LE DÉMON DE LA PERVERSITÉ

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Tous les éléments se combinent en général pour que la fonction de chef de l’opposition soit une sinécure : comme les mesures proposées n’ont pas à être mises en application, il lui est permis à lui ou à elle, d’ignorer toutes les contingences pratiques de la politique de terrain, il lui est offert, à lui ou à elle, de prendre autant de hauteur que souhaité, et d’adopter, ni plus ni moins, le point de vue de l’histoire.

Sur les accords intervenus en Europe dans la nuit de jeudi à vendredi, et pour reprendre quelques mots fameux à Cyrano de Bergerac : « On pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme » (et le Dieu en question sait que nous ne nous en sommes pas privés ici) – mais dire, comme on l’a entendu dire à Paris, que « s’il faut un vainqueur, c’est Mme Merkel qui peut faire le communiqué de victoire » ou que « la Chine [est] consacrée comme l’empire économique et financier qui va venir en aide à l’Europe et la zone euro », c’est jeter à la face du monde son ignorance crasse des dossiers et montrer qu’au prix de quelques efforts il est possible de réduire à rien les bénéfices généralement associés à la fonction pourtant apparemment sans risque de chef de l’opposition.

Qu’est-ce qui pousse un individu à réduire en poussière, et d’intention délibérée, le capital de confiance investi en lui ? Edgar Allan Poe lui a donné un nom : « The Imp of the Perverse », que son traducteur Baudelaire, rendit en « démon de la perversité ».

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

301 réflexions sur « LE DÉMON DE LA PERVERSITÉ »

  1. > Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut pénétrer partout, s’établir partout, créer partout des moyens de communication.

    > L’humanité ne se pose jamais que les problèmes qu’elle peut résoudre, car, à regarder de plus près, il se trouvera toujours que le problème lui-même ne se présente que lorsque les conditions matérielles pour le résoudre existent ou du moins sont en voie de devenir.

    > en tout lieux et en tous temps les sycophantes de la classe dirigeante ont calomnié de cette façon infâme les champions littéraires et politiques des classes opprimées.

    https://fr.wikiquote.org/wiki/Karl_Marx

    1. Sur twitter nous avons le profil gauche de Paul si nous le suivons, et sur son blog son profil droit, tout en inversant l’image bien sûr puisque nous la regardons…Il fort quand même…Sacré Pôlo!

  2. Cette nuit, passage à l’heure d’hiver.
    Une mesure historique , dit M. Sarkozy.
    Une trahison, dénonce M. Hollande.

      1. Exact! Et autant cette mesure est efficace en Allemagne, pour réaliser des économies d’énergie, qu’elle l’est moins en France (même heure que l’Allemagne, alors que différence de fuseaux horaires entre les deux pays).

    1. Une corvée, oui! forcer tous les français à se réveiller à 3h du matin pour retarder les pendules et réveils d’une heure! pouvaient pas attendre les 8-9h, ces technocrates ?

  3. Les baratineurs.

    Les caves croient tout ce que les bateleurs leur racontent.

    Que celui qui est certain que le parti français dit socialiste veut vraiment remporter la présidentielle en 2012 lève la main.

    Un litre de vin est à gagner.

  4. Concrètement si Paul Jorion était candidat aux responsabilités, c’est-à-dire candidat à l’exercice du pouvoir, c’est-à-dire obliger de convaincre une majorité d’électeurs de voter pour lui, dans le contexte actuel, que préconiserait-il ? Merci de respecter le principe de réalité pour que cet exercice soit significatif. Il ne s’agit pas ici de conjecturer à l’infini pour amuser la galerie. Il y a une situation à gérer : que dites-vous là dans la France de 2011 sachant que vous devez vous faire élire pour obtenir le pouvoir qui va vous permettre de mettre en oeuvre le programme théorique prévu pour sauver le monde !

      1. Et si d’aventure Paul avait quelques prétentions aux élections présidentielles françaises: il aurait au moins ma voix…

      2. Admettons ; mais pour prétendre à agir sur le monde comme il va il convient de passer par les fourches caudines du processus électoral démocratique. Concrètement, puisque Paul vit en France, comment s’y prend-il pour convaincre la majorité de voter pour lui ?

      3. Dans ce cas comment l’intellectuel pense-t-il que le politique doit politiser pour accéder au pouvoir et ainsi se donner les moyens de mettre en application le programme conçu dans l’intellect de Paul Jorion ?

      4. @ mustang et à Julien Alexandre

        Effectivement, il y a dichotomie entre les deux fonctions. Mais bon, si quelqu’un a non pas la solution, mais une solution pour sortir du m…ier, en tant que simple citoyen, je suis preneur! Pour l’instant, très franchement, je ne vois personne à la hauteur de la situation.

        « L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre. » Churchill

      5. Sage conclusion de votre part : les intellectuels intellectualisent et laissent les politiques politiser. Si il leur prend idée de venir sur le terrain de la politique politisée, leurs analyses pour être crédibles doivent expressément prendre en considération les contraintes « environnementales » propres à la démocratie. Sinon, ce sont là spéculations hors-sol. Ennuyeux pour qui veut embrasser en ses travaux d’Hercule la totalité du sort du monde …

      6. @ mustang

        Pour prétendre à agir sur le monde comme il va il convient de passer par les fourches caudines du processus électoral démocratique

        Comparer le processus électoral démocratique aux « fourches caudines« , c’est plutôt bien vu… mais c’est donner raison à PJ de ne pas s’y engager…

        Peut-être vouliez vous lui suggérer de franchir le Rubicon ? Mais ce n’est pas très démocratique, tout ça!

        Veillons à ne pas tomber de Charybde en Scylla

        Bienvenue en Barbarie!

      7. L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre. Churchill

        Quand on pense qu’on lui a filé le prix Nobel de littérature…

      8. à un Belge

        Je ne reproche pas à Paul Jorion de ne pas s’engager ; je souhaite juste savoir si il pense sérieusement que ses vues ont une chance d’être reprises à court terme par une personnalité politique ? Ce qui pose la question ensuite des deux éthiques : conviction ; responsabilité …

        L’intellectuel intellectualise dans un monde virtuel, malléable à souhait ; le politique est confronté aux éléments du réel. Il doit louvoyer entre les écueils du réel et essayer de le tenir dans un cadre ordonné autant que faire se peut ! L’intellectuel peut intellectualiser hors de toute prise en considération de cette contrainte. L’intellectuel n’a pas à résoudre l’équation de l’accession au pouvoir !

        Cependant, la rigueur intellectuelle suppose de tenir compte de ces contraintes au moment de commenter les interventions des politiques engagés dans la course au pouvoir. Etant admis qu’il s’agit d’un passage obligatoire pour être en position de pouvoir espérer changer le monde …

        1. « Paul Jorion ne s’engage pas »

          Demandez ce qu’elles en pensent aux personnalités avec lesquelles je me suis affronté – ne serait-ce que la semaine dernière.

          « ses vues ont-elles une chance d’être reprises à court terme par une personnalité politique ? »

          Je connais quatre personnalités politiques parmi les dix plus connues en France en ce moment et appartenant à quatre partis politiques distincts qui ont repris certaines de mes vues. Je ne dis pas « partagent », je dis bien : « ont repris ».

          « Le politique doit louvoyer entre les écueils du réel »

          Le mensonge grossier, la désignation du bouc-émissaire (dans ce cas-ci celui qui met une obole dans la main que vous lui tendez !), n’ont rien à faire dans la boîte-à-outils du politique. Celui qui y recourt se disqualifie. Si l’on veut qu’il conserve un capital de confiance, il faut le stopper dans cette voie-là le plus rapidement possible.

      9. @ Mustang

        Depuis quand faire le diagnostic des problèmes et trouver des solutions n’est pas s’engager? Un scientifique qui trouve des traitements contre le cancer est moins engagé dans la lutte contre la maladie qu’un cancérologue qui les applique? Le travail de réflexion des intellectuels a toujours été beaucoup plus important que celui des politiques. Sans le travail de sape des philosophes français du XVIIIe siècle il n’aurait jamais eu de Révolution Française. Et sans Marx, de Révolution Russe. Lisez une bonne Histoire Universelle et vous verrez que les philosophes ont changé le monde bien plus que les politiciens. Ce sont les idées qui sont à l’origine des actes. Réfléchir a moyen et long terme est, donc, beaucoup plus important qu’agir à court terme sans réflexion. Autrement dit, le travail de Jorion en France aujourd’hui est bien plus important que les actions des indignés.

      10. @ Vigneron

        « Quand on pense qu’on lui a filé le prix Nobel de littérature… »

        Eh oui, Churchill Prix Nobel de littérature et pas Tolstoi, Ibsen, Rilke, Joyce, Céline, Strindberg, Valéry, Akhmatova, Borges ou Nabokov, entre beaucoup d’autres…

      11. Oui bon l’problème c’est qu’y a en a un par an aussi, et qu’une année par an… Y’en aura pas pour tout l’monde quoi; mais le Nobel pour Céline, franchement, faut pas pousser… Mais des Sully-Prudhomme, Mistral, Romain Rolland, Anatole France au palmarès jusqu’en 21 quand rien pour celui duquel Barres disait à l’oreille de Mauriac le jour de ses funérailles « Enfin, c’était notre jeune homme… »

      12. @ Vigneron

        Céline est avec Proust – et de très loin – l’écrivain français le plus important du XXe siècle (et l’un de 5 ou 6 du monde). Par contre, le Prix Nobel de la Moral ou de la Lucidité politique c’est sûr qu’il aurait eu du mal à le mériter.

        Les autres que tu cites au moins ils sont connus. Mais qui connaît aujourd’hui B. Bjoernson, José de Echegaray, Rudolf Eucken, Paul Heyse, Verner von Heidenstam, Karl Gjellerup, Henrik Pontoppidan, Carl Spitteler, Wladyslaw Reymont, Grazia Deledda, Erik Axel Karlfeldt, Frans Emil Sillanpaa, J.V. Jensen, H. K. Laxness, Gabriela Mistral (poétesse chilienne d’une nullité rare), Ervynd Johnson ou Harry Martinson?

        Quant à certains écrivains de 3e zone qui l’ont eu ces dernières années, comme Wyslawa Szymborksa, Herta Müller, Elfriede Jelinek ou celui de cette année, Tomas Tranströmer (dont c’est impossible de trouver l’un de ces livres à Paris 3 semaines après son prix) alors que ni Gombrowicz, ni Graham Greene, ni Jorge Guillén, ni Philipp Roth l’ont eu, quoi dire sinon ce que Borges (l’un de plus grands scandales du Nobel) disait chaque fois qu’on lui demandait ce qu’il pensait du nouveau lauréat: « Ce qu’il y a du bien avec le Nobel de littérature c’est que chaque année il nous fait découvrir un nouvel auteur ».

        (Entre les anciens qui ne l’ont pas eu j’ai oublié Tchekhov, Zola, Henry James, Antonio Machado, Hermann Broch, Robert Musil et Virginia Woolf ).

      13. à Paul Jorion et Pablo 75,

        Je n’ai pas écrit que Paul Jorion ne s’engageait pas ; j’ai seulement rappeler à Un Belge que « je ne lui reprochais pas de ne pas s’engager  »

        Par ailleurs il ne m’a pas semblé à la lecture des propos attribués à Hollande que celui-ci ait craché dans la main qui donne l’obole à la main qui se tend. J’i plutôt compris qu’il faisait reproche à la main en situation de recevoir l’obole d’avoir été tendue à cette fin.

        Par ailleurs à quel grossier mensonge Paul fait-il référence qui mérite pareil déchaînement proche de la fureur, voire de l’hystérie, quand par ailleurs le mensonge en politique selon un usage machiavelien est notre lot quotidien ? Je n’ai pas souvenir d’avoir rencontré sur ce blogue sous sa plume pareille charge nominative qui confine à l’attaque ad hominem !

      14. Pour tous ceux qui reprochent aux penseurs de ne pas « agir », en général, et à P.Jorion de ne pas former un « shadow cabinet » ou sortir faire des barricades face au nº 55 de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, en particulier:

        « L’histoire humaine est par essence l’histoire des idées. »
        (H. G. Wells.The outline of history)

        A la source de toute connaissance, il y a une idée, une pensée, puis l’expérience vient confirmer l’idée.
        (Claude Bernard)

        On résiste à l’invasion des armées, on ne résiste pas à l’invasion des idées.
        (Victor Hugo)

      15. Qd Jacques Sapir délivre la même analyse que François Hollande :

        Hollande cité par Jorion : « « s’il faut un vainqueur, c’est Mme Merkel qui peut faire le communiqué de victoire » ou que « la Chine [est] consacrée comme l’empire économique et financier qui va venir en aide à l’Europe et la zone euro » »

        Sapir : « Les pays européens se sont mis sous la houlette de l’Allemagne et la probable tutelle de la Chine. C’est une double catastrophe qui signe en définitive l’arrêt de mort de l’Euro »

        ==> http://www.marianne2.fr/Sapir-l-accord-signe-ne-fait-que-prolonger-l-agonie-de-l-euro_a211943.html

        Doit-on porter sur Sapir le même jugement sans appel que celui ici asséné à l’encontre de Hollande ?

        1. Cher Mustang,

          1/ Vous avez beaucoup d’adresses email différentes et exotiques à mon goût. Rappel : il faut une adresse valide pour participer au débat sur le blog de Paul Jorion.
          2/ Vous avez débarqué comme un cheveu sur la soupe avec cette histoire, et la totalité de vos commentaires ne concernent qu’elle.
          3/ Qui a dit que Jacques Sapir était incompétent ? On ne peut plus critiquer une position – légitimement à mon avis – sans se voir accusé de jeter le bébé avec l’eau du bain ? Tout noir ou tout blanc ?

      16. Puisque Sapir dit la même chose que Hollande, il serait logique de penser qu’il encourt de votre part la même sentence excommunicatoire. Cette conclusion semble vous rendre nerveux !

        1. J’ai le souvenir d’une excommunication stalinienne, vue dans un film soviétique de la grande époque intitulé « Et l’acier fut trempé », adapté d’un roman de Nikolaï Ostrovski. Pavel Korchaguine, exclu de la komsomol dans une lointaine région sibérienne où il accomplissait un travail volontaire d’édification du socialisme, reculait dans une salle remplie de ses ex-camarades, les yeux hagards et la mine épouvantée, son livret de membre déchiré. Les rangs se fendaient derrière lui avant qu’il n’atteigne la porte et ne sorte. Dehors une tempête de neige sévissait.

          Comment pourrions réserver un tel sort à François Hollande ou Jacques Sapir  ?

      17. Le salaud transnational ne craint
        ne connaît la rigueur ni ne goûte la douceur
        des climats il prend des jets intercontinentaux.

      18. CQFD : le signe par lequel il eut confimation de ce que ces commentaires dérangeait vint qd le dernier fut empêcher de paraître sur le site ! Sans rancune

      19. Le seul service commandé que j’exécute ici ou ailleurs est en mon nom propre. Mais là j’y mets une application toute particulière car ce billet de Paul Jorion relève de l’exécution de pure forme disproportionnée et injustifiée au vu des raisons invoquées. Vos diversions et autres tentatives pour noyer le poisson n’y changent rien ! Peu importe mon identité. Dès lors que vos réponses ne portent pas sur le fond mais sont toujours à côté du propos que je soulève, votre mauvaise foi devient patente. CQFD.

        L’audience du site et la notoriété de son auteur vous donnent des responsabilités et vous exposent à ce genre de réaction en cas de manquement patent à celles-ci. Comme c’est le cas ici où l’invective remplace les arguments dans le cadre d’une exécution sommaire qui crée un malaise chez le lecteur un tant soit peu intéressé à la chose politique !

        Si le second tour avait lieu aujourd’hui, je voterais Hollande. Un choix de conviction très très minimaliste. Un moindre mal par rapport à ce que nous connaissons en France depuis cinq ans, sachant que la marge de manoeuvre qui s’offre à court terme aux partis de l’alternance qui s’inscrivent dans la continuité est assez mince en milieu hyperfinanciarisé et en européite aiguë. Mais je n’aurais pas voté Straus-Kahn cependant.

    1. @ Mustang

      Le politique peut accéder au pouvoir avec l’ aide d’ un savoir faire technique et artistique, permettant d’ exposer en spectacle « l’ être idéal » du moment (une forme, qui se meut avec un savoir-être optimisé)
      Les soutiens financiers prennent alors une importance capitale.
      Si l’ on a pas cette puissance financière on doit avoir au minimum ce savoir faire, sans avoir besoin de le faire sur mesure à grand frais.

      Cette façon d’ être, existe chez le taulier du Blog, une façon d’ accéder au pouvoir est de faire que ce savoir être devienne la forme idéale du moment, ce qui épuisera les soutiens d’ en face à financer leur propre dénonciation si c’ est bien fait, et leur démasquage si ça l’ est mal.

    2. « Je connais quatre personnalités politiques parmi les dix plus connues en France en ce moment et appartenant à quatre partis politiques distincts qui ont repris certaines de mes vues. Je ne dis pas « partagent », je dis bien : « ont repris ». »

      J’ai fait une petite recherche G..le sur les 10 personnalités politiques les plus connues en France et je suis avec stupeur tombé sur les personnalités françaises les plus connues… en Chine!

      Nicolas Sarkozy, l’amant, n’a pas dépassé la notoriété de Chirac. De Gaulle et Napoléon, Marceau et Delon, Luc Besson, Zinédinne Zidanne et une tripotée de footballeurs, et enfin Hélène, oui Hélène Rollès, Hélène d’Hélène et les garçons « qui a conquis le public chinois ». Cela fait 10.

      On n’ose espérer que les 4 personnalités dont vous parlez, appartenant à quatre partis politiques distincts, soient jamais un jour connues « des chinois ».

      Maintenant promis Paul je vais me coucher.

  5. Pour ceux qui n’auraient pas compris, que le candidat de gauche stigmatise les uns ou les autres, tel ou tel pays est contraire à l’idée même de la gauche, que de plus il renie la main secourable , même sans être de gauche, ce n’est pas moral !

  6. Té…
    J’ai trouvé un autre attali :
    http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2011/10/28/les-priorites-politiques-du-nouvel-homme-fort-de-tunisie_1595530_1466522.html
    « Ce qui m’intéresse, c’est de voir la Tunisie développer une démocratie qui marie l’islam et la modernité. »
    « et s’il ne me reste plus à rien à faire en Tunisie, le monde musulman est vaste… »

    Notes, sarko fait la même chose…

    Tous des sauterelles. PBA. Profit Before All.

  7. Faire un article qui dénigre une personne ( pour quelles raisons, va savoir?) plutôt que ses arguments ne pouvait que piéger l’auteur .
    Hollande serait pervers, d’une ignorance crasse … Tous ces jugements basés sur l’interprétation d’un fait : on a fait mieux comme déduction .
    Cà , c’est pour la forme mais sur le fond :

    ne passe t’on pas à côté de l’essentiel quand la colère prend toute l’énergie nécessaire à une analyse sereine de la situation ?

    Un interview (le temps samedi 29) de Charles Wyplosz , professeur d’économie à l’institut de hautes études internationales et du développement à Genève remet les pendules à ‘heure .

    1. »nous n’avons pas tous les détails de l’accord »
    2 « lorsqu’on dit les banquiers sont prêts à abandonner la moitié de leurs créances de la Grèce, je ne le crois pas un seul instant  »
    3. » je ne crois pas que les banques acceptent volontairement de perdre 100 milliards d’euros .Il y aura forcément une compensation  »
    4. » je pense que les chinois et les brésiliens sont des gens très généreux , mais je ne crois pas qu’il mettront de l’argent qui sera perdu .Je ne vois pas , à part des gestes symboliques , comment on peut compter sur une véritable intervention .Les besoins sont trop importants. On parle de plusieurs milliers de milliards d’euros.C’est pourquoi je dis depuis des mois que seule la BCE peut mobiliser de telles sommes » .

    1. Il en sait pas plus que ça Wyplosz ? Il fait pourtant partie de l’équipe de conseillers-experts-économistes-sommités-professeurs-docteurs-consultants-etc auprès de Barroso, non ?

      1. Et on aura compris que … comme il n’en « sait pas plus que çà », ne lui reste plus qu’à demander à vigneron .
        Encore mal aux chevilles ces temps ci ?

        L’intérêt de cet économiste est qu’ayant une expérience au coeur du système ( fmi, banque mondiale,etc…), son opinion sur la crédibilité d’une information est très certainement à prendre en compte. L’avenir dira.

      2. Margarita,
        oui, certes, mais à part ça, qu’est-ce qu’il aurait à nous apprendre vraiment de son éminent poste de conseiller économique du président de la commission ?
        Ps : t’es bien gentil mais les désherbeurs thermiques ça fait 25 ans au moins qu’on connait. Et à part ça, qu’est-ce qu’il aurait à nous apprendre, le cancre à marguerite ?

  8. @ Paul Jorion

    Excellente photo, et si le pull marin vous va bien, le costume bleu marine vous sied tout autant.

    Très maladroite dans les compliments (que je n’aime pas particulièreme faire), je vous dis juste ceci parce que je pense que c’est (hélas) très important pour la communication.

  9. il me semble que pleure l’humain qui voit sa déception dans son désespoir de l’humain qui accède au pouvoir.

  10. Un « capital de confiance investi en lui »? Première nouvelle! Puisqu’il faut « changer de cadre », à quoi bon voter, de toutes façons? Je me demande si nous ne ferions pas mieux de nous abstenir massivement, histoire de bien signifier qu’on n’y croit plus, à cette politique-là, à cette démocratie-là . Après tout, pourquoi irai-je donner ma voix à un Hollande, ou à un autre candidat, sachant qu’ils continuent à raisonner à l’intérieur d’un cadre auquel ils s’accrochent dans l’espoir d’y prolonger leur carrière? En tous cas, j’espère que ce blog ne sera pas trop parasité par la campagne électorale française, dont personnellement je me contrefiche!

    1. Soyez rassuré Reno Future, a priori, vous n’avez pas du lire beaucoup de billets sur les primaires socialistes ici. Il y a déjà beaucoup de gens qui se presse devant le petit bout de la lorgnette, alors certains décident de prendre de la hauteur histoire de voir « the big picture ».

  11. On pourrait aussi parler du principe de Peter concernant François Hollande et c’est ce qui me désole : il ne me semble pas avoir la carrure et depuis son régime il est même encore plus mince mais j’aimerais me tromper ??? Il faut dire qu’en 2012, c’est un plat de pauvre qui nous attends et je pense que pour faire simple les états devraient tous en Europe refuser le triple A à la manière des cuisiniers qui ont refusé la deuxième ou la troisième étoile Michelin car en définitive elle n’apportait que des ennuis et rien de plus au client quand on cuisine avec talent une étoile c’est déjà suffisant….

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter

  12. Université du MEDEF – 1er septembre 2011 – table ronde « lire l’avenir dans le présent »
    (NB : mes notes sont les termes exacts utilisés par les intervenants)
    Philippe JOFFARD – groupe Lafuma : « il n’ y a plus de plan : où aller, comment y aller ? Car il y a trop de pression du présent, de la sidération face au présent. Pour en sortir, il faut de la culture, du bon sens – ne pas agir si l’on ne comprend pas ce que l’on fait, ce qui n’est pas le cas de la finance -, du courage -pour agir- et même de la désobéissance. Il ne peut y avoir d’évolution sans révolution ».

    Henri Guaino (conseiller spécial de Nicolas Sarkozy) :
    « Premier point : nous vivons une période de rétrécissement du temps, de l’étouffement du présent. L’avenir disparaît. C’est une crise de nos représentations : qu’est ce que l’économie, la finance ? Nous ne sortirons pas de la crise sans révolutionner nos représentations. Nous avons confié nos sociétés aux marchés financiers, qui ne sont que des structures réactives. La théorie de la finance était qu’il fallait augmenter notre réactivité au maximum et arrêter de planifier. Ce qui est revenu à confier notre avenir au hasard.
    Deuxième point : il y a eu une invasion de plus en plus grande du calcul de probabilités et si un évènement était jugé improbable on ne s’en préoccupait pas. On ne s’y prépare pas. Et même quand ça arrive on n’y croit toujours pas : Fukushima, révolution arabe, crise financière.
    Quand on combine ces deux points : on coupe tout, il n’y a plus de projet, ni même de stratégie, qui a été jugée obsolète. Le système devait être piloté par la réactivité. C’est ce monde qui est en train d’échouer.
    Serons-nous capables de faire ces révolutions de nos représentations ?
    Et l’Europe est la première à appliquer ces représentations.
    Le système mis en place par les pays développé, cad la mondialisation et la globalisation financière, a généré la dérégulation, la financiarisation, l’acceptation du dumping et le renoncement à nos … (désolé pas noté le mot) . C’est devenu insupportable pour les sociétés développées, surtout pour celles qui ne disposent pas de capital. C’est une machine à créer de la dette publique et privée.
    Quand on voit le résultat – dont l’endettement et la chute de toutes les valeurs boursières – on peut se demander si la croissance de ces trente dernières années a été réelle. »

    Remarques :
    – je trouve intéressant de voir que le discours critique du paradigme actuel est même repris au MEDEF, y compris dans des termes très directs (désobéissance, révolution, etc.)
    – Quand on voit les décisions prises par la personne qu’il conseille, la question que l’on peut se poser pour Henri Guaino est la suivante : hypocrisie ou inconséquence ?

    1. J’imagine qu’on vous à trainé là-bas pieds et poings liés.
      Ou alors, c’est le démon de l’Information qui pousse à ce genre de sacrifice…
      Chapeau bas.

      Et c’est toujours bon d’avoir des tuyaux sur ce que pense l’ennemi.
      Visiblement, y sont paumés.
      Ce que les Révolutions montrent, c’est qu’il existe une relève au sein du peuple.
      Il y a toujours de la ressource: ce qu’ils ne peuvent même pas formuler et conduire,
      d’autres le feront. Il suffit qu’ils dégagent…

      En passant, leur refourguer l’info sur l’existence de ce blog, histoire d’élargir leur horizon ?
      Un observateur ne devrait pas influer sur l’objet observé, première règle en métrologie
      et sociologie, mais là c’est trop gros.

  13. J’espère que le blog ne se politise pas trop.
    Ok pour dénoncer toute démagogie, usages de boucs émissionnaires, électoralisme basique ou pire.
    Je serais vraiment déçu de devoir user des mêmes critiques envers la gauche qu’envers le sarkosysme délirant, opportuniste. Mais je suis persuadé que la gauche aura de sacrés difficultés pour culminer à ces altitudes.
    Je viens de zapper quelque peu sur DdV, de lire les dernières analyses de JP Chevènement, un voisin que j’ai déjà côtoyé par hasard et d’écouter avec attention François….Bayrou sur BFM, c’esl le seul à qui j’ai eu l’occasion de serrer la pince.
    Mon hit-parade actuel des hommes POLITIQUES est le suivant, dans l’ordre :
    . JP Chevènement : expérimenté, le plus crédible un peu souverainiste, âgé
    . François Bayrou : simple, crédible, engagé, terre à terre
    . Dominique de Villepin : sens avéré de l’intérêt général, flamboyant, dévoué, quelque peu aristo, droite
    . Alain Jupé : expérimenté, mesuré, technocrate, droite

    Pour le reste il faudra choisir le moindre mal ou le pire ?
    Mais svp, pas de nerveux de la gachette.

    1. La Droite est apolitique, juste réaliste et raisonnable, c’est bien connu.
      Et surtout expérimentée; ça compte double, vers l’apolitisme.
      La corruption ? jamais, ça c’est Politique.

    2. Simple commentaire « politique » tenant compte de l’air du temps qui est ce qu’il est.

      « Ringards » – Ce sont hélas les seuls « ringards » qui ont à ce jour une chance de se faire élire, au même titre que Hollande ou JL Mélenchon. Je le regrette, sans doute un peu moins que vous, mais il faut tenir compte de la tendance actuelle des électeurs.
      Pour un autre choix il reste un sacré boulot de vulgarisation, d’éducation à effectuer ou alors qu’il se produise un évènement singulier.
      Novembre, décembre, janvier, février, mars, avril……..

Les commentaires sont fermés.