J.P. MORGAN CHASE : LA BALEINE ÉCHOUÉE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Alors que la zone euro meurt de mille coupures, la banque J.P. Morgan Chase connaît désormais le même sort : elle a dû révéler pour cause de bilan trimestriel une perte de plus de 2 milliards de dollars avant même de pouvoir déboucler ses positions, ce qui permet maintenant à chaque autre parieur de jouer contre elle et de l’enfoncer encore davantage.

Pourquoi les positions ne peuvent-elles être débouclées ? Parce qu’elles sont trop énormes, parce qu’elles constituent une portion trop importante du marché lui-même qu’elles avaient déjà contribué à déstabiliser par leur simple existence. Ce sont d’ailleurs les plaintes des hedge funds « squeezed », écrasés par la présence dominante de la plus grosse banque américaine qui avaient alerté la presse le mois dernier, attirant au passage l’attention sur Bruno Iksil, trader français surnommé, depuis que la taille de ses positions au bureau londonien de J.P. Morgan Chase a été connue, « la baleine de Londres ».

Hier, le montant de l’addition pour J.P. Morgan Chase a été augmenté d’un milliard de dollars pour passer à plus de trois, mais le chiffre de cinq est déjà mentionné. Quel est le montant maximum que la perte pourrait atteindre vu la taille des positions ? Cent milliards de dollars. Dans l’article de Vitali, Glattfelder et Battiston intitulé The network of global corporate control dont une traduction française est disponible ici sur le blog, et que j’avais présenté sous l’appellation de « Les maîtres du monde », J.P. Morgan Chase est N°6 à l’échelle mondiale.

Jamie Dimon, P-DG de la banque, était jusqu’ici l’un des plus farouches adversaires de la régulation du monde bancaire (on se souvient de la passe d’armes qui l’avait opposé à Nicolas Sarkozy à Davos l’année dernière [*]). Il a perdu de sa superbe et ses propos récents aux journalistes sont un mélange embarrassant d’humilité et d’incohérence. Le fait est qu’il s’apprête à boire le vin jusqu’à la lie. Sa banque de maître du monde est désormais échouée sur la plage comme en effet, une baleine. La grue assez grande pour la remettre à l’eau n’existe pas (rappelant à notre bon souvenir une autre grue indispensable de l’autre côté du Pacifique qui n’existe elle pas non plus). L’énorme animal est condamné à s’asphyxier petit à petit sous son propre poids. La mort de Lehman Brothers, qui n’était lui encore qu’un gros marsouin avait déjà provoqué de sérieux remous, alors celle d’une baleine comme J.P. Morgan Chase…  On parlait il y a quelques années de démanteler les établissements financiers « Too big to fail », mais ces paroles se sont perdues dans le vent.

===================

(*) Ici.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

65 réflexions sur « J.P. MORGAN CHASE : LA BALEINE ÉCHOUÉE »

  1. Comme la disparition programmée des dinosaures qui de par leur taille n’ont pas su s’adapter.
    Ou encore de la gourmandise qui finit par engendrer la crise de foie.
    JP Morgan, le sacrifice sur l’autel de la finance…
    Et que dire de Goldman sachs en maitre du monde : veni, vidi, vici !

    1. et les maitres du monde sont choisis pour realiser un audit de la finance espagnole !! cela me fait pensez , a …chut

      1. Oh que non, les petits dinosaures sont toujours parmi nous, ils font cui cui dans les arbres…

      2. Une petite partie des petits dinosaures ont donc survécu. Les autres…
        Et nombres d’oiseau ont aussi disparu.
        (les oiseaux sont donc les survivants de lignée décimée. Il y a donc bien eu hécatombe).

    2. Des paris sont ouverts pour déterminer le temps qui nous sépare de la chute du CAC 40 en dessous de 2000 points….

      1. Le CAC ne se redressera pas avant que les efforts budgétaires imposés par les ultra- libéraux n’auront été fournis (c’est un bras de fer pour mise au diapason des Etats par l’étranglement de l’endettement). La réponse appartient à la BCE (hommes de paille). Le but ultime est le financement total de l’Economie Européenne par les puissantes structures privées. Modeler l’Europe et garantir les revenus futurs des grands usuriers du monde par l’endettement des Etats (marché obligataire prochainement saturé) sur plusieurs générations. Ce n’est pas un mystère mais une stratégie liée à notre structure de financement. L’objectif, un capitalisme unifié afin de constituer une zone géopolitique spécifique à la merci de la concentration des richesses. Un LTRO donnerait de la souplesse aux banques mais repousserait seulement l’échéance.
        Peu importe le prix à payer……

    3. JP MORGAN : la grenouille qui voulait se montrer plus grosse que le boeuf…

      La Fontaine
      « Une Grenouille vit un Boeuf
      Qui lui sembla de belle taille.
      Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
      Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,
      Pour égaler l’animal en grosseur,
      Disant : « Regardez bien, ma soeur ;
      Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
      – Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y voilà ?
      – Vous n’en approchez point. ». La chétive pécore
      S’enfla si bien qu’elle creva.
      Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
      Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
      Tout petit prince a des ambassadeurs,
      Tout marquis veut avoir des pages. »

      remarque :
      Qui est la grenouille ?
      Qui est le boeuf ?

    4. s’ils se contentaient de perdre à l’écart, dans une sorte de cimetière des TBTF, mais dans leur chute, ils entraînent les peuples dans des crises sociales et politiques gravissimes. Ils sont notre gangrène.

  2. Bonjour Mr Jorion
    Un tsunami serait-il en formation dans l’océan de la finance? Je me marre.
    Merci pour votre travail de forçat..

    1. La fiche Wiki de J.P.Morgan Chase est absolument croquigolesque, de sa préhistoire jusqu’aux errements les plus récents. Un pur délice.
      http://fr.m.wikipedia.org/wiki/JPMorgan_Chase
      Et les écarts de comportement de Jamie Dimon ? quasi légendaires. Particulièrement ceux avec les banquiers centraux, surtout les canadiens et britishs, surtout les anciens de GS…
      3 octobre 2011 : http://m.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/332761/perspectives-querelle-de-banquiers

      […] L’histoire est trop rare et croustillante, dans le monde feutré des banquiers, pour ne pas y revenir. On raconte que le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, a été violemment pris à partie lors d’une rencontre à huis clos qui s’est tenue il y a une dizaine de jours à Washington et à laquelle participaient une trentaine de banquiers. L’auteur de cette charge verbale en règle était le patron de la puissante banque d’affaires américaine JPMorgan Chase, Jamie Dimon. Il aurait entre autres choses accusé Mark Carney, qui est aussi à la tête du comité de surveillance des marchés financiers mondiaux de la Banque des règlements internationaux (BIS), de s’être fait le défenseur de nouvelles règles bancaires internationales «antiaméricaines». Le ton du banquier américain était, paraît-il, tellement virulent, que l’un de ses confrères, le p.d.g. de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, se serait ensuite senti obligé d’envoyer un petit courriel au Canadien dans l’espoir d’en arrondir un peu les angles.
      […] Ce qui est sûr, c’est que Mark Carney a le don de beaucoup énerver certains banquiers. Probablement à cause de sa manie de toujours citer le Canada en exemple, en raison de son rôle dans l’élaboration des nouvelles règles internationales, et parce qu’on le pressentirait à la tête du Conseil de stabilité financière qui est chargé de superviser les réformes au G20. Mais le plus agaçant pour ces banquiers est peut-être de savoir qu’il a commencé dans le métier chez Goldman Sachs, qu’il y a passé plus de 13 années et qu’il les connaît donc bien, parce qu’il a été l’un des leurs.

      13 années chez GS… Gasp !
      Wanted, dead or alive : Jamie « the Kid » Dimon, xxxxxxxxxx… $
      Signé : Marshall Lloyd « Pat Garrett » Blankfein.

      1. Admirez cher ami, la discrétion et la pudeur des journaux télévisés !
        Et celle des grands responsables… de vrais rosières effarouchées…

  3. et la corruption monstrueuse chez wall mart , j ai comme l impression pour reprendre votre expression  » melange d humilité et d incoherence  » est en marche .
    pour allez ou? a suivre …

  4. Eh bien les planches à billets vont chauffer s’il s’agit de maintenir en lévitation les marchés en attendant que Morgan Chase se désengage.
    On payera plus tard comme d’hab.
    Je dis ça pour déconner mais ça ressemble à la seule option de la FED et je rajouterai que pour limiter les dégâts Morgan Chase va communiquer l’intégralité de ses positions à la fed
    Au point ou ils en sont… c’est dingue mais c’est très probable

  5. Et oui, et c’est pourtant la boite qui a inventé la Value At Risk

    Et le plus surprenant, c’est que les pertes ont été générée par l’activité de Hedging ! Ils ont initiés des positions énormes sur les CDS pour mitiger le risque de défaut. Ils se sont fait repérés par tout les Hedge Fund de la place qui ont tous misé contre les CDS.

    Résultat ? On échange du risque de défaut contre du risque de marché. Elle est belle la couverture…

      1. ah, beau lien. Je me demande pourquoi je regarde ca quand je ferais mieux de regarder le mentalist… mais bon faut bien se cultiver.

        Ouais ben, ils ont pensé que c’était bon pour le risque de marché :-/

        sinon d’après ici, http://www.eurasiareview.com/19052012-insolvent-us-banking-system-lessons-from-jpmorgan-chase-oped/:

        c’est du coté de Washington Mutual et de Bears Stearns qu’il faut chercher les raisons de cet débâcle. C’est eux qui ont les portefeuilles pourris. En tout cas c’est ce que dit Jamie….

  6. Mon jardin est magnifique et mes réserves de nourriture au max ,les boues gonfles , les fusils de chase propres et approvisionnes un peux d’ or et argent caches ; allez le chaos peut arriver 😉

  7. Le fait est qu’il s’apprête à boire le vin jusqu’à la lie.

    A la lecture de ces mots, ma mémoire me restitue les vers de Shakespeare : Le vin de la vie est tiré et seule la lie de ces caves s’en fait gloire.

    De quelle vie peut-il s’agir ? De celle du capitalisme ? De la nôtre ?

    1. « Les vers de Shakespeare », la musique de Wagner, le crépuscule des dieux ou celui des imbéciles ? et comme disait J. Rostand « Tous les espoirs sont permis à l’homme, même celui de disparaître. »

  8. quel WE de l’Ascension
    non joel n’est pas seul, on sera au moins deux et vous feriez mieux de nous rejoindre et d ejeter vos objets inutiles …
    bon réveil lundi matin

  9. Bonjour

    Jon Corzine est libre et riche, Tuld est libre et riche, Jamie Dimon restera libre et riche……

    Ah ça ira! …cordialement

  10. Les banquiers commencent à perdre de leur superbe. Ils ne sont plus si sûrs que cela de ne pas être responsables, par leurs actes, de l’impasse dans laquelle nous sommes tous engagés.

    Il faut des réformes profondes des structures financières car elles sont en complet décalage par rapport aux besoins réels de l’économie réelle, qui est quand même celle qui alimente la consommation de toute la planète. Beaucoup de monde en convient mais les politiques n’osent pas, car ils prennent leurs conseillers financiers chez les financiers qui ne savent raisonner qu’en financiers.
    Réguler dans les structures actuelles et/ou rétablir le banking act (perspective qui, à peine évoquée, fait déjà hurler les banquiers à titre préventif) ne serait qu’un progrès très partiel et insuffisant. Depuis 1933 il y a eu beaucoup d’évolutions dans les techniques financières, en particulier par les produits dérivés et l’utilisation du data processing.

    Tout ceci mériterait de longs développements, mais, compte tenu des pouvoirs en face, il faudra une argumentation solide pour refonder le système.
    Il y a-t-il des volontaires pour s’y coller et avancer des propositions ? Je n’en vois guère mais je suis probablement mal informé, n’étant pas de la partie.

    1. La finance ne doit pas être sauvée,
      mais rétrécie dans un proportion de 80%

      Donc dans un premier temps , la politique du pire.
      Le bordel, la désorganisation, des lois ou des règlements
      instables et incohérents, illogiques, toujours contraignants.
      Ensuite , bilan : ceux qui ne sont pas assez solides auront disparu,
      ( Darwin, à moi) , puis nationalisation des structures
      et ennui des personnels dirigeant…
      ( L’ennui -ou la fonctionnarisation de droite, même chose-
      est un objectif de motivation du personnel financier respectable…)

      Remarquer que réintroduire l’interdiction des paris
      doit passablement faire la même chose, et être jugé de la même façon:
      ( Quoâ, vous voulez m’empêcher de faire mon travail ?)
      Mais c’est trop logique, alors que l’incohérence et l’instabilité sont plus difficiles à prévenir et contourner…

    2. Il faut des réformes profondes des structures financières car elles sont en complet décalage par rapport aux besoins réels de l’économie réelle,

      Oui Esope, mais ces « structures financières » sont calées pour les « besoins réels » d’une oligarchie très puissante. Et ce « peu importe le prix à payer »… pour l’économie réelle.

      Assez d’accord avec Olivier69. Le rapport des forces est du côté de cette oligarchie :

      Le but ultime est le financement total de l’Economie Européenne par les puissantes structures privées.

      Il sera très difficile de retourner la situation, mais qui n’essaye rien …

  11. la zone euro meurt de mille coupures

    L’Amérique s’en va en petits morceaux, comme l’Europe qui éparpille malgré elle ses terres du Sud. Le Japon arrive au bout de sa logique d’endettement aveugle. La Chine est menacée par sa propre bulle immobilière. Les émergents, en général, ont chaud aux fesses… Il n’y aura bientôt plus un seul endroit sûr pour faire fructifier ses super-bénéfices qu’ils soient bien ou mal acquis. Arrive ce qui devait arriver. Arrivera également ce qui doit arriver, les banques vont se retrouver avec des billets de Monopoly (merci Messieurs Bernanke et Draghi) si l’effet domino ne les entraîne pas toutes dans sa chute avant cela. Ni plus ni moins….

    Cependant les capacités de production demeurent à l’identique, les moyens de communications restent opérationnels. Il faut seulement veiller à réorganiser tout ça suivant un mode moins délirant.

    Je me trompe?

  12. La grue assez grande pour la remettre à l’eau n’existe pas (rappelant à notre bon souvenir une autre grue indispensable de l’autre côté du Pacifique qui n’existe elle pas non plus).

    Cela me rappelle les « skyhooks » de Daniel Dennett (Darwin’s dangerous idea).

  13. à mon humble avis JPM ne coulera pas car il est le bras armée du trésor US, donc la planche à billet va compenser.

    1. Je suis d’accord avec vous. L’air de ce printemps fleure bon l’encre d’imprimerie. Si je me rappelle bien la France pré-révolutionnaire et l’Allemagne de Weimar ont connu ce genre d’inflation de la masse monétaire… On entre en zone dangereuse.
      En même temps, le bras armé du trésor US, dopé aux mauvaises hormones, ne possède aucune force et l’expression « tigre de papier » n’a jamais été aussi pertinente.

  14. En même temps 5Mds de perte c’est que dalle pour une banque… donc il n’y aura même pas de remous, Et 100Mds c’est juste une joke! 🙂

    1. Le truc c’est que les autres vont « jouer » à la baisse, à la mort, et toutes ensembles les fourmis carnivores arriveront à bout de l’animal

      mais la baleine fait partie du tronc ***

      —— et l’arbre de s’écrouler

      et les fourmis avec

      et devinez — qui — se trouve là dessous ? NOUS

      l’effet papillon ? une goupille d’un ou deux milliards°°°

      La question est: la chute sera-t-elle plus rapide que la planche à billet ?

      Passerai-je de bonnes vacances d’été ?

      en attendant le prochain faux pas …

  15. Estimée entre 2 et 3 mds elle pourrait être beaucoup plus importante : tous les opérateurs savent qu’il y a à gagner à jouer contre JPM, ils récupèreront ce que perd JPM, ça va être la curée.
    Si l’effondrement, qui n’est pas certain, de JPM ne me volera aucune seconde de sommeil, les conséquences financières pourraient être considérables de l’autre coté de l’atlantique.
    Lehman Brothers était un petit joueur TBTF-systémique à côté de JPM.
    2031 milliards de dollars en actifs, 90 millions de clients et des opérations dans plus de 60 pays
    http://fr.wikipedia.org/wiki/JPMorgan_Chase

    1. JPMC : combien ça pèse OTC, sur les produits dérivés ? bohhh $ 70 000 milliards en brut. Pas une baleine,.pas un iceberg, pas une île, une banquise, un continent.

  16. Note pour Les questions qui restent à résoudre : comment inverser le rapport de force entre les citoyens et les financiers ?

    1. En fermant les portes aux financiers à la réalisation de projets de lois, c’est à dire rendre illégales les activités de lobbying.

      1. Alors c’est toute l’Amérique qui s’effondre : cette non-Nation, de la société civile aux institutions politiques s’est construite sur la notion même de lobbying.

      2. La «non-nation» américaine. C’est pas beau ça Jorion ? J’la connaissais pas celle-là. Si Vincent est belge c’est le bouquet…

      3. Comprendre que le terme nation ( et à fortiori le terme « non-nation » ) à bien plus de significations que la seule interprétation du sieur VIgneron.
        S’interroger sur le mode de fonctionnement des nations, c’est chercher quelle faiblesse les financiers exploitent afin de réduire à rien le rôle des citoyens.

      4. Bande de nazes, «Birth of a Nation», à voir et revoir manifestement. Pour le KKK non plus cette Nation n’exstait(e) pas.

  17. Bonjour,

    HS
    Je vient de tomber sur cet interview d’Arté d’avant l’élection présidentielle qui mérite le détour (19 min), non pas quelle fasse avancer le shmilblik mais au moins pour ne pas rester sur des idées reçues:

    http://www.arteradio.com/son/616104/luxe_des_classes/

    (Voici un couple de très, très riches. Lui est conseil en fusion-acquisition, elle dirige une agence de pub. Avec plus d’1 million d’euros de revenu annuel, ils font partie des 1% les plus privilégiés. Mais ils n’ont pas peur des impôts ni de François Hollande : au contraire, les voici indignés, révoltés, tentés par l’abstention, voire la révolution ! Une comédie sociologique chez les bourgeois-bohèmes. « Le plus grand parti de France » (6 et fin), une série d’enquêtes sur l’abstention en association avec Mediapart.)

    D’un autre coté (à la croisée des mondes – plus divertissant):

    (« Madame ISF » : lointaine parente du président socialiste, Anne-Marie Mitterrand est une bourgeoise. Une grande. Qui s’expatrie en Belgique pour fuir les impôts. Qui stigmatise les assistés sans jamais avoir travaillé. Mais une vraie, aussi, qui dévoile sans complexe les idées et les moeurs de son milieu, avec ce petit grain qui fait les personnages.)

    http://www.arteradio.com/son/615950/madame_isf/
    http://www.arteradio.com/son/616111/madame_riche/

  18. Bonsoir ,

    la baleine échouée …. excellent le titre ,bien trouvé la formule . Bientôt le banc au complet ! imitons les esquimaux , ne jettons rien , découpons et récupérons les morceaux 😀

  19. Cher Monsieur Paul,

    Je viens de voir le magnifique film de Jeff Nichols « Take Shelter ».
    C’est l’histoire d’un homme qui est le seul à voir que la plus terrible des tempêtes approche et que personne n’est prêt à lui faire face.
    Je ne sais pas pourquoi, tou d’un coup, je pense à vous…

    Bien cordialement.

    1. Je l’ai vu hier soir et j’ai eu la même pensée pour Paul Jorion, F. Lordon et Cie. Comme pour le personnage principal du film de Nichols, on se demande si Paul Jorion est fou, ou bien si ce sont les autres qui sont fous de ne pas l’entendre (même si PJ a des arguments plus objectifs que les intuitions de M. Shannon…). C’est plus un film sur l’Amérique qu’un simple film de sf.
      Film passionnant, indispensable.
      http://www.youtube.com/watch?v=cZJ3lNxU8a8

    2. Un chef d’oeuvre bouleversant. En espérant que notre futur n’en fera pas une parabole de notre époque.

  20. Beau discours de l’ancien président français qui fait presque la morale aux dirigeants d’entreprises.
    Merci pour le lien, monsieur Jorion, il est la preuve, s’il en fallait que les belles paroles ne suffisent pas.

    Ps : Techniquement, comment faites-vous pour mettre en lien une vidéo en choisissant l’endroit où elle doit commencer ? Ici, le lien mène directement à l’intervention du parton de JPmorgan au delà de la minute 30…

    merci pour l’info !

    1. Ce sont des acteurs, ils viennent jouer Tartuffe pour les caméras et repartent en limousine jusqu’au Sheraton le plus proche… Business as usual. C’est un peu comme Toulon, dont Mr Jorion parle souvent. Du vent. Pendant ce temps-là, on confie les clés à des mecs comme Dimon, pro-dérégulation quand les affaires roulent, mais quand ça va mal pro-renflouement par les états. Ça me fait penser à Rajoy : « Le gouvernement de Mariano Rajoy a par ailleurs mandaté Goldman Sachs pour procéder à une évaluation indépendante de Bankia, qui présente la situation la plus urgente du secteur et dont l’Etat a pris le contrôle la semaine dernière, selon le quotidien Expansion. »
      Franchement, comme dirait Sarko, on se fout de la gueule de qui ?? Mais surtout, qui pour croire encore aux sornettes de ces criminels ???

    2. « Ps : Techniquement, comment faites-vous pour mettre en lien une vidéo en choisissant l’endroit où elle doit commencer ? Ici, le lien mène directement à l’intervention du parton de JPmorgan au delà de la minute 30… »

      dans l’url de la vidéo, il y a un paramètre « start » qui permet de spécifier le début en secondes :
      start=2320

  21. Très belle image!
    Que faire du « monstre familier », totem écologiste?
    Ou sont vraiment les tabous pour les « représentants du peuple ». Par qui le grand prêtre Obama est-il tenu?
    Derrière la rationalité affichée, je perçois mal les enjeux humains en terme de rapports de force.

  22. Dites,

    Il n’y aurait pas un moyen de précipiter la chute de cette économie ? Parce que je commence un peu à saturer avec toutes ces histoires. Surtout que si on continue à trouver des solutions à des problèmes qui n’en ont pas, on ne tiendra pas le planning maya de 2012…

    Bref, je fais une pétition pour:
    – que Demis Roussos sorte de l’Euro,
    – qu’on ne sauve pas Willy (JP Mprgan)
    – qu’on retire tous notre argent des banques comme Maradona… Euh non, Cantonna… Non plus ?
    – qu’on déclare 40 jours de grève national.

    Après ça, Paul pourra enfin retourner s’occuper de son potager et moi de mes moutons…

  23. Bonjour à tout-te-s et Merci,

    « Dédicace à la soi-disante baleine »

    Ils ont fait échouer la baleine
    Qui voulait être la plus forte
    Mais avec sa mauvaise haleine
    Elle sentait déjà la mer morte !

    Tous les fonds rapaces et complices
    Ont dénoncé son attitude
    Qui tellement bourrée de vices
    Ne forçait que son habitude !

    Ils ont bien choisi leur victime
    Qui n’aura aucun défenseur
    Car elle aura commis des crimes
    Aussi graves que toutes ses consoeurs !

    Ainsi meurt le capitalisme
    Qui se croyait si invincible
    Qu’il déniait tout humanisme
    En prenant les êtres pour cibles !

    La vraie baleine rêve d’être mouette
    Et vice-versa dans la légende
    Qu’on raconte car elle est très chouette
    Grand cœur qui vole pour qu’on l’entende !

    Signature : luami CREER
    « Un médiateur d’ l’innovation
    Qui allie raison et passion
    Pour mieux vivre le temps restant
    Et en partager les instants ! »

    Bon voyage dans la Vie !
    http://luami.viabloga.com

  24. Encore une preuve que le capitalisme financier de la dette atteint ses limites.

    La faiblesse du colosse aux pieds d’argile témoigne de l’échec d’une idéologie ultra libérale qui confirme la faillite annoncée d’un système économique capitaliste financier de la dette à bout de souffle.

    Ce système considéré en son temps comme quasi miraculeux se voulait être désincarné de l’activité humaine et justifiait la garantie de sa prospérité et sa pérennité par la croyance en l’infaillibilité d’une numérologie électronique mondiale parfumée à la sauce pseudo scientifique.

    Les utilisateurs du bonneteau électronique mondial, appelé aussi marché, se révèlent être de véritables « Pieds Nickelés » de l’activité économique.

    Ces aficionados de l’argent, tant prompt à exiger des états la maîtrise des dépenses, dilapident sans vergogne l’épargne des peuples au nom de l’illusion de la magie de l’économie de marché et de sa main invisible.

    Combien de temps durera encore cette imposture ?

Les commentaires sont fermés.