeux sur ce qui se passe ici ou ailleurs, tant qu’on caricature tout à outrance pour évacuer les questions qui dérangent … il y a peu de chances que les choses changent.

    Les mégalopoles pour les siècles des siècles ? Ou les mégalopoles à l’agonie ?

    Pourquoi ne se pose-t-on jamais ce genre de question ? On dira : « Parce que c’est dans la nature des choses. » Ou bien : « On ne pose pas ce genre de question par manque d’imagination. » Mais le manque d’imagination s’assimile toujours au conservatisme : on se satisfait des choses telles qu’elles sont ; ce faisant, on confirme et renforce les structures de pouvoir dans leur état présent.

    Paul Jorion, Le capitalisme à l’agonie, p. 101-102

    1. Il me semble que le débat contre pour la décroissance glisse progressivement vers une réflexion sur le « développement communautaire», sur le choix collectif délibéré d’organiser , là , le downsizing e t, ici, la création d’un pôle de croissance en fonction d’un choix démocratique raisonnable (à la condition qu’une communauté ne tire pas avantage de son choix au détriment de l’autre).

      Cet équilibrage de solution permet de se dégager la décroissance de la repentance imposée en fonction de principes extérieurs ( la technique c’est inhumain) et non par la détermination interne de chacun à s’efforcer sincèrement de laisser la trace écologique la plus légère qu’il est possible après son passage sur terre.

      Bien entendu « il y a de la marge » il me semble que cette marge sera d’autant plus grande que nous disposerons de pôles de croissance suffisamment puissants que pour ouvrir des brèches , fractionner, réunifier l’organisation des mégapoles en écocités . Par contre, le mouvement des écocités relève-t-il du développement communautaire ou bien est-il le terrain d’essais pour la conquête de nouveaux marchés par les méga firmes ?

  27. Paraphrases -Invocations:
    Donne moi la force de me changer,de changer mon regard.
    Donne moi la force de changer ce que je peux (et devrait) changer
    Donne moi la force de conserver La confiance
    Une « sainte colère » devant les étals des marchands du temple (wall street ,hauts lieux des magouilles financières de par le monde…) !
    Pourquoi pas de même aujourd’hui face à tant d’injustices,de vols et de rapines en tout genre ?
    Merci Paul et F. Leclerc et généralement les acteurs du blog. Oui la crédulité avance,je le constate pour ma part dans ma petite sphére socio-familiale
    Et le Nom de JORION associé ici à celui de Leclerc SONT CONNUS…Mais surtout les Idées émises.
    Encore un peu…et….
    Il faut persévérer. La « Victoire » des idées justes est acquise. Accélérons le processus.

    1. @Piotr!
      Maîtrisez votre sarbacane!
      Y allez-vous, en souche africaine, pour Zembla-bla?
      Ou bien, en souche asiatique, pour Zen-blabla?
      Entre Hindo-européens, comme entre-nous de souche, on a parfois du mal….
      Mais, soyez rassuré, entre érudits on se comprend, isn’t it!

  28. @Piotr

    …Avec pour ceux qui sont pour
    …Sans pour ceux qui contre
    Et au « milleu » pour tous ceux qui sont pour ce qui est contre ..;(Dac)

  29. – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

  30. « La Chine nous sauvera… »
    Comme elle a « sauvé » le Tibet…?
    Elle sauvera le capitalisme ! Au Pirée, un ouvrier témoigne : « Qui travaille pour les Chinois n’a aucun droit, pas de syndicats, pas de grève… »
    Tout le travail disparu n’est pas en Chine mais la Chine vient à nous :
    En Irlande elle finance un immense centre de conférences, à Belgrade le pont de « l’amitié »de 1,5 km, en Islande une usine métallurgique, en Turquie 4000 km de train à GV (ICE allemand) pour 30
    Mrd de dollars, en Russie une fabrique de cellulose…etc, etc.
    Alors protectionnisme pour les travailleurs OUI !
    Mégalopoles et décroissance : les villes en transition, ça existe :

  31. Hello Paul…Il est bien difficile de calmer les esprits…Votre vidéo est superbe…Il semble que vous ayez pris du recul…Et votre cadre habituel, (vos livres sur les étagères en témoignent), ait enfin permit de vous visualiser plus loin de la caméra donc moins gros plan, et vous voilà transfiguré dans une chemise blanche, maillot noir et chevelure argentée…Disais-je…Il n’est pas simple d’obtenir un écho optimiste…Cependant vos ouvrages ouvrent l’esprit et à n’en point douter, un frémissement…Une lueur, une petite lumière… Telle, celle d’une petite bougie de poche, et cependant bien utile à la veille de grands changements, tant climatologiques que politiques « and » etc…Je vous est trouvée très personnellement, extrêmement lumineux sur cette vidéo…Complimenter, ne suffit point me direz-vous…Certes, pour le moment je vous lis…Ensuite, souhaitons que le travail en amont soit ingurgité…Et de là, la promesse que vous vous êtes peut-être faites sans même l’avoir énoncée, deviendra réalité…De mon côté, je constate que vous jouez un rôle majeur, et cela même, que personne ne le soupçonne, donc ne puisse l’intercepter…Je vous aurais bien ajouté une vidéo, mais vous êtes une personnalité rare, et il m’a été difficile de déceler, ce qui aurait pu vous convenir…Donc j’ajouterais, si vous me le permettez, une de mes vidéos préférées :

  32. http://www.bastamag.net/article1626.html
    Expropriation
    Multinationale chinoise contre paysans maliens
    Par Sophie Chapelle (1er juillet 2011)
    « Je ne suis qu’un simple maire de commune rurale, je n’ai pas assez de poids pour affronter les multinationales », lâche le maire de Yékébougou (Mali) en juin 2010 aux paysans expropriés. Quelques semaines plus tôt, 500 hectares de terres agricoles de quatre villages maliens ont été « bornés » — démarqués avec des clôtures — par l’entreprise chinoise Covec [1], aux fins d’exploitation de carrière. L’Union des Associations et des Coordinations d’associations pour le développement et la défense des droits des démunis (UACDDDD) est alors saisie par les habitants de ces villages, qui assurent n’être ni « informés » ni « associés » à ce bornage « unilatéral ». Rapidement, des visites de terrain avec les paysans victimes sont organisées, ainsi que des prises de contact avec les travailleurs chinois. Les engins lourds sont déjà sur place et des maisons sont en cours de construction par la société Covec….

  33. A l’audition de votre video , pour plusieurs de nos problèmes , il me semble que vous tenez pas assez compte du facteur « pénurie d’énergie » … Cette courbe dépletionniste rencontre une courbe expensionniste : la « demande » des emmergeants qui ne cesse de croitre . Si le barilchute en ce moment c’est parce que la croissance chionoise prévue à 10 ù , ne sera que de 5 % …..Nous ne sommes plus maitre de ces perturbations , et nous ne sommes pas dans une « CRISE » puisque par défénition , une crise a une « fin de crise » ….. Nous changeons d’etat stable (attracteur) et allons bougrement cuter …pas de « sortie par le haut  » …c’est mathjématiquement impossible et si elle se réalise ce sera pour 20% puis 10 % de la population …ce qui induirait de mettre le reste « sous silence » .
    C’est la courbe des production d’energie-cout , qu’il faut etudier pour voir celle de notre déplétion ..Aucun gain de productivité ne pourra compenser cette déplétion …..
    Ce qui relativise (a mes yeux) votre optimisme sur la pérénité et pertinence du modèle urbain .

    1. C’est vrai qu’on ne raisonne plus du tout en termes d’aménagement du territoire .On joue la mégapole et je trouve cela un peu effrayant.Mais pourquoi 35000?

      1. C’est le bornage observé dans une situation de 100 % renouvelable (17° siècle) dans une société européenne sans énergie fossile, avec un seuil de densité 40 (hab/km2), la taille maximale des villes observées était de 30 000 habitants (+ou – 5000).

  34. @Bourricot
    « Catégorie : économie mondialisation gaulliste DLR régulation Économie
    Description : Blog parlant d’économie vue sous une orientation souverainiste et protectionniste.  »
    Ben ça nous rajeunit pas, les idéologies des années soixante en 2011, fichtre!
    Les temps ont changé vous savez, vos idées et vos clichés du monde, jaunies en noir et blanc, n’ont plus rien à voir avec la réalité. Pour les élucubrations ,c’est plutôt de votre époque, Oh Yeah!

    http://www.dailymotion.com/video/x1v3i6_antoine-les-elucubrations_creation

  35. Que pensez vous des travaux de Paul Bocarra, économiste marxiste, Maître de conférences honoraire en Sciences économiques, membre de la Commission économique du Parti communiste français qui a conseillé entre autres la Chine sur les DTS?

    Rencontre du projet Paul Boccara

Les commentaires sont fermés.