PEUT MIEUX FAIRE

Du discours de défaite de Nicolas Sarkozy, on pourra dire qu’il constituait un rétablissement par rapport à ce qu’on l’a entendu dire dans l’entre-deux-tours. Faire mieux que cela était évidemment relativement aisé vu les dérapages vertigineux auxquels on a assisté et que ses partisans s’empressent de nier ce soir. La dignité au moins est de retour, mais attention, homme averti en vaut deux : gare à de nouvelles embardées en cas d’averse.

Du discours de François Hollande à Tulle, mon dieu que dire ? Dans mon billet le plus récent pour Le Monde-Économie : « Candidats, encore un effort… », j’évoquais les discours de comices agricoles des sous-préfets de la IIIe république, en soulignant qu’il faudrait décoller significativement de leur niveau si l’on veut mettre au pas la finance internationale et remettre sur ses pattes l’économie nationale. Or ce n’est pas encore ce soir… Silence radio aussi sur l’indispensable sortie du nucléaire. La foule, avide d’applaudir quelque chose n’a eu à se mettre sous la dent que le mot « égalité » ; c’est mieux que rien sans doute, mais demeure désespérément mince.

Ce n’est plus de « Candidats encore un effort… » qu’il est question ce soir mais de « François, encore un effort… »

 

Partager :

172 réflexions sur « PEUT MIEUX FAIRE »

  1. Je suis triste. Tellement.

    Je suis triste, parce que les français ont voté CONTRE quelqu’un au lieu de voter POUR une autre idée de la politique.

    Je suis triste, parce qu’une seule centrale sera fermée, alors qu’un autre candidat avait un programme écologique précis, clair et futuriste soigneusement occulté.

    Je suis triste, parce que cela va rallonger de plusieurs mois l’inéluctable et je me demande s’il n’aurait pas mieux valu que Sarko soit réélu pour donner le coup de pied au c… nécessaire aux français pour qu’ils se réveillent… enfin.

    Je suis triste. Point barre.

    Pendant que tout le monde rit.

    Rien ni personne au monde, ne pouvait exprimer mieux que Jarrett ce que je ressens en cet instant.

    Alors je vous offre ma tristesse en notes. De larmes d’âme.

    http://www.youtube.com/watch?v=t4_6xJH44b0&list=PL615E8536201B9256&index=2&feature=plpp_video

      1. La résistance continue, et ça n’est pas en votant pour que “Sarko soit réélu pour donner le coup de pied au c… nécessaire aux français pour qu’ils se réveillent…” comme le suggère Jmemeledetout que l’on resiste. Je suis même scandalisé par ces propos, j’entendais les mêmes il y a cinq ans, mot pour mot. Plus on essaye que les gens se réveillent en enfonçant le système, plus ils se recroquevillent sur leur égoïsme. Pardonnez-moi mais votre proposition est d’une idiotie, et d’une dangerosité sans nom. Vous battez-vous vous même dans votre travail, dans votre vie quotidienne? Si c’est le cas, cela me parait impensable de proférer de telles pensées. Par contre je vous rejoins sur un vote EELV qui aurait été bien plus judicieux, j’ai moi-même préféré Joly à Melenchon. Mais Hollande doit étudier le comportement, les préférences et les facteurs de vote des consommateurs (pardon, je voulais dire électeurs) comme on le fait en marketing. Puisqu’il est maintenant élu, espérons qu’il ait le courage d’aller dans une direction qui oeuvre pour le bien commun sur la question du nucléaire (c’est à mon tour à présent de divaguer..)

    1. Je suis triste, parce qu’une seule centrale sera fermée, alors qu’un autre candidat avait un programme écologique précis, clair et futuriste soigneusement occulté

      Effectivement, les Japonnais sont en train de sortir. Et il est possible de sortir du nucléaire en 10 ans en France
      http://www.npa2009.org/sites/default/files/Sortir%20du%20nucléaire-BAT_0.pdf

      Ce même candidat et parti propose aussi de sortir du capitalisme.
      Beaucoup en ont compris l’urgence sur ce blog.
      Mais dans le pays, après les désastres du “socialisme réel”, la défiance est très large.
      C’est ce qui explique aussi qu’à un gouvernement bourgeois
      succédera un autre gouvernement bourgeois.
      Il faudra un approfondissement de la crise,
      malheureusement assuré, et une nouvelle catastrophe naturelle,
      pour que les français abandonnent leurs illusions sur les politiciens de droite comme de gauche.
      Et forcent le cadre, par tous les moyens nécessaires.
      Il faut s’y préparer, avec patience et détermination.

      1. On peut déjà abandonner l’illusion qu’il suffit de gagner des élections . On est dans un cercle vicieux . Déjà, les hommes se mettent en ordre de marche pour les présidentielles suivantes . Comme si c’était le seul objectif, stratégique, et que tout allait pouvoir s’accomplir par la tête.

        Le nucléaire , le pétrole sont sans doute mal utilisés . Ils donnent lieu à des dépenses extravagantes , excessives dont tout le monde porte sa responsabilité , tout le monde étant demandeur d’objets “consommateurs” . Fascinés par ces techniques , infantilisés par ces jouets , subjugués par ces armes à feu, et bien sûr , devant y consacrer tout leur temps moyennant salaire ou dividende , place plus ou moins confortable , les populations sont prises dans ces pièges , qui les endettent , et les menacent . de là, l’hostilité logique qui en découle d’un camp à l’autre , d’une rive des mentalités à l’autre rive.
        mais globalement On vit comme si nous étions des fourmis soumises et inconscientes , programmées instinctives et dociles . or puisque ce n’est pas ainsi, forcément cela pète de révolte ou dans des conflits .
        Sait on ce qu’est la richesse , la liberté ?
        Nous sommes bien esclaves de nos autos, de nos écrans plats et peut-être du manque de savoir-vivre en dernier ressort . Possédant trop d’un côté , et de l’autre dénués de tout . Cela ne suscitant chez les nantais aucune mauvaise conscience ?

      2. vous êtes très optimiste !

        personnellement je vois plutot la barbarie poindre son nez : le capitalisme a besoin d’une purge , mais ce n’est pas de celle que rêvent certains.

        merci aux staliniens pour avoir tué l’espérance !

        merci aux trotskistes et autres sectes “communistes” pour avoir achevé le mouvement social par leur manipulation, leur théorie de l’entrisme, bref tout ce qui a fait fuir la confiance entre militants du mouvement de l’émancipation sociale

        pour ne pas parler des partis “socialistes” de gouvernement ………….

      3. Il est possible de sortir du nucléaire sans délai .
        Les atermoiements ne sont que fumisteries .

  2. Pour une fois Sarko a paru sincère, c’est tellement surprenant qu’on peut penser que c’était fabriqué, par habitude, un peu trop sirupeux, mais peu importe, il est devenu une personne privée, laissons-le à sa famille et aux juges.
    Trop tôt pour parler de FH, laissons-lui un peu d’air.
    Je suis bien certain qu’il ne fera pas pire que son prédécesseur, ce qui n’est pas difficile, et qu’il ne pourra pas répondre pas aux attentes extraordinaires.
    On verra dans quelques mois.

    1. fin du discours de Nicolas Sarkosy, 20h15,
      “soyons le contaire de l’image que certains auraient voulu dans 1 cas inverse”
      (juste pour souligner qu’effectivement, comment ne pas, de ce sentiment du “paru” “sincère” ..

  3. Tout comme vous je suis assez sceptique. C’est un homme du “système” et il ne faut qu’attendre des solutions désespérément classiques et non contrecycliques ou hétérodoxes. On sait qu’il a déjà écarté les économistes de l’alternative et du changement accordant sa confiance aux sociolibéraux. Il sera probablement un Obama à la française.

  4. Je ne suis pas très joyeux non plus. On a gagné quoi? Entre trois et six mois de relative tranquillité, disons trois mois, le temps que les vacances se passent… et après on recommence comme avant.
    Ce serait tellement bien si les Verts et Mélenchon pouvaient être investie d’une force capable de faire pression sur Hollande mais qui y croit?
    Pas de champagne ce soir; on attendra la fin des législatives. Un coup de cidre et au lit.
    Bonne nuit à tous

  5. Discours de Hollande vraiment mauvais – programme ecologique digne du siecle dernier – il va falloir mettre la pression au PS pour que les vrais enjeux soient regardes en face. Enfin au moins les fauves dangereux et cupides sont rosses pour un moment et c est uun soulagement – un soulagement triste mais un soulagement quand meme

  6. Bon, ça, c’est fait …
    Ceci dit, je n’ose imaginer ce qu’aurait été le discours inverse de l’autre bord dans le cas inverse : un embardée monstrueuse …
    Disons le : il y a des joies simples.
    Ne serait-ce que lire la détresse de Nadine Morano, Xavier Bertrand, Jean-François Coppé et Rachida Dati sur leurs visages quant à leurs avenirs personnels, faisant place à leurs morgues habituelles dont nous nous étions somme toute accoutumé, leur laissant l’illusion qu’ils étaient là pour longtemps, c’est effectivement un début dont on peut se repaître, quitte à ce qu’il ne donne suite à pas grand chose.
    C’est malheureusement très réduit, en termes de réjouissances et d’espérances, au regard de la faiblesse des perspectives que l’on nous dresse et d’un vote encore massif pour une droite qui sort encore fumante du lit de l’extrême-droite, mais tout ce qui est bon à prendre doit l’être.
    Encore un effort !

    1. “Nadine Morano, Xavier Bertrand, Jean-François Coppé et Rachida Dati”

      Ils sont morts politiquement, et c’est tant mieux (en vous faisant écho).
      Nous avons subit, de la part de cette “equipe” (pour rester poli), ces 5 dernières années une attaque en règle dans la sphère publique dont le but était de tuer dans l’oeuf tout débat quel qu’il soit. Esperons que la “nouvelle” classe politique se montre plus respectueuse du débat publique, de la verite, et in fine de nous.

      1. @ romain

        Heu,… Nadine Morano, je ne suis pas sûr qu’elle soit jamais née politiquement.
        Elle ne risque donc pas de mourir, seulement de tomber dans l’oubli.

    2. ” Disons le : il y a des joies simples ” – Oui, c’est exactement ça.

      Il ne faut pas charrier à l’heure où le parti néo-nazi entre au parlement grec. Imaginons-nous dans une autre situation si l’ UMP était repassé, rien n’aurait été audible. Là on va pouvoir au moins s’exprimer et débattre des réels problèmes.

      L’ Agora politique est au moins rétablie. C’est un préalable. Nous allons pouvoir discuter des vrais problème et non pas des frites molles à l’école ou des foulards des femmes dans les ghettos urbains. L’artifice et l’artificiel ont été chassés, c’est déjà pas mal. Le FN n’entrera pas au gouvernement, c’est heureux.

      Le combat continue. Tout commence maintenant ! Le Peuple doit être présent et en marche !
      Nous savons quelles idées ici, nous devons porter. Et quels actes nous devons commander. Il faudra faire pression et rester non seulement vigilant mais acteur de la vie publique. Nous l’avions trop longtemps déserté. Nous sommes le peuple, le souverain ! Le seul !

      Empêchons les marchés financiers de nous réduire en nouveaux serfs comme ils l’ont fait ces dernières années en Grèce et partout en Europe !

    3. super ton p’ti mot zebu, oui oui et oui pour les joies simples,

      et un bon coup de kärcher à l’élysée !

      1. et un bon coup de kärcher à l’élysée !

        Je vois d’ici la tronche des boiseries des grands salons, du Palais de l’Élysée…
        Il ne me semble pas que cette méthode, Méthode, puisse fournir aucun bon résultat.
        Alors qu’il suffit, qu’aux locataires du moment, soient donnés motifs de quitter les lieux. Et que c’est justement ce qui va se passer le 15 mai prochain, lors de la passation officiel du pouvoir, Sarkozy-Hollande. C’est le “décorum démocratique” qu’il convient d’observer dans toute bonne société.
        Il n’y a donc, pour l’heure, pas de quoi s’énerver.
        Mais ne ranger pas votre bidule dans le garage; on pourra toujours s’en servir pour nettoyer le perron, avant la montée des marches par les nouveaux arrivants.

        HA !! … un p’tit appel me parvient à l’instant de la Croisette à Cannes :
        PS : faudra pas traîner les gars, avec le Kärcher, car nous le 16, on lance le Festival 2012, avec de nouvelles Stars et un beau et fringant Jury.
        Pour tout ce luxe, il nous faut toujours plus de grands jets d’eau. Oui… cela amuse énormément la “Jet Set” d’avoir les pieds dans l’eau. On sait pas trop pourquoi, une envie de liquide sans doute…
        Enfin, “Le Grand Standing”, l’éclat des apparences, c’est tout ce dont elle a envie”.
        Le Cinéma ? Ben, c’est juste un bon moyen pour flatter tous ces décorums .
        Protocole, cérémonial et autres formalités collés aux étiquettes…

        “Il y a dans tout ce qui se fait ou se débite en France devant le public quelque chose de conventionnel d’emphatique et de faussement noble (…). On retrouve partout ces habitudes de faire tout avec apparat, ce besoin de jeter de la poudre aux yeux, que l’on déguise sous le nom de bienséance, de décence, de décorum. DELECLUZE (Journal, 1827)

    4. @zébu : enfin du clair et du lucide! Des propos ancrés dans le réel… ça tranche avec ce qui précède… (et qui suit?).

      Le Zébu (décorons-le d’une Majuscule) = Animal très Sage.

  7. à Jmemeledetout

    “Je suis triste, parce qu’une seule centrale sera fermée, alors qu’un autre candidat avait un programme écologique précis, clair et futuriste soigneusement occulté.”

    C’est ce qui s’appelle une bonne réflexion de début de programme (politique vote/actu, oblige). La joie que vous exprimez par ses choix, ne peut vous être reprochez.

    Bon choix en tout cas 😉

  8. Bonsoir à tous

    A lire quelques sites anglo -saxons, qui avaient intégré la victoire de FH depuis quelques semaines, ce qui pose problème aujourd’hui pour eux , c’est l’absence de majorité pro austérité au parlement grec et l’irruption des néo nazis….

    Il y a ce soir en France quatre individus pleinement conscients du problème de la France : Valéry Giscard d’Estaing,Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy & François Hollande …. les autres, vous , moi ce ne sont que des projections….
    Cordialement …

    1. j’ai appris à être français et à aimer ce pays, mon pays, sous mitterrand, c’était une france qui n’était pas parfaite loin de là, puisque moi aussi j’ai voulu en changer, mais c’était une france qui promettait du rêve, qui parlait de liberté et d’égalité, voir même de fraternité. une france qui rassemblait et essayait de donner un petite place à chacun.

      j’ai grandi dans cet idéal laïque et républicain que j’ai vu foulé au pied par une droite de parvenus cyniques et cupides, une droite sectaire et autoritaire, une droite qui divisait le peuple et même la jeunesse, qui cultivait l’arrivisme et le mensonge comme un art pour écraser les plus pauvres.

      quel plaisir ce soir,
      se sentir libre de l’oppression sécuritaire,
      quel plaisir,
      de voir tout cet espoir dans les yeux des plus jeunes,
      quel plaisir,
      la défaite d’une petite clique de corrompus,
      quel plaisir,
      ce discours d’apaisement,
      quel plaisir,
      cette atmosphère sans agressivité
      quel plaisir,
      ce soir de me sentir en phase avec mon pays.

      alors ce que nous réserve la suite, on verra bien, ça ne sera sûrement pas brillant, Mais, en attendant : quel Grand Plaisir .

  9. Jmemeledetout

    apprenez à savourer les petits, tout petits plaisirs

    vous serez bien triste

    rien n’est fini

    tout commence, et rien ne sera simple!

  10. Bonsoir,

    On ne peut pas parler de raz de marée rose sur notre bel et bon pays “françois”.

    Pour pouvoir gouverner avec la moindre chance d’être capable de mettre au pas la finance internationale il faut aussi une majorité de gauche à l’Assemblée Nationale. Ce qui n’est pas gagné!

    Donc la campagne n’étant pas réllement finie nous aurons droit pour quelques temps aux discours de comices agricoles et autres activités n’effrayant pas le votant.

    Ensuite: Que la Force soit avec nous.

  11. Même pas deux heures!
    Même pas deux heures après avoir gagné les élections, M. Hollande trahi déjà ses grands principes de la campagne électorale. Un véritable social-démocrate! Un clone de Di RUpo!
    Pauvre France, pauvres nous!

    1. c’est quoi le problème avec Di Rupo ??
      Et en quoi Holland a trahi quoi que se soit ? … serait ce un commentaire pour ne rien dire ? …

      1. Oh, vous savez, ce n’est pas Di Rupo en tant que tel qui pose problème, mais le PS. Et à cet égard, on n’a que l’embarras du choix…

        on pourrait, par exemple, citer la manière dont il a baissé son pantalon devant les agences de notation, et s’est allié avec la droite pour réformer les pensions…

        Et puis, que je sache, l’inénarrable “sauvetage de Dexia” qui soit nous oblige à garantir 54 milliards de pertes, soit à recapitaliser de 2 milliards par ans jusqu’en 2022, c’est un gouvernement dont les socialistes faisaient partie qui l’a décidé.

        A un autre échelon, la gestion calamiteuse d’une ville comme Charleroi, où l’on dépense sans compter pour des infrastructures sportives mais où il n’y a plus un franc pour entretenir les bâtiments scolaires, c’est toujours le PS…

        Et au niveau de la Région wallonne, on peut continuer : administration publique inefficace et politisée, politique environnementale en dessous de tout (genre, continuons de mettre des autoroutes et des aéroports partout…).

        Je sais que les socialistes ne sont pas seuls au gouvernement, mais ils préfèrent utiliser leur poids électoral à d’autres fins qu’assurer le bien commun… (ou alors, leur perception du bien commun n’est pas la mienne)

      2. Pas que les potentats, ne pouvons-nous pas penser qu’une petite partie du petit peuple en profite un petit peu du partenariat public privé? La « corruption » n’est pas du tout, à mon avis, un problème « moral », un “travers de la nature humaine”, mais un mode de structuration social selon une chaîne hiérarchique de solidarité, enfin je crois, qu’en pensez-vous ?

      3. Une remarque relative à l’éducation . Celle-ci me semble tenir plus du conditionnement , de la mise au format . C’est inévitable . Mais sont-ce ces normes qui peuvent ou non modifier les actions ? je crois à la nature subtile de la conscience . d’une autre ordre qu’une série mécanique . disons qu’elle est comme la vie, elle tient à un fil , et peut basculer pour un rien . Les hommes seraient ils toujours destinés à n’être que des brutes épaisses ou des malins détenteurs de puissances ?
        N’y a -t-il aucun espoir de voir un monde tendre vers le doux ? que cultive -t-on pour les masses ? quelle beauté ? ou quelle bonté se diffuse ? quel type de nourriture saine pour le corps et pour l’esprit ?
        La science , pourtant sait . mais qui sert -elle ? quel projet ?

        “La « corruption » n’est pas du tout, à mon avis, un problème « moral », un « travers de la nature humaine ”

        la corruption , la “mort” donc, nous indiquent que nous n’avons pas fait le pas vers l’incorruptible , en d’autres termes, vers un pur au-delà . cela relève d’un possible qui n’est pas nécessairement hiérarchique, qui peut aussi être à la portée des enfants .

      4. @Jean-Luce Morlie

        Je doute quand même que les peuples d’Amériques latines, d’Afrique partage votre enthousiasme sur la corruption, ni même les Siciliens de base qui la subissent . Elle est le truchement des plus violents….

    2. Mais vous le saviez.
      Les politiciens de l’Internationale “Socialiste”,
      les Zapatero, Papandreou, Hollande, Di Rupo,
      n’ont jamais fait autre chose que de servir le capital.

      Avec les moyens du vote pour ceux-ci pour l’instant,
      ou du knut et des pires massacres,
      comme les autres politiciens de la même mafia,
      leurs camarades en pillage, les Gbagbo, Ben Ali ou Moubarak.

      1. avec Moubarak, l’augmentation de la dette était de 1 milliard par an, avec les militaires en un an elle a déjà dépassé les 10 milliards, le pillage …..

  12. Il n’y a vraiment aucune raison d’être triste ! C’est dommage de ne pas être capable d’empathie avec des millions de citoyens qui ce soir sont tout simplement heureux. Oui bien sûr on peut mépriser tous ces jeunes à la Bastille qui n’ont pas compris que tout est vain etc…Moi je vis en banlieue et je crois que ça fait du bien ! Un message positif.
    J’ai 60 ans et ce soir je suis avec eux, avec leur joie qui semble naïve mais que je partage naïvement ! Il faut savoir vivre un peu les instants comme ça. Oui François Hollande peut au moins aider à nous rassembler et surmonter ces sinistres semaines de divisions. Je comprends le message de Paul mais je pense aussi que l’on là une première étape et que la suite nous appartient.
    Alors ce soir oui vive le sous-préfet !

    1. Après le discours de Toulon sur la mise au pas de la finance Sarkozy devait ou le mettre en pratique ou se démettre .
      Il a choisit la porte. je suis donc en empathie avec la majorité des Franca!s .
      Et je me réjouis

    2. 60 ans et pas encore compris le théatre d’Alternance?
      Ah, d’accord, il habitait Honolulu en 81
      Et quand Jospin, avec Buffet et Mélenchon privatisait plus que la droite ?
      Ah d’accord, il habitait à Jersey…
      Acquitement !

      1. CharlesA, apprenez à lire Tolosolainen sans les lorgnons de Léon, encore une fois vous êtes à côté de la plaque.

        Quant à la suite, remerciez France-Telecom pour les quelques cabines téléphoniques restantes. Vous pourrez y accueillir confortablement les masses que Poutou a soulevé à l’occasion du premier tour.

    3. @ Jicé

      Essayez de nous montrer la plaque.
      Et de fournir information et analyse.

      A propos du sujet, Hollande, dites-nous dans quel pays
      un PS a-t-il aidé a surmonter la crise ?
      Qu’auraient fait les travailleurs grecs si la gauche radicale
      de Syriza ne leur avait pas offert un autre alternative que la rigueur de gauche?
      Ils se seraient jeté derrière la seule autre alternative, les nazis.

      A ce propos, une autre info: les cabines téléphoniques, c’est fini.
      Les révolutionnaires, la-bas aussi, ont des portables…

      Malheureusement, comme l’a démontré ce blog depuis plusieurs années,
      les partis de la comédie d’Alternance, entre conservateurs et réformistes,
      ne règlent rien et à moins de mouvements sociaux et politiques non d’alternance,
      mais d’alternative radicale au capitalisme, ouvrent un boulevard au fascisme.
      Ni rire, ni pleurer, rassembler, et agir.

  13. Difficile de dire mieux un soir de victoire comme celui là , me semble -t-il.
    Je reste cependant optimiste sur les capacités du bonhomme à faire bouger les lignes.
    “La finance” reste très certainement dans son esprit “l’ennemi” à abattre. Comment y parvenir ? là reste l’immense problème, mais le personnage risque bien de nous surprendre et de nous étonner. Il vient déjà par sa très belle victoire,d’administrer une cinglante leçon à tous ses “petits camarades” qui l’ont “aimablement habillé” tout au long de ces dernières années. Je pense notamment à Fabius.

    1. Nous n’avons pas viré Sarkozy pour garder son héritage pourri.

      Le changement c’est maintenant… c’était le slogan de campagne de Hollande.
      Nous n’attendons pas de lui qu’il se convertisse au socialisme, ni à l’écologie,
      Le minimum c’est que son gouvernement abroge sans délai toutes les lois,
      tous les décrets antisociaux et liberticides que le PS a combattu:

      – Abrogation de la loi de casse de nos retraites et des reculs de l’assurance maladie
      – Abrogation de la « réforme » des collectivités territoriales
      – Abrogation de toutes les lois anti-immigrés
      – Remise en cause de la RGPP, des suppressions d’emplois publics, de la loi Bachelot
      – Annulation des privatisations, des délocalisations, des fermetures d’entreprises

      Si le PS n’en fait rien, c’est qu’il n’a cessé de nous tromper,
      qu’il était trop content que la droite ait fait le sale boulot, pour en tirer les marrons du feu.

      En attendant, il applique scrupuleusement les orientations libérales dans les régions
      et les départements qu’il dirige avec l’appui du élus FdG et des écologistes,
      comme il l’a fait quand il exerçait le pouvoir central.

  14. Son discours est à l’image de ce qu’il veut donner à entendre/attendre, c’est à dire pas grand chose. Je lis ou écoute les militants et généraux UMPistes dire qu’il ne tiendra pas ses promesses. Mais il n’en a pas fait. Il ne s’est jamais ou très peu avancé. Les circonstances orienteront les choix. Alors au final, mais ça fait un bail qu’on y est préparé: pas de quoi se réjouir, du coté du discours. Mais par contre: oui, c’est lui qui l’a fait, mettre dehors Sarkozy. En espérant que la justice fasse son travail. Bon sang, c’est la fin du règne d’un autocrate, menteur, voleur.

    1. Mais par contre: oui, c’est lui qui l’a fait, mettre dehors Sarkozy.

      Ce ne serait pas plutôt le peuple français ?

      1. Heu, certes, mais bon, il y est allé. L’a ce mérite. Y a pas si longtemps que ça, ici, tout le monde se plaignait qu’aucune personnalité n’émerge à gauche pour battre Sarko. Ben voilà, y en a eu un. Bon, c’est une des rares vertus que je lui accorde. Mais en effet, il fallait quelqu’un comme lui, neutre, lisse, qui ne permet rien, ne s’engage sur rien: genre, on est dans la merde, je vais faire ce que je peux.

  15. On attendait une 6eme République, au mieux ce sera une Quatrième revisitée qui, si elle échoue, pourrait bien nous ramener hélas au bon vieux temps du “bleu marine” dans 5 ans ou moins…
    Ce sont les hommes qui font l’Histoire et la France a aujourd’hui l’homme qu’elle mérite sans doute, mais qui n’a pas l’envergure nécessaire. Ca se saurait.
    Seule solution pour éviter ce pire-là : que les législatives imposent d’emblée la cohabitation. Peu de chances…

  16. Par ailleurs, je rappelle qu’il faut se méfier des sous-préfets, même de ceux qui sont amenés à prononcer des discours de Comices agricoles pendant la IIIème République :
    http://www.info-histoire.com/actualite/143/jean-moulin-les-premieres-images-filmees-du-prefet-eure-et-loir-28-et-heros-de-la-resistance/
    (bon, il était déjà Préfet, mais avant d’être nommé dans l’Eure et Loir, il avait été sous-préfet à Albertville, Chateaulin, Thonon les bains, Montargis, où il a certainement dû prononcer des discours lors de Comices agricoles …)

    1. François Hollande, seul, à laisser montrer une détermination sans faille à gagner, sans se compromettre en résistant aux lapalissades évidentes de son parti et ses extrêmes. Il est européen convaincu. Il a osé dans un climat identitaire infamant faire confiance aux français en confirmant sa volonté de promulguer le droit de vote des étrangers aux élections locales. Il a réaffirmer que son premier ennemi était la finance toute puissante. Il a martelé que la jeunesse était sa priorité. Le Tout en affichant une bienveillance grotesque pour certains, particulièrement réconfortante pour d’autres, niaises pour les irréductibles fondamentalistes de gauche bien déterminés eux à ne jamais se tromper pour mieux le lapider à la première erreur, au premier accroc. Surtout ne jamais renoncer à l’exigence partisane puritaniste immédiate.
      Il n’est pas le bredin voulu par les droites, ni le ni-ni voulu par la gauche. Je l’ai longuement observé : Il a l’essentiel à ce poste, Président de la riche et puissante République Française, à ce moment précis de l’histoire humaine : l’estime de soi et l’estime des autres. Une radicalité simple. Beau changement. A priori, il ne peut qu’être lucide. A priori, il est déterminé. A priori il a ambition et courage. Il sera peut-être celui qui ouvre la voie

      “ce n’est pas d’un Président français qui serait seulement « audible » à Bruxelles ou à Washington que l’on a besoin mais de quelqu’un qui indiquerait la voie à suivre, brisant la paralysie stupéfaite qui règne aujourd’hui dans ces lieux. Car ce ne sont pas les projets de société de haute volée, économiques et financiers, qui manquent, bien au contraire :
      * Accorder à nouveau la priorité aux salaires plutôt que favoriser l’accès au crédit, lequel est nécessairement cher et se contente de repousser à plus tard la solution des problèmes se posant d’ores et déjà.
      * Mettre hors-la-loi la spéculation en rétablissant les articles de la loi française qui l’interdisaient jusqu’en 1885.
      * Mettre hors d’état de nuire les paradis fiscaux en interdisant aux chambres de compensation de communiquer avec eux dans un sens comme dans l’autre.
      * Abolir les privilèges des personnes morales par rapport aux personnes physiques, privilèges ayant permis de transformer de manière subreptice dans nos démocraties le suffrage universel en suffrage censitaire.
      * Redéfinir l’actionnaire d’une société comme étant l’un de ses créanciers et non l’un de ses propriétaires ; établir les cours à la Bourse par fixing journalier.
      * Éliminer le concept de « prix de transfert » qui permet aux sociétés d’échapper à l’impôt par des jeux d’écriture entre maison-mère et filiales.
      * Supprimer les stock-options pour instaurer une authentique participation universelle.
      * Ré-imaginer les systèmes de solidarité collectifs, au lieu des dispositifs spéculatifs voués à l’échec en raison de leur nature pyramidale que sont l’immobilier ou l’assurance-vie, par lesquels on a cherché à les remplacer.
      Enfin, dans un monde où le travail disparaît, la question des revenus doit être mise à plat et faire l’objet d’un véritable débat.
      On assisterait alors au retour de l’ambition et du courage, désespérément absents aujourd’hui.

      Un dernier et unique espoir d’éviter l’embrasement ne se gâche pas. Ne se condamne pas par anticipation défaitiste partisane et stratégique. Il se saisit. Merci Zébu, pour cette intervention et les précédentes. Vraiment.

  17. Bonsoir,

    J’aime bien lire ce site, j’apprécie Paul Jorion.

    C’est dommage qu’il n’y ait que des gens de gauche qui interviennent.

    Je ne pense pas comme vous, étant à notre compte, mon mari et moi, pour nous les temps sont très durs, ils le seront encore plus avec le père Hollande, je crains le pire. La gauche n’a aucune notion de l’économie, elle nous l’a montrée par le passé.
    Sinon j’ai tout à fait conscience de la situation actuelle.

    Bon, nous allons compter les points, et nous ne nous gênerons pas pour critiquer jusqu’à la chute finale.

    1. Droite, gauche ?
      Pour moi, c’est plutôt borné ou pas borné. Tolérant ou intolérant.
      Car on peut se réclamer comme étant de gauche ou de droite et être borné et intolérant.
      L’inverse est heureusement vrai.
      Dans des temps difficiles comme ceux que nous connaissons aujourd’hui, et que plus que vraisemblablement nous allons connaître demain, nous aurons besoin de l’intelligence et de la bonne volonté de tous, que leurs convictions les portent plutôt à gauche, ou plutôt à droite.
      Nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés pour affronter les défis qui sont devant nous.
      François Hollande a été élu ce soir, il a du pain sur la planche, nous (les citoyens épris de liberté et d’esprit de tolérance) devrons faire preuve de la plus grande vigilance quant aux politiques qu’il mettra en oeuvre et dont nous espérons qu’elles iront dans le sens du bien commun et de l’intérêt général.
      Car l’ère Sarkozy, va laisser des traces, d’autant plus que 48% et plus de nos concitoyens lui ont renouvelé leur confiance, et ceci malgré les dérives aux relents nauséabonds auxquelles il s’est livré dans la dernière ligne droite de cette campagne

    2. critiquez, critiquez … tant que vous restez objectif (et sincère, non dogmatique), vos critiques seront la bienvenue (sur ce blog ou ailleurs).

      ps: il faudra cependant que vous m’expliquiez un jour ce qu’est “la gauche”

      1. @romain: le jour où tu comprendras le problème avec di Rupo, tu comprendras aussi ce qu’est la gauche.

      2. C’est une question légitime, et il est toujours bon de clarifier les fondamentaux.

        Dans ses prémisses la gauche c’est :

        1. La sociabilité est constitutive de l’humanité de l’homme : l’homme n’est pas un individu (“aucun homme n’est une île”, si vous préférez). L’individualisme concrurentiel est donc le produit d’une idéologie, l’individualité de l’individu ne s’épuisant pas dans l’individualisme (nb : si j’en juge par l’agonie de mon grand-père, hurlant son angoisse en serrant la main de sa fille, même le “on vit et on meurt seul” cher au heideggeriens est faux : on vit et on meurt avec.

        2. Par conséquent :

        a) Les liens primes sur les biens.

        b) la liberté est d’emblée un problème politique -qui intéresse l’être-ensemble- non l’affaire d’un homme seul aux prises avec la nature : la liberté résulte de l’aménagement du lien qui de toutes façons -et de toutes les façons- nous lie à nos semblables, non de la définition de la superficie de l’enclos de nos propriétés (un “pré carré” se défend, comme un “dernier carré” : c’est le langage et la pratique de la guerre dont partent faussement l’essentiel des pensées de droites : c’est dans l’amour que vous êtes né : votre mère, vos parents, leurs soins).

        c) La sociabilité de la liberté exige l’égalité, au moins à titre de la reconnaissance de et pour l’autre.

        Tout le reste, dans les détails, en découle.

        On pourrait dire alors : est de gauche celui qui s’efforce de faire vivre et de renforcer cela; est de droite (donc “diabolique”, si je m’amuse un peu avec les significations), celui qui s’efforce au contraire.

        Nb : je constate que la réflexion me conduit à faire primer la sociabilité sur le couple liberté-égalité et qu’aucune nécessité ne m’a conduit à concevoir la rationalité comme étant essentielle…Je crois que les anthropologues ont raison, ont bien plus de raison que les philosophes. En existe-t-il de droite?

      3. @ propos du post de jicé

        Pour ceux qui veulent en savoir plus sur “diabolique”:
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole, étymologie.

        Je pense que l’organisation politique droite/gauche est diabolique: cf. le centre introuvable de Bayrou.
        Je pense qu’un organisation de type unité/diversité serait moins diabolique, plus symbolique. J’ai suggéré plusieurs fois sur ce blog et suggère encore que son centre organisateur (et son centre au sens politique usuel) soit formé du mariage politique de LV+EE-EF* et du FdG.

        * EF=Ecologie Financière

      4. @ jicé
        Je suis d’accord avec vous en ce qui concerne la rationalité (surtout la cartésienne).

        “Les liens priment sur les biens”: OK.

        La question qui se pose alors est: quels biens faut-il subordonner à quels liens pour obtenir une stabilité (métabolique) sociale maximale?

        Cela pose ama la question de l’éventuel dernier (ou du premier) pré carré, à savoir le nid, le foyer de la cellule familiale. Je suis d’accord avec vous que les anthropologues et les éthologues ont plus à dire sur ce sujet que les théoriciens.
        Il me semble généralement reconnu que la notion de territoire est fondamentale car associée aux prégnances fondamentales liées aux prédateurs, aux proies, et aux partenaires sexuels. Dans cette optique la propriété de sa résidence principale me semble plutôt un facteur de stabilisation sociale dans la durée (on entretient, on améliore plus aisément quelque chose lorsque c’est dans l’optique de le transmettre à ses descendants).

      5. “l’homme n’est pas un individu (« aucun homme n’est une île », si vous préférez). L’individualisme concrurentiel est donc le produit d’une idéologie, l’individualité de l’individu ne s’épuisant pas dans l’individualisme (nb : si j’en juge par l’agonie de mon grand-père, hurlant son angoisse en serrant la main de sa fille, même le « on vit et on meurt seul » cher au heideggeriens est faux : on vit et on meurt avec.”

        Je suis d’accord avec votre définition de la gauche.

        ET je crois que la gauche a en partie tord. L’individu existe. il porte un nom qui le désigne. même sans ce nom l’individu continue a existé naturellement par lui même. Le nom est donné par les parents qui l’inscrivent dans les registres de la nation. Il est d’ailleurs remarquable de constater que le nom de l’individu est inscrit sur la carte d’identité. La cité donne l’identité sociale afin que l’individu puisse être reconnu dans la cité.

        La solitude corporel est réelle. il existe une séparation nette entre l’intérieur et l’extérieur: la peau. Si vous voulez rester en vie vous devez sauvez votre peau.

        Si l’individu est défini uniquement par la société et s’il n’est plus que relation, alors il n’existe plus corporellement et pourquoi aurait-il peur que son corps meurt? Il est impossible de définir une relation sans objet et pas de relation vivante sans objets animés.

        mais ce que je dis n’implique que moi. et vous?

      6. @Jicé :
        //// c) La sociabilité de la liberté exige l’égalité, au moins à titre de la reconnaissance de et pour l’autre. ////
        Il me semble que l’ égalité n’est pas nécessaire pour la reconnaissance ….. La face est sacrée dit Goffman .. tabou , inviolable …
        Pour le reste d’accord …..L’ homme en tant qu’individu n’existe pas …L’ homme EST le groupe et le Groupe EST l’ homme … On trouve ça ds Kant et ds le libertaire expliqué a ma fille .

    3. @ TINOU Vous écrivez «pour nous, les temps sont très durs…» mais madame, depuis dix ans, ce n’était pas la gauche au pouvoir mais bien la droite d’abord de Chirac et ensuite votre favori Nicolas Sarkozy!
      Pour nous, c’est un véritable soulagement de ne plus voir ni entendre ce personnage grossier et vulgaire étalant son inculture de petit parvenu. Les discours qu’ils a prononcés tout au long de son mandat ne sont pas le reflet de son intelligence mais bien la collusion avec son brillant «nègre», âme damnée s’il en est une.
      Deux-Montagnes Québec

      1. Monsieur,

        Vous ne devez certainement jamais avoir été à votre compte pour parler ainsi, et je n’ai jamais dit que Nicolas Sarkosy était mon favori, j’ai voté pour un autre Nicolas au premier tour.
        Quand on est à son compte, les temps sont toujours durs, on remet l’ouvrage tous les mois.
        Ce que je veux dire c’est qu’avec la gauche, c’est beaucoup plus dur pour nous, et je me souviens d’une certaine Martine Aubry, qu’est-ce qu’elle ne nous a pas fait, s’en prendre aux gens sans défense, quelle fierté pour elle. Car nous, nous ne rouspétons jamais, ne manifestons jamais.
        A bon entendeur salut.

        P.S. :Au fait qu’en pensez-vous du Falcon 900, emprunté par votre favori, pour se rendre de Tulles à Paris, à 80000€ de l’heure, ne trouvez-vous pas que le Fouquet’s, c’est du pipi de papillon à côté d’un avion à réaction. Il commence bien son quinquennat.
        Lui qui avait dit, ne vouloir utiliser que le train pour ses déplacements, il a fait fort , il n’aime pas les riches, mais il aime faire le riche.

    4. pour nous les temps sont très durs,

      Vous auriez du demander de l’aide à Sarko et ses amis du CAC 40.
      Ils n’ont jamais gagné autant d’argent.
      Ils ne savent même pas quoi en faire, spéculent comme des malades,
      mettant le système au bord de l’effondrement.
      Non, en fait, vous plaisantez, j’ai bien compris…

    5. TINOU “elle nous l’a montrée par le passé” vous parlez de quel passé? les années Jospin? et vous trouvez que la droite dans les faits (pas dans ce que raconte l’UMP) est meilleure en bonne gestionnaire? Les chiffres contredisent totalement cette croyance, et, à juste titre, les socialistes de gouvernement sont traités de libéraux. Et en quoi être à son compte doit obligatoirement entrainer un vote de droite?

      1. Je me marre en douce, car pas mal d’entre vous, ont démarré au quart de tour. Comme la plupart des gens de gauche, vous êtes, bien sûr, hyper-susceptibles, ne supportez pas que d’autres ne pensent pas comme vous, ne supportez pas la contradiction, vous pensez avoir la science infuse, qui est pour vous souvent confuse.

        Vous allez, comme vous avez l’habitude de faire, réagir de façon désordonnée et désagréable à mes propos.
        Peu importe, je ne viendrai plus dans votre groupe de gauchiste, à la pensée unique.

        Je continuerai à apprécier Paul Jorion, à lire et écouter ses commentaires.
        Mais j’éviterai de lire le courrier des lecteurs. Adieu.

    6. @ TINOU

      étant à notre compte, mon mari et moi, pour nous les temps sont très durs,

      Je suis à mon compte moi aussi, mais je préfère mille fois perdre quelques plumes à titre personnel, à supposer que ce soit le cas, que de me porter relativement bien dans la merdouille généralisée. Après tout, si je me suis mis à mon compte je n’ai qu’à assumer. Pour le meilleur comme pour le pire.
      Quand je vois qu’aux Antilles, la gauche est en tête à peu près partout sauf, semble-t-il à Saint-Barth, paradis de milliardaires, fait ça me fait gerber. Comme si la seule chose qui comptait, dans la vie, c’est le fric qu’on a dans son portefeuille !

      Cela dit, je n’ai aucune confiance en Hollande pour nous aider à sortir du cadre et il me paraît clair qu’il va falloir sérieusement continuer à se bagarrer pour qu’on y parvienne. En attendant, savourons quand même la victoire d’un premier round. Le match continue.

    7. @ TINOU
      Et pour la “chute finale”, on vous téléphonera !
      En attendant, merci d’apprécier…

  18. Bon voilà c’est fait nous avons un nouvel élu à la tête du comité des parents d’élèves……….magnifique!

    Grande fiesta médiatique, je me souviens quand Mitterrand à été élu, à l’époque j’ai pleuré. Non pas que j’appréciais particulièrement Giscard, mais Mitterrand avait quelque chose qui me déplaisait viscéralement, une perversion de l’âme. Cet homme avait une revanche personnelle à prendre, des comptes à régler, l’accès à la présidence n’était qu’un objectif personnel.

    Ne sont-ils pas tous semblables.

    Entre victoire et défaite d’un clan, ça ne mène pas bien loin. On dirait des supporters de clubs de foot. Derrière chaque victoire, toujours la même défaite. Les vaincus ne pensent qu’à se recaser et à se refaire à la prochaine course à l’Elysée.

    L’alternance consiste à troquer des lunettes bleues, pour des lunettes roses. Whouaa!. A droite on déshabille les uns pour habiller les autres, à gauche on déshabille les autres pour rhabiller les uns. On appelle cela le changement.

    Dansons et chantons pour ce jour de gloire. En attendant la course des législatives. Pour de nouvelles tartufferies.”Cachez moi ce pouvoir et cet argent que je ne saurais voir mais que je désire tant”.

    “La mythologie de l’histoire”…..tout est dit.

    Nos politiques ont de lourdes responsabilités ainsi que toutes nos élites.Ils sont les récipiendaires des actions bonnes ou mauvaises, des choix bons ou mauvais de leurs prédécesseurs. Et cela depuis l’antiquité, voilà un aspect d’un patrimoine historique et culturel, d’une “filiation” qu’ils ont négligé dans leurs aspirations à leur part de gloire et de pouvoir.

    La couronne d’épine du “Christ” n’est rien comparé à ce qui pèse sur leur tête auréolée de gloire.
    Beaucoup payent de leur âme en échange de quelques feuilles de laurier et d’une bourse bien garnie.

    Tchin tchin. Buvons ensemble, enivrons nous à la coupe de l’espérance. Quand bien même le breuvage est amer.

    1. On dirait des supporters de clubs de foot

      Exactement.

      Première caution

      ” L’absurdité, le gribouillisme qui résultent, va comme je te pousse, de l’enrôlement dans les partis, sont incomparablement plus manifestent aujourd’hui que jamais “. (A Breton, “Mettre au ban les partis politiques”, carnets de l’Herne)

      Il aurait fallu voter pour celle qui ne prétendait même pas devenir présidente, N. Arthaud. Quand on en sera au même stade que la Grèce, on commencera à réfléchir en France.

      1. “Chanson d’automne” de Paul VERLAINE – Poèmes Saturniens (Recueil)

        Les sanglots longs
        Des violons
        De l’automne
        Blessent mon coeur
        D’une langueur
        Monotone.

        Tout suffocant
        Et blême, quand
        Sonne l’heure,
        Je me souviens
        Des jours anciens
        Et je pleure

        Et je m’en vais
        Au vent mauvais
        Qui m’emporte
        Deçà, delà,
        Pareil à la
        Feuille morte.

        (Sans commentaire et sans le son, les images parlent d’elles-mêmes – comme sur Euro-News)

      2. Ne vous inquiétez pas les allemands ne vont pas mieux, tout est dans l’apparence, le mercantilisme allemands c’est le même que le japonnais, voyez donc ce qu’il en est. maintenant je doute que le colbertisme affiché de Hollande fasse quelque chose dans un pays où je lis partout plus de social donc plus de sous distribué par l’état sous toutes les formes, d’un autre côté ni les anglais ni les usa ne vont bien malgré un néo libéralisme à l’œuvre chez eux comme nul part ailleurs et si le Wall street journal déplore que nous n’ayons ni apple ni facebook comme produit français je ne puis m’empêcher de penser qu’il y avait mieux à inventer que ces choses là qui ne servent en définitive qu’à véhiculer plus de publicité et à contrôler, la seule chose que je sois sûre c’est qu’il faudrait en finir avec la société de consommation made in usa pour la remplacer par autre chose : seulement voilà une partie du monde n’y a pas encore gouté à fond et veut elle consommer, alors nous sommes à contre temps à contre courant nous en Europe.
        Il aurait fallu ne pas déshabiller Jacques pour habiller Tchang, maintenant it’s too late. va falloir faire avec….

      3. Il faudrait surtout que l’on cesse de choisir pour nous les candidats ,les médias mettent en lumière ou laisse dans l’ombre. En fonction de critères markéting. Ils font les icônes pour mieux jouer les iconoclastes.
        Entre la religion capitaliste et la dictature prolétarienne , il ne nous reste qu’une tiédeur consensuelle. Les débats politiques ressemblent à des voyages organisés, on ne visite que des lieux convenus, les ruines plus ou moins prestigieuses d’une histoire figée dans la mythologie.
        La politique ressemble au business du sport et du tourisme. On organise matchs, spectacles et pélerinages. Jetant aux citoyens des symboles comme des poignées de verroterie aux indigènes. Les parcours étant jalonnés d’étals ou des colporteurs vendent tout ce qui peut l’être.

        Tout n’est que célébrations traditionnelles de l’Espoir comme autant de rituels vides de substance.

        Après la “prise” de la Bastille, ont succédé la Terreur, l’Empire, deux guerres mondiales, pour faire court.

        “Une page est tournée, une autre commence” dit Mélenchon . Depuis le temps que les pages se tournent sur lesquelles ,de volume en volume on réécrit la même histoire.

    2. Pas de soucis!,
      La France est coupée en deux moities presque egale.
      En gros elle est presque ingouvernable.
      De plus Le ton est manichéen, les pauvres bons qui doivent profités de l’aide publique, et les salopards qui gagent plus que 4000 € et qui en consequence doivent payer.
      Le grand bourgeois ( Suisse 10M € ) qui vient d’etre nommé sous prefet aux champs va probablement faire des degats a l’ame des Francais qui troverons un refuge naturel bleu marine
      ( remember M)
      A suivre……..

      1. Enfin si vous regardez les marches ce matin vous allez avoir une idee de qui va gouverner la France,
        Pas le sous prefet !!
        Bonjour les Frangrecs.

        ,

  19. Lors du débat de ce midi sur RTL l’animatrice posait cette question importante :Nous sommes tous d’accord de mettre à même niveau l’impôt sur les revenus du travail avec ceux de la finance…Alors pourquoi ne pas le faire?…J’attendais impatiemment une réponse, ( vu que j’avais ds potes dans l’émission) …soit des politiques, soit des syndicats….Et tout le monde s’est agité….Et personne n’a répondu à ce POURQUOI ?…
    Et depuis que je suis née, je me pose cette question…Et comme disait François Béranger quand j’avais 18 ans
    http://www.youtube.com/watch?v=rFDaFR0FCqo

    Plus je me pose de questions
    Et moins je trouve de solutions
    Qui sommes-nous ?
    Où allons-nous ?
    Que cherchons-nous ?
    Qu’attendons-nous ?
    Pendant ce temps je vois passer
    Le temps qui passe sans s’arrêter

    Alors, je décide de vivre
    Pour rattraper le temps perdu
    Bien que j’aie lu dans de gros livres
    Que le temps perdu ne se rattrape plus

    A force de courir, de monter
    De redescendre, d’escalader
    Dans l’escalier, j’ me suis cassé
    La gueule et j’ me suis estropié
    Dans mon lit, l’ temps s’est arrêté
    J’ai tout l’ temps de philosopher

    Que le temps passe
    Qu’il passe, qu’il passe !
    Puisque ça lui chante de passer
    J’ai décidé d’être immortel
    Bien qu’à ce qu’on dit
    Ça se fasse plus aujourd’hui

    Plus je me pose de questions
    Et moins je trouve de solutions {ad lib}

  20. François Hollande : « Enfin, les difficultés commencent ! »
    Il a l’air d’avoir compris. On ne sait jamais, ce ne sera peut-être pas qu’un baroud d’honneur.

    1. «Enfin les difficultés commencent !» On attribue ces mots à Blum après la victoire de 36 mais il semblerait que ce soit son prof et ami “Ours”, fondateur de l’OURS, surnommé aussi Bracke et de son vrai nom Alexandre-Marie Desrousseaux, député et marxien de première bourre, qui en fut l’auteur…
      http://pek.blogs.com/pek/2009/01/enfin-les-difficult%C3%A9s-commencent. html
      http://www.lours.org/default.asp?pid=283
      http://www.lours.org/default.asp?pid=285
      Allez, un mot bien machiavélien du vieux Winston pour donner le change : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit une opportunité dans chaque difficulté. »
      Pis un stock dans le genre…
      http://www.grainesdechangement.com/citations.htm

      1. Comme tout bon pessimiste congénital, je choisis d’être optimiste. Je pense que Hollande a bien compris que l’enjeu principal n’est pas en France et qu’aucune politique de relance et de récupération des acquis sociaux ne pourra être entreprise sans aplanir d’abord, les écueils de la finance spéculative et de l’inertie des pays qui comme l’Allemagne pensent aller moins pire que ceux du sud de l’Europe. Si Hollande loupe ce coche, je nous vois vraiment mal partis. La sortie du cadre pourrait s’apparenter à le faire voler en morceau avec notre propre tête, alors qu’il est encore accroché au mur.
        J’attends, sans trop d’illusions, les patriotes sur ce coup. Vont-ils enfin comprendre que la France est européenne dans les gènes, l’âme et l’esprit et se mettre à pousser le chariot embourbé ?

    2. Grosse interview de FH sur Slate.fr : pas une seule allusion à la Finance, son cheval de bataille de la campagne. Curieux.

      Ah, oui, il n’y est question que d’international. Alors on comprends mieux ….

      1. Une fois pour toutes Thom, si jamais tu envisages de t’attaquer à ce genre de gros poissons, i.e à faire la guerre, t’as pas vraiment intérêt à le gueuler sur les toits. A moins d’être Sarkozy et de leur avoir fait savoir auparavant, discrètement et jusqu’au poids de l’allégeance, qu’il ne fallait tenir aucun compte de ses éventuels et venteux hauts cris de guerre.
        Bref, pour l’instant les silences de FH, voire ses dénégations, ne peuvent laisser préjuger de rien. On connaît juste les limites de son programme en matière de pêche au gros…

      2. Espérons que tu aies raison, Vigneron.
        Donnons-lui effectivement du temps, il y a droit comme tout un chacun. Après tout, il n’est pas tout seul à la manoeuvre et il a du pain sur la planche. Autant se donner les moyens d’avancer avec efficacité. Il est vrai que son prédécesseur nous avait habitués à tant et tant d’exploitation de la presse qu’on a (j’ai) fini par prendre le pli. On verra bien.

  21. Non, le discours de Hollande était totalement inutile.

    Sarkozy est un comique, je crois qu’il se contrefiche totalement d’avoir perdu. Les affaires qui vont tomber sur lui ont peu d’effets sur son moral apparemment.

    1. aux vues du precedent (Jacques Chirac), il a toutes les raisons de se sentir a l’abris …

  22. Paul Jorion encore un effort depuis 2007 qu’on attend avec vous que le système finisse et il n’en finit toujours pas… sinon il a l’expérience de 81 et il est moins sous préfet qu’il n’en a l’air, alors le bénéfice du doute même pour vous ça ne devrait pas être un effort surhumain, ..

    1. En effet; Liervol.
      Objectivement à son avantage, même s’il lui reste du sous-préfet dans le cerveau : le fait que la présentation qu’il devra faire de ses choix/mesures/etc devra se démarquer sur la forme du style Sarko, et que cela aura quand même un impact sur le fond : au niveau communication, le discours sera en effet énoncé sur le mode “et voici ce que je fais et ce n’est pas faire la girouette [comme l’aurait fait mon prédécesseur] car nous savons que tel cause, tel effet, et c’est sur tel mode que nous attaquons cela”.
      Sometimes, on rêve que à quelque chose malheur fut bon…

    2. liervol, timiota,

      Oui moins d’esbroufe et de confusion des genres ne fera pas de mal au débat démocratique.
      Cela pourrait permettre de faire entendre plus facilement les propositions non conventionnelles du blog. On peut rêver.

      1. @ liervol
        en toute humilité, les possédants ont le pouvoir et ne le lacheront que sous la force … Paul ou qui que se soit ne peux rien y faire. Ca prendra du temps, et bcp de drames ….

      1. Je suis le premier à le vilipender MAIS, sur le plan arithmétique, on ne peut le traiter de médiocre : 48 % et des poussières, c’est presque la moitié des votes !!!

        C’est curieux, ceux qui ont voté pour lui (j’en connais plein) lui passent toutes ses postures et foucades et lui prêtent de simples “tactiques” pour séduire. A croire que sa médiocrité (pour vous et pour moi) n’était que feinte. Que penser ?

      2. IL faut voir que le niveau de raisonnement moyen de M. Toutlemonde, c’est qu’un impôt juste serait déjà un impôt proportionnel (au motif que 10% de 10 000 000€ c’est plus que 10% de 1000€). A partir de là, on est assez facilement convaincu que le déplacement de richesse que proposent les socialo “ne sert qu’à en mettre dans la poche des futurs fonctionnaires grévistes”.

        Et c’es vrai que quand vous êtes à votre compte et que le prof fait grève, vous n’avez pas de plan B pour votre gamin. Idem si vous êtes à votre compte (plombier, libraire que sais-je) et que vous vous cassez un bras, pas de revenus, juste la sécu.

        Voir le collectif n’est pas évident (ça se saurait).

        C’est un pont étroit entre une conscientisation “luthérienne” , disons norvégienne ou finlandaise, tout taciturne que soient les concitoyens de Kaurismäki, et une conscientisation clanique qui donne des rôles comme le fait par exemple la mafia. C’est une ligne instable, et pour revenir à votre poste @Bilabong, même avec un Sarko d’un côté de la ligne, bien des gens ne monteront pas sur la crête et y resterons.

  23. N’ayez pas peur, PJ a l’oreille du président par le truchement d’Attali. L’austérité c’est fini. Place à une vraie posture moderne, volontaire et responsable face à une crise économique: une nouvelle donne. Nous avons eu la chance d’avoir une protection sociale, enfin, ce qu’ils ont bien voulu nous en laisser, pour affronter la crise,

    Dire qu’avec ces bonnes bases, si un new deal Rooseveltien avait été initié en 2008… et le fameux discours de Toulon en portait des germes!

    En y mettant le paquet ça aurait peut-être donné dix ans d’avance à la zone européenne!

    quel gâchis.

    1. Qui parle d’avance ?
      Les zélotes de la concurrence et du libre échange ?

      Il serait peut-être temps, sans tomber dans la naïveté, de chercher à calmer les esprits et voir un peu plus loin que la sempiternelle rengaine de “la concurrence, la compétitivité, le client d’abord”, non ?

      Le New Deal est une notion hasbeen s’il n’est fait que pour relancer la machine comme avant et telle qu’avant. Toujours plus de la même chose ? Cela ne sera pas possible avec la donne actuelle dans le monde : 7 milliards de semblables, un espace géographique fini et exploité, des ressources fossiles et naturelles se tarissant, une biodiversité se réduisant à la vitesse hallucinante, des pollutions géantes et durables au-delà de l’échelle humaine (Fukushima, les nappes d’eau, les mers, l’air, les terres, etc.).

      Non, le New Deal que vous espérez ne doit pas, ne peut pas être Roosveltien.
      Il doit être d’une tout autre ampleur.

      FH aura 2 chantiers urgents et majeurs :
      – des mesures unilatérales “permises” ou du moins pas interdites pour changer les paradigmes économiques et financiers. C’est faisable et difficile.
      – une force de conviction de tout premier ordre pour entraîner avec lui les partenaires à prendre des décisions multilatérales pour changer la donne du système. Bcp plus difficile.

  24. While crowds in the streets of Paris cheered Mr. Hollande’s victory, investors were a bit more cautious. Investors are concerned that Mr. Hollande might choose to spend more money to jumpstart the economy, rather than move ahead with labor market and business reforms that economists say France sorely needs to lift competitiveness and prevent it from getting caught in the euro’s financial criss.

    C’est le mot investors qui m’a frappé, les électeurs qui font la fête dans les rues d’un côté et les investors qui vont les rappeler aux choses sérieuses de l’autre… Ça vient de là: NYT

  25. Nicolas Sarkozy pourra se consoler avec les scores suivants:

    Saint Barthélémy ( Antilles françaises) plus de 82%

    New-York plus de 62%

    Là je crois que l’on peut dire sans s’avancer que c’est un “vote de riches”.

    On ne peut pas en dire autant en métropole, car il est difficile d’imaginer que les 48% qui ont voté pour lui soient tous riches ou se perçoivent comme riches.

    1. et chez moi plus de 70% en seulement 13 de moins à ne pas avoir voté Sarkozy par rapport à 2007

    2. à ces niveaux-là ce ne sont plus des riches, très cher, mais des super-riches, des millionaires en euros, bref, pour le dire comme il faut, les gens gràce aux excès desquels le blog de PJ existe. Je n’ai pas manqué non plus de relever le vote caricatural de ces deux petits bureaux de vote très peu achalandés, perdus quelque part sur le toit de notre Terre.

      À propos de Saint Barth et pour citer un certain Aznavour, qui soutenait le camp des ump (¿?¿? j’ai pas compris) “il se peut que…”

  26. Son discours de la Bastille pouvait par contre, dans les creux, résonnez de sourde menace pour certains. Voilées, lointaines… mais l’espoir est là.

    Et puis, il nous reste notre Joker (le peuple français).

  27. Imaginez Nicolas Sarkozy sieger au conseil constitutionnel (en qualité d’ex-president) … étant donne le nombre de projets de lois anticonstitutionnelles que lui et son gouvernement ont déposées … ça va être pour le moins cocasse. 😉

    1. @ Al

      +1

      D’accord avec toi Al…. décidément, t’as toujours le mot juste… Bravo, mon vieux…

Les commentaires sont fermés.