FLOYD CRAMER (1933 – 1997)

Je reçois un mail ce matin d’un ami qui me dit qu’il aimerait bien me rapporter trois disques qu’il m’a empruntés en 1972.

Les vrais amis sont en effet ceux qui vous rendent les objets que vous leur avez prêtés. Vous connaissez la remarque de Jérôme K. Jérôme à ce propos : « Je hais les gens qui ne vous rendent pas les livres que vous leur avez prêtés. J’en suis à ce point la victime que les seuls livres qu’il me reste sur les rayons de ma bibliothèque sont ceux que j’ai moi-même empruntés ».

L’un de ces trois disques était l’album de Hank Locklin « Please Help Me, I’m falling » et, recherchant du coup celui-ci sur YouTube, je regarde le fameux morceau éponyme et Saperlipopète ! le tout jeune pianiste à l’arrière-plan ! et son solo, c’est Floyd Cramer !

Bon, si le nom de Floyd Cramer ne vous dit rien, ma stupéfaction vous laissera sans doute de marbre mais si la guitare est de très loin l’instrument le plus populaire du style Country & Western, quand dans les années 1950 à 70 il y avait quelqu’un au piano, c’était Monsieur Floyd Cramer.

Avec Chet Atkins

Accompagnant Hank Locklin (« uncredited »)

« Last date », avec une très sympathique présentation par Johnny Cash

Partager :

25 réflexions sur « FLOYD CRAMER (1933 – 1997) »

  1. Pour être franc,la country,c’est pas vraiment mon truc,ce qui n’enlève rien à l’inventeur du style slip note.
    Floyd Cramer (27 octobre 1933 – 31 décembre 1997 à 64 ans) était un pianiste américain figurant dans le « Hall of Fame » et l’un des fondateurs du « Nashville Sound ». Il a popularisé le style pianistique « slip note » dans lequel une note dissonante glisse sans effort vers la note correcte . Citation Wikipedia.

    Glisser sans effort, c’est notre rêve à tous.

  2. Je reçois un mail ce matin d’un ami qui me dit qu’il aimerait bien me rapporter trois disques qu’il m’a empruntés en 1972.
    Éclair de lucidité à quarante ans d’intervalle.
    -Bon sang pour une fois que je fais du rangement ,je m’aperçois que j’ai oublié de rendre à Paul ,trois vinyls cultes qu’il m’a prêté naguère .Chui confus.

  3. En ce qui me concerne c’est décidé : à partir de maintenant je noterai scrupuleusement tout ce que je prêterai sur un petit carnet, avec l’état du bouquin/cd/dvdetc, la date du prêt, le nom de la personne, son email, son facebook, son adresse, ses numéros de téléphone, le mobile et le fixe… et le taux d’intérêt ! Non mé !

  4. Cela montre que l’on aconservé les amis de quarante ans. Bravo. Je n’en ai pas tellement qui ont tenu.
    Mais aussi qu’on les a assez perdu de vue pour que les disques ne soient par revenus entre temps.
    Mes meilleurs amis sont bien ceux que je ne vois pas trop souvent.

    Bonne soirée

    DC

  5. Ne me demandez pas pourquoi, mais en écoutant cette sélection, je me suis demandé d’un coup s’il n’y avait pas une motivation inconsciente à mettre de plus en plus de musique dans ce blog.
    Une façon comme une autre de préparer en douceur les gens au pire qui est à venir, et qui se rapproche de plus en plus vite ?

    Lewu

    1. Encore un peu de musique, les Waterboys:

      Now you say you’ve got trouble
      You say you’ve got pain
      You say’ve got nothing left to believe in
      Nothing to hold on to
      Nothing to trust
      Nothing but chains

      But that was the river
      This is the sea yeah!

      Bref, si ça va pas, il y a la Mer.

      Et hier, j’en avais bien besoin.

      Le temps était calme, très peu de vagues, super visibilité. Il y a longtemps que je n’ai pas nagé au large mais la météo est exceptionnelle, je vais jusqu’à la barrière de corail, là où on oublie tout de ce qui est laid ici-bas et du pire à venir.

      Sur le retour, pour la première fois de ma vie je croise deux raies-léopard, et nous commençons à nager ensemble, c’est comme une danse dans un rêve, que je dois quitter à regrets quand vient le début de crampes.

      Je n’ai pas d’images mais pour ceux qui aiment se laver la tête à l’eau de mer, une vidéo qui vous plaira :

      Si les modérateurs peuvent inclure le clip dans le message, on verra du bleu du plus bel effet.

      Courage à tous

      1. notre souhait à tous serait de porter ce blog au-delà des contraintes de la modération, mais certains sujets restent inabordables car c’est la ligne de conduite des teneurs du blog ; comme quoi même l’intelligence n’est pas suffisante pour rassembler les hommes de qualité ; et nous, quantité négligeable, nous sommes parfois surpris devant ce spectacle de l’intelligentsia qui s’engueule.

      2. Pile poil ce qu’il me fallait.

        Bon pas plus de 2 minutes, trop de sleep note, mais ça y est j’ai retrouvé la banane.

        Et merci pour la note bleue au-dessus!

        Techniquement je peux faire ça moi-même quand je poste?

  6. Cette notion de propriété me laisse perplexe.

    Bon, je peux comprendre que quelqu’un qui écrit, dans des domaines particuliers ait besoin de pouvoir puiser dans certaines références partiellement oubliées pour ne pas les mal citer, ou pour agencer son discours, mais quelle est la véritable raison que l’on veuille garder des objets, sans cela ?

    Quelle est la chose importante à garder de quelque chose qui nous a touché ou intéressé au point de motiver une réflexion ou une évolution ? C’est l’effet que cette chose nous a fait, le terrain d’émotion ou d’évolution qu’il nous a apporté et la mémoire qui nous en reste.

    Je n’ai jamais gardé aucun livre, tableau ou CD plus de quelques maigres années.
    Excepté quelques CDs souvenirs de personnes décédées et qui ont marqué mon existence, et que je n’écoute même pas… parce que d’autres créations , chaque jours renouvelées attirent mon attention et qu’il serait impossible de relire tout ce qu’on a lu ou d’écouter tout ce que l’on a écouté ou même de regarder ce que l’on a déjà tant vu.

    Il vient un moment où un objet ne nous appartient plus. C’est le moment où il est temps de le passer à d’autres qui vont en bénéficier. Les oeuvres doivent vivre leur propre vie et répandre du plaisir ou de l’intérêt à ceux qui ne les connaissent pas encore et qui les réclament.

    Alors je ne prête pas, sachant pertinemment que le retour ne sera pas. Je donne, à celui qui en a vraiment envie.

    On n’emporte pas dans sa tombe une bibliothèque, une discothèque ou une galerie 😉 On emporte ce qui nous a fait grandir, ce que l’on a compris, aimé, dans chacune des mémoires de nos cellules en permettant à d’autres de faire de même.

  7. Bain, merci pour ces images télévisées qui nous montrent en arrière – pour les anciens,
    c’était du direct – M. Floyd Cramer faire son show en slip note. Faut que j’le note, ce jeu de note.
    Easy, d’un clic aujourd’hui conduisant à un autre clic et puis un autre et un autre encore et on se retrouve déjà face à son passé… Si étrange et familier à la fois.
    C’est entendu, être sur internet c’est pas une vie, bien qu’on s’y sent moins âne que devant la télé.
    Bain malin qui saura où nous emmène ce mulet, comme une mule qui se barre toute seule piquée au derrière par un essaim d’insectes. Il faut dire que ce mulet est encore jeune et joueur, bien que chargé de mille un fagots. Mais que voulez-vous, elle n’en fait toujours qu’à sa tête. La mule !…

    « Floyd Cramer » – Ça ne s’invente pas ça ! Un instant, un instant…
    Il suffit de faire « glisser »… sur la magique platine, Floyd au piano et… Slip note !
    Désolé, mais je dois vous laisser…
    J’ai l’eau sur le feu déjà qui bouillonne et d’y renverser tout un lot de pâtes, je dois !
    Bye, Bye.

  8. Albert Lee et Vince Gill, si vous la mettez pas en « drapeau », je comprends plus rien à vos goûts musicaux, à écouter sans modération :

    1. Ah ! Comme ça, je n’aimerais pas Vince Gill, ça, Karluss, c’est de la provocation de bas étage : j’ai acheté son album de Noël au moment où il est sorti !

      1. nous voici rassurés, un vent d’angoisse soufflait sur le blog… on a besoin de repères 🙂

Les commentaires sont fermés.