L’actualité de la crise : SONNEZ TROMPETTES ET
CLAIRONS !
, par François Leclerc

Billet invité

Un concept puissant qui avait quasiment disparu du vocabulaire politique effectue dans toute l’Europe un retour en force : la souveraineté, au nom de laquelle les causes les plus diverses sont défendues.

C’est au nom de son respect que la Cour constitutionnelle de Karlsruhe va décider si le président du Bundestag peut oui ou non (et à quelles conditions) signer les textes de loi relatifs à la création du MES (mécanisme européen de stabilité) : ce dispositif ne violerait-il pas la Loi fondamentale [la constitution allemande] en empiétant sur sa souveraineté budgétaire ? Réponse demain mercredi.

Aujourd’hui même, une marche qui s’annonce géante va rassembler à Barcelone les indépendantistes catalans, et tous ceux qui voudront se joindre à eux, sous la banderole « Catalogne, nouvel État d’Europe ». Il s’agit non seulement d’exprimer une conviction mais également d’appuyer dans l’immédiat l’exigence d’une revendication vis-à-vis de Madrid : la renégociation des relations fiscales entre la région autonome et la capitale du pays, afin d’obtenir un retour plus important des impôts versés par une région qui contribue à 20 % du PIB espagnol et de pouvoir ainsi couvrir le déficit catalan…

François Hollande a apporté lundi sa contribution, lors de son intervention télévisée de rentrée, en s’autorisant un audacieux raisonnement. Il a expliqué que réduire le déficit public c’était défendre la souveraineté du pays vis-à-vis du marché, ce qui implique – mais implicitement – cet autre abandon caractérisé de souveraineté que sanctionne le pacte budgétaire dont il veut faire ratifier la signature par l’adoption d’une loi organique. La défense de la souveraineté se fait au prix de son abandon, rappelant qu’un train peut en cacher un autre.

Derrière les grands mots se cachent souvent les petits calculs et autres intentions manipulatrices, et c’est quand ils sont déployés comme des étendards qu’il faut le plus se méfier et se demander ce qu’ils dissimulent. Le thème de la souveraineté vient aujourd’hui opportunément renforcer celui de la sécurité. De l’Allemagne ou de la France, de la Catalogne ou de la Padanie viendraient le salut ! Le renforcement proposé de l’Europe ferait rempart à la toute puissance du marché ! La noble souveraineté est accommodée à toutes les sauces, mais dans tous les cas, les plus aisés relèvent le pont-levis. Après le parti de la peur, celui du repli monte à la tribune, ils sont frères. Les ressorts de l’action politique se résument au maniement de pulsions élémentaires.

Partager :

100 réflexions sur « L’actualité de la crise : SONNEZ TROMPETTES ET
CLAIRONS !
, par François Leclerc »

  1. Le Portugal obtient un délai supplémentaire pour réduire son déficit.

    « L’objectif de déficit public est passé cette année à 5 % du PIB (contre 4,5 %), à 4,5 % en 2013 (contre 3 %), puis 2,5 % en 2014 », a indiqué mardi 11 septembre le ministre des finances, Vitor Gaspar, qui présentait les résultats de la cinquième évaluation par les créanciers du Portugal de la mise en œuvre des réformes recommandées en contrepartie de l’aide accordée en 2011.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/11/le-portugal-obtient-un-delai-supplementaire-pour-reduire-son-deficit_1758703_3234.html

    Les Pays-Bas, creuset du malaise européen.

    http://www.lemonde.fr/international/article/2012/09/07/creuset-du-malaise-europeen_1757174_3210.html

    Moody’s menace le triple A des Etats-Unis .

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/11/moody-s-menace-le-triple-a-des-etats-unis_1758646_3234.html

  2. François Leclerc et Paul Jorion,

    Ici une perle d’un site d’analyste du Cac40 (http://www.lobourse.com/analyses-du-cac40.php), voici comme il s’explique la remontée de sa marotte (le Cac40) aujourd’hui :

    « Les créanciers du Portugal sont prêts à faire des efforts en lâchant du leste et ouvre des possibilités pour tous les autres pays endettés, car cela signifie que les détenteurs de dettes sont prêt à attendre un peu plus pour l’objectif des 3% de déficit par rapport au PIB. Je pense que cela est dû au fait que les marchés sont satisfaits des mesures prises par le président Hollande et que la rigueur Française va aider [sic] les autres pays que sont le Portugal, Grèce, Espagne et Italie dans leurs efforts [re-sic]. »

    Tant d’imbécilités à la ligne fait peur ! Surtout venant de la plume d’un acteur boursier… Complétement vérolé à la sauce néolibérale…

  3. Italie : Monti reconnaît avoir aggravé la récession mais pour le bien du pays.

    Le président du conseil italien Mario Monti a reconnu mardi que l’action de son gouvernement avait « aggravé » la récession dont pâtit l’Italie, mais a assuré qu’il s’agissait d’une étape indispensable dans la remise sur pied du pays.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-reconnait-avoir-aggrave-la-recession-mais-pour-le-bien-du-pays-8cc361e822643023f303a267febe2496

  4. La société capitaliste a modifié l’être humain dans ses habitudes de vie. Le capital se nourrit du capital, cette course aux profits a créée les conditions d’une marchandisation de la société et du Vivant.

    Auparavant (et encore dans de faibles régions du monde), le temps de travail était moins important sur une semaine, moins de 20% du temps libre, c’est à dire en dessous de 20 heures de travail par semaine.

    La situation de vie était plus ou moins proche de l’auto-suffisance. Les prix étaient bas, et étaient marginal sur l’ensemble de la société. Un conflit ou un autre événement (ex: climatique) aurait à terme les mêmes répercussions : rationnement ou pas, selon les époques anciennes ou d’aujourd’hui.

    Pour que le capitalisme puisse fonctionner à l’état d’une société, il lui fallait non suelement des lois, la capacité de créer de la monnaie, mais pour être productif et très présent, changer le temps de travail.

    Ainsi le temps de travail a occupé la semaine entière, de manière obligatoire pour avoir un revenu. Car cette abondance productive va inonder les marchés, et obliger l’individu à respecter le temps de travail choisi, n’ayant que peu ou pas d’alternative. Ce temps de travail va être étendu dans tous les secteurs d’activités de la société.

    Cette hausse du temps de travail va être (parfois) suivi d’une promesse d’une augmentation de ses revenus, par rapport à une société non capitaliste. La société va passer d’un mode de vie à bas prix, à une hausse des prix pour expliquer l’augmentation de revenu souhaité, tout en exigeant des rendements de plus en plus élevés même s’ils deviennent insoutenable, à la fois en quantité et fiancièrement.

    Après une législation du temps de travail (élevée) sur tous les secteurs d’activités, la hausse des prix et l’abondance des produits créent une marchandisation de la société (produits fabriqués,ect…) et du Vivant (agriculture,ect…).

    Il y alors une dépendance individuel et collective au fonctionnement de l’économie financière (monétaire). Par l’ouverture des frontières et un afflux massif d’importation, la dépendance n’est plus locale, et ne permets plus d’être plus ou moins proche de l’auto-suffisance.

    Une autre dépendance est celle de la hausse des prix, qui ne peut plus permettre à l’individu de survivre -financièrement- (hyperinflation). L’endettement individuel ou des pouvoirs publics profitent de nouveau au capital. C’est pourquoi certains comme les Indignés aux Etats-Unis ont parlé des 1% qui concentrent les richesses.

  5. Les Guignols de ce soir
    -sylvester stalon representant GS
    Nous sommes heureux que vous autorisiez bientot le mariage gay
    -PPDA
    heu pourquoi donc?
    -Stalon GS
    ça fait 5ans qu’on vous encule,on va enfin pouvoir officialiser notre union.HA HA HA

  6. Quelles inégalités de revenu entre les pays de la zone euro si les ajustements demandés sont réalisés ?

    En l’absence de fédéralisme, les pays de la zone euro doivent faire disparaître les déficits de leurs balances courantes pour assurer par leurs propres forces leur solvabilité externe.
    Ceci implique une baisse des revenus domestiques, pour réduire la demande intérieure et les importations et pour améliorer la compétitivité par la baisse des coûts salariaux ; l’ajustement par la demande intérieure est aujourd’hui dominant, surtout en France, en Grèce, en Italie.

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=65787

  7. François Leclerc le souligne, il y a quand même une impossible égalité dans les discours que nous servent les responsables en France et sûrement ailleurs en ce moment : souveraineté = abandon de la souveraineté.
    En clair, c’est la souveraineté absolue du Marché que les politiques prétendent nous imposer encore plus. C’est tout l’axe à développer, me semble-t-il, pour les objecteurs de la Dette.

  8. Le Monde ne les aiment pas trop non plus :

    La Cour constitutionnelle inspire « très confiance » à 75 % d’entre eux. Plus que le président de la République (63 %), les parlementaires (40 %), ou le gouvernement (38 %). Sans parler de la Commission européenne (22 %).

    Chaque année, les Allemands déposent en moyenne 6 500 recours devant la Cour. Grâce au mécanisme européen de stabilité et au pacte budgétaire, 2012 est d’ores et déjà un millésime exceptionnel, puisqu’une association, Plus de démocratie, a déposé 37 000 plaintes individuelles contre ces mécanismes qui doivent être jugés mercredi.

    Créée après la défaite de l’Allemagne nazie pour protéger les citoyens contre un pouvoir excessif de l’Etat, la Cour joue pleinement son rôle.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/10/angela-merkel-et-les-scorpions-de-la-cour_1758033_3232.html

  9. Entre 1.5 et 2 millions de manifestants à Barcelone, pour l’indépendance:

    « In – Inde – Independencia », hurlaient un million et demi de manifestants en défilant mardi à Barcelone, à l’occasion du Jour de la Catalogne et à l’appel des indépendantistes qui accusent l’Etat central d’entraîner cette grande région endettée dans la spirale de la crise.

    http://www.rtbf.be/info/monde/detail_a-barcelone-1-5-million-de-catalans-crient-independencia-face-a-la-crise?id=7837054

    Pendant ce temps..

    José Manuel Barroso veut encore de nouveaux traités européens :
    Enième journée « décisive » pour l’avenir de la zone euro, mercredi. Les regards cette fois sont tournés vers l’Allemagne et les Pays-Bas, mais aussi vers Strasbourg, où José Manuel Barroso doit prononcer son discours sur l’« état de l’Union ». Le patron de la Commission pourrait plaider pour la mise en chantier d’un nouveau traité européen. Mais est-il encore légitime pour ce genre d’exercice ?

    Médiapart.

  10. La défense de la souveraineté se fait au prix de son abandon, rappelant qu’un train peut en cacher un autre.

    Très fort ce Hollande !!!

  11. Indispensable Editions LIGNES: Georges Bataille LA SOUVERAINETÉ

    ‘ Pour la première fois en édition séparée, ce livre essentiel de Georges Bataille, écrit au début des années 1950. De tous les essais de Bataille, La Souveraineté est peut-être en effet le plus « fou ». Son objet, pour autant que le titre l’indiquerait sans réserve, serait qu’enfin l’homme soit rendu à sa libre et illimitée souveraineté.’

  12. Bientôt nous aurons une carte d’identité avec un lien sur votre compte bancaire pour les opérations. Puis, la carte bancaire d’identité remplacera la carte nationale d’identité.
    L’individu pourra enfin avoir un prix (nominal) en guise d’identité.

  13. Oui , il y a la trompette , c’est comme un haut-parleur , c’est royal çà couvre le reste , çà chante la
    gloire et la souveraineté ; et le clairon çà sonne au fond des bois .
    D’une certaine maniére la rebiffade de la Catalogne ( mais aussi de la Flandre , de la Lombardie ,
    etc ) s’accompagne d’une croissance du pouvoir Européen , les deux contribuent aux mémes buts
    : détricoter l’absolutisme , ou sa version républicaine Française , la nation . Parce que ces souverainetés d’hier sont rongées par le pouvoir de grands féodaux d’aujourd’hui , les ‘capitalistes’ n’en sont qu’une métaphore . Pour le meilleur , la protection du petit et le pire la réduction du pouvoir en des mains encore plus restreintes …
    Dans sa simplicité biblique les tompettes de Jéricho sonnent la méme ambiguité , chute de la souveraineté de Jéricho et ériction de celle des Hebreux . Mais laquelle est la bonne ?

  14. Pour ceux qui savent lire l’espagnol, voici une intervention remarquable, au Parlement catalan, d’Albert Rivera, député de Ciudadans, groupe minoritaire, et qui est contraire au projet d’indépendance enclenché par le parti au gouvernement (CiU). La défense qu’il fait des minorités et le rappel qu’il ne manque pas de transmettre au président, Artur Mas – lui-même, ou son parti, étant une minorité face aux partis politiques de l’état espagnol -, est à couper le souffle, tant est sa lucidité démocratique. Une transcription est aussi disponible

Les commentaires sont fermés.