Ambiance…, par zébu

Billet invité.

À quelques mois des élections municipales, les membres du gouvernement ont été et seront boycottés par les élus PS de l’Aude.

Le détonateur est clairement le rapport qui préconise de reporter aux calendes catalanes la ligne Montpellier-Perpignan.

Plus profondément, c’est l’absence de décision de l’exécutif sur comment communiquer sur ce dossier et auprès des élus de son propre parti qui pose question : absence totale d’anticipation, absence de décision, absence de communication, improvisation, qui ne font qu’exacerber la tension entre élus locaux et exécutif.

Comme l’impression d’une fin de règne, déjà.

Pour peu que les municipales se passent mal, y compris dans l’Aude, et ce sera l’acte de décès politique, un gouffre infranchissable entre ces notables (autrefois, on les appelait les nobles ou les hobereaux) de province et la Cour de l’Elysée, où les courtisans-énarques s’affairent pendant que l’on cherche vainement des solutions à la mélasse dans laquelle cet exécutif s’est mis tout seul et où il s’enfonce silencieusement, malgré ses grands cris répétés de plus en plus muets.

La petite noblesse, celle dont Versailles ne se souciait guère, déjà acquise en bonne partie aux idées des Lumières, déjà déplorant et critiquant cette cour vaniteuse et impuissante, c’est cette noblesse là qui massivement fit basculer le rapport de force avec le bas clergé et quelqu’uns de la haute noblesse, mettant à bas l’ancien régime.

Mine de rien, François Hollande est en train de chausser les bottes de Louis XVI, en se mettant à dos ‘ceux qui l’ont élu’, les soutiers de son régime, ces élus des conseils généraux par exemple qui n’en peuvent mais de la hausse continue des dépenses d’action sociale quand les recettes baissent, en premier lieu la Dotation Globale de Fonctionnement de l’Etat.

Ces mêmes soutiers qui sont en première ligne parce que de proximité, élus et en charge de compétences en prise directe avec la vie quotidienne des français, ceux-là même qui en bonne part remettront en jeu leurs mandats en 2014 ou en 2015.

Pour rappel, l’Aude fait parti des départements de France qui ont le plus voté pour François Hollande il y a un peu plus d’un an.

Partager :