PIQÛRE DE RAPPEL : Le fixing, arme contre la spéculation

J’inaugure une nouvelle rubrique : la « piqûre de rappel », une plongée dans les archives du blog pour rappeler certaines banalités de base.

Premier dans la série, un billet rédigé par Jean-Pierre : La spéculation contenue : le fixing, originellement publié le 12 juillet 2009.

N’hésitez pas à nous signaler des billets qui méritent republication dans la rubrique « Piqûre de rappel ».

Partager :

54 réflexions sur « PIQÛRE DE RAPPEL : Le fixing, arme contre la spéculation »

  1. Bon titre et jeu de mot , la piqure et le fix(ing)
    Fix : (Familier) Dose de drogue, généralement injectée par intraveineuse.
    o Avoir besoin d’un fix, être en manque.

    Avec des marchés drogués à l’injection de liquidités. Contre le fix : le fixing 🙂

  2. je trouve qu ‘in avance énormément depuis un certain temps. Merci pour toutes ces contribultions.

  3. « Ce système favorise les ordres individuels. Et le spéculateur y trouve un débouché parfaitement adapté à ses ambitions. D’autant plus que la plupart des teneurs de marché sont banquiers. Le spéculateur obtient aisément des crédits substantiels, jusqu’à trente fois la valeur du gage livré, pour assouvir sa soif spéculative. Pourvu qu’il place ses ordres auprès du banquier-teneur de marché. C’est par ce stratagème qu’un George Soros a réussi à couler la livre sterling en 1991. Les banques britanniques lui concédaient jusqu’à 20 fois le gage qu’il leur fournissait et participaient allègrement à l’effondrement de la devise sans courir de risque  » –

    J’y vois plus clair.

  4. Il est sur que le fixing permet d’empecher la spéculation ultra rapide dans la journée…Et le cours est plus réaliste. En fait en cotation continue, c’est le dernier cours qui tient lieu de fixing terminal et inutile. Une proposition d’entrée pour le lendemain. Cela donne des résultats assez faux sur la scéance.
    C’est pour cela qu’on utilise des moyennes mobiles pour évaluer la tendance. Cela tient lieu de fixing virtuel.
    Cela éliminerait une spéculation que l’on doit considérer, au point de vue du producteur et du client, comme parfaitement inutile, et bien souvent néfaste. Du fait c’est du vol organisé par le spéculateur.
    Ces multiples variations, totalement idiotes et injustifiés sur les cours, ne sont qu’agitations économiques totalement inutiles. Elles sont memes organisées par les spéculateurs eux-memes. Cette agitation leur rapporte. Il n’y pas pire pour la spéculation que le calme plat.

  5. Excellente initiative. Peut être là l’occasion de mettre en sommaire, une nouvelle section pour référencer les billets pédagogiques. Et ceux concernant aussi certaines idées ou débats (comme le Bancor par exemple), mais qui sont éparpillées sur divers billets pas forcement reliés entre eux par des liens hypertextes.

  6. Un peu hors sujet, entendu à l’instant, sur FR C :

    « Il ne nous appartient pas, à nous autres philosophes, de séparer l’âme du corps, comme fait le vulgaire, encore moins de séparer l’âme de l’esprit. Nous ne sommes pas des grenouilles pensantes, des appareils d’objectivation et d’enregistrement sans entrailles, il nous faut constamment enfanter nos pensées du fond de nos douleurs et les pourvoir maternellement de tout ce qu’il y a en nous de sang, de coeur, de désir, de passion, de tourment, de conscience, de destin, de fatalité. » (Nietzsche, Le Gai Savoir)

    Céline dirait pareille… quant à moi je pense que ce blog, comme n’importe quel groupe tend à effacer nos personnalités… enfin ce n’est pas non plus une psychanalyse lol. Il faut lancer un filet (épervier) dans l’inconnu, (d’où mon post sur la Gestalt l’autre jour) : les aperceptions dans l’instant, sont peut-etre la part la plus originale de chacun. Le HFT s’applique aussi à l’esprit… L’intuition, Eingabe, ce que l’on voit dans l’instant, c’est la création pure. Un de nos grands écrivains avait l’intuition d’une vie entière dans un instant, dans un éclair (Balzac ou Flaubert). A rapprocher de Mozart également qui entendait une de ses symphonies toute entière, je pense qu’il en « voyait » l’esprit très précisément, effectivement en un instant… l’hallucination intérieure est une affaire de temporalité.

    ==============

    Le « nous républicain » est complètement vide, :E de Fontenay.

    http://www.franceculture.com/emission-repliques-ete-11-enfance-et-philosophie-rediffusion-du-26032011-2011-08-13.html

  7. Trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès bonne idée. Ce blog va finir par être décrété d’utilité nationale ! Si seulement les politicailleurs pouvaient le consulter… Merci encore à vous Mr Jorion. J’ai l’impression qu’on vous écoute de plus en plus (cf le nombre de commentaires sur chaque billet).

    1. Très exactement. J’en fais la publicité dans mon entourage mais je dois dire qu’il est difficile de demander aux autruches de retirer leur tête du trou.

    1. C’est certain que Paul à la place de Nicolas, tous les petits actionnaires se sentiraient plus en sécurité…Mais alors qu’attendez-vous très chères petits actionnaires pour changer de leader?…Aujourd’hui difficile à engendrer mais facile à accoucher demain…Surtout si vous souhaitez réellement récupérer vos placements.

  8. Nos entreprises aux mains et montées de toutes pièces par le grand banditisme international……..Cote d’azur,corse,russes,bolivie,drogue,blanchiement,yacht de luxe,avocats,faillites……………….réglement de compte chez Couach.

    1. Nos entreprises aux mains et montées de toutes pièces par le grand banditisme international…

      Très juste remarque ! C’était tellement plus sympathique, plus chaleureux, plus convivial, plus familial, plus proche, bref plus humain avec nos braves corses, niçois, toulonnais, marseillais, gaullistes, lyonnais, bordelais, parisiens, etc.

      1. Eh mon coco faut pas oublier les royannais et grenoblois , bonnes villes ouvertes à tous les interdits de séjour ailleurs , ville de royan ou notre bon président tient famille.

    2. Exact des banques anglo saxonnes étaient impliquées dans les attaques boursières contre l’Europe, ces derniers jours..

      1. @xian

        Rappelle Jehanne d’Arc, ya la brute de la Trinité/Mer et sa Marine de fille qu’ont une ligne directe avec elle, m’enfin qu’ont son oreille quoi – qu’elle a très fine soi-disant, l’oreille, la Jehanne.. -ask’on raconte…

      2. Bridgewater ? Le troisiéme hedge fund au monde ? Bah ! Bonne maison de bons pères de famille. Ses clients sont d’abord de braves retraités (fonds de pension), des oeuvres charitables ou d’utilité publique (Fondations), des États (fonds souverains) et même des banques centrales !
        Et le patron-fondateur, Ray Dalio, il a une telle bonne tasse :
        http://www.bwater.com/Uploads/FileManager/In_the_News/FT-the-alpha-and-beta-of-a-lone-manager.pdf
        Eh ! Sans rire. J’irais de préférence faire du camping sauvage dans les Rocheuses avec lui que le bof avec Méluche en Andalousie tout en me foutant, comme le Jean-Lumiére en question, des bigoteries locales sur mon blog…

  9. Petite question:
    Sachant que dans le PIB des Etats-Unis, la finance, donc la spéculation, représente près de 45%, pensez-vous que les américains vont se priver de cette vache à lait et accepter de réguler la spéculation?
    Certe sur ces 45%, un partie est très certainement composé de produits licites, mais comme les têtes d’oeufs de ce pays ont la fâcheuse idée de mélanger les produits toxiques avec des produits financiers sains, dans des packages pervers, une grande partie de ces 45% de PIB doit être contaminé par de la spéculation.
    Les 3 milliards réalisés cette semaine par Bridgewaters sont de la pure délinquance financière, et entre néanmoins dans la richesse nationale du pays, non ?
    J’attends les réponses avec impatience!

    1. Roger,

      Je pense sérieusement que c’est justement de la nature principalement financière du PIB Américain qu’est venue la crise que la planète est en train de traverser, car à force de gagner des fortunes sans rien produire les américains et les autres membres de l’OCDE ont oublié que si on produit de moins en moins de services ou de produits, de moins en moins d’emplois sont créés et donc de moins en moins de salaires distribués et de moins en moins de consommateurs sont là pour acheter ce que des unités de production et de distribution, de plus en plus automatisées, continuent de produire malgré tout grâce aux énormes gains de productivité du travail horaire…

      Les quelques gros profiteurs de la spéculation financière, ne peuvent se substituer aux masses de petits consommateurs qui eux, font la demande finale de produits et services. Le reste n’est que consommation intermédiaire et n’a d’existence qu’en vue d’une production et d’une distribution finale, si celle ci disparait, la consommation intermédiaire n’a pas lieu d’exister…

      J’avais fait remarquer que la chute des pays soviétiques avait aussi eu le même genre de causes: quelques profiteurs du système s’accaparant les gains de productivité au détriment de l’intérêt des populations…

      Cela me conduit à faire une suggestion que j’ai faite ici à plusieurs reprises: l’économie politique ne peut pas se résumer à la finance, ce que l’on appelle économie réelle est un tissu de considérations dans lequel les aspects financiers ne sont qu’une petite partie. L’économie des matières premières, celle des technologies, qui guident l’organisation des facteurs de production, l’économie de l’éducation et de la formation professionnelle, et l’économie de la consommation et de son évolution sans oublier bien entendu l’économie de l’écologie, toutes formes d’économies qui ne peuvent ni ne doivent être laissées à l’arbitrage des marchés, dont les diverses crises économiques récentes ou même plus anciennes ont montré que contrairement à l’orthodoxie néolibérale ils ne savent pas mieux:(la fameuse expression « Markets know best » est caduque de manière de plus en plus évidente.

      Je pense que le sujet de l’impact des évolutions technologiques et géopolitiques qui semblent s’accélérer en une fertilisation croisée, devrait être un sujet remis à la discussion. L’incertitude qui gouverne à l’apparition des nouvelles technologies et des changements géopolitiques est par ailleurs en partie responsable de la frilosité des investisseurs à investir dans l’économie réelle, donc à moyen et long terme. Les investisseurs préférant spéculer sur des marchés à court terme, où ils pensaient pouvoir mieux tirer leurs épingles du jeu… La crise de 2008 leur a prouvé le contraire…

      A propos de la place du travail dans nos économies, je ne peux que recommander la lecture du préambule des statuts du BIT à Genève… Ils contiennent les bases sur lesquelles nos économies pourraient s’en sortir: priorité à l’emploi et à l’équité de la répartition des fruits du travail.

      Même si la crise actuelle aggrave le chômage et des inégalités sociales, c’est à cause du chômage et des inégalités sociales que la crise est survenue… (Voir Pierre Larrouturou « Pour éviter le Krach Ultime » NOVA éditions 2011.

      Nous ne pourrons pas rester à la surface des superstructures financières, il va nous falloir nous plonger dans les considérations de l’économie réelle dont j’ai évoqué plus haut quelques unes des facettes…

      Bien cordialement.

      Paul T.

    2. @ Roger

      J’ai toujours lu que la consommation représentait 70 % du PIB américain. Vous êtes sûr de votre chiffre?

  10. Finalement si tous les petits actionnaires voulaient bien se donner la main et renverser les pantins qui les manipulent en optant pour un retrait de tous leurs actifs en mêmes temps et les replacer sur une valeur plus certaine nous avancerions d’un pas de géant…Ne dit-on pas que les petites rivières font les grands affluents ou encore les petits centimes les grandes fortunes…Au lieu de combattre ces bestioles étiolez les en refondant votre propre fondation bancaire…Déchaînez vous…Plaquez tout…Vendez …et reconstruisez.

    1. Autrement dit laissez donc les pays à bas coût tranquille grâce à eux Nous le capital on s’en met plein les poches, contentez vous de travailler et de consommer et empruntez empruntez que nous récupérions tout qu’il ne vous reste rien.

    2. Faut-il être aveugle pour ne pas remarquer que lorsqu’il y a du fric, il y a aussi des flics?

  11. Ethique …toc…toc…toc Ethique sinon…tic….tac…tic…tac…
    je suis votre blog depuis avril 2007.En silence , toujours prés du flipper, au fond a gauche…. souvenez vous en !
    Pas plus intelligent qu’avant , mais grâce a vous P Jorion nous avançons a petits pas cassés…
     » J’aime l’âne si doux marchant le long des houx
    il va prés des fossés , d’un petit pas cassé
    il a peur des abeilles , il bouche ses oreilles…

  12. Sarkozy est fini…Donnez vous le courage de le reconnaître…Il ne se démarque pas de la ligne allemande et après…Big Deal!… Sans le $ l’Europe c’est quoi? ??

    1. je n’est pas forcément voté pour lui, et vous avez peut être du raisonement

      mais je vais vous dire, il faut vraiment tous être unis face à la crise, et arrêter de critiquer son voisin, Nous tous sommes dans le même bains.

      Solène

  13. Je viens de relire l’article: c’est clair comme du jus de chique..Le sujet étant important, ça vaudrait le coup de le réecrire. D’autant que je me disais l’autre jour qu’une cotation au fixing par semaine devrait suffire et calmerait bien les grands nerveux qui s’agitent sur le marché. Il est probable qu’ils trouveraient vite un contournement malheureusement.
    Mais l’idée d’ajouter un onglet « bonnes pages » ou un onglet « la finance pour les nuls » ou un onglet « pédagogique » comme le suggère un autre commentateur me parait excellente (d’autant que l’exemple qu’il donne: le bancor est un must). Classement alphabétique des sujets suggéré.

  14. j’espère que les 3 milliards ils vont le redistribuer pour les somaliens….

    on peut toujours rêver…..

    je pense serieusement qu’il serait temps que la bourse adopte un code de deontologie stricte sur les sommes astronomiques des hedges fund

  15. La réunion  »d’urgence » Sarkozy/Merkel n’est que du bidon, encore du show!

    On Thursday, Nicolas Sarkozy ruffled feathers in Berlin with his annoucement of a crisis meeting in Paris on Tuesday. The German government says the tête-à-tête between the French president and Angela Merkel had already been planned. Political observers say his overly urgent tone is interfering with the chancellor’s strategy of keeping cool.

    In other words, the tête-à-tête in Paris is in no way a spontaneous crisis meeting initiated by Sarkozy but a previously-planned one. « The date was fixed weeks ago, » SPIEGEL ONLINE has learned from government sources.

    Sarkozy’s latest announcement has confounded politicians in Berlin, where the French form of making an appointment is causing head-scratching and irritation. Last Friday, the French president again pressed ahead of his own accord when he initiated a crisis phone call to Merkel and Spanish Prime Minister Jose Zapatero that morning. That alone created considerable commotion.

    http://www.spiegel.de/international/europe/0,1518,779775,00.html

    Les journalistes Français ont’ils encore l’esprit critique et la volonté d’investiger un minimum?

    http://www.spiegel.de/international/europe/0,1518,779899,00.html

  16. Société Générale : les ventes à découvert sont un symptôme, pas une cause.

    Il ne s’agit pas ici de défendre les ventes à découvert : la Commission Européenne, en la personne de Michel Barnier, tente désespérément d’encadrer cette activité. La solution, même si elle est difficile à mettre en place, est de bannir purement et simplement les fonds d’investissement qui se spécialisent dans ces activités et n’ont donc comme objectif que de spéculer à la baisse. Ils n’ont aucune valeur sociale.

    http://finance.blog.lemonde.fr/2011/08/13/societe-generale-les-ventes-a-decouvert-sont-un-symptome-pas-une-cause/

    1. Dissy,
      Cet article est absolument hilarant.
      C’est le cri de détresse d’un serial killer qu’on menacerait d’un confiscation de son rasoir.
      En plus il y a un ou deux commentaires d’anthologie.

  17. EURO Fin ou pas ? Il faudrait rétablir les différences , admettre des revenus différents , créer plusieurs euros internes , pouvoir dévaluer certaines régions ou activités , mettre à niveau les pays en 20/50 ans.
    Ou alors accepter de transférer des fonds des + riches au + pauvres.
    Quel serait le bénéfice pour les + riches ? des intérêts , + de commerce , des exclusivités.
    C’est possible si c’est bien expliqué , car c’est compliqué.
    Sinon ce sera le chacun chez soi.
    Mais regrouper des endettés , non.
    Mutualiser , non.
    Euro-obligations , non c’est une couche de dette en +
    IL FAUT SEPARER LES ENDETTES.

  18. des reflexions psychologisantes dans la lignée de lizstfr ,

    si la finance n »est pas une science c’est donc un art ,et comme tout art, le danger est l’abstraction , le piege de l’abstraction , d’être hors tout, la fascination de la pensée circulaire ,la forme sans le fond :

    boulez et la musique contemporaine « logiquement ça marche  » : c’est audelà de l’harmonie et de la mélodie , mais pratiquement on ne danse pas dessus !

    picasso et ses dessins non signés : un bel exemple de création de dettes pour payer des travaux au noir !

    et pis pour finir les bulles et krachs font penser à ces etats bipolaire où la volonté de controle (anorexie : austérité, privatisation ,musculation -depense militaire – ) alternent avec la boulimie (accumulation de données , de fichage , de dettes ) .

    la finance ne peut etre soigner , elle doit etre euthanasiée .

    1. il n’y a pas de « surmoi » chez les élites , personne pour leur dire la Loi ….

      comme si les monarchies d’il y a 200 ans etaient plus proches d’eux que mai68,printemps de prague,mur de berlin et autres revolutions africaines .

      comme si la réalité decoulait encore de la royauté .

  19. http://clamoure.over-blog.com/article-entretien-sloterdijk-zizek-74999861.html

    Un débat intéressant, belle synthèse de l’esprit du temps, pas mal de sujets brassés.

    Des idées-force pour éviter les impasses de la globalisation
    LEMONDE | 27.05.11 | 12h19

    Pour la première fois depuis 1945, l’idée d’avenir est en crise en Europe. Et l’Occident peine à croire au progrès, à l’image de ces nouvelles générations qui n’imaginent plus qu’elles vivront mieux que celles de leurs aînés. Désaffection politique, crise économique ou crispation identitaire : comment caractériser le moment que nous traversons ? Et peut-on, selon vous, parler d’une crise de civilisation

    Peter Sloterdijk : Que voulons-nous dire, lorsque nous employons le terme de « civilisation occidentale », dans laquelle nous vivons depuis le XVIIe siècle ? A mon avis, nous parlons d’une forme de monde créé sur l’idée de la sortie de l’ère du passéisme. La primauté du passé a été rompue ; l’humanité occidentale a inventé une forme de vie inouïe fondée par l’anticipation de l’avenir. Cela signifie que nous vivons dans un monde qui se « futurise » de plus en plus….

  20. Sur une grande place de Beersheva, une immense banderole était déployée, sur laquelle était écrit: « Le Néguev se réveille », tandis que des manifestants brandissaient des pancartes: « Israël m’est cher », « le Sud en colère », « Pour un Etat providence maintenant ».

    http://www.lalibre.be/actu/international/article/678924/israel-coup-d-envoi-de-nouvelles-manifestations-sociales-dans-12-villes.html

    Une semaine de vacances pour Trichet en Israel pour reprendre contact avec la réalité.

  21. je suis en train de lire  » le temps des turbulences  » d alan greenspan écrit avant 2007 avec une post face dans sa version la plus récente.

    Ce type là est impressionnant de médiocrité. Réagissant à une citation de balladur  » le marché, c’est la loi de la nature, la loi de la jungle, la civilisation c’est la sortie de l’état de nature »
    Réponse d’ alan greenspan : Je suis très sceptique pour le futur économique de la france. Il faut qu ils comprennent que culture et marché rentre forcément en conflit. ahahahahahahhahahahahahahhahahahahahhahahahahahahahhah

  22. Il y a 20 ans seule la poste proposait un emprunt d’état , le taux était fixé et il n’y en avait pas pour tout le monde , vous vous inscriviez sur une liste et vous n’étiez pas certain d’en obtenir.
    C’est toujours pareil aujourd’hui.
    Ce sont bien les états qui fixent les régles…alors que venez vous nous rebattre les oreilles avec vos agences de notation qui déclament que les états sont en faillite.
    si les états sont en faillite qu’ils se redressent en prenant l’argent dans la poche de ceux qui en ont , mais qu’on cesse de vendre de la peur dans ce pays qui a besoin de stabilité,sécurité,tranquillité , pour travailler sereinement.

Les commentaires sont fermés.