UN PETIT COCORICO TERRIEN – QUAND MÊME

Je n’arrête pas de me plaindre que nous appartenions vous et moi à ce que les biologistes appellent une espèce « colonisatrice et opportuniste » parce que c’est ce qui explique que nous soyons en train de ficher en l’air la planète ou nous vivons mais, de temps à autre, il y a un petit aspect sympathique à notre engeance, comme celui que nous allions conquérir les étoiles. Alors bravo à l’équipe du Jet Propulsion Lab pour l’amarsissage sans faute de Curiosity – même chose d’ailleurs pour les robots : ceux qui ont pris le pouvoir ici-bas sont de sacrées peaux de vache mais certains sont quand même bien sympas (n’est-ce pas Robby ?)

Plus deux raisons un peu plus personnelles ou sentimentales :

1) Si Monsieur Ray Bradbury avait encore été parmi nous, cela lui aurait fait plaisir.

2) À l’époque où j’habitais Pasadena, j’avais un bon copain (un vrai : mon seul ami américain sans doute qui considérait que j’avais mieux à faire que travailler dans une banque) qui était astronome au Jet Propulsion Lab. Il doit être aux anges.

Partager :

220 réflexions sur « UN PETIT COCORICO TERRIEN – QUAND MÊME »

  1. Bonjour,

    Je ne retrouve plus l’article dans lequel on nous parle d’un moteur qui peut faire la Terre – Mars en 39 jours au lieu de 8 mois.

    1. Vous pouvez déjà avec le Vulcain, ainsi que certains propulseurs à effet hall , il suffit de prendre une vitesse orbitale monstrueuse avant de décrocher vers mars. Le seul problème c’est qu’il faudrait beaucoup de carburant, tellement que la fusée serait gigantesque.

      Mais, vous voulez certainement parler du propulseur Vasimr?
      (Variable Specific Impulse Magnetoplasma Rocket.)

      http://fr.wikipedia.org/wiki/VASIMR

  2. Petite question : parle-t-on ici des Marsiens, habitants de Mars dans le Gard, ou des Martiens, très hypothétiques êtres peuplant la planète Mars ?

    D’autre part, on ne dit pas amarssissage mais “atterrissage sur la planète Mars” (cf landing en Anglais).

    Ouf, ça me démangeait !

  3. Bravo les gars ! Quelle technologie ces robots explorateurs ! Il faudra m’expliquer pourquoi les mêmes sur Terre sont incapables de réparer et de nettoyer une centrale nucléaire qui vient de péter ! Trop près de l’Homme ?

  4. j’ai des doutes quand au budget de la NASA
    ils se font tout petit en ne parlant que du salaire des scientifiques?
    pas du petrole de l’uranium dépensé et des faux frais de fournitures?
    du cout général de l’infrastructure?
    quand on voit ce que coute un satellite à envoyer… juste en banlieue terrestre et en plus de manière standardisée.
    le budget de l’agence n’est pas celui d’une mission spécifique
    l’agence européenne de l’espace 3,994Md€ 2011 ceci ne prévoit pas le cout à l’unité des actions
    on divise le fromage pour être plusieurs à manger

    à mon avis ya une entourloupe comptable pour bourrer le mou côté comparaisons

    1. Rahaha lovely,

      j’ai des doutes…

      , faut prévenir la commission ad hoc du Congrès US, sans attendre.
      Moi en tous cas sur le coup ya un truc sur lequel je n’ai aucun doute. Ça concerne pas la Nasa.

  5. Y a effectivement quelque chose de sublimement dérangeant à voir les photos de ce gros joujou de métal crapahutant sur la poussière rouge de Mars (la photo qui montre l’avant du bouzin).

    Bon, d’accord nous avons catapulté un mécano high-tech à je ne sais pas combien de bornes. Au-delà des considérations d’utilité relative à l’humanité et de budget, j’y vois un truc purement métaphysique.

    Personnellement, j’ai du mal à croire qu’on puisse sereinement atteindre le moment où nous pourrons effectivement envoyer des hommes sur Mars et l’exploiter (voir le blog Do the maths pour les anglolecteurs), mais ce coup de génie technique touche presque à une sorte de “divin”, dans la volonté de s’arracher à quelque chose.

    En effet, Mars, c’est la ruelle en bas du pâté de maisons ; nous sommes bien peu de choses. C’est peut-être notre destinée collective : l’onirique s’échappe de la fange, un peu comme les éruptions solaires. Certains y pataugent, d’autres tentent de s’en extirper, encore d’autres souhaitent élever d’autres personnes avec eux. Sic transit gloria mundi. L’humanité est, elle fait -très mal souvent, c’est tout.

    Je suis de ceux qui en effet, considèrent objectivement qu’il y a un grave problème de surpopulation à la racine, mais je commence à ne plus vouloir penser en ces termes de lèpre et compagnie. Ce genre d’indignation auto-centrée ne résout rien, au mieux procure-t-elle un sentiment d’impuissance qui peut permettre de ne pas contribuer de sa petite pierre à l’édifice.

    Alors la conquête spatiale, éthique ou pas ? Je ne pense pas qu’on puisse trancher, il s’agit de l’expression la plus aboutie de notre pulsion prométhéenne. Et si quelques ingénieurs de la NASA ont choisi cette voie, il reste quand même pas mal de bonnes âmes qui peuvent contribuer ici-bas à améliorer notre destin collectif sur Terre.

    Bigre, le café est pas bien passé ce matin !

  6. Do you know who is the first
    Eternal spaceman of this universe?
    The first to send his wild vibrations
    To all the cosmic super-stations?
    For the song he always shouts
    Sends the planets flipping out.
    He sings to Virgo and the Pleiades,
    For he can travel where he pleases…
    But I’ll tell you before you think me loony,
    That I’m talking about Narada Muni.

    “Narada Muni never stays any place longer than it takes to milk a cow,” Swamiji tells us. “He carries a vina and is always chanting Hare Krishna all over the universe. He is the first class, topmost devotee.”

    Inspired by this roving Vaishnava, Mukunda and I write a song that Swamiji enjoys–“Narada Muni.”

    O Narada Muni, eternal spaceman,
    Can travel much further than spaceships can,
    Spreading sounds of love and joy vibrations
    To all the cosmic incarnations,
    Singing with bliss upon his vina,
    The whole cosmos is his arena.
    …Singing,“Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna Krishna, Hare Hare,
    Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare.”

    http://www.hansadutta.com/EXPLOSION/hkex9.html

  7. Si le Génie humain est arrive a vaincre toutes les difficultés d’un projet aussi complexe que l’amarrissage de Curiosity il me semble que l’on puisse raisonnablement espérer que le Génie humain pourra trouver un jour des solutions créatives et originales pour empêcher l’implosion d’un système financier international que les autorités de contrôle disparates et non suffisamment coordonnées ont laisse s’emballer de manière chaotique. Que la BCE, la FeD, la BoJ, la BoE, la SNB, la Banque Centrale de Chine, et autres banques centrales, + le FMI, …., et les Nations Unies ( pour les statistiques macro-économiques) créent un Institut de Recherche International dans lequel ils engageraient quelques centaines de physiciens, d’astronomes, d’ingénieurs informaticiens, de spécialistes de la complexité, avec mission pour tous ces non-spécialistes en finances de comprendre (vite, disons un an) le système actuel et ensuite de réfléchir et dessiner un nouveau système financier dont on puisse de manière rigoureuse faire la consolidation de toutes les branches avec élimination des opérations réciproques comme dans une vrai consolidation…il faut des physiciens et des astronomes, vierges en matière économique…

  8. la raison principale de la présence de curiosity sur mars n’est pas de trouver de la vie sur mars comme on le diffuse pour faire rêver
    ni même d’aller y chercher des minéraux rares mais de comprendre les problématiques de champ magnétque et spécialement comprendre ce qui s’est passé sur mars qui a perdu son champ magnétique pour mieux évaluer les modifications actuelles du notre ( terrestre) mouvement de décroissance rapide dont on cherche à comprendre les mécanismes éventuellement évaluer les interférences de l’activité humaine et anticiper … un peu

    pour l’instant la vision la plus positive de la chose est que bien qu’inéluctable l’inversion des pôles à déjà eu lieu dans le passé terrestre , à ces occasions il ya eu pas mal de mutations
    la probabilité de recevoir un caillou de l’espace de grosse taille s’amplifie,la température monte, le bouclier étant plus faible.
    la phase d’inversion des pôles semble se dérouler assez “rapidement” en terme de temps par
    effet de bascule magnétique
    par ailleurs la terre aujourd’hui ne tourne pas exactement comme il y a mille an par exemple bien que son équateur par exemple ne se soit pas modifié
    l’espace plan de la course de la terre autour du soleil semble assez stable
    en matière de conquéte spaciale la première semble de garder les pieds sur terre

Les commentaires sont fermés.