LE TEMPS QU’IL FAIT… CES JOURS-CI

J’enregistrerai la vidéo dès que possible, mais ce ne sera pas vendredi. Je parlerai alors de ce colloque La démocratie enrayée, auquel je participe à Bruxelles et où j’interviens vendredi matin.

À l’époque où j’étais jeune enseignant à l’Université de Cambridge, j’avais beaucoup d’admiration pour un historien qui me semblait le meilleur d’entre nous. Pour l’une ou l’autre raison, nous n’avons jamais eu l’occasion d’avoir durant ces années-là, une véritable conversation. Aussi quand tout à l’heure, Hervé Hasquin, secrétaire perpétuel de l’Académie royale, nous a fait asseoir John Dunn et moi, côte à côte, nous nous sommes tournés spontanément l’un vers l’autre et nous nous sommes dits en chœur : « La dernière fois, c’était il y a quarante ans, n’est-ce pas… »

Aussi, une fois la séance levée (durant laquelle Jacques Attali a pris quelques-uns des autres participants à la table-ronde, disons, à rebrousse-poil – mais je vous raconterai cela !), nous sommes allés dîner ensemble et nous nous sommes alors raconté, non seulement tout ce que nous ne nous étions pas dit en 1975, mais aussi tout ce qui nous était arrivé en quarante années de vie de plus !

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta