RÊVERIE

Rien de plus que l’aboutissement d’une suite d’associations d’idées (déclenchée par le titre du dernier billet de François Leclerc), débouchant sur Henri Colpi et son très beau Une aussi longue absence (1961), aux dialogues de Marguerite Duras et Gérard Jarlot, puis sur Cora Vaucaire, morte en septembre de l’année dernière, qui chantait Trois petites notes de musique, le thème du film, musique de Georges Delerue, paroles d’Henri Colpi.

Partager :

43 réflexions sur « RÊVERIE »

  1. Je songeais à « en attendant Godot » dont est extraite cette réplique:

    Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent

    A prendre dans le sens que chacun voudra.

  2. Pétition pour le retour de Vigneron.
    Coller vos avatars ci-dessous.
    Piotr en manque de prose assassine.
    Rêverie du blogger solitaire…
    Ps-)Yvan ,Pablo …assez grands pour se défendre

    1. @ Piotr

      Pas besoin de pétition. Il reviendra tout seul dans quelques jours comme d’habitude. Vigneron est une spécialiste du départ définitif provisoire.

      1. A une époque, ici même, à peine trois ou quatre ans, le moindre post hors sujet, ou alors la moindre invective sur un posteur, le moindre mouvement d’humeur était immédiatement censuré.

        ET C’ETAIT TRES BIEN.

        ça forçait tout un chacun à se discipliner et donner au site le meilleur de lui même, lui conférant, et de très loin, la meilleure qualité de commentaire de la blogosphère.

        Maintenant c’est au petit bonheur et c’est dommage.

        Je persiste à dire que c’est le rôle du modérateur de préserver le site et Vigneron lui même en le forçant à donner le meilleur.

        1. Kerjean,

          Une fois n’est pas coutume, je suis entièrement d’accord avec toi. D’autant que tu n’étais pas le dernier à en faire les frais, donc c’est fairplay de ta part.

          Le « qualitative easing », c’est fini.

      2. @ Kerjean

        Pas du tout d’accord avec toi sur la censure d’un blog. Pour moi il ne faut censurer dans un lieu comme celui-ci que les insultes directes et gratuites et les idées qui puent. L’aseptiser en interdisant les polémiques et les chamailleries c’est le tuer à long terme, le convertir en un club fermé à l’anglaise, très spécialisé, avec peu de participants et de lecteurs, tous très polis et ennuyeux. J’ai vu des blogs espagnols péricliter ainsi. Si on veut beaucoup de lecteurs et de participants il faut qu’un blog soit vivant, varié, qu’il bouge, qu’on y trouve des échanges vifs, des polémiques, de conversations hors sujet, un mélange de spécialistes en plusieurs domaines, de gens qui aiment échanger des idées et des informations, mais aussi des polémistes qui ne sont d’accord sur rien, de « cinglés », de naïfs, des philosophes, des artistes, de révoltés, de gens de tout bord politique hors tarés… Il faut donner envie aux gens qui arrivent par hasard d’y revenir, d’y rester, d’y participer. Et cela, à mon avis, ne se fait pas avec des discussions pointues entre des grosses têtes à la politesse exquise.

        Mais évidement tout dépend de ce qu’on veut faire d’un blog. Si c’est un think thank élitiste, un laboratoire d’idées exclusivement, je te donne raison, il faut une censure stricte. Mais si on veut avoir un blog à la fois savant et « populaire » (dans le meilleur sens du mot) la censure est une mauvaise méthode.

        C’est à Paul Jorion de décider.

        1. Pablo, le succès du blog n’est pas une finalité en soi. C’est la diffusion des idées et leur confrontation pour les améliorer qui compte.

          Les chamailleries, comme tu dis, n’apportent strictement rien à cet objectif, et donc le treshold revient à son point d’origine.

      3. Amusant…
        Julien, rappelles-moi si tu te souviens des échanges que j’ai eu en me faisant passer pour une femme…???
        Hors, c’était avant que tu sois là et le blog, tout comme TOUT forum qui se respecte, avait BESOIN d’une modération.
        A cette époque, nous étions jeunes et beaux, et surtout, tout un chacun pouvait poster les pires bêtises directement.
        Cette liberté d’expression était, je le reconnais, beaucoup trop grande.
        Et, je l’ai écrit peu de temps après que tu sois arrivé, un modo ne doit PAS donner son point de vue de même que les Juges d’Asises ne doivent pas justifier leur décision.
        C’est logique et cartésien.

      4. @ Julien Alexandre

        « le succès du blog n’est pas une finalité en soi. C’est la diffusion des idées […] qui compte. »

        Sauf que la diffusion des idées dépend du succès du blog.

        En tout cas moi, n’étant pas d’accord avec le changement que tu annonces, je m’en vais.

        Bonne route à tous.

      5. Si je peux me permettre, en commentateur trolléré (et largement modéré) ici, je pense que (mince!) P.75 et Yvan ont raison. Si je ne suis pas « d’accord » avec eux, sans eux je ne serais pas là.
        La VIE, c’est exactement ça. On ne fait pas son « marché », décidant du bon et du mauvais.
        Polemos Julien. Héraclite n’est pas Aristote, désolé… La question est toujours la même, de quoi avons-nous peur?…

    2. Vigneron c’est la voiture ballet des mauvaises idées. Dur boulot qu’il fait avec la majesté du vautour qui nettoie la plaine, griffes et bec asserrés.
      Suis étonné que l’esthète Pablo n’ait pas reconnu l’artiste. Ya un truc là Pablo. Mais c’est pas sa seule qualité. Comme dit l’autre, si je devais partir en mission avec ce zigue, je partirais tranquille. Trop gentillette la pétition.

      1. oui @Hervey, (image mise à part du vautour) – étrangement Vigneron est très éthique, supporte pas qu’on s’enlise, ni les gros sabots d’une idée fixe, qu’elle soit d’amour ou sertie de fines considérations stratégiques. Seulement c’est assez casse-gueule, c’est triste tout se répète. L’éthique n’a pas de chemin. Du coté des politiques il ne faut s’attendre à rien, de même ils sont cette crise. J’ai pas le temps de lire ou de survoler tous les commentaires et j’ai déjà perdu un quart d’heure dans les derniers articles, pas trouvé la nœud du litige. une scène, rideau, une autre scène, et puis on sort, une scène etc. Le blog pour moi c’est Jorion Leclerc Vigneron et quelques autres – à bientôt Vigneron !
        These New Puritans – We Want War – BBC Radio 1

      2. … @Renou, éthique au sens où Spinoza l’entend – de laquelle actions et passions prennent leur puissance de ce dont quelque chose est capable… pas de cible, juste ce qui sonne, résonne en présence, de puissance qui se transforme. Cora V. j’imagine aurait flotté sur Palais de Mari

    3. vini,
      il a le mérite de ne pas avoir le fond méchant.
      La forme n’est pas toujours au présent.
      Ode à mon vini,
      « dionysos », ami de la sensation……
      Toujours présent pour nous élever dans notre réflexion.
      Un zeste ironique, satirique et humoristique mais de bonne conscience au demeurant.
      « Durée » est son inconscient.

    4. Si son vin a la même attaque en bouche que sa prose doit pas être si mauvais son pinard.
      Il est peut-être parti lire une nouvelle de Bradbury pour nous revenir bientôt comme si de rien n’était.

      — Garçon !
      Un « Graves » de chez vigneron !

      1. Pierre Yves,
        Le cabernet sauvignon et le cabernet franc sont austères dans leur jeunesse mais ils ont une robe et un nez qui sont exceptionnels. De même, ils prennent toute leur dimension avec le temps. C’est une caractéristique du cépage….Comme si de rien n’était ? Pas besoin, il est… Et pour ma part, c’est ce qui compte.
        Sa différence est une richesse.

    5. @Pablo 75

      Trop c’est trop !

      Après nous avoir donné régulièrement des liens d’infos sur la situation en Espagne (ce dont nous manquons cruellement pour tous les pays de la zone euro), voilà que pour une banale histoire de « soupe au lait » du moment, vous allez nous priver d’un élément qui me semble essentiel dans ce blog, c’est à dire vos interventions.

      Vous ne vous rendez pas compte à quel point certains vous considèrent comme un des piliers du blog !

      Vous ne vous doutez pas que dès que votre pseudo apparaît dans les commentaires, on clique aussitôt dessus pour avoir des nouvelles de nos voisins ainsi que vos appréciations sur la situation !

      Vous êtes maître de votre décision, mais pensez aussi un peu à ceux qui ne disent rien et qui vont devoir faire un deuil de vos commentaires.

      En tout cas merci pour ceux passés et j’espère pour ceux à venir.

  3. @P. Jorion: A quelque petites notes de musique faîtes-vous référence? Autrement dit: pourriez-vous expliciter le deuxième degré de votre choix?

  4. J’ai eu la chance d’assister à un concert, il y a très longtemps au fin fond de la Creuse, où elle interprétait ce titre. Quelle soirée merveilleuse ! Quelle femme merveilleuse !

  5. nostalgie d’une époque qui semblait bénite mais qui devait aussi avoir ses problèmes… en tout cas cette mélodie est gravée dans nos esprits

  6. Nostalgie quand tu nous tiens. Cette aussi longue attente et ses trois petites notes de musique font rêver. On ne peut en dire autant de celles d’aujourd’hui qu’on nous administre avec soit cynisme soit incompétence ais dans tous les cas tragiques !

  7. Godard et Jefferson AirPlane .

    lien video-images :
    http://www.popkrazy.com/blog/robahull/jean-luc-godard-meets-jefferson-airplane

    JEAN-LUC GODARD MEETS JEFFERSON AIRPLANE

    Submitted by robahull on Wednesday, December 02, 2009 – 9:55 pm

    Late in the pivotal year of 1968, Jean-Luc Godard, then a Marxist-Leninist
    filmmaker, came to America to make a revolutionary film about the ’68
    American revolution. With documentary filmmakers Richard Leacock and D. A.
    Pennebaker, Godard began shooting on locations in and around New York City
    on a project he called One A.M. (« One American Movie »).

    But One A.M. was never completed. Eventually, from some of the footage
    shot, the team of Leacock-Pennebaker put together another film called One
    P.M. (« One Parallel Movie »).

    One P.M. included the cast of Godard’s One A.M.–Rip Torn, Tom Hayden,
    Eldridge Cleaver, The Jefferson Airplane, LeRoi Jones, among others. It
    also showed lots of scenes of Godard directing and Richard Leacock
    photographing One A.M (along with much footage of a couple of sound girls,
    some New York policemen,and Godard’s wife, Anne Wiazemski.) One P.M. works
    as the record of the making of a movie, and it may be all that is left of
    a movie that was not finally made.

    It’s hard to say why One A.M. was abandoned. Some film scholars say that
    Godard failed to understand the nature of the movement in America.

    DVD cover for Jefferson Airplane Fly Jefferson Airplane

    The highlight of the film may be the footage of Jefferson Airplane
    performing « House at Pooneil Corners » live on the rooftop in Midtown
    Manhattan on December 7, 1968. Remember, this was shot over a year before
    the Beatles pulled the same stunt while rehearsing and recording their Let
    It Be film.

    Once again, Godard was intuitively and radically ahead of his times.

  8. Quelle émotion, la voie claire de Cora Vaucaire, j’adore.
    En ces temps troubles où tout va à l’envers Cora nous remet sur les rails, que du bonheur simple.

  9. Quel charme elle a cette Dame. il fut un temps où le public écoutait les chansons au lieu de les regarder.

Les commentaires sont fermés.