CRISE DE LA DETTE AUX ÉTATS-UNIS : LA CHINE ANNONCE LA FIN D’UN MONDE

Vous avez dû noter avec quel empressement les commentateurs (*) s’étaient réjouis de la reprise des négociations entre démocrates et républicains : pour eux le spectre du défaut de la dette américaine s’évanouissait, ne laissant plus qu’un mauvais souvenir. C’était ignorer la polarisation de plus en plus marquée de la vie politique américaine, dont j’ai fait le compte-rendu ici au fil des années, et qui a conduit à la nouvelle impasse entérinée aujourd’hui dimanche.

La Chine n’imagine apparemment pas que les quatre jours restants suffiront à éviter le défaut, ni ne parviendront à renverser le « shutdown » : la fermeture des administrations américaines, puisque par le biais de l’agence officielle Chine Nouvelle, elle adresse aux États-Unis des reproches véhéments :

Alors que les hommes politiques américains [échouent à] trouver un accord viable pour refaire fonctionner normalement les institutions politiques dont ils sont si fiers, c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé.

Reproches adressés, on l’aura noté, sous la forme d’un faire-part de décès.

================================
(*) Même ici.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Un « éclatement » ça peut commencer par ceci : https://www.dailymail.co.uk/sport/football/article-11474605/SIX-RED-CARDS-Zenit-St-Petersburgs-clash-Spartak-Moscow-erupts-mass-brawl.html

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta