ROMNEY vs. OBAMA (yawn…)

Oups ! On est à 48 heures (pas même) des élections présidentielles américaines, et je ne vous en ai encore rien dit (c’est dire si j’ai été passionné – d’où le « yawn » du titre = « bâillement sonore » en américain). C’est que ni l’un ni l’autre candidat n’a rien dit dans sa campagne électorale qui puisse faire penser qu’il veuille prendre le taureau par les cornes – non pas que les chefs d’État ou de gouvernements européens aient quoi que ce soit à leur remontrer sur ce point.

Jusqu’il y a quelques jours, et depuis un mois ou deux, j’étais convaincu que Romney allait gagner (l’effet d’apoptose dont je vous parle depuis quelques temps = la tendance des systèmes biologiques condamnés, à se suicider), et puis Michael Bloomberg, maire de New York, indépendant (ex-démocrate, puis ex-républicain), a pris position en faveur d’Obama, reprochant à Romney de s’être droitisé récemment pour des raisons purement électoralistes, mais surtout, dans le sillage du cyclone Sandy, de nier le changement climatique, et de mettre du coup en péril la vie des New Yorkais dans les années qui viennent – message reçu cinq sur cinq dans « the Big Apple ».

Du coup, 1 point ou un peu plus regagné par Obama, ce qui nous situe au niveau du match nul (voir le graphe de Real Clear Politics).

Alors ? Vous vous souvenez peut-être des recomptes fascinants de l’an 2000 dans le match Bush contre Gore, quand tout ne tenait qu’à un fil, à savoir les rondelles des perforations des bulletins de vote, dont il fallait déterminer si elles étaient plus ou moins à moitié pendouillantes ?

Les choses s’étaient réglées sur une décision de la Cour Suprême américaine qui, étant selon une vieille coutume de la République, majoritairement d’extrême-droite (le cauchemar de Roosevelt ! Scalia, Thomas, Rehnquist, Kennedy en particulier en 2000), avait choisi le candidat le plus proche de ses vues.

En cas de match nul cette fois-ci, la Cour Suprême, avec Alito dans l’ancien rôle de Rehnquist, confirmerait comme en 2000, le candidat le plus à droite, à savoir Romney.

© Real Clear Politics

Partager :

90 réflexions sur « ROMNEY vs. OBAMA (yawn…) »

  1. Yawn, oui, mais quand-même… Tout serait tout de même un peu moins compliqué pour nous si Romney retournait faire ses barbecues avec les saints des derniers jours. Si ça continue, il va falloir que je change mon nom pour Detrouille.

      1. Excellente émission de Mermet aujourd’hui 5/11

        L’interview de l’historien Eli Zaretski sur la situation américaine et de la gauche en particulier.
        Point de vue intéressant surtout sa conclusion.
        D’un coté cela rassure de savoir que de l’autre coté de l’Atlantique, il existe des penseurs humanistes mais le développement de leur vision nous amène lentement vers un pessimisme sordide de par la gravité de la situation.
        L’abrutissement du peuple américain ne doit pas nous servir de modèle comme tente de l’imposer les oligarchies et les médias français.

        http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-l-amerique-qui-flippe-ou-l-amerique-qui-floppe-11

        Merci à Daniel Mermet le seul « résistant » sur FI !

      1. Merci pour le lien Merl. J’en profite pour en extraire un bout et le tendre à Molflow.

        Areva, le nucléaire à tout prix

        Une entreprise comme Areva illustre à merveille la continuité entre lobbying et dépenses électorales. Sans surprise, l’équipementier nucléaire concentre la majeure partie de ses dépenses de lobbying – plus d’un million de dollars déclaré par an depuis 2005 – sur les projets de loi relatifs à l’énergie et aux normes de sécurité et de pollution qui pourraient affecter la viabilité des centrales nucléaires. Les dons aux candidats effectués par Areva dans le cadre de la campagne 2012 suivent la même logique. Ils sont versés à des politiciens influents et connus pour leur soutien au nucléaire, qu’ils soient républicains (Fred Upton et Mike Simpson) ou démocrates (Steny Hoyer et James Clyburn). L’entreprise a également organisé des séminaires dans le cadre des conventions républicaines et démocrates pour assurer la promotion du nucléaire [*]. Cette stratégie d’influence, déjà contestable en elle-même, semble désormais justifier toutes les dérives et toutes les compromissions. Comment expliquer qu’une entreprise publique française finance ainsi six congressistes républicains se réclamant du Tea party ?

        * Source : arevablog ici et .

    1. Je suis d’accord, c’est une question de calcul de risques. Et là je dois dire que non, je ne suis pas du tout partant pour un périple de ce genre. Je vais tirer-au-flanc et me porter pâle, tout de suite. À demain, si le dieu des tarés le veut bien.

    2. Dieu a fait les planètes et nous faisons les plats nets

      A cul foireux toujours merde abonde

      Deux citations de Rabelais qui, pour une raison ou une autre, me semblent fort à propos :).

      1. Voilà, je suis de nouveau d’accord avec vigneron. C’est la Fed le gros problème. Son assise entre deux chaises fait déjà jongler le monde depuis des lustres, si en plus elle tombe totalement entre les mains des illuminés, sauve-qui-peut. Pas besoin d’être grand clerc, je crois.

    3. Place nette, genre ‘Twist again in Teheran’ ?
      Ben …
      Bien que Romney et Obama aient fait assauts de « c’est moi qui est le plus ami d’Israël » et de « c’est moi qui est le plus l’ennemi de l’Iran » (le vote juif et ultra-chrétien), faut quand même noter que l’administration Obama a fait ce qu’elle a pu pour retarder Netanyahou dans ses plans de frappes préventives, ce qui a jusqu’à maintenant plutôt fonctionné. Ce que Romney n’a pas manqué de reprocher à Obama, à raison, vu les rapports ‘tendus’ entre les deux administrations.
      Sûr que si Romney est élu, faudra s’attendre rapidement à ce que les faucons israéliens fassent ce qu’ils savent faire si bien : de vrais conneries. Version XXL.
      Pour le reste, c’est idem.
      Mais rien que pour ça, vaut mieux l’un plutôt que l’autre (ce qui ne garantit pas qu’un fois élu le dit Obama ne fasse pas la même chose à ce sujet que Romney : disons que c’est un pari, rien de plus).

      1. C’est amusant parce que le canard mainstream favori des va t-en guerre, le Washington Post, a fait exactement le pari inverse, en appelant à voter Obama, qu’ils trouvent certes pas encore assez dur, mais ils ont encore moins confiance en Romney

        Quelque soit l' »heureux » élu, ça va finir à la Last Resort leurs conneries de toute façon ^^

      2. @ rototo :
        moins confiance en Romney sans doute parce que ce mec pourrait dire l’inverse demain si tel devait être son plus grand gain : pas ‘fiable’, en quelque sorte, pour le WP.
        Il l’a déjà prouvé avec le vote d’un ‘medicare’ dans son état, avec l’accord du sénateur Tedd Kennedy, mais aussi sur l’avortement (sa blouse a craqué tellement il l’a retourné, selon les besoins).
        Alors qu’Obama …

      3. Ouais, ouais, ça c’est les discours de campagne.
        Dans les faits, faut quand même voir que les plus opposés à une intervention militaire « préventive » contre l’Iran sont les états-majors des armées US et israëlienne. Ils connaissent leurs capacités et les conséquences potentielles d’un tel acte.
        De plus il faudra que le président US qui autorisera ça trouve les sous pour le faire. Pas gagné d’avance.
        J’espère juste avoir raison, pour une fois.

    1. Yéti, tu as appris cela ce matin sur France Inter ?

      Quand je pense que tu aurais pu l’apprendre sur le Blog de Paul Jorion le 18 mai 2010, il y a presque deux ans et demi, dans L’argent destructeur !

      Il est plus aisé de se faire élire à un poste politique quand on appartient à un parti soutenu par l’industrie financière. Cela a conduit aux États-Unis à un système qui se rapproche de l’ancien système électoral censitaire. La cour suprême des États-Unis a récemment suspendu pour les entreprises toute limitation des dons politiques. Et ce en invoquant le principe de la libre expression ! Naturellement, les entreprises ont des ressources financières d’un tout autre ordre que l’individu moyen. Avec de l’argent, on s’achète de l’influence sociale. Un coup d’état n’est donc pas nécessaire, pas besoin d’envoi de troupes. Une fois encore : l’argent procure le même type de service.

      1. comment ont-ils justifié cela ? les personnes physiques ont aussi en principe droit à la liberté d’expression, non?

      2. Mais… mais… l’arrêt de la Cour Suprême US dont parle mon billet date du 21 juillet 2010 ! Soit presque deux mois après l’article sur « l’argent destructeur » !
        Bon, il est vrai que le 5 novembre 2008, j’avais aussi écrit une chronique intitulée « La Gueule de bois » dans laquelle on pouvait lire :

        Et puis, dans un univers aussi personnalisée (en apparence) que le monde politique américain, Obama n’est pas seul. Pour se faire élire, il lui a d’abord fallu lever des millions de dollars afin d’avoir une chance de battre campagne. Et ces millions de dollars ne sont pas tombés du ciel, mais des coffres (encore) bien garnis des puissances d’argent. Ceux-là mêmes qui nous ont jetés là où nous pataugeons aujourd’hui comme des âmes en peine.

        Car, c’est ainsi, pour pouvoir être élu président des États-Unis d’Amérique, il faut D’ABORD être adoubé par le monde du fric. La “démocratie” américaine est une notion largement privatisée, bien loin de l’idée de service public, car soumise à la dure loi du marché et aux impératifs de rentabilité pour les actionnaires.

        Mais bon, ces grands gamins d’Américains des États-Unis sont tellement prévisibles… 😉

      3. Yéti, tu fais une erreur sur la date : l’arrêt Citizens United v. Federal Election Commission, n’a pas été pris le 21 juillet 2010 mais le 21 janvier.

        Mes fameux « pouvoirs prophétiques » me permettent de prévoir en mai une décision prise le mois de janvier précédent, mais sont insuffisants à me permettre de prévoir une décision qui sera prise au mois de juillet suivant. 😉

      4. les 5 plus gros donateur d’Obama : University of California, Microsoft, Google, DLA Piper et Harvard University.
        5 plus gros donateur de Romney : Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley, Bank of America et Credit Suisse.

        Il n’y a pas que l’industrie financière, il y’a l’industrie tout court et les universités (puissantes aux EU)

      5. « Avec de l’argent, on s’achète de l’influence sociale. »

        Il y a une différence entre miser sur un cheval et gagner souvent, et truquer une course hippique.

        A part ça j’ai toujours du mal à comprendre la posture française consistant à toujours ramener l’affaire au décompte des voix des élections de 2000 aux USA (certes cocasse), quand à chaque élection française on s’aperçoit d’irrégularités :

        http://www.lepoint.fr/politique/annulation-de-l-election-de-la-deputee-ps-de-l-herault-dolores-roque-24-10-2012-1520702_20.php
        http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/devedjian-repasse-devant-les-urnes-le-9-decembre-28-10-2012-2272035.php

      6. Du capital au Capitole… By the way, existe-t-il un algorithme modélisant les homophonies approximatives à l’origine des calembours ? L’écrivain Vassili Alexakis expliquait il y a peu qu’il se retenait d’en faire dans ses romans d’abord écrits en français pour ne pas avoir à les traduire en grec, une langue qui se prête mal au calembour (vu les conséquences mortelles de la querelle du iota, on ne peut que l’approuver). Hugo disait que le calembour « est la fiente de l’esprit qui vole ». Un algorithme peut-il saisir l’esprit en plein relâchement sphinctérien ? Le calembour, une activité linguistique irréductible aux mathématiques ?

    2. C’est la premiere fois que je lis un journaleux ou un blogueur se targuer d’avoir sorti un billet deux mois apres un autre sur le blog de celui-ci… qui plus est pour se justifier de nous la resservir deux ans après. Yet i can’t.

      1. une petite remarque sur « Yes we can » : tout le monde connaissait le slogan d’Obama en 2008 mais personne n’a repris ou n’a mémorisé le slogan de 2012, « Forward » , moins facile pourtant en un seul mot..

    3. BRL, le calembour restait en cale en cour de Louis l’antépénultième (Ridicule). Sur les fientes de Vinaigre Huile, on raconte qu’il s’en débarassait les (prestigieuses) entrailles littéraires dès potron-minet en couchant sur papier moult calembours, contrepèteries et autres facéties vulgaires…

      1. Le Prince des Poètes ne pouvait se risquer à contrepéter en bonne société, à l’heure du thé. Si cette girouette des lettres eut de la constance, c’est dans le soin qu’elle mit à conserver sa clientèle bourgeoise tout en lui soutirant quelques larmes, à reverser, bien sûr, au dossier du procès en réhabilitation des nantis. Voilà ce que fulmine Léon Bloy sur la panthéonisation de Victor Ego dans Le Désespéré (chap. 32) :
        « Lorsque Marat eut achevé son ignoble existence, « on le compara, dit Chateaubriand, au divin auteur de l’Évangile. On lui dédia cette prière : Coeur de Jésus, Coeur de Marat ! ô sacré Coeur de Jésus, ô sacré Coeur de Marat ! Ce coeur de Marat eut pour ciboire une pyxide précieuse du garde-meuble. On visitait dans un cénotaphe de gazon, élevé sur la place du Carrousel, le buste, la baignoire, la lampe et l’écritoire de la divinité. Puis, le vent tourna. L’immondice, versée de l’urne d’agate dans un autre vase, fut vidée à l’égout ».
        La poésie moderne, devenue l’amie de la canaille, devait finir comme L’Ami du Peuple. Madame se meurt, Madame est morte, Madame est ensevelie, non dans la pourpre ni dans l’azur fleurdelisé des monarchies, mais dans la défroque vermineuse du populo souverain, et voici de bien affreux croque-morts pour la porter en terre. Toute la crapule de l’univers, en personne ou représentée, défilant pendant six heures, de l’Arc-de-Triomphe au Panthéon !
        Il eût été si facile, pourtant, et si simple de faire la levée de ce cadavre à coups de soulier, de le lier par les pieds avec des câbles de trois kilomètres et d’y atteler dix mille hommes, qui l’eussent traîné dans Paris, en chantant La Marseillaise ou Derrière l’Omnibus, jusqu’à ce que chaque pavé, chaque saillie de trottoir, chaque balustre d’urinoir public eût hérité de son lambeau, pour le régal des cochons errants !
        L’horreur matérielle de cette expiation posthume aurait eu pour effet, du moins, d’émouvoir la pitié du monde. Un immense choeur de sanglots eût brisé, pour quelques jours, la vieille poitrine de l’humanité.
        Une absolution de vraies larmes fût tombée des yeux des innocentes et des yeux des prostituées, sur l’impénitent Proxénète de l’Idéal, et jusqu’aux âmes les plus courroucées lui eussent fait un meilleur Panthéon de leur éternel oubli !
        On a préféré traîner cette dépouille dans le cloaque d’une apothéose démocratique. Profanation mille fois plus certaine, parce qu’elle s’est accomplie sur le cadavre intellectuel, et qu’elle est sans espérance de repentir !
        L’auteur des Misérables ayant absurdement promulgué l’égalité du Bras et de la Pensée, le Bras imbécile a voulu tout seul manifester sa reconnaissance et l’âme flottante du poète a dû s’envoler, en gémissant, hors de portée de cet hommage.
        Les bataillons scolaires, les amis de l’A. B. C. de Marseille, la chambre syndicale des hôteliers logeurs, les francs-tireurs des Batignolles, la Libre Pensée de Charenton. le Grelot de Bercy, la Fraternité de Vaucresson, le choral des Allobroges et l’Espérance de Javel ; les chefs des rayons du Printemps, les contrôleurs de l’Eden-Théâtre, les orphéonistes de Nogent-sur-Vermisson et la corporation des clercs d’huissier ; les cuisiniers, les herboristes, les fleuristes, les fumistes, les dentistes, les emballeurs, les plombiers, les brossiers et « tout le commerce des os de Paris » : tels furent, avec deux cents autres groupes non moins abjects, les convoyeurs au gâteau de Savoie de ce mendiant trop exaucé de la plus anti-littéraire popularité.
        Victor Hugo était parvenu à tellement déshonorer la poésie qu’il a fallu que la France inventât de se déshonorer elle-même un peu plus qu’avant, pour se mettre en état de lui conditionner un dernier adieu qui fît éclater, comme il convenait, – en l’indépassable ignominie d’une solennité de dégoûtation, – la complicité de leur avilissement.
        Ce monument, dont lui-même dénonçait le ridicule il y a cinquante ans, pouvait, sans doute, convenir à Dieu qui s’en contentait en silence, puisque le ridicule des hommes est la pourpre même de l’interminable Passion du Roi conspué ; mais le plus grand poète du monde, – à supposer que Victor Hugo méritât ce titre, – ne peut absolument pas s’accommoder de cette coupole, bien moins respirable pour sa gloire que le tabernacle en sapin du plus humble de tous les tombeaux… »

  2. Je ne comprends pas pourquoi l’Europe reste majoritairement en pâmoison devant Obama, dont Bush n’aurait pas renié la politique en matière militaire. Il a fait la même chose. Obama, c’est le programme républicain, emballé avec du papier cadeau pour faire passer.

      1. On avait eu Néron. Beaucoup ont voté en croyant qu’ils auraient Marc-Aurèle (ah ! les livres d’Obama : tant de bons sentiments !). À la place, on a Vespasien : « L’argent n’a pas d’odeur ! ».

        Ce Vespasien a eu au moins la bonne idée d’installer des ‘pissotières publiques ». Tout n’a pas été mauvais chez ce Vespasien

    1. d’ailleurs les choses sont dites clairement : le Washington Post appelle à voter Obama (?!), parce qu’ils estiment qu’il est le meilleur/moins pire des 2 pour
      .finir de demolir ce qu’il reste d’allocs/de « securite sociale » (pas la notre certes, mais quand meme…), sous le terme passe-partout d’entitlement reform.
      .continuer d’atomiser toujours plus de pays.

  3. La compétitivité, ou la loi des multinationales

    Après avoir annoncé un nécessaire « choc de compétitivité » appelé des vœux de la droite et du MEDEF, le gouvernement souhaite désormais construire un « pacte de compétitivité » sur l’ensemble du quinquennat de François Hollande. Une préoccupation bien ancrée dans l’air du temps : la « compétitivité » est désormais sur toutes les lèvres, omniprésente dans le débat public. Sans qu’on se donne la peine de se demander : la compétitivité, c’est quoi au juste ?…
    http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article187

    On nous refait le coup du coût du travail !! « Pendant ce temps, qu’il fait bon aux paradis fiscaux »
    http://www.blogapares.com/on-nous-refait-le-coup-du-cout-du-travail/

    Avec Le Monde diplomatique en español
    A ceux qui l’ignoraient encore, la crise révèle que les marchés financiers sont devenus les acteurs principaux de l’actuelle conjoncture économique en Europe. Ils incarnent un changement fondamental : le vrai pouvoir – jusqu’à présent détenu par les politiques – est passé entre les mains des spéculateurs boursiers et d’une cohorte de banquiers tricheurs.
    http://www.rougemidi.org/spip.php?article7348

    1. Mon problème avec ces gens peut s’énoncer simplement : « Ils en veulent plus aujourd’hui que hier ». Le reste est pour faire passer cette pilule ou pour l’appliquer.

  4. j’étais convaincu que Romney allait gagner (par l’effet d’apoptose)

    Je ne pense pas que le fruit soit assez mûr, pour cette fois. Dans 4 ans, si Obama est réélu cette fois, il y aura alternance, probablement, et là on va rire.
    Après un McFrites périmé et l’autre idiote la fois d’avant, l’ inconsistant ami des riches Romney et un délirant cette fois, qu’est ce qu’il vont bien pouvoir présenter dans 4 ans, et qui risque de gagner ? Un militaire vainqueur de l’Iraq et un pasteur anti-islam ? J’en ris déjà.

    1. Ah HP, avez-vous entraîné quelquefois votre horse power à autre chose qu’à l’observation ? On dirait que non.

  5. De toutes les façons, aucun des 2 poulains ne pourra changer quoique ce soit à la lente agonie des USA….
    Alors , en attendant l’exaltation débile des commentateurs de la presse ( Merci à G Debord) quleque soit l’issue de ce derby…ils rentreront dans les écuries de GS.

  6. Ce sont les lobbies qui financent les campagnes des deux candidats.
    Ce sont les médias qui font les deux candidats. Il y en aurait quelques autres, mais inaudibles par manque d’argent.
    Goldman sachs et consors sont morts de rire.
    Les politiques se sont vendus au Marché.
    La scéne politique est le théatre d’une démocratie moribonde. L’oligarchie a triomphé.
    Les démocraties européennes prennent le même chemin.
    La démocratie attend les citoyens pour renaître.

    1. hum avec deux mecs de Goldman à des postes clés (BCE et Présidence du conseil en Italie), je crois qu’on y est déjà…c’est d’ailleurs pour cela que je ne vote pas… ah le peuple de gauche… sont un peu déçus par leur flamby… après pour les ricains…pas grand-chose à battre, ce sont déjà des putain de zombies élevés à l’OGM, au boeuf aux hormones et à la tv… Pfff, c’est vraiment la plus relou de nos anciennes colonies, dommage d’ailleurs que les bigots aient gagné, les putes et les bagnards auraient pu nous concocter un truc sympa… d’ailleurs en parlant colonies pas lu de truc sur l’Ohio…les red-necks qui devraient faire la différence…z’en sont où ? Je reste raccord avec l’oncle Paul, « construire le mur, pour se jeter dedans ». (en même temps quitte à se suicider c’est vrai que la bannière étoilée c’est stylé sur un badge).

    1. Les hommes se droguent
      L’Etat se renforce

      C’est le titre d’un livre paru en 1976 aux Editions Champ Libre.

      Extrait : « Entre toutes les drogues, une seule distinction est admise par les législations des pays modernes. Certaines sont interdites, leur usage et leur distribution constituent des délis définis et réprimés , d’autres sont légales, voire remboursées par l’Etat. »

  7. Quel que soit le vainqueur, il aura un pays où la moitié de la population le considèrera comme une menace, qu’il a menti pour avoir le poste, que la démocratie états-unienne a été abusée, etc…

    Pour le suicide de ce pays, je pense que Romney fera du meilleur travail. Je souligne « pour le suicide de ce pays ». W a été très bien dans ce sens en entraînant son pays dans deux guerres, en soutenant Enron et Co et en laissant la bride sur le cou aux financiers qui nous ont donné la crise actuelle. Je pense qu’il faut se mettre à penser le monde sans les USA. J’adopte l’idée d’apoptose.

    L’apoptose des USA m’inquiète car cela va produire une quantité de déchets telle qu’il sera difficile de la digérer.

    1. Le 6 mai 2012 FH a été élu avec moins de 50% des suffrages exprimés (48.63%). C’est la première fois depuis l’instauration de ce mode de scrutin pour la V° république.
      N’est-on pas dans le même schéma, mais plus directement ? le président rencontrant la défiance de la majorité de la nation ?

      1. Nous sommes quelques uns à savoir, mais encore moins à le dire, que parmi les machines votantes qui ont donné, sans espoir de quelque retour que ce soit, leur blanc-sein (« Signature apposée au bas d’un papier contenant une partie non remplie, et donnée à l’avance pour constater un engagement qui sera inséré ultérieurement par la personne à laquelle le titre est remis » Dictionnaire le Grand Robert) à FH, il y avait une part importante d’électeurs qui ne voulaient plus NS, mais qui étaient dans le besoin de continuer à se faire rouler sous peine de se retrouver en manque.

      2. Est-ce que FH est considéré comme un menteur, un terroriste, un agent d’al-qaïda ? Obama l’est.
        Romney est traité de menteur à longueur de blog et de façon argumentée en plus. Les machines a voter ne laissent aucune trace papier des votes. Son parti s’y oppose farouchement. Il y aura donc un doute sur la légitimité du résultat en Ohio. Les machines sont aux mains de sympathisants républicains. il est impossible de prouver une fraude. S’il est élu, Romney sera accusé avec arguments d’avoir volé son poste par des manipulations. Est-ce le cas en France ?

        Nous y allons. le « Tout sauf Sarkozy » est un pas dans ce sens. Nous ne sommes pas aussi « avancés » que les USA. La France et les USA sont deux pays occidentaux. Ils relèvent de la même matrice idéologique (je pense pouvoir l’appeler « Les Lumières »). Que ces deux pays suivent un chemin analogue, je l’accepte. Dans ce cas, n’oubliez pas les autres pays occidentaux. La défiance des populations face aux politiciens et à leurs parties est en hausse rapide. Le déficit démocratique de l’UE, le discrédit des partis modérés, la montée des extrémistes ne sont que quelques phénomènes en cours dans nos pays. Le décalage entre nos élites et la population est hallucinant. Il est devenu insultant de se faire traiter de populiste. Les esprits se polarisent. Ce n’est pas aussi avancé qu’aux USA. Nous croyons encore que les élections sont honnêtes.

        C’est en train de changer.

      3. Didier, vous dites : « Ils relèvent de la même matrice idéologique (je pense pouvoir l’appeler « Les Lumières »). Que ces deux pays suivent un chemin analogue, je l’accepte. »
        Et bien non, pas du tout. Vous pourrez constater par quel côté de la matrice ils sont sortis en regardant le chemin parcouru par leur In God We Trust depuis la face d’une pièce de monnaie anodine, grâce aux caprices d’un pasteur forcené, jusqu’aux frontispices de toutes leurs institutions.

  8. Petite précision néanmoins : l’élection se fait au suffrage universel indirecte, fonction des grands électeurs par états.
    G. W. Bush I a ainsi été élu avec moins de voix que Gore mais avec plus de grands électeurs.
    « Elections américaines : Obama en tête dans les Etats-clés, Romney peut encore tirer son épingle du jeu »
    Obama pourrait ainsi être élu avec moins de voix que Romney (mon pari personnel).
    Ce qui le placerait sur la même lignée que … Bush Jr.

    Un « Bush IV – Retour vers le passé », en quelque sorte.

    NB : dans ce cas, on aurait depuis 2000 (depuis la disparition de l’ineffable Bill des fumoirs) un bis repetita inversé, histoire de clore (définitivement ?) ce chapitre fangeux des USA.

    1. Eh ouais c’est con, hein Zeb ? J’veux dire qu’ce soit une fédération d’États les United States of Amerika… J’te confirme : zont pas eu Capet XIV ni Clovis.

      1. Con, je ne sais pas Vigneron. Les irréfragables défenseurs des souverainetés nationales en Europe devraient s’en réjouir, d’un tel système : une majorité d’états nécessaire pour avaliser l’élection d’un exécutif, voilà qui devrait en rassurer plus d’un.
        Pour autant, la suprématie de la souveraineté nationale sur la souveraineté populaire (ie, dans ce cas, la majorité des voix en suffrage direct) pose souci, avec un exécutif élu indirectement par une majorité de grands électeurs mais ne disposant pas d’une majorité en voix.
        D’autant plus que le winner takes all, pour les grands électeurs : pas de proportionnelle.
        Z’ont peut-être pas eu LXVI mais ils z’en ont gardé la saveur absolutiste dans la mécanique électorale.
        De toute façon, aucun système n’est parfait.

      2. @zébu: « Z’ont peut-être pas eu LXVI mais ils z’en ont gardé la saveur absolutiste dans la mécanique électorale. »

        “L’esprit antidémocratique des fondateurs de la « démocratie » moderne.” de Francis Dupuis-Déri: http://classiques.uqac.ca/contemporains/dupuis_deri_francis/esprit_anti_democratique/esprit_anti_democratique.html

        Et ce que dit Sièyes est très clair: « Dans la démocratie les citoyens font eux-mêmes les lois, et nomment directement leurs officiers publics. Dans notre plan, les citoyens font, plus ou moins immédiatement, le choix de leurs députés à l’Assemblée législative ; la législation cesse donc d’être démocratique, et devient représentative » Et dans la note 6 du texte de Rosanvallon ci-dessous: « Sieyès note ailleurs que « le concours immédiat est ce qui caractérise la véritable démocratie. Le concours médiat désigne le gouvernement représentatif. La différence entre ces deux systèmes politiques est énorme » »

        Voir ici: http://www.laviedesidees.fr/L-universalisme-democratique.html#nb6

      3. Zèbu,
        Un danger peut en cacher un autre !
        « Régionalisation » ou « globalisation » et absolutisme….
        Aujourd’hui, le rôle et la place de l’état pour la souveraineté populaire (mode de scrutin, référendum ?)…

      4. Moi, c’est tout c’que t’as retenu du texte de Rosanvalon ? Cette pauvre citation de la taupe Siéyes ? Hé bé didonc…

  9. Dieu sait que je me suis de tout temps interessé et passioné pour ces grandes échéances éléctorales outre Atlantique, mais là , je dois humblement avouer que je suis complétement apathique vis à vis du scrutin qui s’annonce chez nos amis du nouveau Monde.Comme beaucoup de terriens , j’ai succombé à l’obamania il y a quatre ans, eu égard à la probité morale à toute épreuve et à la fulgurance intellectuelle de son éminent predecesseur! Et,puis quand le clan Geithner a effectué sa petite révolution de palais en janvier 2011 au sein de la Maison Blanche(rappelons qu’à cette époque,le secrétaire d’Etat des finances réussit à éléminer du staff présidentiel ceux qui avaient l’outrecuidance de faire maigrir les « chats gras »),mes yeux de jouvenceau quelque peu transi de la démocratie américaine se sont décillé…ma candeur obamaniaque s’est un peu plus émoussée quand j’ai appris que rien ou presque n’avait été fait pour aider les gens expulsés de leur logement apres la crise des subprimes.Je crois qu’il faut faire le deuil d’un parti démocrate à la Roosvelt ou à la Johnson.Depuis la fin des années 80 le parti s’est considérablement rapproché du parti républicain à l’initiative de deux jeunes quadras à l’époque ,aux ambitions assez grandes:j’ai nommés les sieurs Gore et Clinton…ce dernier, d’ailleurs, en 1996, avait supprimé une bonne partie des aides fédérales aux plus démunis…sans oublier , évidemment son plus glorieux fait d’arme(non! pas l’affaire Monica!): la suppression du Glass-Steagle Act…cqfd…

  10. Romney adore la France apparemment. Je connais un parti qui doit prier jours et nuits au pied de l’autel du veau d’or.

    1. Ouais ouais, s’était même pris un gros carton avec la DS21 des mormons à Bernos pas loin d’chez moi en juin 68. Il ramenait du pognon d’Espagne because grèves totales donc bancaires. Une Merco (conduite dit-on par un curé bourré…) de face, une morte, à coté d’lui, à la place du mort. Le p’tit coup d’volant du winner.

  11. http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/11/01/russell-banks-aux-etats-unis-on-en-revient-toujours-a-la-question-raciale_1784527_3246.html

    extrait
    « Le niveau d’éducation a baissé aux Etats-Unis. On a arrêté d’investir. La capacité des Américains à utiliser le langage, et à le décrypter, s’est détériorée. Ils ont des diplômes mais plus les mêmes compétences linguistiques des années 1950 ou 1960. On est devenu une société de consommation à un point tel que ça a pris le pas sur le reste. Les enfants sont bombardés de milliers de pubs chaque jour. Voilà l’ambiance. Un monde marchand. Le langage a été relégué au second plan, quand la télévision, donc l’image, a fait irruption. Au début, on pensait que les pubs rendaient les programmes possibles, avant de comprendre que c’était le contraire. Et ça s’amplifie avec Internet : pourquoi est-ce que Facebook existe ? Pourquoi les réseaux sociaux ? Pour vendre de la pub. Et même Google. C’est son but. Il s’agit d’un changement anthropologique radical. Mon petit-fils de 4 ans a un cerveau façonné différemment du mien. Si on lui donne un livre, il essaie de tourner les pages en les faisant glisser, comme sur un iPad. Je voudrais être là dans une centaine d’années pour voir les conséquences de tout ça. »

  12. Alors entre Bush et Gore, peut-être la même chose? Pas sur,allez demander aux Irakiens.
    Romney ou Obama?Nous faudra-t-il demander la même chose aux Iraniens dans le futur?
    Aller,je vote Obama, comme vous avez voté Hollande!
    L’apoptose? Le problème des suicides,c’est que souvent les suicidés tuent les autres en même temps qu’eux mêmes.

  13. Avis d’une femme :
    Tant qu’à faire, puisque de toute façon l’un ou l’autre c’est bonnet blanc et blanc bonnet, je vote pour le plus beau : Obama.
    Pour dépecer ce pays, il y met une classe terrible…et il a un visage super bien équilibré, qui respire la gentillesse.
    On n’a même pas ça en France, le pays de l’élégance : les deux derniers, gauche-droite, droite-gauche font figure de pantins mal « nippés »….
    Tout se perd, même ça, lol !

    1. A quoi ça tient !
      De toute façon,c’est contestable.
      En photo (jamais vu en live ni entendu sa voix) Mitt est irrésistible: sportif, mince, le visage régulier, annonçant l’énergie et l’intelligence; un sourire
      à désespérer un dentiste ou un signe de reconnaissance chez les requins.
      Séducteur comme une petite frappe…

    1. Amsterdam, le 5 novembre 2012

      @Karluss

      Puis j’apporter une petite modification s.v.p.?

      Juste à coté de Salt Lake City se trouve un ‘village’ qui s’appelle, oui, c’est vrai, Provo.

      J’y étais en 1998, après mes études du post-doctorat à l’Un de Colorado, à Boulder.

      Je me souviens d’avoir mangé à Provo, me disant, écoute, dans un village portant le nom de Provo, je ne vais plus rencontrer ces types flippants des Mormons qui j’avais rencontré autour de leur temple et, ne l’oublions pas, autour de leurs forteresses de finances à Salt Lake City.

      Mwah….. peu de chance… la fillette qui nous (j’y étais avec ma copine des ces jours) servait le repas nous racontait avec des yeux lugubrement brillants qu’elle était étudiante à…. l’Ecole des Missionnaires des Mormons à Provo!

      http://en.wikipedia.org/wiki/Provo,_Utah

      Voilà notre héro formé à Provo, mais dans les années 1960 en (tour de) France: Bon Appétit!

      http://www.dna.fr/fr/images/062DF657-3C43-4D86-B0B2-F3206F94231E/DNA_03/mitt-romney-(au-centre)-pendant-son-sejour-de-30-mois-en-france-qui-lui-a-permis-de-developper-une.jpg

      http://madmikesamerica.com/wp-content/uploads/2012/07/mitt-romney-tour-de-france.jpg

      http://www.bloomberg.com/apps/data?pid=avimage&iid=i_gKFX6c68Dw

      Ah, Karluss.. encore un tout petit détail…

      Précisément ce matin Follow the Money (sur la demande du journal De Volkskrant à Amsterdam) a dévoilé que notre héro Romney fait passer ses investissement en Bain Capital via…. oui oui, la route de piraterie financière d’Amsterdam.

      http://www.volkskrant.nl/vk/nl/2680/Economie/article/detail/3342442/2012/11/05/Romney-ontwijkt-belasting-door-sluipweg-via-Nederland.dhtml

      http://www.followthemoney.org/database/StateGlance/candidate.phtml?si=200219&c=54225

      Vous me permettez, chères/rs mesdames messieurs cobloggeuses-bloggeurs, d’admirer un petit peu plus l’homme qui, au début de son premier gouvernement, avait le courage d’appeler un chat un chat?

      Alors: Barack Obama, disant que les Pays-Bas sont un des pires nids de piraterie financière au monde?

      Vous me permettez d’espérer que ce salaud mormon ne gagne pas, mais, oui, bien sûr l’homme mis en garde par Dilma Rousseff même afin d’améliorer sa vie: Barack Obama?

      Voir et LIRE s.v.p.:

      http://www.agorams.com.br/jornal/wp-content/uploads/2012/04/A-presidente-Dilma-Roussef-se-encontrou-com-Barack-Obama-na-Casa-Branca-nos-EUA.jpg

      http://s.glbimg.com/jo/g1/f/original/2012/04/09/obmadilma620x350.jpg

      Bien à vous tous, et, s.v.p., veuillez modérer un peu vos mots d’ultranationalisme et de supériorité français(e) et de haine vis-à-vis nos soeurs et frèrs d’outre mer….

      (Et lire un petit peu plus Bill Domhoff s.v.p.:
      http://www2.ucsc.edu/whorulesamerica/santacruz/progressive_politics.html)

      Johan Leestemaker, Amsterdam, le 5 novembre 2012.

  14. Bonjour. Entre les deux candidats, quelle différence in fine? Je n’en vois aucune pour ce qui est des conséquences planétaires. Mondialisation, financiarisation, délocalisations, Chine, émergents, terrorisme islamique, tout cela et plus encore est le fait des Etats Unis qui, en tant qu’état, sont abîmés, mais qui, en tant que puissance globale n ‘ont jamais été aussi forts. Les américains peuvent bien mourir de faim, les intérêts US n’ont jamais été aussi puissants, et ce d’autant plus que l’essentiel des « élites » mondiales leurs sont une garde rapprochée efficace. Ils sont l’épicentre du tourbillon fric qui nous engloutit tous, ils restent l’émetteur des idéologies économiques et sociétales dominantes, ils sont un grand malheur pour le monde contemporain. Romney les représenterait fidèlement, alors qu’Obama cache peu ou prou leurs vices profonds. Tout comme M. Hollande à son niveau veut passer pour un homme de gauche en pratiquant une politique de droite. Et quand la dure réalité aura fait tous les dégâts possibles autour de nous, ces gens écriront des livres ou donneront des conférences, par exemple en économie comme ce grand spécialiste de l’économie qu’est M. Papandréou. L’auberge a sans doute une sortie, mais qui en connaît l’emplacement? Ces élections sont donc, à peu de choses près, un non événement. Cordialement.

  15. ça n’a pas beaucoup d’intérêt de regarder les sondages au niveau national… Si Romney fait 70% dans le Nebraska ou le Kansas au lieu de 60%, ça n’aura aucune importance au final…

    Sinon, l’élection de Romney déprimerait très probablement Wall Street…

    1. « As goes Ohio, so goes the Nation. » Dayton, Akron… Mitt Romney 2009 : « Laissons Detroit faire faillite »…
      http://www.nytimes.com/2008/11/19/opinion/19romney.html
      Chômage en Ohio,un point de moins que la,moyenne nationale. Plus de 630 000 chômeurs en juillet 2009, 400 000 aujourd’hui.
      http://www.deptofnumbers.com/unemployment/ohio/
      Même avec les machines à voter Hart Intercivic/Romney ® et la Cour Suprêmement droitière ça devrait pas le faire Mitt…
      http://www.slate.fr/monde/63665/usa-2012-romney-machines-voter-HIG-Hart-Intercivic

  16. Il est vrai que le « créationnisme » n’a jamais fait évoluer l’intelligence humaine surtout lorsqu’on est un fervent partisan de Darwin.!! Et pourtant je pense que malheureusement Romney va être élu ce qui prouvera que les citoyens US ne voient pas les choses de la même façon que nous. Ce qui me fait dire qu’il ne faut surtout pas oublier que ce sont eux qui votent et pas nous..

      1. Vous oubliez les machines à voter et les cartes perforées datant du III ° siècle avant J.C !

        L’industriel qui fabrique les machines à voter serait un proche de M. Romney et nous apprenons que les États du Texas & de l’ Ohio refusent les observateurs internationaux pour surveiller le bon déroulement « démocratique » des élections. M. Greg Abbott, l’Attorney Géneral, du Texas , a déclaré que tout observateur de l’OSCE approchant à moins de 100 pieds (30 mètres) d’un bureau de vote au Texas serait immédiatement arrêté et traduit en justice. Le gouverneur de l’Ohio a annoncé également qu’il ne permettrait pas à des “observateurs de l’ONU” d’intervenir dans les opérations électorales dans l’Ohio… ça donne le ton !

        Rien n’est joué ( Mais tout est déjà de toute façon perdu ! ) …Il n’ y a grosso modo que 20 % de la population US qui se déplace encore aux élections. Il y a longtemps que les président « élus » ne le sont plus que par les plus aisés ou les plus naïfs…

  17. @Vigneron

    Amsterdam, le 6 novembre 2012

    Cher Vigneron.

    Gràce à votre mémoire, j’ai pu retrouver les informations suivantes.

    Vous nous écriviez le 5 november les lignes suivantes.

    o Vigneron 5 novembre 2012 à 00:04
    o Ouais ouais, s’était même pris un gros carton avec la DS21 des mormons à Bernos pas loin d’chez moi en juin 68. Il ramenait du pognon d’Espagne because grèves totales donc bancaires. Une Merco (conduite dit-on par un curé bourré…) de face, une morte, à coté d’lui, à la place du mort. Le p’tit coup d’volant du winner.

    J’aimerais attirer votre attention à une analyse présentée le 14 août 2012 par Bostonboomer sur Skydancingblog, lui se référant à un article de Joseph Cannon. Veuillez voir le texte en anglais plus photos qui suivent.

    Joseph Cannon nous présente une séquence de faits qui est complètement distincte de la version Romneyenne.
    Veuillez lire attentivement les mots de Joseph Cannon :
    http://cannonfire.blogspot.nl/2012/08/mitt-romney-lied-to-husband-of-woman-he.html

    Alors : pas du tout `un curé bourré´ mais un évèque innocent et sobre et bien l’évèque Vilnet, ou son éminence Jean Félix Albert Marie Vilnet, toujours vivant, ayant 90 ans actuellement.

    Tandis que Romney dit qu’il est mort!

    C’était par contre et bien sûr Mitt Romney qui a causé l’accident, dans lequel mourait l’épouse de son supérieur religieux à Paris, madame Leola Anderson et pas du tout ‘un curé bourré qui aurait causé l’accident’!

    A juste titre, il nous faudrait conclure: elle, Leola, morte par l’accident causé par Mitt Romney!

    Beaucoup de questions restent. A-t-il bu de l’alcool, notre grand Mormon? Comment c’est possible qu’un tout jeune Mormon possède une Citroën DS 21 en 1968? Pourquoi y avait-il six personnes ADULTES à bord de la DS? (6! Dans une DS!) Pourquoi madame Anderson ne portait pas sa ceinture de sécurité? Pourquoi la famille Anderson a accepté les mensonges de Romney sur ‘la faute d’un curé bourré’? Pourquoi l’évèque Vilnet a accepté les mensonges sur sa personne et sur son comportement? Pourquoi les 4 autres adultes survivant(e)s à bord de la DS ont accepté les mensonges Romneyennes? Pourquoi Rome a accepté la version mensongère de Salt Lake City? Pourquoi l’Etat Français a accepté les mensonges d’un Américain? Pourquoi les Etats Unis ont accepté les mensonges de leur citoyen Mitt Romney?

    Etcétéra, oui… etcétéra…. J’espère que vous m’entendiez……….

    Pourquoi Le Monde a reproduit sans aucune gêne, les mensonges de Mitt Romney sur un évèque Français, sans même vérifier la qualité du contenu de la version Romneyenne?

    Toute une petite question à Vigneron quand même: vous n’avez jamais entendu tout cela? Comme vous le dîtes vous même… c’est arrivé tout près de chez vous….

    Sources : http://skydancingblog.com/tag/bernos-beaulac/

    http://cannonfire.blogspot.nl/2012/08/mitt-romney-lied-to-husband-of-woman-he.html

    1. Leestemaker. Arrêtez le délire. Sud-Ouest à l’époque n’avait aucune raison de favoriser la version d’une bande de mormons ricains contre celle d’un évêque de Lille. Au contraire SO se gardera de donner la véritable identité du chauffage en Merco qui doublait un camion dans Bernos quand la DS des mormons (et pas celle de Romney qui était juste chauffeur) arrivait en face en sortie de virage – je connais bien le coin sur la route des Landes et des Pyrénées, ya eu un paquet de morts à cet endroit…
      En 68, que je sache, les ceintures n’étaient ni obligatoires ni courantes dans les bagnoles.
      Je sais pas si l’évêque etait bourré mais ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui il ferait un petit stage derrière les barreaux dans le même cas. L’église et lui s’en sont donc très bien sortis, pas la femme du chef mormon. Je me souviens qu’il y a quelques années les schtroupfs à roulettes avaient chopé sur l’autoroute A10 le cher abbé Laguérie, lefebvriste emblématique de la FSSPX (curé de l’enterrement de Touvier, du baptême d’un niard de Dieudonné parrainé par Le Pen, etc) avec sa BMW, en délit de très haute vitesse (200 kmh), récidiviste et sans permis…
      http://archives.leforumcatholique.org/consulte/message.php?arch=2&num=60889
      Vous me décevez Demesmaeker…

  18. Je ne pense pas que l’élection sera serrée. Bis repetita semper non placent…
    D’abord parce qu’au contraire de 2000, il n’y a plus d’enjeu : avec les deux candidats, c’est le même gouffre qui s’ouvre sous nos pieds, peut-être simplement qu’avec l’autre la désintégration sera plus rapide…
    Et puis il y a un instinct de survie qui laisse entendre une inflexion possible,même si elle est improbable…
    Quand on regarde état par état, la balance n’est pas totalement égale.
    On voit cela dans quelques heures.

    Blanc bonnet et bonnet blanc, c’était Jacques Duclos…

  19. http://www.europe1.fr/International/Il-parle-d-Obama-avant-d-etre-execute-1301973/
    la civilisation c’est ça !
    « Un Américain a été exécuté mardi soir dans l’Oklahoma (sud) en pleine soirée électorale, et ses dernières paroles ont été consacrées à la « course serrée » à la Maison Blanche. Garry Thomas Allen, dont l’exécution avait été reportée par trois fois, a été déclaré mort par injection létale à 18h10 locales (00h10 en France), un peu moins d’une heure avant la clôture des bureaux de vote dans cet Etat.

    « Obama a gagné deux des trois comtés » de l’Oklahoma, avait déclaré le condamné peu avant le début de l’exécution, « cela va être une course très serrée », a-t-il commenté. Le condamné, âgé de 56 ans, a semblé ensuite surpris que l’exécution ait lieu. »

Les commentaires sont fermés.