UNE QUESTION DE PATIENCE UNIQUEMENT, MONSIEUR LE PRÉSIDENT ?

Quand j’ai vu François Leclerc citer le président de la république française disant :

« La reprise va arriver, c’est une question de cycle »

j’ai bien sûr tenu à aller vérifier aussitôt. Mais non, c’est vrai : les choses vont finir par s’arranger toutes seules : tout ça n’est qu’une question de cycle.

Il y a presque un an, je participais à une table-ronde réunie par Jean-Pierre Chevènement. À un moment donné, Jean-Hervé Lorenzi a expliqué : « De toute façon, cela finira par s’arranger ! ». La salle a retenu son souffle. Mon voisin de panel était Christian de Boissieu, nous nous sommes tournés l’un vers l’autre, sans doute pour vérifier que nous étions bien éveillés. J’ignore si mon visage reflétait davantage de consternation que le sien ; ç’aurait en tout cas été bien difficile.

Mais voilà, nous vivons donc en France en plein cauchemar, avec un chef de l’État qui déclare que « La reprise va arriver, c’est une question de cycle » et qui, pire encore, le croit peut-être vraiment.

Ou bien ne faites-vous, M. le Président, que répéter ce que des « économistes » disent autour de vous ? Si c’est le cas, je tiens à vous rassurer : il y a quand même d’autres économistes que cela en France, qui pourraient vous expliquer que la crise dans laquelle nous sommes plongés n’est pas une phase de faiblesse dans un « cycle » mais que les systèmes financiers et économiques sont depuis cinq ans dans un processus avancé de liquéfaction, que rien jusqu’ici n’a pu endiguer.

Oui, il est possible, M. le Président, en faisant preuve de beaucoup d’imagination de voir dans la crise des années 1930, une crise « cyclique », mais savez-vous en quelle année nous sommes alors sortis de ce cycle ? Aux alentours de 1965. Et il a fallu pendant tout ce temps-là, une bonne guerre pour donner un coup de fouet salutaire à l’économie. La différence avec maintenant ? Avec une planète épuisée entre-temps par nos soins, une complexité qui nous dépasse désormais, le travail en voie de disparition, aujourd’hui, c’est beaucoup plus grave.

Partager :

151 réflexions sur « UNE QUESTION DE PATIENCE UNIQUEMENT, MONSIEUR LE PRÉSIDENT ? »

    1. Le petit père Queuille disait même plus (http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Queuille) :

      « Il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre. »

      Ou bien :

      « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »

      Et encore :

      « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »

      1. Tout finit toujours par « s’arranger », il se trouve que de temps à autre la manière est légèrement désagréable pour certains. Par exemple, guerres, famines, … Dans quelques années (dizaines, centaines, milliers, millions, au choix …) le dernier humain dira : « tout finira par s’arranger » 🙂

      2. « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »: excellent! c’est tout à fait ça.Et vous en connaissez un bout en la matière, Cassandre!

      3. Vous remarquerez la filiation (ou la paternité, chronologiquement parlant? ) directe avec les shadoks et leur logique inénarrable et leurs célèbres devises.
        Morceaux choisis:
        – S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème (cf. plus haut)
        – Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir. Autrement dit : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche.
        – Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas
        – Tout avantage a ses inconvénients et réciproquement.
        – Pour aller quelque part, en général, le plus simple est de partir de là où on veut aller.
        – Avec un escalier prévu pour la montée, on réussit souvent à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente
        …et pour la route:
        – Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.

        🙂

      4. C’est une très mauvaise compréhension du principe du non-agir (wu wei)
        Il ne s’agit pas procrastiner, mais d’avoir le comportement |adéquat|:
        Si l’immobilité est le mouvement juste, on s’immobilise.
        Si l’avance est le mouvement juste, on avance.
        Le modèle comportemental de « l’occidental moyen » est l’agitation. Bouger pour bouger, même quand on ne sait pas quoi faire.
        Dans les situations bordéliques (comme nous la vivons actuellement par exemple) la peur augmente l’agitation. Et le hasard peut faire que le mouvement en cours corresponde à celui qui est adéquat; mais la plupart du temps ça tire à hue et à dia, n’importe comment, à contretemps, contre emploi, contre la logique et contre le bon sens!
        C’est ce qui a été relevé mainte fois dans les commentaires, depuis de nombreuses années, par notre Hôte et son Compère 🙂
        Et c’est ce qui apparait dans les recettes yaka fokon que la popularité du site entraine…
        Heureusement que Monsieur Paul officie maintenant dans d’autres sphères que le « Bar du commerce » où on peut espérer que ses propos tomberont dans un terrain plus propice…
        Il a pourtant un proverbe français qui dit : « Dans le doute, on s’abstient ».

  1. Mais tous les peuples se perdent  » du libéralisme indépendantiste à la cohésion sociale  » Le changement c’est pour bientôt le jour ou le peuple aura compris que nous avons besoin des uns et des autres on aura fait un grand pas. Mais avant de passer par cette étape il faut que de l’eau coule sous les ponts.

  2. Me suis effectivement posé la question sur la vision de notre nouveau président.

    HEC, prof d’économie, conseiller de Mitterand côté financier, président de région qu’il a réussi, en 3 ans, à faire la plus endettée de France.

    Suis convaincu qu’il est sincère dans sa démarche , il pense que la croissance il l’obtiendra avec le temps, il pense sans doute qu’il arrivera à faire changer l’UE, à savoir abandonner la lutte sur l’équilibre budgétaire pour privilégier la lutte contre le chômage, en d’autres termes alourdir les déficits et relancer la machine.

    Mine de rien c’est ce que fait Obama, c’est ce que fait la France depuis quasi 20 ans, Hollande a montré qu’il était homme de gauche et que le capital il ne le respectait pas.

    Je pense que dans son esprit, la sortie de l’Euro n’est pas une solution, par contre faire défaut à la dette doit être sa conviction, bref il a une vision économique très restrictive, on le retrouve avec sa décision d’augmenter les impôts sur les entreprises alors qu’il sait pertinemment que la barque est trop chargée en France et que les Grandes entreprises arriveront à contourner ces augmentations.

    Comme économiste, comme président de région, comme dirigeant du PS, avec Ayrault maire d’une des principales villes de France, il savait que la crise était gravissime, il découvrirait parait-il, non ils savait sauf que sa vision est résolument de gauche.

    Bref il va attendre que le défaut généralisé devienne un évidence et en attendant il va faire ce que la gauche a toujours fait, à savoir dépenser.

    Reste la réponse des marchés, je pense qu’Obama a obtenu que tout le monde laisse passer les élections US avant de venir s’occuper du malade européen, il y a la future élection de Merkel, est ce que pour elle il faut corriger la France de Hollande maintenant ou laisser passer sa ré-élection, telle est la question, ce me semble en voyant le feu nourri des journaux allemands et la réaction de Schroder, je dirais que la fin de l’année risque d’être mouvementée ….

    D’aucun pense sans doute qu’il peut tenter d’accélérer la crise en faisant décôter la France au plus vite pour enfin créer le choc pour réformer notre pays, ce me semble son passé, son manque d’action, suffit de voir ses femmes, l’avis des personnes qui l’entourent, ce serait un mou, me font penser qu’il tangue vers le défaut !!!!!

    Pour y arriver, rendre la situation inextricable et mettre en évidence que la seule alternative est le défaut, sauf que ce me semble ce n’est pas l’idée première de Merkel et de Wall Street, en attendant face à un tel apprenti sorcier, j’ai peur pour notre pays et donc pour moi et mes proches…

    Mais bon, entre le réchauffement climatique, la surpopulation mondiale, la déplétion du pétrole et des matières 1ères, la fin de l’emploi pour tous devant la montée de la productivité, le chacun pour soi comme règle de société, je me dis que Hollande n’est pas pire que les autres, en tous cas il n’est pas meilleur que son prédécesseur…..

    1. J’en viens à soupçonner que l’homme d’Etat génial doit être compté parmi les espèces dont les évolutions récentes ont provoqué la disparition. Cela doit être caractéristique d’un certain stade de décadence d’une civilisation.

    2. La Corrèze n’est pas une région mais un département, Hollande y arrive comme président du conseil général en mars 2008.
      Evolution 2001 à 2010 de l’endettement de la Corrèze.
      Encours de la dette:
      2002: 50.975 millions
      2004: 105,999 millions
      2006: 199,349 millions
      2008: 299,99 millions
      2010: 345,56 millions
      2012 : 363 millions
      La droite (ump) au pouvoir avant lui a donc plus que largement contribué à ruiner le départemement.
      Ceci n’ôte rien au caractère incantatoire de ses propos.

      1. Exact, le seul fait d’accuser Hollande d’avoir surendetté la chiraquorrèzie suffit amplement à discréditer une bourdonnade dont la seule information à retenir par ailleurs (si c’en est encore une pour certains) serait éventuellement que le bourdon est un animal peureux arguant commodément du sort effrayant réservé à « son pays et donc à sa famille » pour excuser ses fàcheux et vains bruissements d’ailes.

      2. Nous avons là la base d’un raisonnement de droite. Avec lequel je suis d’accord. Je vais répéter : l’homme de droite est rapiat avec ses sous, celui de gauche prodigue avec ceux des autres.

      3. Non : l’homme de droite est rapiat avec ses sous et prodigue avec celui des autres , surtout quand ils grossissent les siens propres .

      4. Arrêtez avec vos classifications spécieuses entre « Hommededroite » et « Hommedegauche ». L’un est juste très feignant quand l’autre est juste très fatigué. Le premier n’a aucune peine à le rester, le second beaucoup.

    3. François Hollande serait de gauche ? C’est la meilleure blague que j’aie lu sur ce site depuis longtemps. 😀

      @Cassandre: Homme d’État génial. Il me semble que ces trois termes sont incompatibles entre eux. Génial signifie seulement que rétrospectivement les actes d’un individu sont qualifiés comme tel.

      Un héros en temps de guerre est un criminel en temps de paix. Il n’y a pas de génie là-dedans.

      1. Remplacez « génial » par le mot qui vous plaira. Il s’agit, hors considération morale, de gens assez remarquables pour décider et faire réaliser des choses indispensables en allant, au besoin, contre l’opinion publique et les intérêts en place.

      2. Abiram,

        Un héros en temps de guerre est un criminel en temps de paix.

        Ça ne veut strictement rien dire sinon une hénaurme connerie.

    4. Vous oubliez le réacteur n° 4…
      Quant à être meilleur, il est impossible d’être pire.
      Mais à l’impossible, nul n’est tenu !

      1. Depuis que François Hollande est président du conseil général de Corrèze :

        – Le nombre de fonctionnaires du département a été augmenté de 50%, passant de 831 à 1 231.

        – Le département a acheté 5 400 iPad au géant Apple, sans même consulter les producteurs français de tablettes. Il s’agirait de l’une des plus importantes commandes groupées d’iPad au monde.

        – En 3 ans, la dette de la Corrèze a explosé de 25% (+87 millions d’euros). Il s’agit du département le plus endetté de France (3 fois plus que la moyenne nationale).

        – Les charges de personnel du département ont augmenté de 54,95%.

        – Les capacités d’autofinancement pour le remboursement des emprunts ont baissé de 33,04%.

        – En 3 ans, le nombre d’années théorique pour rembourser la dette corrézienne a doublé, passant de 9 à 18 ans.

        – Les investissements du département ont été diminués de 60% sous la présidence Hollande.

        – La taxe foncière a augmenté de 6,5%.

        – La gratuité des transports scolaires a été supprimée.

        – L’aide aux petites communes a été supprimée.

        – L’allocation personnalisée d’autonomie des personnes âgées a diminué, comme les prestations de compensation Handicap.

        – Des bourses étudiantes ont été supprimées.

        – La taxe des permis de construire a été augmentée de 300%.

        – La Trésorerie nette en fin d’exercice était positive au 31/12/2008 (9,424 millions d’euros) et largement négative l’année suivante (7,891 millions d’euros, au 31/12/2009).

        Hollande a été élu mars 2008, l’année 2008 est donc quasi de sa gestion, sans polémiquer plus, juste se rendre compte que dans ses décisions en tant que Président de la France, il y a un parallèle frappant entre ce qu’il a fait en Corrèze et ce qu’il fait actuellement.

        Mon propos, qu’un HEC, prof d’économie qui a été gestionnaire en 2008 de la Corrèze, donc en pleine crise, n’ait pas pris conscience de la crise réelle jusqu’à l’année 2012, me semble aller totalement dans le sens de ma réflexion, il découvrirait aujourd’hui que la crise est gravissime, que je sâches imputer alors à Hollande plus que ce qu’il a fait ou que ce qu’il n’aurait pas fait à bien peu d’importance…l’économiste Hollande est un fumiste

        Maintenant arrêtons de gausser sur il est de droite ou il est de gauche, les partis politiques français ne sont pas à droite, je vous rappelle qu’un Blair était travailliste et a fait une politique plus à Droite que Chirac, je ne parle pas du socialiste Schroder…

        Mon propos a au moins le mérite de tenter de mettre un mot sur la phrase culte de Hollande, nous serions en bas du cycle et il suffirait d’attendre la remontée…

        Je persiste à dire qu’il est un homme de Gauche, au delà de la mise en coupe réglée de notre planète par les riches, l’homme est un dominant et le renier est une preuve évidente de faiblesse intellectuelle.

        Est ce la capitalisme qui est la cause de tout, vous oubliez la nature humaine qui est carnassière et nous a permis d’être ce que nous sommes aujourd’hui.

        Bref au delà du trait, le gestionnaire Hollande est de gauche et fera donc une politique de gauche, qu’il ait rapidement l’obligation par marché interposé de devoir évoluer, je ne suis pas certain du tout qu’il se révèlera libéral, il est et restera homme de gauche avec cette capacité particulière du PS français, il croit comme nombre de français que seuls ils savent, ce qui explique qu’il indique également qu’il soit bon dans ces temps troublés que ce soit un homme de gauche qui soit à la tête de notre pays …

        Non seulement il est incompétent mais il croit détenir la vérité, c’est le pire qui pouvait nous arriver, il restera pendant tout son quinquennat droit dans ses bottes, son « inaction » actuelle vient de sa conviction, comme tous les socialistes, qu’il sait … entre le roseau Sarko et le chêne Hollande nous allons bientôt savoir qui tient le mieux la tempête !!!

        Seul problème, si la gauche a pu jusqu’à présent profiter de l’histoire pour se contenter de prendre dans une poche pour la mettre dans une autre, aujourd’hui cette série s’est arrêtée, que ce soit par mondialisation interposée ou complexité extrême des liens économiques, un seul pays ne peut plus faire marche seul.

        Nous payons toujours les 35 heures, nous payons les 25% des emplois en France liés à l’état, nous payons des prélèvements de 56% contre 48% en Allemagne…

        Ce n’est pas le coût du travail qui pose réellement problème, non juste cette différence entre 48 et 56% de prélèvement sur l’économie faite par l’état, hors pour l’instant Hollande a fait comme en Corrèze, il a augmenter les impots, augmenter les emplois liés à l’état, nous ne voyons toujours pas d’économie réelle du monstre ETAT FRANCAIS … quant aux équipes de réflexion qu’il a installées, nous savons désormais que leurs conclusions seront modelées in fine par Hollande et lui seul … ce qui n’est sans doute pas une bonne idée pour obtenir l’aval et l’accord de tous les français !!!

        A longueur de temps vous appelez sur ce blog à la remise en cause du capitalisme, pour ma part et pour notre pays j’appelle à une remise en cause totale de notre fonctionnement.

        Quant à savoir si je suis de droite ou de gauche, si je crains pour mes économies ou non, il y a plusieurs manières je pense de donner son avis, style le producteur de pinard Berurier dans la forme, dont la langue n’apporte pas d’avis sur le sujet sauf cette délectation à tenter de noyer les commentaires, et d’autres, qui tentent d’apporter un avis..

        J’ajouterais, face à la grande remise en question qui attend notre pays, si tout les français restent assis sur cette séparation droite gauche, qu’il y a les bons du côté gauche et les mauvais à droite, je vois mal comment un consensus pourra être trouvé !!!!

        Je n’irais pas au delà de cette réponse, juste dire que je suis pessimiste pour notre pays, Hollande me semble bien léger pour affronter la tempête qui s’annonce, hors cette tempête en tant que français je la subirais …. et vous aussi

        Bon WE

      2. Bourdon, « bzzzzbzzzzbzzzbzzz…» et ça fait pas d’miel, et ça pique même pas. Idem le cafard, synonyme au figuré itou, mais lui au moins est silencieux.

      3. Bourdon à 15:43
        Comprends pas moi votre pessimisme, dès lors que nous nous situons, nous français,  » hors » la tempête annoncée.Vais finir par être or de moi.

      4. Est ce la capitalisme qui est la cause de tout, vous oubliez la nature humaine qui est carnassière et nous a permis d’être ce que nous sommes aujourd’hui.

        Il ne vous aura bien sur pas échappé que le triptyque capitalisme/libéralisme/marché permet justement de laisser libre cours à la nature « carnassière » (tendance paramécie, voire leming) de l’homme. Comme dirait l’autre, c’est ballot !

        Mais vous avez sans doute raison, le  » capitalisme » c’est merveilleux, l’état c’est môche, pas beau, bouh, ringard, sert à rien…

    5. Hollande a montré qu’il était homme de gauche et que le capital il ne le respectait pas

      Excusez-moi j’ai un doute, c’est bien de l’humour que vous faites là ?

      1. Bourdon :
        Tous les poncifs habituels d’un genre de pensée qu’on voit bien dans les médias dominants, pas d’idée juste des critiques répétées sur le trop de prélèvement c’est la faute au 35h ou autres niaiseries du genre : et dans le reste du monde la crise, c’est la faute au 35 h, ou bien il y a des causes plus profondes ?

      2. @ Kaiel ci dessous,

        J’aime votre manière simple d’éluder les questions, pour vous les 35 heures n’expliquent rien, j’ai aussi précisé, sans doute l’avez vous zappé que l’Etat Français avait un taux de prélèvement de 56% sur l’économie de notre pays contre 48% en Allemagne.

        A votre avis, qui supporte ce différentiel monstrueux de 8%, à votre avis les subventions sur les 35 heures ne sont-elles pas incluses dans ces 8%, ce faisant qui assument ces 8%, d’autres entreprises car pour notre malheur la création de valeur vient de l’entreprise, les footeux, les artistes contribuent un peu, la bull immobilière également mais principalement ces 8% se retrouvent dans les charges des entreprises.

        Notre pays n’a finalement pas de vrais chiffres à proposer, cela permet de dire tout et son contraire, je suis transporteur, la balance commerciale française du transport routier est déficitaire avec tous les pays limitrophes de la France, et pas qu’un petit peu nous sommes littéralement laminés…

        A votre avis, qu’elles en sont les raisons, nous avons les même camions, nous avons le même gaz oil, sommes nous moins intelligents pour diriger, avons nous peur d’envoyer nos camions à l’étranger ….

        Qu’est ce qui fait la différence dites moi, sur ce cas très précis, je vais vous le dire simplement, la seule différence réside dans le chauffeur, ses règles de travail et son salaire …

        Il vous est facile de vérifier cela, dites moi un peu qu’est ce qui fait la différence de coût qui explique que nous ne puissions pas lutter contre nos confrères étrangers …

        Un très bon sujet d’étude, pas de coûts d’immobilier, pas de logistique, juste un coût qui fait que nous ne pouvons pas lutter contre tous les pays qui nous entourent !!!!

        Quant à Hollande, c’est le sujet ce me semble de cette conversation, alors pour une fois arrêtez de parler de poncifs, de pensées dominantes, dites moi réellement ce que vous pensez au lieu de vous cachez derrière des phrases toutes faites….

        Nous allons devoir réinventer la France, celle qui donne encore des primes de charbon au conducteurs de la SNCF, celle qui permet à un certain nombre de syndicats, dont les patronaux, de bénéficier d’avantages exhorbitants liés à la gestion Colbertiste- Napoléonienne, France restée sous le système féodal de contrôle du pays…

        Suis convaincu que la France a quelque chose de plus que les autres pays et qui explique notre force, notre pays est riche de culture et de territoire, nous pouvons produire et passer tout notre temps dans notre pays, c’est la richesse intrinsèque de la France qui nous permet tout en étant plus mauvais d’avoir des résultats, mais dans cette crise de société qui s’annonce, il n’y a pas que le capitalisme à revoir, il faut aussi remettre à plat le fonctionnement de notre pays au XXI ème siècle.

        On parle toujours de Napoléon pour ses guerres, ne voit on pas cette force qu’il a donnée à notre pays en 10 ans, droit civil, découpage de la France, armée, la remise en forme de Paris, cette force qu’il a donnée à la science, en Egypte il ne s’est pas contenté de faire la guerre …

        Aujourd’hui il nous faut un nouveau Napoléon-organisateur, je crois qu’inconsciemment nous avons pu croire que Sarko l’était, nous avons besoin d’un tel chef actuellement, le seul objet de mes messages était de tenter de répondre à cette question Hollande sera-t-il ce chef et ma réponse est désespérement NON !!!!!!!!!!!

      3. @bourdon

        Nous allons devoir réinventer la France, celle qui donne encore des primes de charbon au conducteurs de la SNCF, celle qui permet à un certain nombre de syndicats, dont les patronaux, de bénéficier d’avantages exhorbitants liés à la gestion Colbertiste- Napoléonienne, France restée sous le système féodal de contrôle du pays…

        Et blablabli et blablabla…

        La prime de charbon n’existe plus depuis la fin de la traction vapeur (1974). Il suffit de 10 secondes de recherche sur internet pour vérifier ça, mais c’est trop demander sans doute à un troller de votre gabarit.
        Allez Sarko (ou Copé), dévoile-toi !!!

      4. Ya big souci et gros hiatus du coté cortical bourdonnant là. On peut pas quasi dans la même phrase dénoncer le « colbertisme-napoléonien » (ok) puis en appeler à un nouveau grand plannificateur napoléonien sans risquer une grave et douloureuse hyperextension synaptique.
        A moins de se contenter de souhaiter un nouveau Napoléon juste encore plus regardant sur la préservation des intérêts du transport routier que nos gouvernants successifs depuis… lurette, évidemment. Et là oui, décidément, on retrouve bien le bourdon dans sa rigide entièreté, sans grand écart, ni contorsion, ni élongation, ni arrachements ligamentaires : mon pays, ma famille, ma boite, ma gueule.

      5. @bourdon

        Qu’est ce qui fait la différence dites moi, sur ce cas très précis, je vais vous le dire simplement, la seule différence réside dans le chauffeur, ses règles de travail et son salaire …

        si je lis bien, pour que vous puissiez engrangé plus de bénéfices, vous aimeriez voir vos salariés payés au smig des pays concurrents…

        Cela relèverait du pur esclavagisme, au du moins d’une doctrine ultra-libérale dont par ailleurs vous êtes victime.

        Vos chauffeurs sont Français et vivent en France!
        Croyez-vous qu’avec 354 € /mois ( Pologne ) , 319 € ( république Tcheque ), 123€ ( Bulgarie ) etc etc , ils pourraient être aptes à faire leur boulot.

        Un conseil, soyez entreprenant comme Napoléon, et délocaliser là-bas, en acceptant aussi la baisse de vos propres revenus…

  3. Je ne peux m’empêcher de citer Malraux avec cette fameuse citation qui n’est peut-être pas de lui!!!
    Le 21 siècle sera spirituel ou ne sera pas.
    Il est clair que les problèmes qui sont à résoudre exigent plus que notre intelligence actuelle une dimension de compréhension beaucoup plus vaste est attendue.
    Nous sommes dans des contractions d’une naissance d’un autre monde, et pour l’instant les solutions envisageable sont utopiques (car pas encore entendables par une certaine masse critique).
    Pas confortable cette affaire!!!!!!

    1. Jean Toussaint Desanti disait que les horreurs du 20 siècle ne serait qu’une grande kermesse à côté de celles du 21 siècle. Les gens ne se laisseront pas crever sans rien dire disait-il!

      1. Ca fait pas loin de 50 siècles que certains s’essaient à dater précisément l’apocalypse. Ce type de déclaration n’apporte strictement rien.

      1. Césarienne sans anesthésie, plus spectaculaire, un truc bien biblique quoi, avec Charlton Heston dans le rôle de la sage-femme.

    2. Il n’y pas de solution envisageable, actuellement.
      Toute les solutions envisageables ne peuvent partir que de l’existant.
      Or l’existant n’est pas pérennisable…
      Je vais prendre un exemple maritime – Monsieur Paul appréciera. 🙂

      Nous avons pris la mer avec un navire plus ou moins bien préparé pour le voyage.
      Certains marins sentant la mer ont prévenu de la méchante tempête qui approchait
      Le commandement n’en a tenu aucun compte et personne n’a pris les dispositions nécessaires pour l’affronter (capeler tous qui est capelable, réduire la voilure, etc… les marin savent :-))
      Maintenant la tempête est là et le navire est en perdition!
      Croyez vous que ce soit maintenant qu’il faillent s’inquiéter de capeler, de sortir les voiles de tempête, calfeutrer la voie d’eau qu’on a laisse trainer..?
      Croyez vous que ce soit maintenant qu’il faut faire des plans sur le nouveau navire, sur les sécurités qu’il faudra y mettre et autres fariboles…?
      NON!
      Maintenant il faut se soucier de sauver l’équipage. S’assurer que chacun ait bien enfilé sa brassière, rassembler les équipements de survie pour tous, préparer les radeaux et se préparer à quitter le bord. Parce que, s’il ne faut jamais abandonner une épave qui flotte, il vaut mieux éviter de sombrer avec.

    1. Un pan de sa personnalité est dévoilée: passivité, ou l’inutilité de l’action.
      Ne rien devoir faire est aussi une marque de fabrique du conservatisme, un tempérament autant qu’un engagement politique.

      Croire à l’éternel retour cyclique , c’est ne rien voir de la nouveauté actuelle.
      La croissance , solution universelle pour le budget et le chômage, est impossible…
      Le cadre est entre de bonnes mains mais c’est lui le cadre qui tient l’homme .

  4. Il ne nous restait pour asile que cette tour d’ivoire, où nous montions toujours plus haut pour nous isoler de la foule. (Gérard de Nerval, Discours de combat)

  5. là, de Stockolm, je garde un oeil sur le site de Jorion et en lisant cet article, je viens de manquer de m´etouffer au petit-dejeuner …

    1. @ constance Daerdenne

      Reste à savoir si c’est le point de vue défendu dans le billet où les faits qui l’étayent qui vous sont difficiles à avaler, et surtout pourquoi, car vu de chez moi ni l’un ni l’autre ne paraissent très surprenants… A moins que ce ne soit encore autre chose?

  6. Nous sommes dans la période de mise en discrédit du parti socialiste par les financiers. L’UMP, c’est fait.Il pourrait encore faire illusion une fois mais j’en doute. La montée des partis extrémiste est l’avenir. Certains les appellent « populistes ». Ils sont à l’UMPS. Ce sont les meilleurs alliés des extrémistes.

    Je me demande dans quelle mesure l’application rigoureuse du libéralisme le plus pur a facilité l’arrivée de gens comme Hitler au pouvoir. Hayek s’occupait de l’économie autrichienne. La politique de Weimar était purement monétariste, austérité dans toute sa splendeur. Il y a là une piste.

    PS : Cette déclaration du président Hollande me fait penser qu’il a adhéré à cette économie financière de marché et qu’il croit que toute crise de ce truc est un incident momentané et local. Il rejoint dans cette idée un certain Alain Minc qui voyait dans la crise un problème psychologique et rien d’autre.

  7. …les systèmes financiers et économiques sont depuis cinq ans dans un processus avancé de liquéfaction…

    La liquéfaction, c’est un moment du cycle économique où il y a trop de liquidités dans le circuit ou bien le stade ultime de la décomposition d’un corps ?

    Il est clair que notre monde est à bout de souffle, et il extrêmement grave que les hommes politiques continuent de le nier et de le cacher aux peuples. Les médias nous parlent de la vague de froid, des incohérences du suivi de Mohammed Merha, du prix du gaz… Rarement, pour ne pas dire jamais, ne sont évoqués les problèmes de déplétion, de surpopulation, de la folie du système financier qui nous mène droit dans le mur, du dictat du profit et de l’égoïsme qu’il engendre.

    Notre monde, l’humanité, ne servirait donc qu’à l’enrichissement de quelques nantis, prêts à laisser crever 7 milliards d’humains, bientôt 9, sans lever le petit doigt ? Le tout avec la complicité bienveillante des gouvernements qui on cédé leurs prérogatives à des organisations non démocratiques car non issues d’un quelconque vote : FMI, BCE…

    Hier sur France Inter, un électeur Étasunien anonyme, républicain of course, expliquait qu’il fallait moins d’état, moins de taxes, et plus drôle encore que le mariage gay ne relevait pas de la competence de l’état mais de l’église !

    Avec ce genre d’arguments, les USA et donc le monde sont sur une pente vertigineusement glissante, un peu comme des freins de bicyclette pour contrôler un 38 tonnes dévalant l’Alpes d’Huez…

    Le cycle en question se terminera où selon vous ? Et quel « cycle » ensuite ?

    1. Si l’on brise une chrysalide, on y découvre un liquide noirâtre et épais où l’on ne distingue ni la forme de la larve en train de se dissoudre, ni celle de l’insecte parfait qui émergera un jour. Les périodes de turbulence sont de cette nature.

      Les nervures de l’avenir

  8. moi j’ai retenu ce paragraphe :

    « Mais parce que je pense que pour la France, c’est mieux que ce soit la gauche qui fasse cette mutation, qu’elle le fasse par la négociation, dans la justice, sans blesser les plus fragiles ni les déconsidérer. Les autres l’auraient fait sans doute, mais brutalement »,

    En français dans le texte, cela veut dire qu’il va faire la même politique (« de mutation ») que la droite, mais en plus « soft » sur la forme (un autre commentateur citait la théorie de la vaseline chère à Lordon).

    C’est à dire qu’il n’a ni l’intention, ni la capacité intellectuelle (je ne parle pas d’intelligence mais d’ouverture d’esprit, de tradition d’anticonformisme) pour faire ce virage de « l’anti-rigueur » dont certains le croyaient capable.

    Les baisses de charges, les négociations démembrant le droit du travail en contrepartie d’une garantie de l’emploi (appelée du nouveau nom marketing de « sécurisation de l’emploi » cf. Programme du gouvernement du 22/08/2012), nous allons donc y aller.

    C’est d’ailleurs déjà inscrit dans la note d’orientation remise par le gouvernement aux partenaires sociaux le 7 septembre 2012 : cela s’appellera les accords « compétitivité – emploi » : je cite le document : « permettant à l’employeur, en contrepartie de l’engagement de ne pas licencier, de diminuer la rémunération des salariés ou d’aménager leur temps de travail sans leur accord. »

    Nous nous dirigeons donc vers un scénario « à la grecque », avec une suite que nous connaissons déjà (FN etc…).

    CM

    1. @CM 09h52 capacité intellectuelle ? pourquoi ne pas dire : clairvoyance & courage ? il est vrai qu’il perdrait sa solide réputation de « gentillesse » …

    2. Eh oui!

      P. Jorion nomme le PS les socialistes de droite.
      Pour changer les choses, il faudrait abroger la loi 1973, créer un banque nationale publique de crédit productif pour investir dans des projets à long terme, séparer les banques d’affaires et de dépôts de façon stricte. Voilà la base première pour un changement. A la place de cela on va avoir une réforme édulcorée de la finance sous la houlette de Moscovici avec ses copains coquins. Tout le reste ne sert à rien et nous conduit dans le mur car les fondations sont pourries.

      J’ai entendu dire qu’un investisseur s’était proposé pour le rachat de DOUX, mais quand il a appris que les investissements pour le canal qui devait relier la Seine au nord de l’Europe ont été stoppé, il s’est retiré. Donc le développement des infrastructures et de l’économie sont étroitement liés. Si on ne comprend pas ça alors c’est foutu.Par ailleurs, les projets TGV ont été gelés; c’est très mauvais signe.
      Le gouvernement se fourvoie.

      1. A qui appartient une monnaie ? A la communauté dans son ensemble (vision allemande) ou à l’État (vision française) ?

    3. Très juste Cédric.
      J’ai moi aussi ‘tiqué’ sur cette phrase mais disons que la première me suffisait largement quand je l’ai reproduite.
      Plus avant, il y a aussi l’utilisation du conditionnel, renforcé par ‘sans doute’, quant au fait que la droite aurait fait exactement la même chose.
      C’est pire, donc : ‘heureusement il y a la gauche pour faire ce qu’aurait peut-être fait sans doute la droite, la gauche !’
      Pour les dits ‘accords’, comme on dit : « c’est en cours ».
      Qu’on ne vienne pas me casser les casses-noisettes avec les syndicats par la suite.

      1. Le texte précise que ces accords devront être entourés de garanties « renforcées » pour les salariés, notamment en cas de retour à « meilleure fortune des entreprises ». Toujours cette croyance absolue dans un cycle, qui tel Godot, viendra tous nous sauver en se retournant…

        Quand j’ai découvert cela début septembre, j’ai ri….. Mais ce n’était pas drôle crois-moi !

        CM

      2. CM, plus que le cycle : la transcription en droit social du droit des affaires.
        La clause de retour à meilleure fortune permet à un débiteur de solliciter un abandon d’une partie de ses dettes à ses créanciers, contre cette clause, qui gage les bénéfices futurs (selon les modalités définies).
        « Sur un plan comptable, l’existence de cette clause doit être mise au clair par son inscription en hors-bilan. »
        Ce qui n’est pareil que la clause de bonne fortune, qui attribue la plus grande part des bénéfices à ceux qui ont pris les risques.
        Soit, en l’espèce, les salariés.
        Et que donnera-t-on pour une clause de retour à meilleure fortune (et non de bonne fortune) ?
        Le retour aux salaires précédents.
        Pas la mise en gage des bénéfices futurs.

        Pas belle, la vie (des entreprises) ?

      3. oui, c’est sûr qu’un gvt de droite n’aurait même pas pris la peine de ce type de clause, alors qu’avec les socialos, les salariés gardent l’espoir de voir leurs salaires remonter au niveau précédent…. un jour….. s’il reste suffisamment dans les caisses après les dividendes bien sûr !

        Au passage, en terme de « garanties » j’aurai plutôt vu des sanctions en cas de non respect des engagements (c’est le sens premier des garanties non ?), mais là nada ! Comme d’habitude, on ne peut pas accabler une pôvre entreprise qui va si mal qu’elle est obligée de baisser les salaires.

        J’arrête là.

        On va finir par regretter la précédente équipe (non je rigole !).

        CM

    4. Ces déclarations de Poulpe 1er sont tout simplement effarantes, affligeantes, pour tout dire désespérantes. Le scénario à l’espagnol, voire à la grecque semble maintenant inévitable en effet. Et oui en 2017 la France va être offerte à MLP et sa clique de fachos.

      1. C’est en effet prévisible.

        Rappelons que la règle est un classique de l’histoire politique française (constamment vérifiée récemment) :

        L’extrême-droite réussit grâce aux échecs de la gauche (1986, 2002, 20?? )

        C’est comme ça, on y peut rien…

        J’avoue qu’aux dernières présidentielles j’ai voté en le sachant. Et je n’ai rien fêté au soir du 2nd tour.

        CM

  9. C’est juste : ce n’est que dans le milieu des années 1960 que le Dow Jones a retouvé sa cote d’avant le krach de 1929.

    1. Misère de la pensée économique… Aller chercher des preuves historiographiques dans l’indice Dow Jones… Fausses qui plus est puisque c’est en 55 que le DJIA retrouva son niveau de 29 et c’est par contre à partir 65 qu’il connut sa plus longue période de stagnation, près de vingt ans jusqu’aux années Reagan, 82 et après la purge Volcker à la Fed.
      Et puis quoi ! Il en est pas si loin le Dow de son record « histérique » de 2007 ! So what ?
      Bref mon « DJ diagnostic » : une crise mondiale de trente ans comme le dit Paul, quinze ans d’hébétude, d’entre-deux , de sursis, de bavardages spécieux, de pusillanimité, de broutilles vellétaires, de post-truc, post-bidule, de démissions, de rémissions au-dessus de l’achèvement d’un long travail de sape utilitariste et/ou néolib puis trente d’hubris friedmano-hayékienne avant The Big One, la nôtre, here and now.

      1. Dites, vigneron (j’ai bien noté l’absence de majuscule), vous avez déjà essayé d’écrire quelque chose ?
        …Un polar, un roman, une pochade, une fiction, une autofiction, de faux mémoires ou des vrais, les lettres persanes d’aujourd’hui, le Balzac de quelque chose à la Vian, du Verheggen, du Teulé, du vigneron ?

        Je me demande si vos talents et votre vocabulaire ne sont pas dignes d’un meilleur objet…

        Cordialement !

      2. Bah, j’crois qu’y a que les mots d’amour et la poésie qui vaillent la peine de s’crever l’cui à vraiment écrire. Par contre va p’têt falloir que j’concocte mon vignodico, j’commence à avoir vraiment du mal à me relire…

      3. d’un autre coté, savoir quand on arrive a remonter au même niveau qu’une bulle n’a pas grand sens… pour savoir qu’une crise est fini, je suggère plutôt de regarder les courbes du chômage, et du nombre de personne en misère sociale (action des soupes populaires.. quand ont-elle revenu a un niveau « normal » après la crise de 29 ??)

        Si un gars a la prochaine présidentielle annonce qu’il souhaite être évalué sur le nombre de demandeur aux resto du coeur, je vote pour lui !

  10. A ce que j’ai compris, Hollande a signé le traité européen sans en changer une virgule. De plus, le budget 2013, comme les budgets 2011 et 2012, a été voté en maintenant en Euros courants, le budget précédent: dépendance aux marchés financiers?

    Question idiote: qu’apporte-t-il de plus que Sarkozy? Le mariage civile homosexuel?

      1. Pas vaseline non, juste de l’émollient convenu de chez convenu.
        Le problème, au-delà de l’annonce qu’une sortie de crise est possible ou probable, ce qui quoi qu’on en dise, est bien le moins qu’on puisse attendre d’un discours politique, c’est bien l’usage du mot cycle qui tente de faire accroire qu’un retour à un Même, passé voire regretté, serait encore possible.

    1. Qu’on puisse repérer aisément ses conneries et en parler en ayant le temps d’en parler.
      L’autre, on n’avait tout simplement plus le temps pour se faire.

      1. @zebu 17h29 « pour se faire  » id est « pour se le faire » ou pour ce faire » ? dans le 1° cas ,cela exige d’être coriace .

  11. « c’est une question de cycle »

    Il aurait fallu poser la question à Ounas, à Romulus Augustule, ou encore à Constantin XI.

    1. Vous faite bien de rappeler ces grands cyclistes. Les forçats de la route (à la catastrophe), le nez sur le guidon, nous ferons toujours rêver.
      Hollande et le cycle : une histoire de vélo pas volé.

  12. Les cours d’Henri Guillemin montre en effet que ça finit par s’arranger . Les nantis , les puissants ont pour cela une recette : une bonne guerre où la caryatide ( les gens du peuple , ceux qui travaillent ) se fait tuer sur le front , ça purge le pays comme une saignée , ça retire une bonne partie des forces vives du peuple du monde des vivants ( sinon , cette force vive pourrait faire une révolution comme en 1789 ou pire 1792 ou la Commune de Paris ) . Chute démographique , donc moins de chômeurs , moins de revendications sociales , plus moyen de lutter contre les chiens de garde armés au service des gens de biens .

    Rappel :http://gillemin.blogspot.fr/

    A voir : La Révolution Française , le Commune de Paris , l’Autre Avant-Guerre .
    Le visionnage est entièrement gratuit .

    1. Diviser pour régner c’est vieux comme le monde : plus important que l’Art de la guerre, c’est l’Art de créer les guerres.

  13. Il est nécessaire de rajouter ce que François Hollande a dit juste après : « Il peut aussi y avoir un scénario noir, celui de la récession. Le rôle du chef de l’Etat, c’est de préparer toutes les hypothèses ».
    En conclusion : François Hollande pense que l’économie va se redresser d’elle-même, ou bien que l’économie va rentrer dans une récession mortifère. Merci pour ce pronostic, M. le Président !

    1. Parce qu’on n’y est pas, en récession, avec 0,00025% de croissance ?
      Depuis combien de temps ?
      Il attend l’INSEE pour préparer ses hypothèses ou faut qu’on l’aide en plus ?

    2. Tiens, je ne savais pas que l’on pouvait « préparer » des hypothèses…..comme quoi il faut s’attendre à tout.

  14. Oui, il est possible, M. le Président, en faisant preuve de beaucoup d’imagination de voir dans la crise des années 1930, une crise « cyclique », mais savez-vous en quelle année nous sommes alors sortis de ce cycle ? Aux alentours de 1965. Et il a fallu pendant tout ce temps-là, une bonne guerre pour donner un coup de fouet salutaire à l’économie. La différence avec maintenant ? Avec une planète épuisée entre-temps par nos soins, une complexité qui nous dépasse désormais, le travail en voie de disparition, aujourd’hui, c’est beaucoup plus grave.

    C’est ce que j’ai souvent entendu dire. Rien de tel qu’une bonne guerre pour tout remettre d’aplomb ! Ou encore on détruit tout, et on repart ensuite sur de bonnes bases, il suffit de voir la réussite industrielle de l’Allemagne et du Japon après la Seconde Guerre Mondiale pour s’en convaincre.

    En réalité, la Seconde Guerre Mondiale a été l’occasion d’une formidable mobilisation des énergies qui a permis un accroissement dantesque des capacités de production, pas seulement en accroissant le nombre de machines, mais aussi et surtout en améliorant énormément, partout où cela était possible, les méthodes de production. Ainsi notamment du développement de l’industrie des machine-outils en Allemagne et au Japon.

    Au final, et dans le cas des Etats-Unis notamment, la guerre n’a pas causé de destructions matérielles, elle n’a pas davantage effacé la dette, mais la production, parce qu’elle a atteint un degré d’efficacité jamais vu, a augmenté dans des proportions telles que l’économie a été puissamment relancée, contribuant ainsi à ramener le niveau d’endettement général à un niveau très faible rapporté à la production globale, le fameux Produit Intérieur Brut.

    Et au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, il est apparu évident aux décideurs américains qu’il n’y avait pas d’autre « choix » que de reconvertir toute cette industrie militaire de masse en industrie civile de masse, la fameuse société de consommation.

    Le souci, c’est que dans la poursuite de cette logique, il faudrait pour s’en sortir, sans rien changer aux paradigmes économiques qui régissent le fonctionnement de la société occidentale, porter la production et donc la consommation à des sommets paroxystiques en regard desquels notre consommation actuelle ferait pâle figure.

    Et pour cela, il faudrait trouver de nouvelles sources d’énergie en regard desquelles l’énergie fossile que nous utilisons aujourd’hui abondamment devrait nous faire sourire. Ce n’est pas gagné…

  15. À priori je ne pourrai pas me déplacer à Bruxelles le 5 décembre, mais j’attendais beaucoup de l’intervention d’Emmanuel Todd dans le cadre de la chair Stewardship of Finance (http://www.vub.ac.be/events/2012/les-élites-européennes-incompétence-historique-et-anthropologique).

    J’espère qu’il expliquera pourquoi nous avons des élites incompétentes mais aussi comment faire pour nous en débarrasser pacifiquement.

    1. @MM , »comment faire pour nous en débarrasser pacifiquement » superbement dit ,et de quoi mettre le coeur en joie ,en ce jour Des Morts .Mais ,au fait , qu’est-ce qu’une Elite ? j’avoue que c’est le « comment faire » qui me préoccupe le plus !

    2. Dans une conférence, il dit que 40 nous a débarrassés de « l’élite » militaire, que cette crise pourrait nous débarrasser des vieux cons de sa génération (il ajoute qu’il l’a toujours exécrée), par contre, vu l’age moyen de nos populations, on n’a rien à craindre de l’éventualité d’une guerre. Voilà en substance, vous trouverez ça sur youtube.Par contre, j’aimerais bien savoir s’il continue à parier sur le hollandisme révolutionnaire. Et de quelle révolution il s’agit.

      1. Todd et son exécration de l’élite, j’m’excuse, mais c’est un peu le nombril qui se fout du chapeau.

        Où avez vous lu que Todd exécre les élites?!! C’est mille fois le contraire: il suffit de lire Après la démocratie.

      2. Non, non, vigneron, Todd n’exècre pas les élites, il y a quelque part une interview de lui sur la toile où il dit très clairement qu’il n’a rien contre le principe des élites, quand elles sont à la hauteur il trouve très bien qu’il y en ait, et il n’est pas contre quelques privilèges mesurés.

        Il se définit dans le même entretien comme membre d’une certaine petite bourgeoisie.

    3.  » pourquoi nous avons des élites incompétentes  »

      En effet, pourquoi le seraient-ils ? Les évidences manquent, en tout cas ce n’est pas si clair… Par exemple, le peuple, les pauvres et tout ça, ils doivent bien avoir leur part de responsabilité, vu qu’il nous font pas une rame – y’a qu’à voir le taux du chomage- et que ça ne les empêche pas de réclamer.
      Tu leur donnes le petit doigt, ils t’ arrachent le bras.
      Alors que de l’autre côté, les intelligentes élites, elles savent se tenir et elles savent leur place. En france, récemment, les élites du CAC40 ont présenté au gouvernement un plan d’action: rien que du raisonnable, pas une once de revendications abusives. Et ils étaient polis, tout propre sur eux, la cravate discrète et pas un pli au pantalon. Résultat : le gouvernement a reçu leur bafouille avec la componction qui fallait. faut se dire que les élites du CAC40 n’ont que l’intérêt de la communauté en vue et ce souci comprend aussi les pauvres. Des élites comme ça, totalement dévouées à l’intérêt commun et apolitiques, – c’est important, apolitique- le monde entier nous l’envie. Si leurs projets tournent mal,ce n’est pas de leur faute… Ils font ce qu’ils peuvent. D’ailleurs, ils en souffrent.

      Mais on peut appliquer un principe: celui de la responsabilité – ou la loi inverse du lampiste, spécial SNCF.
      Pour les responsabilités des élites, on peut consulter quelques livres des Pinçon-Charlot.
      J’espère que sur ce sujet notre ami Todd ne fera pas dans la dentelle.

  16. « La reprise va arriver, c’est une question de bicyclette ».
    C’est ainsi, Monsieur le Président, de la locomotion pédalisismicomique, que vous irez faire un tour de France pour être au plus près de vos concitoyens fort abîmés psychiquement, je vous l’accorde, et sous le choc d’une compétitivité en rétropédalage : pas celle rêvée par vos patrons dans tout les cas – mais peu importe – eux-mêmes n’étant qu’un détail (envoyé) dans les décors.

  17. Cet article : http://www.businessweek.com/articles/2012-11-01/its-global-warming-stupid#p3 est à lire pour ce qu’il rappelle du fonctionnement d’une démocratie représentative : il y a des sujets, même vitaux, qu’il convient d’éviter soigneusement d’évoquer si l’on veut être élu.

    Quant à Normal 1er, même fraîchement investi, il reste sur la même ligne : si l’heure est gravissime, c’est une raison impérieuse pour n’en rien dire (surtout quand on n’entrevoit que des solutions qui fâcheraient les électeurs) !

    1. On ne peut plus adapté à :

      Un naïf
      2 novembre 2012 à 08:59

      Il ne nous restait pour asile que cette tour d’ivoire, où nous montions toujours plus haut pour nous isoler de la foule. (Gérard de Nerval, Discours de combat)

      Et l’hélicoptère prêt dans l’éventualité d’un vrai clash, pour se réfugier sur leur île paradisaique, comme l’ancien boss de Paul.

  18. C’est pathétique.
    Pathétique et complétement flippant.
    On a déjà le parti ultra-conservateur de Marie-Antoinette qui mène sa caste à échafaud dans son hubris anarcho-capitaliste.
    Manque plus qu’un Necker pour mettre le pied à l’étrier à une vraie représentation populaire… et permettre à la poudre de s’enflammer.
    Qui sera le prochain premier ministre?

  19. Bien sur que c’est une question de cycle!!
    Celui dans lequel nous nous inscrivons désormais est darwinien et donc relatif à la survie (ou non) des espèces! On peut voir des cycles partout en regardant bien. Même le Big Bang, tiens, pourrait s’avérer être la première phase d’un cycle, précédant le Big Crunch (décidément). A moins qu’il s’agisse du cycle ondulatoire des Branes qui composent les univers parallèles et dont les collisions créent autant de Big Bangs… Le recyclage d’idées éculées: encore un cycle!

    1. En lisant les commentaires suivants je me rend compte que j’ai omis d’adjoindre le nom de François Hollande à mon évocation des univers parallèles. Dont acte.

  20. C’est bien la fin de l’empire Romain, avec des dirigeants qui bouchonnent de ci de la, hypnotisés par la finance et ce qu’ils désignent comme  » Les réalités »
    Hollande, on le voit bien, a renoncer à diriger, c’est à dire à anticiper, en renonçant en deux mois aux annonces de sa campagne concernant sinon l’économie du moins la finance. Les récentes décisions fiscales annoncées sont consternantes en matière de relance, du mauvais Sarkosy; à ce train la à la fin de son mandat l’Espagne nous aura dépassés.
    Je me console parfois en feuilletant « Les raisons d »une espérance » d’Hesserl-Morin, mais ne peux m’empecher de penser qu’il faudra désormais de la chirurgie, le temps de la medecine homéopathique est révolu.

    1. @ bernard laget
      L`espagne nous aura dépassée ? Disons que la France aura reculée plus que l Espagne qui n aura pas avancée

      1. la France aura reculée plus que l Espagne qui n aura pas avancée

        Chouette !
        Faisons, ce que la Loi naturelle ( chère au divin marché ) nous montre !

        Faisons le PFSG …allez, rajoutons le I. =) le IPFSG …
        et laissons, les DUK faire leur divin GMT, sans nous …
        Sommes complémentaires …
        nous le ferons peut-être avec Q, not’ marché : vivent les langues romanes z’é celtes ….

      2. @ Ardéchoix

        Ne sous estimez pas les Espagnols, la guerre civile a laissé chez eux plus de ressorts que la défaite de 1940 de la France.
        Je ne suis pas de ceux qui regardent l’Espagne comme un « Pays du sud » d’un air condescendant

      3. Et, quand on parle de l’Espagne, il ne faut surtout pas oublier l’exemple qu’ils ont su donner au monde en effectuant une transition politique non-violente inédite dans l’histoire. Les fascistes de droite et de gauche ne s’en sont toujours pas remis et n’ont trouvé rien de mieux que s’appuyer sur la propagande de leurs clones du nord pour redorer leurs blasons – à la con pour que ça rime – auprès des foules.

  21. La « sortie » ne peut passer par Hollande , puisqu’elle est mondiale .

    Elle peut arriver  » par l’absurde » : fin de l’aventure .

    Elle peut arriver par l’esclavagisme de la majorité, pour un « répit » : c’est la tendance en cours.

    Elle peut arriver par un « nouveau cadre » , compris et voulu par une majorité de citoyens du monde , entendu et porté par une majorité des « grands de ce monde » , pour une ère plus durable : c’est , je crois, ce que l’on souhaite ici . où l’on cherche et  » fait entendre » .

    Mon attente envers François Hollade n’est donc pas différente de celle que je peux avoir vis à vis de toutes celles et ceux qui « représentent » leurs peuples ( enfin j’espère ) :

    Ne tardez pas , quelque soient les médicaments que vous octroierez plus ou moins généreusement , à nous sortir d’un système infecté et infectieux , sinon nous serons très vite passé du « répit » à « l’absurde » .

    1. Juan
      Bien entendu, il s’agit d’une situation globale, structurelle et morale. Il n’y a plus d’hommes providentiels, les américains commencent à le comprendre sauf au Tea-Party

      Le cas Hollande ne se pose que au niveau des espoirs qu’il avait suscités pendant sa campagne, et qui ont fondus comme neige au soleil.

      1. Le cas Hollande ne se pose que au niveau des espoirs qu’il avait suscités pendant sa campagne, et qui ont fondus comme neige au soleil.

        « En pleine montée de la tempête capitaliste, une assemblée de plagistes de la politique va s’entre-congratuler ou gémir à guichet fermé » ( Méluche)

    2. La « sortie » ne peut passer par Hollande , puisqu’elle est mondiale .
      « La sortie ne peut passer par Hollande », beaucoup vous l’accorderont, mais pourquoi donc la sortie devrait-elle être mondiale?
      Ce genre de credo m’étonne toujours beaucoup. Car ce sont généralement les mêmes qui font l’éloge -à juste titre sans doute- des bienfaits de la diversité culturelle, source des progrès de la civilisation, et qui, comme les libéraux, au demeurant, considèrent qu’il n’y a qu’une seule politique économique possible pour tous les pays du monde. La France n’est pas l’Allemagne, et la Grèce encore moins, et c’est pourquoi la politique de A. Merkel -si elle convient (peut-être) aux allemands- n’est pas applicable à la France ou à la Grèce. L’idéologie de la mondialisation a tellement pénétré les esprits qu’il ne peut plus y avoir aujourd’hui de solution autre que mondiale.

      1. Erreur : l’egoisme promu au rang des nations.
        Nous n’en sortirons pas seul. Un ilot de félicité ( félicité, pour ne pas dire: de joie consumériste ) dans un océan de malheur n’aura pas de durée.
        ( de toute façon nous en sommes loin..)
        Les solutions peuvent être locales, le but est global.

        Pour juan;
        « Ne tardez pas , […] , à nous sortir… »: le pauvre homme à qui vous vous adressez est loin d’être providentiel. Et c’est tant mieux. C’est « nous, qui nous sortirons de… » et non un politicien de rencontre. Il est légitime et c’est déja beaucoup.

      2. @daniel :

         » Ne tardez pas … » s’adresse à  » celles et ceux qui … »

        @carlo:

        C’est bien parce que » la France n’est pas l’Allemagne , qui n’est pas la Chine , qui n’est pas …; » et que le problème à résoudre n’est pas celui de la France , ou de l’Allemagne , ou de la Chine , mais celui de tout ce beau monde arcbouté sur un système qui ne peut plus apporter de bonne réponse ….au marché, aux atteintes graves aux ressources vivantes ou « minérales » de la planète, à la paix mondiale,et aux besoins minimaux décents de tous , que l’évolution ne peut être qu’une remise à plat des relations internationales , des fondamentaux du marché , de la place de la science , du respect de la loi commune ,de l’usage de la force , de la mesure des impacts de nos actes .

        La stratégie de ghettoïsation est celle des nantis du système , qui s’organisent d’ailleurs pour ça , dans la défebsive où ils commencent à être .

        On ne peut exploser et phagocyter le système qu’en explosant les ilôts , et d’abord ceux des nantis .

        ça ne peut efficacement se faire que  » par le haut » , sinon les ilôts ont de  » beaux jours  » devant eux .

        Si c’est trop long , il faudra bien en passer par des arguments plus sommaires et violents .

        Se replier sur son territoire , dans le monde tel qu’il est , ne pourrait que nous donner « un répit » de quelques années , qui , paradoxalemnt sera mis à profit par  » la force dominante » ainsi renforcée ( devinez laquelle) , pour finir de zombifier les nations .

        Vous aurez peut être du mal à le croire , mais, selon moi , la meilleure façon de conserver une diversité possible parmi les peuples , c’est d’en passer par un  » format » mondial .

      3. @ Daniel
        Erreur : l’egoisme promu au rang des nations.
        C’est ce que ne cessent de répéter les libéraux. A quoi vous auriez d’ailleurs pu ajouter que les solutions nationales, voire européennes (le protectionnisme etc.), c’est la guerre. Tant qu’on est intellectuellement prisonnier du cadre, on ne peut guère espérer pouvoir en sortir…

        @juan nessy
        La stratégie de ghettoïsation est celle des nantis du système , qui s’organisent d’ailleurs pour ça
        C’est étrange mais j’ai le sentiment exactement inverse: la mondialisation a été voulue et mise en oeuvre par les nantis du système qui ont décidé de mettre tous les hommes en concurrence … au plus grand profit de ces mêmes nantis.
        « Se replier sur son territoire , dans le monde tel qu’il est , ne pourrait que nous donner « un répit » de quelques années » .
        S’accorder « un répit » de quelques années (quand ce n’est pas moins) n’est-ce pas, au fond, le but de tout être vivant? La vie est-elle autre chose que l’interruption momentanée (« quelques années ») et locale (« sur son territoire ») du processus entropique? Pourquoi mépriser à ce point ce qui est périssable? Seul l’absolu a-t-il une valeur? C’est du cadre intellectuel dans lequel nous raisonnons qu’il faut déjà commencer par sortir …
        « Vous aurez peut être du mal à le croire , mais, selon moi, la meilleure façon de conserver une diversité possible parmi les peuples, c’est d’en passer par un « format » mondial »
        Effectivement, j’ai un peu de mal à le croire … exactement comme j’aurais quelque difficulté à croire que la meilleure façon de s’abriter de la pluie, c’est de sortir lorsqu’il pleut…

      4. @Carlo :

        Quand je vois : secret bancaire , paradis fiscaux , shadow banking , milices privées ,maffias ,  » ghettos » au sens propre de riches , privatisations de territoires ou îles de taille significatives , je lis ghettoïsation des nantis .

        Si je perçois bien ce que vous tentez d’exprimer par l’image de la pluie , et si c’est l’eau de pluie l’ennemi , je relève , sans mépriser rien ni personne , qu’on ne s’en absout pas longtemps en « restant à l’abri », car l’abri est plein de trous dans la toîture et déjà bien trempé de l’intérieur ( il est même « en dette » vis à vis de la pluie) ; pas plus , bien sur, on ne peut s’en absoudre en sortant tout nu en pleine averse .

        On cherche des alliés et intelligences pour faire qu’il n’y ait plus d’eau de pluie , et qu’on puisse éponger l’eau qui imprègne nos intérieurs .

        Quand une baignoire déborde , la première action efficace n’est pas de fermer la porte de la douche pour éviter l’inondation de la pièce d’à côté . La première chose à faire est de fermer le robinet de la baignoire .

        Ce que vous appelez sans doute de vos voeux est une sorte d’autarcie nationale . Elle ne résisterait pas 8 jours .

        Le medef , le CAC 40 , nos banques , EADS , Total , LVMH , …des tas de petits rentiers franchouillards, nos voisins immédiats , et surtout le sytème financiaro capitaliste … vous inonderont dans cette même semaine , sans bouée ni abri .

        Est ce leur  » faire allégeance » que de jouer mondial ?

        L’allégeance est dans le système financiaro-capitaliste mondial .

        Pour vraiment sortir de l’allégeance , c’est sur le terrain mondial qui faut faire pièce au système .

        C’est sans doute plus complexe et difficile que de s’enfermer chez soi ; ça mobilise plus de monde et d’intelligences . Pour moi , il ne fait pas de doute que c’est pourtant la voie sûre et sans risque de retour de manivelle .

        Elle nécessite par contre , à tout le moins, qu’on n’hésite pas ( et même qu’on revendique ) d’afficher cette voie , fût-ce nationalement , sans crainte de la « sanction  » des marchés et des agences de notation . Il y a un risque ? Pour qui au final ?

        Banco !

        Il sera temps de voir après , selon les évènements , s’il faut ajouter d’autres fusées « nucléaires » ( virtuelles ! … mais disposer de réelles, pourrait aussi donner à réfléchir aux nantis trop incrédules ) , à la panoplie des défenses de la liberté des peuples .

        Tout ça serait davantage dans ce que certains appellent , le génie français .

        Parce que le génie français entre « cycle » et « récession » pour l’actuel , et entre soumission de fait et parti des nantis , pour l’ancien …ça le fait pas vraiment ., comme le TSCG qu’ils ont en commun ainsi que les pansements de secours ( même si l’un a des sparadraps un peu plus larges que l’autre )

        On se contentera de l’appeler  » bon sens  » , pour autant qu’on poursuive le but d’une société vivante , vivable , libre ; ça doit être traductible dans pas mal de langues et compris dans plusieurs continents .

  22. y’a comme un vent de sinistre rose sur ce blog ..

    Mais entre nous , même si l’on peut regretter que les politiques soient attachés à la langue de bois , QUI sont ceux qui osent prétendre qu’après la pluie ne vient pas le beau temps ?
    Les pessimistes et les dépressifs .

    Il est temps de choisir son camp .

    1. Ou comme on peut le lire sur ZeroHedge :

      on a long enough timeline the survival rate for everyone drops to zero

      C’est vaguement insultant pour les réalistes de les traiter de pessimistes ou de dépressifs 🙂

      1. « C’est vaguement insultant pour les réalistes de les traiter de pessimistes… »

        ici et maintenant, le réalisme, le vrai, engendre le pessimisme …et non la non-pensée-méthode-coué …
        pessimisme qui, ayant pris la juste mesure de la situation, cherche une issue … non pour soi, ni pour une frange sur-pognonnée, mais raisonnablement heureuse pour le plus grand nombre …

        la dite-pensée positive, trés prônée par les multinationales, et les « dominants » en général, ne sert qu’à décérébrer, démobiliser et faire perdre tout esprit critique … elle fait partie du processus de domination et d’emprise … (ex. : soyons « positifs », « ils » savent ce qu’ils font, « ils » nous en sortirons ….) !!!

      1. Le pessimisme , c’est ne rien faire.

        La politique des élites , c’est faire des conneries par dogmatisme et les rattraper par peur de perdre leur rôle d’élites.
        Ne vous figez pas que sur la première partie du programme .

  23. J-H Lorenzi économiste de gauche, nature plutôt optimiste, C de Boissieu économiste de droite, nature plutôt réaliste. Au moins, ces deux là ont une formation, une carrière et des références réelles.
    Pour les autres économistes tout dépend de qui l’on parle… car la crise nous a quand même apporté son lot de manipulateurs, de charlatans et de prophètes opportunistes, comme toujours.
    Il a raison notre président, il y a des cycles, mais surtout des cycles que l’on découvre après coup. L’hiver de Kondradieff, avec ses 3 ans d’effondrement et ses 15 ans de déflation, par exemple… Pour l’instant notre cycle de désendettement se passe plutôt bien avec les banques centrales aux manettes et une petite stagflation pas trop mal maîtrisée.

    1. Glups,

      Pour leur part, Barclays et BNP Paribas devront relever de 2 % leur ratio de fonds propres durs. Citigroup, Deutsche Bank, HSBC et JPMorgan Chase devront, eux, faire le plus gros effort en relevant de 2,5 % leur ratio.

      Le Big Five, deux Us, deux britishs, une française, une allemande…
      Alors plus 2 à 2,5% sur, allez à la louche, mini dix mille Mds de $ d’actif au total, ça fait… pas mal… en plus « du reste » bien sûr.

  24. September 1928, “There is no cause to worry. The high tide of prosperity will continue.” – Andrew W. Mellon, Secretary of the Treasury.

    October 14, 1929 – “Secretary Lamont and officials of the Commerce Department today denied rumors that a severe depression in business and industrial activity was impending, which had been based on a mistaken interpretation of a review of industrial and credit conditions issued earlier in the day by the Federal Reserve Board.” – New York Times

    December 5, 1929 – “The Government’s business is in sound condition.” – Andrew W. Mellon, Secretary of the Treasury

    December 28, 1929 –“Maintenance of a general high level of business in the United States during December was reviewed today by Robert P. Lamont, Secretary of Commerce, as an indication that American industry had reached a point where a break in New York stock prices does not necessarily mean a national depression.” – Associated Press dispatch.

    January 13, 1930 – “Reports to the Department of Commerce indicate that business is in a satisfactory condition, Secretary Lamont said today.” – News item.

    January 21, 1930 – “Definite signs that business and industry have turned the corner from the temporary period of emergency that followed deflation of the speculative market were seen today by President Hoover. The President said the reports to the Cabinet showed the tide of employment had changed in the right direction.” – News dispatch from Washington.

    January 24, 1930 – “Trade recovery now complete President told. Business survey conference reports industry has progressed by own power. No Stimulants Needed! Progress in all lines by the early spring forecast.” – New York Herald Tribune.

    March 8, 1930 – “President Hoover predicted today that the worst effect of the crash upon unemployment will have been passed during the next sixty days.” – Washington dispatch.

    May 1, 1930 – “While the crash only took place six months ago, I am convinced we have now passed the worst and with continued unity of effort we shall rapidly recover. There is one certainty of the future of a people of the resources, intelligence and character of the people of the United States – that is, prosperity.” – President Hoover

    August 29, 1930 – “American labor may now look to the future with confidence.” – James J. Davis, Secretary of Agriculture.

    20 septembre 2008 – “Le gros risque systémique est derrière nous.” – Christine Lagarde, Ministre de l’Economie.

    « La reprise va arriver, c’est une question de cycle. » Mais oui, M. le Président, tenez, reprenez encore un peu de tisane, voulez-vous ?

  25. Bon, c’est juste pour dire, mais c’est zébu qu’a fait la citation, pas François Leclerc.
    Evidemment, on va me citer à comparaître devant le tribunal de la propriété pour délit d’appropriation : rassurez-vous, je plaide ‘coupable’ d’avance !

  26. Remarquons qu’il est logique que ceux qui se présentent à des élections périodiques et qui prennent leur place dans la rotation aient foi dans le cycle, d’autant plus quand ils viennent d’attraper la queue du Mickey

  27. soit on résoud réellement le problème de fond
    surproduction de productions toxiques ( qu’elles soient financières ou marchandes)
    et on accepte de descendre sans rappel possible d’une très haute marche
    soit on n’accepte pas et on court vers l’écroulement , ce qui reviendra au même en pire( à cause des éboulis, c’est instable les éboulis)
    encore quelques tempêtes de ci delà et tout le monde prendra l’eau

    il a beaucoup beaucoup plu à buenos aires venise et en pas mal d’autres sites ces temps derniers occasionnant des inondations sur des territoires assez vastes qui contribuent à ralentir les échanges et endommager gravement les structures de production et communication

    si on décide de reconstruire et réparer tout sur les mêmes bases sans profiter de l’occasion pour investir dans une autre modernité alors ce sera foutu pour un changement de cycle qui tente d’éviter la case chaos

  28. Le crétinisme, la lâcheté et la corruption ont envahi la classe politique depuis longtemps.
    Un des anagrammes de ENA n’est-il pas ANE avec tout le respect que je porte à cet animal ?
    A ceux qui attendent le rebond économique pour demain matin, je dis qu’un ballon crevé de toutes parts ne saurait rebondir, à moins qu’il ne s’agisse d’un ballon de rugby dont on ne sait jamais à l’avance dans quelle direction il va rebondir.
    Il semblerait par ailleurs que changements climatiques et fin de civilisation coïncident à travers les âges.

      1. Ah non !

        Le massilia, ce n’est pas une fuite, bien au contraire !

        Un vilain traquenard (tendu par Darlan avec la complicité de Noguès) pour tenir éloignés de l’Assemblée les plus dangereux au moment du vote des pleins pouvoirs de juillet 1940.

        Révisez votre histoire et sortez des poncifs de la propagande vichyste.

        CM

  29. Bonsoir à tous

    Quand on pédale dans la semoule, mieux vaut, en effet, rester bien concentré sur le cycle!

    Cordialement.

  30. Hollande est vraiment intelligent (ne riez pas), seul problème c’est aussi vraiment un faible (ne riez pas bis), il vient encore de le demontrer en rappelant que son action est difficile et qu’il le savait mais qu’il fallait respecter son action etc…et patati et patata : il est simplement en état de souffrance, dépassé, fragile.
    Un tel profil a plus ou moins conscience de son état et essaie de compenser comme il peut : c’est la pauvre Aurore Martin, totalement inoffensive, qui vient d’en faire les frais, en étant sacrifiée.

  31. Il y a l’infiniment grand du cosmos.
    Il y a l’infiniment petit du monde des particules élémentaires.
    Il y a l’infiniment médiocre du monde politique, et l’infinie désolation qu’apportent leurs décisions aux problêmes qui se dressent devant nous.
    Je suis pessimiste…mais pas encore desespéré.

  32. C’est une réelle déception, que F. Hollande ait des compétences (et des lacunes) n’est pas l’unique question, il a le temps d’appendre. Le plus inquiétant, c’est que « derrière » le président il y a un gouvernement et un grand parti politique. C’est l’espèce de tétanisation, ou de léthargie, de l’ensemble qui m’inquiète le plus. Le PS semble vouloir uniquement corriger les dérives d’une droite extrêmement libérale, sans avoir une « idée » du sens politique.
    Car les réformes c’est maintenant, ou jamais. Si ce ne sont que des apparences et que les réformes se font en catimini, c’est aussi très maladroit.
    Vu le contexte economqiue, c’est difficile j’en conviens, mail Il y a au moins une décision à prendre : celle de gouverner, ou pas.

  33. Une question de patience M.Le Président……
    « ruines vrai refuge enfin vers lequel d’aussi loin par tant de faux . Lointains sans fin terre ciel confondus pas un bruit rien qui bouge . Face grise deux bleu pâle petit corps coeur battant seul debout . Eteint ouvert quatre pans à la renverse vrai refuge sans issue .
    « ruines répandues confondues avec le sable gris cendre vrai refuge…… »
    extrait de SANS de s.beckett 1969 in « Têtes -Mortes « 

  34. il me semble que l’action ne peut se faire qu’au niveau de la microéconomie car les politiques qu’elles soient de gauche ou de droite restent empêtrés dans leur doctrine respective. Pour sortir du cadre, il faut inventer autres choses que l’actionnariat et le fonctionnariat. Un autre modèle économique, comme par exemple celui de l’entreprenariat social dont Jean Marc Borello est l’un des principaux acteurs
    http://youtu.be/FD9cTILZYe0

    1. la gestion des transitions ne peut pas se passer de l’action. Celle ci se trouve dans l’esprit d’entreprise. Or les politiques n’agissent pas. Elles débattent et prennent des décisions qui peuvent ou non influer sur les leviers de l’économie mais la force d’inertie est immense d’autant que les réponses à la crise s’inscrivent dans des systèmes de représentations obsolètes et d’ intérêts conflictuels (croissance – austérité)
      J’ai donc l’intime conviction que le changement macroéconomique ne peut se faire qu’à l’échelle de la microéconomie par la mise en place de modèles entrepreneuriaux basés sur des valeurs humanistes
      http://vimeo.com/20431660

Les commentaires sont fermés.