LES MAÎTRES DU MONDE : À propos de « The network of global corporate control », par S. Vitali, J. B. Glattfelder, S. Battiston

Hier, à 17h00, Christian nous a signalé un article publié au mois de juillet, en faisant la remarque : « ça peut intéresser quelqu’un peut être. »

L’article, c’est The network of global corporate control, par S. Vitali, J. B. Glattfelder, S. Battiston.

Bénédicte était à la modération et je n’ai pas vu l’article immédiatement. Une fois lu, j’ai écrit ceci : « Oui, ça m’intéresse moi en particulier. L’article montre que le monde appartient à 147 compagnies aux intérêts entremêlés. Oubliez vos discussions sur la démocratie. Ça se passe sous nos yeux, sans le moindre complot. L’article le prouve mathématiquement : la science sert donc à quelque chose. »

La discussion a démarré sur les chapeaux de roue au cours de la nuit et Timiota a entrepris de traduire l’article, il ne manque apparemment qu’un bout.

Vu l’importance de la chose, j’ai pris une décision inédite : faire de toute la discussion jusqu’ici un seul billet à partir duquel la suite de la discussion pourra reprendre.

[For those of you readers more comfortable with English, a parallel discussion is taking place here: MASTERS OF THE UNIVERSE: About « The network of global corporate control », by S. Vitali, J. B. Glattfelder, S. Battiston]

Lisez ce qui suit : ça change tout !

Christian

Bonjour,
ça peut intéresser quelqu’un peut être.
http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1107/1107.5728v1.pdf

  • Oui, ça m’intéresse moi en particulier. L’article montre que le monde appartient à 147 compagnies aux intérêts entremêlés. Oubliez vos discussions sur la démocratie. Ça se passe sous nos yeux, sans le moindre complot. L’article le prouve mathématiquement : la science sert donc à quelque chose.

    À faire circuler.

    • renou

      Paul, vous m’épatez. Décrypter ce document en 59 minutes… Chapeau!…

    • anita

      Un dollar une voix
      (comme a la Banque Mondiale)

    • Marlowe

      Les 147 compagnies sont en fait des familles réunies par la notion d’intérêt commun.

    • renou

      Paul, « Ça se passe sous nos yeux… »
      Il faut quand même de bons yeux…

    • Tim K

      Le capitalisme est à l’agonie! Mais… des jeunes diplômés du monde entier lui préparent déjà sa transplantation cardiaque!
      On pourrait croire qu’il aura un visage plus humain après l’opération… Voici un site belge francophone illustrant mon propos: http://www.rmes.be/?cat=55

      J’espère juste qu’il n’y aura pas trop d’imprévus sur la table d’opération…

    • Charles A.

      Oui, à faire circuler.
      Paul avait bien repéré l’essentiel: 147 transnationales,
      aux intérêts effectivement entremêlés,
      contrôlent la production de plus de 43000.
      Comme souligné par Paul,
      assez de balivernes sur la démocratie en régime capitaliste.
      Elle reste totalement à conquérir,
      sous les formes qui tiennent compte de toutes les expériences,
      avec leurs points forts et faibles
      (coopérativisme, socialisme, communalisme, fédéralisme, etc)
      La démocratie réelle, c’est cela le dépassement de l’agonie du capitalisme,
      en passant de l’indigation à la révolte, vers les révolutions.

      Autre point: ai lu vite fait et pas trouvé
      à quel appareil d’Etat elles sont le plus lié.
      Suis intéressé par les avis éventuels de mes petits camarades ici…
      C’est important pour informer le débat sur domination de l’Empire (Négri)
      ou conflits inter-impérialistes.

      Enfin, vite fait, je relève que sur les 50 du top,
      la majorité sont des transnationales du secteur financier, avec quelques françaises.
      Vous laisse la surprise, en page 33…

    • simplesanstete

      De la conspiration organique, respirer ensemble, au complot il n’y a qu’une volonté organisationnelle qui manque, pour franchir le pas.

    • karluss

      @ Renou : surtout avec la grippe… ;-)

    • Sakhaline

      Surtout ne pas oublier qu’outre les entreprises qu’elles possèdent, ces transnationales contrôlent également la plupart des états, par amis interposés. Des amis qui ne sauraient rien leur refuser.

  • stef

    Bonsoir,
    Si une âme sensible pouvait traduire (j’ai essaye, mais j’ai pas tout compris!), ou faire un résume….
    Milles merci!

    • timiota

      Le réseau du controle global des grandes sociétés (« corporate »)
      Stefania Vitali, James B. Glattfelder, and Stefano Battiston
      arXiv:1107.5728v1 [q-fin.GN] 28 Jul 2011

      Chair of Systems Design, ETH Zurich, Kreuzplatz 5, 8032 Zurich, Switzerland,

      Résumé : la structure du réseau de contrôle des multinationales affecte la concurrence sur le marché global et la stabilité financière. Jusqu’ici, seuls des échantillons nationaux modiques ont été étudiés, et aucune méthodologie appropriée n’avait été développée pour valider globalement le niveau de contrôle. Nous présentons la première investigation de ‘architecture du réseau international de propriété, accompagné du calcul du niveau de contrôle détenu par chacun des acteurs globaux. Nous trouvons que les multinationales (« transnational corporations ») forment une structure de nœud-papillon géante, et qu’une grande part du contrôle est drainée vers un cœur tissé serré d’institutions financières. Ce cœur peut être vue comme une « super-entité économique » dont l’existence soulève de nouvelles et importantes questions tant pour les chercheurs que pour les organes d’élaboration des politiques (« policy makers »).

      Introduction

      Une intuition courante parmi les universitaires et dans les médias fait se représenter l’économie globale comme dominée par une poignée de multinationales (TNC = Trans National Corp.) puissantes. Toutefois, des chiffres explicites ne sont pas venus confirmer ni infirmer une telle intuition. Une enquête quantitative n’est en rien triviale car les firmes exercent un contrôle sur d’autres firmes via une toile de relation de détentions directe ou indirectes qui s’étend sur de multiples pays. De ce fait émerge le besoin d’une complexe analyse de réseau si l’on veut mettre à découvert la structure de controle et ses implications. Récemment, la littérature universiaire s’est penchée avec une attention croissante sur les réseaux économiques [2] que ce soit les réseaux de commerce [3], de produits [4], de crédit [5,6] de prix sur bourses [7] et de conseil d’administration/ de direction [8,9]. Cette littérature a aussi analysé les réseaux de détention d’actifs[ ] mais a négligé la structure de controle à l’échelle globale. Même la littérature sur la gouvernance d’entreprise globale n’a étudié que des petits groupes d’entrepreneuriat nationaux[12].
      Certes, il est intuitif que chaque grande entité multinationale a une pyramide de filiales sous elle et une palanquée d’actionnaire au dessus d’elle. Toutefois, la théorie économique n’offre pas de modèle qui prédise comment les TNCs se connectent globalement les unes aux autres. Trois hypotheses alternatives peuvent être formulées. Les TNCs peuvent rester isolées, agrégées en coalitions séparées, ou former une composante connectée géante, plausiblement avec une structure coeur-périphérie. Pour l’instant, cette question est demeurée vierge d’enquête, nonobstant ses importantes implications pour la chose politique. Notamment, des relations de détentions mutuelles entre firmes du même secteur peuvent, dans certains cas, mettre en danger la concurrence {{libre et non faussée Note du bloggeur}} sur les marchés [13,14]. Qui plus est, le tissage de liens parmi les institutions financières a été reconnu comme ayant des effets ambigus vis à vis de luer fragilité financière[15,16].
      La vérification du degré auquel ces implications se vérifient dans l’économie globalisée est per se un domaine de recherche inexploré, et est au-delà du but de cet article. Toutefois, un prérequis nécessaire à de telles enquêtes est de mettre à jour la structure du controle des multinationales ou des grandes sociétés à l’échelle mondiale. Ceci n’a jamais été accompli auparavant et est le but du présent travail.

    • timiota

      suite
      Méthodes:

      La détention {d’actif?} se réfère à une personne ou à une firme possédant une autre firme en tout ou partie. Notons W la matrice de détention, où la composante W_ij dans l’intervalle [0,1] est le pourcentage de détention du détenteur (ou actionnaire) i dans la firme j. Ceci correspond à un graphe directement pondéré {les matheux purs corrigeront merci} avec les firmes représentées comme nœuds/sommets et les liens de détention comme arcs/arêtes. Si, à son tour, la firme j détient W_jl parts de la firme l, alors la firme i possède une détention indirecte de la firme l (Fig 1A). Dans le cas le plus simple, cela revient trivialement au produit des parts de détention directe W_ij W_jl. Si nous considérons maintenant la valeur économique v des firmes (p ex les recettes d’exploitation en dollar USD), un montant W_ij v_j est associé à i dans le cas direct et un montant W_ij W_jl v_l dans le cas indirect. Ce calcul peut être étendu à un graphe générique avec des réserves {caveat} importantes à respecter toutefois [17, SI Appendix Secs3.1 3.2].
      Chaque actionnaire a droit a une fraction du surplus d’exploitation de la firme (dividende), et à une voix dans le processus de décision (p ex des droits de votes aux AG des actionnaires). Ainsi, plus grand est la part détenue W_ij dans une firme, plus grand est le degré de contrôle associé sur cette firme, qu’on note C_ij. Intuitivement, le contrôle correspond à des chances de voir son propre intérêt prévaloir dans la stratégie de business de la firme. Le contrôle C_ij est habituellement calculé à partir de la détention avec une simple règle de seuil. L’actionnaire majoritaire a le plein contrôle. Dans l’exemple de la figure 1 C D , ceci donne C_ij =1 v_j dans le cas direct et C_ij C_jl v_l= 0 dans le cas indirect. A titre de test de robustesse, nous avons testé des modules plus précautionneux où les minorités gardent un certain contrôle (voir SI Appendix Sec. 3.1). Par analogie avec la détention, l’extension à un graphe générique est la notion de « controle de réseau » :
      C_i \net = Somme sur j des C_ij v_j + somme sur j des C_ij c_j \net.
      Ceci additionne la valeur contrôlée par i à travers ses parts dans j avec la valeur contrôlée indirectement par le réseau de contrôle j. Ainsi, le contrôle de réseau représente la quantité totale de valeur économique sur laquelle i a une influence (p ex c_i\net =v_j + v_k dans la figure 1D).

      Du fait des liens indiercts, le drainage vers l’amont de plusieurs firme peut avoir pour résultat que certains actionnaires deviennent très puissants. Toutefois, et particulièrement dans les graphes avec multiples cycles, la formulation détaillée ci-dessus de c_i\net sur-estime sévèrement le contrôle assigné aux acteurs dans deux cas : les firmes qui font parties de cycles (ou les structures de participation croisée, échanges d’action), et les actionnaires qui sont en amont de ces structures là. Une illustration du problème sur un réseau simple à titre d’exemple, ainsi que les détails de la méthode, son indiqués enSI Appendix, Secs 3.2 3.4. Une solution partielle pour les petits réseaux est rapportée dans [18]. Des travaux précédents sur les grands réseaux de contrôle ont utilisée une méthode différente de construction du réseau et ont totalement négligé cet aspect [11, SI appendix Secs 2 and 3.5]. Dans cet article, sur la base de [11], nous développons une nouvelle méthodologie pour surmonter ce problème de surestimation du contrôle, qui peut être employée pour calculer la valeur du degré de contrôle au sein de large réseaux.

    • timiota

      Résultats
      Nous commençons par la listes des 43060 TNCs (trans nat corp) identifiées selon la définition de l’OCDE, prélevée à partir d’un échantillon d’environ 30 millions d’acteurs économiques contenus dans la base de donnée Orbis 2007 (voir SI Appendix Sec.2). Nous appliquons alors une recherche récursive (Fig. S1 et Appendix 1), qui, pour la première fois à notre humble connaissance; individualise le réseau de tous les chemins de détentions partant de et allant vers les TNCs (Fig. S2). Le réseau résultant contient 600508 nœuds et 1006987 arcs (liens) de détention (participation).
      Notez que ce jeu de données diffère fondamentalement de ceux analysés dans [11] (qui n’a considéré que les compagnies listées dans des pays séparés et leur actionnaires directs). ICi, nous sommes intéressés par le réseau de participation/détention vraiment global, et plusieurs TNCs ne son pas des compagnies répertoriées (voir aussi SI Appendix Sec.2)

      Topologie du réseau
      Le calcul du degré de contrôle nécessite une analyse préalable de la topologie. En terme de connectivité, le réseau consiste en beaucoup de petites composantes connectées, mais la plus grande (3/4 des nœuds {!}) contient tous les grandes TNCs en termes de valeur économique, totalisant 94,2% des recettes d’exploitations totales (Tbl1). En sus de es statistiques usuelles de réseau, deux propriétés topologiques sont les plus pertinentes pour le point central de ce travail. La première est l’abondance de cycle de longueur 2 (participation croisées) ou plus (Fig. S7 et SI Appendix Sec.7), qui sont des motisf bien étudiés dans la gouvernance d’entreprise (corporate governance)[19]. Une généralisation consiste à considérer une « composante fortement connectée (SCC), c’est à dire un jeu de firmes au sein duquel chaque membre détient directement et/ou indirectement des actions chez tous les autres membres. Ce type de structure, observé jusqu’ici seulement dans de petits échantillons, a pour explication notamment les stratégies anti-OPA-inamicale, la réduction des coûts de transactions, le partage du risque, l’accroissement de la confiance et les groupements d’intérêts {style GIE}. Quelle que soit son origine, toutefois, ce type de structure affaiblit la concurrence sur le marché[13 14]. La second caractéristique est que la plus grande composante connectée ne contient qu’une seule composante fortement connectée (= SCC) (1347 nœuds). Ainsi, comme le web WWW, le réseau TNC a une structure en nœud-papillon[21] (Fig.2a). Ces particularités sont que la composante fortement connectée ou core, est très petite comparée aux autres sections du nœud papillon, et que la partie hors-section est significativement plus grande que la partie en-section avec tubes et excroissances (Fig.2B and Tbl 1). Le core est aussi très densément connecté, avec des membres ayant en moyenne, des liens vers 20 autres membres (Fig 2 CD). LE résultat de tout cela, c’est qu’environ 3/4 de la propriété des firmes du core reste dans les mains des firmes de ce même core. En d’autre termes, ceci est un groupe tissé serré de sociétés qui, ensemble, détiennent une majorité d’action de chacune d’entre elles.
      Notez que l’analyse inter-pays de [11] a pour sa part trouvé que seuls quelques uns des résaux de détentions nationaux sont topologiquement des noeuds papillons, et que, notamment, pour les pays anglo-saxons, les principales composants fortement connectées (SCC) sont grosses en comparées à la taille du réseaux;

      Concentration du Controle
      au suivant

  • Yann Q

    Merci pour ce document très intéressant.

    Ces données illustrent la donnée « non raffinée » selon laquelle les entreprises transnationales (ETN) concentrent 60% du commerce mondial (donnée ocde).

    Elle révèle aussi le potentiel de propagation de règles dédiées aux ovnis juridiques que constituent les ETN. Notamment celles qui consistent à lutter contre l’abus d’autonomie juridique des entitées constituant un groupe qui permet d’éviter la remonté des responsabilités à la tête de groupe.

    Si je peux me permettre de rappeler un récent billet publié sur ce blog présentant le cahier « Réguler les entreprises transnationales, 46 propositions » : http://www.pauljorion.com/blog/?p=27982

  • Tim K

    Dans ce contexte, on peut imaginer que ces transnationales héritent du droit régalien non pas de frapper monnaie, mais au contraire de détruire monnaie.
    Au bout de 5 ans de pressions incommensurables, les Etats pourraient tomber à genoux face à ses transnationales. Entre le désir d’être réélus aux prochaines élections et le réel pouvoir qu’ont les institutions financières à faire la pluie et le beau temps sur l’humeur des gens de par le monde devenus entièrement matérialistes, les élites politiques -quelles qu’elles soient- pourraient laisser tomber l’éponge. C’est-à-dire ne plus être les protecteurs du peuple, si elles ne l’ont jamais été…
    Le but des transnationales ne serait plus alors de faire du bénéfice puisque l’argent serait sous contrôle. L’argent devenant la propriété du réseau transnational. Le but serait seulement de contrôler les gens selon des normes.
    Dans ce contexte, on pourrait imaginer que l’argent se dote d’une nouvelle valeur. Non pas celle du travail accompli ou de la richesse créée, mais celle du contrôle total des transnationales sur la vie des gens.
    Ces derniers qu’on appellera par la même occasion dans quelques années les « transnationaliens nouveaux ». En référence aux « hommes nouveaux » des années soviet’.
    Vous riez? Rira bien qui rira le dernier! Le monde se reconfigure. D’ici 10 ans, voilà ce qui pourrait advenir…
    L’Europe bureaucratique deviendrait l’exemple même d’appareil étatique globalisé. Appareil de gestion sociale et nationale traitant juste de l’économie selon les directives du réseau des transnationales.
    Après la tempête économique dévastatatrice de l’automne 2011, en janvier 2013 précisément, il se murmure que les transnationales auraient proposé aux Etats de remettre les compteurs de la dette à zéro. Les Etats -épuisés par les crises à répétition- acceptent secrètement l’offre.
    A l’époque, on disait que les Transnationales avaient toujours rêvé de s’affranchir de la politique étatique. En janvier 2015, dans certains magazines libertaires, on écrira qu’ils avaient réussi à la phagocyter!
    Mais vite le vent de la tyrannie commence à souffler, les magazines libertaires commencent à se faire plus discret.
    On se souvient qu’en 2011-2012, les armées du monde entier étaient toute sur le pied de guerre, mais qu’elles se rendaient bien compte qu’elles avaient trop à perdre à jouer leur rôle devant l’infinie force de feu disséminée sur le globe tout entier. La guerre mondiale ne devait plus se faire l’ancienne comme celle de 40-45. Le jeu d’alliances qui en découlerait était jugé trop dangereux. Alors, on préférait continuer à piller les plus faibles comme en Lybie.
    L’autre pan militaire existant, pas celui de l’OTAN, lui, devait servir à autre chose:protéger les Etats de leurs propres citoyens devenus insurgés car appauvris de mille façons différentes depuis 2007. Il y avait un accord tacite à ce propos qui se résumait ainsi dès le printemps 2012: « Oui, mon Général, oui mon Président ». Les deux hommes ne s’aimaient pas, mais ils se respectaient pour leur bravoure.
    On se souvient aussi que la Bourse et le Forex étaient devenus eux pendant ce temps-là les vrais champs de bataille. Les actionnaires mourraient les uns après les autres (surtout durant la tempête financière d’automne 2011), les spéculateurs aussi. S’ils ne mourraient, ils avaient la chance de guérir d’avoir voulu toujours gagner plus durant toute leur vie. Les cupides devenaient les grands sages d’un seul coup! Ceux qui le pouvaient encore s’achetaient des lingots d’or en guise de souvenir d’une époque bénie pour le capitalisme
    Entre temps, les altermondialistes trépignaient déjà comme des fous, ils n’attendaient plus qu’une chose: que cet ancien système s’écroule. Selon eux, le capitalisme ne respectait rien, ni les humains ni la nature. Il fallait que qu’il dégage une bonne fois pour toute! En même temps, les PDG des entreprises déjà mises au « vert » (les bons élèves du marketing écologique) eux et leurs managers n’en croyaient pas leurs yeux quant à l’incompétence des politiques à relancer l’économie, ça les agaçait profondément de devoir dégraisser et restructurer sans cesse leurs entreprises et d’un point de vue philanthropique, ils auraient préféré mieux, c’est peu de le dire. Ce sera donc après 5 ans de cris et de douleur atroce, de révolte populaire, de récession, d’inflation, de renvoi d’immigrés et de répression populaire que le beau bébé naitra. Naissance inespérée pour tous les naufragés et presque morts de l’ancien système, ce bébé sera l’Espoir incarné.
    Il sera accueilli dans des larmes de joie. Les peuples chanteront sa naissance. Mais vite, ce nouveau bébé s’avèrera assez capricieux. Il ressemblera comme deux gouttes d’eau à ses parents. Le portrait craché de papa: entrepreneur décidé et charismatique et la sensibilité de maman: « écophile » maternante. C’est drôle à dire, mais déjà embryon, il voulait un « autre monde », un monde plus doux. En grandissant, on se rendra vite compte que cet enfant si prometteur était en fait un nouvelle tyrannie, un hybride « bolchévico-capitaliste bio ». Pour le dire franchement, une dictature des altermondialistes.
    Car les multinationales et les entreprises les plus résistantes avaient résisté à la tempête et là où elles demandaient encore poliment aux consommateurs d’acheter leurs produits par toutes sortes de manipulations marketing, elles avaient vite compris qu’elles pourraient désormais obliger à manger, boire, dormir, penser, baiser, faire du sport, lire, penser à l’environnement en un mot: vivre, selon leur façon de voir les choses. Nous y voilà! L’ordre! Il sera mis en application concrète dès 2017 par la population elle-même car les altermondialistes et les multinationales auront pactisé pour leur meilleur et pour le pire (du courant libertaire). Les firmes, entreprises, multi- et transnationales auront su s’adapter définitivement à la demande forte de nouvelles normes « éthique et responsable pour une symbiose parfaite entre l’homme et la nature ». provenant des altermondialistes depuis des années en premier et acceptée passivement par toutes les personnes sensibilisées à la question environnementale dès leur plus jeune âge. D’ailleurs, à ce propos, l’énorme buzz qu’avait crée le film « Home » de Yann-Arthus Bertrand sera considéré comme l’acte fondateur qui aura « mis sur la bonne voie » des centaines de milliers d’enfants dans le monde. Les bénéfices n’auront plus lieu d’être, c’est la symbiose homme-nature désormais qui obsède! L’écologisme comme seul prisme pour découvrir le monde sera la clé et surtout la clé de la réussite pour les apparatchiks du nouveauSystème Transnational Globalisé et Démocratique. Ces derniers auront enfin pris le droit de traiter les citoyens du monde comme on les a toujours traités. Mal, grossièrement, de façon humiliante et de toutes façons de manière complètement partiale. Ils deviendront les pires éducateurs de normes d’après-demain, ils s’autoproclameront les « garants du bien-être et de la symbiose parfaite avec la nature » et protègeront les gros, les vieux, les laids, les bordéliques, les négligents, les paresseux et les timides d’eux-mêmes. Faut-il encore qu’on sache ce qu’est exactement tout cela… Le droit et la justice auront été sabordé depuis longtemps. Complètement manipulés et travestis par le grand réseau transnational. Les « apparatchi-coatchs » auront toute l’autorité de ce réseau derrière eux pour faire appliquer leur vision du monde.
    Jogging et fitness seront la norme. Cigarettes interdites évidemment. Tout cela sera très bénéfique pour toute personne et pour l’Etat qui aura ,de cette façon, moins de frais de santé à prévoir puisque les gens seront sains. L’argent circulera de façon rapide et efficace grâce à de nouvelles politiques ambitieuses!
    Vêtements, objets, portables, tout sera scrupuleusement distribués selon l’empreinte carbone. L’Objectif parmi les objectifs. Officiellement, personne ne méritera une empreinte carbone plus grande qu’un autre, chacun sera sur un pied d’égalité. Officieusement, seuls les plus dévoués à la cause pourront polluer comme des porcs.
    Manger librement sera un vague souvenir, la composition de notre assiette s’élaborera au plus haut niveau dans les bureaux de l’Europe Incorporation rebaptisée « My Sustainable and Responsible Berlaymont ». Allusion aux deux termes très en vogue avant la naissance du beau bébé: : durabilité et responsabilité Celui qui ne voudra pas manger de cette nourriture ne mangera pas, le « coach-pion » transnationalien pourra se prémunir d’une éventuelle culpabilité en se disant qu’il nourrit ses « enfants ».
    Pour finir, j’aimerais aller au bout des choses car ça ira jusque-là avant que le Système ne s’autodétruise (la Planète aura pris un sacré coup de vieux malgré tout parce que l’hypocrisie du système atteindra des sommets, rien à voir avec aujourd’hui!)
    Surveiller les objets, les meubles, les vêtements, le portable de ton voisin pour voir s’il les a bien entretenus comme ce sera partout prescrit (La propagande affichée partout dira « Prenez soin de vos objets, la planète vous remercie ») relèvera de la survie personnelle.
    Naturellement, Internet, le savoir accessible à tous, vous l’aurez presque oublié, c’était dix fois trop dangereux… La Boétie et les archives de Jorion un vague souvenir, secret Transnationalien oblige!

Partager :

300 réponses à “LES MAÎTRES DU MONDE : À propos de « The network of global corporate control », par S. Vitali, J. B. Glattfelder, S. Battiston

  1. Avatar de François Leclerc
    François Leclerc

    Je ne comprends pas cette discussion. Si une telle concentration de pouvoir financier et économique est effective – ce qui semble avéré – cela représente pour la compréhension de notre environnement un fait important.

    Un peu à la manière de ce qu’avait dévoilé, dans un autre domaine, Simon Johnson, en mettant en évidence les aller-retour entre la grande finance et la haute administration américaine, constituant un système qu’il a dénommé « oligarchie ».

    Pour prendre la même question sous un autre angle, il est remarquable que les meilleurs résultats sont trimestre après trimestre le fait des établissements financiers et des grandes compagnies transnationales. En France, il suffit de regarder le CAC 40. Induisant l’idée qu’il y a dans cette communauté de destin une convergence d’intérêts et de relations.

    Veut-on une illustration récente de la réalité du pouvoir ? C’est l’Institute of International Finance – dont sont membres les mégabanques mondiales – qui a négocié et bouclé l’accord de participation des banques au second plan de sauvetage de la Grèce, qui peine à être adopté. Les chefs d’Etat et de gouvernement s’en sont remis à lui et ont entériner ses conclusions, après des réunions où participaient des hauts cadres du Trésor de plusieurs Etats.

    1. Avatar de Béotienne
      Béotienne

      J’ai trouvé ceci, vous êtes plus qualifié que moi pour juger si ce résumé complémentaire peut dégager d’autres perspectives.
      http://j-node.homeip.net/wfb/jbg%20archive/PhD/public/myStuff/ccss-2×2.pdf

  2. Avatar de perceval78
    perceval78

    est ce possible de récupérer les données sur cette analyse sous forme excel ou autre
    il doit y avoir moyen de faire un joli graphe

    quelqu’un a t’ il compris a quoi correspond le Cumul Network control (page 33 du pdf Top 50 control Holders

    1. Avatar de Contempteur
      Contempteur

      @perceval78

      C’est la liste des 50 éléments majeurs parmi les 147.
      SCC : les composants fortement connectés (SCC), sont des structures de sous-réseau où les sociétés se possèdent directement ou indirectement par une chaîne de liens…

      Tu as la liste des abréviations p. 12

      Le code NACE montre que ces TNC montre 46 compagnies sur 50 appartiennent au secteur financier.

      Les 2 qui ont le pourcentage de contrôle le plus important sur leur réseau (si j’ai bien compris), sont américaine et chinoise.

    2. Avatar de argeles39
      argeles39

      est ce possible de récupérer les données sur cette analyse sous forme excel ou autre il doit y avoir moyen de faire un joli graphe

      Il faudrait aussi croiser cette analyse avec les listes.xls du classement Forbes des 500 fortunes, des participants au sommet de Davos, des membres du siècle, la trilatérale, bilderberg………….. Toutes ces listes ont très probablement quelques personnages en commun.
      Oligarchie mondiale, vous avez dit oligarchie?

      1. Avatar de Béotienne
        Béotienne

        Pour Bilderberg, il faudrait vérifier s’il n’est pas le seul groupe à réunir des personnalités politiques et financières, bien sûr mais aussi des responsables de l’OTAN ?

      2. Avatar de Charles A.
        Charles A.

        En fait, ces Clubs associent aussi les serviteurs du capital,
        notamment hommes politiques, de média et syndicalistes recentrés,
        (jusque qu’au no 2 un temps dans la CGT, Le Diguou, pour Le Siècle).

      3. Avatar de argeles39
        argeles39

        @ Charles

        A la CGT, le Digou était aussi responsable du secteur retraites. Et au sujet des retraites, le moins que l’on puisse dire c’est que lui et Thibault n’ont pas mis toutes leurs tripes dans la bataille (d’ailleurs Thibault on ne l’entend plus……).

  3. Avatar de eryard
    eryard

    Je partage l’avis de Simplet.

    Que cette oligarchie existe ? sans doute.
    Qu’elle prenne la forme décrite dans cet article? pourquoi pas.
    Que ses prétendues inter-connections suggèrent certains comportements, ou permettent de prédire certaines réactions ? peut être.

    Mais est-ce si important ? Observer, dresser un catalogue (déjà Linné…), passe temps très gratifiant intellectuellement mais quelquefois peu productif et qui pourrait nous distraire…

    Nous avons l’intuition que cette oligarchie ne nous veux peut être pas que du bien ? Et qu’elle semble s’être organisée de manière particulièrement redondante et robuste (cette étude, sans doute d’autres, Pinçon-Charlot et al,…) ?

    Ignorons là !! Ne nous plions plus à ses règles !!

    Le plus grande crainte de ces oligarques, ces fameux « 147 » :), n’est-elle justement pas le fait que les progrès réalisés ces dernières décennies, et ce dans tous les domaines réellement essentiels, nous permettent enfin, après des siècles d’asservissement, de nous affranchir de sa « bienveillante » tutelle ?

    Même en prenant en compte une raréfaction évidente de l’ensemble des ressources, notre maîtrise réelle du monde matériel et vivant nous laisse entrevoir la possibilité d’une bien plus grande autonomie, porteuse d’une bien plus grande liberté.

    Pensez rendements agricoles maximisés sur très petite surface, cultures maraichères triple voire quadruple, optimisation de l’apport hydrique, réduction massive de l’élevage, et nous nourrirons sans soucis nos enfants.
    Pensez position reconnue au sein du groupe, but commun, soutien affectif du groupe, stabilité, alimentation plus saine et moins carnée, activité physique modérée, exposition moindre à certains toxiques, et la pénétration de certaines pathologies endémiques se réduit drastiquement.
    Pensez réseaux sans fils autonomes associés à une production d’énergie décentralisée de faible puissance…
    Pensez désurbanisation, relocalisation, réoccupation des territoires, …

    Pensez à toutes les approches néccessitant peu d’entrants, peu de matières, peu d’énergie mais surtout de se servir un peu de ses mains et beaucoup de sa tête.
    Ne gaspillons pas ce que nous ont offert 100 ans de pétrole pas cher.
    Approfondissons, préservons, transmettons, partageons surtout, ce qui a toujours été et restera la seule valeur: comment se nourrir, se loger, se soigner, pour qu’il nous reste beaucoup de temps pour nous raconter de belles histoires qui font rêver ou font peur, et discourir du sexe des anges.

    L’avenir est très ouvert et se construit d’ailleurs déjà ainsi en Afrique, ou en Amérique du sud, aujourd’hui même.

    Les mots important et qui font très très peur à certains sont « décentralisée », « petite surface », « autonome », « liberté » « faible puissance » « stabilité »… Soyons persuadés que certains parmi ces « 147 » tenterons beaucoup pour que cet avenir ne voit pas le jour tout de suite, mais il verra le jour, j’en ai la conviction.

    1. Avatar de dany
      dany

      Simplet attendait ce développement…J’achete du lait au fermier sur le marché et fait du Yaourt.Sans bifidus…Le pere du Tartuffe F.Riboud a écrit un rapport au premier ministre de l ‘époque: » Modernisation, mode d’empoi » Extrait: « Les entreprises ont un intérêt moral et pratique à être civiques » « Face au chomage, les entreprises doivent s’engager. » A l’époque de l’affaire des biscuits « LU », les explications du fils s’opposaient à celle de son père. Grace au « Canard Enchainée », j ‘ai pu le montrer mais tout ça ne va
      pas plus loin…

  4. Avatar de daniel
    daniel

    C’est une révélation.
    On a tous eu plus ou plus l’intuition de l’existence d’un groupe
    courbant les hommes de pouvoir et les lois à leur seul avantage.
    Une intuition impressionniste ne fait pas une vérité admise.
    Mais elle était bonne, c’est exposé et disséqué.
    Sans cette révélation, nous n’avons accès qu’aux apparences;
    le « moteur » réel est en en arrière plan, avec sa propre logique.

    Quel nom pourrait attribuer à ce phénomène ?
    Je suppose qu’ « oligarchie » n’est pas adapté.

    Il faudrait un mot associant la notion d’universel, de pouvoir réel et d’arrière plan:
    Je propose « Cryptocratie mondiale »
    Pour en rester à la notion de théâtre d’ombre,  » les poupées russes du pouvoir » est plus expressif. Sur la première, est marqué « défense d’ouvrir » ou  » le sage sait s’en tenir aux apparences « .

    Quelle exploitation ?
    Il y a assez longtemps – les débuts de la crise, les anciens du blog s’en souviendront-
    Simon johnson , un ex FMI, a produit une analyse remarquable.
    Pour les « paumès de la crise », – j’en étais, une explosion dans le train-train d’une vie
    passée à ignorer cette chose- le texte était parfait et son auteur parfaitement compétent – l’homme idoine au bon endroit et courageux, lucide et courageux surtout.
    Or , son retentissement publique a été assez faible.

    On peut en dire autant des remarquables enquêtes de Matt Taibbi :
    GS n’en a pas souffert, semble-t-il. le main stream a mis longtemps pour se défaire
    de « goldman sachs, la prestigieuse banque américaine etc… « .
    Nous allons voir , qui parmi les hommes politiques, les sociologues de la crise,
    les économistes, va être le premier à intégrer cette révélation -scientifique-
    dans ses réflexions…
    Les pensées de fond en économie et politique ne peuvent plus être simplement
    reconduites.

  5. Avatar de pol
    pol

    Incroyable trouvaille, je ne suis pas assez compétent pour tout apprécier et digérer, mais je vais y travailler

    1. Avatar de Pol
      Pol

      Pol, le pseudo est déjà utilisé ! merci

  6. Avatar de Contempteur
    Contempteur

    Découvrira-t-on la suite logique de cette intrication des 147 pourrait une sorte de Code du Reseau – défintion de ce qui est permis ou pas, des limites de l’entraide, comme de la concurrence entre TNC, puisqu’elles sont liées ET dans une concurrence qu’elle se doivent logiquement de réguler, puisque toutes les entreprises ou presque de taille inférieure le font ?…

  7. Avatar de Sylvain
    Sylvain

    Leonard Cohen : « Everybody knows »

  8. Avatar de juan nessy
    juan nessy

    Pour les théoriciens : quelle est la meilleure façon de se prémunir des actions d’un réseau réputé dangereux ?

    Le cheval de Troie ?
    Le priver de sa ressource ?Le ruiner ?
    Le priver de sa raison d’être ?
    Couper tous les bras de la pieuvre ?
    Le nier ?
    Créer d’autres réseaux et le phagociter ?
    autre…?

  9. Avatar de daniel
    daniel

    Démarche scientifique poly-centrée.
    D’abord, connaître, identifier, analyser.
    Faire savoir, publiciser. Convaincre pour rassembler.

    Chaque fois que l’on peut mettre un nom devant un scandale,
    une injustice, ou une organisation spoliatrice ou anti-démocratique, la lutte devient plus efficace.

    ( ceci dit, le consumérisme n’est pas adapté : je lutte donc j’en veux pour
    ma peine et vite ! ne marche pas.)

  10. Avatar de methode
    methode

    certains secteurs ne peuvent décemment pas être ouverts à la concurrence, d’autres oui. voilà une façon de les diviser par le marché, un marché aussi juteux que la france doit pouvoir se permettre d’appâter certains requins pour mieux affamer les autres. l’occident reste la grande distribution mondiale, le débouché de toutes les offres, et devrait profiter de cette position de goulet… d’étranglement.

    cdt

  11. Avatar de methode
    methode

    et quelques rudiments destinés aux idiots utiles ou inutiles… la vérité n’est pas ailleur, elle est fort simple, n’en déplaise aux chantres de la complexité et autres coquets : un sou est un sou.

    Interview de Paul Kirchhof accordée à la «Frankfurter Allgemeine Zeitung»

    Source: Frankfurter Allgemeine Zeitung du 22/8/11

    extrait:

    Il (l’état) prend aux gens l’argent qu’ils ont créé eux-mêmes.

    Certainement, mais ce n’est qu’un aspect des choses. Prenons l’impôt sur le revenu: Quelqu’un a travaillé, il a reçu son salaire, ou, étant entrepreneur, il a fait un profit. Cet argent lui appartient parce qu’il a accompli des efforts, parce qu’il réussi quelque chose. Mais ce n’est pas toute la vérité. Il n’a pu arriver à ce résultat que parce que l’Allemagne jouit de la paix intérieure et extérieure. Il a pu se rendre le matin à son travail et rentrer chez lui le soir sans problèmes. Le négociant a pu montrer sa marchandise dans ses vitrines et laisser entrer le public dans son magasin. Il disposait de notre droit privé pour conclure des contrats que nous avons pu imposer grâce à nos tribunaux. Il a pu convenir de ses prix d’achat et évaluer ses marchandises en euros. Il a pu engager des salariés qui ont été bien formés dans les écoles et les universités. Il s’agit là des prestations de la communauté juridique et elles ont leur prix.

    Dans votre modèle, un quart du gâteau.

    Oui. Là, l’Etat dit: Si tu as réussi et que tu veux continuer à réussir l’année prochaine, tu devras, après l’exonération des premiers revenus, verser au fisc un quart de tes revenus pour permettre à ce système de continuer de fonctionner. Chacun doit comprendre cela car chacun bénéficie des avantages de la magnifique situation culturelle, juridique et économique de l’Allemagne, parce qu’il peut gérer ses affaires en toute liberté.

    C’est formidable. Mais ce que vous venez de décrire, nous l’avons déjà. Pourquoi avons-nous besoin d’un nouveau Code des impôts?

    L’idée fondamentale est excellente, mais on ne la reconnaît plus dans la réalité. Elle disparaît derrière les nombreuses niches fiscales. Nous n’avons pas à réinventer les impôts mais à retrouver un système qui satisfasse à cette idée.

    Notre système fiscal est-il injuste?

    Oui, il l’est. Ne serait-ce que parce que personne ne le comprend plus. Ce qui ne peut pas être reconnu comme juste ne peut pas être juste.

    Et pour quelle autre raison?

    Parce que ce droit fiscal n’est plus contraignant pour tout le monde. Ceux qui gagnent beaucoup peuvent réduire leurs impôts. Ils peuvent se payer de bons conseillers fiscaux, se constituer des réserves occultes, former des trusts, créer des sociétés à l’étranger et délocaliser profits et pertes. Ceux qui disposent de fortunes importantes peuvent échapper aux impôts, mais pas celui qui doit consacrer la totalité de son revenu annuel à nourrir sa famille.

    Cela veut dire que notre système fiscal désavantage les pauvres?

    Il désavantage les pauvres et favorise les riches.

    = = = =

    (nb : les passages en gras sont valables pour l’individu lambda comme pour les transnationales…)

    1. Avatar de daniel
      daniel

      Excellent: signe que le vent tourne.
      Pour l’instant la direction importe peu – on pourra se chamailler plus tard-
      mais mettre l’adversaire sur la défensive est le début (du frémissement) du commencement.

    2. Avatar de vigneron
      vigneron

      Aquilino Morelle… c’était pas une petite main de Jospin premier ministre çuilà ? Montebourien aujourd’hui donc, et c’était le tour à Montebourg dans le quadrille des primaires PS à la rubrique Points de vue-Idées du Mondefr, c’est tout. Bonne plume quand même, normal, c’est son métier à cet énarque exemplaire. Attention nez en moins (surtout un nez d’aigle…), le fruit de la morelle noire contient un alcaloïde très toxique, mortel en fait.

  12. Avatar de béber le cancre

    Le pouvoir n’est pas que financier ou économique .

    Ce qui veut dire que Chris06 n’a pas tort en cherchant à démontrer l’exagération probable d’une des suggestions récentes du maitre des lieux :  » le monde appartient à 147 compagnies  » ( l’ exagération portant sur le mot « appartient’)

    Certes, ces compagnies ,de part leur nombre restreint, ont la possibilité de se fédérer plus facilement , et donc d’agir rapidement dans une éventuelle communauté d’intérêt .

    .Certes , la masse d’argent dont elles disposent est plus qu’importante ..mais cela ne représente qu’un levier de pouvoir .
    Certes , ce levier pourrait s’imposer comme pouvant permettre de devenir principal décideur du monde à venir .Mais ce serait dans un cas fort improbable où
    les peuples renonceraient à décider de leur propre avenir, et où l’argent primerait sur tout .
    Seulement, il se trouve que la vie ne sort pas de guichets automatiques , ou en d’autres mots , que l’argent n’est pas le bien le plus précieux.

    PS : Ni l’importance du nombre d’un groupe , ni la force de sa cohésion ne cautionne définitivement la vérité . Le culte de l’image pousse à confondre apparences et réalités .

    1. Avatar de Paul Jorion

      Attention ! J’en fais souvent l’expérience : l’ironie suppose chez le lecteur la capacité de poser un regard critique sur les choses. Allez, il s’en trouvera bien un pour vous approuver chaleureusement !

    2. Avatar de juan nessy
      juan nessy

      Quid des pouvoirs selon la Suisse banquière , neutre et chocolatière ?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_de_la_Suisse

    3. Avatar de gigi l'amoroso
      gigi l’amoroso

      @ aux cancres

      Mais ce serait dans un cas fort improbable où les peuples renonceraient à décider de leur propre avenir, et où l’argent primerait sur tout .
      Seulement, il se trouve que la vie ne sort pas de guichets automatiques , ou en d’autres mots , que l’argent n’est pas le bien le plus précieux.

      C’est un métal rare l’argent, précieux ou pas, c’est selon le raisonnement du cancre en question. Ce n’est pas un bien, c’était la monnaie des peuples, une mesure honnête de l’échange entre les hommes. Et en cela c’était un bien commun avant qu’on le démonétisé en 1873 (Le crime de 1873).C’est pas le peuple qui a décidé de cela, on lui a imposé. L’argent, faut savoir ce que c’est, avant d’en parler. Le concept de monnaie par la dette c’est autre chose. Ça, L’homme n’as pas fini de Concepter.

      Alors le cancre peut-il se poser la question? Comment se fait il que même les mendiants (sans parler des travailleurs) n’arrivent pas a se passer des billets de banque (dette) alors que c’est juste du papier (et une fraction de pièces). Et ce papier représente seulement 2-4% des montants comptables le restant étant de la dette fractionnaire, sans parler des dérivatives boursières mille fois la taille de la dette comptable. C’est pour ça qu’il y a pas d’inflation visible sauf pour les avoirs des initiées. Les billets de banque sont maintenus rares pendant que le taux d’intérêt (L’usure c’est fait pour user) détourne la mesure en monnaie (temps-travail-vie) en peu des mains.Ces mains agissent sur le monde (« leverage » et levier) illusion de bien pendant que les hommes tournent en rond sans se poser des questions. Le problème c’est que en tournant en rond on piétine tout sur notre passage. On a pas besoin de l’Apocalypse, on l’accomplit.
      Le mendiant, éjecté du système, a du mal a se passer de la monnaie, alors un travailleur encore plus. Le simple échange entre les hommes est devenu illégal. C’est pas le peuple qui a choisit cela. C’est une perte de liberté que peu réalisent. L’échange est comptabilisé pour permettre l’usure. Et ce qui reste les financiers le gèrent pour mener les peuples. En attendant, tournez manège.

      1. Avatar de juan nessy
        juan nessy

        C’est bien vrai ça .

      2. Avatar de béber le cancre

        « Le simple échange entre les hommes est devenu illégal ».

        « Illégal ? » . Faut pas pousser , quand même .
        Il est encore possible d’échanger une aumône contre un peu de gratitude.
        Essayez !
        Même si quelqu’un vous dénonce au fisc.
        🙂

      3. Avatar de Contempteur
        Contempteur

        @beber le cancre

        « il est encore possible d’échanger une aumône contre un peu de gratitude »

        Ca devient de plus en plus difficile…
        http://www.gentside.com/lidl/lidl-un-gerant-vire-pour-avoir-donne-des-fruits-perimes_art16230.html

    4. Avatar de béber le cancre

      O maitre des lieux :
      Vous avez eut souvent l’expérience de l’ironie : intéressant .

      Les cancres font , eux, souvent , l’expérience du mépris .

      1. Avatar de gigi l'amoroso
        gigi l’amoroso

        @ béber le cancre

        Votre âme n’était pas visée, seulement votre conscience car trop d’amalgames. Il y a seulement votre ego qui est blessé. Le raisonnement se fait au détriment de l’ego. Je vous demande pardon si vous ressentez du mépris de ma part. Remarquez béber (sevrage non entamé) et cancre (mauvaise foi d’entrée) ont focalisée la tonalité. Se sont surtout les concepts employées qui était visées. On baigne dedans et c’est difficile d’essayer de comprendre sans changer d’angle de vue et presque ne pas choisir de point absolu. J’ai dis bien, essayer, car même en croyant avoir compris il faut remettre en question ce qu’on croit savoir. Car ce même savoir n’est qu’une construction de l’esprit.

        Paul de part sa sagesse le dit avec beaucoup plus de détachement et éloquence:

        l’ironie suppose chez le lecteur la capacité de poser un regard critique sur les choses

        L’ironie a la différence du cynisme permet de redescendre du piédestal du savoir.

      2. Avatar de béber le cancre

        @ gigi l’âme aux roseaux.

        Vous poser la question du pseudo comme élément d’interprétation des messages écrits sur ce blog .
        Et Jo Rion pose la question de l’ironie comme facteur- risque de l’interprétation des messages écrits .

        En donnant votre interprétation « (béber (sevrage non entamé) et cancre (mauvaise foi d’entrée)  » , vous espérer peut être confronter votre interprétation à la mienne ( « si je vous ai bléssé  » ).

        N’ayez aucune inquiétude à mon sujet , je prend l’internet pour ce qu’il est : c’est à dire, la plupart du temps, un dialogue de sourds où les préjugés remplacent toutes données manquantes … surtout quand bienveillance et patience ne font pas leur boulo.

        PS : le danger qui guette les gens d’importance, c’est que plus personne n’ose leur dire quand il font une erreur . Eblouis qu’ils sont par l’aura du maitre . C’est pourquoi j’aime bien pouvoir faire le cancre dans cette assemblée de têtes pensantes et souvent admiratives, tout en sachant que l’approbation générale ne sera pas au rendez vous .

        Bref, Laisser entendre que Chris06 est possiblement payé pour écrire ses messages de contradictions … est à ranger dans la catégorie « sagesse » ou « erreur » ?
        Pour ma part , je penche pour une erreur dûe à l’énervement .

        Allez en paix brave homme , vous qui ne vous attacher pas qu’à vos convictions mais qui vous vous souciez de savoir si vous avez blessé autrui .

      3. Avatar de Contempteur
        Contempteur

        @béber le cancre

        Je partage l’essentiel, et les pointillés sans doute…De ton message à Gigil l’amoroso.
        Ce qui ne veut pas dire que je jette la pierre à Gigi qui, à sa manière, tente de tendre une main humble. Ce qui n’est pas franchement courant, ici comme ailleurs sur le Net.

  13. Avatar de ALBIN
    ALBIN

    Les participations financières complexes de groupes font l’objet de la première étude universitaire avec utilisation du calcul matriciel dès le début des années 70 en France par suite du cours exceptionnel dispensé par Bernard Roy, professeur de mathématique, sur la théorie des graphes à Paris IX-Dauphine.
    La première conséquence a été un article publié sous la signature notamment de Michel Guérin traitant de la nouvelle méthode de calcul des pourcentage d’intérêts en consolidation dans le cas de « boucles ». Sauf erreur de ma part, l’algorithme utilisé par les auteurs de l’article objet de cette discussion reprend l’algorithme de Michel Guérin…..sans le citer !
    En conclure que  » le monde appartient à 147 compagnies aux intérêts entremêlés »…….C’est aller en besogne un peu vite !
    Par contre, ce que l’article ne dit pas:
    – que les boucles financières et donc les fameux noyaux, permettent d’économiser des ressources financières dans la stratégie d’acquisition. C’est la notion de fictivité du capital qui pose question à ce niveau international.
    – que ces boucles ont pour effet encore mal apprécié actuellement par la doctrine mais intuitivement connu depuis longtemps par les financiers de « booster » la performance économiques des organisations.
    Pour une première approche de cette particularité: « De la nécessité de boucle d’optimisation entre niveaux amont du processus d’acquisition d’un système complexe ».
    http://www.metratech.net/spip/spip.php?article676

    En conclusion, ne tirons pas trop vite la conclusion que détenir des liaisons capitalistiques ou faire du chiffre d’affaires par des entreprises liées conditionne systématiquement les bulletins de vote d’un peuple….Si l’on se réfère à Gustave Lebon, les facteurs d’ordre affectifs et donc irrationnels priment sur les intérêts financiers……

    1. Avatar de Vincent Wallon
      Vincent Wallon

      En conclusion, ne tirons pas trop vite la conclusion que détenir des liaisons capitalistiques ou faire du chiffre d’affaires par des entreprises liées conditionne systématiquement les bulletins de vote d’un peuple….Si l’on se réfère à Gustave Lebon, les facteurs d’ordre affectifs et donc irrationnels priment sur les intérêts financiers……

      C´est p´têt pour ça que Valérie Pécresse invite à voter la loi constitutionnelle de la règle d´or pour prémunir la France des aléas politiques….. aléas politique… ah cette foutu démocratie, quelle merde… Z´inquiétez pas, on va vous retirer le fardeau écrasant de devoir décider pour les autres.

  14. Avatar de walli
    walli

    En 2010, Alternatives Économiques avait publié une étude sur les liens entre les entreprises du CAC40 et notait au passage une grande consanguinité dans les conseils d’administrations :

    http://www.alternatives-economiques.fr/les-cumulards-du-cac-40_fr_art_633_49410.html

    http://www.alternatives-economiques.fr/fic_bdd/article_pdf_fichier/1274372604_cac40_3.swf

    De la même façon, on retrouve le rôle dominant des institutions financières dans ce « réseau de petit monde ».

  15. Avatar de candide
    candide

    Cher Paul Jorion

    Cela fait des mois que je suis votre blog avec intérêt, mais c’est la première fois que j’interviens.

    En gros, je suis tout à fait d’accord avec vos analyses sur notre système financier (ou capitaliste)et sur la nécessité d’une entière refonte; seulement où nous divergeons c’est quand vous appelez de vos vœux les politiques pour qu’ils interviennent. Qu’ils participent à un deuxième Bretton-Woods par exemple.

    Hors, ne pensez-vous pas que ces mêmes politiques ne sont en fait que des pantins aux ordres de ceux qui détiennent réellement le pouvoir?. ET que tout prouve, depuis le début de la crise, que leur principales préoccupations n’est pas les peuples qui sont sensé diriger mais bien des intérêts privés.

    J’ai donc aujourd’hui découvert avec surprise que vous avez découvert ce rapport concluant que 147 sociétés contrôlaient l’ensemble du monde. Si ces chercheurs avaient pu passer tous les paravents que constituent les paradis fiscaux et montages financiers, ils auraient aboutis probablement à un nombre divisé par 10 …

    vous écrivez « oubliez vos discutions sur la démocratie » en effet, voter droite ou votez gauche comme viennent de le comprendre les grecques ou les espagnols : c’est la même chose, en France se sera pour les prochaines années (toujours dans une illusions que les politiques dirigent quelque chose, alors que depuis longtemps, pour les peuples d’Europe, les décisions se prennent aux niveau européens et encore pire, si nous suivons Monsieur Attali qui préconise une gouvernance mondiale. Cette proposition vient « peux être » d’un bon sentiment, mais ceci est le rêve pour ceux qui ont réellement le pouvoir : moins d’interlocuteurs, c’est-à-dire, donner des cacahuètes à seulement quelques personnes au lieu de plusieurs centaines. Et bien, bienvenue dans la dictature démocratique !.

    Vous avez débattu dernièrement sur le thème : « la crise des subprimes, pyramides orchestrée ou spontanée », est-ce que ces nouvelles données sorties de ce rapport vous font changer d’avis?
    Nous pourrions également nous poser la question : «dettes des nations, pyramides orchestrées ou spontanées » ?

  16. Avatar de charles

    et même concentration pour les médias….très très peu donnent le « ton »….
    http://www.arkoya.fr/medias/ark01-20091230-medias.pdf

  17. Avatar de Fred
    Fred

    Bonjour Paul,

    Cet étude semble prouver que le monde économique est tenu par 147 entités, enfin une preuve scientifique de la face cachée de la démocratie dans laquelle nous baignons.

    Je n’ai rien compris au document mais je vous crois,
    malheureusement si je le partage sur Facebook, personne va encore moins comprendre que moi. La vulgarisation d’un tel document me semble aussi vitale que son décryptage afin que l’idée ne reste pas accessible qu’à une poignet d’érudits.

    Merci pour votre travail !

  18. Avatar de renou
    renou

    Mercredi c’est cinéma! Le moment de revoir ça: http://vimeo.com/28193401
    Sortie en salle en 2003 – Jennifer Abbott et Mark Achbar – Canada – couleur – 144 mns

    1. Avatar de renou
      renou

      – L’Encerclement – Québéc – Richard Brouillette – 2008 – 160 mns

  19. Avatar de schizosophie
    schizosophie

    De quelle manière ce réseau du contrôle entrepreneurial mondial nous représente-t-il le pouvoir ?

    Selon une dynamique topologique, un peu à la manière dont dieu serait pourvu d’un microscope ou dont un Wittgenstein rompu à l’éco-pol représenterait sous ce point de vue un état de choses, le monde, selon lui, étant tout ce qui arrive. Cela nous donne une image du pouvoir à laquelle nous sommes habitués, celle d’un système qui nous englobe et qui nous fait face. Et nous voici sans histoire face au monde qui est déjà là et qui ne cesse de nous arriver comme si nous étions assujettis à l’actualité sans acte face à une histoire devenue photographie. Il n’est donc pas étonnant que cette représentation agisse comme un révélateur.

    Cette représentation nous confère l’idée d’un système dont le motif n’est plus la mécanique, comme lorsque le Machiavel de Maurice Joly raillait les civilisations de Montesquieu « à cylindres et à tuyaux ». Il s’agit de liens qui font des nœuds tissant la structure en nœud-papillon, théorisée pour IBM pour décrire le Web, selon une dynamique où la finance phagocyte l’économie (réelle ajouté-je pour faire comme si, selon la mode, la finance n’était pas l’économie) – puisqu’on y apprend que la concentration actionnariale est 7 fois plus importante que celle des recettes d’exploitation – et où l’économie phagocyte le politique – puisqu’on y dit que peu de réseaux de propriétés nationales intègrent le nœud-pap, ; le tout semblant animé par une pulsion inégalitaire.

    Pour impressionnante qu’apparaisse l’inégalité où les trois quarts des nœuds compose le plus gros réseau absorbant 94 % des recettes d’exploitation, ce qui me semble motiver les auteurs de cette brillante étude est la périlleuse tendance monopolistique du Capital mondial, dans la mesure où ils l’opposent à la fraîcheur concurrentielle : « No matter its origin, however, it weakens market competition », « mutual ownership relations among firms within the same sector can, in some cases, jeopardize market competition. Moreover, linkages among financial institutions have been recognized to have ambiguous effects on their financial fragility. ».

    Une méchanceté de Marx contre Proudhon pour distinguer formule et mouvement.

    « Le monopole est une bonne chose, raisonne M. Proudhon, puisque c’est une catégorie économique, une émanation “ de la raison impersonnelle de l’humanité ”. La concurrence est encore une bonne chose, puisqu’elle est, elle aussi, une catégorie économique. Mais ce qui n’est pas bon, c’est la réalité du monopole et la réalité de la concurrence. Ce qui est pire encore, c’est que la concurrence et le monopole se dévorent mutuellement. Que faire ? Chercher la synthèse de ces deux pensées éternelles, l’arracher au sein de Dieu où elle est déposée de temps immémorial.
    Dans la vie pratique, on trouve non seulement la concurrence, le monopole et leur antagonisme, mais aussi leur synthèse, qui n’est pas une formule, mais un mouvement. Le monopole produit la concurrence, la concurrence produit le monopole. Les monopoleurs se font de la concurrence, les concurrents deviennent monopoleurs. Si les monopoleurs restreignent la concurrence entre eux par des associations partielles, la concurrence s’accroît parmi les ouvriers ; et plus la masse des prolétaires s’accroît vis-à-vis des monopoleurs d’une nation, plus la concurrence devient effrénée entre les monopoleurs des différentes nations. La synthèse est telle, que le monopole ne peut se maintenir qu’en passant continuellement par la lutte de la concurrence. »
    Extrait de Misère de la philosophie II. La métaphysique de l’économie politique, 3 La concurrence et le monopole

    1. Avatar de Charles A.
      Charles A.

      Merci.
      Décidément le blog nous gâte aujourd’hui, commentaire des « ravis » du système inclu…
      Je ne connaissais pas ce texte alors que j’ai l’habitude de dire:
      « La concurrence, c’est la recherche du monopole ».

  20. Avatar de Otto Hottentot
    Otto Hottentot

    Une question, très importante, qu’on peut se poser, c’est comment se comportent cette grosse centaine d’entités dans la crise financière, les unes par rapport aux autres, ou même plutôt, dans le casino de la finance spéculative. Se font-elles la guerre, à qui piquera des milliards à l’autre? Ou bien au contraire sont-elles toutes vainqueurs, gagnant des milliards sur le dos de … de qui exactement ?

  21. Avatar de Abdellatif
    Abdellatif

    Bonsoir,
    Le célèbre livre-thèse « la fabrication du consentement – de la propagande médiatique en démocratie » par Noam Chomsky évoque ce (désormais) fait.
    Lorsque l’on voit les médias actuels, il ne fait aucun doute qu’elles savent où est leur intérêt : en général, il coincide avec ce que l’on appelle l’oligarchie ou plutocratie, qu’elle soit médiatique ou économico-politique
    @++

  22. Avatar de ph
    ph

    Ci-après, deux collectifs basés en France qui ont travaillé entre autre sur les transnationales:

    1. Un duo d’artistes, « Bureau d’Etude », a tenté entre autre de visualiser les réseaux de pouvoir sous forme de cartographie (murale) comme cette vision en 2005 d’une gouvernance mondiale: http://bureaudetudes.org/2005/01/19/gouvernement-mondial-bureau-d%E2%80%99etudes-2005 . Beaucoup d’autres investigations graphico-artistiques basées sur des données sérieuses de 2002 à 2008 sont consultables sur http://bureaudetudes.org (attention, les articles sont souvent en anglais et se terminent en général par un lien vers un pdf d’une carte téléchargeable).

    2. Un collectif transdisciplinaire, RYBN (http://www.rybn.org/ ) travaille entre autre sur l’esthétique des flux trouvés sur le web, et notamment entre 2006/2009 sur les données de la finance ( http://www.antidatamining.net/ ). Un des programmes proposait par exemple l’organigramme tentaculaire des transnationales. Ce travail, »Capital networks map », se basait sur les infos de http://fr.transnationale.org/ (banque de données sur 13000 entreprises, dispo en 4 langues: FR, UK, ES ou IT).

  23. Avatar de francis
    francis

    Le Pb lié à la discussion qui se déroule sur le blog actuellement me semble t-il est directement lié à l’assertion de Paul Jorion;
    « Oui, ça m’intéresse moi en particulier. L’article montre que le monde appartient à 147 compagnies aux intérêts entremêlés. Oubliez vos discussions sur la démocratie. Ça se passe sous nos yeux, sans le moindre complot. L’article le prouve mathématiquement : la science sert donc à quelque chose. »
    Pour être plus prècis quand P. Jorion dit que le « monde appartient » c’est vrai que l’article dit que c’est 40 % de l’échantillon, d’accord, mais l’article ne dit pas que ( loi de Paretto) ces 40% représentent 60% ou 80% des capitalisations de l’échantillon comme vraisemblablement ce doit être!
    Que le calcul » mathématique le prouve » renforce l’idée que P; Jorion est en contradiction avec ses écrits mais personne ( ou trés peu) n’a contésté le fait avéré par les auteurs…
    Prenons le cas des sociétes françaises citées AXA et BNP Paribas et Sté générale, dans les 50,
    AXA est détenue par les mutuelles du Mans 22% et BNP 5,4% 70% dans le public.
    BNP est détenue par AXA 5,8 % Stés du groupe 12% et 70% Investisseurs institutionnels 70% dont 51% des zinzins français!
    Sté générale par
    Salariés 7,13 %
    BlackRock 5,04 %
    Groupama 4,24 %
    Autodétention et autocontrôle 2,83 %
    CDC 2,26 %
    Meiji Life Insurance 1,50 %
    CNP 1,17 %
    On sait que BNP paribas est trés lié avec le groupe GBL ( bruxelle-Lambert) holding financier appartenant au Groupe Albert frêre et au groupe Powercorp ( famille Desmarais) en effet GBL est controlé à 50% par Pargésa elle même controlée par Partjointco 54%( joint venture de Desmarais /Frêre) et BNP Paribas 13,9% et First Eagle Investment Management LLC (USA) 7,8%
    GBL, BNP, AXA contrôlent ou sont dans le noyau dur, 14 des plus importantes Capitalisation du CAC 40 (Total, Sanofi, GDF suez, Suez environnement, Renault, peugeot Pernot-Ricard, BNP, AXA, ACCOR, Technip, Lafarge, LVMH)
    AXA c’est en 2009; 753 Mds € de Dettes et 53 Mds € de Capitaux propres; c’est encore 92 Mds de CA et 4 Mds de bénéfices 960 millions d’ impôts! et 2 mds € de dividendes
    BNP c’est 2000 Mds € de dettes pour 85 Mds de CP c’est 17 mds de bénéfices brut consolidés et 3 mds d’impôts et 2,3 Mds de dividende.
    Selon l’OCDE les banques françaises hors secteurs mutualistes représentent 6800 Mds de dettes! comparer à notre PIB ( 1932 Mds€) données 2010

    1. Avatar de Charles
      Charles

      Si je comprends bien l’article ils ont pris un échantillon d’environ 37000 entreprises sur toutes les entreprises mondiales et ils en concluent qu’un petit nombre (147) ont des participations croisées et contrôlent une bonne partie de leur valeur. Ce sont majoritairement des entreprises financières qui contrôlent la valeur.
      N ayant aucune connaissance de gestion j’ai surement compris de travers. Je n’ai pas l’impression d une révélation.
      Non Chris06 tu n’es pas tout seul!
      Comment ont-ils choisi leur échantillon? Je suppose qu’ils ne sont pas partis des données que vous avez pour les redéployer dans l’autre sens.

  24. Avatar de Sam's

    De quoi s’inquiète-t-on, tout est compris !

  25. Avatar de logique
    logique

    Excellente étude et excellente utilisation du calcul matriciel.

    M’enfin il y a tout de même un petit travaille suplémentaire qui pourrait être fait sur la même base de donné. Se travail consisterit a extraire des 147 entreprise la composition de leur conseil d’administration. L’histoire de voir quel son les acteurs de se grand reseau mondial pour ne pas dire se nouveau gourvernement mondial.

  26. […] par yoananda le septembre 8, 2011 Jorion vient de publier un billet intitulé « les maîtres du monde » qui nous parle d’une publication universitaire scientifique récente (traduction […]

  27. […] sans arguties à la conclusion, mettant sur son blogue, le 7 septembre un article intitulé  “Les maîtres du monde”  Lisez les notes de Jorion et les commentaires sur l’article sont aussi d’un grand […]

  28. […] sans arguties à la conclusion, mettant sur son blogue, le 7 septembre un article intitulé  “Les maîtres du monde”  Lisez les notes de Jorion et les commentaires sur l’article sont aussi d’un grand […]

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. La prescription du docteur Financial Times pour le malade France est sans appel : « La France ne peut continuer…

  2. Benoît, Intéressante réflexion de théologien qui ne conviendra pas aux athées mais qui a le mérite de la clarté de…

  3. Aparté: https://www.lemonde.fr/culture/article/2023/04/01/la-demande-de-michel-houellebecq-d-empecher-la-diffusion-d-un-film-a-contenu-pornographique-rejetee_6167906_3246.html Y’a quelqu’un que ça interresse les miches du michou goncourisé? Il a le cul à l’air dans les…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta