LA SURVIE DE L’ESPÈCE – LE FEUILLETON (XIII)

Chapitre XIII : Judith (2e partie) ; la semaine prochaine : suite et fin.

Il y a eu ainsi en Grande-Bretagne, Yosser Hughes, le chômeur devenu fou, symbole légendaire de la brutalité de notre système économico-politique, dans la pièce télévisée « Boys from the Blackstuff » d’Alan Bleasdale. C’est l’acteur Bernard Hill qui incarnait Yosser (il a fait plus tard aussi un très beau capitaine du Titanic, choisissant de mourir à sa barre).

Ce serait bien si Judith devenait légendaire, cela me ferait très plaisir.

Il en a été question ici pour la première fois en août 2010. La survie de l’espèce a paru le 2 novembre sous la double enseigne Futuropolis et Arte.

Le livre, par Grégory Maklès et moi-même, est de retour en librairie. Si on vous assure du contraire, niez farouchement : c’est vous qui avez raison ! Et à un prix raisonnable, si on pense qu’il a valu jusqu’à 999 € !

Cliquez sur les pages pour les voir au format de la BD.

Partager :

36 réflexions sur « LA SURVIE DE L’ESPÈCE – LE FEUILLETON (XIII) »

    1. Je n’apprécie pas le comportement d’exilé fiscal de Depardieu.
      Mais je trouve que sa lettre au premier ministre est très bien envoyée.
      Elle pose bien les problèmes.

      Je me demande comme Depardieu pourquoi le premier ministre trouverait minable le comportement de Gérard Depardieu alors que d’autres, dont un possiblement se trouve dans son propre gouvernement, ont des comptes en Suisse ou à Singapour sans qu’on ne les traite de minables.

      Et surtout, les paradis fiscaux, ne sont-ils pas assez minables pour qu’on s’en préoccupe sérieusement ? Quand Depardieu dit qu’il est citoyen du monde, c’est immédiatement ce à quoi je pense.

      1. @ Pierre-Yves D
        Quand Depardieu dit qu’il est citoyen du monde, c’est immédiatement ce à quoi je pense.
        En tout cas, il est citoyen européen et à ce titre, pourquoi ne pourrait-il pas s’installer en Belgique si c’est plus avantageux pour lui? Reproche-t-on quoi que ce soit à un compatriote qui déménage dans une autre ville française afin de payer une cotisation de taxe d’habitation plus faible?
        Ou alors, soyons cohérents et reconnaissons que l’appartenance à une nation est plus fondamentale que l’appartenance européenne, que la solidarité nationale -étendue à tous les habitants de ce pays, quelle que soit leur nationalité- passe avant la solidarité avec les citoyens des autres pays européens … fussent-ils grecs et cessons de reprocher leur égoïsme aux Allemands.

      2. Et surtout, les paradis fiscaux, ne sont-ils pas assez minables pour qu’on s’en préoccupe sérieusement ?

        Qu’elle est donc cette solidarité nationale dont dépendrait le paiement de l’impôt ?
        A quoi sert l’impôt sur le revenu des contribuables français ?
        A entretenir un système d’enseignement ?
        A entretenir un système de soin ?
        Non, à verser des intérèts à des riches qui n’en n’ont aucun besoin.

        Je regrette de ne pas être en mesure de me soustraire à cet impôt.

      3. Non PYD, le problème, anecdotique il est vrai, est que ce Gérard là est effectivement un minable, au mieux, un pauvre type de fait. J’t’épargnerai la liste des innombrables et pires en pires démonstrations de son inexorable dégringolade dans le minablisssime – sachant de plus qu’il ne partait pas de bien haut dans le grandissime.

      4. @ Carlo

        Vous n’avez plus les yeux en face des trous on dirait…

        « … il est citoyen européen et à ce titre, pourquoi ne pourrait-il pas s’installer en Belgique si c’est plus avantageux pour lui? »

        Il le peut… il le peut… et personne ne l’en empêche, d’ailleurs il l’a fait…
        C’est juste minable… point barre… Et il a beau jeu de nous jeter son passeport à la gueule alors qu’avec ses papiers belges, il pourra venir en France quand il veut… Il est aussi naze dans son rôle d’indigné que dans ses choix artistiques depuis maintenant belle lurette…
        A la scène comme à la ville… le cabot cabotine…

      5. Il faut donc, enfin, une même fiscalité dans l’UE…Et par le haut si possible…
        ça fera des thunes en plus pour son budget…!

      6. @ Ju
        Il le peut… il le peut… et personne ne l’en empêche, d’ailleurs il l’a fait…
        Et brûler les feux rouges aussi, on le peut…on le peut, d’ailleurs il y en a qui le font…

        Vous n’avez plus les yeux en face des trous on dirait…
        Il me semble qu’avant de vous autoriser de telles sorties vous feriez bien de vous assurer que vous comprenez ce que vous lisez.

        Ju, réfléchissez : reproche-t-on quoi que ce soit à un compatriote qui déménage dans une autre ville française afin de payer une cotisation de taxe d’habitation plus faible?

      7. Quand on est le citoyen de l’ imposition fiscale la plus faible, voire nulle , on n’est pas citoyen du monde , on est citoyen de nulle part.

        On n’est pas citoyen du tout .

        Dès qu’on parle d’argent à « optimiser » , la saloperie est toujours au rendez vous

        Il n’y a pas besoin de passeport pour la saloperie . Elle est sans frontière , comme les flux financiers .

      8. Je n’apprécie pas -tout court- Gérard depardiable .
        Mais c’est trop facile de la part de Super Héros, de le traiter de minable ..
        Comme il est trop facile de traiter les opposants à NDDL de furoncles …
        Ces politiques « indignés » n’ont-ils pas d’autres cibles ?
        …. il est vrai que tirer sur des financiers pourris est un peu plus dangereux …

      9. Carlo, ben le problème c’est que pour qui veut fuir les taxes d’habitation, le paradis, le havre, l’Eden, la terre promise trisocolore c’est plutôt Neuilly…

      10. @ Paco 76
        Il faut donc, enfin, une même fiscalité dans l’UE…Et par le haut si possible…
        Mais « une même fiscalité par le haut » n’étant guère envisageable, il vaut mieux qu’il n’y ait pas d’harmonisation fiscale du tout et que les pays préférant privilégier la solidarité puissent continuer à le faire. D’ores et déjà, nous n’avons plus l’absolue maîtrise de nos taux de TVA et il nous serait impossible de créer un taux majoré pour les produits de luxe, par exemple les gros 4X4.

        Par ailleurs, s’il faut une fiscalité unique en Europe, pourquoi ne faudrait-il pas également une fiscalité unique dans toutes les villes de France?

      11. @carlo
        Par forcément une fiscalité unique, mais avec le moins d’écarts possibles, de sorte que pour les ‘migrants fiscaux’ dans l’UE (et Suisse itou !), le jeu n’en vaille plus la chandelle…
        Quant aux 4×4, hormis l’usage pro, faut plus taxer, faut interdire, ventiler, disperser, façon puzzle…!

      12. Mon propos n’était pas du tout d’accorder les circonstances atténuantes à Depardieu concernant son attitude par rapport à l’impôt et la chose publique en général, seulement de dire que ce qu’il dit dans sa lettre renvoie la balle dans le camp des gouvernants qui pour l’heure font surtout preuve d’une absence de volonté politique affligeante.
        C’est vrai, il est très mal placé pour donner des leçons, mais si cette lettre tonitruante de Depardieu peut permettre devant l’opinion publique de mettre le doigt là où sa fait mal, en l’occurrence concernant le problème des paradis fiscaux, je me dis que mieux vaut ce coup de gueule intempestif que l’hypocrisie ambiante qui règne sur le sujet. Entend-t-on beaucoup de journalistes interroger avec l’insistance qui conviendrait nos édiles ? Mis à part Médiapart je ne vois pas.
        Une vérité parvient parfois en pleine lumière par des chemins de traverse.

      13. @ Carlo

        « Et brûler les feux rouges aussi, on le peut…on le peut, d’ailleurs il y en a qui le font… »

        Sauf que griller un feux… c’est interdit
        C’est bien ce que je pensais… vous biglouchez …

        « Il me semble qu’avant de vous autoriser de telles sorties vous feriez bien de vous assurer que vous comprenez ce que vous lisez. »

        Celui qui ne comprend rien, c’est vous, Biglouche

        « Ju, réfléchissez : reproche-t-on quoi que ce soit à un compatriote qui déménage dans une autre ville française afin de payer une cotisation de taxe d’habitation plus faible? »

        Vous, je ne sais pas… mais moi, je ne m’en priverais pas… surtout si le type doit sa carrière à la ville qu’il décide de quitter… et qu’il ne vivra quasiment jamais dans la nouvelle…
        Votre exemple est bidon comme votre histoire de feux rouges grillés… mais vous voyez, j’y réponds tout de même…
        … ça commence à bien faire, b… de Dieu… vous n’allez pas nous ch… une pendule avec cette histoire…
        Depardieu, comme tout un tas de types, se la joue solo… c’est minable… inexcusable… c’est la chienlit… et on le dit si on a envie de le dire… n’inversez pas les rôles…
        Il n’est pas en prison que je sache… Il va payer moins d’impôts tout en passant le plus clair de son temps en france… grand bien lui fasse…

        @ Bruno

        « A sa place, je n’aurais aucun complexe à en faire autant! »

        Qu’est-ce que ça peut nous foutre… là où vous mettez vos scrupules…?

        @P-Y D

        « ce qu’il dit dans sa lettre renvoie la balle dans le camp des gouvernants qui pour l’heure font surtout preuve d’une absence de volonté politique affligeante. »

        C’est quoi faire preuve de volonté… vous voulez qu’il le foute en taule… 75% d’impôt à partir d’un million d’euros et vous avez toute la France biberonnée à TF1 qui crie au scandale…
        Sa lettre est à chier… s’il veut partir, qu’il se casse… mais qu’il n’espère pas en plus qu’on ira lui faire des bisous à la gare…

        Tout le monde est devenu cinglé ou quoi…?

      1. @ Ju
        Sauf que griller un feux… c’est interdit
        Et quitter son pays pour payer moins d’impôts, est-ce moralement permis? Commencez-vous à y voir plus clair?

        Celui qui ne comprend rien, c’est vous, Biglouche
        Permettez-moi de réitérer mon conseil : efforcez-vous de mieux comprendre ce que vous lisez avant de réagir.

        « Vous, je ne sais pas… mais moi, je ne m’en priverais pas »
        Il me semble que vous êtes une exception et que, contrairement à vous, nos concitoyens ne reprochent pas à leurs compatriotes de déménager dans une autre ville française afin de payer une cotisation de taxe d’habitation plus faible, et ce même « si le type doit sa carrière à la ville qu’il décide de quitter… et qu’il ne vivra quasiment jamais dans la nouvelle… ».

        Depardieu, comme tout un tas de types, se la joue solo… c’est minable… inexcusable…
        Je suis entièrement d’accord avec vous. Vous voyez bien que vous ne m’aviez absolument pas compris.

      2. Carlo,

        Vous voudriez une cohérence dans la zone Euro… or, elle n’existe pas… et ce de la même façon qu’en France, les niches fiscales (par exemple) montrent l’incohérence du système….
        Tout n’est pas organisé comme il le faudrait… et j’espère que l’on parviendra à redresser la barre, mais ça va prendre du temps et en attendant, nous pouvons très bien juger « minable » celui qui profite des manquements… qu’il se tire à l’étranger ou qu’il « joue » avec la fiscalité pour au final ne pratiquement rien payer…

        Nous sommes d’accord… sur le fond… mais vos subtilités, à mon sens, risquent fort de noyer le poisson dans l’esprit de gens tel que Bruno, qui, on ne comprendra jamais pourquoi, vénèrent les voyous….
        Je comprends votre point de vue mais je n’y adhère pas… Parlons cash… c’est pour l’instant tout ce que la démocratie nous offre…
        L’objectif étant de parvenir à ouvrir les yeux du plus grand nombre afin que les lois finissent par devenir un peu plus cohérentes… sinon, rien ne se fera…

  1. Ravi de lire sur cette planche une idée que je rabâche ici depuis des années: La logique de l’offre et de la demande est inversée lorsqu’il s’agit du marché du travail, au seul bénéfice des employeurs.

    On pourrait d’ailleurs étendre la réflexion à d’autres marchés de biens finaux pour lesquels ce sont effectivement les vendeurs qui fixent les règles, notamment celle du prix, lequel est au mieux le même que chez le concurrent, au pire imbriqué dans un contrat tellement alambiqué que toute comparaison aussi bien quantitative que qualitative soit purement et simplement illusoire, signe s’il en était encore besoin que la théorie de la concurrence hypothétiquement favorable au consommateur est en fait une belle fumisterie.

    Et on en vient alors à penser que s’il y a tant d’experts pour vanter cette politique de l’offre, c’est que d’une manière ou d’une autre, ils doivent nécessairement en bénéficier, ou alors qu’ils sont juste idiots.

    Songez au secteur de l’énergie, qui depuis son ouverture à la concurrence marie hausses de tarifs récurrentes et baisse de la qualité des services (qui avait entendu parler de risques de pics de la consommation électrique et donc de blackouts avant cela?) ou encore à celui de la téléphonie et d’internet avec son système d’abonnement dans lequel sont inclus des frais d’infrastructures pourtant amortis depuis belle lurette (si, si, le câble de cuivre qui relie votre téléphone – et désormais votre ordinateur – au réseau a vraisemblablement été remboursé depuis une paille, et même plusieurs fois).

    Or, cette logique tout à fait court-termiste fonctionne dans le contexte d’une économie de masse: Le « client est roi » tant qu’il est une denrée rare que le marchand se doit de conserver et de chouchouter au risque de ne plus pouvoir vendre. En revanche, lorsque cette denrée devient remplaçable à volonté (ou presque), tous les abus deviennent permis, au moins pour un temps: Dans un contexte de récession généralisée tel que nous le voyons venir, par sur que ce bonus à l’arnaque ait encore de beaux jours devant lui…

    1. La logique de l’offre et de la demande est inversée lorsqu’il s’agit du marché du travail…

      Ah bon ?
      Que les rôles de vendeur et acheteur soient inversés dans la logique administrative est une chose – qui change rien de fondamental à l’affaire – mais en économie du travail tout rentre dans l’ordre, le même en fait, brutal : surnuméraire comme demandeur d’emploi autant que comme offreur de force de travail.

      1. @vigneron

        Pas du tout d’accord. Quand l’offre est surnuméraire il est aisément concevable pour n’importe qui qu’il faille tout simplement la restreindre, ce qui n’est pas le cas pour la demande, sauf cas de psychopathie avérée: Le rôle est par conséquent fondamental et pas aussi interchangeable que tu veux bien le dire. Si les chômeurs étaient considérés comme offrant leur travail, il serait beaucoup plus difficile de les culpabiliser s’ils décidaient d’y renoncer volontairement, ça pourrait même être envisagé comme un acte de courage et de solidarité. Impensable pour nos dirigeants qui préfèrent largement avoir à administrer des veaux inféodés (littéralement) à leur boulot ou repentants parce qu’ils n’en ont pas. Beaucoup plus facile à contrôler…

  2. Les conséquences dramatiques des mains « invisibles » qui nous pilotent et nous manipulent s’abattent sur les populations et de manière inversement proportionnnelle à leurs niveaux de vie.
    Plus tu es défavorisé, plus tu trinques.
    Selon des témoignages récents, en Grèce, la santé est en péril, certaines populations sont à l’abandon, ne sont plus soignées, ne peuvent acheter les médicamnts indispensables, c’est criminel.
    Au Portugal, après l’immigration, l’émigration massive, mais que pour certains, ceux qui restent sont dans la misère.
    Le magazine Interception de ce dimanche en témoignait.
    Les populations sont soumises aux déplacements d’un capitalisme à le recherche de profits maximum à court terme.
    Pour comprendre par exemple les vagues en France j’avais acquis le livre « Histoire secrète du patronat » ainsi qu’un rapport détaillé de la Documentation Française, éloquent.

    « C’est à deux pas d’ici, à l’ouest de la péninsule ibérique, petit pays du sud de l’Europe accroché au rivage de l’Océan Atlantique. »
    http://www.franceinter.fr/emission-interception-portugal-survivre-ici-ou-vivre-ailleurs

  3. J’ai de la peine à me mettre dans cette BD. Mais l’illustration de l’efficacité décrite ici par un monsieur tout-comme-il-faut tuant sereinement un être trop humain m’interpelle. Il y a une résonance avec le massacre qui vient d’être commis aux USA. Est-ce que tuer avec une arme à feu des gens liés à un endroit où l’on a subi un échec grave serait une marque d’efficacité ? Vu la réaction planétaire, je dirais que oui.

    C’est mauvais.

    1. Vigneron,

      Comment ces enfants sont morts ?

      Est-ce que je suis plus qu’un bourrin pour ces « efficaces » ?

      Pourquoi ces enfants sont morts ? Je ne sais pas ce que leur meurtrier a vécu mais je soupçonne qu’il était fou de rage contre eux et l’école. Si j’ai raison, pourquoi était-il fou de rage ?

Les commentaires sont fermés.