DÉCEPTION, par Jacques Seignan

Billet invité.

Le mot DECEPTION écrit en majuscule éviterait de préciser si l’on va parler du mot français déception ou du mot anglais deception. Du latin « decipere », décevoir signifiait en français « tromper » (XIIème) et le substantif, déception, jusqu’au XVIème siècle, « tromperie » (1).

On connait les emprunts massifs de l’anglais au français – et les allers-retours (cf. tunnel, flirter…) mais il faut se souvenir qu’il y a parfois un effet conservateur dans les emprunts qui sont à la source de ce que l’on appelle les faux-amis. L’anglais a pu ainsi garder le sens original de mots français importés dans les siècles passés. Par exemple dans un texte français du XVIIème, actuel, actuellement, signifient «effectif, vraiment» tout comme dans l’anglais actualactually ; un événement qui peut être incertain quant à son avenir sera dit éventuel en français mais en anglaiseventual se traduit par final et jamais par éventuel. Il est amusant de savoir que faux-ami se traduit par false friend mais aussi par « deceptive cognate »… en employant l’adjectif dérivé du mot déception dans son vieux sens, tromperie.

Donc il y aurait bien un lien profond entre un résultat et son origine … actuelle et sans doute pas éventuelle.

Une tromperie, une « deception » entraine une déception de la victime. Ce mot est sans doute trop faible pour exprimer ce qu’a ressenti le peuple de gauche, grandement trahi et profondément déçu, et qui vient de le manifester avec force par son vote d’hier – ou son abstention massive. Un dernier avertissement.

==================================================================
(1) – Dauzat et al ; Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Larousse,1971

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Copilot analyse politique : La dissolution de l’Assemblée nationale en France a eu lieu suite à la victoire du Rassemblement…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta