L’actualité de la crise : UN PLAN EN POINTILLÉS, par François Leclerc

billet invité

Sous l’impulsion de son président, la BCE poursuit l’application d’une stratégie de tension destinée à forcer la décision. Lui-même soumis à de fortes pressions, notamment des Américains et du FMI, Mario Draghi a été trop loin dans ses déclarations pour ne pas poursuivre dans ses intentions.

Afin d’obtenir une forte détente du marché obligataire, il envisage de frapper un grand coup, comme il l’a fait en faveur des banques en fin d’année dernière avec des prêts à trois ans massifs en leur procurant un épais matelas de liquidités. Il s’agirait cette fois-ci de relancer le programme d’achats obligataires sur le second marché, mais en grand. De privilégier les achats de titres à court et moyen terme en calibrant ce nouveau programme « de façon adéquate afin d’atteindre ses objectifs » selon Mario Draghi, ce qui sous-entend l’adoption des grands moyens.

Vis à vis des investisseurs, des garanties seraient données : la BCE ne bénéficierait plus de conditions prioritaires de remboursement (la seniorité), afin qu’ils ne se raidissent pas. Mais rien ne serait entrepris tant que les États européens n’auraient pas engagé le FESF, puis le MES, dans le sauvetage de l’Italie et de l’Espagne, en intervenant si possible lors des émissions.

Réunis à Madrid pour se concerter à ce propos, Mariano Rajoy et Mariano Monti ont partagé aujourd’hui le même refus d’un plan de sauvetage « classique ». Le second a dévoilé son jeu en marquant son intérêt pour « des actions d’accompagnement pour éviter des primes de risque excessives ».

Les dés sont jetés et le calendrier va devoir s’adapter aux réactions enregistrées sur le marché. La Bundesbank et le gouvernement allemand sont fermement priés d’accompagner le mouvement.

AJOUT : Mario Draghi tente de monnayer l’exigence de strictes conditionnalités à de nouveaux plans de sauvetage du FESF/MES et le refus de leur accorder une licence bancaire contre un programme d’achat de titres obligataires à court terme sur le second marché, afin de permettre aux États de « rouler » leur dette dans de bonnes conditions.

Partager :

23 réflexions sur « L’actualité de la crise : UN PLAN EN POINTILLÉS, par François Leclerc »

  1. A long terme (2013) cela donnerait une défaite de Merkel aux prochaines élections.Il lui est conseillé de se sacrifier pour la ’cause’ Européenne..le voir pour le croire.
    Tout cela ne résoudra pas les autres problèmes de la ZE.Encore une stratégie pour ‘gagner’ du temps.

  2. Mais les capitalistes n’y croient pas eux-mêmes, semble-t-il…
    Les taux à 10 ans sur Espagne et Italie sont remontés
    Les bourses de ces deux pays ont plongé aujourd’hui.
    L’Euro a baissé.
    Help François, je peux me tromper.
    On est très nombreux à chercher à comprendre…

  3. Mais tout de même, on a beau dire que tout ça est « accidentel » cependant, la manière dont cette crise se déroule semble plutôt très stratégiquement organisé pour relancer les swap entre les banques US et le pays européens « non secourus » en échange de privatisations juteuses à venir…
    Il faut juste gagner le temps nécessaire pour endormir les peuples exsangues et présenter oncle sam comme le sauveur, et ainsi, personne ne ronchonnera quand ils amèneront leur dictature en europe…

  4. Bientôt Sainte Merkel terrassera le dragon?

    drago pluriel draghi

    (animal fabuleux) dragon
    familier (personne très habile) as

    D’après Concise Oxford Paravia Italian Dictionary © 2009 Pearson Paravia Bruno Mondadori spa e Oxford University Press

  5. « De privilégier les achats de titres à court et moyen terme en calibrant ce nouveau programme « de façon adéquate afin d’atteindre ses objectifs » selon Mario Draghi, ce qui sous-entend l’adoption des grands moyens. »

    N’y a-t-il pas là le danger de nous lier tous dramatiquement ? Le danger qu’aux échéances, encore repoussées, on veuille nous faire payer la livre de chair ?

    Il n’y a que la philia, semble-t-il, pour nous sauver…
    (Une philia naturelle ou pilotée par les événements et les arguments,
    comme dans Le Marchand de Venise ?)

  6. Donc, une forme de stratégie pour faire passer le MES à coup sûr,
    et après le « GRAND SAUT DANS LE VIDE » ?

  7. Vis à vis des investisseurs, des garanties seraient données : la BCE ne bénéficierait plus de conditions prioritaires de remboursement (la seniorité), afin qu’ils ne se raidissent pas.

    Allez hop c’est le moment d’aller jouer au casino !
    Un, deux, trois, A vos portefeuilles : – )

    Et tous en coeur, pour pourrir encore un peu plus la situation !
    youpi ! houra !

  8. la partie de poker menteur continue …pour résumé, qui peut battre les deux paires d’as + joker d’Angela Merckel ? ou bien, comment peut-on quand même battre deux paires d’as + joker ? Angela vs Goldman Sachs – club Med and Cie …enfin bref un sacré blockbuster mieux que TDKR ? la mission si vs l’accepter ? siphonner la cagnotte d’Angela …tout en faisant passer ce vol pour un acte rédempteur ? je crois que vous aller aimer cet automne, tout le monde en veut à ses sous ! pendant ce temps là l’été est chaud et les JO aussi et notre Mario ( nette ) fait son boulot avec tous les Mariano qui chantent de plus en plus haut ! Mexico Mexiiiicooooo ! les femmes craqueront toujours pour ces beaux bruns aussi bons chanteurs que margoulins …

  9. J’entends que les endettés sont insatisfaits du Mario , qu’ils gardent leurs dettes pour eux mêmes et qu’ils se taisent.
    Quelle claque pour flanby .

  10. Aucune mesure ne nous sortira de ce bourbier sans que la pensée soit globale en amont: il faut nécessairement sortir du cadre euro-atlantique!

  11. Mouais, là je ne suis pas vraiment d’accord sur les intentions proclamées ou supposées de Mario Draghi. Le « grand coup » envisagé, la conditionnalité posée en préalable, les « refus » grandiloquents de Mariano Rajoy et Mariano Monti, tout ça m’a plutôt l’air d’un bluff pâlichon alimenté par l’impuissance et le désarroi. Ce qui se passe plutôt, c’est que les « promesses » de Mario Monti n’auront pas tenues l’été et que nos histrions désemparés n’arrivent même plus à gagner du temps.
    Bref, je préférais le « Retenez-moi ou je fais un malheur ! » d’avant 😉

    1. Les intensions ne se réalisent pas toujours. Il joue avec ce qu’il a dans les mains, c’est à dire pas grand chose. Bien sur que cela ne réglera rien, même s’il parvient à emporter l’accord allemand.

    2. A voir, Yéti,
      1) Rachat massifs sur le marché secondaire (d’abord de maturités courtes…)
      +
      2) abandon de séniorité de la BCE
      VS
      1) maintien de conditionnalités strictes à l’intervention du MES y compris par l’achat à l’émission
      +
      2) pas de licence bancaire au MES.

      Good deal si ça passe. On est très loin du bout (la Jorion’s solution…) mais recul allemand sans perdre la face si ça passe, et ça va passer, ou kekchose d’approchant, évidemment, comme d’hab.

  12. Rouler leur dette … il me semble que cela s’appelle recourir à de la cavalerie ce qui est punissable……

    1. Je ne vois pas qui serait en mesure d’imposer une Europe fédérale à des pays et des gouvernements qui n’en veulent pas. La tendance est plutôt de voir les régions refuser de « payer pour les autres. »

      – Imaginez qu’on élise une assemblée constituante européenne: ça donnerait quoi (à part une majorité d’abstention) ?
      – Imaginez qu’on élise un président : on aurait des centaines de candidats (un candidat par parti politique dans chaque pays) ?
      – Michel Barnier propose-t’il de choisir entre fédéralisme et démocratie ?
      – Prépare-t’il un coup d’état fédéraliste ?

  13. Économie , vous avez dit économie !
    Dexia qui annonce des pertes de 1,2 milliard d’euros pour le premier semestre annonce qu’elle change de direction , le salaire fixe de celui-ci sera divisé par deux , et ne sera plus que de
    600 000€/ annuel .
    Bon eh ben voilà des bonnes solutions , enfin des dossiers qui avancent !!!!!
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/03/dexia-lourdes-pertes-titre-suspendu-et-depart-du-president_1741946_3234.html
    Ben Harper ou il suffit de changer le mot pétrole par finance
    http://www.dailymotion.com/video/xzb4_ben-harper-excuse-me-mister_music

  14. Bien sur que cela ne réglera rien, même s’il parvient à emporter l’accord allemand.

    Voilà une réponse claire, et qui ne me surprend pas.
    Les jérémiades et mises en accusation de la bourgeoisie allemande
    par la bourgeoisie française ou autre n’y changeront rien.
    La crise se terminera, comme la précédente,
    par une guerre des monnaies (souverainistes à vos canons!),
    guerre commerciale et pire peut-être,
    en tout cas un effondrement économique,
    à moins de trancher l’alternative socialisme ou barbarie dans le bon sens.

    A chacun de prendre ses responsabilités,
    sans illusions sur une crise qui ne serait que la rapacité des banquiers
    et l’incompétence de la classe dirigeante…

  15. La fixation des medias et pour le frame ‘ Super Mario Kart ‘,-pour certains la fixation ces derniers temps releve des procedes de la Chicklit, et la personne du president de la BCE
    est de celle ressentie face a un Epouvantail a Moineaux, suppose eloigner les framboises des
    merles

    ‘ Draghi coule l’ IBEX ‘ pour Expansion, ‘ Draghi Queen’ sur Twitter, Mario DRAGHI a une fonction de Deflecteur, et se charge de noyer le poisson, ou plutot les poissons espagnols et italiens.
    E la Nave va, pour reprendre le titre du film de Federico Fellini, E Mario Draghi, 65 ans, techniquement a la retraite, Va…

    La mediacratie survit et vit de la memoire courte et de la courte memoire: la BCE post Trichet
    reste un enorme hedge fund, leverage a 30 ?, techniquement en faillite pour certains analystes.
    , en attente de recapitalisation.

  16. D’accord avec le Yéti, je préférais « Retenez-moi ou je fais un malheur ».

    « Un plan en pointillé » fait plutôt à Bertez (sur Atlantico ou chez Lupus – ce n’est pas une critique, différents points de vue peuvent avoir différents intérêts).

    Ce qui apparaît le plus, de plus en plus évident, c’est qu’il n’y a pas de solution qui ne conduit pas à prendre des « décisions très courageuses ».

  17. Tout ce que je vois c’est que le rapport de force continue, bien plus violent (rapport aux conséquences) qu’on ne veut bien le croire… vous savez la lutte sur le bord de la falaise... Je serais très intéressé de voir la manière dont le reste du monde va réussir à faire plier les Allemands… et sinon d’où l’argent va venir : une planche à billets quelconque, sans rien résoudre des problèmes de fond qui vont finir par jaillir à la surface un jour ou l’autre..
    L’Histoire s’écrit sous nos yeux, et je remercie François, Paul et les autres de nous tenir informés de cette manière…

    Allez un peu de musique, pour penser à autre chose. La vie est belle, c’est les vacances (pour certains ; ).. )
    Meja
    http://www.youtube.com/watch?v=ufVIvwEWuVg&feature=youtu.be

Les commentaires sont fermés.