LA NOUVELLE CHAIRE “STEWARDSHIP OF FINANCE” À LA VRIJE UNIVERSITEIT BRUSSEL

The English version of this post can be found here.

En septembre de l’année dernière, Paul De Knop, recteur de la Vrije Universiteit Brussel a lancé un projet de chaire d’enseignement et de recherche relatif à la finance envisagée dans une perspective éthique. Il a constitué une équipe multidisciplinaire présidée par Michel Flamée, professeur à la faculté de droit de la VUB, et comptant des représentants tant de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) que de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Cette équipe m’a demandé si j’étais disposé à m’associer au projet et à devenir le titulaire de cette chaire. J’ai bien entendu donné aussitôt mon accord.

La VUB, l’université néerlandophone de Bruxelles, est la jumelle de l’ULB où j’ai fait mes études et où j’ai enseigné de 1976 à 1979 avant d’accepter un poste à l’Université de Cambridge.

L’enseignement aura lieu en anglais et est prévu pour une durée de cinq ans. La direction de thèses interviendra à partir de la deuxième année. L’initiative est appelée à s’inscrire dans le cadre de la Brussels University Alliance qui réunit VUB et ULB dans des projets communs.

La VUB a eu l’amabilité de me demander comment j’aimerais que s’intitule la chaire. J’ai proposé « Stewardship of Finance », expression que l’on peut traduire en français par « La finance au service de la communauté ».

Le cours comptera soixante heures réparties sur les deux semestres et se tiendra les jeudis à quinze heures. À cinq reprises durant l’année, le cours sera suivi en début de soirée d’une table-ronde que je présiderai et à laquelle seront invités des panélistes belges et internationaux. D’autres conférences seront organisées en lien avec la chaire, les mercredi soir à 20 heures. Cinquante auditeurs libres auront la possibilité de s’inscrire pour suivre les cours gratuitement et sans être astreints aux examens.

La leçon inaugurale de « Stewardship of Finance » aura lieu le jeudi 4 octobre 2012 à 15 heures.

Partager :

157 réflexions sur « LA NOUVELLE CHAIRE “STEWARDSHIP OF FINANCE” À LA VRIJE UNIVERSITEIT BRUSSEL »

  1. Je suis contente pour vous et je pense avec une très grande conviction que là où vous allez,
    vos idées et ce que vous êtes, pourront être mieux reçus. Le système se fissure de toutes parts
    et vous pourrez avec d’autres concrétiser votre fabuleux travail.
    Vous êtes très généreux. Merci

  2. Je me demande si Ilya Prigogine vous accompagne . Si oui , il y a quelques idées de Prygogine
    mal comprises qui pourraient contaminer les Flamands .
    J’ai un grand respect pour lui , c’est un trés grand savant , mais porté par l’enthousiasme de ses découvertes , je crains qu’il n’ait contribué à cultiver quelques idées fausses en sciences sociales . Prenons sa formule -delta S(i) = + delta S(i) . Aussi géniale que E=mc2 qui elle aussi a été interprétée de travers (disparition de la matiére , comme si le photon n’en était pas !) .
    Elle met un terme à l’obscurantisme concernant la vie . Mais déjà pour le bio elle ouvre une autre problématique , l’obscurantisme s’en est saisi pour assimiler la biologie à l’étude des organismes , hors un constat simple si dés les formes les plus primitives de vie il existe une tendance à l’association , puis synthése en formes plus complexes où les formes originelles sont hérarchisées , parallémement une ‘vie sociale’ , ne serait que sexuelle , se constitue puis finit par l’emporter , sur le hiérachisme . Le point d’aboutissement , je pense est l’homme où , je pense ,le social , l’emporte définitivement sur le ‘biologique’
    Aussi l’étude de la société pourrait s’inspirer de sa formule en remarquant que l’entropie (et la négentropie ) elle méme est un rapport , qui plus est un rapport de logarythmes , la soustraction , le signe moins pouvant tout autant provenir du terme soustrait que du dénominateur . Cependant si c’est du dénominateur , c’est à dire du nombre de micro-états dont la différence serait à l’initiative , plus grand que celui des macro-états , cela signifierait qu’en matiére sociale la liberté serait à l’origine du progrés . En un mot : la société n’est pas un organisme , mais pour autant n’échappe pas à l’entropie , ainsi pour chaque homme
    ses consommations contribuent (en général) à sa négentropie , son travail par contre est une entropie et vu le rendement de la machine qu’il est , son travail doit produire , beaucoup plus qu’il ne coute , aussi l’échange ne peut étre basé sur l’utilité ou la
    valeur d’usage , car alors il n’y aurait aucun gain pour les échangistes , ni non plus sur un échange inégal (au point de vue usage) car alors le gain pour l’un ne pourrait se pérpétuer , donc déjà là çà suppose des échangistes libres et égaux , pas des subordonnés . Mais Prygogine , je pense c’est un autre département de votre université , aussi me fais-je peut étre du souci pour rien . Comme stewart , je vous fais confiance .

    1. Oui … mais le seul problème est qu’il n’y a pas de prix Nobel d’économie… juste un ersatz qui à 99% honore des idéologues certes brillants en maths mais nécessairement dans le pataquès dominant.
      Il est vrai que récemment ils ont cherché à se dédouaner avec certains Prix moins dogmatiques alors pourquoi pas, mais dans ce cas il faudrait l’ intituler Nobel d’économie politique.. sinon je ne suis pas sûr que Paul l’accepte :-).

    2. @ Martine Mounier
      “Reste le Nobel !”

      Perso je ne suis pas pour. Car pour moi le Nobel devient de plus en plus non pas la consécration suprême mais le symbole ultime de la récupération par le système.

      René Thom: “Finalement la tâche de la philosophie naturelle est d’épaissir l’interface entre science et philosophie: il faut se montrer philosophe en science et scientifique en philosophie -même si cela conduit à être difficilement accepté. […] C’est plutôt dans le rôle du gardien de l’intelligible que je verrais essentiellement sa fonction. Lutter continuellement contre les dérapages pragmatistes qui tendent à gauchir nos prégnances et à créer des significations abusives ou factices, telle est, je crois, la fonction centrale de notre philosophe. Fonction à coup sûr difficile, car elle l’oblige à se mettre constamment à contre-courant des flux locaux d’intérêts qui agitent la communauté des savants. Avoir raison trop tôt, c’est bien souvent avoir tort dans l’immédiat.
      Il lui faudra accepter une fois pour toutes les conséquences de ce choix.”

      Voilà comment je vois Paul Jorion: comme un gardien de l’intelligible.
      S’il se voit aussi ainsi alors ama il lui faudra accepter les conséquences de ce choix: adieu Nobel! 🙂

  3. Mais au fait, pourquoi en anglais et pas en français? 😀

    Blague à part, félicitations… A vous ou à la VUB je ne sais pas, probablement les deux.

  4. Félicitations à vous !
    Voila qui donne envie de retourner sur les bancs de l’école. Comme de nombreux lecteurs du blog (j’imagine), j’espère avoir accès, d’une façon ou d’une autre, au contenu de cet enseignement.

    C’est l’occasion de vous remercier pour votre blog, ainsi que François, Julien, et la ribambelle de commentateurs.

  5. Félicitations! Je me joins à ceux qui espèrent qu’il y aura au moins une partie des cours disponible en ligne.

  6. Vous aviez évoqué la création de cette chaire lors de notre conversation à La Chaux-de-Fonds, avant votre conférence au Club 44. Nous étions heureux pour vous, mais un peu inquiets pour le blog. Heureux d’apprendre que vous poursuivrez ici aussi la lutte contre “la finance servie par la communauté”. Encore bravo et merci !

  7. Félicitations Monsieur Jorion,

    Vous allez encore avoir plus de travail … mais monter en chaire offre une nouvelle audience.
    Et un nouveau braquet dans la randonnée…
    De plus , c’est situé à un endroit stratégique en Europe!

    C’est un palier dans votre biographie.
    Avez vous remarqué si cette date correspond à un multiple de 7?
    Le rythme de 7 ans environ marquant le développement.
    Sauf erreur vous avez déjà perdu vos dents de lait , connu votre puberté etc…

    Petite blague: l’entrée de cette université se fait par un escalier dérobé …pas de chance on l’a déjà volé …de sorte que vous êtes obligé d’entrer par la grande porte.

    Est-ce que vos cours seront répercutés sur votre Blog?

  8. Merci donc de vous être mis à la portée de ceux qui ne pigent rien, j’ai fait quelques progrès à force…

  9. C’était donc ça! Félicitations. Surtout, soyez en digne. Et donc restez vous-même!
    Et maintenons le blogue!

  10. Profitons de cet espace de louanges bien méritées (attention cependant au volume des amygdales..) pour avancer….

    Une proposition pour le futur “Chapitre IV”….” La trappe à liquidités...”:
    ___________________________________________________________________
    Ah la “trappe à liquidités”, le pont aux ânes du “Keynésianisme pour les nuls”...

    L’enseignement simpliste insiste toujours sur cette trappe pour montrer la supériorité de la politique budgétaire par rapport à la politique monétaire pour relancer l’activité. Cette efficacité de la politique budgétaire repose, dans ce cas de figure, sur l’hypothèse de monnaie « exogène » et d’élasticité infinie de la demande de monnaie par rapport au taux de l’intérêt . Pourtant, Keynes lui-même n’y voyait là qu’un cas limite dont “nous n’en connaissons pas d’exemple dans le passé” (TG chap. 15).

    Si l’on se donne la peine de réfléchir un tout petit peu, cette trappe à liquidité ne manque pas de poser un sérieux problème de cohérence. En effet, l’accroissement de dépenses publique ne peut pas être financé par l’emprunt puisque puisqu’il y a préférence infinie pour la liquidité. La solution de l’impôt est également écartée dans la mesure où une augmentation de la pression fiscale aurait un effet récessif. La seule possibilité qui reste est donc celle d’un financement monétaire, c’est-à-dire par une création monétaire. Mais alors on aboutit à un paradoxe étonnant : la politique monétaire est à la fois… complètement inefficace et… absolument nécessaire au succès de la politique budgétaire !

    Ce genre de paradoxe montre en fait que le problème est mal posé. En l’espèce, l’erreur consiste à envisager une politique économique indépendamment de son financement. Au delà de cette trappe à liquidité, c’est en fait le modèle IS-LM que vous utilisez implicitement qui présente des faiblesses théoriques déconcertantes. Pourtant, ce modèle sert encore trop souvent d’introduction à la macroéconomie…

    Aujourd’hui, toute la macroéconomie contemporaine est une macroéconomie sans la courbe LM. La mise en évidence et la justification théorique d’une nouvelle forme de comportement des Banques Centrales a ôté tout fondement à cette courbe. A vrai dire cette représentation de l’équilibre monétaire et financier a toujours été très contestable, mais elle est maintenant ridiculement fausse. Exit donc la trappe à liquidité !

    Par conséquent, pour ne plus asséner des contre-vérités élémentaires, il serait utile d’abandonner une présentation déformée des mécanismes de base de la macroéconomie.
    ___________________________________________________________________
    [[Contribution de “TyrandO” au dernier billet de QUATREMER ………(mes regrets pour la source , mais l’argumentation est confrontable…..)]]
    ________________________________
    D’ailleurs:
    Nick a écrit en réponse à TyrandO…

    “””Moi je veux bien, mais veuillez envoyer votre commentaire à Krugman qui en fait des tonnes (et l’un de pivots) de son dernier opus, “End this depression now”…”””

    Bon remue-méninges…

  11. Toutes mes félicitations au titulaire!

    J’espère que ça va doper encore un peu plus l’affluence de ce blog. Peut-être serez-vous plus souvent invité sur des plateaux TV ou à la radio?

    D’ailleurs, quid de votre participation à ce même blog?

    En tout cas, ça va peut-être rabattre le caquet de certains experts (conseiller de trucmuche, président d’un comité théodule…) qui quand vous êtes invité sur des plateaux TV, mettent en doute vos capacités alors que vous êtiez dans le milieu bancaire et que vous savez au moins aussi bien qu’eux comment cela fonctionne.
    (cf émission sur LCP le 9 juin 2012 http://www.pauljorion.com/blog/?p=38011 )

  12. Je me joins au choeur des laudateurs pour vous féliciter de l’obtention de cette chaire largement méritée.

    Je suppose que vous serez dorénavant moins disponible pour d’autres conférences, ce que je regrette eu égard au projet dont je vous avais entretenu par mail.

    Quoi qu’il en soit, profitez de cette tribune pour porter haut les couleurs de la résistance, de la contestation et du nouveau modèle de société que nous attendons avec impatience !

  13. Félicitations Paul, c’est une magnifique nouvelle et une reconnaissance du milieu universitaire amplement méritées. Vous voilà professeur d’université : c’est un beau message dans une époque si trouble.
    Et vous avez le privilège rare d’être prophète en votre propre pays, ce qui n’est pas donné à tout le monde!
    Encore bravo!

      1. A contrario , si certains vous appellent d’abord Maître , conseillez leur tout de suite de dire vieux con , ça fait gagner du temps à tout le monde !

  14. Quand même quel optimiste (ou quel pessimisme) que de croire que dans cinq ans il y aura encore besoin d’enseigner la finance, que ce soit dans une perspective éthique ou autre !

  15. Mille félicitations Monsieur Jorion.
    J’espère que cela n’empêchera pas ce blog de continuer (j’ai tellement eu peur lors de votre billet “faut-il arrêter le blog”, névrose traumatique personnelle, probablement).
    Merci pour tout….et à tous.

  16. Je me réjouis, pour vous, pour ceux que vous allez former, et aussi pour nous, lecteurs ordinaires de ce blog : grâce à vos talents de pédagogues, la relève est assurée !

  17. Je m’associe à toutes ces félicitations.

    Avec ce cours de finance au service de la communauté, vous allez devoir écrire votre constitution pour l’économie.

    Bonne chance pour définir une finance qui ne ressemble en rien à celle d’aujourd’hui.

  18. Felicitation Paul, après avoir enseigné à l’ULB il y a plus de 30 ans , vous voici donc de retour à Bruxelles dans notre université soeur, je suis très content pour vous et je pense que cela vous fera plaisir d’être plus souvent à Ixelles

  19. Bonjour et félicitations!

    Quels seront les critères de recrutement pour accéder à une telle chaire?

    Cordialement

Les commentaires sont fermés.