L’actualité de la crise : LE COUP D’APRÈS, par François Leclerc

Billet invité

Le parlement grec a adopté dans la nuit les mesures d’austérité par 199 voix contre 74, 22 députés du Pasok et 21 députés de Nouvelle Démocratie votant contre et étant immédiatement exclus de leurs partis. Mais le sentiment général qui prévaut est que la Grèce fera tôt ou tard défaut, le nouveau plan n’étant pas plus réaliste que le précédent, allant rencontrer de nombreux obstacles dans son application. Une réflexion est d’ores et déjà engagée afin de trouver une issue.

Les incertitudes d’un défaut et d’une sortie de la Grèce de la zone euro ont été depuis le début un puissant facteur incitant le gouvernement allemand, qui mène le jeu, à vouloir l’éviter et à l’affirmer sans cesse. Devant l’évidence, la possibilité qu’un défaut du pays intervienne sans aboutir à l’abandon consécutif de l’euro est désormais envisagée.

Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, a résumé l’état d’esprit de la majorité des dirigeants allemands en déclarant devant le Bundestag : « si la Grèce fait défaut, il ne faut pas que ce soit à cause de l’Allemagne ». Dans l’immédiat, le jeu consiste à opposer les Portugais vertueux aux Grecs qui n’ont pas de parole, une manière comme une autre de se rassurer. A ceci près que les Portugais viennent de massivement manifester leur rejet des mesures qui leur sont imposées, augurant pour le gouvernement et l’opposition socialiste du pays de sérieuses difficultés, de même nature que pour les Grecs.

Toutes les tractations à propos des deux volets du second plan de sauvetage de la Grèce ont tourné autour de la nécessité de respecter un paramètre : faire baisser la dette du pays à 120% du PIB en 2020. En effet, la situation de l’Italie – dont le poids de la dette est identique – étant affirmée comme viable, un pourcentage inférieur ne pouvait pas être affiché ! Ce paramètre fétiche a donc une signification politique et non pas économique…. La question n’est pas de définir des seuils acceptables d’endettement mais de restructurer une dette où pèse de plus en plus le poids des intérêts cumulés.

On en revient à la même constatation, en plus affirmée: la stratégie suivie mène à une impasse. C’est le cas aujourd’hui en Grèce, ce le sera demain au Portugal et en Espagne – dont les sorts sont liés – et même en Italie. Y opposer la seule perspective d’une hypothétique relance économique favorisant le retour de la croissance est un peu court. Non seulement parce que cela revient à éluder toute action sur les causes de la crise, mais aussi parce que c’est illusoire si ce n’est accompagné de réformes structurelles qui ne sont pas celles qui sont exigées. Dans ces conditions, le long processus de désendettement au cœur duquel nous sommes s’accompagne nécessairement d’une récession prolongée.

Partager :

174 réflexions sur « L’actualité de la crise : LE COUP D’APRÈS, par François Leclerc »

  1. cela fait deux mois que je lis votre blog , et que je suis de tres près le monde financier depuis plus de quatre ans.
    je ne suis nullement étonné de la tournure dans laquelle nous sommes engagés.
    ce qui m étonne , c est que le milieu politique, ne s inspire pas de l esprit de ce qui se dit ici!
    ou, alors , le but recherché est clairement …

  2. « C’est un conseil d’homme à homme : ne revenez pas à l’ambassade, ou vous finiriez au frais pendant huit heures. Sarkozy a donné des consignes, et nous devons réprimer tout rassemblement de ce type. Je suis moi aussi dégoûté par ce qui se passe en Grèce, et je reconnais que cela pourrait bientôt se passer chez nous, mais je ne décide rien dans mon métier. Ce sont les hauts gradés, les commissaires qui donnent les ordres. Ne revenez pas, vous perdriez votre temps. »

    Le NPA entre autres appelle à un nouveau rassemblement devant l’ambassade de Grèce, ainsi que devant le FMI.

    1. « Le peuple grec s’est longtemps désintéressé des affaires politiques comme aujourd’hui la plupart des peuples d’Europe. Les politiciens n’ayant rencontré aucune opposition ont mené nos pays à une crise contre laquelle ils ne proposent que de confier nos États aux financiers coupables de celle-ci. L’espoir d’une consultation directe du peuple grec n’a servi que de manœuvre politicienne et a été vite repoussée. La même logique s’imposera vite au reste du continent. Mais nous ne sommes pas dupes de cette manœuvre d’asservissement et nous nous montrons aujourd’hui solidaires du peuple grec que nous soutiendrons dans sa lutte pour retrouver la souveraineté que lui ont volée les politiciens professionnels.
      Nous, peuples européens, avons depuis trop longtemps oublié que la démocratie exigeait la participation de tous et que dès que les citoyens la confient à des représentants elle est menacée par des parasites et des prédateurs. Le pouvoir national a été depuis trop longtemps abandonné, il nous faut le reprendre.
      Nous appelons toutes les nations d’Europe à organiser des assemblées constituantes pour bâtir l’Europe de demain sur les ruines des États faillis. Et comme les règles du pouvoir ne doivent pas être écrites par les tenants du pouvoir, nous réclamons des assemblées constituantes citoyennes tirées au sort afin de bâtir de réelles démocraties. »
      (piqué dans les comments de votre site, c’est pas de moi mais je partage)

  3. http://www.zerohedge.com/news/guest-post-first-dominoes-greece-reality-and-cascading-default

    The infinite growth meme unwinds: The cancerous economic obsession with infinite growth in a finite world is already unwinding, but will hit full force with cascading defaults. It is one thing to have a “slowdown,” and another to have your economic brakes lock up on you and your gears slammed into reverse.

    (…)

    The central question:

    The central question, obscured by all the hand wringing and crocodile tears is simply this: Why should public citizens who have no stake in private enterprises, who received no profits or dividends, who had nothing to do with creating losses, be forced to pay for private losses? The only legitimate answer is, “They shouldn’t.”

    1. http://abcnews.go.com/US/wireStory/justice-department-calls-swiss-bank-fugitive-15558906#.TzmT38jPzgc

      La garde rapprochée du conflit d’intérêts platents, personne à la barre..?

      Tu me fuites mes revenus imposables..versus..débarrassez vous des actions et titres venant de cette zone à risques. Qui est le borgne aveugle ? Le con sept qu’on table d’intérêt ?

      Faut-il se souvenir des « interventions » de « politique monétaire » des banques centrales intervenant, concertées ou non, pour protéger un cours monétaire à coup de centaine de milliards et infoutus d’investir dans la stabilité sociale de leur sphère existentielle ?

      A quoi bon questionner les valeurs en débat lorsque dans les faits « on » les abat souverainement comme des cartes de défausse inutiles ? Une nouvelle pathologie ragnagnaGnoSique ?

      Belle nuit.

    1. Sacré Charlie! Qui photographie les drapeaux et les fanions plutôt que les manifestants. Vraiment un bon gars qui cherche l’unité dans l’action. On va aller super loin avec un sectaire dans votre genre (modérateur, notez que j’emploie le terme sectaire dans l’usage politique commun de la gauche de la gôche).

      Pour vous montrer une autre voie : ce matin, à Perpignan, j’ai cherché de l’info sur les rassemblements en sonnant à toutes les portes, npa compris.

      1. En quoi la seule manif unitaire pour les grecs hier est-elle sectaire?
        http://www.citizenside.com/fr/photos/la-couv/2012-02-12/49652/grece-mobilisation-a-paris-quelques-heures-avant-le-vote-des-deputes-a-athenes.html
        Elle a fait chaud au coeur des grecs qui engagent une bataille pour nous tous!
        Le seul problème c’est que peu ont répondu comme l’Association des étudiants grecs,
        AL, le NPA.
        Ces organisations demandent une mobilisation de masse.
        Nombreux, dont moi-même ont affirmé ici
        « Nous sommes tous grecs » et la nécessité urgente de soutenir la révolte,
        par tous les moyens nécessaires.
        Il ne faut pas abandonner l’ « Espagne » comme l’ont fait dans le passé
        les politiciens professionnels dit de « gauche », PC de l’époque excepté.
        Les sectaires sont ceux qui tournent le dos aux mobilisations
        et préfèrent tendre la cuillère vers la soupe républicaine,
        comme ils l’ont toujours fait, en Grèce comme en France.

  4. Chômage : les chiffres sont truqués en Allemagne comme en France.

    Le modèle économique allemand, encensé pour sa croissance et son dynamisme, ne semble pas aussi enviable qu’il n’y paraît. En particulier concernant le chômage, dont les chiffres seraient truqués pour cacher le fait qu’une partie de la population vit dans la précarité. De même qu’en France, où le taux de chômage officiel n’est pas le reflet exact de la réalité. Petite démonstration par Philippe Murer, professeur de finance à la Sorbonne.

    http://www.marianne2.fr/Chomage-les-chiffres-sont-truques-en-Allemagne-comme-en-France_a215305.html

    1. Tous les potes passés à Berlin ou ailleurs confirment: la pauvreté (ou sa crainte) est visible partout, sauf dans les médias.

      1. J’étais à Berlin début février, le bio est moins cher qu’en France, sinon tout le reste est au même prix et il y avait peu de gens dans la rue il faut dire que quand il fait -20° on est vite mort si on dort dehors, sinon les berlinois sont très gentils, est ce qu’ils regrettent la DDR ? En ce temps là le chômage n’existait pas et les salaires étaient voisin de 900 à 1200 euros équivalent ce jour, Maintenant en Allemagne soit vous êtes hautement qualifié et c’est un haut salaire sinon c’est la misère comme chez nous.

    1. Je me demande si ils ne veulent pas que la Grèce sorte définitivement de l »Europe!?
      C’est comme si il la poussait vers la sortie, mais sans le déclarer, il faut qu’elle le demande!

  5. http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/je-mapelle-helene/

    Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
    Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
    ATHÈNES mère, marraine !
    J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
    De mettre fin à mes jours
    De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
    Parce que je n’ai pas envie de te céder
    Pour une poignée d’euros
    Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
    Athènes, mère, marraine !
    Je n’ai pas envie que tu meures
    Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
    Pour respirer, manger ou bouger
    Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
    Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
    Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
    Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?

  6. Les ventes à découvert de nouveau autorisées en France et en Belgique « au moment où les banquaires étaient au plus haut »… Quoi en penser?

  7. EN DIRECT. La Grèce au bord de l’implosion

    Au lendemain d’émeutes sans précédent, le gouvernement grec tente d’éteindre le feu en annonçant des législatives anticipées.

    Extrait: « Face au vent de colère qui soulève la Grèce depuis dimanche, le porte-parole du gouvernement, Pantelis Kapsis, a annoncé la tenue d’élections législatives anticipées, certainement au mois d’avril. »

    Ce qui me gène, c’est que j’avais en tête que les élections législatives grecques devaient avoir lieu… en avril!

    Mais peut-être me trompé-je. Si quelqu’un pouvait confirmer ou infirmer…

    1. Un peu complique a expliquer…………normalement le gouvernement en place pourrait rester jusqu’en octobre 2013, mais quand papantreou a laisse sa place a papademou, c’était a l’origine, a condition que des élections soient organisées en Mars, ou du moins jusqu’à ce que le nouveau plan soit voté par la chambre des députés!

    2. Le parlement grec a adopté dans la nuit les mesures d’austérité par 199 voix contre 74, 22 députés du Pasok et 21 députés de Nouvelle Démocratie votant contre et étant immédiatement exclus de leurs partis.

      Face au vent de colère qui soulève la Grèce depuis dimanche, le porte-parole du gouvernement, Pantelis Kapsis, a annoncé la tenue d’élections législatives anticipées

      no comment…

      1. Cedric, va demander aux députés grecs en place si c’est « no comment » pour eux de passer devant les électeurs dans deux mois…

      1. Ce que les Grecs et les européens disent à la Troïka : « This is Sparta!  »

        Photographie étonnante de ce membre des troupes de police urbaine s’en prenant à Manolis Glezos! La bêtise à front de taureau qui ignore sans doute que le vieil homme qu’elle tente de violenter est un héros qui, une fois de plus , se bat pour la liberté et le respect de tous ceux qui, européens en général et Grecs en particulier, refusent tout simplement de devenir des ilotes, c’est-à-dire des esclaves des Etats.

        It’s Halftime in America. And our second half is about to begin. All that matters now is looking ahead and finding a way forward.

        http://www.youtube.com/watch?v=_PE5V4Uzobc

        It’s Halftime in Europe, too. And our second half is about to begin. All that matters now is looking ahead and finding a way forward.

        C’est la mi-temps en Europe et en France, aussi. Et en Grèce, et bientôt en Espagne, en Italie, en France. Et la seconde partie est sur le point de commencer. Tout ce qui importe maintenant c’est de regarder vers l’avant et de trouver une voie à suivre. Cette voie est trouvée. Alors, action!

        Renaud Bouchard

      2. et la troïka repart dans des cercueils, pour l’exemple

        T’es représentant en cercueils maintenant ? T’as raison, installe toi en Allemagne ou au Japon, c’est Bizance et l’Eldorado dans ta partie. Sans violences, en douceur, régulier, à flux constant, Ni Cr…
        A la maison Borgnol ou Torgnole ?

  8. On va leur faire passer l’envie de liberté et de referendum aux Grecs. Ils doivent comprendre qu’on ne joue pas avec Goldmann/Sachs.

  9. Le mot d’ordre de la campagne de Sarko:

    « Il faut désintoxiquer la France des dépenses! »

    Paroles authentiques!

    1. Après les chômeurs, les Musulmans, les Etrangers en général, les Roms, ce lundi les fonctionnaires, il lui restera les homosexuels, les handicapés, les malades…
      Cela ne vous rappelle personne?

      1. Coluche! bon, c’est pour éviter le retour récurrent du point Godwin ….. « « J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s’inscrire dans leurs mairies et à colporter la nouvelle. »

  10. Une des motivations principales pour la mise en place de l’Euro etait de mettre fin aux devaluations competitives entre pays europeens. Le but de ces devaluations etait d’augmenter relativement la competivite a l’export des pays. Alors, oui, il n’y a plus de devaluation competitives.

    On l’a remplace par du dumping social (baisse des salaires horaires, augmentation du temps de travaille, augmentation de la TVA…). Toujours pour augmenter la competivite. Bref, on peut pas dire que les peuples y gagnent. C’est vraiment ridicule !

  11. On n’a pas fini de rigoler :
    La Grèce n’est pas pour autant tirée d’affaires, préviennent certains cambistes qui craignent, rapportent les agences comme Dow Jones Newswires, que certains parlementaires en Allemagne, première économie de la zone euro, s’opposent au décaissement des fonds promis à Athènes parce qu’ils doutent de la capacité du pays à mettre vraiment en place le plan d’austérité… source
    A moins qu’il ne s’agisse de ce compte spécial auquel Sarko à fait référence il y a qques jours !
    Jusqu’à l’os on vous dit !!

    1. N’oublions pas que des élections législatives anticipées doivent avoir lieu en avril, le PC grec et la gauche radical sont crédités d’environ 30% dans les sondages. Malgré des divergences, ces deux formations politiques sont fermement opposés au mémorandum sur la dette. On peut donc comprendre les réticences des membres de la troïka à donner son chèque à la Grèce…dans le cas où le prochain gouvernement ne tiendrait pas les engagements du précédent il auraient l’air fin !

  12. Ne serait-il pas plus sain de ramener immédiatement la dette grecque de 120% du PIB à 80% en décrétant un moratoire de dix ans sur les 40% restants a un taux d’interet zéro en attente de retour à meilleure fortune ?

  13. FAITES PASSER LE MESSAGE

    Le printemps européen débute ce soir !

    Rendez-vous spontané de soutien à la révolte grecque devant l’ambassade de Grèce 17 rue Auguste Vacquerie. Métro Kleber à 22h

    La Grèce, berceau de la démocratie, se bat courageusement contre la dictature de la finance. Nous espérons un dénouement pacifique des événements, ainsi qu’une réforme des institutions politiques (Union Européenne ; FMI ) et financières impliquées dans la mise en péril de l’intérêt général au nom de l’intérêt particulier .

    Nous aussi, comme les Grecs, voulons une démocratie réelle et refusons de sacrifier le peuple sur l’autel de l’argent.

    Parce que nous avons trop subit l’Histoire, écrite par les vainqueurs, nous avons décidé de prendre notre destin en main et reprendre la place que nous méritons.

    Laissez votre PC, et rejoignez-nous !

    http://cercledesvolontaires.wordpress.com/2012/02/13/la-police-francaise-disperse-une-manifestation-spontanee-de-soutien-au-peuple-grec/

    1. Dommage que je n’habite plus Paris sinon j’y serais allé ! On les aura tôt ou tard de grès ou de force, les dictateurs.

  14. Sarkozy a dit aujourd’hui.

     » Il faut désintoxiquer la France des dépenses »!
    autrement dit les dépenses sociales sont toxiques. Faut un coup de carsher sans doute….

  15. Sarkozy veut revoir et supprimer le statut des fonctionnaires à présent.

    PARIS (Reuters) – Nicolas Sarkozy envisage de mettre un coup d’arrêt au statut des fonctionnaires et à l’emploi à vie des nouveaux recrutés de l’Etat en contrepartie d’une revalorisation des salaires, rapporte lundi le site internet des Echos.

    Selon le quotidien économique, qui cite plusieurs sources, le chef de l’Etat pourrait proposer prochainement une vaste réforme qui ne concernerait pas les fonctionnaires déjà en poste.

    Avec cette « mesure choc », Nicolas Sarkozy, qui doit annoncer dans la semaine sa candidature à la présidentielle, tenterait de rassurer ses troupes sur ses chances de réélection, commente Les Echos…

    « Pour éviter que la France ne connaisse le sort de la Grèce, il entend réformer le modèle social pour mieux le préserver. Demander des reculs sociaux qu’il juge limités, pour éviter de s’en voir imposer de plus massifs plus tard »,

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presidentielle-2012/ump/0201896418849-sarkozy-envisage-de-revoir-le-statut-de-la-fonction-publique-288672.php

    1. Il n’a même pas compris ce qu’était un fonctionnaire et l’intérêt de ce statut.

      Par ailleurs un fonctionnaire peut être licencié s’il est incompétent, s’il refuse trois ordres de mutations, pour faute grave…en fait il est préservé du licenciement économique qui s’effectue en fin de compte par le non-remplacement d’une fonctionnaire sur deux.

      Enfin remettre en cause ce statut pourrait coûter cher à l’état : un cadre A ou A+ n’acceptera pas ce nouveau statut si ce n’est contre une revalorisation substantielle de son salaire de base indiciel. Or l’indice est le même pour tous. La tentation serait de créer des grilles indiciaires par catégorie (A,B,C) ou encore par ministère. Ou sinon de multiplier les primes d’intéressement (à Bercy, c’est généralement le cas). Bref toujours plus d’inégalité pour un résultat très incertain et destructeur.

    2. Je suis en train de passer les concours A…. Je « remercie » Sarkozy pour ce nouveau cadeau.

      Mais, je prends le pari que c’est une mesure à la va-vite, comme toute sa politique, à l’image de ses « mesures chocs » pour relancer la construction avec ses aménagements juridiques dans la délivrance des permis de construire…

      Évidemment, certains ministères seront plus intéressants financièrement que d’autres. Bref, on accélère le démantèlement de l’État…
      Après sa proposition de référendum sur les chômeurs, je m’attends à tout du candidat-kamikaze…

      Edit: j’ai vérifié l’article… Il a abandonné ce projet ! Enfin, attendons, l’officialisation de sa candidature avec ses propositions.

  16. Pour soutenir le peuple grec et éviter que les politiques d’austérité ne continuent d’aggraver la situation dans les autres pays européens, Il serait urgent que la Confédération Européenne des Syndicats (CES) arrive à convaincre ses membres nationaux de lancer des mots d’ordres de grèves générales, simultanées et coordonnées dans tous les pays de l’Union Européenne.

    Autrement les dirigeants financiers de la planète et de l’Europe en particulier vont accabler les pays qui osent se rebeller contre les politiques d’austérité comme le font les malheureux Grecs.

    Politiques d’austérité dont les résultats sont encore plus de misère et encore moins de chances pour les états de sortir de l’ornière. Ce sera aussi le cas pour les Portugais, les Espagnols, les Italiens et les Français s’ils se rebellaient indépendamment les uns des autres contre les affres de politiques d’austérité qui ne résolvent pas la crise, tout au contraire…

    Ayant eu à travailler au niveau Européen dans d’activités associatives de défense des droits sociaux qui m’ont fait connaître des représentants de la CES, j’ai fait parvenir hier à la CES un message les implorant de lancer une telle campagne de grèves générales dans tous les pays de l’Union Européenne. J’en ai envoyé une copie à Paul Jorion pour l’informer de ma démarche.

    Que la Confédération Européenne des Syndicats fasse valoir très fermement sa déclaration du 25 janvier 2012 opposée au nouveau le « Traité sur la stabilité, la coordination
    et la gouvernance dans l’union économique et monétaire » et demande ne conséquence que ses membres se mobilisent partout en Europe simultanément et avec un message clair et vigoureux bien coordonné entre les syndicats de chacun des pays.

    Paul T.

  17. Désolé, j’ai oublié de mettre le lien vers la déclaration de la Confédération Européenne des Syndicats:

    http://www.filpac-cgt.fr/spip.php?article3684

    Entre mes deux messages, une nouvelle recherche m’a fait trouver un texte paru ce jour même

    la Confédération Syndicale Européenne (CES) propose une journée d’actions européenne décentralisée la 29 février 2012.

    http://www.udcgt13.fr/spip.php?rubrique116

    Soutenons les…

    Paul T.

  18. bon , je crois avoir compris ceci , expliqué simplement (vous me dites si j’ai faux)
    chaque pays fait des échanges commerciaux avec le reste de la terre ; lorsqu’il possède sa propre monnaie et que sa balance commerciale est (trop) déficitaire ,le moyen d’ajustement est la dévaluation de sa monnaie donc le renchérissement des « produits » extérieurs qui implique une moindre quantité d’achats de ces produits ; dans le cas de l’euro , le problème est donc structurel car la banque européenne (et la spéculation boursière) « moyenne » la valeur de la monnaie au détriment des pays aux balances commerciales déficitaires (il faut supposer alors que des banques mal intentionnées ont prété excessivement aux citoyens de ces pays ) ; donc depuis le début , la monnaie unique n’est pas viables avec les règles actuelles .

Les commentaires sont fermés.